Navigation – Plan du site

Changement de l’état de surface des ergs au nord de Nouakchott (1954 – 2000). Conséquences sur la désertification et l’ensablement de la capitale

Surface changes of sand seas (ergs) North of Nouakchott (1954 – 2000). Consequences for the desertification and sand encroachment in Nouakchott
Monique Mainguet, Frédéric Dumay, Mohamed Lemine Ould Elhacen et Jean-Christophe Georges
p. 144-152

Résumés

L’inventaire des modifications qualitatives et quantitatives de l'état de la couverture sableuse de Mauritanie a pu être dressé à l’aide d’une mosaïque Landsat à l’échelle de 1/1 000 000 de 1972-1974 et de scènes SPOT au 1/1 000 000 de 1998 à 2000 et de plusieurs missions de photographies aériennes de 1954 à 1991. Les données pluviométriques, les tempêtes de sable de cette même période et les analyses granulométriques des sables prélevés dans les aires de dépôt et dans celles soumises à l’érosion permettent d'améliorer la connaissance des mécanismes éoliens aboutissant à la désertification. D'après l'examen des images satellitaires et des huit campagnes de trois à quatre semaines d'observation sur le terrain, des signes probants de désertification sont apparus dans le paysage, notamment à Nouakchott, sous la forme d’appauvrissement en sable des ergs et d’ensablement des infrastructures urbaines. La réalisation d'une carte morphodynamique des édifices sableux éoliens, en liaison avec leur situation dans le Système Global d'Action Eolienne du Sahara et du Sahel, confirme et précise la dégradation environnementale en démontrant l’omniprésence d’une seconde génération dunaire de réactivation en sifs et en dunes transverses mobiles de sable vif sur les cordons longitudinaux des ergs anciens rubéfiés fixés.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 12 novembre 2006, accepté le 29 septembre 2008

Texte intégral

Cette recherche a bénéficié du soutien financier de l'Agence Universitaire de la Francophonie dans le cadre du Contrat de recherche 6313PS590. Les auteurs tiennent à remercier J.-C. Thouret, A. Weisrock et J. Raffy pour la minutie et la rigueur de leur travail qui ont permis d’aboutir à un exposé clair de la désertification en Mauritanie et Y. Battiau-Quenay pour la relecture des textes anglais.

Introduction

1Située entre 15° et 27° de latitude nord et de 5° à 17° de longitude ouest, la République Islamique de Mauritanie couvre une superficie de 1 100 000 km2 (fig. 1) dont 90 % sont désertiques.

Fig. 1 – Carte de localisation et contexte géologique de l’aire d’étude (d’après Toupet et Pitte, 1975).
Fig. 1 – Map of location and geological setting of the study area in Mauritania (after Toupet and Pitte, 1975).

Fig. 1 – Carte de localisation et contexte géologique de l’aire d’étude (d’après Toupet et Pitte, 1975).Fig. 1 – Map of location and geological setting of the study area in Mauritania (after Toupet and Pitte, 1975).

1 : socle précambrien ; 2 : arc des Mauritanides ; 3 : plaines sédimentaires ; 4 : plateaux sédimentaires ; 5 : faille, 6 : hamadas ; 7 : sebkha ; 8 : ergs ; 9 : escarpements.
1: Precambrian basement; 2: arc of Mauritanides; 3: sedimentary plains; 4: sedimentary plateau; 5: faults; 6: hamadas; 7: sebkha; 8: sand seas (ergs); 9: scarps.

2Un premier constat s’impose : les sables qui avaient été fixés dans la décennie 1950-1960 par une steppe sahélienne herbeuse, buissonnante et arborée de la zone saharo-sahélienne, comprise entre les isohyètes 50 et 150 mm/an, montrent des symptômes de remise en mouvement, c'est-à-dire de mobilisation du matériel des ergs. Ce travail s’efforce de rechercher les causes possibles de cette réactivation. Les missions photographiques de l'Institut Géographique National (Paris) bien qu’à différentes échelles ont permis des analyses diachroniques et spatiales pour la période 1954-1991. La confrontation de mosaïques de photographies aériennes des années 1950 (tab. 1) avec des images satellitaires, d’une part une mosaïque Landsat au 1/1 000 000 de 1972-1974 (Geological Survey de Flagstaff, Arizona) et d’autre part neuf images SPOT 1 et 2 panchromatiques au 1/100 000, d'une image SPOT P et XS au 1/200 000, et enfin une mosaïque SPOT au 1/1 000 000 (tab. 2) révèlent des changements de la couverture végétale et de l'état de surface des couvertures sableuses.

Tableau 1 – Photographies aériennes de l’Institut Géographique National (Paris) utilisées dans cette étude et dates des missions.
Table 1 - Aerial photographs used in this study and dates of the aerial surveys by IGN (Paris).

Tableau 1 – Photographies aériennes de l’Institut Géographique National (Paris) utilisées dans cette étude et dates des missions.Table 1 - Aerial photographs used in this study and dates of the aerial surveys by IGN (Paris).

Tableau 2 – Images satellitales utilisées.
Table 2 – Satellite scenes used in this study.

Tableau 2 – Images satellitales utilisées. Table 2 – Satellite scenes used in this study.

3Les unités morphogénétiques décelées sur les images satellitaires et sur les sept missions de photographies aériennes, confrontées aux observations récoltées lors des missions de terrain, ont été reportées sur les cartes topographiques à 1/200 000 pour aboutir à l'élaboration d'une carte morphodynamique de Mauritanie occidentale et circonscrire l'ensablement de la Mauritanie, notamment de sa capitale. La question-clef est la suivante : quels sont les mécanismes qui, en Mauritanie, aboutissent à une redistribution entre des aires contributives qui perdent tout ou partie de leur couverture sableuse et des aires qui recueillent les sables mobilisés ? Autrement dit, il s’agit de démontrer les transformations de l'état de surface de la couverture sableuse par l'apparition omniprésente d'une génération de dunes vives dans la zone saharo-sahélienne et le Nord de la zone sahélienne depuis les années 1950, la modification texturale de la couche supérieure du sable et la perte générale de volume de la couverture sableuse éolienne au cours des trente dernières années.

L’évolution des couvertures sableuses en Mauritanie occidentale

4Localisée à l'aval vent du « Système Global d'Action Éolienne » (Mainguet et Chemin, 1985 ; Mainguet et Dumay, 1995) qui constitue une seule unité éolienne couvrant le Sahara et le Sahel (fig. 2), la vaste superficie des ergs mauritaniens a valu au pays le nom de "République des Sables".

