Navigation – Plan du site

Archives alluviales holocènes et occupation humaine en Basse Moulouya (Maroc nord-oriental)

Holocene alluvial archives and human occupation in the Lower Moulouya River (north-eastern Morocco)
Hanoun Ibouhouten, Christoph Zielhofer, Rachida Mahjoubi, Saïd Kamel, Jörg Linstädter, Abdeslam Mikdad, Jens Bussmann, Petra Werner, Joachim W. Härtling et Katrin Fenech
p. 41-56

Résumés

Le bassin de la Basse Moulouya se situe dans le nord-est du Maroc, dans un environnement méditerranéen aride à semi-aride typique des marges des déserts nord-africains. Les recherches géomorphologiques sur les marges des déserts attestent un grand potentiel pour les études paléoenvironnementales car ces marges réagissent de manière très sensible aux changements climatiques  passés et futurs. Les dépôts de la plaine d’inondation sont constitués par trois séries de dépôts sédimentaires : la série I datée entre 9,9 et 6,5 ka cal. BP, à faciès sablo-limoneux et hydromorphique avec intercalation de quelques paléosols alluviaux peu développés ; la série II, datée entre 4,4 et 3,2 ka cal. BP, caractérisée par un faciès limono-argileux très finement laminé et hydromorphique, avec l’apparition de quelques couches noirâtres riches en charbon de bois. La série III, datée entre 3,2 et 1,4 ka cal. BP, formée par l’alternance de couches centimétriques à litage horizontal de couleurs grisâtre et rougeâtre, de faciès à dominance limono-argileuse. Les couches argileuses rouges de la série III renferment du gypse et contiennent plusieurs couches riches en particules charbonneuses. La datation de certains foyers anthropiques dans les alluvions étudiées, riches en matériel archéologique (silex, céramique, ossements), révèle l’occupation temporaire du fond de vallée par l’Homme pendant l’Épipaléolithique, le Néolithique, la Protohistoire et le Moyen Age. Ces périodes d’occupation sont également visibles dans les grottes, dans les sites de plein air et dans les tumuli de l’arrière-pays de la Moulouya. Le maximum d’occupation est observé pendant le Néolithique ancien, période qui correspond à l’optimum climatique holocène.     

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 21 février 2009, accepté le 12 septembre 2009

Texte intégral

Introduction

1Les recherches effectuées sur l’holocène en différentes régions du globe terrestre ont montré que cette période a connu de rapides changements climatiques. Ces changements ont été observés dans les carottes de glace (Johnsen et al., 1992), dans les carottes marines de l’Atlantique du Nord (Bond et al., 2001) et dans les dépôts lacustres (Gasse et al., 1990). Ces changements climatiques ont été documentés aussi dans les régions méditerranéennes (Rognon, 1987) sur la base des données polliniques (Davis et al., 2003 ; Fletcher et al., 2007), des carottes marines (Rohling et al., 2002 ; Sbaffi et al., 2004), des dépôts lacustres (Ramrath et al., 2000) et des dépôts fluviatiles (Bkhairi et Karray, 2008 ; Faust et al., 2004 ; Zerai, 2006 ; Thorndycraft et Benito, 2006 ; Weisrock et al., 1985, 2006). En effet, les systèmes fluviatiles des régions semi-arides sont sensibles aux variations climatiques intenses, en particulier au niveau de la morphodynamique alluviale (Ballais, 1995 ; Zielhofer et Faust, 2008). Toutefois, la morphodynamique peut être influencée aussi par l’action anthropique qui agit sur la végétation et l’exploitation des terres (Peña et al., 2000 ; Ramrath et al., 2000). Ainsi, l’étude de l’Holocène méditerranéen est-il indissociable de l’action humaine ayant contribué à la formation des dépôts alluviaux (Van der Brink et Janssen, 1985 ; Van Andel et al., 1990 ; Bintliff, 2002 ; Oldfield et al., 2003 ; Zielhofer et al., 2008). De ce fait, il s’avère nécessaire d’étudier et de caractériser l’importance de l’occupation humaine dans le bassin-versant. Dans le Maroc oriental semi-aride, les archives fluviatiles holocènes de la Basse Moulouya paraissent importantes pour l’étude de la relation Homme-paléoenvironnement, du fait de la préservation d’un grand potentiel sédimentaire associé à la présence des traces de l’activité humaine. Plusieurs travaux d’ordre archéologique se sont intéressés au Maroc oriental, notamment ceux de L. Wengler (1985), L. Wengler et al. (1994), A. Mikdad et al. (2000), J. Linstädter (2003), J. Moser (2003) et M. Nami (2008), qui révèlent l’importance  de l’occupation  humaine durant la Préhistoire et la Protohistoire dans cette région. En revanche, les recherches concernant l’évolution sédimentaire holocène des cours d’eaux dans le Maroc oriental sont restées plus limitées, hormis les travaux de J. Barathon et al. (2000) et M. El Amrani et al. (2008) sur l’Oued Kert et ceux de D. Lefèvre (1985) dans le bassin de Ksabi en Moyenne Moulouya. Enfin, H. Zarki (1999) et H. Zarki et al. (2004) ont démontré le rôle de la sismicité et de la néotectonique sur l’évolution morpho-sédimentaire durant l’Holocène moyen et supérieur en Basse Moulouya mais ils ont peu abordé l’impact du climat et particulièrement l’anthropisation de cette plaine alluviale. Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une étude géoarchéologique des dépôts fluviatiles de la Basse Moulouya en vue d’une reconstitution centennale des paléoenvironnements dans lesquels les populations préhistoriques ont évolué. Il a pour objectif, d’une part, de présenter les données sédimentologiques et géomorphologiques, les paramètres paléoenvironnementaux des dépôts alluviaux holocènes de la Basse Moulouya et, d’autre part, de démontrer l’impact anthropique sur l’alluvionnement holocène en Basse Moulouya et vice versa, en s'appuyant sur la série chronométrique radiocarbone établie.

L’environnement actuel de la Basse Moulouya et la coupe stratigraphique « Djamila »

2L’oued Moulouya constitue le principal cours d’eau du Maroc nord-oriental. Il prend sa source dans le Haut Atlas à une altitude de 1770 m, à proximité de la zone de contact du Moyen et du Haut Atlas (fig. 1). Son bassin-versant s’étend du Haut Atlas central à la Méditerranée sur une superficie de 53.500 km². L’ensemble du bassin-versant se caractérise par un climat méditerranéen de type semi-aride à aride. Les précipitations sont faibles et réparties sur quelques jours voire quelques heures dans l’année. A la station de Mechraa Safsaf  (fig. 1), la hauteur des précipitations annuelles moyennes est de 236 mm. A la station de Guercif (fig. 1), la hauteur des précipitations annuelles moyennes est de 186 mm et de 222 mm à la station de Zaïda dans la Haute Moulouya (Ngadi, 1995). Le maximum de précipitations annuelles est enregistré surtout durant le mois d’avril. En fin de saison sèche, les pluies déclenchent souvent des phénomènes érosifs associés à un ruissellement abondant dont les effets sont dévastateurs sur les sols. D’après la classification bioclimatique de C. Sauvage (1963), le passage de la Moyenne à la Basse Moulouya indique la transition d’un climat méditerranéen aride à semi-aride. Cette transition est écologiquement marquée par la présence de l’alfa (Stipa tenacissima) et de l’armoise (Artemisia herba alba). Les zones littorales et montagnardes de la Basse Moulouya se caractérisent par la présence d’une végétation de type semi-aride avec Pistacia atlantica, Olea oleaster, Juniperus phoenicea et d’une végétation de type semi-aride à subhumide avec Tetraclinis articulata. Dans le fond de l’oued apparaissent des buissons de Tamarix,  Salix et Populus alba (Benabid, 2000).

Fig. 1 – Situation du bassin-versant de la Moulouya dans l’étagement bioclimatique du Maroc selon L. Emberger (1939) et C. Sauvage (1963).
Fig. 1 – Location of the Moulouya catchment in Bioclimatic zones of Morocco, following L. Emberger (1939) and C. Sauvage (1963).

Fig. 1 – Situation du bassin-versant de la Moulouya dans l’étagement bioclimatique du Maroc selon L. Emberger (1939) et C. Sauvage (1963).Fig. 1 – Location of the Moulouya catchment in Bioclimatic zones of Morocco, following L. Emberger (1939) and C. Sauvage (1963).

1 : humide ; 2 : subhumide ; 3 : semi-aride ; 4 : aride ; 5 : saharien ; 6 : zone d’étude ; 7 : bassin-versant.
1: humid; 2: subhumid; 3: semiarid; 4: arid; 5: Saharan; 6: study area; 7: catchment.

3Le tronçon de la Basse Moulouya ciblé par ce travail présente un chenal souvent sinueux et plus rarement en tresses ou rectiligne. Il montre aussi une alternance de secteurs à vallées étroites et d’autres élargis. Les secteurs de vallée étroite sont peu nombreux et façonnés dans un substrat assez résistant de calcaires crétacés et de conglomérats pléistocènes (fig. 2 et fig. 3). La vallée de la Basse Moulouya est formée par deux unités morphologiques essentielles, d’une part  des terrasses alluviales holocènes (essentiellement limono-argileuses) bordant la vallée et d’autre part une basse plaine correspondant au système fluvial actuel constitué de plusieurs sous-unités morphologiques : chenal d’écoulement, barres de chenal, bancs de convexité et levées de rive concave. Selon la classification génétique des plaines d’inondation de G.C. Nanson et J.C. Croke (1992), de telles archives alluviales sont formées de sédiments cohésifs d'inondation caractérisés par une aggradation sédimentaire sous forme de lits à dépôts fins. En raison du haut potentiel de conservation de dépôts cohésifs contre l'érosion latérale, la plaine d’inondation forme une entité distincte des autres dépôts grossiers de barres de la Moulouya (fig. 2 et fig. 3). Dans cet article, on présente une coupe stratigraphique appelé « Djamila » (fig. 4 et fig. 5), qui se situe sur les berges de la rive gauche de la plaine d’inondation (34°55’N ; 2°33’W), à 32 km de l’embouchure de la Moulouya. Cette coupe fait environ 420 m de longueur et 15 m de hauteur. La coupe est facilement accessible pour l’échantillonnage et comporte des couches noirâtres étroites riches en cendres et en charbon de bois, étendues sur des centaines de mètres le long de la plaine d’inondation. Ces couches permettent une bonne corrélation stratigraphique entre les dépôts d’inondation successifs (fig. 4). La coupe stratigraphique « Djamila » est donc représentative des archives holocènes et de l’histoire de la rivière de la Basse Moulouya.

