Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Virginie Duvat, Les littoraux coralliens des petites îles de l’ouest de l’océan Indien.

Océanis, 2005, vol. 31(1-2 et 3-4), Institut océanographique, Paris, 341 p.
Jeannine Raffy
p. 275-278

Texte intégral

  • 1  Compte rendu dans « Géomorphologie : relief, processus, environnement » 2004, p. 324

1Il convient de saluer l’heureuse initiative de la revue Océanis, éditée par l’Institut océanographique, qui consacre son volume 31 (deux numéros doubles) à la publication du mémoire d’habilitation à diriger des recherches de Virginie Duvat. Il est vrai que les thèmes traités, la qualité des apports scientifiques et l’originalité de la démarche méritaient une large diffusion. En faisant porter ses recherches sur les îles coralliennes de l’océan Indien, V. Duvat  aborde un sujet peu exploré et comble un vide scientifique puisque ces îles, à la différence de leurs homologues de l’océan Pacifique ou des Caraïbes, avaient été peu étudiées jusqu’alors. En soi les littoraux coralliens présentent de fortes spécificités qui justifient une étude géomorphologique. Un des intérêts majeurs des travaux de V. Duvat  est l’approche systémique ; l’accent est mis sur le rôle déterminant que jouent les récifs sur le fonctionnement et l’évolution du littoral. « Ce constat appelle le géomorphologue qui travaille dans la zone intertropicale à intégrer les édifices récifaux à ses recherches et à associer à l’étude des plages l’exploration et la description des fonds marins qui leur font face. Ici plus qu’ailleurs, les tendances qui s’observent sur les côtes trouvent leur origine dans le domaine marin ». En outre ce milieu insulaire est doublement et fortement exposé aux risques. Le réchauffement et les variations climatiques, avec comme conséquences l’élévation du niveau marin et la recrudescence des tempêtes, font craindre l’érosion des plages voire la submersion des îles les plus basses ; ils provoquent aussi la destruction ou la mort des récifs coralliens (observations pendant des périodes El Niño) tout comme le fait la forte pression anthropique sous l’effet du développement touristique ; celui-ci porte atteinte à la fois à l’équilibre morphodynamique des plages et au capital écologique et économique que constituent les milieux coralliens. Les littoraux du domaine étudié et leur devenir ne sauraient se comprendre sans une démarche qui va de l’étude naturaliste (Première partie, N° 1-2) à celle de l’impact des aménagements pour aboutir à des recommandations pour la gestion des littoraux coralliens (Deuxième partie, N° 3-4). On reconnaît-là le fil conducteur d’un ouvrage écrit en collaboration avec R. Paskoff : « Les littoraux des Mascareignes entre nature et aménagement1 ».

2Étudier les littoraux coralliens des petites îles de l’océan Indien peut paraître une gageure car l’espace maritime intertropical de cet océan, propice à la croissance des coraux, comporte plus de 7500 îles, disséminées sur une superficie de 36 millions de km2. Même en se limitant à la moitié occidentale, ce sont encore des milliers d’îles qui constituent les archipels des Maldives, des Seychelles, des Mascareignes et des Comores. Nombreuses et de faible superficie (quelques dizaines d’ares à quelques km2), ces îles éparpillées entre les deux Tropiques sont soumises soit à l’alizé de chaque hémisphère, soit à la mousson, soit aux deux en alternance, ce qui accroît la diversité des milieux géographiques et la complexité des facteurs qui agissent sur le façonnement naturel des littoraux. L’apport original de la thèse (car ce mémoire est une véritable thèse) est d’avoir mis en évidence l’étroite interdépendance qui existe entre les îles coralliennes et les récifs d’une part, entre les plages et les édifices coralliens qui bordent les îles d’origine volcanique ou constituées d’autres roches, d’autre part. Cela conduit à une distinction fondamentale entre les îles basses, entièrement coralliennes, émergeant de 1 à 6 m au-dessus de la mer (1e partie, chap. 2) et les littoraux sédimentaires des îles hautes (chap. 3).

3La description des constructions coralliennes introduit au monde des îles basses. Il s’agit d’une étude morphométrique qui, à travers le cas des archipels des Maldives et des Seychelles, montre les quatre types d’édifices représentés dans cette partie de l’océan Indien : les atolls, les plus nombreux, et de grande taille aux Maldives, les bancs et pâtés récifaux caractéristiques des Seychelles et les faros, atolls miniatures, considérés comme spécifiques des Maldives, selon A. Guilcher. Ces catégories comportent elles-mêmes plusieurs récifs (par exemple plus de 2000 pour 16 atolls des Maldives) ; elles ne sont pas figées et il existe de nombreuses formes de transition et des évolutions rapides. Ainsi un petit faro, décrit pas A. Agassiz (1902 et 1903), est devenu aujourd’hui un pâté récifal.