Fig. 2 – Le « Systeme Global d’Action Eolienne Sahara-Sahel » d’après les images du satellite Météosat.
Fig. 2 The “Global Sahara-Sahel Wind Action System” according to the images of Meteosat satellite.

Fig. 2 – Le « Systeme Global d’Action Eolienne Sahara-Sahel » d’après les images du satellite Météosat. Fig. 2 – The “Global Sahara-Sahel Wind Action System” according to the images of Meteosat satellite.

1 (trait plein) : traces de corrasion avec une forte réflectance ; 2 (pointillés) : traces de déflation avec une faible réflectance ; 3 : principaux massifs montagneux (A : Aïr, AD : Ader Doutchi, AI : Adrar des Ifoghas, B : Grand Erg de Bilma, E : Eglab, En : Ennedi, H : Hoggar, Ho : Hodh, TA : Tassili N’Ajer, T : Tibesti).
1 (full line): areas of erosion with strong reflectance; 2 (dotted lines): areas of deflation with low reflectance; 3: mountain massifs (A: Aïr, AD: Ader Doutchi, AI: Adrar des Ifoghas, B: Grand Erg de Bilma, E: Eglab, En: Ennedi, H: Hoggar, Ho: Hodh, TA: Tassili N’Ajer, T: Tibesti).

5Le « Système global d’action éolienne » se décompose lui-même en sous-unités morphodynamiques, incluant des aires d’érosion, de transport et d’accumulation, le long des flux éoliens mettant en relation le Sahara et le Sahel. Le territoire mauritanien présente la particularité d’être le dernier maillon de ce vaste ensemble éolien saharo-sahélien (fig 3).

Fig. 3 – Unités morphodynamiques éoliennes en Mauritanie.
Fig. 3 – Aeolian morphodynamic units in Mauritania.

Fig. 3 – Unités morphodynamiques éoliennes en Mauritanie. Fig. 3 – Aeolian morphodynamic units in Mauritania.

1 : aire hyperaride à aride de déflation et de transit généralisé avec remaniement de sable éolien allochtone ; 2 : escarpement de roches sédimentaires tapissé par des retombées et de probables remontées de sable éolien ; 3 : aire continentale de cordons longitudinaux surmontés de sifs de réactivation déjà formés en 1958 ;  4 : aire littorale à courant méridien de sable éolien principalement autochtone ; 5 : limite d’aire continentale à bilan sédimentaire positif, 5a : champs de barkhanes ; 5b : aire d’aklé ; 5c : aire de chaînes transverses ; 5d : aire caractérisée par le transit de sable avec genèse de quelques dunes vives de type transverse sur les cordons minces en voie d'arasement ; 6 : aire maximale de dégradation éolienne et perte des sols ; genèse de sifs et de barkhanes ; 7 : aire sahélienne méridionale avec réactivation des cordons, déflation sévère et genèse de sifs amorcés seulement depuis 1963 ; 8 : aire de transit de sable (saltation et barkhanes) sur substrat rocheux (Tagant et Assaba) ; 9 : sebkha de Ndghamcha ; 10 : route de l’Espoir.
1: hyperarid to arid zone of deflation and widespread sand transport with reworking of the allochtonous aeolian sandy material; 2: scarps of sedimentary rocks with falling and probably falling dunes; 3: extensive areas of sand ridges overlain by reactivated seif dunes already visible on the aerial photographs as of 1958; 4: coastal area with a North-South current of autochtonous aeolian sand; 5: extensive areas with a positive sedimentary budget, 5a: fields of barchan dunes; 5b: aklé dunes; 5c: area of transverse chains; 5d: areas of sand movement with the generation of active transverse dunes over flattened old sand ridges; 6: maximum area of degradation and erosion of old soils and genesis of new seifs and barchans; 7: southern sahelian zone with reactivation of the sand ridges, severe deflation and genesis of seif dunes, which started after 1963; 8: surface of sand transit (saltation and barchans) over bedrock (Tagant and Assaba); 9: sebkha of Ndghamcha ; 10: route de l'Espoir.

6On y observe une alternance d’ergs et de plaines rocheuses ou ensablées : au nord de l’erg Azéfal s’étend la plaine du Taziast tandis que la plaine du Tijirit sépare l’erg Azéfal de l’erg Akkchar (fig. 4).

Fig. 4 – Mosaïque SPOT P+XS composée de 49 images, entières ou partielles, de 1998-2002 au 1/1 000 000.
Fig. 4 – SPOT P and XS mosaic made up of whole or partial 49 images as of 1998-2002 at 1:1,000,000 scale.

Fig. 4 – Mosaïque SPOT P+XS composée de 49 images, entières ou partielles, de 1998-2002 au 1/1 000 000. Fig. 4 – SPOT P and XS mosaic made up of whole or partial 49 images as of 1998-2002 at 1:1,000,000 scale.

1 : Taziast ; 2 : erg Azéfal ; 3 : Tijirit ; 4 : erg Akchar ; 5 : erg Agneitir ; 6 : guelbs Bou el Gra et Tîjraj el Khadra ; 7 : katts des Ogols ; 8 : Touifilit ; 9 : guelbs de Touranine ; 10 : Dhrayya Oummat el Beid ; 11 : sebkha de Tenioubrar ; 12 : sebkha de Ndghamcha ; 13 : Nouakchott ; 14 : Adrar.
. 1: Tazias; 2: Azéfal sand sea; 3: Tijirit; 4: Akchar sand sea; 5: Agneitir sand sea; 6: guelbs Bou el Gra et Tîjraj el Khadra;  7: katts des Ogols; 8: Touifili; 9: guelbs de Touranine; 10: Dhrayya Oummat el Beid; 11: sebkha de Tenioubrar; 12: sebkha de Ndghamcha; 13: Nouakchott; 14: Adrar.

7En Mauritanie, le Sahara occidental est couvert de nappes sableuses façonnées en dunes longitudinales qui forment les ergs Azéfal et Akchar ; ceux-ci sont fixés par des paléosols ferrugineux tropicaux. Les barkhanes et les dunes linéaires ou sifs qui se développent constituent ce que nous proposons d’appeler l’erg contemporain, édifié à partir des années 1950. La mosaïque de la figure 4 révèle l’existence de cordons sableux continus entre l'Adrar et les sebkhas de Tenioubrar et de Ndghamcha. Les surfaces rocheuses, avec ou sans vernis désertique ont une faible réflectance et une signature spectrale étalée du gris au noir. Le sable vif des ergs plus ou moins fixés affiche une réflectance élevée, traduite par des couleurs du blanc au jaune pâle. La végétation steppique a une réflectance moyenne et une signature spectrale rouge. La signature spectrale bleue correspond aux aires d’épandage fluviatiles.

