Navigation – Plan du site
Comptes rendus

P.G. Fookes, E.M. Lee et J.S. Griffiths, Engineering Geomorphology — Theory and practice

Whittles Publishing, CRC Press (Scotland,U.K.), 2007, 281 p.
Monique Fort
p. 134-135

Texte intégral

1Après la parution en 2005 de l’ouvrage « Geomorphology for Engineers », co-édité par P.G. Fookes, E.M. Lee et G. Milligan (voir Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2006, 2, 158-160), on est en droit de s’interroger sur la pertinence de ce nouveau manuel, rédigé par P.G. Fookes, E.M. Lee et J.S. Griffiths. La réponse est donnée dès la première phrase de l’avant-propos de Sir Ron Cooke « Engineers under-rate geomorphology at their peril; geomorphologists ignore their potential value at their cost. Both need engineering geomorphology». L’esprit et le message de cet ouvrage rédigé à trois mains est ainsi parfaitement clair : la géomorphologie est utile aux ingénieurs et les géomorphologues se doivent de mettre en valeur leurs compétences et leur vision intégrée ou « holistique » du terrain, particulièrement adaptée pour régler des problèmes concrets comme la construction d’une route, la recherche de granulats, l’extension de nouveaux quartiers urbains...En effet, par leur connaissance des formations superficielles et de leur répartition, par leur appréhension des processus et agents d’érosion agissant en surface et sub-surface, et par leur proximité avec les sciences sociales et leur appréhension de la notion de « risque naturel », les géomorphologues apportent une contribution très complémentaire et tout aussi nécessaire que celle des géologues à toute étude pratique relevant de ce que l’on appelle communément la « géologie de l’ingénieur ». C’est pourquoi les auteurs souhaitent à travers leur livre donner les bases d’une discipline à part entière, la « Géomorphologie de l’ingénieur », qui s’inscrit essentiellement dans le temps « court » ( < 1 à 1 000 ans).

2Le contenu de l’ouvrage est organisé en cinq parties, consacrées aux changements de forme (partie 1), aux versants (partie 2), aux rivières (partie 3), aux littoraux (partie 4) et aux investigations techniques (partie 5). Au total, ce sont 43 chapitres brefs (de six à dix pages) qui sont réunis, abondamment illustrés par des graphiques et tableaux et complétés par un index.

3La première partie s’attache en fait à présenter les bases et les grands principes qui sous-tendent notre discipline. Après un chapitre introductif, montrant la nécessité dans toute étude de génie civil d’utiliser une approche géomorphologique permettant de comprendre comment et pourquoi les formes et formations superficielles évoluent dans l’espace et dans le temps, et sous l’influence de quels facteurs, les auteurs rappellent dans les deux chapitres suivants (2 et 3) quels sont les moteurs de ces changements : les sources d’énergie, externes et internes, et les grands principes de la physique (rappel des notions de forces de pression, de tension, de réaction). Le chapitre 4 montre comment, à travers des modèles conceptuels, on peut appréhender les transferts d’énergie et les interactions entre les différents compartiments du système terrestre, tandis que le chapitre 5 nous montre toute la complexité de ces systèmes, en évoquant la notion d’équilibre, ses différentes formes et les implications de cette notion dans toute étude de géomorphologie pratique. Suivent cinq chapitres (chap. 6 à 10) où sont présentés les « contrôles », c’est-à-dire les différents facteurs qui conditionnent la géomorphologie d’un site donné : la géologie (chap. 6), à cause de la résistance des matériaux et la différenciation entre roches solides et altérées ; les formations superficielles  ou « engineering soils » (chap. 7), dans lesquelles les auteurs distinguent les sols s.s., les sols hérités et (ou) indurés, et les formations superficielles allochtones, en insistant sur leurs propriétés géotechniques ; les sédiments mobiles (chap. 8), chapitre qui présente essentiellement les bases de la granulométrie. Deux autres facteurs de contrôle s’exercent à l’échelle planétaire : le climat (chap. 9) et les variations du niveau de la mer (chap. 10). Dans les deux cas, les évolutions quaternaire et actuelle de ces deux facteurs sont évoquées, en lien avec la circulation océanique et ses perturbations, avec l’impact des événements extrêmes et/ou des éruptions volcaniques, dans un contexte de changement climatique probable. Suivent quatre autres chapitres illustrant la nature de ces changements, tout d’abord d’un point de vue temporel (chap. 11), où les notions de fréquence, de magnitude et de période de retour sont brièvement rappelées. L’approche probabiliste est reprise dans le chapitre 12 consacré aux aléas et aux risques. La notion d’héritage est évoquée à travers la recherche des matériaux de construction (chap. 13). Cette première partie se clôt par des recommandations sur la nécessité, lors de toute étude de génie civil, d’en évaluer les impacts environnementaux (chap. 14).

4La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux versants, zones sources de sédiments et d’eau qui alimentent en aval le système morphologique (chap. 15). Les modalités d’écoulement de l’eau dans les différents compartiments de son cycle (chap. 16) introduisent les formes d’érosion des sols (chap. 17). Le rôle du vent (chap. 18), en particulier dans la formation des dunes, est curieusement évoqué dans cette partie, alors que très logiquement les mouvements de terrain et les risques qu’ils induisent sont ensuite traités respectivement dans les chapitres 19 et 20. Les spécificités du karst sont évoquées dans un dernier chapitre (21). Au total, cette deuxième partie offre de façon très compacte les éléments essentiels d’une géomorphologie pratique des versants.