4Une attention particulière est portée à la plus ou moins grande continuité de la couronne récifale des atolls, à la forme et à la profondeur des lagons, au nombre de passes ainsi qu’à leur exposition et à leurs dimensions, car tous ces aspects déterminent les échanges entre le lagon et l’océan et le devenir des îles. V. Duvat  met en évidence deux principes d’organisation des constructions récifales. Les grands édifices présentent une direction nord-sud conforme à celle des dorsales océaniques sur lesquelles ils croissent, ce qui souligne l’influence du soubassement volcanique. Les récifs de plus petite taille, en deçà de seuils calculés (de 2 à 5 km) se développent perpendiculairement à la bordure des atolls, ce qui indique le rôle prépondérant des facteurs hydrodynamiques sous l’influence des houles d’alizé ou de mousson (ex : atolls de Baa ou de Vanuu, archipel des Maldives).

5À l’exception des îles dites récifales, héritées de récifs pléistocènes, les îles qui émergent au-dessus des constructions actuelles ont toutes une origine détritique qui résulte du démantèlement des édifices coralliens sous l’action des houles et des tempêtes. Leur spécificité tient à cette source unique de leurs constituants. S’appuyant sur des exemples nombreux, V. Duvat  brosse un panorama détaillé des îles pour en expliquer la morphologie et la répartition. Circulaires, oblongues, triangulaires ou très allongées, les cayes sont la forme insulaire la plus élémentaire et la plus répandue dans l’océan Indien, à la différence des motus qui se développent uniquement dans les archipels des Laquedives, des Maldives et des Chagos. La distinction entre ces deux catégories dépend de leur formation. Le profil-type des motus est très dissymétrique avec une crête de débris coralliens face au large, une plage de sable du côté du lagon et, entre les deux, une dépression marécageuse. Les motus sont issus de dépôts de tempête, remparts massifs de blocs arrachés aux pentes externes des récifs, projetés sur le platier sur lesquels ils migrent jusqu’à se stabiliser et former une plate-forme conglomératique, surface d’ancrage pour d’autres débris moins grossiers. Leur formation dépend à la fois de la géométrie des pentes externes des récifs et de la fréquence et de l’intensité des tempêtes. Si les fronts récifaux sont sub-verticaux, les débris n’atteignent pas le platier ; dans les régions équatoriales et subéquatoriales soumises à des tempêtes peu nombreuses et d’intensité modérée, le développement des motus est rare ou incomplet. Même s’il existe des cayes constituées de débris grossiers de taille centimétrique ou décimétrique, la caye prédominante est formée de sables accumulés par la houle ou les tempêtes d’intensité et de fréquence modérées. Dans le détail, la forme des îles dépend tantôt de la houle dominante unidirectionnelle, tantôt des houles saisonnières alternées avec selon les cas un équilibre ou un déséquilibre entre ces mouvements de sens contraire. Ces îles sont rarement isolées ; elles constituent des associations complexes d’îles et d’îlots dont la formation est interdépendante car toute accumulation sur la face au vent des récifs favorise l’édification d’îles sous le vent. La typologie distingue le système « d’îles basses boisées » lorsque les surfaces émergées sont très discontinues et représentent une faible superficie par rapport à celle du platier récifal et le « complexe insulaire » là où îles et îlots forment un espace émergé quasi continu sur une face, au moins, de l’anneau récifal.