8La plaine paléo-fluviale du Taziast, très plate, était en partie fossilisée jusqu’en 1975 par un voile de sable mobile qui s'épaissit du nord au sud à l'approche de l'erg Azéfal (fig. 4). Le sable y transite par saltation pour aboutir à l’édification de barkhanes mobiles d'une hauteur moyenne de 14 mètres au nord, dont l'axe de symétrie nord-sud au point de coordonnées 20° 43' N et 16° 19' W donne la direction et le sens de déplacement. Leur sable blanc, issu des oueds, est remanié par le vent, ce qui produit sur les images satellitaires les plus fortes réflectances. En utilisant les axes de symétrie des barkhanes, il a été mis en évidence une aire de convergence, visible sur les images satellitaires (fig. 5), entre le courant littoral nord-sud et le courant NE-SW dû à l'harmattan. Cette aire de convergence est située à 20° 43' N et 16° 15' W.

Fig. 5 – Aire de convergence entre le courant éolien littoral nord-sud (A) et l'harmattan nord-est–sud-ouest (B). Extrait de l'image SPOT 1 P 021-313 (1/100 000).
Fig. 5 – Area of convergence of the aeolian coastal North-South sand flow current (A) and the northeast-southwest harmattan (B).

Fig. 5 – Aire de convergence entre le courant éolien littoral nord-sud (A) et l'harmattan nord-est–sud-ouest (B). Extrait de l'image SPOT 1 P 021-313 (1/100 000). Fig. 5 – Area of convergence of the aeolian coastal North-South sand flow current (A) and the northeast-southwest harmattan (B).

1 : voie ferrée de la Société Nationale d'Industrie Minière (SNIM) Nouadhibou-Zouérate ; 2 : section de la voie menacée d'ensablement ; 3 : aire de transit éolien par saltation, sous forme de voiles sableux et de barkhanes ; 4 : barkhane avec allongement de l'aile gauche sous l'influence du courant éolien littoral ; 5 : barkhane avec allongement de l'aile droite sous l'influence dominante du courant harmattan.
Part of the SPOT 1 image P 021-313 (scale 1:100,000). 1: railway of the National Company of Mining Industry (SNIM) Nouadhibou-Zouérate; 2: section of the railway threatened by sand encroachment; 3: surface of sand transit by saltation, by sand sheet and by barchan dunes; 4: barchan with lengthening of the left wing under the influence of the coastal wind current; 5: barchan with lengthening of the right wing under the dominant influence of the harmattan.

9L’erg Azéfal, le plus septentrional des ergs de l'Ouest mauritanien, n’avait que 15 m d'épaisseur en décembre 2001 à sa bordure sud (19° 53' N et 15° 59' W) au contact de la nappe sableuse et du socle granitique. Son épaisseur se réduit aujourd’hui à un simple voile sableux. Il est formé par un ensemble de vieux cordons dunaires longitudinaux rubéfiés (Lancaster et al., 2002) de direction N30°E en phase de démaigrissement avec exhumation rapide du substrat, dont les affleurements sont plus étendus sur la mosaïque SPOT 1998-2002 que sur celle de LANDSAT 1972-1974. Des formes dunaires, du type sifde réactivation, de direction N5°E à N10°E se détachent des versants sud, sous le vent des cordons. Le fort arasement des cordons et le développement des sifs néoformés laissent à peine entrevoir l’ancienne forme bombée des cordons. Nous avions déjà observé ceci en novembre 2005 en traversant l’Azéfal pour nous rendre à Nouadhibou. Ces sifs sont visibles sur la mosaïque SPOT dans la partie aval-vent de l'erg (le long de la côte atlantique) où une accumulation de sable provoque l’extension de l'erg Agneitir et montre ainsi l'arrivée massive de sable dans ce secteur.

10Les cordons de l'Azéfal sont totalement tapissés d’un pavage de sable grossier qui résulte du vannage et de la déflation. Deux prélèvements ont été effectués au sommet de la formation sableuse, l’un à la surface du cordon (échantillon A, fig. 6) et l’autre immédiatement sous-jacent à la pellicule superficielle, après enlèvement de celle-ci (échantillon B, fig. 6).

Fig. 6 – Courbes granulométriques des sables d'un cordon longitudinal de l'Azéfal.
Fig. 6 – Grain size analysis of a sand ridge of the Azéfal sandsea.

Fig. 6 – Courbes granulométriques des sables d'un cordon longitudinal de l'Azéfal. Fig. 6 – Grain size analysis of a sand ridge of the Azéfal sandsea.

11La granulométrie de l'échantillon B correspond au stock sableux d'origine des cordons avec deux modes principaux, 80 et 160 µm. La médiane à 160 µm est typique des sables éoliens. Les caractéristiques granulométriques de l'échantillon A, avec une médiane égale à 450 µm et des modes de 500 et 630 µm, ne sont pas compatibles avec la compétence du vent. Le sable grossier superficiel résulte de la déflation et du vannage avec une perte des particules fines, inférieures à 250 µm (fig. 6). Le pavage sommital de sable grossier, résiduel, qui a une mauvaise capacité de rétention en eau, est peu favorable à l’implantation d’une couverture végétale. Les particules fines, exportées par vannage, alimentent les vents de poussières qui affectent le sud de la Mauritanie et qui s'échappent des côtes mauritaniennes au-dessus de l’océan Atlantique.

12La plaine de Tijirit, qui est une bande de déflation et de corrasion orientée NE-SO et large de 30 km, sépare l'erg Azéfal au nord, de l'erg Akchar situé au sud de cette plaine. En 1972, elle était couverte par un voile sableux mobile, visible sur la mosaïque Landsat. Quelques aires d'accumulation de sable au pied oriental des guelbs (buttes) de Bou el Gra et de Tîjraj el Khadra étaient également repérables sur cette même mosaïque LANDSAT de 1972. Sur la mosaïque SPOT des années 1998 à 2000 (fig. 4), la plaine du Tijirit apparaît dépourvue de couverture sableuse. Les accumulations au vent des guelbs ont disparu, et le réseau hydrographique, encore ensablé en 1974, est vidé de son sable. Le lit du katts (oued d'ordre 1 à 2 selon la classification de Horton) des Ogols ne contient plus de sable éolien mais reste souligné par de maigres galeries de végétation visibles sur les images satellitaires. La plaine du Tijirit est fermée à l’aval-vent par l'erg Agneitir qui, grâce à son alimentation en sable en provenance de la partie nord de l'Azéfal durant la période de 1970 à 2000, établit un pont de sable entre les ergs Azéfal et Akchar. Il apparaît que la plaine du Tijirit qui séparait les deux ergs n'existe plus à l'aval vent, ces deux derniers formant une seule unité morphologique sableuse.

