Navigation – Plan du site
Compte rendu

Éric FOUACHE, 10 000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et en Méditerranée orientale (Géomorphologie, Paléoenvironnements, Histoire)

Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, N° 45, Lyon, 2006, 232 p.
Jean-Jacques Dufaure

Texte intégral

1L’auteur peut remercier la Maison de l’Orient pour la belle présentation de l’ouvrage : texte impeccable, rendu excellent des 151 figures et des 5 planches en couleur. L’ouvrage est tiré du mémoire d’Habilitation à diriger des recherches « Dynamique holocènes continentales et littorales et variations de la ligne de rivage de l’Adriatique, au sud de la Turquie » (Université Paris-Sorbonne, 2001) dont le titre collait mieux au contenu réparti en deux parties de 100 pages : 1 – Permanences et ruptures holocènes ; 2 – Dynamiques et évolutions des lignes de rivages holocènes. Les thématiques sont liées, mais dans deux perspectives différentes qui reflètent l’évolution des recherches d’Éric Fouache, d’abord centrées sur les remblaiements historiques en Grèce (cf. thèse, 1994, « L’alluvionnement historique en Grèce occidentale et au Péloponnèse » publiée par l’École française d’Athènes en 1999 et notre compte rendu paru en 2000 dans le N° 2 de Géomorphologie, 141-143). Dans le cadre d’une collaboration avec l’École d’Athènes, l’auteur élargit son champ aux bassins et littoraux balkaniques, d’où le propos synthétique de la 1ère partie. La 2e partie exploite les résultats d’une intégration au programme de Rémi Dalongeville « Évolution des paysages littoraux en Méditerranée orientale au cours des six derniers millénaires » dans un cadre géodynamique élargi, mais en prenant la ligne de rivage comme lieu géométrique des interactions géomorphologiques et géographiques. Car, à travers cet itinéraire, Éric Fouache est fidèle à la tradition géomorphologique française dans un esprit plus naturaliste que la vision anglo-saxonne de la Geoarcheology : on inscrit les sociétés dans leur dimension spatiale et paysagère – géographique donc – au-delà d’une géochronologie instrumentale et désincarnée. Les stratigraphies fines, précieuse tradition de l’archéologie, les diagrammes polliniques et les datations absolues cernent des temps instantanés, mais au sein des paysages modelés par une Histoire tant physique – l’évolution des milieux – que sociétales, la rencontre de ces deux tendances historiques étant la marque de l’Holocène. Et quel meilleur cadre que le monde égéen et péri-égéen, paradis de la géoarchéologie et des géomorphologies complexes mobiles ?

2Dans la 1ère partie, méthodologique et synthétique, la thématique des alluvionnements historiques est replacée dans le cadre des bilans environnementaux de l’Holocène balkanique et égéen, rythmés par des phases de densification et de variations des forêts après le Tardiglaciaire, modifiées et/ou contrariées par l’activité agro-pastorale, surtout à partir de l’âge du bronze. Le bâti morphostructural demeure un paramètre majeur alors qu’il est plutôt minimisé dans certaines pratiques géoarchéologiques. Un bon moyen de ne pas le négliger est encore de s’astreindre au bon vieux bilan qu’est la cartographie géomorphologique (excellents exemples ici avec le bassin de Korçé, les grandes progradations deltaïques, le delta de l’Achéloos). On situe mieux ainsi l’effet des dynamiques rapides (aléas sismiques ou torrentiels, fluctuations climatiques comme le petit âge de glace). Toutes ces interactions font l’objet d’une présentation synthétique utile au lecteur peu familier des domaines égéen et balkanique dans le chap. I « Héritages et dynamiques géomorphologiques ». En dehors des effets co-sismiques, la composante néotectonique est plus difficile à cerner à ce pas de temps, sauf à l’échelle des blocs faillés égéens très instables et des fossés balkaniques dont la subsidence soutenue entretient des pièges à sédiments (notamment tourbeux) qui permettent de bons enregistrements des bilans holocènes. La monographie d’un fossé albanais « Un marqueur paléoenvironnemental balkanique, le bassin de Korçé » (Chap. II) remet en perspective des publications consacrées auparavant au cadre néotectonique, à l’analyse palynologique de la superbe carotte holocène du lac Maliq et au cadre géoarchéologique des fouilles du site de l’âge du bronze de Sovjan.