6Il n’existe aucune relation entre la superficie des îles et celle des édifices coralliens quel que soit le type de construction : le rapport entre les deux ne dépasse pas 21 % aux Maldives, mais il varie de 0,3 à 71 % aux Seychelles. Fortement dépendantes de l’énergie des vagues sur le platier, les îles sont disposées en gros parallèlement à la bordure des récifs ; elles leur sont perpendiculaires lorsque des chenaux profonds dans l’anneau récifal provoquent des courants violents. Leur distribution dépend de celle des atolls et de leur support. Aux Seychelles, les atolls égrenés sur 1100 km de longueur (3-10° S) sur une seule dorsale volcanique subissent des houles de directions identiques impulsées par l’alizé de sud-est et la mousson déviée de nord-ouest. Une analyse fine montre l’influence de la latitude sur la taille et la distribution des types d’îles. Les cayes prédominent entre 3 et 7° S, « les systèmes insulaires de type île basse ou complexe insulaire se trouvent entre 5 et 10° S et les îles récifales se concentrent entre 9 et 10° S. » Entre 5 et 7° S, dans une zone de transition au climat subéquatorial, perturbé occasionnellement par les cyclones, tous les types d’îles peuvent se former. Globalement, la superficie des îles s’accroît du nord vers le sud, même s’il existe beaucoup d’exceptions. L’altitude des points culminants des îles augmente avec la latitude : de 3-4 m en milieu subéquatorial à 15 m environ en direction du Tropique du Capricorne, ce qui va de pair avec des nuances morphologiques logiques, les îles les plus basses étant les plus plates. Aux Maldives, sous des latitudes comparables (0-7° N) mais dans l’hémisphère nord, l’ordonnancement zonal est contrarié par le contexte géologique. La partie centrale de l’archipel comporte une double rangée d’atolls de direction nord-sud, calquée sur le dédoublement de la dorsale océanique. À la différence des atolls septentrionaux ou méridionaux de cet archipel qui sont exposés respectivement aux mêmes systèmes de houles (situation comparable à celle des Seychelles), chacun des atolls centraux est abrité alternativement par un atoll voisin, de sorte qu’il présente deux types de façades internes et externes, inégalement exposées, ce qui a des répercussions sur la surface insulaire. Dans l’ensemble de l’archipel maldivien, les plus grandes îles sont disposées sur la face du récif la plus exposée aux houles. Du fait de l’abri, la superficie des îles des atolls centraux est la plus faible, moins de 10 ha, contre 13 pour les îles des atolls méridionaux et plus de 25 ha pour les îles des atolls septentrionaux, ces derniers se trouvant sous la trajectoire de cyclones plus fréquents qu’à proximité de l’équateur. Cette étude comparée illustre de manière exemplaire l’imbrication des interférences entre les contextes géologiques et climatiques qui commandent la distribution des édifices coralliens, lesquels contrôlent ensuite les conditions hydrodynamiques à l’origine des îles. On conçoit que ces îles coralliennes évoluent rapidement et qu’elles soient sensibles aux changements de direction de la mousson ou au phénomène El Niño.

7Les îles hautes de l’océan Indien tropical sont bordées par des édifices récifaux qui engraissent les plages de leurs débris. Pour que s’impose une comparaison avec les îles coralliennes, le chapitre 3 consacré aux littoraux sédimentaires des îles hautes suit le même plan que le précédent : description des récifs pour expliquer leur rôle majeur dans la différenciation des plages, trait spécifique de la zone intertropicale. Les bancs récifaux, forme de récif la moins évoluée, se développent en face de côtes rocheuses. Étroits, dépourvus de platier récifal, ils se terminent par un front abrupt. Ces caractères limitent la réfraction des vagues et réduisent l’apport de débris à l’estran d’où la rareté des plages le long des littoraux correspondants. Les plates-formes récifales (nord-ouest et sud de l’île de la Réunion) ont un platier couvert de coraux à l’arrière duquel s’observent des plages de poche. Les récifs frangeants sont les plus répandus dans les archipels des Mascareignes et des îles granitiques des Seychelles. Ils sont à l’origine des plages les plus vastes, étirées sur des centaines de mètres et parfois des kilomètres de longueur. Les récifs-barrières sont les constructions de grande dimension, avec un lagon profond parcouru par des chenaux et relié au large par plusieurs passes (ex : récif de Mahébourg cote sud de l’île Maurice). Du côté de la terre ferme, les plages sont étroites, accompagnées de vasières et de mangrove ; du côté du large apparaissent des bancs de sable et, à proximité des passes, des cayes. Ces observations amènent V. Duvat  à discuter de la hiérarchie des facteurs qui interviennent dans la distribution des récifs. Les constructions récifales croissent, au large des côtes au vent des îles hautes, sous l’influence de la houle d’alizé dominante car la bonne oxygénation et le renouvellement des eaux côtières leur est favorable. Mais cette règle souffre de si nombreuses exceptions dans l’océan Indien qu’il faut accorder un rôle déterminant à la bathymétrie. Les pentes continentales raides, à proximité du rivage, ne sont guère propices à la vie corallienne, à la différence des vastes plates-formes sous-marines. La démonstration s’appuie sur l’exemple de la côte occidentale de la Réunion où s’observe le passage des bancs récifaux aux plates-formes récifales puis aux récifs frangeants au fur et à mesure de l’élargissement du plateau sous-marin, du nord vers le sud.