13L'erg Akchar, orienté NE-SO selon la direction prédominante de l'harmattan, a une longueur de 450 km, tandis que sa largeur n'excède pas 70 km. Il est localisé sous le vent de l'erg El Hammami au pied de l'escarpement qui limite à l'ouest le plateau de l'Adrar. L'Akchar s'amorce par douze têtes en pointe de flèche bien différenciées à une distance de 10 à 15 km du pied de l'escarpement de l'Adrar. La tête principale de l'erg est constituée par une méga-barkhane (environ 200 m d'une aile à l'autre) appelée Oum Ghreïd (20° 50 N et 13° 13 W) et considérée par les nomades comme la dune-mère de l'erg Akchar. Celui-ci est constitué de cordons longitudinaux surbaissés et orientés N30E dont la surface est remaniée en sifs N10E, qui font donc un angle de 20° avec la direction des cordons. Jusqu’en 2000, la quasi-absence de sifssur les versants au vent exposés vers le nord-ouest contrastait avec la forte densité de sifs sur les versants sous le vent exposés vers le sud-est Actuellement, les sifs gagnent les versants nord-ouest. Ces sifs, en atteignant les couloirs interdunaires, deviennent des barkhanes car le vent, canalisé par ces couloirs, passe à un régime monodirectionnel.

14Longitudinalement, l'erg Akchar se divise en deux dans la direction du vent principal. La partie septentrionale, au vent, a perdu de son sable comme le montre le bilan sédimentaire négatif, des cordons peu marqués dans la topographie, un substrat rocheux affleurant dans les interdunes et moins de sifs de réactivation. La partie méridionale située sous le vent possède une couverture sableuse encore épaisse, réactivée et riche en sifs. Selon des enquêtes de terrain conduites dans des campements bédouins dans la région dite d'Akcheit (19° 13’ N et 16° 16’ W) dans la tribu Ehel Bouchibeiry, les nomades ont vu apparaître, dans les couloirs interdunaires, de nouvelles barkhanes à crêtes anguleuses et ont précisé que le matériel sableux éolien était remanié localement. Cette observation avait été faite par notre équipe la veille quand, circulant dans un couloir interdunaire, nous avions été obligés de rebrousser chemin : une chaîne transverse néoformée venait fermer ce couloir (19° 11' N et 16° 12' W). Les mêmes nomades ont signalé un basculement saisonnier de la crête dunaire, bien que l'édifice soit, à long terme, le plus souvent conforme à l'harmattan, c'est-à-dire qu’il présente un axe d'orientation d’est (revers de l'édifice) en ouest (front).

15Au sud de l'Akchar, la dépression du Touifilit, à peine repérable sur la mosaïque de 1972 tant elle était ensablée, est au contraire très nettement décelable par sa faible réflectance sur la mosaïque SPOT de 2000 (fig. 4) ; elle fournit aujourd’hui la preuve de l'exportation éolienne du sable. La dépression du Touifilit est en fait une aire d'abri, sous le vent des guelbs de Touranine. L'exportation se traduit par un élargissement de l'aire d'abri entre le pied de l'escarpement et l'amorce de l'erg. Au sud de cette aire, la bande sableuse de Dhrayya Oummat el Beid, de forme plus effilée en 2000 qu’en 1974 avec une réflectance plus faible, confirme là encore l'exportation du sable. Une partie du sable exporté depuis l'erg Akchar alimente les accumulations sableuses en bordure du littoral et contribue à l'accentuation de l'ensablement de la langue de terre qui sépare la sebkha de Tenioubrar de la sebkha de Ndghamcha. Tous ces remaniements éoliens conduisent à une situation alarmante pour beaucoup d’infrastructures humaines de Mauritanie et notamment à l’ensablement du tissu urbain de Nouakchott.

Vent de poussières et ensablement de la ville de Nouakchott

16Les vents de poussières et l'ensablement de la capitale qui regroupe plus de 700 000 habitants, soit un tiers de la population mauritanienne, représentent l’un des gros problèmes posés aux autorités gouvernementales de ce pays (Mainguet et al., 2000). La ville de Nouakchott souffre intensément des vents de poussières. D'après les mesures de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne (ASECNA), les jours de brume sèche ont augmenté depuis les années 1970 : inférieurs à 100 événements par an entre 1960-1970, leur fréquence est supérieure à 100 depuis le milieu des années 1970 (fig. 7).

Fig. 7 – Tempêtes de sable, vents de poussières, brumes sèches et pluviométrie à Nouakchott de 1961 à 2000 (source : Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar, ASECNA).
Fig. 7 –  Dust storms, dust winds, dry fog and rainfall in Nouakchott between 1961 and 2000 (source: Agency for the safety of air navigation in Africa and Madagascar, ASECNA).

Fig. 7 – Tempêtes de sable, vents de poussières, brumes sèches et pluviométrie à Nouakchott de 1961 à 2000 (source : Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar, ASECNA). Fig. 7 –  Dust storms, dust winds, dry fog and rainfall in Nouakchott between 1961 and 2000 (source: Agency for the safety of air navigation in Africa and Madagascar, ASECNA).

17Le total de nombre de jours de vents de poussières (tempête de sable, sable brassé, brumes sèches) est passé de 415 entre 1960-1972 à 3362 pour la période 1972-1995. Des échantillons de poussières ont pu être prélevés aux 3e et 6e étages du bâtiment dit de l'AFARCO à Nouakchott. Les granulométries fines (fig. 8) portant sur les deux échantillons recueillis à la fin d'une tempête de poussières le 8 avril 2001 permettent de constater que l'échantillon A (3e étage) est légèrement plus grossier que l'échantillon B (6e étage) mais que le mode principal de l'échantillon à 50 µm reste prépondérant, ce qui signifie que les poussières à Nouakchott sont relativement grossières et implique que la source de ces particules est proche.