3Peut-on dépasser ces effets de site en utilisant le temps court de la Géoarchéologie pour évaluer la mobilité d’entités méga-géomorphologiques ? Les lignes de rivage sont un jalon précieux. Le chapitre III « Problèmes et méthodes d’étude des variations de la ligne de rivage » envisage le problème de la remontée du niveau marin en discutant de l’adaptabilité des modèles (Clarke et Lingle, 1979 ; Lambeck et Johnston, 1995) à la réalité régionale et propose une mise au point méthodologique, études de cas à l’appui, sur les facteurs, au dosage délicat, influant sur la ligne de rivage, sur la fiabilité des marqueurs (érosion/bioconstruction, beachrocks, vestiges archéologiques indiquant vraiment le zéro marin) et sur l’intérêt qu’il y a à les combiner dans la mesure du possible, surtout dans les secteurs où domine l’immersion, moins étudiés de ce fait, et où l’auteur a apporté des observations de première main (littoral adriatique, sud de la Turquie). Dans les ensembles deltaïques anastomosés, à l’image de la Myseqë albanaise, il s’agit de repérer paléochenaux et paléocordons et la télédétection ne dispense pas de décrypter les cartes anciennes ou de faire parler les concentrations de minéraux lourds, mais l’Albanie est un cas privilégié avec son hinterland ophiolitique.