5Les six chapitres constituant la troisième partie traitent du rôle des écoulements concentrés. Après une introduction sur les bassins versants (chap. 22) incluant également une présentation des principaux types de chenaux fluviaux (méandres, tresses) et de connexions entre les chenaux et les versants, les liens entre débit liquide et charge solide sont brièvement évoqués (chap. 23). Ces deux paramètres influencent directement les types de chenaux, présentés ensuite (chap. 24) à partir de la notion de débit dominant. Les variations de la géométrie hydraulique des chenaux se traduisent par des dynamiques (érosion, dépôt) et des changements de tracé (chap. 25), sources d’aléas et de risques : inondations (chap. 26) et leur gestion (chap. 27), à partir de l’estimation de leur fréquence et magnitude et d’une cartographie des zones potentiellement inondables.

6La quatrième partie traite des littoraux en sept points. Le chapitre 28 rappelle les principaux moteurs contrôlant la dynamique des littoraux : houle, marée, tsunamis, courants d’estuaire, alors que les dérives et courants littoraux sont présentés dans le chapitre 29 consacré aux cellules et aux budgets sédimentaires. Les aléas et l’évaluation des risques côtiers forment l’objet du chapitre 30. Les cinq chapitres suivants présentent différentes configurations littorales et les problèmes d’aménagement et de gestion qui leur sont spécifiques : les estuaires, vasières et marais salants (chap. 31), et les deltas (chap. 32). Les auteurs distinguent aussi les plages à cordons accolées au continent (chap. 33), qu’ils opposent aux littoraux barrières (chap. 34), régularisés par des flèches littorales construites en avant du continent ennoyé. Les dunes littorales font l’objet d’un chapitre à part (35), tout comme les côtes à falaise vive (chap. 36).

7La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux méthodes et aux investigations techniques mises en œuvre lors des expertises géotechniques. Le chapitre 37 donne le cadre d’ensemble en insistant sur les jeux d’échelle et les complémentarités : collecte préalable des données existantes, cartographie des formes sur le terrain, identification des matériaux en laboratoire, modélisation des processus et des formes (chap. 38), tous ces éléments pouvant être ensuite consignés dans une base de données géo-référencées afin d’identifier et délimiter les vulnérabilités potentielles de certains secteurs. Plus concrètement, l’exploitation des images satellitaires et des photographies aériennes (chap. 39) doit être privilégiée pour la préparation du travail de terrain. Lors de celui-ci, la présence de secteurs instables nécessitera la mise en place d’un réseau d’instruments de mesure (chap. 40) permettant de quantifier la vitesse des processus en action, ou exigera la collecte d’échantillons afin de connaître l’âge des formations et des formes concernées. À la suite de ce travail de terrain, l’expert devra faire une évaluation d’ensemble des problèmes posés (chap. 41), vérifier les résultats des étapes précédentes, et savoir les communiquer auprès des autres membres de l’équipe chargée de l’expertise. Très souvent d’ailleurs, le mode d’expression privilégié des résultats se traduira par une carte géomorphologique à grande échelle (chap. 42) et des blocs diagrammes, chapitre illustré avec bonheur par seize planches couleurs, documents qu’il est réconfortant de voir réhabiliter dans un monde où la modélisation et la recherche « hors sol » priment désormais sur toute approche naturaliste. Enfin, dernier aspect évoqué en guise de conclusion (chap. 43), il sera demandé à l’expert géomorphologue de formuler un jugement d’ensemble, mais aussi de ne pas hésiter à exprimer ses doutes et les incertitudes qui pourraient subsister à l’issue de son expertise.

8Au terme de la lecture de cet ouvrage, on peut s’interroger sur plusieurs points. Contrairement au précédent livre des mêmes auteurs, épais de près de 850 pages, celui-ci reste de volume modéré (280 p.), même si son format lui donne davantage l’allure d’un gros cahier que d’un livre. De fait, il s’agit d’un manuel, correspondant probablement aux cours que les auteurs ont dû mettre au point et délivrer pour former des géomorphologues experts : les chapitres sont structurés comme des fiches pédagogiques, agrémentés de schémas nombreux et de photos qui égaient un texte souvent sobre et millimétré comme une épure. De ce point de vue, il sera donc tout aussi utile aux enseignants qu’aux étudiants lesquels, manquant encore d’expériences de terrain et d’exemples vécus, trouveront peut-être le texte trop allusif. Cela les incitera à venir consulter en bibliothèque le « pavé » des mêmes auteurs afin d’y trouver les précisions qui leur manquent. En ce sens, il y a bien complémentarité des deux textes, même si certaines répétitions ou doublons dans les figures étaient difficilement évitables.

9L’intérêt de ce nouveau manuel de « génie géomorphologique » réside aussi dans son approche à la fois épistémologique et pratique de la discipline : en effet, si les grands concepts sont rappelés avec efficacité dans la première partie, le lecteur est au fil des pages progressivement orienté vers une géomorphologie « utile » à la société, applicable à des situations concrètes et précises, et finalement très proche des conceptions de J. Tricart et de l’équipe qui fit naguère les beaux jours de la RCP 77, animée par F. Joly. Cet ouvrage devrait encourager les étudiants qui s’interrogent parfois sur l’intérêt et la finalité de notre discipline à persister dans leur apprentissage, tant théorique que pratique, gage d’une vie professionnelle réussie et exaltante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Fort, « P.G. Fookes, E.M. Lee et J.S. Griffiths, Engineering Geomorphology — Theory and practice », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 2 | 2008, 134-135.

Référence électronique

Monique Fort, « P.G. Fookes, E.M. Lee et J.S. Griffiths, Engineering Geomorphology — Theory and practice », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 2 | 2008, mis en ligne le 03 septembre 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/6373

Haut de page

Auteur

Monique Fort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org