Navigation – Plan du site

Archives géomorphologiques des fluctuations climatiques au Quaternaire supérieur sur les bordures du Sahara occidental

André Weisrock
p. 139-141

Texte intégral

1Bien qu’un nombre élevé d’excellentes études ait déjà fourni les principaux arguments en faveur de changements environnementaux les mieux datés et les plus étendus dans les déserts tropicaux au Quaternaire supérieur, ce volume présente cinq nouvelles recherches géomorphologiques locales ou régionales sur le Sahara occidental et ses bordures. Comment progresser dans la connaissance de la chronologie, de la durée et de l’origine des phases alternativement sèches et humides au Quaternaire supérieur, dans cet espace continental ? Ce travail passionnant requiert le développement d’études pluridisciplinaires qui sont aujourd’hui en cours sur les deux bordures septentrionale et méridionale du Sahara occidental.

2À titre de premier exemple, l’accentuation actuelle de la sécheresse en Mauritanie est décrite par M. Mainguet et al. De nouvelles formes de modelé, comme des sifs et des dunes transverses, apparaissent aujourd’hui du fait de la déflation qui se produit à la surface des principaux ergs anciens pourtant fixés. Des vents de sable plus nombreux sont observés à Nouakchott, avec une forte augmentation de l’ensablement dans les zones de dépôt.

3Les formations de travertins de la bordure nord du Sahara marocain sont utilisées par A. Weisrock et al. pour dresser un inventaire des phases humides du Quaternaire moyen et supérieur. Les périodes de construction de travertins sont identifiées par des datations U/Th et TIMS. En somme, sur quatre principaux sites des piedmonts du Haut-Atlas méridional et de l’Anti-Atlas, les périodes de construction de travertins, censées correspondre à des « pluviaux », apparaissent durant les stades isotopiques 11, 9, 3 et 2. Un long hiatus dans les résultats, entre les stades isotopiques 9-8 et 3, correspond à de fortes incisions dans le Haut-Atlas, plus clairement mises en évidence à l’oued Noun (29° N) à partir du stade isotopique 5. Les meilleures corrélations entre les évolutions morphologiques des différents sites apparaissent lors du stade 3, avec la preuve d’écoulements abondants et réguliers. Chaque site étudié présente cependant des particularités hydrologiques et morphologiques qui introduisent des effets locaux dans la signification climatique. Les marges d’erreur ne permettent pas d’établir avec précision la durée des phases de construction au Quaternaire moyen. Au Quaternaire supérieur, les phases les plus représentatives sont la période de long terme 50-30 ka BP et celle, plus précise, de 16-15 ka BP. Elles sont probablement en relation avec le refroidissement de l’Atlantique subtropical oriental. Cependant, la précision des analyses est encore insuffisante pour établir des corrélations sûres, à l’échelle du millénaire, avec les événements abrupts de Heinrich.

4À la bordure sud du Sahara, dans le pays Dogon, au Mali, L. Lespez et al. utilisent les archives sédimentaires de la vallée du Yamé comme témoins des changements environnementaux en Afrique de l’Ouest entre 50 et 4 ka BP. La recherche se fonde sur quarante et une datations OSL et quatre-vingt-huit datations par le radiocarbone, la micromorphologie des sols, la palynologie, l’anthracologie, en plus des investigations archéologiques. Cette étude pluridisciplinaire aboutit à des résultats précis en matière de stratigraphie des dépôts fluviatiles, de styles fluviaux et taux de sédimentation. Pendant la période 50-30 ka, les sédiments se déposaient par décantation après les crues dans une large plaine alluviale ; un paléochenal à graviers et sables montre une coïncidence chronostratigraphique avec l’événement de Heinrich 4 à 40 ka BP. Après une période sèche favorisant les processus éoliens, un changement hydrologique majeur est daté à 15 ka et correspond à la première réactivation de la mousson africaine au nord du 10° N. L’Holocène ancien est caractérisé par des formations alluviales détritiques de chenaux tressés, avec des lits intermédiaires de limons gris qui correspondent à l’existence de petits lacs permanents. Ces dépôts indiquent une nouvelle transgression de la mousson d’été vers le nord, après 11,5 ka BP. L’Holocène moyen montre un hiatus entre 8,8 et 7,4 ka BP, sans doute à cause d’une sécheresse. De 7,4 à 4 ka BP, trois séquences sédimentaires distinctes à lits de graviers, sables et limons, avec de la matière organique, correspondent à l’optimum humide africain.