4C’est en croisant systématiquement ces approches qu’Éric Fouache a pu embrasser la variabilité des lignes de rivage holocènes à l’échelle de l’unité géodynamique de l’arc dinaro-helléno-taurique (2e partie), dépassant ainsi ou réinterprétant des résultats jusqu’ici assez disparates de telle ou telle méthodologie : ici les événements co-sismiques (mais les segments intermédiaires sont-ils stables ?), là les encoches et trottoirs des falaises carbonatées en émersion (mais quid des zones sans vermets et des zones en immersion ?), sans parler de la localisation non aléatoire des vestiges archéologiques fiables (ports, carrières, salines, viviers à poisson si caractéristiques des opulentes villas sénatoriales dalmates). Cet élargissement spatial permet aussi de ne pas s’enfermer dans un contexte morphostructural circonscrit, un bloc faillé par exemple, pas nécessairement représentatif du segment d’arc dont il fait partie (c’est aussi un aspect de l’ambiguïté du facteur co-sismique). L’arc dinaro-helléno-taurique, dans son déploiement, a l’avantage de présenter une relative homogénéité méga-géomorphologique, mais avec des variantes régionales, exprimées par la carte de sismicité récente, susceptibles d’infléchir les modalités de la remontée glacio-eustatique, avec un ventre égéen à haute instabilité. En revanche, sur la classique « côte de submersion adriatique en Croatie (Istrie, Kvarner, Dalmatie) » (Chap. IV) où seule une encoche immergée avait été signalée par Pirazzoli (1980), le recours à un exceptionnel ensemble archéologique lié à la prospérité des villas des Ier et IIe siècles ap. J.-C. permet de conclure à un niveau de –0,5 m, au nord (eustatisme quasiment pur, quasi-silence sismique) à –1,5 m à partir du Vélébit et de Zadar où l’on passe à un régime sismo-tectonique moins atone, puis franchement instable après les bouches de Kotor (passage au front égéen). C’est ce qui conditionne, en synergie avec un fort alluvionnement historique tardif, les imposantes « progradations deltaïques sur la côte albanaise et les mutations récentes du delta de l’Achéloos » (reconstitution au chap. V de l’évolution spectaculaire des deltas du Seman et de la Vjosë) dont la rapidité avait frappé les Anciens et voué à un abandon précoce le port d’Oeniadès dont cependant la position exacte par rapport à la mer ouverte n’est pas connue avec une certitude absolue. La « forte instabilité néotectonique égéenne » (Chap. VII) implique-t-elle des façonnements co-sismiques, à l’image du séisme de 365 av. J.-C. à l’ouest de la Crète (selon Pirazzoli et al., 1982) ? Il faut nuancer, en fonction précisément de la forte variabilité néotectonique des blocs, aux réactions non univoques aux champs de contraintes. C’est ce que montrent les études de cas des ports de Phéia (Péloponnèse, front égéen en compression) et de Délos (Cyclades, arrière-arc subsident). À Phéia, les relations entre la submersion du port (-5 m) et l’émersion d’un beachrock suggèrent deux mouvements tectoniques non concomitants et de sens inverse, liés à la compression, et que personnellement nous verrions bien amplifiés et compliqués par l’halocinèse des remontées diapiriques, connues sur d’autres promontoires anticlinaux péloponnésiens. Inversement, à Délos, la révision des marqueurs archéologiques (ports, maisons), jointe à l’étude des beachrocks, conduit à reconstituer une lente remontée du niveau marin (côte antique à –2 ou à –3 m) additionnant eustatisme et subsidence régionale. On retrouve en « Turquie méridionale » (nombreux sites étudiés de part et d’autre d’Antalaya, entre Andriake et Alanya, chap. VIII) un long segment de relative atonie sismique récente, le redent de Finike et ses escarpements de faille « égéens » faisant figure de charnière, à l’est de laquelle deux lignes de rivage holocènes (post-maximum flandrien) fossiles encadrent le niveau actuel, totalement stable depuis le XIIIe siècle, l’une « ancienne » émergée à +0,5 m, l’autre à –0,5 m attribuable à une submersion réelle non eustatique, post-byzantine et anté-seldjoukide d’après les repères archéologiques. Effets d’une néotectonique régionale à bas bruit, peu compatible avec des ruptures co-sismiques ? Le débat peut rester ouvert. Et subtil, comme tout ce qui tient à la fin de l’Holocène où le croisement des paramètres gagne en complexité avec l’interférence accrue de l’Histoire. Mais il s’agit de ne pas perdre de vue héritages et dynamiques proprement géomorphologiques, comme le démontre à chaque page cet ouvrage, qu’on ne saurait donc trop recommander aux étudiants et chercheurs (trop nombreux) qui pourraient être tentés d’aborder la géoarchéologie par le petit bout de la lorgnette. Le paysage, ne l’oubliez pas !

Haut de page

Bibliographie

Clark J.A., Lingle C.S. (1979) – Predicted relative sea-level changes (18 000 years BP to Present) caused by late–glacial retreat of the Antarctic ice sheet. Quaternary Research 11, 279-298.

Lambeck K., Johnston P. (1995) – Land subsidence and sea-level change : contributions from melting of the last great ice sheets and the isostatic adjustment of the earth. In Barends F.J., Brower F.J., Schroeder F.H. (Eds), Actes du colloque Land Subsidence, La Hague, 16-20 octobre 1995, Rotterdam, Balkema, 3-18.

Pirazzoli P. (1980) – Formes de corrosion marine et vestiges archéologiques submergés : interprétation néotectonique de quelques exemples en Grèce et en Yougoslavie. Annales de L’Institut océanographique 56, 101-111.

Pirazzoli P., Thommeret J., Thommeret Y,. Laborel J., Montaggioni L. (1982) – Crustal block movements from Holocene shorelines : Crete and Antikythira (Greece). Tectonophysics 86, 27-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Dufaure, « Éric FOUACHE, 10 000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et en Méditerranée orientale (Géomorphologie, Paléoenvironnements, Histoire) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 1 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 29 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/693

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Dufaure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org