Fig. 2 – Carte géomorphologique de la région étudiée.
Fig. 2 – Geomorphological map of the study area.

Fig. 2 – Carte géomorphologique de la région étudiée.Fig. 2 – Geomorphological map of the study area.

1 : substrat crétacé ; 2 : dépôts mio-plio-quaternaires ; 3 : galets pléistocènes ; 4 : dépôts holocènes ; 5 : lit de l’oued ; 6 : cône torrentiel ; 7 : glacis ; 8 : berges et talus ; 9 : écoulements pérennes ; 10 : point coté ; 11 : coupe stratigraphique « Djamila ».
1: Cretaceous bedrock; 2: Miocene, Pliocene and Quaternary deposits; 3: Pleistocene gravels; 4: Holocene deposits; 5: channel bed; 6: alluvial fan; 7: glacis; 8: banks and floodplain edges; 9: perennial stream; 10: elevation spot; 11: “Djamila” stratigraphic section.

Fig. 3 – Coupe stratigraphique transversale typique en Basse Moulouya.
Fig. 3 – Typical transverse stratigraphic section of the Lower Moulouya River.

Fig. 3 – Coupe stratigraphique transversale typique en Basse Moulouya.Fig. 3 – Typical transverse stratigraphic section of the Lower Moulouya River.

1 : substrat crétacé ; 2 : galets pléistocènes ; 3 : couches très fines hydromorphiques (silt/argile) ; 4 : couches très fines laminées (silt/argile) ; 5 : lit de l’oued ; 6 : couches limono-sableuses hydromorphiques ; 7 : paléosols ; 8 : séries sédimentaires.
1: Cretaceous bedrock; 2: Pleistocene gravels; 3: overbank deposits (clay/silt) with hydromorphic features; 4: laminated overbank deposits (clay/silt); 5: channel bed; 6: silt and sand layers with hydromorphic features; 7: Holocene soils; 8: sedimentation series.

Méthodologie

4Les dépôts alluviaux de la Basse Moulouya sont caractérisés par leurs stratifications horizontales et par les différentes couleurs et nuances des couches qui les constituent. La corrélation stratigraphique, la séparation entre les unités sédimentaires et la détermination de la couleur des sédiments, en utilisant la charte de Munsell, ont été effectuées sur le terrain et au laboratoire. Ainsi, les observations de terrain ont permis de distinguer les niveaux repères que sont les paléosols, les couches noirâtres et certaines séquences d’inondations (fig. 4). Les dépôts fins de la Basse Moulouya sont formés d’une succession de couches centimétriques bien stratifiées à dominante limono-argileuse. Leur échantillonnage serré (2 à 10 cm) a permis d’obtenir une haute résolution dans l’interprétation sédimentologique et dynamique, où on cherche à identifier les différents types de séquences d’inondation par des granoclassements positifs ou négatifs. La granulométrie a été réalisée au laboratoire de géographie physique d’Osnabrück en Allemagne. Nous avons procédé à l’analyse de 10 g de sédiment brut ayant subi une dispersion dans 25 ml de solution de diphosphate de tétrasodium décahydrat (Na4O7P2 [10H2O] - 35,69 g/l), durant une nuit et une agitation pendant 2 h. La séparation des fractions sableuses a été effectuée à l’aide d’une tamiseuse à l’eau, sur la base de 4 tamis pour distinguer les fractions suivantes : les gravillons de taille supérieure à 2 mm ; les sables grossiers de taille comprise entre 2 et 0,63 mm ; les sables moyens compris entre 0,63 et 0,2 mm et les sables fins compris entre 0,2 et 0,063 mm. Les silts et les argiles ont été analysés à l’aide du SediGraph 5100. Une quantité d ‘environ 4-5 g d’échantillon séché (< 63 µm) a été dispersée dans 80 ml de solution de diphosphate de tétrasodium décahydrat durant une nuit et mécaniquement agitée avant la mesure. Après un scan complet par les rayons X automatisés, la quantité des grains a été donnée en pourcentages. Chaque échantillon a été mesuré 2 à 4 fois pour s’assurer de la représentativité des résultats. Les fractions déterminées sont : les silts grossiers (63-20 µm) ; les silts moyens (20-6,3 µm) ; les silts fins (6,3-2 µm) ; les argiles grossières (2-0,63 µm) ; les argiles moyennes (0,63-0,2 µm) ; les argiles fines (< 0,2 µm).

Fig. 4 – Corrélation stratigraphique entre les coupes du profil « Djamila ».
Fig. 4 – Stratigraphic correlation of the individual profiles at “Djamila” exposure.

1 : datation radiocarbone 14C (ka cal. BP) ; 2 : paléosol ; 3 : gypse ; 4 : couche rouge (silt/argile) ; 5 : couche grise (silt/argile) ; 6 : couche jaune (silt/argile) ; 7 : hydromorphie/réduction (silt/argile) ; 8 : hydromorphie/oxydation (silt/argile) ; 9 : couche noire riche en particules charbonneuses ; 10 : couche sableuse ; 11 : couche sableuse hydromorphe.
1: calibrated 14C ages (ka cal. BP); 2: buried soil; 3: gypsum; 4: reddish overbank fines (silt/clay); 5: greyish overbank fines (silt/clay); 6: yellowish overbank fines (silt/clay); 7: overbank fines (silt/clay) with hydromorphic features (reduction); 8: overbank fines (silt/clay) with hydromorphic features (oxidation); 9: charcoal layer; 10: sandy layer; 11: sandy layer with hydromorphic features.

Fig. 5 – Localisation de la coupe stratigraphique « Djamila » et répartition des sites archéologiques en Basse Moulouya.
Fig. 5 – Position of “Djamila” stratigraphic section and distribution of archaeological sites at the Lower Moulouya River.

Fig. 5 – Localisation de la coupe stratigraphique « Djamila » et répartition des sites archéologiques en Basse Moulouya.Fig. 5 – Position of “Djamila” stratigraphic section and distribution of archaeological sites at the Lower Moulouya River.

1 : site archéologique ; 2 : coupe stratigraphique « Djamila ».
1: archaeological site; 2: “Djamila” stratigraphic section.

5La reconstitution des environnements quaternaires peut être déduite des macro-restes végétaux (Dechamps et al., 1988 ; Terral et Mengüal, 1999). Les analyses anthracologiques des macro-restes et des particules charbonneuses de la fraction sableuse donnent des idées sur le régime d’incendies locaux et sur la paléovégétation (Clark, 1998 ; Carcaillet et al., 2001). Pour la reconstruction de la paléovégétation locale de la Basse Moulouya, nous avons procédé à l’analyse des particules charbonneuses de taille supérieure à 63 µm extraites des couches alluviales riches en charbons. Les particules charbonneuses ont été analysées au laboratoire des bois quaternaires à Langnau en Suisse. Selon plusieurs travaux, la teneur en charbons contenus dans les sédiments est considérée comme indicatrice de la densité des paléo-feux (Rhodes, 1998 ; Power et al., 2006 ; Sadori et Giardini, 2007). De ce fait, nous avons compté, à l’aide du microscope binoculaire, le nombre de particules de charbon contenu dans chaque échantillon, après avoir tamisé sous l’eau 0,2 g de sédiment brut à 63 µm de diamètre. Contrairement aux sédiments de lacs ou de marécages, les dépôts de la Moulouya ne sont pas riches en matière organique, ce qui n’exige pas leur attaque par l’eau oxygénée H2O2 (Rhodes, 1998). En raison de la grande variation du nombre de charbons comptés, nous avons présenté les résultats sur une échelle logarithmique. Par ailleurs, les fragments de coquilles de plus de 2 mm récoltés dans l’ensemble des dépôts de la Moulouya ont été comptés et déterminés au laboratoire de l’environnement et de l’archéologie de Bonn. Puisque les fragments de coquilles ont été récoltés selon des tailles et des volumes d'échantillons différents, nous avons présenté le nombre de fragments d'une manière semi-quantitative à intervalles d'abondance de 1, 5, 10 et 50 morceaux. Enfin, la susceptibilité magnétique a été mesurée directement sur le terrain en utilisant l’appareil de Bartington MS2 susceptibility system. La valeur qu’on donne en SI est la moyenne de deux mesures (Dearing, 1999). Les grandes valeurs de susceptibilité magnétique mesurées sur les sédiments alluviaux peuvent être expliquées soit par la formation d’un sol dans la plaine d’inondation (Zielhofer et al., 2009), soit par l’impact de la chaleur des incendies. En effet, le feu induit la formation de « maghemite » (minéral ferromagnétique) consécutive à l’effet « Le Borgne ». Les sédiments qui ont connu un incendie enregistrent donc des grandes valeurs de susceptibilité (Fassbinder, 2007).

