Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hervé Philip, Jean-Claude Bousquet, Frédéric Masson, Séismes et risques sismiques. Approche sismotectonique.

Dunod, coll. Sciences SUP, 2007, 340 p.
Jeannine Raffy
p. 133

Texte intégral

1Les tremblements de terre et les risques qu’ils provoquent sont étudiés soit dans les traités généraux de géologie, soit à propos d’un de leurs aspects particuliers dans des ouvrages spécialisés. Le manuel de H. Philip, J.-C. Bousquet et F. Masson présente le grand mérite de rassembler en un seul volume, de taille maniable (340 p.), les connaissances essentielles sur les séismes, depuis leurs causes et leurs effets jusqu’aux méthodes de l’évaluation de l’aléa sismique et jusqu’aux réglementations mises en œuvre pour la prévention dans les régions très sismogéniques.

2L’ouvrage se compose logiquement de trois parties : les causes des séismes, les méthodes d’étude, avant d’aboutir aux notions d’aléa et de risque sismiques. Si en ouverture, le premier chapitre présente toutes les causes des tremblements de terre et la séismicité à l’échelle de la planète, la première partie met l’accent sur les séismes ayant une origine tectonique et principalement ceux qui sont superficiels parce qu’ils provoquent davantage d’impacts en surface. À ce titre, les séismes apparaissent, à des degrés divers, un objet d’étude pour une large palette de scientifiques : géologues, géophysiciens, géomorphologues, mais aussi archéologues et historiens, ce qui justifie une approche pluridisciplinaire.  Le phénomène sismotectonique (chap. 2 et chap. 3) est ainsi traité en faisant appel à la rhéologie, la géodésie, les données de la sismologie historique et instrumentale tandis que dans le chapitre 4 sont analysés les effets directs (ruptures et déformations de surface) et indirects (mouvements de terrains, tsunamis).

3Les méthodes d’étude des séismes, vus sous toutes leurs facettes, constituent le cœur de l’ouvrage (142 p.). Cinq chapitres analysent l’apport d’un large éventail de disciplines qui participent directement ou indirectement à la connaissance de la sismicité et à ses conséquences. Les auteurs ont eu l’habileté d’adopter une présentation qui évite le plan à tiroirs et met en lumière la relation au Temps. Bien que n’étant pas limitées à l’étude des séismes, la néotectonique et la géomorphologie (qui souvent se complètent) viennent en tête (chap. 5) car, à travers les déformations des terrains et des formes de relief plio-quaternaires, elles permettent de repérer les effets de séismes qui échappent à la mémoire des Hommes. À l’inverse, la paléosismicité, la sismologie historique et l’archéo-sismologie (chap. 6) ont pour objet d’étude la mise en évidence d’événements sismiques de plus en plus récents dans le temps. Quant à la sismologie instrumentale et à la géodésie (chap. 7), elles renseignent sur la localisation et les caractéristiques des séismes actuels ainsi que sur les types de mouvements qui les produisent. Les méthodes géophysiques et géochimiques (chap. 8) interviennent en complément des autres disciplines soit pour mieux caractériser les failles, soit pour signaler les étapes de déclenchement de séismes. Implicitement, un lien s’établit ainsi entre l’exposé des méthodes et la présentation académique de la première partie. L’aboutissement et la confrontation de toutes les méthodes, rappelées dans le tableau 9-1 (p. 204), apparaît dans les synthèses sismotectoniques (chap. 9) appuyées sur des exemples pris en France, à l’échelle d’une partie de l’Europe, et de l’ensemble péri-méditerranéen. Ceci conduit tout naturellement à la troisième partie (chap. 10 à 12) qui rassemble les études et les moyens mis en œuvre pour évaluer l’aléa sismique à différentes échelles spatiales et tenter à travers la prévention de diminuer le risque pour les populations qui vivent sous la menace des tremblements de terre.

4Ce manuel, qui n’a pas d’équivalent en langue française, ne manque pas de qualités. Il le doit à la coopération entre trois scientifiques dont les spécialités (géologie et géophysique) se complètent et qui ont une connaissance approfondie des régions sismiques dans le monde, y compris l’expérience du terrain, à laquelle s’ajoute une vaste culture bibliographique1. Autre aspect très important : la large ouverture à des disciplines qui dépassent le champ de celles qui sont associées d’ordinaire aux sciences de la Terre. Il ne s’agit pas d’un simple recours à des références étendues, mais d’une pratique réelle du terrain avec des collaborateurs venus de divers horizons comme en témoignent les publications de J.-C. Bousquet et H. Philip. Enfin, les auteurs sont des enseignants-chercheurs qui, au sein d’une importante documentation spécialisée, ont su sélectionner les données essentielles à la compréhension complète des phénomènes exposés. Le but didactique est servi par la rigueur du plan, la clarté de la présentation, la qualité de l’écriture et l’abondance des illustrations. Non seulement celles-ci sont fort nombreuses dans chaque chapitre (par exemple 33 dans le chap. 4), mais les auteurs ont usé de tous les types possibles : cartes, coupes, bloc diagrammes, photos, tableaux, graphiques, encadrés, certains étant parfois associés au sein d’une même figure, pour justifier concrètement une démonstration et chemin faisant donner l’exemple de ce qu’une étude scientifique doit produire. Tout au long du texte, les précautions à prendre sur le terrain, l’attitude prudente à conserver compte tenu des limites inhérentes à telle ou telle méthode, la nécessité de croiser les approches pour confirmer un diagnostic (manifestation d’un séisme) ou éliminer les formes de convergence possibles (dégagement par érosion différentielle d’une portion d’un miroir de faille, sans relation avec le rejeu sismique d’une faille) témoignent de l’expérience du terrain qu’ont les auteurs et traduisent le souci permanent de guider de futurs chercheurs et d’entretenir leur esprit critique. L’ouvrage comporte en outre des fiches relatives à des études de cas et des exercices d’application ainsi qu’une liste d’adresses électroniques relatives à des bases de données sur l’enseignement et la recherche.

5Dans la collection Sciences SUP, ce manuel est une réussite qui profitera certes aux étudiants de Master en géologie et en géomorphologie auxquels il est destiné en priorité, mais bien au-delà, à tous ceux (architectes, urbanistes, responsables de collectivités territoriales) qui, confrontés aux risques sismiques, ont besoin de connaître et de comprendre les manifestations des tremblements de terre pour en limiter les dégâts sur les populations et leurs biens.

Haut de page

Note de fin

1 L’absence de toute référence aux terrasses marines cosismiques du Japon et de Taïwan est toutefois surprenante.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeannine Raffy, « Hervé Philip, Jean-Claude Bousquet, Frédéric Masson, Séismes et risques sismiques. Approche sismotectonique. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 2 | 2008, 133.

Référence électronique

Jeannine Raffy, « Hervé Philip, Jean-Claude Bousquet, Frédéric Masson, Séismes et risques sismiques. Approche sismotectonique. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 2 | 2008, mis en ligne le 03 septembre 2008, consulté le 23 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/6353

Haut de page

Auteur

Jeannine Raffy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org