Navigation – Plan du site

Géomorphologie paraglaciaire : renouveau conceptuel et méthodologique

Denis Mercier
p. 219-222

Texte intégral

1Si l’intérêt des approches géomorphologiques pour la compréhension de l’évolution des milieux froids ne s’est jamais démenti depuis le xixe siècle, le thème de recherche consacré au réchauffement climatique et ses conséquences sur des milieux thermiquement sensibles a relancé les approches pluridisciplinaires dans les milieux polaires, subpolaires et de haute montagne. Ainsi, les espaces englacés et leurs marges suscitent-ils un regain d’intérêt scientifique : la géomorphologie y contribue par un double renouveau conceptuel et méthodologique.

2L’émergence sur le plan international et national d’une géomorphologie paraglaciaire illustre ce renouveau conceptuel (Ballantyne, 2002 ; Mercier et Étienne, 2008 ; Mercier, 2008a). Les géomorphologues avaient quelque peu cédé les espaces englacés à la glaciologie et à la sédimentologie, mais ils y reviennent en force (Benn et Evans, 1998 ; Evans, 2005 ; Stroeven et Swift, 2008). D’autres avaient consacré leurs études aux espaces non englacés soumis aux processus périglaciaires. La géomorphologie des milieux froids, devenue dans la seconde moitié du xxe siècle presque exclusivement périglaciaire, surestimait la météorisation liée au gel-dégel, mais sous-estimait les paramètres lithologiques, la durée et l’efficacité des conditions climatiques froides (French et Thorn, 2006). Aujourd’hui encore, la géomorphologie des milieux froids reste très souvent cantonnée à une approche dichotomique entre glaciaire et périglaciaire, comme l’illustre le choix des articles issus de la sixième conférence internationale des géomorphologues tenue à Saragosse en 2005 (Vilaplana et Gray, 2007).

3Comme les changements climatiques contemporains affectent notamment les milieux polaires, subpolaires et ceux de haute montagne, les géomorphologues ont alors consacré leurs efforts à résoudre les questions suivantes : quelles sont les conséquences géomorphologiques de ces changements climatiques ? Quels sont les processus les plus actifs et quels sont les changements en termes de modelés ? À quels rythmes, les espaces englacés et leurs marges répondent aux oscillations thermiques ?

4Ainsi émerge une nouvelle approche de ces milieux et le concept de paraglaciaire, connu depuis plus de quarante années, a refait surface (Mercier, 2007). Utilisé depuis les années 1960 (Godard, 1965), le terme « paraglaciaire » a été forgé par M. Church et J. Ryder en 1972. Précédemment, J. Ryder (1970 ; 1971a et b) reconnaissait ce qu’elle a appelé « des cônes alluviaux paraglaciaires » dans une étude géomorphologique conduite en Colombie-Britannique. Elle concluait que la construction des cônes alluviaux avait été contrôlée par des processus morphogéniques actifs au cours d’une période de transition entre des conditions glaciaires et postglaciaires, qui dépendait par ailleurs de l’abondance temporaire de dépôts glaciaires. Elle a en outre démontré que la construction des cônes alluviaux était temporaire et que les cônes paraglaciaires eux-mêmes étaient des modelés éphémères. M. Church et J. Ryder (1972) ont donné deux acceptions au concept de paraglaciaire. Selon la première, ce terme définit des processus non-glaciaires mais directement conditionnés par la glaciation. M. Church et J. Ryder considèrent comme processus paraglaciaires les processus proglaciaires et ceux qui sont opérant à la périphérie d'un ancien glacier mais qui sont directement liés à l’ancienne présence de glace. Ils décrivent les coulées boueuses, les coulées de débris, l’aggradation et les remaniements fluviaux comme des processus paraglaciaires. Selon la seconde acception, le terme de paraglaciaire est utilisé comme un adjectif temporel et M. Church et J. Ryder définissent une période paraglaciaire comme une séquence temporelle pendant laquelle ces processus sont actifs. Pour la première fois, ils ont proposé un modèle schématique de sédimentation pendant une période paraglaciaire, pour lequel le taux de sédimentation décline selon une courbe asymptotique vers "la norme" géologique. Dans leur synthèse magistrale, D.I. Benn et D.J.A Evans (1998) ont proposé que le terme de « période paraglaciaire » était plus approprié que celui « d’environnement paraglaciaire » parce que les processus eux-mêmes ne caractérisent pas uniquement ces environnements. La période paraglaciaire est caractérisée par des taux d’érosion élevés sur les versants, dans les systèmes fluviaux et éoliens. Cette période de réponse rapide est déclenchée par la remobilisation de sédiments glaciaires non consolidés et par la verticalité accrue des pentes rocheuses soumises à la décohésion postglaciaire (Ravanel et Deline, ce volume). La période paraglaciaire s’achève théoriquement une fois que les taux de sédimentation diminuent pour atteindre des valeurs caractéristiques des bassins-versants non englacés. M. Church et O. Slaymaker (1989) ont montré que la période paraglaciaire ne se limitait pas aux phases finales de la glaciation, mais qu’elle pouvait s'étendre à toute la séquence interglaciaire. L'essence du concept de paraglaciaire est de définir des espaces récemment déglacés se retrouvant dans un état instable ou métastable et ainsi vulnérables face aux processus d’érosion. La période paraglaciaire est la période de réajustement des environnements ayant été englacés. Récemment, C.K. Ballantyne (2002) a opéré une synthèse des recherches géomorphologiques paraglaciaires et en a proposé une définition globale. Selon cet auteur, la géomorphologie paraglaciaire est l’étude des processus non glaciaires à la surface de la Terre, des accumulations sédimentaires, formes, systèmes et paysages directement conditionnés par les glaciations et les déglaciations. Il a identifié six géosystèmes paraglaciaires : les versants rocheux, les dépôts de versants, les marges glaciaires, et les systèmes alluviaux, lacustres et littoraux.