6La recherche des sites archéologiques de la Basse Moulouya, le long du cours d’eau, est rendue possible grâce à une large accessibilité des berges et de la plaine d’inondation. Chaque foyer anthropique découvert a été répertorié sur une fiche d’information préliminaire sur laquelle on a noté les coordonnées GPS, la hauteur absolue au-dessus du niveau actuel de l’oued Moulouya, la description morphologique, le contexte sédimentologique et la nature du matériel archéologique. Après localisation des sites archéologiques les mieux conservés dans la stratigraphie, nous avons procédé à la fouille. L’état de préservation des sites archéologiques étant très variable, cela a induit l’application de différentes méthodes. Ordinairement, nous avons fouillé par couche naturelle, sinon par enlèvement de 5 cm. Les sédiments récupérés ont été tamisés sous l’eau, avant la collecte des artefacts : silex, céramique, ossements, charbons bois pour les datations radiocarbone. Le charbon collecté d’une part dans les couches alluviales riche en charbon (tab. 1) et d’autre part dans des sites archéologiques découverts dans ces alluvions a été daté (tab. 2). Les datations par 14C ont été effectuées au laboratoire de 14C de l’université de Cologne (KN) et au laboratoire d’AMS 14C à Kiel (KIA). Toutes les mesures radiocarbone ont été converties en années calibrées BP (cal. BP), en utilisant le programme de calibration de l’université de Cologne (www.calpal.de).

Tab. 1 – Les données de datations par 14C et AMS des dépôts alluviaux holocènes en Basse Moulouya.
Tab. 1 – Radiocarbon dates (14C and AMS) from Holocene alluvial deposits of the Lower Moulouya River.

Profil

Type

No. lab.

Matériel

14C (BP)

14C (cal. BP ; 1 sigma)

Série sédimentaire

δ13C

Altitude par rapport à l’oued

DJ H  niveau ζ5

Niveau noir

KN 5836

Charbon de bois

1519±52

1362-1492

Série III

-22,79

13,76 m

DJ J 12,34 m

Ex situ

KN 5820

Charbon de bois

2040±30

2011-2089

Série III

-22,35

12,34 m

DJ H  niveau ζ3

Niveau noir

KIA 30748

Charbon de bois

2170±20

2148-2289

Série III

-22,42±0,15

11,80 m

DJ H 11,44 m

Ex situ

KN 5837

Charbon de bois

2355±36

2350-2444

Série III

-22,6

11,44 m

ε level (MOL)

Sédiment

KIA 30744

Acide humique

2580±30

2714-2749

Série III

-20,98±0,12

9,94 m

DJ A 7,85-8,10 m

Ex situ

KN 5819

Charbon de bois

3110±35

3089-3284

Série III

-22,55

8,00 m

DJ C 6,01

Niveau noir

KN 5835

Charbon de bois

3570±35

3858-4011

Série II

-23,14

6,01 m

5,45 m (BOU)

Ex situ

KIA 30742

Charbon de bois

3765±30

4096-4202

Série II

-24,98±0,30

5,45 m

DJ –A 4,47 m

Ex situ

KIA 30745

Charbon de bois

5805±35

6562-6654

Série I

-22,79±0,44

4,47 m

DJ –A 4,47 m

Sédiment

KIA 30745

Acide humique

5925±35

6701-6789

Série I

-21,58±0,09

4,47 m

DJ –A 3,88 m

Ex situ

KIA 30740

Charbon de bois

5920±35

6697-6784

Série I

-20,73±0,25

3,88 m

DJ –A 3,88 m

Sédiment

KIA 30740

Acide humique

6065±30

6891-6964

Série I

-21,30±0,15

3,88 m

DJ (MTL1)

Sédiment

KIA 31007

Acide humique

8745±55

9635 -9861

Série I

-22,50 ± 0,14

3,80 m

Résultats

Chronostratigraphie, taux de sédimentation et paléoécologie

7D’une hauteur d’environ 15 m, la coupe stratigraphique « Djamila » révèle la présence de trois séries sédimentaires caractéristiques (fig. 4 et fig. 6). La série I débute à la base accessible du profil de 300 à 500 cm au-dessus du niveau de base actuel de l’oued. Elle montre une alternance de couches sableuses et limono-sableuses (fig. 6), légèrement humiques et accompagnées d’une structure cohésive indiquant un paléosol alluvial en début de formation. Par ailleurs, la présence d’hydromorphie avec des phases d’oxydation et de réduction témoigne d’une variation du niveau de l’oued. Les datations réalisées sur des charbons extraits de foyers anthropiques et des sédiments et sur acide humique issu d’un paléosol (tab. 1 et tab. 2) donnent à la série I un âge compris entre 9,9 et 6,5 ka cal. BP, ce qui correspond à l’Holocène inférieur et moyen.

Tab. 2 – Les données de datations par 14C et AMS des sites archéologiques situées dans les dépôts en Basse Moulouya.
Tab. 2 – Radiocarbon dates (14C and AMS) from buried archaeological sites within Holocene alluvial deposits of the Lower Moulouya River.

Site archéologique

Type de site

No. lab.

Matériel

14C (BP)

14C (cal. BP ; 1 sigma)

Série sédimentaire

δ13C

Altitude par rapport à l’oued

BOU 2

Moyen Age

KIA31005

Charbon de bois

938 ± 22

817-905

Série III

-22,90 ± 0,24

fosse

BOU 2

Moyen Age

KIA31009

Charbon de bois

932 ± 26

812-901

Série III

-23,56 ± 0,13

fosse

BOU 4

Protohistoire

KIA 30746

Charbon de bois

3025±35

3182-3311

Série III

-21,99±0,15

8,30 m

MTL 2

Protohistoire

KIA31004

Charbon de bois

3384±26

3909-4045

Série II

-25,28 ± 0,26

~ 8 m

BOU 1

Protohistoire

KIA31006

Charbon de bois

3756±35

4007-4221

Série II

-23,17 ± 0,22

7,50 m

MTL 6

Néolithique

KIA 31003

Charbon de bois

5840±35

6570-6723

Série I

-23,01±0,40

3,10 m

MTL 5 (3)

Néolithique

KIA 31001

Charbon de bois

6020±40

6759-6894

Série I

-25,54±0,13

3,95 m

MTL 5 (1)

Néolithique

KIA 31002

Charbon de bois

6110±35

6905-7139

Série I

-25,17±0,23

3,50 m

MTL 5 (2)

Néolithique

KN 5834

Charbon de bois

6388±46

7283-7395

Série I

-23,14

2,93 m

MTL 1

Epipaléolithique

KIA 31007

Charbon de bois

8880±35

9917-10150

Série I

-20,68 ± 0,52

3,80 m

8La série II représente environ 230 cm d’épaisseur et se situe de 500 à 730 cm au-dessus du niveau de base actuel (fig. 4 et fig. 6). Les couches de 2 à 10 cm d’épaisseur sont faiblement laminées et les sables dépassent rarement 20 % (fig. 7). Cette série montre des traces d’hydromorphie. Toutefois, quelques séquences à granoclassement positif, formées par une succession de plusieurs couches, se terminent par une couche noirâtre (10YR) de 2 à 5 cm d’épaisseur et riche en particules charbonneuses. Cette dernière surmonte une surface de couleur rouge frité (5YR) témoignant de l’impact d’anciens incendies. Deux datations sur charbons donnent à la série II un âge compris entre 4,1 à 3,9 ka cal. BP (tab. 1). La série III a une épaisseur de 810 cm et se situe de 730 à 1540 cm au-dessus du niveau de base actuel. Cette série se caractérise par une succession de couches limono-argileuses très fines, laminées, de couleurs et nuances variées entre le gris (2,5 Y-10 YR) et le rouge brunâtre (7,5 YR). Le litage horizontal des couches est net, car il est souligné par le contraste granulométrique et la couleur des différents termes. De même, cette série renferme plusieurs couches noirâtres qui constituent des terminaisons granulométriques pour certaines séquences à granoclassement positif ou négatif. Les couches noirâtres montrent un enrichissement en fines particules charbonneuses, en fragments de mollusques et en charbon de bois de taille centimétrique, qui nous a servi pour l’analyse anthracologique. Dix datations de charbon de bois et acide humique effectuées dans cette série, indiquant une période d’alluvionnement entre 3,1 et 1,4 cal. BP, c’est-à-dire à l’Holocène supérieur.

Fig. 6 – Résultats des analyses de la coupe stratigraphique « Djamila » et les dépôts alluviaux en Basse Moulouya. Fig. 6 – Results for analyses from “Djamila” stratigraphic section and Lower Moulouya alluvial deposits.

Fig. 6 – Résultats des analyses de la coupe stratigraphique « Djamila » et les dépôts alluviaux en Basse Moulouya. Fig. 6 – Results for analyses from “Djamila” stratigraphic section and Lower Moulouya alluvial deposits.

A : Sédimentologie et stratigraphie. B : Analyse semi-quantitative des macro-restes. C : Nombre de charbons de bois dans 0,2 g de chaque échantillon. D : Valeurs de susceptibilité magnétique. E : Analyse semi-quantitative des mollusques. 1 : couches très fines laminées ; 2 : couches très fines hydromorphiques (silt/argile) ; 3 : couches limono-sableuses hydromorphiques ; 4 : couche noire riche en particules charbonneuses ; 5 : foyer anthropique ; 6 : paléosols ; 7 : datation radiocarbone 14C (ka cal. BP).
A: sedimentology and stratigraphy. B: The graph shows semi-quantitative anthracological analyses from macro-charcoal remains. C: The line shows counted macro-charcoal remains from 0.2 g samples. D: The line shows magnetic susceptibilities. E: The graph indicates semi-quantitative analyses from molluscan remains. 1: overbank fines (clay/silt) laminae; 2: overbank fines (clay/silt), hydromorphic features; 3: hydromorphic silt and sand layers; 4: charcoal layer; 5: buried open-air site; 6: Holocene soils; 7: 14C data (ka cal. BP).

