Navigation – Plan du site
Comptes rendus

S.A. Wolfe and G.L. Running IV, Editors, Drylands: Holocene climatic, geomorphic and cultural change on the Canadian Prairies.

Géographie physique et Quaternaire, 2002, 56, (2-3) 127-3241
André Weisrock
p. 274-275

Texte intégral

  • 1  publié en mai 2004

1Ce volume spécial double de Géographie physique et Quaternaire est dédié à la mémoire de Peter P. David qui fut un pionnier de l’étude des dépôts éoliens de l’Ouest canadien. Il est sans doute assez étonnant de donner en exemple de régions sèches les Prairies de l’Alberta, du Saskatchewan et du Manitoba, qui se trouvent à des latitudes de plus de 49° N., mais les travaux réunis ici le justifient pleinement. Ils sont ordonnés en deux grandes parties : la première sur les cours d’eau, la seconde sur les dunes et l’adaptation humaine à ce milieu.

2Les régions les plus arides des Prairies connaissent en moyenne des conditions subhumides, avec un rapport moyen précipitation/évaporation compris entre 0,65 et 0,50 (D.J. Sauchyn  et al.). Ce rapport peut atteindre les valeurs des régions semi-arides comprises entre 0.35 et 0,50 durant les périodes de sécheresse (A.B. Beaudoin). Avec des pluies annuelles de l’ordre de 500 mm, à la répartition très irrégulière, il en résulte soit un excès, soit une pénurie d’eau. Ces variations ont été importantes durant l’Holocène, thème qui est développé dans la première partie, d’abord à travers l’histoire du lac Manitoba (W.M. Last et J.T. Teller). L’étude minéralogique, géochimique et lithostratigraphique d’une séquence sédimentaire de 24 m d’épaisseur montre que le lac a été isolé du lac Agassiz vers 8500 ans BP et que le climat est ensuite resté sec jusque vers 7700 ans BP. Puis le lac a connu des eaux plus profondes et une relative stabilité durant 3000 ans. Vers 4500 ans BP, il a perdu les apports de la rivière Assiniboine et son niveau s’est abaissé. Un climat plus frais et plus humide a entraîné une transgression autour de 3700 ans BP, avant une nouvelle sécheresse. Il y a 2000 ans, le lac est passé d’une mare peu profonde et salée au lac profond et étendu actuel. Le développement des terrasses alluviales le long de la Bow River, dans l’Alberta, montre deux périodes d’aggradation séparées par des incisions profondes (G.A. Oetelaar) : le premier remblaiement, entre 11 500 et 10 000 ans BP, est contemporain de l’avancée glaciaire du Dryas récent ; il est incisé brutalement entre 10 000 et 9000 ans BP, ce qui coïncide avec la fin du Dryas récent et un accroissement rapide des températures et de la sécheresse. Le second remblaiement se produit entre 9000 et 5000 ans BP, durant le « Maximum thermique holocène » qui a entraîné une très forte évaporation et l’abaissement des nappes, avec une perte de compétence du cours d’eau. Cette seconde accumulation est à nouveau entaillée graduellement depuis 5000 ans. Les dépôts d’inondation importants de l’Holocène moyen sont retrouvés le long de la Rivière Rouge au sud du Manitoba (G.R. Brooks), tandis que l’étude des empreintes anatomiques laissées par les inondations dans les cernes de croissance des chênes a permis d’identifier plusieurs crues importantes survenues dans le bassin de la Rivière Rouge au milieu du xviiie siècle, du début au milieu du xixe siècle et dans la seconde moitié du xxe siècle (S. Saint-Georges et E. Nielsen).