8V. Duvat  apporte un nouveau regard sur la typologie des plages des îles hautes : plages dites ouvertes quand la présence récifale est réduite, plages d’arrière-récif dont la morphologie dépend de l’hydrodynamisme fort ou faible ; plages dites « fermées » car protégées des houles. On retiendra que les plages ouvertes sont larges (plus de 30 m) et épaisses, qu’elles présentent une pente redressée (10-20°) ; bien que soumises à une forte mobilité sédimentaire, elles sont les moins sensibles à l’érosion. Sur les littoraux exposés de plein fouet aux alizés, lorsque la puissance de la houle permet aux vagues de franchir le front du récif et de déferler jusqu’à la côte, les plages, larges de 10 à 30 m, moins inclinées (7 à 12°) que celles du type précédent, composées de matériaux hétérométriques sont en situation de relative stabilité. Dans les cas où la côte est abritée ou lorsque le platier récifal est large, l’énergie des vagues se dissipe sur l’estran, les plages de sable fins sont étroites (5-15 m), peu épaisses (moins de 0,80 m) et en faible pente (5°). Malgré la relative stabilité de leur profil sur l’année, ces plages sont sujettes à des pics d’érosion spectaculaires lors de tempêtes, ce qui explique leur bilan sédimentaire négatif car, par beau temps et mer calme le rechargement en sable est difficile. Les plages fermées sont étroites (moins de 5 m), planes (2°) et submergées à marée haute. Il s’établit ainsi une relation entre les espaces littoraux et la taille des récifs. Plus les édifices coralliens sont étendus (Seychelles, Mascareignes), plus ils produisent de débris et plus les plaines littorales et leur plage sont développées. Cela s’explique par le compartimentage des littoraux des îles hautes et leur division en cellules sédimentaires qui limitent les dispersions ou les transferts de particules, défavorables à l’accumulation. Il y a là une différence essentielle avec les îles basses. Toutefois une grande largeur du récif favorise l’accumulation de débris sur le platier qui réduit alors la compétence des vagues et l’apport de sédiments à la côte.

9Les rivages coralliens étant en situation de recul quasi généralisé, la question se pose du rôle actuel des récifs. On constate une pénurie d’apports détritiques. Comme le long de tous les rivages, c’est pendant la transgression post-glaciaire qu’une grande quantité de matériaux a été poussée vers la côte. Depuis que la remontée holocène du niveau marin a atteint son maximum (3000 à 2500 ans BP dans l’océan Indien occidental) et que les édifices coralliens se trouvent à fleur d’eau, leur productivité semble ralentir. Si le rôle de brise-lames et de protection des côtes est observé, en période de beau temps, et avec une efficacité d’autant plus grande que le récif est large, des études précises montrent qu’il n’en est rien quand surviennent de fortes tempêtes, et les houles exceptionnelles engendrées par les cyclones.

10Des tempêtes sous l’équateur ? À partir de quelques études récentes et d’observations limitées, V. Duvat  démontre que, contrairement aux idées reçues, les Maldives et les Seychelles ne sont pas à l’abri de très fortes houles et que celles-ci jouent un rôle important. L’auteur décrit avec beaucoup de précisions les impacts destructeurs et les marques de l’érosion pendant que sévissent les tempêtes. Les coraux des pentes externes et des platiers sont brisés, les îles basses sont submergées ou fragmentées, les dunes sont entaillées en falaise et le profil des plages abaissé ; il arrive que le trait de côte recule. Simultanément dans les secteurs abrités ou dès que la hauteur des vagues décroît, il se forme des accumulations qui peuvent être le point de départ d’une ré-alimentation des espaces littoraux ou la création d’une nouvelle île, après la tempête. V. Duvat  souligne ainsi que les dommages immédiats peuvent être compensés à plus ou moins long terme. Les matériaux piégés sur les récifs sont susceptibles d’être ramenés en totalité ou en partie vers la côte, dans des délais variables, qui peuvent être courts (une à trois semaines à Rodrigues, par exemple). Se pose alors une autre question : comment évolueraient les plages si la dégradation des coraux s’accentuait ? Aux Seychelles, un constat a été dressé qui met en relation les pics d’érosion sur les plages et le blanchiment des coraux, ce qui fait craindre une disparition rapide de celles-ci. Mais en raison de la grande diversité des situations locales, il est difficile et imprudent d’étendre le pronostic à l’ensemble des plages, puisque certaines connaissent des rétablissements tout aussi spectaculaires que leur dégradation.

