Navigation – Plan du site

Archéologie et géoarchéologie d’une période historique dans les Alpes : les paradigmes épistémologiques de la romanisation

Archeology and Geoarcheology in the Alps: the paradigm of ‘Romanization’
Philippe Leveau

Résumés

Cet article a un objectif épistémologique. Il met en garde les géomorphologues contre les paradigmes de la romanisation qu’ils reproduisent en croyant donner un contenu précis au concept naturaliste d’anthropisation. À propos des Alpes occidentales, il examine le paradigme de gestion romaine du paysage dans ses rapports avec l’érosion pour en souligner les utilisations excessives. Pour l’interprétation des données disponibles, les spécialistes de l’Antiquité recourent à des modèles socio-environnementaux comme les préhistoriens ou font appel à la méthode régressive comme les historiens médiévistes. Ils recourent rarement aux contrefactuels sensu D.K. Lewis. (1986). Ces approches différentes ont des effets sur la description de telle ou telle situation. Pour éviter les raisonnements circulaires, les géomorphologues doivent adopter une attitude critique à l’égard des paradigmes historiques et rompre avec l’utilisation des chronologies culturelles, ce que permet la multiplication des datations isotopiques. La relation entre climat et sociétés doit être envisagée à travers l’exploitation et la gestion des ressources naturelles.

Haut de page

Errata

Article reçu le 30 juin 2006, accepté le 16 février 2007.

Notes de la rédaction

Remerciements
Je remercie R. Bruce Hitchner et Kevin Walsh pour la traduction des résumés en anglais et les relecteurs pour leurs remarques que j’ai tentées de mettre à profit ainsi que Maxence Segard pour la carte qu’il a dressée.

Texte intégral

Introduction

1Lors de la Table Ronde du Mont Beuvray (Richard et Magny, 1992) la question du climat qu’a connu la Gaule à l’époque romaine a été posée dans des termes qui restent actuels. Le point de vue qui s’y exprimait était essentiellement celui de naturalistes. Dénonçant la confusion qui régnait sur le sujet, les organisateurs se préoccupaient de la transcription en termes de paléoclimat des données contenues dans les sources écrites, qui définissent cette période comme « historique ». Les Alpes occidentales y étaient abordées dans deux contributions, correspondant à des approches sensiblement différentes, se rapportant aux deux parties continentale et méditerranéenne de la chaîne. Pour les Alpes duranciennes, Jorda (1992) reconnaissait durant l’époque romaine, un apaisement de la dynamique érosive et du détritisme qui succédait à une période plus fraîche et plus humide (une sorte de petit âge glaciaire alpin). À propos des Alpes du Nord au sein de l’espace de l’Europe continentale, Bravard et al. (1992) relevaient une situation légèrement différente ; ils distinguaient trois phases durant la même période : deux phases de calme hydrologique séparées l’une de l’autre par une phase de crues au début de l’ère chrétienne. Une phase de crue analogue a été observée en moyenne et basse vallée du Rhône (Provansal et al., 1999) et dans l’Apennin central (Tibre, lac Trasimène cf. Giraudi, 2005). La fin de la période (IVe-Ve siècles) paraît caractérisée par une recrudescence des phénomènes érosifs en Provence, en Languedoc et en Catalogne (Leveau et al., 2002). Les grandes lignes de cette évolution ne semblent pas avoir été remises en question. La période romaine correspond au quatrième (1800-1700 cal. BP) des quinze épisodes de haut niveau des lacs du Jura, du Plateau Suisse et des Alpes du Nord dont Magny (2004) a dressé la liste. Toutefois les paléoclimatologues s’accordent à reconnaître l’importance croissante des facteurs anthropiques, sinon dans l’évolution climatique elle-même, ce qui est un fait actuel, du moins dans la nature des preuves utilisées pour la reconstituer : dépôts sédimentaires liés aux activités agropastorales, stabilisation des plans d’eau par le creusement d’exutoire.

2Pour serrer au plus près les fluctuations du climat dans ces périodes dépourvues de sources écrites, les paléoclimatologues s’appuyent sur des données géoarchéologiques et archéologiques renseignant sur des faits d’origine anthropique dont le traitement nécessite une distinction forte entre deux histoires dont les temporalités diffèrent, celle des environnements et celle des sociétés. Or, dans leurs analyses, par exemple pour évaluer un risque environnemental, les géomorphologues font plus souvent appel aux sciences sociales, à l’anthropologie ou à la psychologie comportementale (Thouret et Ercole, 1994), qu’ils ne prennent en compte la dimension historique. Si une période historique présente bien un certain nombre de caractères généralisables, dont un rapport spécifique à l’environnement naturel, ces caractères ne se retrouvent pas nécessairement partout. Les préhistoriens et à leur suite des naturalistes emploient des termes comme « les Préhistoriques », « les Néolithiques » pour désigner des populations définies par des pratiques culturelles communes et ayant vécu une succession d’événements qui, en l’absence de récits, ne peuvent être connus. De même pour interpréter des données archéologiques datées de la période romaine et les intégrer à une histoire des environnements naturels, il est tentant d’utiliser une réalité, celle d’un Empire dont les souverains se vantaient de commander à la nature, à travers la représentation de l’Homme romain et de sa gestion du milieu, qu’elle a inspirée. Un paradigme culturel oppose le Romain volontariste et brutal, même envers la nature, au Grec, astucieux et fin, soucieux de s’adapter et de la respecter.

3L’objectif de cet article est de montrer les inconvénients de telles généralisations pour une utilisation appropriée de faits culturels dans une perspective environnementale. Cette approche a déjà montré son intérêt, par exemple pour critiquer le recours à un taxon comme élément de datation au sein de diagrammes polliniques. L’olivier étant l’arbre symbolique de la civilisation gréco-romaine sur les rives de la Méditerranée, une formation sédimentaire serait datée de l’époque romaine par un pic de l’Olea. Mais, dans le sud de la France, en dehors de secteurs particuliers du littoral provençal, le grand développement de l’oléiculture date de la période moderne et non de la période romaine (Leveau et al., 1991). Par conséquent correspondant à la formulation d’un consensus scientifique à un moment donné, un paradigme fournit un cadre général pour interpréter des faits empiriques. Toutefois confronté à l’épreuve de nouvelles connaissances, il doit s’accompagner d’une critique permanente du modèle, qui prépare l’élaboration d’un nouveau paradigme.

4Des recherches sur une ressource naturelle caractéristique de la montagne, la ressource herbagère, sont à l’origine des réflexions présentées ici. La découverte de ruines de bergeries antiques a conduit des archéologues à proposer une origine romaine à la grande transhumance qui, à partir de la fin du Moyen Âge, conduisit les troupeaux de la basse Provence vers les Alpes. La validation de cette hypothèse impliquait que l’on recherche l’impact de l’arrivée de nombreux animaux, sur les paysages de ces montagnes. Identifiable dans les diagrammes polliniques, la modification du couvert végétal pouvait avoir eu des conséquences sur des processus érosifs dont les explications anthropiques ont précisément fait l’objet d’une récente Table Ronde (Allée et Lespez, 2006). Ces recherches ont été entreprises d’abord dans la partie sud du Parc National des Écrins située en Dauphiné (de Beaulieu et al., 2003) puis autour du col du Petit Saint-Bernard en Savoie (Leveau, 2006a). Elles ont confirmé que, dans l’histoire des Alpes comme dans celle des autres espaces de l’Empire romain, la romanisation, un processus culturel, et la période historique à laquelle elle correspond, devaient bien être distinguées. Bien avant la conquête militaire et l’organisation administrative, qui correspondent à des dates précises, des Romains, présents dans le massif alpin, introduisirent les modes d’exploitations des ressources caractéristiques de cette civilisation, mais dans des secteurs géographiques bien particuliers en les adaptant aux conditions offertes par le milieu. Dans la majeure partie des Alpes, la conquête n’a pas aboli les modes traditionnels de gestion de la montagne, qui sont restés dominants en altitude (Leveau, 2006c). Au total, qu’ils portent sur la basse Provence ou sur les Alpes, les travaux qui viennent d’être évoqués ont pour point commun de postuler que, si le rôle du climat reste fondamental depuis plusieurs milliers d’années, il ne détermine pas l’évolution des sociétés. En revanche l’influence du climat peut être appréhendée efficacement à travers le concept de gestion de la ressource par une société, ici la société romaine, ce qui donne un contenu spécifique et proprement historique au concept naturaliste d’anthropisation. Du fait des contraintes de l’étagement altitudinal qui en rendaient autrefois les modes d’utilisation particulièrement rigides, la montagne peut, plus qu’aucun autre milieu, être utilisée comme laboratoire dans la confrontation des interprétations environnementales et sociétales.

Prospection archéologique, chronologie et paléotopographie

5Dans la perspective critique qui vient d’être définie, il convient de rappeler brièvement l’apport de la géomorphologie à l’archéologie de la période romaine. Le Sud-Est de la France offrait des conditions particulièrement favorables au développement de collaborations entre les deux disciplines : « Rome » l’a marqué de son empreinte fondatrice, aussi bien dans le domaine urbain avec ses créations coloniales que dans le domaine rural avec les fameuses centuriations, connues par les cadastres d’Orange, qui jouèrent un rôle important dans l’hydraulique de la plaine alluviale. Ces collaborations ont donné lieu à des publications qui ont analysé la relation entre les villes et le fleuve – le risque fluvial – et les aménagements romains dans la vallée du Rhône (Leveau, 1999 ; Van der Leeuw et al., 2003). Mais, s’agissant des Alpes occidentales (fig. 1), la période romaine n’avait pas suscité l’attention particulière des géomorphologues, sauf dans le bassin amont du Rhône (Bravard et al., 1992 ; Piery et Féougier, 1997 ; Salvador et al., 2004, 2005). Pourtant, là encore, les collaborations ont montré leur efficacité dans les deux domaines de la prospection et de l’interprétation des sites archéologiques.