5En somme, le concept paraglaciaire est utilisé pour désigner : une période, des processus, des modelés, des environnements, des géosystèmes. Dès lors, une « géomorphologie paraglaciaire » à part entière prend naissance, au même titre qu’une géomorphologie périglaciaire, glaciaire ou littorale.

6Ce renouveau conceptuel s’est accompagné d’un renouveau de type méthodologique. L’approche systémique fournit une méthode opérationnelle. Ainsi, en se concentrant sur l’étude des processus paraglaciaires et les modelés associés, l’approche systémique appréhende les entrées et notamment les forçages thermiques et les flux d’énergie… Elle quantifie les conséquences sur les flux sédimentaires, de processus actifs de transit, ainsi que sur les stockages, les pièges sédimentaires, les relais… Enfin, elle évalue les sorties du système (Mercier, Roussel et al., ce volume). Cette approche implique de ce fait une analyse des boucles de rétroaction au sein de ces systèmes complexes (Cossart, ce volume). Pour caler les séquences paraglaciaires, le recours à des datations précises s’avère nécessaire. Par exemple, la décohésion postglaciaire des parois est datée par des analyses cosmogéniques (Ballantyne, 2008 ; Cossart et al., 2008). Dans le cas des évolutions plus récentes des marges glaciaires, postérieures au petit âge glaciaire, le recours à la lichénométrie, utilisée depuis les années 1950, a permis des avancées notables. L’analyse statistique, fondée sur la théorie des valeurs extrêmes et la théorie bayésienne, a renouvelé cette méthode de datation indirecte (Roussel et al., ce volume). La quantification des flux sédimentaires, des stocks, des dépôts, des relais spatio-temporels… a également bénéficié de l’apport du scanner laser (Ravanel et Deline, ce volume) et des systèmes d’informations géographique (SIG). Associés à la télédétection, les SIG ont ainsi permis de représenter dans l’espace ces transferts sédimentaires des zones de départ à celles de stockage (Cossart, Roussel et al. ce volume).

7La géomorphologie paraglaciaire, particulièrement dynamique sur le plan international et national, renouvelle par son approche systémique notamment, les connaissances sur l’évolution actuelle et passée des espaces récemment déglacés (Mercier, ce volume). Malgré ces avancées, des parts d’ombre subsistent dans notre compréhension des phases de transition affectant les environnements ayant été englacés. Dès lors, le modèle paraglaciaire offre une hypothèse générale qui améliore notre compréhension des changements environnementaux survenus au cours de l’Holocène, après la disparition des glaciers.