11Depuis les années 1970, ces petites îles que l’on décrit paradisiaques sur les dépliants des agences de voyage ont été submergées par les équipements destinés à l’accueil des touristes. La seconde partie du mémoire de V. Duvat  traite de l’aménagement et de la gestion de leurs littoraux (Océanis, vol. 31, N° 3-4). De la recherche fondamentale, l’auteur passe à la recherche appliquée tout en affirmant bien haut que seule une connaissance approfondie du fonctionnement des milieux naturels peut conduire à une gestion rationnelle. Le chap. 1 dresse un état des lieux des installations à usage touristique à commencer par les aéroports internationaux, qui seuls ont permis l’accès à ces îles fort éloignées des pays émetteurs. L’implantation des équipements est soumise à de fortes contraintes naturelles liées à l’exiguïté de la plupart des îles et aux distances qui les séparent, sans oublier, du fait des platiers récifaux, des conditions de navigation peu favorables. Néanmoins, les hôtels, les bungalows et les villas ont colonisé le littoral des îles les plus grandes, tandis que les plus petites devenaient des îles-hôtels. V. Duvat  passe en revue tous les impacts de ces aménagements sur le milieu côtier y compris récifal pour montrer qu’ils ont provoqué, selon les cas, la destruction, la dégradation ou l’asphyxie des coraux et déclenché ou aggravé l’érosion des littoraux. D’où la mise en place de mesure de protections lourdes (murs, épis) ou légères (sacs de sables, rechargement des plages) qui sont au mieux inefficaces quand elles ne constituent pas un remède pire que le mal en déplaçant le secteur sensible à l’érosion un peu plus loin.

12À la fois pour protéger les personnes et les biens et sauvegarder l’activité touristique, une réflexion nouvelle sur la gestion de ces milieux insulaires s’impose. Elle repose d’abord sur la création d’un outil pour apprécier la sensibilité des plages à l’érosion (chap 2). V. Duvat  a mis au point un indice de vulnérabilité qui prend en compte sept critères simples qui relèvent d’observations de terrain (type de plages, rôle de l’hydrodynamisme, abondance des réserves sédimentaires disponibles…) ; chacun comporte quatre degrés de vulnérabilité croissante notés de 0 à 3. L’addition des points affectés à chaque facteur fournit des totaux de 0 à 27 qui sont répartis en quatre niveaux de vulnérabilité (1 à 4). Par exemple, les plages qui totalisent entre 21 et 27 points ont un indice égal à 4. « Ce sont des plages très dégradées, menacées de disparition à court ou moyen terme sur lesquelles des équipements ont accéléré l’érosion ». Ces indices sont traduits en tableaux analytiques, en cartes et en fiches de recommandations. L’indice de vulnérabilité a été élaboré à partir d’études concrètes qui ont permis de le tester en vraie grandeur, ce qui renforce son intérêt. Il s’inscrit dans un projet plus vaste : la recherche d’une méthode pour l’évaluation de la capacité de charge d’un site, c’est-à-dire « la pression anthropique qu’il peut supporter au regard de la sensibilité de ses composantes naturelles et des activités qui sont pratiquées. » La tentative n’est pas nouvelle. Le chapitre 3 contient un résumé des différentes approches menées à travers le monde, une discussion sur leur validité ou leur application et une mise au point sur le débat scientifique, toujours actuel, suscité par l’essai de quantifier la charge humaine d’un site comme on calcule la capacité d’un pâturage à nourrir du bétail. On constate aussi l’embarras des autorités administratives ou politiques, partagées entre le désir de protéger leur territoire, d’évaluer les possibilités de développement, et la crainte d’en connaître les limites, surtout lorsqu’il s’agit d’espaces accaparés ou convoités par les activités touristiques. Ayant bénéficié du soutien de collectivités territoriales et du partenariat de diverses institutions, V. Duvat  s’est livré à une approche expérimentale à partir du cas des côtes coralliennes de l’île de La Réunion afin « d’apporter une contribution concrète aux débats en cours et surtout de démontrer l’intérêt de ce type d’outil d’aide à la décision. ». La méthode repose sur cinq phases qui sont détaillées. Le découpage du littoral sert à identifier les secteurs qui possèdent le même potentiel d’accueil. La détermination de la fréquentation réelle fournit l’information sur la charge existante et ses flux dans le temps ; l’évaluation de la vulnérabilité (environnementale et socio-culturelle) s’appuie sur six familles de critères qui sont numérotés de 1 à 6 et sont affectés de coefficients qui pondèrent leur importance. Le total de points obtenu pour chaque portion de littoral est ramené au total théorique, de sorte que la vulnérabilité s’exprime en pourcentages qui définissent cinq classes. Le niveau 1 correspond à une très faible vulnérabilité inférieure à 20 % ; le niveau 5 à un taux de plus de 50 %. La capacité de charge est inversement proportionnelle à la vulnérabilité. L’établissement de la capacité de charge implique que l’on connaisse précisément les types et les modes d’usage des secteurs littoraux, les besoins d’espaces afférents et leurs compatibilités. Des enquêtes de terrain s’imposent pour approcher finement la réalité. À partir de là, des recommandations peuvent être faites. V. Duvat  montre que la démarche a produit des informations nouvelles et utiles sur l’occupation et l’utilisation des côtes réunionnaises, que les protocoles utilisés sont reproductibles quel que soit l’enquêteur, ce qui élimine le reproche de subjectivité qui est souvent fait à ces approches. Les résultats peuvent s’exprimer sous la forme de cartes compréhensibles pour les décideurs et les gestionnaires. L’auteure est toutefois consciente que la capacité de charge n’est qu’une valeur indicative qui « vise à appréhender la notion de surcharge ».