3Les sables dunaires des Prairies ont fait l’objet de datations par la méthode optique (Optical Stimulation Luminescence) qui est tout à fait appropriée pour dater la formation des dépôts éoliens puisqu’elle détermine le temps écoulé depuis que les grains de quartz ou de feldspath potassique ont été, pour la dernière fois, exposés à la lumière (O.B. Lian, D.J. Huntley, S.A. Wolfe). Les âges obtenus vont de 150 ans à plus de 11 000 ans BP avec une précision supérieure à 10 % à 2 σ.  Dans les Brandon Sand Hills, au sud-ouest du Manitoba, des dunes épaisses de trois mètres montrent des périodes d’activité éolienne vers 2000 ans BP, de 3100 à 4000 et avant 5200 ans BP. Ces résultats sont en accord avec ceux fournis par les âges radiocarbone de la matière organique des paléosols enfouis, intermédiaires, qui marquent les périodes de stabilité (S.A. Wolfe, D.J. Huntley, J. Ollerhead). Plus à l’est, les observations ont été étendues au sud du Saskatchewan et de l’Alberta. Les dunes du Saskatchewan comblent des vallées sur plus de 10 m d’épaisseur et s’étendent sur des centaines de km2. Elles constituent deux générations principales, l’une de l’Holocène supérieur comme au Manitoba, l’autre de l’Holocène inférieur, avec une phase d’activité principale entre 11300 et 8400 ans BP. L’absence de dépôts datés de l’Holocène moyen est attribuée à une phase intense d’érosion éolienne à la fin de cette période. Les dépôts favorables à la conservation des traces d’occupation anciennes sont rares dans les Prairies, et justifient l’intérêt que représentent les chenaux d’eaux de fonte, anciens sites attractifs, qui sont conservés dans les Cypress Hills au sud de l’Alberta (E.C. Robertson). Dans la même région, la reconstitution de l’histoire du lac Elkwater, grâce à un carottage effectué dans un cône de déjection qui retient les eaux du lac, montre une évolution assez comparable à celle du lac Manitoba, avec l’existence d’une période sèche et un déclin continu du niveau des eaux de 7245 à 3500 ans BP (D.J. Wiseman, G.L. Running et A. Freeman). Dans le sud-ouest du Manitoba, l’évolution du paysage des Lauder Sandhills, dans le bassin du lac glaciaire Hind, est précisée grâce aux affleurements visibles le long de la rivière Souris. Sur environ quinze mètres d’épaisseur totale, on peut observer les dépôts glaciolacustres contemporains de la vidange du lac, (environ 10 500 à 9300 ans BP) des marnes et silts fluviatiles montrant l’établissement du chenal de la Souris, jusqu’à environ 6700 ans BP, de premiers sables dunaires d’environ 1 m d’épaisseur, venus du sud-ouest, enfouis sous un mince dépôt fluviatile (vers 3200 ans BP) et une énorme dune parabolique de plus de 7 m d’épaisseur, orientée selon la direction des vents dominants actuels de nord-ouest. Depuis 3200 BP, des creux de déflation témoignent de réactivations dunaires épisodiques. Les premiers habitants ont exploité les terres humides déjà avant 9300 ans BP (G.L. Running IV et al.). Cette stratigraphie est étendue à l’ensemble du bassin glaciaire du lac Hind grâce à sept carottages dans les systèmes dunaires, qui précisent la nature et l’âge des différents paléosols conservés. Dans l’unité supérieure, les sols sont synchrones, à 2350 ± 50 et 1100 ± 40 BP (W.G. Wallace). La dernière contribution étudie l’occupation du territoire des forêts-parcs du sud-ouest du Manitoba par les « Vickers Focus » depuis leur arrivée vers 1400 ap. J.-C. Venus du Minnesota et de l’Iowa, ils ont pratiqué une activité de chasse-cueillette et l’horticulture à l’écart des grandes voies de déplacement.

4Dans les Prairies canadiennes situées en milieu continental de moyennes latitudes, l’Holocène moyen est une période de net réchauffement, comme dans tout l’hémisphère nord. L’accroissement des températures a permis l’augmentation de l’évapotranspiration et une activité éolienne, renforcée saisonnièrement, capable de remobiliser le substratum sableux. La connaissance approfondie de ces phénomènes est certainement très intéressante dans la perspective du réchauffement climatique actuel.

Haut de page

Notes

1  publié en mai 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Weisrock, « S.A. Wolfe and G.L. Running IV, Editors, Drylands: Holocene climatic, geomorphic and cultural change on the Canadian Prairies. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 4 | 2008, 274-275.

Référence électronique

André Weisrock, « S.A. Wolfe and G.L. Running IV, Editors, Drylands: Holocene climatic, geomorphic and cultural change on the Canadian Prairies. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 4 | 2008, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7443

Haut de page

Auteur

André Weisrock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org