Fig. 7 – Caractérisation granulométrique des trois séries alluviales en Basse Moulouya.
Fig. 7 – Sediment texture of the three alluvial series of the Lower Moulouya River.

Fig. 7 – Caractérisation granulométrique des trois séries alluviales en Basse Moulouya.Fig. 7 – Sediment texture of the three alluvial series of the Lower Moulouya River.

9D’après les datations radiocarbone réalisées sur la coupe stratigraphique « Djamila », nous avons pu déduire les taux de sédimentation moyens en mm/a en Basse Moulouya durant l’Holocène (fig. 8). Les taux de sédimentation enregistrés entre 1,4 et 2,4 ka cal. BP et entre 6,6 et 7,5 ka cal. BP sont inférieurs à 2 mm/a, témoignant de périodes d’alluvionnement modérées. Entre 2,4 et 4,2 ka cal. BP, les taux enregistrés sont généralement supérieurs à 3 mm/a. Une lacune apparait entre 4,2 et 6,6 ka cal. BP puisqu’aucune datation radiométrique n’a été fournie durant cette période, ce qui correspond à un hiatus dans la stratigraphie alluviale.

Fig. 8 – Taux de sédimentation calculés pour les dépôts d’inondations en Basse Moulouya.
Fig. 8 – Mean sedimentation rate of alluvial overbank fines at the Lower Moulouya River.

Fig. 8 – Taux de sédimentation calculés pour les dépôts d’inondations en Basse Moulouya.Fig. 8 – Mean sedimentation rate of alluvial overbank fines at the Lower Moulouya River.

10Les analyses anthracologiques (fig. 6B) basées sur plusieurs échantillons de charbon de bois prélevés dans les dépôts alluviaux montrent qu’il y a une dominance et une omniprésence des espèces Olea spp. et Pistacia spp. sur toute la hauteur des dépôts. L’espèce Juniperus spp. est seulement observée dans les sédiments alluviaux sur les sites archéologiques et absente dans les autres couches riches en charbon de bois. La détermination de la quantité de charbons dans les sédiments (fig. 6C) montre des variations en dents de scie et généralement une augmentation de la base vers le sommet des dépôts. Cependant, on remarque une importante diminution de la quantité de charbons dans la série III entre 3,1 et 2,7 ka cal. BP. Les valeurs de la susceptibilité magnétique (fig. 6D) mesurées sur la coupe stratigraphique « Djamila » montrent une corrélation positive (r2 = 0,356) avec la quantité de charbon comprise dans les sédiments. Les valeurs de la susceptibilité magnétique et de la quantité de charbons augmentent de la base vers le sommet des dépôts avec un minimum enregistré entre 3,1 et 2,7 ka cal. BP.

11Les analyses semi-quantitatives des espèces de mollusques (fig. 6E) révèlent trois groupes : un premier groupe représentant des mollusques qui vivent principalement dans la prairie et dans des écosystèmes ouverts (Sphincterochila maroccana, Rumina decollata, Otala sp.) ; un deuxième groupe vivant de préférence sous les roches et les pierres en environnement aride (Caracollina lenticula), et un troisième groupe caractérisé par des mollusques vivant sur les arbustes pour s’écarter de la surface du sol trop chaude (Helicella verignoni, Helix aspersa maxima). Tous ces groupes évoquent des conditions environnementales arides à végétation peu dense. Tous les échantillons de mollusques révèlent qu’il s’agit uniquement d’espèces terrestres, bien qu’ils aient été échantillonnés dans des dépôts très proches du lit de la rivière actuelle.

Paléoenvironnement et archéologie

12Le long du tronçon de l’oued prospecté, cinq sites archéologiques majeurs (Safsaf, Hajra, Mtlilli, Bouchih, Taoungate) ont été découverts (fig. 5). Ces sites sont riches en foyers anthropiques dont le nombre total trouvé est d’environ cinquante. Le site de Mtlilli correspond à la coupe stratigraphique « Djamila » décrite précédemment (fig. 4 et fig. 5). Les foyers sont généralement des structures de combustion, des petites escargotières et des fosses à fonction de stockage, de poubelle et de cuisson. Ces foyers anthropiques repérés sont répartis à des altitudes différentes dans les dépôts alluviaux. Le mobilier archéologique est composé d’outillage lithique, de céramiques et de restes fauniques permettant de déduire la forme de subsistance, la manière d’utiliser les ressources naturelles et la culture matérielle des populations. En outre, la position géographique des foyers a permis de reconstruire la répartition d’un groupe et la mobilité de ses membres. Sur la base des datations et de la position stratigraphique de ces foyers, on peut dire qu’ils appartiennent à quatre époques chronologiques différentes, à savoir l’Epipaléolithique, le Néolithique, la Protohistoire et le Moyen Age (tab. 2) :

13L’Epipaléolithique est rencontré dans les sites archéologiques de Taoungate, Hajra et Mtlilli. La fouille d’une escargotière de 4 m de largeur à Mtlilli (MTL1) montre qu’il s’agit en fait de deux niveaux d’escargotières séparés par des sédiments alluviaux (fig. 9). Ceci montre que le site a été fréquenté plusieurs fois par l’Homme pendant une longue période puisque, dans un seul niveau, le nombre de pièces lithiques est d’environ 1500. Les aspects typo-morphologiques de l’outillage lithique rencontré sont caractéristiques de l’Epipaléolithique (MTL1 ; fig. 10). On trouve non seulement les restes de la production lithique (nuclei et débris de taille) mais aussi des lamelles et des éclats modifiés, notamment des lamelles à dos. La matière première ayant servi à l’obtention de ces outillages est basée principalement sur du silex varié et de la calcédoine qu’on trouve en abondance dans les dépôts grossiers de la Moulouya. La fouille révèle la présence de quelques rondelles d’œufs d’autruche. Les datations radiocarbones réalisées confirment l’attribution à la période chronologique de 9,9 à 9,7 ka cal. BP.

Fig. 9 – Foyer anthropique épipaléolithique (MTL 1), sous forme de deux escargotières séparées par les sédiments alluviaux. Les couches archéologiques sont riches en mollusques, outillage lithique, charbon de bois et ossements.
Fig. 9 – Epipalaeolithic open air site (MTL 1) which shows two Escargotières divided by flood deposits. The archaeological layers are rich in molluscs, lithic tools, charcoal and bones.

Fig. 9 – Foyer anthropique épipaléolithique (MTL 1), sous forme de deux escargotières séparées par les sédiments alluviaux. Les couches archéologiques sont riches en mollusques, outillage lithique, charbon de bois et ossements.Fig. 9 – Epipalaeolithic open air site (MTL 1) which shows two Escargotières divided by flood deposits. The archaeological layers are rich in molluscs, lithic tools, charcoal and bones.

Fig. 10 – Pièces de silex trouvées dans le foyer anthropique épipaléolithique de MTL 1.
Fig. 10 – Silex artefacts from the MTL1 Epipalaeolithic site.

Fig. 10 – Pièces de silex trouvées dans le foyer anthropique épipaléolithique de MTL 1.Fig. 10 – Silex artefacts from the MTL1 Epipalaeolithic site.

1 : nucléus à lamelles ; 2, 3, 4, 12 : lamelles ; 5 : lame à bord abattu ; 6, 8, 9, 11 : lames ; 7 : nucléus à lames ; 10 : lame à coche.
1: microblade core; 2, 3, 4, 12: bladelets; 5: backed bladelet; 6, 8, 9, 11: blades; 7: blade core; 10: notched blade.

14Les foyers néolithiques ont été découverts sur les mêmes sites que ceux de l’Epipaléolithique. Ce sont généralement des structures de combustion de grande ou de moyenne taille. La fouille d’une structure à Mtlilli (MTL5 ; fig. 11) a livré des silex taillés et quelques petites pièces de céramique non décorée, tandis que les escargots et les restes fauniques se raréfient. La phase d’occupation de ces sites est suggérée aux environs de 7 ka cal. BP, sur la base de datations radiométriques donnant des âges compris entre 7,3 et 6,6 ka cal. BP (tab. 2).  

Fig. 11 – Structure de combustion néolithique (MTL 5) à galets disposés en foyer et quelques pièces de céramique non décorées.
Fig. 11 – Neolithic open-air site (MTL 5) with arranged gravels and some pieces of non-decorated ceramics.

Fig. 11 – Structure de combustion néolithique (MTL 5) à galets disposés en foyer et quelques pièces de céramique non décorées.Fig. 11 – Neolithic open-air site (MTL 5) with arranged gravels and some pieces of non-decorated ceramics.

La coupe stratigraphique montre aussi deux paléosols. 1 : dépôt alluvial ; 2 : paléosol ; 3 : foyer.
The stratigraphic section also shows two alluvial palaeosoils. 1: alluvial deposit; 2: palaeosoil; 3: fire.

15La troisième époque représentée dans la stratigraphie des sédiments de la Basse Moulouya est celle de la Protohistoire. Les foyers de cette époque sont de petites structures de combustion rencontrées dans les sites de Mtlilli, Bouchih et Safsaf. Le matériel archéologique présent dans ces structures est rare. Cependant, un foyer à Bouchih (BOU1 ; fig. 12) a fourni une grande pièce de céramique de type « vase caréné ». Ce type de céramique est copié sur la base de pièces fabriquées en bronze. Cette technique est reconnue dans des sites qui appartiennent à l’Age du Bronze en Espagne (Olaetxea Elosegi, 2000). Un autre foyer à Mtlilli (MTL 2) a fourni un type de céramique appelé « céramique repoussée ». Ce modèle de céramique n’était pas connu jusqu’à présent au Maroc ou dans les régions de la Méditerranée occidentale. Les datations réalisées sur le charbon prélevé dans ces foyers donnent des âges situés autour de 4,1-3,3 ka cal. BP.