Fig. 1 – Les Alpes romaines (d’après Segard, 2005, modifié).
Fig. 1 – The Roman Alps (after Segard, 2005, modified).

Fig. 1 – Les Alpes romaines (d’après Segard, 2005, modifié). Fig. 1 – The Roman Alps (after Segard, 2005, modified).

A. P. : Alpes Poeninae ; A. G. : Alpes Graiae ; A. C. : Alpes Cottiae ; A. M. : Alpes Maritimae ; GSB : col du Grand-Saint-Bernard ; PSB : col du Petit-Saint-Bernard ; MG : col du Mont-Genèvre. 1 : limite de provinces ; 2 : chef-lieu de cité romaine ; 3 : peuple gaulois.
A.P. : Alpes Poeninae ; A.G. : Alpes Graiae ; A.C. : Alpes Cottiae ; A.M. : Alpes Maritimae ; GSB : Grand-Saint-Bernard Pass ; PSB Petit-Saint-Bernard Pass ; MG : Mont-Genèvre Pass. 1 : provincial boundaries ; 2 : city ; 3 : Gallic People.

Le site comme chronomètre

6Les géomorphologues avaient une raison précise de s’intéresser aux données archéologiques : les objets (artefacts) et les sites archéologiques leur servaient de chronomètre dans l’étude des dynamiques environnementales. Pour la période romaine – mais il en va de même pour toutes les autres périodes –, la relation entre archéologie et géomorphologie était donc liée au développement de la prospection archéologique, à la fois pour la recherche de nouveaux sites et pour une évaluation correcte de l’âge des sites déjà connus. En milieu méditerranéen montagneux, un site peut aussi bien connaître une érosion brutale qu’être enfoui rapidement sous une accumulation torrentielle. L’efficacité de la prospection archéologique dépend de la topographie, principale caractéristique physique de la montagne, qui ne détermine pas seulement la localisation des sites, mais aussi leur conservation. Les archéologues se sont rapidement rendu compte du caractère aléatoire des extrapolations fondées sur la simple observation de surface. Ils n’étaient jamais à l’abri de surprises, mais leurs chances de trouver des sites étaient conditionnées par les phénomènes d’érosion le long des pentes et les formes d’accumulation dans les fonds de vallée, phénomènes exacerbés par le relief. C’est pourquoi les programmes d’archéologie préventive sur les tracés routiers et autoroutiers en montagne ne peuvent plus être menés sans la collaboration d’un géomorphologue. La géoarchéologie a eu en particulier l’heureux effet de pousser à rechercher des sites archéologiques dans des zones réputées répulsives, que l’on croyait de tout temps hostiles à une implantation permanente, mais qui ne l’étaient devenues qu’à une date récente, du fait d’accumulations sédimentaires.

7Toujours utilisées comme éléments de datation par les géosciences, au moins en première approximation, les sources archéologiques et celles tirées des archives sont indispensables pour caractériser la composante anthropique de l’érosion, en définir la nature et en évaluer l’importance. Les variations de la densité de l’occupation humaine sont reconnues comme un facteur déterminant. À défaut de données statistiques qui apparaissent bien après la période romaine, le nombre des sites renvoie à celui des hommes et aux activités économiques, données essentielles pour évaluer la pression humaine sur le milieu et envisager l’origine des processus environnementaux. C’est sur ces bases que doit être redéfinie la relation entre géomorphologues et historiens. En effet, celle-ci a été profondément modifiée par l’essor des méthodes isotopiques de datation qui ont doté la géomorphologie de moyens permettant de fournir l’âge des dépôts sédimentaires, assurant ainsi son indépendance vis-à-vis de l’histoire et renversant même dans ce domaine les rapports entre les disciplines. Le fait d’obtenir des âges absolus ne met évidemment pas un terme aux collaborations, mais amène à revoir la manière de les envisager. C’est à une telle révision que se proposent de contribuer les réflexions présentées ici.

Du site à l’espace : la taphonomie du site et sa position dans le paysage

8Il y a une quinzaine d’années, dans un tableau de l’occupation des Alpes occidentales, à l’âge du fer, A. Bocquet (1991), observant que les habitats protohistoriques étaient pratiquement inconnus dans ces montagnes, en recherchait l’explication dans un mélange de culturalisme et de déterminisme. « Les bourgades et les villages actuels édifiés dans les seuls endroits stables et à l’abri des avalanches ou de l’érosion occupent certainement les sites des implantations primitives ». Selon lui, les contraintes du milieu rendaient compte de l’absence de matériel guerrier dans les sépultures : pour leur défense, les Alpins avaient utilisé les possibilités que leur offrait le relief. Les sites protohistoriques se trouvaient sous les agglomérations modernes. Cette manière d’envisager les contraintes du milieu, qui renvoyait au thème de la montagne refuge, n’est plus recevable. Le concept de mobilité du paysage qui s’est imposé depuis une trentaine d’années permet d’envisager de manière complètement différente la relation entre le site archéologique et l’espace géographique. Les archéologues ont intégré l’idée que le paysage observé actuellement n’est pas le paysage antique et qu’après son abandon, le milieu d’implantation d’un site a continué à évoluer sous l’emprise des conditions naturelles. Le concept de taphonomie, utilisé d’abord par les biologistes pour traiter des transformations d’un organisme depuis sa mort jusqu’à la récolte du fossile, puis par les archéologues pour étudier les modes d’enfouissement et les conditions de préservation d’ossements animaux et humains, enfin par les sédimentologues pour désigner les processus d’évolution postérieurs au dépôt des strates, a été appliqué aux sites archéologiques et a joué un rôle fondateur pour la géoarchéologie.

9L’apport de la géomorphologie fluviale à l’appréhension du site de Grenoble en donne une excellente illustration. La ville s’est développée à la confluence du Drac et de l’Isère à proximité d’un point de franchissement de cette dernière. À une époque où l’on ne disposait pas d’outils permettant de prendre en compte la mobilité historique de cette confluence, Muller (1930) qui s’appuyait sur les travaux de Blanchard (1911), avait supposé que les premiers occupants s’étaient installés sur un point haut dans la plaine alluviale. En 1219, la ville avait été ravagée par une célèbre inondation qui démontre qu’elle était située dans une zone exposée au risque. La rupture du barrage morainique retenant le lac d’Oisans fut la cause conjoncturelle de cette catastrophe. En outre, le risque inhérent à un tel site avait été aggravé par l’exhaussement inéluctable du lit des deux rivières, qui fut à l’origine de leurs changements de tracé. En était-il de même dans l’Antiquité ? De nouvelles études ont montré que la ville romaine ne se trouvait pas non plus sur un point haut, rocher ou môle alluvial : l’exhaussement du site résultait simplement d’une accumulation de remblais urbains. Durant la période antique, « l’activité de la dynamique fluviale n’a pas constitué une gêne majeure pour le développement des activités humaines sur le site de Grenoble » (Peiry et Féougier, 1997). Il n’est certes pas exclu que les sédiments de l’Isère recouvrent des occupations pré-romaines ; mais, pour l’heure, « les travaux de voirie les plus profonds (3 m environ) n’ont livré que des dépôts argileux vierges » (Rémy et Jospin, 2006). La ville Cularo/Gratianopolis n’est pas enfouie sous des alluvions torrentielles mais sous les matériaux issus de deux millénaires de constructions et de destructions.

10À l’heure actuelle, pour les Alpes occidentales, on ne dispose pas de publications permettant de décrire des faits archéologiques et environnementaux précis relatifs à des contextes urbains romains. Ce que l’on entrevoit ailleurs permet pourtant de décrire une situation bien différente. Deux sites sont susceptibles de donner lieu à des études intégrées dans lesquelles la géoarchéologie a un rôle essentiel Le premier est situé dans les Alpes du Nord, en Tarentaise ; il s’agit d’Aime, Axima, ancienne capitale de la province des Alpes Grées. Cette ville, dont la superficie avait atteint au IIIe siècle plusieurs dizaines d’hectares, s’est étendue sur le rebord de la terrasse de l’Isère jusqu’au bas du cône de déjection de l’Ormente où l’habitat était étagé. Dans ce secteur, les archéologues ont observé « une alternance de zones ravagées et de zones où les constructions antiques sont ensevelies par des alluvions grossières » (Feuillet, 2004). De découverte plus récente, le second site se trouve dans les Alpes du Sud, dans la haute vallée de la Durance, sur la voie qui conduit de Gaule en Italie par le col du Mont-Genèvre. Au début du IIIe siècle, un livret indicateur (Itinerarium Antonini) faisait connaître un établissement routier (mansio), sous le nom de Rama, entre Briançon et Embrun, à proximité de L’Argentière-la-Bessée, où les traces d’un important site antique avaient été observées. Des sondages viennent de montrer que des structures étaient conservées avec des élévations qui dépassent le mètre (Walsh et al., 2007). Une étude géoarchéologique et géomorphologique devrait permettre de faire justice de la tradition selon laquelle le site médiéval de Rame aurait été ruiné par une rupture de barrage morainique. Celle-ci transposait en haute Durance la célèbre catastrophe qui détruisit Grenoble au XIIIe siècle. En réalité, l’abandon du site est plus probablement lié à la répétition des inondations, qui aurait conduit au déplacement de l’agglomération sur l’autre rive de la Durance.