5Comme l’avaient déjà montré P. Rognon et M.A.J. Williams dès 1977, les deux marges du Sahara occidental étaient plus humides qu’aujourd’hui autour de 40 ka et cette situation s’est répétée vers 15 ka. Quelles que soient les causes de l’affaiblissement des anticyclones sahariens à ces périodes, les preuves géomorphologiques de ces phases climatiques sont évidentes. Les variations holocènes sont loin d’être comparables, au contraire, sur les deux bordures.

6À l’opposé de ce qui se passe dans la vallée du Yamé, les dépôts des lacs holocènes du Grand Erg occidental d’Algérie, étudiés par Y. Callot et M. Fontugne, indiquent un maximum d’alimentation pluvieuse entre 9 et 7 ka BP au cœur de l’erg. Aux bordures de celui-ci, les lacs ont subsisté jusqu’à 5 ka BP grâce à une alimentation externe. Ces observations peuvent être mises en meilleure corrélation avec celles de A. Bkhairi et M.-R. Karray sur les terrasses holocènes de Kasserine (Tunisie centrale), qui montrent deux phases d’aggradation principales, durant l’intervalle capsien, entre 9 et 6 ka BP, et durant l’optimum néolithique, avant environ 4,5 ka BP. Succédant à ces phases, l’importante terrasse romaine, édifiée entre 2 et 1,4 ka BP, résulte davantage de l’action anthropique comme le démontrent les auteurs. On voit clairement que seule la période néolithique peut être regardée comme étant une nouvelle période humide dans le désert et sur ses marges, à l’Holocène.

7Ce volume a été réalisé à partir de contributions au colloque en l’honneur d’André Weisrock, tenu à l’Université de Nancy en juin 2007, à l’initiative de S. Occhietti et D. Harmand. Nous sommes grandement redevables envers M. Thorp (Université de Dublin) et Y. Battiau-Queney, qui ont entièrement corrigé les textes anglais, et envers les relecteurs de la revue, ainsi que J.-C. Thouret et J. Raffy, pour leurs critiques constructives.

Haut de page

Bibliographie

Rognon P., Williams M.A.J. (1977) – Late Quaternary climatic changes in Australia and North Africa: a preliminary interpretation. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 21, 285-327.

Haut de page

Annexe

Fig. 1 - Barrage travertineux du Pléistocène supérieur dans un paysage aujourd'hui aride à Imi Ou Assif, maroc, 29°45'N.

Fig. 1 - Barrage travertineux du Pléistocène supérieur dans un paysage aujourd'hui aride à Imi Ou Assif, maroc, 29°45'N.

Photo. A. Weisrock, mai 2007.

Fig. 2 - Travertin rubané de la cascade d'Imouzzer Ida Ou Tanane, Maroc, 30°45'N, date de 15,4 +/- 0,3 ka BP.

Fig. 2 - Travertin rubané de la cascade d'Imouzzer Ida Ou Tanane, Maroc, 30°45'N, date de 15,4 +/- 0,3 ka BP.

Photos. C. Falguères, mai 2007

  

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Barrage travertineux du Pléistocène supérieur dans un paysage aujourd'hui aride à Imi Ou Assif, maroc, 29°45'N.
Crédits Photo. A. Weisrock, mai 2007.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 2 - Travertin rubané de la cascade d'Imouzzer Ida Ou Tanane, Maroc, 30°45'N, date de 15,4 +/- 0,3 ka BP.
Légende Photos. C. Falguères, mai 2007
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Weisrock, « Archives géomorphologiques des fluctuations climatiques au Quaternaire supérieur sur les bordures du Sahara occidental », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 3 | 2008, 139-141.

Référence électronique

André Weisrock, « Archives géomorphologiques des fluctuations climatiques au Quaternaire supérieur sur les bordures du Sahara occidental », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 3 | 2008, mis en ligne le 08 décembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/6623 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.6623

Haut de page

Auteur

André Weisrock

andre.weisrock@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org