Fig. 12 – Basse Moulouya, coupe stratigraphique « Djamila » : synthèse des résultats géoarchéologiques.Fig. 12 – Lower Moulouya, “Djamila” stratigraphic section: synthesis of geoarchaeological findings.

Fig. 12 – Basse Moulouya, coupe stratigraphique « Djamila » : synthèse des résultats géoarchéologiques.Fig. 12 – Lower Moulouya, “Djamila” stratigraphic section: synthesis of geoarchaeological findings.

1 : couches très fines laminées ; 2 : couches très fines hydromorphiques (silt/argile) ; 3 : couches limono-sableuses hydromorphiques ; 4 : couche noire riche en particules charbonneuses ; 5 : foyer anthropique ; 6 : paléosols ; 7 : datation radiocarbone 14C (ka cal. BP) ; 8 : site archéologique.
1: laminated overbank fines (clay/silt); 2: overbank deposits (clay/silt) with hydromorphic features; 3: silt and sand layers with hydromorphic features; 4: charcoal layer; 5: buried open-air site; 6: Holocene soils; 7: 14C data (ka cal. BP); 8: archaeological site.

16Les dépôts anthropiques attribués au Moyen Age sont localisés dans la partie sommitale des sédiments holocènes. Ce sont de grandes ou de petites fosses de stockage, surtout sur les sites de Safsaf et Bouchih. Les résultats de la fouille d’une fosse à Bouchih (BOU2 ; fig. 12) donnent des  informations sur le paléoenvironnement de cette époque. En effet, les couches archéologiques de cette fosse sont très riches en charbon de bois, restes fauniques et céramiques. En outre, quelques débris d’argile avec des impressions de bois sont les signes de la construction d’un bâtiment en terre crue ou pisé. L’analyse et la détermination des ossements récupérés montrent que la consommation d’animaux est semblable à celle d’aujourd’hui dans la région, avec 80 % de moutons et de chèvres. Quant à la céramique trouvée, dans la plupart des cas dans un état fragmentaire, elle est constituée de tessons islamiques modelés et rarement tournés. Trois datations radiométriques effectuées dans cette fosse donnent des âges compris entre 0,8 et 0,9 ka cal. BP, correspondant à l’époque de la dynastie des Almoravides au Maroc.

Synthèse et discussion

Changements environnementaux durant l’Holocène moyen et supérieur en Basse Moulouya

17Les analyses anthracologiques et l’étude des mollusques des dépôts de la Basse Moulouya ne montrent aucun changement significatif des conditions paléoécologiques depuis l’Holocène moyen jusqu’à l’actuel. La dominance d'Olea spp. et Pistacia spp. dans les couches noirâtres et les dépôts alluviaux correspond aux conditions bioclimatiques qui règnent actuellement et qui sont marquées par la présence de Pistacia atlantica et d’Olea oleaster dans la zone littorale de la Basse Moulouya (Benabid, 2000). En revanche, la présence de l’espèce Juniperus spp. sur les sites archéologiques pourrait indiquer une sélection anthropique de cet arbre à cause de son grand potentiel et sa qualité de combustion. Les mollusques déterminés dans les dépôts de l’Holocène moyen et supérieur correspondent aux espèces très répandues actuellement dans les environnements arides de la Méditerranée occidentale. De plus, l’absence non seulement de la végétation actuelle (Salix, Tamarix) qui colonise les rives de l’oued mais aussi des espèces de mollusques aquatiques dans les archives fluviatiles indique clairement que la surface de la plaine d’inondation est restée dans les mêmes conditions d’émersion durant l’Holocène moyen et supérieur. Cependant, les données lithostratigraphiques et les autres paramètres paléoenvironnementaux révèlent des changements évidents dans les conditions paléoenvironnementales de la Basse Moulouya.

18La série I, à la base de la coupe stratigraphique « Djamila », se caractérise par une succession de couches peu épaisses à sédiments riches en matière organique et en sables fins. Les datations effectuées sur les sédiments de cette série (tab. 1) et sur des charbons extraits des sites archéologiques qui s’y trouvent (tab. 2) donnent des âges compris entre 9,9 et 6,5 ka cal. BP. La richesse en foyers anthropiques et en paléosols reliques indique une phase de stabilité du paysage et une réduction de la sédimentation durant cette époque, confirmées par ailleurs (Daniels, 2003 ; Zielhofer et al., 2009). La présence d’hydromorphie avec des phases d’oxydation et de réduction montre que des inondations ont produit des conditions de confinement dans la plaine alluviale. On présume que le régime d’écoulement de l’oued Moulouya a été périodique à permanent, avec des amplitudes de crues modérées qui peuvent signifier que le régime de précipitations dans le bassin-versant était moins sujet aux variations saisonnières qu’aujourd’hui. Plusieurs travaux paléoécologiques sur les régions de la Méditerranée occidentale montrent un maximum de température et d’humidité surtout entre 7,5 et 6,5 ka cal. BP (Lamb et van der Kaars, 1995 ; Zeroual, 1995 ; Reed et al., 2001 ; Carrion et al., 2003 ; Zielhofer et Linstädter, 2006 ; Fletcher et al., 2007 ; Mercuri, 2008). C’est aussi la période d’occupation humaine la mieux marquée en Basse Moulouya.

19La série II qui suit révèle un changement clair de la sédimentation alluviale, avec des couches qui deviennent moins épaisses et de granularité plus fine. Des traces d’hydromorphie figurent encore dans ces dépôts, ce qui témoigne d’un niveau de la nappe phréatique plus élevé qu’aujourd’hui. La présence de quelques couches noirâtres et riches en particules charbonneuses indique une augmentation de la fréquence des incendies locaux (Carcaillet et al., 2001). Par conséquent, ici, le charbon de bois ne reflète pas l'histoire du feu dans la plaine d’inondation elle-même mais l'histoire des incendies survenus dans le bassin local de la Basse Moulouya. Les datations issues de la partie médiane de cette série donnent des âges compris entre 4,2 et 3,8 ka cal. BP (tab. 1 et tab. 2). Cependant, la partie supérieure, dépourvue de charbon, peut avoir un âge un peu plus récent (antérieur à 3,3 ka cal. BP) puisque cette dernière date est fournie par la partie inférieure de la série III.

20La série III terminale est caractérisée par des séquences de crue à granoclassement normal ou inverse, qui se terminent le plus souvent par des couches noirâtres riches en charbon. L’augmentation de l’impact du feu est argumentée aussi par les valeurs croissantes de la susceptibilité magnétique et de la quantité de particules de charbon de bois dans les sédiments. En effet, les séries II et III indiquent soit des conditions environnementales plus favorables aux incendies locaux, soit un impact accru de l’Homme sur les écosystèmes. On note la présence de gypse sous forme de cristaux ou de traces de poudre bien visibles dans les sédiments, indiquant une ambiance relativement sèche. Le début de la série II, un peu avant 4,1 ka cal. BP, correspond à une recrudescence de la dynamique d'inondation en Basse Moulouya, la même observation ayant été effectuée dans la vallée de l’oued Kert adjacent, avec une aggradation sédimentaire accompagnée d’une augmentation de l’activité du feu (El Amrani et al., 2008). Ces résultats concordent aussi avec les recherches globales (Steig, 1999) et régionales (Magny, 2004 ; Roberts et al., 2004 ; Zielhofer et al., 2004) qui ont montré un court changement climatique vers plus de sécheresse à partir de l’Holocène moyen au Ve millénaire avant notre ère. Cependant, l’accroissement de l'impact humain ne peut être exclu.

21De plus, les sédiments des séries II et III ne montrent pas de trace de pédogenèse puisque la structure des dépôts est bien stratifiée, sans marque de bioturbation, d'enrichissement en matière organique ou de lessivage des carbonates. Ainsi, l’augmentation de la susceptibilité magnétique dans ces deux séries n’est pas due aux processus pédogénétiques, mais plutôt à l’impact du feu (Fassbinder, 2007). Par ailleurs, la susceptibilité magnétique et la quantité de charbons, qui sont deux paramètres paléoenvironnementaux traduisant l’activité du feu (Gedye et al., 2000 ; Vannière et al., 2000 ; Sadori et Giardini, 2007), montrent des valeurs augmentant significativement de la base vers le sommet des dépôts, ce qui atteste l’activité croissante du feu et de son abondance dans le bassin local de la Basse Moulouya. Cependant, le minimum enregistré entre 3,1 et 2,7 ka cal. BP dans les valeurs de ces deux paramètres peut être mis en corrélation avec un changement climatique attesté aussi dans d’autres archives environnementales de la région (Reed et al., 2001 ; Fletcher et al., 2007). Malgré tout, la distinction entre l’impact humain et les changements climatiques rapides holocènes (Bond et al., 2001 ; Rohling et al., 2002) reste difficile à établir sur le système fluvial de la Basse Moulouya. Enfin, les forts taux de sédimentation enregistrés entre 3,1 et 2,4 ka cal. BP (début de la série III) correspondent à une activité hydrologique soutenue, comparable à celles d’autres systèmes fluviaux tels que ceux de la basse vallée du Rhône (Arnaud-Fassetta, 2000) et de l’oued Medjerda (Faust et al., 2004) durant la même période. La lacune de sédimentation dans les alluvions de la Basse Moulouya, entre 6,5 et 4,2 ka cal. BP, est observée aussi dans la vallée de l’oued Kert entre 6 et 4,3 ka cal. BP, période caractérisée par une phase d’incision (El Amrani et al., 2008). C’est surtout la période entre 6,5 et 6 ka cal. BP qui peut être interprétée comme une phase de détérioration climatique en Méditerranée occidentale (Cacho et al., 2001 ; Zielhofer et Linstädter, 2006), et de réduction d’humidité dans le bassin de la Medjerda en Tunisie (Zielhofer et al., 2004). Cette période correspond aussi à un hiatus dans les archives du Néolithique moyen au Maroc nord-oriental : les sites montrent qu’ils ont été abandonnés durant le Néolithique moyen, suite à l’installation de conditions de vie sévères liées à une aridification du milieu (Zielhofer et Linstädter, 2006).