Haut de page

Bibliographie

Ballantyne C.K. (2002) – Paraglacial geomorphology. Quaternary Science Reviews 21, 1935-2017.

Ballantyne C.K. (2008) – After the ice: Holocene geomorphic activity in the Scottish Highlands. Scottish Geographical Journal 124, 8-52.

Benn D.I., Evans D.J.A. (1998)Glaciers and glaciation. London, Arnold, 734 p.

Church M., Ryder J.M. (1972) – Paraglacial sedimentation: consideration of fluvial processes conditioned by glaciation. Geological Society of AmericaBulletin 83, 3059-3072.

Church M., Slaymaker O. (1989) – Disequilibrium of Holocene sediment yield in glaciated British Columbia. Nature 337, 452-454.

Cossart E. (2008) – Landscape connectivity and waves of negative feedbacks during the paraglacial period, a case study : the Tabuc subcatchment since the end of the Little Ice Age (massif des Écrins, France). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 4, (this issue).

Cossart E., Braucher R., Fort M., Bourlès D.L., Carcaillet J. (2008) – Slope instability in relation to glacial debuttressing in alpine areas (Upper Durance catchment, southeastern France): evidence from field data and 10Be cosmic ray exposure ages. Geomorphology 95, 3-26.

Evans D.J.A. (Ed.) (2005)Glacial landsystems. London, Arnold, 532 p.

French H., Thorn C.E. (2006) – The changing nature of periglacial geomorphology.Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, 165-174.

Godard A. (1965)Recherches en géomorphologie en Écosse du Nord-Ouest. Thèse d'État, université de Paris Sorbonne, 701 p.

Mercier D. (2007) – Le paraglaciaire : évolution d’un concept. In « Du continent au bassin versant. Théories et pratiques en géographie physique » (Hommage au Professeur Alain Godard), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise- Pascal, 341- 353.

Mercier D. (ed.) (2008a) – Paraglaciaire et changements climatiques, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2, 131-208.

Mercier D. (2008b) – Paraglacial and paraperiglacial landsystems: concepts, temporal scales and spatial distribution. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 4, (this issue).

Mercier D., Étienne S. (ed.) (2008) – Paraglacial geomorphology: processes and paraglacial context, Geomorphology 95, 1-102.

Ravanel L., Deline P. (2008) – La face ouest des Drus (massif du Mont-Blanc) évolution de l’instabilité d’une paroi rocheuse dans la haute montagne alpine depuis la fin du petit âge glaciaire. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 4, (this issue).

Roussel E., Chenet M., Grancher D., Jomelli V. (2008) –Processus et rythmes de l’incision post-petit âge glaciaire des sandar proximaux (Islande du Sud). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 4, (this issue).

Ryder J.M. (1970) Alluvial fans of post-glacial environments within British Columbia. Unpublished Ph.D. Thesis, University of British Columbia, Vancouver, 416 p.

Ryder J.M. (1971a) – The stratigraphy and morphology of para-glacial alluvial fans in south-central British Columbia. Canadian Journal of Earth Sciences 8, 279-298.

Ryder J.M. (1971b) – Some aspects of the morphometry of paraglacial alluvial fans in south-central British Columbia. Canadian Journal of Earth Sciences 8, 1252-1264.

Stroeven A.P., Swift D.A. (ed.) (2008) – Glacial landscape evolution: implications for glacial processes, patterns and reconstructions. Geomorphology 97, 1-248.

Vilaplana J.M., Gray J. (2007) – Glacial and periglacial geomorphology in mountain environments. Zeitschrift für Geomorphologie 51, suppl. 2, 1-175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier, « Géomorphologie paraglaciaire : renouveau conceptuel et méthodologique », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 4 | 2008, 219-222.

Référence électronique

Denis Mercier, « Géomorphologie paraglaciaire : renouveau conceptuel et méthodologique », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 4 | 2008, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7406

Haut de page

Auteur

Denis Mercier

Université de Nantes, laboratoire Géolittomer, CNRS - UMR 6554 LETG, campus du Tertre, BP 81227, 44312 Nantes cedex 3. denis.mercier@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org