11Ce constat est applicable aux petites villes des Alpes du Sud pour lesquelles les archéologues peinent à expliquer une réalité matérielle suggérée par les sources écrites. Les listes épiscopales et, vers 400, la Notitia Dignitatum Galliarum font connaître les deux évêchés de Senez (Stouvenot in Bérard, 1997), dans la haute vallée de l’Asse, et de Glandève (Glanate) situé à Entrevaux, à l’extrémité sud-est du département actuel des Alpes-Maritimes, auxquels il faut sans doute ajouter, dans la haute vallée du Verdon, Eturamina (Thorame) connu par le concile de Vaison-la-Romaine (Bérard, 1997). L’absence ou la médiocrité des vestiges archéologiques de ces capitales éphémères s’expliquerait par la torrentialité ; la géomorphologie résoudrait alors un problème archéologique, celui de la localisation des chefs-lieux de cités romaines. Dans les Alpes du Sud, cette problématique a également été abordée en Ubaye où, depuis un siècle, les historiens cherchent la trace de l’agglomération, qui fut le chef-lieu de la Civitas Rigomagus évoquée par les sources écrites. On pouvait le rechercher à Barcelonnette. Mais les fouilles de la place de la mairie du bourg voisin de Faucon-de-Barcelonnette en rive droite de l’Ubaye ont mis au jour les vestiges d’un établissement du Ier siècle, puis un cimetière des Ve et VIe siècles, le tout raviné et recouvert de plusieurs mètres de dépôts torrentiels caillouteux dans lesquels s’inscrit un site médiéval des Xe-XIe siècles (Bérard, 1997). Il n’est pas exclu qu’il s’agisse de la capitale recherchée. Le site antique n’aurait pas été recouvert par les habitats actuels ; il serait enfoui sous les alluvions du torrent affluent de l’Ubaye. Mais, pour séduisante que soit cette proposition, elle ne disqualifie pas une explication par un fait purement sociétal : l’échec du processus d’urbanisation romaine.

Des faits aux processus : changements globaux et réponses locales

Le climat à l’époque romaine dans les Alpes

12Dans une première approximation, on a considéré que la période romaine avait pu constituer un moment favorable au développement des sociétés entre deux périodes de péjoration climatique correspondant l’une au premier âge du fer, l’autre à la fin de l’Antiquité. Les précipitations auraient été sinon plus abondantes, du moins mieux réparties dans l’année par rapport aux saisons végétatives ; de ce fait, leur action sur les sols aurait été moins agressive. Des températures plus clémentes auraient favorisé les activités agricoles et le développement de la forêt. Ce schéma trop simple qui faisait coïncider les crises des environnements avec celles des sociétés, n’a évidemment pas résisté aux investigations critiques.

13Actuellement, la période romaine est plutôt considérée comme une « période de forte irrégularité climatique » qui est aussi celle durant laquelle est observé un « forçage anthropique » (Berger, 2003). Cette conclusion permet de rendre compte à la fois des situations extrêmement diversifiées, illustrées par des travaux récents (Bravard et al., 1992 ; Salvador et al., 2004 et 2005 ; Schoeneich et al., 1996) et des difficultés rencontrées dans l’interprétation de données lacunaires (Provost, 1984).

14L’étude géomorphologique de sites archéologiques de la vallée du Rhône incitait déjà à nuancer quelque peu les distinctions entre grandes périodes climatiques. Dans la partie alpine du Rhône, en amont de sa confluence avec la Saône, dès les années 1990, les travaux de Bravard et ceux de Salvador ont mis en évidence divers indices témoignant d’une certaine instabilité climatique, soulignée par la répétition de crues abondantes et de débordements des lits fluviaux de la fin du Ier siècle avant J.-C. à la fin du Ier siècle après (Bravard et al., 1992 ; Salvador et al., 2004 et 2005). Ces indices ne sont pas isolés. Dans les Préalpes vaudoises, des glissements de terrain et des indices paléohydrologiques semblent indiquer une forte augmentation des précipitations extrêmes à l’époque romaine (Schoeneich et al., 1996). Ce sont précisément des précipitations abondantes qui expliqueraient la série des crues dont témoignent les historiens et chroniqueurs romains à cette époque (Leveau, 2006b). Ainsi les données hydrosédimentaires permettent de parler de précipitations exceptionnelles à l’origine d’inondations catastrophiques. Cette situation correspondrait à un dérèglement d’origine climatique, ce qui implique évidemment que l’on définisse une règle.

15Il y a une vingtaine d’années, Provost (1984) avait déjà attiré l’attention sur ce phénomène dans un article où il rapprochait données archéologiques et sources écrites. Parmi ces dernières, deux signalaient des travaux effectués dans la vallée de l’Isère. En l’an 163, en haute Tarentaise – où précisément se trouve Axima dont le cas a déjà été évoqué – se serait produite une inondation aux dimensions cataclysmiques. Un texte malheureusement incomplet évoque des routes détruites par les torrents, des rivières contenues et remises dans « le lit que leur a assigné la nature », des blocs de rocher placés en de nombreux endroits comme obstacles au débordement de la rivière, la restauration de temples et de bains à Bourg-Saint-Maurice (CIL XII 107). Cette énumération de travaux d’aménagement suggère une inondation analogue à celle du Queyras en 1957 lorsque le Guil détruisit routes et maisons. Encore moins complet, le texte de Gilly (CIL XII 2343) évoque la dérivation de cours d’eau (aquis diri[vatis) dans la Combe de Savoie en 184 de notre ère, dérivation qui a pu entrer dans une politique de prévention de l’inondation ou de restauration à la suite d’une crue. Une même intervention des autorités impériales peut être lue et interprétée en termes de prévention des risques ou de réparation de dégâts liés à des catastrophes. Il est hors de doute que l’Isère sortait de son lit et qu’elle inondait les bas quartiers d’Axima. Les Ceutrons peuvent très bien avoir remercié l’Empereur de les avoir aidés à remettre en état aussi bien des monuments du vicus de Bourg-Saint-Maurice, qui n’avaient pas été entretenus que d’infrastructures routières, qui auraient souffert de l’action des torrents, sans qu’il s’agisse d’un événement véritablement catastrophique. La vallée de l’Isère était suivie par la route conduisant au col du Petit-Saint-Bernard qui, dans l’organisation administrative romaine, était le principal col des Alpes occidentales. À l’époque de Strabon, cette route était la seule voie que des chariots pouvaient emprunter sur la plus grande partie de son parcours. Son entretien, prioritaire pour l’administration impériale, s’inscrivait dans une politique routière qui, bien avant la conquête, était pratiquée par les communautés montagnardes qui en contrôlaient l’accès ; Ceutrons de Tarentaise, Salasses de la vallée d’Aoste finançaient l’entretien des passages par des taxes que les textes romains présentent comme une forme de brigandage. Par conséquent les travaux n’évoqueraient pas forcément un cataclysme : l’administration célébrait de manière emphatique l’accomplissement de ses devoirs. De l’autre côté du col, à la sortie de la vallée d’Aoste, à hauteur du fort de Bard, la voie romaine a été taillée dans le rocher, manifestement pour la mettre à l’abri des inondations fréquentes dans ce passage étroit. Cet aménagement témoigne du soin pris au maintien du passage lors les crues printanières de la Doire. On le voit donc, la lecture des faits sociaux est aussi complexe que celle des faits environnementaux.

Paradigmes et modèles socio-environnementaux : les Romains « constructeurs de paysage »

16Il convient d’appeler les géomorphologues à la prudence quand ils utilisent la présence de sites archéologiques dans des zones exposées actuellement au risque, comme un argument justifiant l’hypothèse d’un apaisement des dynamiques érosives, au moment de l’édification des constructions. Ce raisonnement justifierait l’abandon de la recherche de sites de l’âge du fer sous les accumulations torrentielles postérieures, ce qui a des conséquences importantes pour l’archéologie préventive. Trop d’affirmations péremptoires ont été démenties par la recherche, du genre de celle écrite par Georges (1935) à propos des plaines du Rhône : « L’homme préhistorique a évité ces plaines en perpétuelle transformation… ». En réalité, tous les types de réponses sociales face au risque environnemental se rencontrent à l’époque romaine, y compris le cas d’une acceptation complète. En second lieu, le déplacement de l’habitat de sites perchés vers le bas caractérise l’époque gallo-romaine en dehors de toute évolution climatique. Dans cette perspective, il convient d’adopter une attitude réservée par rapport aux paradigmes utilisés pour les restitutions socio-environnementales.

Construction des paysages et « mondialisation romaine »

17Durant la dernière décennie, l’intégration des données sociales et environnementales a bénéficié de l’apport du programme européen Archaeomedes (1992-1994) qui a été construit sur la problématique de la « dégradation de l’environnement » conçue comme un phénomène impliquant l’impact des sociétés sur le milieu. En France, le théâtre principal de cette étude a été la vallée du Rhône, mais il s’est également étendu aux Alpes où le fleuve prend sa source et d’où viennent ses affluents de rive droite (Van de Leeuw et al., 2003). S’appuyant sur une approche intégrant la géomorphologie, la pédologie, la paléoécologie et l’archéologie, Berger (2003), principal contributeur au volume en rassemblant les résultats, a consacré une importante synthèse à la description des étapes de la morphogenèse holocène, telles que les données collectées permettaient de les restituer. Dans cette période géologique, l’époque romaine occupe une position particulière. En effet, Berger conclut pour l’époque à « une pression anthropique sans précédent et » à « une rupture importante dans la relation société-nature » ; une extrême fragilisation des géosystèmes du nord de la Méditerranée liée à une hydrologie abondante aurait entraîné un très fort détritisme (Berger, 2003). Après avoir fait le bilan des reconstructions climatiques, il écrit : « les transformations environnementales observées au cours du Haut Empire romain sont dues en partie aux choix humains des décideurs politiques, des agronomes et des hydrauliciens qui ont construit les paysages antiques ».