Occupation humaine en Basse Moulouya

22La fouille et la datation de nombreux foyers anthropiques présents dans les sédiments alluviaux (fig. 12) témoignent d’une occupation humaine de la région pendant l’épipaléolithique, le Néolithique, la Protohistoire et le Moyen Age. Les campements préhistoriques ont été retrouvés sur des terrasses alluviales, milieux favorables du fait de surfaces bien drainées à proximité de cours d’eau, de la présence de gibier et de matière première pour l’industrie lithique. Les datations radiocarbone des foyers épipaléolithiques (9,9-9,7 ka cal. BP) coïncident avec la grande période de l’occupation épipaléolithique connue dans les grottes de la région telles que Hassi Ouenzga (Linstädter, 2003) et Ifri el Baroud (Nami, 2008). Toutefois, le matériel archéologique et la typologie de l’outillage lithique livrés par ces sites épipaléolithiques indiquent un mode de vie basé surtout sur la chasse et la collecte d’escargots et d’œufs d’autruche. Le Néolithique daté entre 7,3 et 6,6 ka cal. BP dans les structures de combustion des dépôts alluviaux correspond en général à la phase de prépondérance de l’occupation néolithique dans les plaines et les grottes du Maroc nord-oriental (Wengler et Vernet, 1992 ; Wengler et al., 1994 ; Zielhofer et Linstädter, 2006 ; Linstädter, 2008), avec le même mode de vie basé encore sur la chasse. Ces foyers néolithiques ne présentent aucun signe d’autoproduction d’aliments, que ce soit la domestication d’animaux ou l’agriculture. Cela signifie que l’occupation de la Moulouya a été temporaire dans le but de chasser le gibier abondant et de s’approvisionner en eau et en silex, matière première de l’outillage. Le nombre réduit d’objets lithiques collectés, par rapport aux sites épipaléolithiques, indique que le mode de vie devient de moins en moins celui des chasseurs-cueilleurs. Sur la base des datations absolues, les foyers protohistoriques découverts sont attribués à la Protohistoire ancienne et récente. Ainsi, la céramique trouvée montre des affinités avec certaines cultures de l’Age du Bronze en Espagne. Cette période d’occupation est connue par le biais de quelques nécropoles tumulaires dans le Rif oriental (Mikdad et al., 2000) mais elle reste mal datée et peu documentée dans la région. Les couches de la plaine d’inondation qui correspondent à cette période sont très finement laminées et ne présentent pas de traces de perturbation ou d’utilisation provoquées par l’agriculture. Ainsi, la rareté et la typologie des foyers protohistoriques indiquent que la Moulouya a été très peu fréquentée durant cette période à cause de la diminution de l’eau dans l’oued due à l’aridité croissante ou à la forte saisonnalité des précipitations, alors que dans le bassin méditerranéen, cette époque a connu en général une forte augmentation de l’activité humaine, et surtout de l’agriculture (Arnaud-Fassetta et al., 2000 ; Reale et Schukla, 2000 ; Roberts et al., 2004). Le Moyen Age au Maroc a connu une anthropisation croissante liée notamment à la conquête arabe et au changement sociologique de la population. H.F. Lamb et al. (1991) ont montré que l’impact de l’Homme a été très fort depuis l’Holocène supérieur dans le Moyen Atlas, avec le défrichement des forêts et l’utilisation des sols pour l’agriculture. En Basse Moulouya, les fosses creusées dans les alluvions de l’oued révèlent un riche matériel archéologique avec des restes de céréales et des ossements d’ovins qui témoignent de l’importance de l’agro-pastoralisme dans la région. De plus, la céramique islamique, de production locale ou d’importation d’Espagne, indique un système de production et d’échanges avec la rive nord de la Méditerranée.   

Conclusions

23La plaine d’inondation de la Basse Moulouya est dominée par des sédiments limono-argileux dont la forte cohésion limite l’impact des sapements latéraux de l’oued, ce qui a permis le relevé d’une coupe stratigraphique couvrant l’Holocène inférieur, moyen et supérieur. La lithostratigraphie et les paramètres paléoenvironnementaux révèlent des changements dans la dynamique fluviale et l’activité du feu. Généralement, la fréquence des couches noirâtres et les quantités de charbon de bois augmentent de la base vers le sommet des dépôts, avec deux minima enregistrés entre 9,7 et 6,5 ka cal. BP puis entre 3,1 et 2,7 ka cal. BP. Cette dernière période correspond aux plus forts taux de sédimentation enregistrés. Ces résultats s’expliquent par les effets d’un changement rapide du climat dans la région méditerranéenne orientale (Rohling et al., 2002) et occidentale (Cheddadi et al., 1998 ; Reed et al., 2001 ; Fletcher et al., 2007). L’investigation archéologique montre que la vallée de la Basse Moulouya a été une zone riche et une source de vie permanente qui a favorisé l’occupation humaine durant plusieurs époques. Ainsi, les foyers anthropiques trouvés sont-ils bien conservés dans les séries alluviales, avec leur matériel archéologique. Ces sites de plein air montrent les mêmes âges d’occupation que ceux des grottes de l’arrière-pays durant l’Epipaléolithique et le Néolithique. Toutefois, la forte abondance des foyers du Néolithique ancien par rapport aux autres époques indique des conditions climatiques particulièrement favorables à l’Homme entre 7,3 et 6,6 ka cal. BP. Cette période coïncide avec un optimum climatique dans la région (Thorndycraft et Benito, 2006 ; Zerai, 2006 ; Zielhofer et Linstädter, 2006). Les données fournies par les foyers protohistoriques de la plaine d’inondation montrent qu’ils ont été utilisés seulement lors de courts passages, sans fréquentation continue. La plaine d’inondation n’a pas été utilisée pour l’agriculture durant la Protohistoire puisqu’on ne trouve pas de traces d’exploitation agraire dans les sédiments fluviatiles. Certes, l’impact humain est déterminant dans le processus d’érosion-sédimentation mais sa part et son degré d’influence sur la mise en place des alluvions dans la Basse Moulouya durant l’Holocène restent difficiles à quantifier.      

Remerciements
Les auteurs remercient vivement la fondation Volkswagen en Allemagne pour le financement du projet géoarchéologique en Basse Moulouya entre 2005 et 2009 ainsi que les deux lecteurs anonymes et le comité de rédaction de la Revue pour leurs fructueuses corrections et la mise en forme du manuscrit.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud-Fassetta G. (2000)Quatre mille ans d’histoire hydrologique dans le delta du Rhône. De l’âge du bronze au siècle du nucléaire. Grafigéo, 11, Collection mémoires et documents de l’UMR PRODIG, Paris, 229 p.

Arnaud-Fassetta G., De Beaulieu J.-L., Suc J.-P., Provansal M., Williamson D., Leveau P., Aloïsi J.C., Gadel F., Giresse P., Oberlin C., Duzer D. (2000) – Evidence for an early land use in the Rhône delta (Mediterranean France) as recorded by late Holocene fluvial paleoenvironments (1640-100 BC). Geodinamica Acta 13, 377-389.

Ballais J.-L. (1995) – Alluvial Holocene terraces in eastern Maghreb : climate and anthropogenic controls. In Lewin J., Macklin M.G., Woodward J. (Eds.): Mediterranean Quaternary River Environments. Balkema, Rotterdam, 183-194.

Barathon J., El Abassi H., LeChevalier C., Malek F., Jolly-Saad M.-C. (2000) –Mise au point sur les formations holocènes dans le Rif oriental (Maroc).Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 221-238.

Benabid A. (2000)Flore et écosystèmes du Maroc. Ibis Press, Paris, 359 p.

Bintliff J. (2002) – Time, process and catastrophism in the study of Mediterranean alluvial history: a review. World archaeology 33, 417-435.

Bkhairi A.,  Karray R-M. (2008) – Les terrasses historiques du bassin de Kasserine (Tunisie centrale). Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 51-63.

Bond G. C, Kromer B., Beer J., Muschele R., Evans M.N., Showers W., Hoffman S., Lotti- Bond R., Hajdas L., Bonani G. (2001) –Persistent solar influence on North Atlantic climate during the Holocene. Science 294, 2130-2136.

Cacho I., Grimalt J.O., Canals M., Sbaffi L., Shackleton N.J., Schönfeld J., Zahn R. (2001) – Variability of the western Mediterranean Sea surface temperature during the last 25,000 years and its connection with the Northern Hemisphere climatic changes. Paleooceanography 16, 40-43.

Carcaillet C., Bouvier M., Frechette B., Larouche A.C., Richard P.J.H. (2001) – Comparison of pollen-slide and sieving methods in lacustrine charcoal analyses for local and regional fire history. The Holocene 13, 21-28.

Carrión J.S., Sánchez-Gómez P., Mota J.F., Yll R., Chaín C. (2003) – Holocene vegetation dynamics, fire and grazing in the Sierra de Gádor, southern Spain. The Holocene 13, 839-849.

Cheddadi R., Lamb H.F., Guiot J., Van der Kaars S. (1998) – Holocene climatic change in Morocco: a quantitative reconstruction from pollen data. Climate Dynamics 14, 883-890.