13Pour terminer V. Duvat  se livre à une réflexion sur les principes qui devraient guider la gestion rationnelle des littoraux coralliens. Le premier repose sur le concept de résilience qui est la capacité d’un milieu, dégradé par une perturbation, que la cause soit naturelle ou humaine, de retrouver, à travers d’importantes fluctuations de son fonctionnement, un état d’équilibre dynamique proche ou analogue à l’état antérieur. C’est le cas des plages qui se reconstituent après avoir été emportées par une violente tempête ou celui des platiers qui, à la suite d’une destruction quasi totale des coraux sous l’effet d’un cyclone (ex. à La Réunion) sont recouverts de coraux vivants, dix ans plus tard. La connaissance de l’état de résilience des littoraux permet de définir les seuils de réversibilité ou les limite à ne pas dépasser pour préserver le milieu. La difficulté réside d’abord dans la diversité des rythmes d’évolution naturelle : quelques semaines, une saison, ou plusieurs dizaines d’années. La complexité des littoraux empêche l’énoncé de règles générales. La variabilité de la résilience dans l’espace, même à faible distance, est encore plus déconcertante. Pour éviter ou limiter les dégâts produits par des aménagements lourds, préjudiciables aux milieux et aux installations, V. Duvat  recommande aux décideurs de s’en tenir au principe d’adaptation. Celui-ci consiste à rechercher le meilleur compromis possible entre les contraintes du milieu et les objectifs de développement. Sur les côtes des îles coralliennes, cette pratique devrait faire réfléchir à des solutions selon l’échelle spatiale (un hôtel, une plage, un atoll, un archipel) qui varieraient d’un littoral à un autre et d’un projet d’aménagement à un autre.

14Servies par une écriture limpide et agréable, un plan rigoureux, une illustration abondante et de qualité (56 fig., 24 tab., 31 planches photographiques) les thèses de V. Duvat  emportent l’adhésion. On apprécie la logique de la démarche justifiée et soutenue de bout en bout. Plusieurs chapitres auraient leur place dans un manuel. En ce sens cette œuvre devrait servir de modèle aux chercheurs, aux géographes quelle que soit leur spécialité. Au moment où une équipe internationale lance un appel pour qu’une stratégie mondiale soit mise en place pour sauvegarder les coraux (revue en ligne PLoS ONE du 25 août 2008), les volumes d’Océanis seront aussi fort utiles aux aménageurs. On ne pourra plus traiter des littoraux coralliens sans se référer au travail de V. Duvat.

Haut de page

Notes

1  Compte rendu dans « Géomorphologie : relief, processus, environnement » 2004, p. 324

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeannine Raffy, « Virginie Duvat, Les littoraux coralliens des petites îles de l’ouest de l’océan Indien. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 14 - n° 4 | 2008, 275-278.

Référence électronique

Jeannine Raffy, « Virginie Duvat, Les littoraux coralliens des petites îles de l’ouest de l’océan Indien. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 14 - n° 4 | 2008, mis en ligne le 16 avril 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7459

Haut de page

Auteur

Jeannine Raffy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org