18L’uniformisation supposée des paysages méditerranéens par un Empire qui se prétendait universel entre dans une première « mondialisation » que P. Veyne reconnaît dans « La culture matérielle et morale de Rome […] issue d’un processus d’assimilation de [la] civilisation hellénique qui, de l’Afghanistan au Maroc, était la culture mondiale du temps en ce coin du globe » (Veyne, 2005). C’est ici la formulation moderne d’un paradigme, celui de la construction des paysages par les Romains dont l’origine se trouve chez les historiens. De fait, Rome construit un empire centralisé qui couvre l’ensemble de l’Occident et met en œuvre une vraie politique d’aménagement de l’espace dont la réalité est abondamment illustrée par le réseau routier, les centuriations, les drainages, la construction de canaux, les aménagements portuaires… Il est tentant d’utiliser ce paradigme comme un outil conceptuel pour la reconstitution des environnements naturels. Les six siècles de la période romaine auraient ainsi correspondu à un moment de l’histoire caractérisé par une gestion forte de l’espace « sans aucune préoccupation des contextes environnementaux (paysagers, pédologiques et botaniques » (Berger et al., 2003). Un rapprochement entre la période romaine et la période actuelle ouvre alors sur des comparaisons entre leurs modes de gestion et offre la perspective de définir un mode de développement durable. Le concept de paysage romain constitue ainsi le pendant environnemental de celui de l’» Homme romain » ou de la société romaine élaboré par les historiens, comme les urbanistes ont construit un modèle de la ville romaine qui s’est imposé à travers la puissance évocatrice des maquettes et des restitutions 3D. Ce modèle-ci est en effet utilisé pour la reconstitution des villes à partir de données fragmentaires (un bout de rue, un monument caractéristique) comme le paléontologue reconstruit un squelette à partir de fragments osseux. Devenue un outil pédagogique incontournable de la muséographie moderne, une archéologie virtuelle l’impose aux dépens d’une réalité moins géométrique.

19Ces outils conceptuels doivent être utilisés avec précaution et, dans le cas présent, il faut en souligner les limites. Rappelons le débat auquel a donné lieu la centuriation romaine, division géométrique de l’espace rural en vue de la redistribution des terres. En la comparant à un « immense filet aux mailles fines que Rome jeta sur la paysannerie des Gaules », l’historien médiéviste Duby (1975) apportait une caution prestigieuse à ceux qui faisaient de l’archéomorphologie, une source de l’histoire, la conquête. Trente ans après, cette belle comparaison ne peut plus être envisagée que comme une étape de la recherche sur le paysage (Leveau, 2005). Autre exemple, Aoste a été considérée comme la seule « ville romaine » de l’ensemble du massif alpin, parce que c’est une colonie militaire édifiée selon un plan orthogonal, alors que les autres villes relèvent de la catégorie nommée par les archéologues « agglomérations secondaires ». Il n’y aurait pas lieu de se référer aux débats auxquels ce type de ville donne lieu s’il n’était pas utilisé dans une proposition faite par Berger à propos de la bourgade homonyme dans le département de l’Isère, à proximité du Rhône, en Bas Dauphiné (Berger, 2004). Les itinéraires romains nomment Augustum, le vicus Augusti, sur la grande voie terrestre conduisant de Lyon vers Genève. Celui-ci est traditionnellement localisé sous le bourg d’Aoste où ont été découvertes de nombreuses inscriptions ainsi que des structures archéologiques d’artisanat. Situé sur une hauteur dominant la plaine des Avenières, le site est actuellement éloigné du Rhône. Il n’en était pas de même dans l’Antiquité. La progression vers le nord du cône de déjection du Guiers et l’alluvionnement dans la plaine, où le Rhône décrit des méandres, depuis l’époque romaine, ont profondément modifié le paysage régional (Salvador et al., 2004 et 2005). Devenue une vallée morte à la fin de l’Antiquité, la plaine des Avenières a évolué en marais. Actuellement, le Rhône coule entre la montagne d’Izieu et le Mont de Golon. Dans l’Antiquité, il passait 5 km au sud de son cours actuel. Cette constatation conduit à rechercher le centre urbain non pas sous le bourg actuel d’Aoste comme on le croit, mais dans la plaine en contrebas. Soutenue par certains archéologues, ignorée par d’autres (Jospin, 2005-2006), l’hypothèse mérite d’être envisagée, à condition qu’elle ne conduise pas à délaisser la recherche sur les vestiges qui se trouvent sous le bourg actuel. Cependant elle pose un problème de fond. En l’absence de découvertes archéologiques dans le marais, le principal argument porte sur la nature de ces vestiges : les installations artisanales et les nécropoles qui en constituent l’essentiel « seraient des éléments caractéristiques de la périphérie d’une agglomération ». Cette hypothèse peu vraisemblable est fondée sur une vision contestable de ce qu’est une « agglomération secondaire » (Leveau, 2005-2006). La géoarchéologie peut orienter vers la localisation des « capitales éphémères » évoquées plus haut. Mais, pas plus qu’Augustum, ces dernières ne correspondent au paradigme de la ville romaine, qui est défini dans les manuels : leur plan n’est pas conforme à l’orthogonalité des villes de fondation ; les monuments publics y sont rares. On touche évidemment ici aux limites de la discipline.

Les Romains, la montagne et les paradigmes de la déforestation

20La Table Ronde qui s’est tenue à Clermont-Ferrand en 2004 en hommage à Neboit-Guilhot a permis de faire le point sur le paradigme qui justifie l’intérêt porté à la question de la déforestation en montagne. Il y a plus de deux décennies, dans ses travaux sur « L’Homme et l’Érosion », Neboit-Guilhot (1991) avait enrichi et précisé le contenu du concept d’anthropisation en montrant comment la période antique gréco-romaine, en Italie méridionale, inaugurait le deuxième franchissement d’un seuil dans l’histoire de l’environnement des sociétés européennes, celui qui précède l’artificialisation du milieu qui débute au XIXe siècle. Le seuil (culturel) néolithique, dont la reconnaissance est à l’origine de ce concept, n’est pas le seul qui doive être pris en compte. Dans les Alpes, la topographie et la lithologie jouent un rôle essentiel dans les processus érosifs. Neboit-Guilhot (1983) observait d’ailleurs que « la torrentialité participe d’un potentiel d’instabilité inhérent à ce milieu contre lequel on ne peut rien ». Soulignant l’ambiguïté du témoignage des archives sédimentaires, dans une contribution à un colloque de géoarchéologie, cet auteur (Neboit-Guilhot, 2003) rappellait que, si la contrainte que constitue la réactivité du système de pentes est bien permanente, les deux autres facteurs, le climat et la dégradation du couvert végétal consécutive à l’occupation des sols, varient de manière totalement indépendante. Les utilisations dont a fait l’objet le paradigme de la déforestation rendent délicate son utilisation.

21Pfister (2002), un historien de l’environnement, a clairement mis en évidence la relation entre connaissances scientifiques et politiques publiques dans un article qui établit une relation entre « Inondations catastrophiques, évolution climatique et débat sur les risques naturels en Suisse au XIXe siècle ». Confrontant « le débat scientifique et public avec le tableau historico-climatique, élaboré à partir de nos connaissances actuelles » il applique au paradigme du déboisement en Suisse dans ses relations avec les inondations catastrophiques un modèle emprunté à un sociologue (Luhmann, 1970) pour suivre la « carrière » politique d’un thème. Le thème environnemental est suivi à travers les cinq phases qui le conduisent de la latence (1825-1843) et de la construction (1843-1856) à l’émergence dans la discussion politique (1856-1868), puis à sa mise en œuvre dans la législation (1868-1876) jusqu’au moment où il quitte l’actualité de la vie politique (« phase de mort »).

22La croisade contre le déboisement prêchée au XIXe siècle par l’ingénieur Surell (1841) est à l’origine de la controverse alpine qui a opposé les forestiers, qui liaient la torrentialité aux pratiques traditionnelles de la gestion agropastorale de la montagne, aux géographes qui plaidaient pour une prise en compte de la variabilité climatique (Surell 1841 ; Neboit-Guilhot 1991). Mais la situation est en fait plus complexe. Bravard (2006) rappelle que « le refoulement dans la montagne des populations indigènes, étudié par Benchétrit (1955), sert de modèle in vivo transposable aux siècles passés ». Comme Duby (1975) tenait pour une réalité démontrée la centuriation de toute la Gaule, Neboit-Guilhot, suivant en cela le paradigme géohistorique de l’opposition entre le montagnard et le paysan des plaines et des collines méditerranéennes (Despois, 1953) avait pensé retrouver en Italie du Sud et en Sicile une situation décrite dans les années 1950-1960 au Maghreb (Neboit-Guilhot, 1984). Ici, le géomorphologue est la victime (consentante) d’historiens qui ont transféré à la période romaine un schéma conflictuel qui exprimait en fait l’inquiétude de la communauté française d’Afrique du Nord face à la société indigène cantonnée précisément dans les zones montagneuses, alors que les plaines étaient contrôlées par la société coloniale. Les historiens donnaient au géomorphologue des racines historiques en ancrant son analyse dans le passé romain. Adversaires ou partisans de la colonisation française, les géographes y ont trouvé matière à de brillantes généralisations reprises par de Planhol (1968) dans ses « Fondements géographiques de l’histoire de l’Islam » (Leveau, 1986).

23L’utilisation par le corps des ingénieurs des Eaux et Forêts d’une explication discutable (le déboisement) d’un phénomène environnemental ne nous alerte pas seulement sur la nécessité de conserver un esprit critique devant des explications prétendant défendre l’intérêt général face à une catégorie de la population (les montagnards) fustigée pour une mauvaise gestion de l’environnement. Elle aide également à interpréter dans sa complexité le témoignage des sources écrites romaines. Dix-neuf siècles auparavant, l’inefficacité d’un projet de lutte contre les inondations du Tibre à Rome, présenté en l’an 15, a la même explication : il répondait d’abord à l’inquiétude de la population qui voyait dans les aménagements effectués sur le haut Tibre la cause d’un dérèglement hydrologique dont l’origine climatique est probable (Leveau, 2006b).