Clark J.S., Lynch J., Stocks B.J., Goldammer J.G. (1998) – Relationship between charcoal particles in air and sediments in west-central Siberia. The Holocene 8, 21-28.

Daniels J.M. (2003) – Floodplain aggradation and pedogenesis in a semiarid environment. Geomorphology 56, 225-242.

Davis B.A., Brewer S., Stevenson J., Guiot J. (2003) – The temperature of Europe during the Holocene reconstructed from pollen data. Quaternary Science Reviews 22, 1701-1716.

Dearing J. (1999)Environmental magnetic susceptibility – using the Bartington MS2 system. Chi Publishing, Kenilworth, Second édition, 54 p.

Dechamps R., Lanfranchi R., Le Cocq A., Schwartz D. (1988) – Reconstitution d'environnements quaternaires par l'étude de macrorestes végétaux. (Pays bateke, R.P. du Congo). Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 66, 33-44.

El Amrani M., Macaire J.-J., Zarki H., Bréhéret J.G., Fontugne M. (2008) – Contrasted morphosedimentary activity of the lower Kert River (northeastern Morocco) during the Late Pleistocene and the Holocene – Possible impact of bioclimatic variations and human action. Comptes Rendus Geoscience 340, 533-542.

Emberger L. (1939) – Aperçu général sur la végétation du Maroc. Commentaire de la carte phytogéographique du Maroc 1:500.000. Veröffentlichungen des Geobotanischen Instituts Rübel 14, 40-157.

Fassbinder J. (2007) – Unter Acker und Wadi : Magnetometerprospektion in der Archäologie. In Wagner G.A. (Ed.): Einführung in die Archäometrie. Springer, Berlin, Heidelberg, 54-75.

Faust D., Zielhofer C., Baena R., Diaz del Olmo F. (2004) – High-resolution fluvial record of late Holocene geomorphic change in northern Tunisia: climatic or human impact? Quaternary Science Reviews 23, 1757-1775.

Fletcher W.J., Boski T., Moura D. (2007) – Palynological evidence for environmental and climatic change in the lower Guadiana valley, Portugal, during the last 13000 years. The Holocene 17, 481-494.

Gasse F., Téhet R., Durand A., Gibert E., Fontes J.-C. (1990) – The arid-humid transition in the Sahara and the Sahel during the last deglaciation. Nature 346, 141-46.

Gedye S.J., Jones R.T., Tinner W., Ammann B., Oldfield F. (2000) –The use of mineral magnetism in the reconstruction of fire history: a case study from Lago di Origlio Swiss Alps. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 164, 101-110.

Johnsen S.J., Clausen H.B., Dansgaad W., Fuhrer K., Grundestrup N., Hammer C.U., Iversen P., Jouzel J., Stauffer B., Steffensen J.P. (1992) –Irregular glacial interstadials recorded in a new Greenland ice core. Nature 359, 311-313.

Lamb H.F., Damblon F., Maxed R.W. (1991) – Human impact on the vegetation of Middle Atlas, Morocco, during the last 5000 years. Journal of Biogeography 18, 519-532.

Lamb H.F., Van der Kaars S. (1995) – Vegetational response to Holocene climatic change: pollen and palaeolimnological data from the Middle Atlas, Morocco. The Holocene 5, 400-408.

Lefèvre D. (1985) – Les formations plio-pléistocènes du bassin de Ksabi (Moyenne Moulouya, Maroc). Thèse de 3ème cycle, université Bordeaux 1, 235 p.  

Linstädter J. (2003) – Le site néolithique de l’abri d’Hassi Ouenzga (Rif oriental, Maroc). Beiträge zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie 23, 85-138.

Linstädter J. (2008) – The Epipalaeolithic-Neolithic-Transition in the Mediterranean region of Northwest Africa. Quartär 55, 33-54.

Magny M. (2004) – Holocene climate variability as reflected by mid-European lake-level fluctuations and its probable impact on prehistoric human settlements. Quaternary International 113, 65-79.

Mercuri A.M. (2008) – Human influence, plant landscape evolution and climate inferences from the archaeobotanical records of the Wadi Teshuinat area (Libyan Sahara). Journal of Arid Environments 72, 1950-1967.

Mikdad A., Eiwanger J., Atki H., Ben-Ncer A., Bokbot Y., Hut­terer R., Linstädter J., Mouhsine T. (2000) –Recherches préhistoriques et protohistoriques dans le Rif oriental (Maroc). Rapport préliminaire. Beiträge zur Allgemeinen und Vergleichenden Archäologie 20, 109-167.

Moser J. (2003) – La Grotte d’Ifri n’Ammar I. Ibéromaurusien. AVA-Forschungen 8, 198 p.

Nami M. (2008) – Les techno-complexes ibéromaurusiens d´Ifri El Baroud (Rif Oriental, Maroc). Forschungen zur Archäologie Außereuropäischer Kulturen 2, 183-239.

Nanson G.C., Croke J.C. (1992) – A genetic classification of floodplains. Geomorphology 4, 459-486.

Ngadi M. (1995) Précipitations et écoulement dans le bassin-versant de la Moulouya (Maroc). Thèse de doctorat, université Montpellier 3, 333 p.

Olaetxea Elosegi C. (2000)La tecnología cerámica en la protohistoria vasca. Munibe, Suplemento 12, 199 p.

Oldfield F., Asioli A., Accorsi C.A., Mercuri A.M., Juggins S., Langone L., Rolph T., Trincardi F., Wolff G., Gibbs Z., Vigliotti L., Frignani M., van der Post K., Branch N. (2003) – A high resolution late Holocene palaeoenvironmental record from the central Adriatic Sea. Quaternary Science Reviews 22, 319-342.

Peña J.L., Echeverria M.T., Chueca J., Julián A. (2000) – Processus géomorphologiques d’accumulation et d’incision pendant l’Antiquité Classique et ses rapports avec l’activité humaine et les changements climatiques holocènes dans la vallée de la Huerva (Bassin de l’Ebre, Espagne). In Vermeulen F., De Dapper M. (Eds.): Geoarchaeology of the Landscapes of Classical Antiquity. Peeters, Leuven, 151-159.

Power M.J., Whitlock C., Bartlein P.J., Stevens L.R. (2006) – Fire and vegetation history during the last 3800 years in northwestern Montana. Geomorphology 75, 420-436

Ramrath A., Sadori L., Negendank F.W. (2000) – Sediments from Lago di Mezzano, central Italy: a record of Lateglacial/Holocene climatic variations and anthropogenic impact. The Holocene 10, 87-95.

Reale O., Shukla J. (2000) – Modelling the effects of vegetation on Mediterranean climate during the Roman Classical Period: Part II. Model simulation. Global and  Planetary Change 25, 185-241.

Reed J.M., Stevenson A.C., Juggins S. (2001) –A multi-proxy record of Holocene climatic change in southwestern Spain: the Laguna de Medina, Cádiz. The Holocene 11, 707-719.

Rhodes A.N. (1998) – A method for the preparation and quantification of microscopic charcoal from terrestrial and lacustrine sediment cores. The Holocene 8, 113-117.

Roberts N., Stevenson T., Davis B., Cheddadi R., Brewster S., Rosen A. (2004) – Holocene climate, environment and cultural change in the circum-Mediterranean region. In Battarbee R.W., Gasse F., Stickley C. (Eds.): Past Climate Variability through Europe and Africa. Springer, Dordrecht, 343-362.

Rognon P. (1987) – Late Quaternary climatic reconstruction for the Maghreb (North Africa). Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 22, 1701-1716.

Rohling E.J., Mayewski P.A., Hayes A., Abu-Zied R.H., Casford J.S.L. (2002) – Holocene atmosphere-ocean interactions: records from Greenland and the Aegean Sea. Climate Dynamics 18, 573-592.

Sadori L., Giardini M. (2007) – Charcoal analysis, a method to study vegetation and climate of the Holocene: The case of Lago di Pergusa (Sicily, Italy). Geobios 40, 173-180.

Sauvage C. (1963) Etages bioclimatiques. Atlas du Maroc. Comité National de Géographie du Maroc, Rabat, Planche 6b.

Sbaffi L., Wezel F.C., Curzi G., Zoppi U. (2004) – Millennial- to centennial-scale palaeoclimatic variations during Termination I and the Holocene in the central Mediterranean Sea. Global and Planetary Change 40, 201-217

Steig E.J. (1999) – Mid-Holocene climate change. Science 286, 1485-1487.

Terral J.F., Mengüal X. (1999) – Reconstruction of Holocene climate in southern France and eastern Spain using quantitative anatomy of olive wood and archaeological charcoal. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 153, 71-92.

Thorndycraft V.R., Benito G. (2006) – Late Holocene fluvial chronology of Spain: The role of climatic variability and human impact. Catena 66, 34-41.

Van Andel J.H., Zangger H., Demitrack A. (1990) – Land use and soil erosion in prehistoric and historic Greece. Journal of Field Ecology 17, 379-396.

Van der Brink L.M., Janssen C.R. (1985) – The effects of human activities during cultural phases on the development of montane vegetation in the Serra de Estrela, Portugal. Review of Paleobotany and Palynology 44, 193-215.

Vannière B., Bossuet G., Gauthier E. (2000) –Susceptibilité magnétique et indices polliniques, marqueurs de l’impact anthropique et de la dynamique fluviale dans la basse vallée du Doubs (Jura, France) entre le Ier et le VIIIe siècles après J.-C. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences - Series IIA - Earth and Planetary Science 331, 203-210.

Weisrock A., Delibrias G., Rognon P, Coudé-Gaussen G. (1985) – Variations climatiques et morphogenèse au Maroc atlantique (30-35° N) à la limite Pléistocène-Holocène. Bulletin de la Société géologique de France 8, 565-569.