Fig. 8 – Poussières éoliennes rouges récoltées à l’intérieur d’un immeuble à Nouakchott, le 8 avril 2001, après une tempête de poussières. Chaque échantillon a été prélevé dans un couloir orienté face au vent de nord-est, à l’origine du dépôt. Échantillon A à 7,5 mètres de hauteur (3e étage), échantillon B à 15 mètres (6e étage).
Fig. 8 – Red aeolian dust collected in a building of Nouakchott 8th April 2001 after a dust. Each sample was taken in an open passage facing the wind responsible for the dust storm. Sample A was taken at 7.5 meters in height (3rd floor) and sample B was taken at 15 meters in height (6th floor).

Fig. 8 – Poussières éoliennes rouges récoltées à l’intérieur d’un immeuble à Nouakchott, le 8 avril 2001, après une tempête de poussières. Chaque échantillon a été prélevé dans un couloir orienté face au vent de nord-est, à l’origine du dépôt. Échantillon A à 7,5 mètres de hauteur (3e étage), échantillon B à 15 mètres (6e étage).Fig. 8 – Red aeolian dust collected in a building of Nouakchott 8th April 2001 after a dust. Each sample was taken in an open passage facing the wind responsible for the dust storm. Sample A was taken at 7.5 meters in height (3rd floor) and sample B was taken at 15 meters in height (6th floor).

18Les sols secs sont beaucoup plus vulnérables à la déflation éolienne qui vanne les particules fines. Il existe en effet une relation inverse entre la pluviométrie et l’intensité des phénomènes éoliens : on constate (fig. 7) que la bonne pluviométrie des années 1988 à 1993 fait baisser de manière significative le nombre de jours sujets aux événements éoliens avec une efficacité notable jusqu’en 1995.

19Simple ksar situé à l'origine sur le versant nord d’un couloir interdunaire complexe, et comptant une population de 500 personnes dans les années 1950, Nouakchott fut choisie comme capitale en 1957, après l'indépendance de la Mauritanie. Les sécheresses récurrentes des années 1971-1974, 1977 et 1983-1984 (fig. 7), ont contribué à une croissance soutenue de la population urbaine, supérieure à 23 % en 1977 (Arnaud et al., 1998) et jusqu’à nos jours à cause de l’exode rural. La sédentarisation de la population d'origine nomade s'est faite dans des gazra, occupations illicites en bidonville, sur les cordons dunaires longitudinaux qui, d’après l’observation des photographies aériennes, étaient végétalisés jusqu'au début des années 1960. La concentration de la population sur ces cordons, où la couverture végétale était déjà fragilisée par la sécheresse et le surpâturage, a entraîné la réactivation des cordons dunaires sous forme de sifs (fig. 9).

Fig. 9 – Extension de la ville de Nouakchott sur les cordons dunaires et ensablement des couloirs interdunaires par des sifs (S). Photographie aérienne Mission 1984 MAU 11/100 n° 29 (échelle 1/10 000) dans un couloir orienté face au vent de nord-est, à l’origine du dépôt, 18° 07’ N – 15° 57’ O).
Fig. 9 – Urban expansion of the town of Nouakchott on the sand rigdes and sand encroachment by sifs in the interdunal passages (S). Aerial Photograph Mission 1984 MAU 11/100 n° 29 (1:10,000 scale, 18° 07’ N – 15° 57’ O).

Fig. 9 – Extension de la ville de Nouakchott sur les cordons dunaires et ensablement des couloirs interdunaires par des sifs (S). Photographie aérienne Mission 1984 MAU 11/100 n° 29 (échelle 1/10 000) dans un couloir orienté face au vent de nord-est, à l’origine du dépôt, 18° 07’ N – 15° 57’ O).Fig. 9 – Urban expansion of the town of Nouakchott on the sand rigdes and sand encroachment by sifs in the interdunal passages (S). Aerial Photograph Mission 1984 MAU 11/100 n° 29 (1:10,000 scale, 18° 07’ N – 15° 57’ O).

20Ainsi, dès le début des années 1990, tous les quartiers périphériques de la ville étaient menacés par l'extension des sifsvoisins. De plus, le développement rapide de la ville de Nouakchott engendre une rugosité topographique accrue, responsable d'une accumulation généralisée de sable transporté par l'harmattan de direction NNE-SSO.

21L'évolution de la dégradation dans le temps est analysée dans le tableau 3, qui reprend les critères de dégradation observés d’après l’étude des sept missions de photographies aériennes diachroniques de Nouakchott et de sa périphérie.

Tableau 3 – Chronologie de la dégradation environnementale croissante dans le tissu urbain de Nouakchott et de sa périphérie.
Table 3 Chronology of the increase in environmental degradation in the urban area of Nouakchott and its surroundings.

Tableau 3 – Chronologie de la dégradation environnementale croissante dans le tissu urbain de Nouakchott et de sa périphérie.Table 3 – Chronology of the increase in environmental degradation in the urban area of Nouakchott and its surroundings.

22Deux classements ont été effectués afin de dissocier la dégradation d'origine anthropique dans le périmètre d’influence urbaine (tab. 3, colonne A) et les événements naturels (tab. 3, colonne B) hors de cette influence. La troisième colonne du tableau livre une appréciation du seuil de réversibilité potentielle. Il en ressort deux points fondamentaux : la dégradation est beaucoup plus sévère en milieu urbain et en périphérie urbaine que dans le reste du pays; le seuil d'irréversibilité en périphérie urbaine est franchi au milieu des années 1980, avec une accentuation de la dégradation au début des années 1990. De 1984 à 1991, les changements environnementaux ont été plus rapides qu'au cours des trente années précédentes (Mainguet et al., 2001). Depuis les années 2000, une pluviométrie plus favorable (250 mm à Nouakchott) n’arrête pas la dégradation car à l’érosion éolienne s’ajoutent des formes d'érosion hydrique qui fournissent du sable, c'est-à-dire que l’érosion hydrique participe à l’ameublissement du sable pris en masse le rendant ainsi mobilisable par le vent.

23Le but d’une mission conduite en octobre-novembre 2005 a été de rechercher l’origine spatiale des sables qui envahissent la ville de Nouakchott et d’en délimiter les aires contributives et les flux d’alimentation. Il s'agissait en effet de délimiter avec précision les limites nord et sud de l'aire balayée par le courant éolien harmattan, responsable de l'apport de sable à Nouakchott (fig. 10).

Fig. 10 – Aires sources de l'ensablement de Nouakchott. 1 : flux de balayage éolien ; 2 : limites de flux ; 3 : erg et édifices dunaires.
Fig. 10 – Source areas of the sand encroachment of Nouakchott. 1: aeolian sand flow; 2: limits of the flow; 3: sand seas and aeolian edifices.