24On en conclura qu’en fait ces reconstructions environnementales ne sont ni vraies ni fausses. Elles correspondent à un état de la science et fonctionnent comme des modèles spatiaux utilisables pour l’interprétation des données. En repoussant les populations indigènes dans les montagnes de l’intérieur de la Sicile, les colons et leurs successeurs romains ont fort bien pu augmenter la pression sur des sols fragiles et accélérer l’érosion. La difficulté du raisonnement vient de ce qu’il n’existe aucune étude d’archéologie du paysage qui accrédite ou infirme une telle hypothèse. On voit donc le risque encouru à utiliser le lien existant entre exploitation du milieu et érosion pour pallier le manque de preuves. Les hypothèses des géomorphologues servent à combler les lacunes de la recherche archéologique. Transformées en certitude pour vérifier une théorie, elles reviennent valider celles de l’historien. Une réduction de la torrentialité s’expliquerait par la faiblesse du peuplement, tandis que son augmentation serait la réponse des milieux physiques à un accroissement de la pression démographique. Au XIXe siècle, le constat a justifié la politique de Restauration des Terrains de Montagne (RTM). Appliqué aux Alpes romaines, ce paradigme impliquerait leur faible peuplement.

Les populations romaines des Alpes, le climat et l’exploitation des ressources

25Les territoires n’ont pas seulement la dimension politique qu’y voit l’historien des sociétés antiques : la ressource vivrière y est essentielle. Reconnue par les géographes, exploitée depuis longtemps par nos collègues préhistoriens, cette notion est fondamentale dans les approches naturalistes des espaces montagnards. Par ses caractères physiques, un territoire offre un certain nombre de ressources dont la disponibilité est évidemment dépendante des capacités d’exploitation de la société qui l’occupe ; celle-ci organise son espace vivrier en fonction des besoins qu’elle veut satisfaire. Cette évidence est à la base de la construction d’un modèle socio-environnemental de peuplement des Alpes. Durant le Paléolithique, entre 15 000 et 9 000 av. J.-C., des communautés de chasseurs exclusifs se déplaçaient dans un vaste territoire dont une partie était englacée. Partant de la plaine où elles étaient semi-sédentarisées, elles allèrent rechercher en montagne silex et gibier. Dans la période qui suivit, la déglaciation augmentant l’espace disponible et la variété des ressources, notamment faunistiques, elles purent spécialiser le territoire qu’elles exploitaient en fonction de l’étagement des ressources. La néolithisation qui se produisit dans les Alpes à la fin du sixième millénaire mit en œuvre de nouvelles techniques d’exploitation du milieu que l’on s’accorde à considérer comme importées du Proche-Orient, avec les plantes cultivées et des animaux d’élevage, bovins et caprinés. Chacune des quatre phases que Gallay et Nicod distinguent dans l’évolution des sociétés du Néolithique européen est caractérisée par des changements de rapport à l’espace montagnard : une phase pionnière, une phase néopionnière intéressant les zones restées marginales, une phase de stabilisation des groupes culturels et enfin une phase de croissance (Gallay et Nicod, 1999). On retiendra en particulier que les relations entre climat et société ne sont pas traitées de manière déterministe. Ainsi les mêmes auteurs envisagent l’» amélioration climatique » qui favorise l’extension de la forêt comme une gêne pour l’utilisation agro-pastorale de l’espace montagnard ; du fait de sa richesse comme biotope, la végétation forestière agit comme un frein dans la progression du premier Néolithique. Cette observation est fondamentale. L’histoire des diverses formes d’élevage (extensif ou intensif, bovin ou ovin) est liée à celle de la végétation. La ressource fourragère peut être augmentée par le défrichement de l’étage forestier ; mais des conditions climatiques défavorables à la forêt ne le sont pas pour le pastoralisme qui a besoin d’herbe et non de bois (Leveau, 2006 a).

26Cette thématique de l’exploitation de la ressource naturelle qui vient de faire l’objet d’une thèse (Segard, 2005) prouve son efficacité pour réviser la question du pastoralisme romain en Crau. Rendant compte de la découverte de bergeries romaines dans cette plaine caillouteuse et steppique, des archéologues (Badan et al., 2006) ont proposé de faire remonter au début de l’ère chrétienne la mise en place de la grande transhumance qui, à partir du Moyen Âge, conduisit saisonnièrement les troupeaux de basse Provence vers les hauts massifs alpins. Impulsé par les colons romains dont certains étaient originaires de Campanie, le développement de l’élevage sur le territoire de l’Arles antique aurait entraîné une augmentation des troupeaux excédant les ressources herbagères locales. Aussi leurs bergers les auraient conduits vers les pâturages des Alpes. Cette hypothèse s’appuyait sur les travaux d’historiens italiens qui faisaient remonter à la période romaine une première organisation de la transhumance dans les Apennins. La romanisation des Alpes aurait reproduit un processus que ces historiens restituaient à partir de la dogana della Mena delle pecore in Puglia dans le Royaume de Naples à l’époque aragonaise. Mais les contextes historiques et géographiques diffèrent, de sorte qu’au plan de la méthode, cette proposition constitue un avatar des deux paradigmes de la romanisation et de la « mondialisation » romaine. Une relecture des sources écrites, leur confrontation avec les observations actuelles des écologues sur le pâturage de Crau (la ressource pastorale) et une approche régionale (une transhumance vers les zones humides de basse Provence rhodanienne) permettent de proposer d’autres explications aux parcours qui ont conduit des troupeaux dans les Alpes depuis la Provence et la plaine du Pô (Leveau, 2006c). Le projet « Histoire des interactions sociétés-milieux » développé par le comité « Sociétés, environnement et développement durable » du PEVS (2000-2002) (Muxart et al., 2003) a en effet permis une reconstitution des dynamiques végétales dans le sud du Parc National des Écrins. Les résultats préliminaires obtenus écartent l’hypothèse d’une augmentation significative de la pression pastorale avant la période médiévale (Beaulieu et al., 2003). Le modèle de mise en place de la grande transhumance, proposé par les médiévistes, reste valable. Telle est la conclusion qui se dégage des recherches conduites sur les 10 000 dernières années dans un secteur montagneux juxtaposant une zone de haute montagne culminant au-dessus de 3 000 m dans le massif du Pelvoux à deux vallées, le bassin du Champsaur et la haute vallée de la Durance entre Briançon et Guillestre. Les recherches archéologiques sur les dix derniers millénaires qui y ont été conduites en relation étroite avec les paléo-écologues montrent que l’intégration du dernier royaume alpin dans l’Empire romain n’a pas eu d’incidence particulière sur l’occupation de la haute montagne (Mocci et al., 2005).

27La situation est très différente dans le fond de la vallée de la Durance où les mêmes recherches confirment l’importance de la présence romaine le long de la voie conduisant au col du Mont-Genèvre ; l’agglomération routière de Rama déjà évoquée en témoigne. Les vallées connaissent une réelle croissance démographique. Les études auxquelles ont donné lieu les agglomérations allobroges et voconces (Leveau, 2005-2006) montrent qu’elles s’inscrivent dans un processus plus général dont les origines remontent à la dernière période de l’âge du fer, ce qui date de l’époque romaine un phénomène que l’on a cru médiéval : la naissance d’un type alpin de ville qui valorise les ressources locales tout en étant étroitement lié à la circulation transalpine. La perception des taxes et le service d’entretien des routes qui les justifie se conjuguent aux activités locales pour favoriser le développement d’agglomérations à caractère urbain situées dans de petits bassins dont elles assurent l’exploitation et aux carrefours des routes qui empruntent les vallées. Ces bourgs ruraux organisent de nouveaux territoires à l’intérieur de l’espace montagnard, dans les vallées où, dès le Ier siècle, de grandes villae attestent l’importation des modes d’exploitation de type domanial. Les Alpes occidentales romaines sont donc déjà constituées d’une mosaïque de paysages (Segard, 2005).

28À la situation des vallées largement pénétrées par les modes romains d’exploitation du territoire, s’oppose celle de la haute montagne, où l’intégration dans l’Empire n’introduisit aucun changement notable, sauf dans certains espaces bien circonscrits et correspondant à des lieux de passage. L’âge du bronze y constitue la principale période d’anthropisation. Mais, comme le proposait Neboit-Guilhot (1991), il existe bien un second seuil d’anthropisation d’âge romain dans certaines vallées et même dans des secteurs précis de haute montagne, le mieux connu étant celui du col du Petit-Saint-Bernard. Il faut attendre le Moyen Âge pour que le niveau de peuplement alors atteint se généralise à l’ensemble des Alpes (Leveau, 2006a). Comme on ne soutiendra pas que la romanisation des Alpes intervient à l’époque médiévale, on s’interrogera sur le concept de « romanisation » et surtout sur sa dimension culturelle à laquelle se réfère un historien comme Tarpin pour parler de « la négation des Alpes dans l’imaginaire romain » ou du désintérêt de Rome à l’égard de la montagne (Tarpin, 1991). Ces montagnes partagent la même situation avec de nombreux espaces provinciaux qui apparaîtront aussi peu romanisés à ceux qui appellent ainsi des comportements culturels qui ne sont certainement pas ceux de la majorité des habitants de l’Empire. Extrapolant à partir d’eux, on pourrait imaginer une absence de peuplement des Alpes à l’époque romaine, ce que démentent les résultats des prospections.

29La relation entre climat et société a toujours donné lieu à des dérives idéologiques. Elle a servi à expliquer successivement le retard de l’Europe du Nord par rapport au monde méditerranéen, puis son contraire, avec l’avance que prit cette région à l’époque moderne. Dans une réflexion sur l’apport des recherches conduites dans la partie sud du Parc National des Écrins, Leveau et Walsh (2005) ont montré l’intérêt d’une approche qui envisage de manière indépendante l’histoire du climat et celle des sociétés montagnardes. Encore provisoire et sommaire, la courbe d’occupation de la montagne que permettent de tracer les travaux en cours de Mocci et al. (2005) sur la vallée de Freissinière et ceux de Palet-Martinez (Mocci et al., 2005) sur le haut Champsaur, montre une déconnexion totale entre les preuves de l’occupation humaine à travers les témoignages archéologiques et les périodes de refroidissement du climat (fin de l’âge du bronze – début de l’âge du fer, petit âge glaciaire, en particulier), supposées défavorables au développement des communautés montagnardes (Mocci et al., 2005). Cette observation attire l’attention sur un fait essentiel. Quoiqu’en dise un discours qui en fait des victimes, les montagnards ont toujours très bien su s’adapter aux conditions difficiles de la vie permanente en montagne. Mais pour le faire, ils doivent avoir de bonnes raisons. Les sociétés agro-pastorales ont développé les techniques d’exploitation des ressources que leur offre ce milieu : la chasse, l’élevage et la recherche de matières premières (matériaux lithiques, minerais, etc.). Une diminution des températures n’en rend pas nécessairement l’exploitation plus difficile. C’est ainsi qu’en abaissant la limite supérieure de la forêt, un refroidissement rapproche la zone pastorale de celle de l’habitat permanent, alors que l’extension de cette même forêt dans les périodes d’optimum climatique peut être ressentie comme une évolution défavorable par les populations qui doivent y défricher un territoire, comme Gallay et Nicod le relevaient pour le Néolithique (Gallay et Nicod, 1999). Sur les versants ainsi défrichés, entre la vallée et la prairie d’altitude, des canaux d’irrigation assurent une production fourragère qui limite les effets de la sécheresse estivale et permet la constitution d’une réserve hivernale (Leveau 2006d). On a observé depuis longtemps que le petit âge glaciaire coïncidait avec le maximum de l’occupation humaine dans les Alpes.

Conclusion

30La première conclusion intéresse les géographes qui bien souvent utilisent la situation climatique au petit âge glaciaire comme un modèle pour interpréter celle du passé. Les historiens de la période moderne, avec lesquels ils collaborent, disposent de séries documentaires continues leur permettant de mettre en œuvre la méthode régressive. Celle-ci consiste à rechercher, dans les archives, les documents destinés à reconstituer telle ou telle évolution, en remontant le temps de l’Actuel à la situation la plus ancienne connue. Cette méthode a eu beaucoup de succès pour la restitution des paysages anciens, par exemple pour suivre le changement des bras à l’embouchure d’un delta (Arnaud-Fassetta, 2000). Proposée par Bloch (1988) pour la période moderne (de la Renaissance à la Révolution) elle est considérée comme la méthode historique par excellence, la seule envisageable. Mais, contrairement à l’idée répandue chez de nombreux Protohistoriens qui en font un large usage pour la reconstitution des territoires politiques, elle donne des résultats incertains lorsqu’elle est appliquée à l’Antiquité : de nombreuses lacunes documentaires recouvrent des ruptures de plusieurs siècles. La reconstitution des origines du pastoralisme antique dans les Apennins par les historiens de l’Italie romaine et, à leur suite, l’hypothèse formulée par les archéologues qui venaient de mettre au jour de grandes bergeries en Crau d’Arles en sont des exemples. Pour interpréter une documentation lacunaire et hétérogène, on applique plutôt, comme en préhistoire, des modèles qui ne sont ni vrais ni faux, mais qui rendent compte de chaque cas de manière plus ou moins pertinente. Il faut garder à l’esprit cette dimension relative des modèles élaborés par les historiens de la romanisation et ne pas considérer ceux-là comme des vérités démontrées. Le modèle défini par Benchétrit (1955) a pu fonctionner dans certains cas au Maghreb où il a vu le jour, mais certainement pas pour les périodes historiques anciennes de l’Afrique du Nord. La transhumance a pu contribuer peut-être à la dégradation précoce des montagnes des Apennins et de Sicile. Mais le modèle n’est pas applicable aux Alpes du Sud. Dans les provinces de l’Empire romain, le modèle de la ville romaine, ville de fondation au plan géométrique aide à l’interprétation des vestiges archéologiques, mais les exceptions sont aussi nombreuses que les cas où la règle était respectée. Les Romains ont bien construit des paysages ; leur Empire peut bien être comparé à l’Empire américain ; cette époque connaît bien une situation que l’on pourrait qualifier de première « mondialisation » (Veynes, 2005). L’anthropologie culturelle peut demander aux historiens de lui décrire un Homme romain, comme il existe un Homme moderne. Mais pour écrire une histoire des Alpes à l’époque romaine, il faut traiter ce massif montagneux comme un ensemble autonome et ne pas lui appliquer des modèles créés pour répondre à un autre objectif. Dans le domaine socio-environnemental, l’élaboration de modèles reproduisant les évolutions observées n’est pas la seule voie qui mérite d’être suivie. D’autres méthodes mériteraient d’être utilisées. Identifier plusieurs évolutions possibles aide à comprendre comment les sociétés ont intégré des contraintes environnementales. Nous l’avions tenté pour le Marais des Baux en recourant à l’analyse des « contrefactuels » (Leveau et al., 2000). Prenant en compte les évolutions qui paraissaient possibles, mais n’ont pas abouti, voire les développements divergents qui pourraient encore advenir, cette méthode d’analyse (Lewis, 1986) aide à comprendre les interactions entre dynamiques sociales et environnementales. Mais ici, il ne s’agissait que d’expliciter les limites des paradigmes que proposent les historiens, en évoquant les débats auxquels donne lieu le concept de « romanisation ».

31La seconde conclusion est une recommandation. Les géomorphologues utilisent des cadres historiques hérités d’une époque où les méthodes de datation disponibles ne leur permettaient pas d’obtenir des âges absolus suffisamment fiables et nombreux. Ils ont donc eu recours aux chronologies relatives fondées sur des variations climatiques pour les périodes anciennes, aux découpages chrono-culturels pour les périodes plus récentes et ont affiné la durée de ces dernières avec des dates choisies en fonction d’événements fondateurs. Ils ont de ce fait importé dans l’histoire des environnements des cadres chronologiques créés à des fins qui n’ont rien à voir avec leur discipline. Les historiens eux-mêmes observent à l’égard de ces cadres une distanciation qui a sa traduction dans les débats autour de la fin de l’Empire romain en Occident. La prise de Rome, le drame de 410, ne fut pas une grande coupure, mais un épisode dramatique (Veyne, 2005). Les dates fondatrices de l’histoire de France autrefois enseignées à l’école primaire se comprennent en fonction de l’image que la Troisième République laïque voulait donner des origines de la France : la victoire de César sur Vercingétorix plutôt que celle de Clovis, fondateur de la monarchie par son sacre à Reims. « Antiquité tardive » est une appellation politiquement correcte du Bas-Empire et des Temps Barbares

32Reprendre ces limites dans une histoire des environnements éloigne d’une appréhension correcte de la relation entre milieu et société. L’affinement des connaissances permet de dépasser le déterminisme climatique. Les méthodes scientifiques actuelles permettent en effet de prévoir les tendances de fond de l’évolution climatique globale. Mais, comme le rappellent les débats sur le réchauffement climatique en cours, la météorologie, qui prévoit le temps sur le court terme de quelques jours, et la climatologie, qui établit des tendances passées ou futures portant sur plusieurs décennies voire un siècle, sont séparées par les échelles de temps. Les hommes du passé n’avaient pas à envisager les conséquences de leurs activités alors que celles d’aujourd’hui compliquent la tâche des physiciens dans la prévision de l’évolution climatique de la planète. Pour autant, cela ne facilite ni la reconstitution des petites fluctuations spatiales et temporelles des climats du passé, ni celle des avatars de la météorologie qui commandait les activités saisonnières (départ des troupeaux, date des récoltes, ouverture de la navigation maritime,…). Contrairement aux illusions des géoarchéologues, entretenues par des archéologues et des historiens qui espéraient que cette discipline et les géosciences pourraient rendre compte des comportements sociaux, les réponses ne pourront venir que de questionnements élaborés dans un dialogue entre disciplines.

Haut de page

Bibliographie

Allée P., Lespez L. (dir.) (2006) – L’Érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement. Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 318 p.

Arnaud-Fassetta G. (2000) – Quatre mille ans d’histoire hydrologique dans le delta du Rhône. De l’âge du bronze au siècle du nucléaire. Grafigéo 11. Coll. Mémoires et Documents de l’UMR PRODIG, Paris, 229 p.

Badan O., Brun J.-P., Congès G. (2006) – Les bergeries romaines de la Crau d’Arles. In Jourdain-Annequin C. et Duclos J.-C. Aux origines de la Transhumance. Les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui. Picard, Paris, 159-172.

Beaulieu J.-L. de, Leveau P., Miramont C., Palet J.-M., Walsh K., Court-Picon M., Ricou F., Segard M., Andrieu-Ponel V., Badura M., Bertucchi G., Boutterin C., Durand A., Édouard J.-L., Lavoie M., Morin A., Mocci F., Ponel P., Pothin A., Py V., Talon B., Tzortzis S., Bonet R., Columeau P., Cortot H., Garcia D. (2003) – Changements environnementaux postglaciaires et action de l’homme dans le bassin du Buëch et en Champsaur (Hautes-Alpes, France). Premier bilan d’une étude pluridisciplinaire. In Muxart T., Vivien F-D., Villalba B., Burnouf J. (dir.) Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées. Ed. Elsevier, coll. environnement, Paris, 93-102.