Fig. 10 – Aires sources de l'ensablement de Nouakchott. 1 : flux de balayage éolien ; 2 : limites de flux ; 3 : erg et édifices dunaires.Fig. 10 – Source areas of the sand encroachment of Nouakchott. 1: aeolian sand flow; 2: limits of the flow; 3: sand seas and aeolian edifices.

24En dépit des apparences, le plateau de l'Adrar situé au nord-est de l'erg Akchar, bien que parcouru par des courants éoliens continentaux qui prennent en charge du matériel sableux issu de la désagrégation des grès de ce plateau, ne constitue pas la source de l'alimentation de l’ensablement de la capitale. L'Amoukrouz est l'erg le plus méridional qui participe à l'ensablement de la ville de Nouakchott. Il reçoit son matériel éolien des faisceaux de cordons sableux d'Ed Dkhaïna (le plus septentrional), d'Areïch Labâra et d'Agoueilil. Le couloir interdunaire d'Amilil Yourgât est la limite méridionale de l'aire d'alimentation des sables qui se déposent à Nouakchott. En revanche, le cordon de Tin Yourgât, à l’amont vent de l'Amoukrouz,est situé sur la marge méridionale du secteur d'alimentation potentielle de Nouakchott ; il n'est plus sur le passage direct du flux éolien susceptible de balayer la capitale.Dans le flux sableux nord-sud parallèle au littoral, l'apport de sable peut être considéré comme nul.

Conclusion

25La dégradation en Mauritanie, et notamment dans l'aire urbaine de Nouakchott, s'est amorcée avec les premières sédentarisations postérieures à l'indépendance (1964-1965) et s'est amplifiée avec la sédentarisation massive qui a débuté dans les années 1970-1980, à la suite des années de grande sécheresse : 1971, 1974, 1977, 1983 et 1984. Le seuil de dégradation maximale a été atteint au début des années 1990. Depuis lors, la pluviométrie légèrement excédentaire enregistrée depuis la fin de la décennie 1990-2000 contribue à ralentir la dégradation environnementale (Mainguet, 2003). Nous avons vu que la désertification résulte de causes naturelles, dont celles liées aux sécheresses récurrentes, et de causes anthropiques. Ces données sont replacées dans la chronologie du tableau 3. L’ensemble de la Mauritanie souffre, comme une majorité des pays saharo-sahélien, de la diminution de la pluviométrie, qui entraîne une raréfaction du couvert végétal herbacé et une réactivation de la dynamique éolienne. Ces traumatismes sont exacerbés par la pression anthropique et la concentration urbaine. Le rapprochement diachronique des mosaïques d’images satellites et des travaux de terrain entre 1997 et 2006 révèle un fait majeur : l'appauvrissement en sable de toutes les nappes et couvertures sableuses de Mauritanie et leur exportation sur leur marge où de nouveaux édifices sableux apparaissent, dômes et barkhanes. En vingt-cinq ans, la surface et l’épaisseur et la surface des nappes sableuses ont considérablement décru et une nouvelle génération de dunes s’est développée. Le premier corollaire de ce changement rapide est l'ensablement résultant de la mobilisation des sables des ergs anciens (ergs formés lors de périodes dont le climat était différent) observable par l’arasement des cordons et la fourniture de matériel éolien aboutissant à la formation des sifs.

26Cet ensablement ne signifie pas une augmentation du volume de sable mais sa redistribution et son accumulation contre toutes les infrastructures urbaines. Entre Nouakchott et Boutilimit, la route de l’Espoir, de direction ouest-est, est régulièrement ensablée par l’allongement de sifs de direction nord-sud. Le second corollaire est l'appauvrissement des formations superficielles réactivéesen sable meuble donc mobilisable et privées de limons par le vannage et la déflation. Ces deux corollaires sont les formes tangibles de la désertification en Mauritanie et le sont probablement pour l'ensemble de la zone saharo-sahélienne au sud du Sahara.Il est donc dès à présent nécessaire de mener une politique réfléchie de conservation des sols en Mauritanie et au Sénégal septentrional.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud J-C., Ould Merzoug M.S., Ould Mohamed Nasser M.B. (1998) Atlas Migrations et Gestions du Territoire. Université de Nouakchott, LERG, coopération française CAMPUS, université de Rouen, LEDRA, 70 p.

Arnaud J-C., Ould Merzoug M.S., Ould Mohamed Nasser M.B. (1998) Atlas Migrations et Gestions du Territoire. Université de Nouakchott, LERG, coopération française CAMPUS, université de Rouen, LEDRA, 70 p.

Fall O. (2002)L'érosion éolienne dans le bassin arachidier du Sénégal : causes, mécanismes et propositions de solution. Thèse, université de Reims, 305 p.

Lancaster N., Kocurek G., Singhvi A., Pandey V., Deynoux M., Ghienne J.F., Lô K.(2002) – Late Pleistocene and Holocene dune activity and wind regimes in the western Sahara Desert of Mauritania. Geology 30, 11, 991-994.

Mainguet M., Chemin M.-C. (1985) – La notion de budget sédimentaire sablo-éolien appliquée aux dépôts de sable du Sahara et du Sahel dans l’analyse de l’état de surface des Grands Ergs Oriental et Occidental. Ouvrage en l’honneur de Fernand Joly. Centre d’études et de recherches en géographie du CNRS, Paris, 113-130.

Mainguet M., Dumay F. (1995) – Transaharan Wind Flows analysed on Meteosat 4 satellite imagery. Journal of Arid Land Studies 53, 89-94.

Mainguet M., Dumay F., Georges J.-C., Bechiry M., Lémine M., Mahfoudh A. (2000) –Nouakchott, une capitale du Sahel et les handicaps spécifiques de son développement. Plurimondi II, International Forum for Research and Debate on Human Settlement - Cities in Revolt, 3, Rome, 101-114.

Mainguet M., Dumay F., Lémine M., Mahfoud A. (2001) – Diagnostic par la télédétection d’un changement de rythme de la dynamique éolienne en Mauritanie. Entropie de la désertification. Télédétection, 2, 2, AUPELF-UREF, Gordon Breach, 129-136.

Mainguet M. (2003)Les pays secs, environnement et développement. Coll. Carrefours, Ellipses, 160 p.

Toupet Ch., Pitte J.-R. (1977) – La Mauritanie. Coll. « Que sais-je ? ». Presses Universitaires de France, Paris, 125 p.