Benchetrit M. (1955) – Le problème de l’érosion des sols en montagne et le cas du tell algérien. Revue de Géographie Alpine, 43, 605-640.

Bérard G. (1997) – Les Alpes-de-Haute-Provence, 04, (Carte Archéologique de la Gaule). Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 567 p.

Berger J.-F. (2003) – Les étapes de la morphogenèse holocène dans le sud de la France. In Van der Leeuw S., Favory F., Fiches J.-L. (dir.) : Archéologie et systèmes socio-environnementaux. Études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme Archaeomedes. CNRS (coll. Monographies du CRA), Paris, 87-167.

Berger J.-F., Favory F., Muxart T., Tourneux F.-P., Van der Leeuw S. (2003) – Comment identifier, analyser et évaluer les dynamiques d’interactions entre les sociétés et leurs environnements ? In Lévêque C. et Van der Leeuw S. (dir.) : Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement. Elsevier, Paris, 146-184.

Berger J.-F (2004) – Peuplement et milieu en Bas-Dauphiné, de l’apparition de l’agriculture à l’époque moderne. In Bilan scientifique régional 2002 Rhône-Alpes. Ministère de la Culture, Lyon, 117-120.

Blanchard R. (1911) – Grenoble, étude de géographie urbaine. Didier et Richard, Grenoble, 234 p.

Bloch M. (1988) – Les caractères originaux de l’histoire rurale française. Oslo, 1931, réed. A. Colin, Paris, 316 p.

Bocquet A. (1991) – L’archéologie de l’âge du Fer dans les Alpes Occidentales françaises. In Duval A. (dir.) : Les Alpes à l’âge du Fer. CNRS, Paris, 91-155.

Bravard J.-P. (2006) – Le paléoenvironnement, le géographe et la complexité. In Allée P. et Lespez L. (dir.) : L’Érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement. Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 25-34.

Bravard J.-P., Vérot-Bourrely A., Salvador P.-G. (1992) – Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviatiles étudiés sur des sites archéologiques. Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, hiver 1992, 7-13.

Despois J. (1953) – Géographie et histoire en Afrique du Nord, retouches à une thèse. In Éventail de l’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre. 1, Paris, 187-194.

Duby G. (1975) – Avant-Propos. In Bertrand G., Bailloud G., Le Glay M., Fourquin G., La formation des campagnes françaises des origines au XIVe siécle. Duby G. et Wallon A., (dir.), Histoire de la France rurale. T. 1. Le Seuil, Paris, 15-32.

Feuillet M.-P. (2004) - Aime, Bilan Scientifique Service Régional de l’Archéologie. Rhône-Alpes. Ministère de la Culture, Lyon 2004, 217 p.

Gallay A., Nicod P.Y. (1999) – Le Néolithique dans les Alpes occidentales. In Boëtsch G. (dir.), Évolutions biologiques et culturelles en milieu alpin. Actes de l’université d’été 1999, CDDP des Hautes-Alpes, Gap, 17-38.

Georges P. (1935) – La région du Bas Rhône. Étude de géographie régionale. Baillère, Paris, 691 p.

Giraudi C. (2005) – Late-Holocene alluvial events in the Central Apennines, Italy. The Holocene. 15, 5, 768-773.

Jorda M. (1992) – Morphogenèse et fluctuations climatiques dans les Alpes françaises du sud de l’âge du Bronze au haut Moyen Âge. Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, 14-20.

Jospin J.-P. (2005-2006) – Vicus Augusti : Aoste, Isère. Revue Archéologique de Narbonnaise, 38-39, 61-72.

Leveau P. (1986) – Occupation du sol, géosystèmes et systèmes sociaux. Rome et ses ennemis des montagnes et du désert dans le Maghreb antique. Annales Economie Société Civilisation, 6, 1345-1358.

Leveau P. (dir.) (1999) – Le Rhône romain. Dynamiques fluviales, dynamiques sociales. Gallia, 56, 1-175

Leveau P. (2005) – L’archéologie du paysage. Agri centuriati, 2, 9-24.

Leveau P. (2005-2006) – Les agglomérations de la cité de Vienne, un dossier en devenir. Revue Archéologique de Narbonnaise, 38, 157-169.

Leveau P. (2006a) – Le programme Alpis Graia et l’archéologie de la montagne dans les Alpes. Éléments d’une synthèse. In Alpis Graia. Archéologie sans frontière au col du Petit-Saint-Bernard, (Aoste les 2-4 mars 2006, séminaire de clôture). Alcotra, Aoste, 17-27.

Leveau P. (2006b) – Les inondations du Tibre à Rome : politiques publiques et variations climatiques à l’époque romaine. In Hermon E., Pré-Actes du colloque « Gestion intégrée de l’eau dans l’histoire environnementale : savoirs traditionnels et pratiques modernes ». Université Laval, Québec, www.chaire-rome.hst.ulaval.ca/colloques.htm, p. 260-267.

Leveau P. (2006c) – Entre la plaine de la Crau et le massif des Écrins, la question du pastoralisme romain. In Jourdain-Annequin C. et Duclos J.-C. (dir.), Aux origines de la Transhumance. Les Alpes et la vie pastorale d’hier à aujourd’hui. Paris, Picard, 205-221.

Leveau P. (2006d) – Rome et la gestion de l’eau dans les Alpes. In Boetsch G. et Cortot H. (dir.), L’homme et l’eau en milieu montagnard. Éditions des Hautes-Alpes. Paris, 29-41.

Leveau P., Livet P., Provansal M. (2000) – Reconstruire des temporalités : la vallée des Baux, le temps des hommes et le temps de l’environnement. In Barrué-Pastor M. et Bertrand G. (dir.), Les temps de l’environnement. Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 139-148.

Leveau Ph., Provansal M., Bruneton H., Palet-Martinez J.-M., Poupet P., Walsh K. (2002) – La crise environnementale de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Age : définition d’un modèle et retour aux milieux réels. In Richard H. et Vignot A., (dir.), Équilibres et rupture dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l’Ouest. Annales Littéraires, Série Environnement, Sociétés et Archéologie, n° 3, Les Belles Lettres, Paris, 291-304.

Leveau P., Walsh K. (2005) – Population sequence in a high altitude alpine environment : archaeological sites and historical and environmental time. In Boetsch G. and Rabino Massa E. (eds), Symposium ‘Anthropological Research on Mountain Ecosystems : Biodemographic, Prehistoric, Archeological and Genetic Aspects’. International Journal of anthropology. 20, 155-171.

Lewis D.K. (1986) – On the Plurality of Worlds. Blackwell, Oxford, 256 p.

Luhmann N. (1970) – Ôffentlische Meinung. In Langenbücher W. R., Politik und Kommunication. München, First publication in Politische Vierteljahrsschrift. 11/1970, 2-28.

Magny M. (2004) – Holocene climate variability as reflected by mid-European lake-level fluctuations and its probable impact on prehistoric human settlements. Quaternary International, 113, 65-79.

Mocci F., Palet-Martinez J.-M., Segard M., Tzortzis S., Walsh K. (2005) – Peuplement, pastoralisme et modes d’exploitation de la moyenne et haute montagne depuis la Préhistoire dans le Parc National des Écrins (vallées du Haut Champsaur et de Freissinières, Hautes-Alpes). In Bouet A. et Verdin F. (dir.), Territoires et paysages de l’âge du Fer au Moyen Âge. Ausonius, Bordeaux, 197-212.

Muller H. (1930) – Les origines de Grenoble. Revue de Géographie Alpine, 18, 451-489.

Muxart T., Vivien F-D., Villalba B., Burnouf J. (dir.) (2003) – Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées. Ed. Elsevier. Collection environnement, Paris, 214 p.

Neboit-Guilhot R. (1984) – Érosion des sols et colonisation grecque en Sicile et en Grande-Grèce. Bulletin de l’Association des Géographes français, 476, 5-13.

Neboit-Guilhot R. (1991) – L’homme et l’érosion. L’érosion des sols à travers le monde. Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, 269 p. {1ère édition 1983).

Neboit-Guillot R. (2003) – Le témoignage ambigu des terrasses historiques de piémont en Italie méridionale. In Fouache E. (ed.), The Mediterranean World Environment and History. Elsevier, Paris, 17-23.

Peiry J.-L., Féougier C. (1997) – À propos de la fondation de Grenoble : un réexamen de l’hypothèse d’une installation primitive sur un môle alluvial. In Bravard J.-P. et Prestreau M. (dir.), Dynamique du paysage. Entretiens de géoarchéologie, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, Ministère de la Culture, Lyon, 1997, 169-176.

Pfister Ch. (2002) – Inondations catastrophiques, évolution climatique et débat sur les risques naturels en Suisse au XIXe siècle. In Favier R. (dir.), Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire, MSH-Alpes, Grenoble, 243-260.

Planhol X. de (1968) – Les fondements géographiques de l’histoire de l’Islam, Paris, Flamarion, 442 p.

Provansal M., Berger J.-F., Bravard J.-P., Salvador P.-G., Arnaud-Fassetta G., Bruneton H., Vérot-Bourrely A. (1999) – Le régime du Rhône dans l’Antiquité et au Haut Moyen Âge. Gallia, 56, 13-32.

Provost M. (1984) – L’homme et les fluctuations climatiques en Gaule dans la deuxième moitié du IIe siècle après J.-C. Revue archéologique, 1, 71-78.

Rémy B., Jospin J.-P. (2006) – Cularo Gratianopolis Grenoble. Presses Universitaires, Lyon, 141 p.

Richard H., Magny M. (1992) – Le climat à la fin de l’âge du Fer et dans l’Antiquité. Les Nouvelles de l’Archéologie, 50, 5-6.