Haut de page

Annexe

English abridged version

The comparison of two satellite image mosaics –Landsat from 1972 to 1974 and Spot from 1998 to 2000–, with multiscale anddiachronic aerial photographs from 1954 to 1991,allows the identification of quantitative and qualitative changes of the surface state of the Mauritanian sand seas (ergs) and attests increasing environmental degradation and desertification since the decade 1950 – 1960. The analysis of morphodynamic units of the Taziast plain surface, the Azefal sandsea, the Tijirit plain and the Akchar sandsea (fig. 1) shows (a) a severe loss of sand, (b) changes sand texture and structure of the surfaces hitherto fixed by a steppic vegetation, (c) two generations of reactivated seif (linear) dunes. The Mauritanian aeolian sand system includes three units: a northern unit partly devoid of sand, a middle unit with a positive sediment budget and accumulation of sand in transverse dunes, and finally a southern unit with a negative sediment budget, which extends into northern Senegal (fig 3). The movement and loss of sand from the bulk of this system is indicated by: (a) the removal and transport of sand through the Taziast plain, (b) the deflation of the Azefal sand sea, the northernmost erg of Western Mauritania, (c) the accumulation of sand over the downwind part of the plain of Tijirit where the two Azefal and Akchar ergs are now joining, and (d) the formation of new active seifs and barchan dunes in the interdune corridors of the Akchar sandsea.

The number of days of sand and dust storms affecting Nouakchott has increased tremendously from 415 days between 1960 and 1972 to 3362 days between 1972 and 1995 (fig 7). Sand encroachment upon Nouakchott and its periphery is summarized in table 3. It can be divided into six stages since 1954: at that time the dune environment of the town site was stabilized with a dense bushy steppe and some trees, excepted some patches of mobile sand, linked to aeolian reactivation following water erosion. From 1963, the degradation of the vegetation began and sand plumes and sprays appeared starting the reactivation of an ‘older’ generation of vegetated seif dunes. The meteorological drought of 1968 accentuated the decrease of the vegetation cover, which, by 1980, had completely disappeared in the town of Nouakchott and its periphery. Since 1984 seif dune ‘fields’ have appeared and a state of irreversible degradation seems to have been reached. By 1991 the seif dunes have extended. The rainy years of the ending 20th century slowed down the degradation. The last part of this paper focuses upon the sources of the sand invading Nouakchott. This is due mainly to the Harmattan, which creates seifs and transverse dunes, with sand blown out from the longitudinal sand ridges of the old reg ergs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation et contexte géologique de l’aire d’étude (d’après Toupet et Pitte, 1975).Fig. 1 – Map of location and geological setting of the study area in Mauritania (after Toupet and Pitte, 1975).
Légende 1 : socle précambrien ; 2 : arc des Mauritanides ; 3 : plaines sédimentaires ; 4 : plateaux sédimentaires ; 5 : faille, 6 : hamadas ; 7 : sebkha ; 8 : ergs ; 9 : escarpements.1: Precambrian basement; 2: arc of Mauritanides; 3: sedimentary plains; 4: sedimentary plateau; 5: faults; 6: hamadas; 7: sebkha; 8: sand seas (ergs); 9: scarps.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau 1 – Photographies aériennes de l’Institut Géographique National (Paris) utilisées dans cette étude et dates des missions.Table 1 - Aerial photographs used in this study and dates of the aerial surveys by IGN (Paris).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 2 – Images satellitales utilisées. Table 2 – Satellite scenes used in this study.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-3.png
Fichier image/png, 38k
Titre Fig. 2 – Le « Systeme Global d’Action Eolienne Sahara-Sahel » d’après les images du satellite Météosat. Fig. 2 The “Global Sahara-Sahel Wind Action System” according to the images of Meteosat satellite.
Légende 1 (trait plein) : traces de corrasion avec une forte réflectance ; 2 (pointillés) : traces de déflation avec une faible réflectance ; 3 : principaux massifs montagneux (A : Aïr, AD : Ader Doutchi, AI : Adrar des Ifoghas, B : Grand Erg de Bilma, E : Eglab, En : Ennedi, H : Hoggar, Ho : Hodh, TA : Tassili N’Ajer, T : Tibesti). 1 (full line): areas of erosion with strong reflectance; 2 (dotted lines): areas of deflation with low reflectance; 3: mountain massifs (A: Aïr, AD: Ader Doutchi, AI: Adrar des Ifoghas, B: Grand Erg de Bilma, E: Eglab, En: Ennedi, H: Hoggar, Ho: Hodh, TA: Tassili N’Ajer, T: Tibesti).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-4.png
Fichier image/png, 52k
Titre Fig. 3 – Unités morphodynamiques éoliennes en Mauritanie. Fig. 3 – Aeolian morphodynamic units in Mauritania.
Légende 1 : aire hyperaride à aride de déflation et de transit généralisé avec remaniement de sable éolien allochtone ; 2 : escarpement de roches sédimentaires tapissé par des retombées et de probables remontées de sable éolien ; 3 : aire continentale de cordons longitudinaux surmontés de sifs de réactivation déjà formés en 1958 ;  4 : aire littorale à courant méridien de sable éolien principalement autochtone ; 5 : limite d’aire continentale à bilan sédimentaire positif, 5a : champs de barkhanes ; 5b : aire d’aklé ; 5c : aire de chaînes transverses ; 5d : aire caractérisée par le transit de sable avec genèse de quelques dunes vives de type transverse sur les cordons minces en voie d'arasement ; 6 : aire maximale de dégradation éolienne et perte des sols ; genèse de sifs et de barkhanes ; 7 : aire sahélienne méridionale avec réactivation des cordons, déflation sévère et genèse de sifs amorcés seulement depuis 1963 ; 8 : aire de transit de sable (saltation et barkhanes) sur substrat rocheux (Tagant et Assaba) ; 9 : sebkha de Ndghamcha ; 10 : route de l’Espoir. 1: hyperarid to arid zone of deflation and widespread sand transport with reworking of the allochtonous aeolian sandy material; 2: scarps of sedimentary rocks with falling and probably falling dunes; 3: extensive areas of sand ridges overlain by reactivated seif dunes already visible on the aerial photographs as of 1958; 4: coastal area with a North-South current of autochtonous aeolian sand; 5: extensive areas with a positive sedimentary budget, 5a: fields of barchan dunes; 5b: aklé dunes; 5c: area of transverse chains; 5d: areas of sand movement with the generation of active transverse dunes over flattened old sand ridges; 6: maximum area of degradation and erosion of old soils and genesis of new seifs and barchans; 7: southern sahelian zone with reactivation of the sand ridges, severe deflation and genesis of seif dunes, which started after 1963; 8: surface of sand transit (saltation and barchans) over bedrock (Tagant and Assaba); 9: sebkha of Ndghamcha ; 10: route de l'Espoir.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-5.png
Fichier image/png, 70k
Titre Fig. 4 – Mosaïque SPOT P+XS composée de 49 images, entières ou partielles, de 1998-2002 au 1/1 000 000. Fig. 4 – SPOT P and XS mosaic made up of whole or partial 49 images as of 1998-2002 at 1:1,000,000 scale.
Légende 1 : Taziast ; 2 : erg Azéfal ; 3 : Tijirit ; 4 : erg Akchar ; 5 : erg Agneitir ; 6 : guelbs Bou el Gra et Tîjraj el Khadra ; 7 : katts des Ogols ; 8 : Touifilit ; 9 : guelbs de Touranine ; 10 : Dhrayya Oummat el Beid ; 11 : sebkha de Tenioubrar ; 12 : sebkha de Ndghamcha ; 13 : Nouakchott ; 14 : Adrar. . 1: Tazias; 2: Azéfal sand sea; 3: Tijirit; 4: Akchar sand sea; 5: Agneitir sand sea; 6: guelbs Bou el Gra et Tîjraj el Khadra;  7: katts des Ogols; 8: Touifili; 9: guelbs de Touranine; 10: Dhrayya Oummat el Beid; 11: sebkha de Tenioubrar; 12: sebkha de Ndghamcha; 13: Nouakchott; 14: Adrar.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 – Aire de convergence entre le courant éolien littoral nord-sud (A) et l'harmattan nord-est–sud-ouest (B). Extrait de l'image SPOT 1 P 021-313 (1/100 000). Fig. 5 – Area of convergence of the aeolian coastal North-South sand flow current (A) and the northeast-southwest harmattan (B).
Légende 1 : voie ferrée de la Société Nationale d'Industrie Minière (SNIM) Nouadhibou-Zouérate ; 2 : section de la voie menacée d'ensablement ; 3 : aire de transit éolien par saltation, sous forme de voiles sableux et de barkhanes ; 4 : barkhane avec allongement de l'aile gauche sous l'influence du courant éolien littoral ; 5 : barkhane avec allongement de l'aile droite sous l'influence dominante du courant harmattan.Part of the SPOT 1 image P 021-313 (scale 1:100,000). 1: railway of the National Company of Mining Industry (SNIM) Nouadhibou-Zouérate; 2: section of the railway threatened by sand encroachment; 3: surface of sand transit by saltation, by sand sheet and by barchan dunes; 4: barchan with lengthening of the left wing under the influence of the coastal wind current; 5: barchan with lengthening of the right wing under the dominant influence of the harmattan.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 6 – Courbes granulométriques des sables d'un cordon longitudinal de l'Azéfal. Fig. 6 – Grain size analysis of a sand ridge of the Azéfal sandsea.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-8.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 7 – Tempêtes de sable, vents de poussières, brumes sèches et pluviométrie à Nouakchott de 1961 à 2000 (source : Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar, ASECNA). Fig. 7 –  Dust storms, dust winds, dry fog and rainfall in Nouakchott between 1961 and 2000 (source: Agency for the safety of air navigation in Africa and Madagascar, ASECNA).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-9.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 8 – Poussières éoliennes rouges récoltées à l’intérieur d’un immeuble à Nouakchott, le 8 avril 2001, après une tempête de poussières. Chaque échantillon a été prélevé dans un couloir orienté face au vent de nord-est, à l’origine du dépôt. Échantillon A à 7,5 mètres de hauteur (3e étage), échantillon B à 15 mètres (6e étage).Fig. 8 – Red aeolian dust collected in a building of Nouakchott 8th April 2001 after a dust. Each sample was taken in an open passage facing the wind responsible for the dust storm. Sample A was taken at 7.5 meters in height (3rd floor) and sample B was taken at 15 meters in height (6th floor).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-10.png
Fichier image/png, 11k
Titre Fig. 9 – Extension de la ville de Nouakchott sur les cordons dunaires et ensablement des couloirs interdunaires par des sifs (S). Photographie aérienne Mission 1984 MAU 11/100 n° 29 (échelle 1/10 000) dans un couloir orienté face au vent de nord-est, à l’origine du dépôt, 18° 07’ N – 15° 57’ O).Fig. 9 – Urban expansion of the town of Nouakchott on the sand rigdes and sand encroachment by sifs in the interdunal passages (S). Aerial Photograph Mission 1984 MAU 11/100 n° 29 (1:10,000 scale, 18° 07’ N – 15° 57’ O).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 3 – Chronologie de la dégradation environnementale croissante dans le tissu urbain de Nouakchott et de sa périphérie.Table 3 Chronology of the increase in environmental degradation in the urban area of Nouakchott and its surroundings.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-12.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 10 – Aires sources de l'ensablement de Nouakchott. 1 : flux de balayage éolien ; 2 : limites de flux ; 3 : erg et édifices dunaires.Fig. 10 – Source areas of the sand encroachment of Nouakchott. 1: aeolian sand flow; 2: limits of the flow; 3: sand seas and aeolian edifices.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/6643/img-13.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Mainguet, Frédéric Dumay, Mohamed Lemine Ould Elhacen et Jean-Christophe Georges, « Changement de l’état de surface des ergs au nord de Nouakchott (1954 – 2000). Conséquences sur la désertification et l’ensablement de la capitale », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 3 | 2008, 144-152.

Référence électronique

Monique Mainguet, Frédéric Dumay, Mohamed Lemine Ould Elhacen et Jean-Christophe Georges, « Changement de l’état de surface des ergs au nord de Nouakchott (1954 – 2000). Conséquences sur la désertification et l’ensablement de la capitale », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 3 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/6643 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.6643

Haut de page

Auteurs

Monique Mainguet

Laboratoire de Géographie Zonale pour le Développement, université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 Reims. Courriel : monique.mainguet@univ-reims.fr

Frédéric Dumay

Laboratoire de Géographie Zonale pour le Développement, université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 Reims. Courriel : frederic.dumay@univ-reims.fr

Mohamed Lemine Ould Elhacen

Laboratoire d’Études et de Recherches Géographiques, université de Nouakchott, Mauritanie. Courriel : mouldelhacen@yahoo.fr

Jean-Christophe Georges

Laboratoire de Géographie Zonale pour le Développement, université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger, 51100 Reims. Courriel : monique.mainguet@univ-reims.fr ; frederic.dumay@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org