Salvador P.-G., Berger J.-F., Gauthier E., Vannière B. (2004) – Holocene Fluctuations of the Rhône River in the Alluvial Plain of the Basses Terres (Isère, France). Quaternaire, 15, 177-186.

Salvador P.-G., Berger J.-F., Fontugne M., Gauthier E. (2005) – Étude des enregistrements holocènes des paléoméandres du Rhône dans le secteur des Basses Terres (Ain, Isère, France). Quaternaire, 16, 315-328.

Segard M. (2005) – Les Alpes occidentales à l’époque romaine : développement urbain et exploitation des ressources des régions de montagne (Italie, Gaule Narbonnaise, Provinces Alpines). Thèse de l’université de Provence, Aix-en Provence, 2 vol. 360 et 323 p.

Schoeneich P., Tercier J., Hurni J.-P., Orcel Ch., Orcel A. (1996) – Les crises catastrophiques du glissement des Parchers (Préalpes vaudoises, Suisse) : indice d’une augmentation des précipitations extrêmes entre 2000 et 1500 14C BP. Quaternaire, 7, 97-109.

Surell A. (1841) – Étude sur les torrents des Hautes-Alpes. [Reprod. en fac-sim de la 2e éd. Paris, Dunod, 1870.]. Nîmes, C. Lacour, ed. 2002, 317 p.

Tarpin M. (1991) – La négation des Alpes dans l’imaginaire romain. Archéologie et histoire de l’art. Actes du 116e Congrès national des Sociétés savantes, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), Chambéry, 29-42.

Thouret J. et Ercole R. d’ (1994) – Vulnérabilité aux risques naturels en milieu urbain : effets, facteurs et réponses sociales. Cahiers des Sciences humaines, Croissances urbaines et risques naturels dans les pays en développement, 32, 2, 407-422.

Van der Leeuw S., Favory F., Fiches J.-L. (dir.) (2003) – Archéologie et systèmes socio-environnementaux. Études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme Archaeomedes. CNRS Éditions, Paris, 403 p.

Walsh K., Mocci F., Dumas V. (2007) – Sondages géoarchéologiques sur le site de Rama (Champcella, 05). Bilan Scientifique 2006. Service Régional de l’Archéologie PACA, Ministère de la Culture, 2 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

In the last few decades, knowledge of climatic fluctuations in the Alps has improved due to work on lake levels (Magny, 2004) and geomorphological research on sediment fluxes. Geomorphologists have established a broad outline of climatic evolution during the second half of the Holocene. In the Durancian Alps, the Roman period was marked by a reduction of erosional activity during a relatively warm and dry period, which had followed a cooler and wetter phase (Jorda, 1992). In the Northern Alps, that same period has been divided into three episodes, with a hydrological paroxysm contained between two periods of relative hydrological stability (Bravard et al. 1992).

In southeastern France, and particularly in the Rhône Valley and along its tributaries, archaeological field surveys and the observation of sedimentary sequences constitute the basis upon which interdisciplinary scientific collaboration has developed between archaeologists and geomorphologists. Emphasis on the Roman period has been justified by the abundance of corresponding archaeological remains. The centuriation networks of the Rhône valley testify to the first systematic organisation of the landscape. Archaeologists used to consider that the natural environment had changed little prior to this period.

The discovery of protohistoric and Roman sites in zones considered uninhabitable, such as valley floors, have called into question the environmental aspect of this interpretation. Geoarchaeology has recently renewed our understanding of the relationships between archaeological sites and regional geography. The historiography of ancient Grenoble (Cularo), for instance, provides an excellent illustration of this problem. The city developed at the confluence of the Drac and Isère rivers near a ford across the latter. Because this site was exposed to flood hazards, ancient Grenoble is now buried under debris accumulated over 2000 years as a consequence of repeated reconstruction over sites destroyed by floods. This setting is similar to other sites currently under study: Axima (Aime) in Tarentaise and Rama (Champcella) in the Briançonnais area. The research questions developed herein are likely to apply to a number of small alpine cities located close to torrential rivers in the southern Alps.

In the Alpine watershed of the Rhône, a range of evidence points to climatic variability involving frequent floodplain instability between the late 1st century BC and late 1st century AD (Bravard et al., 1992). J.-F. Berger has referred to ‘an important climatic anomaly’ but also to ‘human forcing’ (Berger, 2003). This terminology reflects an extremely diverse set of local conditions as well as difficulties in interpreting gaps in the data. Provost (1984), an historian, has drawn attention to some catastrophic floods in the Isère valley. The road leading to the Petit Saint-Bernard Pass, which is the main route through the western Alps, followed this valley. The Isere river used to overflow and severely damage the road infrastructure. However, recurrent flooding is not necessarily a consequence of ongoing climatic change. Yet, evidence of repeated repairs emphasizes the strategic importance of this roadway for the Roman administration.

Rome built a centralized empire and carried out a genuine policy of settlement and regional management. Accordingly, in any model of the relationship between man and the natural environment, the six centuries corresponding to the Roman period would represent little more than a brief episode in a part of the world that is otherwise characterized by sustained human impacts on the environment during much of the Holocene. The term globalization has been used (Berger, 2003) to describe landscape development by the Romans, and has been employed as a conceptual tool in environmental reconstructions for that period. The concept of a ‘Roman landscape’ constitutes the environmental cornerstone for other similar concepts such as ‘Roman man’, ‘Roman society’ or the ‘Roman city’ as conceived by historians and town planners. One of the core elements of this view is the belief in a complete reconstruction of the rural landscapes of Italy and the western provinces by centuriation. However, excavation of these cadastral boundaries has revealed a reality that is much less geometric and more complex than this belief conveys. In fact, the classic geometric town with monuments described in standard textbooks is more an abstraction of the Roman city than a true reflection of the diversity of Roman urban forms.

These observations equally apply to conceptual models that describe the relationship between soil erosion and society.  Neboit-Guilhot (1984) demonstrated that following the Neolithic impact on the environment, a second threshold was crossed in the Greco-Roman period. He relied on the classic paradigm, that in 1950s and 1960s literature on the Mediterranean opposed mountain dwellers to lowland farmers, to explain historic erosion in the Maghreb. In well-documented cases, Neboit-Guilhot postulated that the erosional peak was caused by societal factors but he did not fill the gaps in the archaeological record. Moreover, the theory according to which the Roman invaders drove indigenous populations into the mountains is purely ideological and poorly supported by factual archives.

Human societies respond in a complex way to climatic change. Some so-called unfavourable conditions can actually make a natural resource attractive. Such was the case with the pastoral exploitation of high alpine meadows. A drop in average temperatures did not discourage prehistoric communities from pastoralism, or hunting, quarrying and mining activities in the mountains. Sheperds, for instance, would simply adjust their seasonal migration patterns to the patterns of mountain pasture growth. The Bronze Age marked the beginning of the period of human exploitation. By contrast, with the exception of certain valleys, the Roman period records little change. A renewal of human pressure in the Alps occurred during the Medieval period (Leveau, 2006b). The Little Ice Age later coincided with the period of maximum human occupation in the Alps.

Research conducted in the valleys of the Champsaur and Briançonnais (southern half of the Parc National des Écrins) have confirmed some established patterns of human activity. Reconstructions of the vegetation history have undermined the hypothesis of a significant increase in pastoral pressure before the Medieval period, which coincided with the beginning of long-distance cattle droving from Provence (Beaulieu et al., 2003). Archaeological research has also shown that the integration of the last Alpine kingdom into the Roman empire did not result in any particular change in land use at high altitude. Evidence of human occupation in the mountains is largely unrelated to the chronology of climatic variation (Mocci et al., 2005). In Roman times, the western Alps consisted of a mosaic of landscapes similar to those observed in other provinces (Segard, 2005).

Contrary to a widely accepted view, the Roman period was not blessed with an abundance of scriptural material outside areas that were already equiped for the production of epigraphic evidence. When lacking a continuous series of archives, historians have depended on conceptual models or theoretical constructs to interpret the available data. However, it seems inappropriate to apply or extrapolate to poorly defined situations models that were developed for other purposes. Chrono-cultural periodizations, for instance, were created for other purposes than those sought by palaeoenvironmentalists.

The fall of the Roman empire did not coincide with any moment of climatic change or transition. However, the intrusion into paleoenvironmental research of social categorisations derived from outdated or inappropriate historical constructs is ultimately counterproductive. Mountain dwellers were able to adapt to the difficult conditions of mountain habitats. In the 19th century, the final stages of the Little Ice Age coincided with the historical peak of human occupation in the Alps. This well documented fact casts doubt on attempts to establish indiscriminate, deterministic links between climatic deterioration and patterns of human occupation in the Alps during the last two millennia.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les Alpes romaines (d’après Segard, 2005, modifié). Fig. 1 – The Roman Alps (after Segard, 2005, modified).
Légende A. P. : Alpes Poeninae ; A. G. : Alpes Graiae ; A. C. : Alpes Cottiae ; A. M. : Alpes Maritimae ; GSB : col du Grand-Saint-Bernard ; PSB : col du Petit-Saint-Bernard ; MG : col du Mont-Genèvre. 1 : limite de provinces ; 2 : chef-lieu de cité romaine ; 3 : peuple gaulois.A.P. : Alpes Poeninae ; A.G. : Alpes Graiae ; A.C. : Alpes Cottiae ; A.M. : Alpes Maritimae ; GSB : Grand-Saint-Bernard Pass ; PSB Petit-Saint-Bernard Pass ; MG : Mont-Genèvre Pass. 1 : provincial boundaries ; 2 : city ; 3 : Gallic People.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/684/img-1.png
Fichier image/png, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Leveau, « Archéologie et géoarchéologie d’une période historique dans les Alpes : les paradigmes épistémologiques de la romanisation », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 1 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/684 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.684

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org