Weisrock A., Wahl L., Ouammou A., Chakir L. (2006) – Systèmes fluviaux du Sud-ouest marocain et leur évolution depuis le Pléistocène récent. Géomorphologie : relief, processus, environnent 4, 229-248.

Wengler, L. (1985) ­–Un gisement néolithique du Maroc  oriental : l’abri  Rhirane, environnement  et stratigraphie.  Bulletin  de  la  Société  Préhistorique Française 82/9, 284-288.

Wengler L., Vernet J.-L. (1992) – Vegetation, sedimentary deposits and climates during the Late Pleistocene and Holocene in eastern Morocco. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 94, 141-167.

Wengler L., Vernet J.-L., Michel P. (1994) – Evènements et chronologie de l’Holocène en milieu continental au Maghreb. Les données du Maroc oriental. Quaternaire, 5, 119-134.

Zarki H. (1999) Evolution de la sédimentation fluviatile en Basse Moulouya (Maroc) au cours de l’Holocène. Thèse de doctorat, université de Fès, 370 p.

Zarki H., Macaire J.-J., Beck C., De Luca P. (2004) – Morpho-sedimentary evolution of the lower Moulouya (North Eastern Morocco) during the middle and upper Holocene. Seismicity and neotectonic effects. Geodinamica Acta 17, 205-217.

Zerai K. (2006)Les environnements holocènes et actuels dans le bassin-versant de l’oued Sbeïtla (Tunisie centrale). Thèse de doctorat, université Paris 7, 333 p.

Zeroual E. (1995) Enregistrements climatiques dans les sédiments du Lac Isli (Haut Atlas duMaroc). Variations des influences climatiques sahariennes et méditerranéennes (de 34000 ans BP à nos jours). Thèse de doctorat, université de Neuchâtel.

Zielhofer C., Linstädter J. (2006) – Short-term mid-Holocene climatic deterioration in the West Mediterranean region: climatic impact on Neolithic settlement pattern? Zeitschrift für Geomorphologie,Suppl. 142, 1-17.

Zielhofer C., Faust D. (2008) – Mid- to late Holocene fluvial chronology of Tunisia. Quaternary Science Reviews 27, 580-588.

Zielhofer C., Faust D., Baena R., Diaz del Olmo F., Kadereit A., Moldenhauer K.M., Porras A. (2004) – Centennial-scale late Pleistocene to mid-Holocene synthetic profile of the Medjerda floodplain (Northern Tunisia). The Holocene 14, 851-861.

Zielhofer C., Faust D., Linstädter J. (2008) – Late Pleistocene and Holocene alluvial archives in the Southwestern Mediterranean: Changes in fluvial dynamics and past human response. Quaternary International 181, 39-54.

Zielhofer C., Recio Espejo J.M., Núnez Granados M.A., Faust D. (2009) – Durations of soil formation and soil development indices in a Holocene Mediterranean floodplain. Quaternary International (doi: 10.1016/j.quaint.2009.02.023).

Haut de page

Annexe

Abridged English version

In geomorphological research, desert margins reveal a high potential for palaeoenvironmental studies, as they react very sensitive to past and future climatic changes. The region of Northeast Morocco features a typical desert margin from the subtropical Mediterranean drylands to the northern edges of the Saharan desert (fig. 1). Our principal investigation area is the Lower Moulouya Basin (fig. 2). The Holocene alluvial archives of the Lower Moulouya flood plain reveal accessible exposures up to 15 m thick above the level of the current channel bed (fig. 3). Holocene climatic changes in humidity and seasonality may induce changes in flood dynamics which might be conserved in the alluvial archives of the Moulouya River. In this paper, we present sedimentological findings and Holocene palaeoecological proxy data from the “Djamila” stratigraphic section (fig. 4 and fig. 6) of the Lower Moulouya flood plain. The alluvial deposits of the Lower Moulouya reveal also a high potential for geoarchaeological investigations due to excellent exposure conditions and numerous buried open-air sites (fig. 5). The buried archaeological sites are detectable by simple field survey without complex drilling methods or geoelectric prospection.  

The alluvial deposits of the Lower Moulouya can be divided in three sedimentation series (fig. 6 and fig. 7): the Series I is dated between 9.9 and 6.5 ka cal. BP and shows silty to sandy layers with hydromorphic features and intercalated initial alluvial soils. The Series II is dated between 4.2 and 3.2 ka cal. BP and indicates clayey to silty fine laminae with hydromorphic features and an onset of charcoal-rich layers. The Series III is dated between 3.2 and 1.4 ka cal. BP and features clayey to silty fine laminae with greyish to reddish colouring. Series III reveals charcoal-rich layers and gypsum crystals in clay-rich reddish sediments. The maximum sedimentation rate at the Lower Moulouya can be observed between 3.1 and 2.4 ka cal. BP, with an annual average up to 4.4 mm (fig. 8). The alluvial stratigraphic sections show a positive correlation between magnetic susceptibilities and quantitative charcoal values and an increase of both parametres from the bottom up (fig. 6). Hence, an increased impact of fire-densities can be observed from the Mid- to the Upper Holocene.

The dating of archaeological findings (silex, ceramics, bones) of the buried open-air sites indicates an human occupation at the Lower Moulouya during the Epipalaeolithics (fig. 9 and fig. 10), Neolithics (fig. 11), Protohistoric and Middle Ages. The phases correspond chronologically with already known archaeological archives from Eastern Rif rock-shelters and caves. The maximum of archaeological findings at the Lower Moulouya corresponds to the Early Neolithics (fig. 12), a period which comes along with the Mid-Holocene climatic optimum. Archaeological findings from Neolithic sites point to hunter and gatherers communities in the Northeast Moroccan desert margins. Probably due to unfavourable environmental conditions the Lower Moulouya Basin was not used for agrarian land use at that time. The sedimentological record of the “Djamila” exposure in the Lower Moulouya Basin point to a high sensitivity of Mediterranean desert margins against rapid Holocene climatic changes in humidity.  

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Situation du bassin-versant de la Moulouya dans l’étagement bioclimatique du Maroc selon L. Emberger (1939) et C. Sauvage (1963).Fig. 1 – Location of the Moulouya catchment in Bioclimatic zones of Morocco, following L. Emberger (1939) and C. Sauvage (1963).
Légende 1 : humide ; 2 : subhumide ; 3 : semi-aride ; 4 : aride ; 5 : saharien ; 6 : zone d’étude ; 7 : bassin-versant.1: humid; 2: subhumid; 3: semiarid; 4: arid; 5: Saharan; 6: study area; 7: catchment.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Titre Fig. 2 – Carte géomorphologique de la région étudiée.Fig. 2 – Geomorphological map of the study area.
Légende 1 : substrat crétacé ; 2 : dépôts mio-plio-quaternaires ; 3 : galets pléistocènes ; 4 : dépôts holocènes ; 5 : lit de l’oued ; 6 : cône torrentiel ; 7 : glacis ; 8 : berges et talus ; 9 : écoulements pérennes ; 10 : point coté ; 11 : coupe stratigraphique « Djamila ».1: Cretaceous bedrock; 2: Miocene, Pliocene and Quaternary deposits; 3: Pleistocene gravels; 4: Holocene deposits; 5: channel bed; 6: alluvial fan; 7: glacis; 8: banks and floodplain edges; 9: perennial stream; 10: elevation spot; 11: “Djamila” stratigraphic section.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-2.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig. 3 – Coupe stratigraphique transversale typique en Basse Moulouya.Fig. 3 – Typical transverse stratigraphic section of the Lower Moulouya River.
Légende 1 : substrat crétacé ; 2 : galets pléistocènes ; 3 : couches très fines hydromorphiques (silt/argile) ; 4 : couches très fines laminées (silt/argile) ; 5 : lit de l’oued ; 6 : couches limono-sableuses hydromorphiques ; 7 : paléosols ; 8 : séries sédimentaires.1: Cretaceous bedrock; 2: Pleistocene gravels; 3: overbank deposits (clay/silt) with hydromorphic features; 4: laminated overbank deposits (clay/silt); 5: channel bed; 6: silt and sand layers with hydromorphic features; 7: Holocene soils; 8: sedimentation series.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig. 5 – Localisation de la coupe stratigraphique « Djamila » et répartition des sites archéologiques en Basse Moulouya.Fig. 5 – Position of “Djamila” stratigraphic section and distribution of archaeological sites at the Lower Moulouya River.
Légende 1 : site archéologique ; 2 : coupe stratigraphique « Djamila ».1: archaeological site; 2: “Djamila” stratigraphic section.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-4.png
Fichier image/png, 282k
Titre Fig. 6 – Résultats des analyses de la coupe stratigraphique « Djamila » et les dépôts alluviaux en Basse Moulouya. Fig. 6 – Results for analyses from “Djamila” stratigraphic section and Lower Moulouya alluvial deposits.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-5.png
Fichier image/png, 92k
Titre Fig. 7 – Caractérisation granulométrique des trois séries alluviales en Basse Moulouya.Fig. 7 – Sediment texture of the three alluvial series of the Lower Moulouya River.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-6.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 8 – Taux de sédimentation calculés pour les dépôts d’inondations en Basse Moulouya.Fig. 8 – Mean sedimentation rate of alluvial overbank fines at the Lower Moulouya River.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 9 – Foyer anthropique épipaléolithique (MTL 1), sous forme de deux escargotières séparées par les sédiments alluviaux. Les couches archéologiques sont riches en mollusques, outillage lithique, charbon de bois et ossements.Fig. 9 – Epipalaeolithic open air site (MTL 1) which shows two Escargotières divided by flood deposits. The archaeological layers are rich in molluscs, lithic tools, charcoal and bones.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-8.png
Fichier image/png, 350k
Titre Fig. 10 – Pièces de silex trouvées dans le foyer anthropique épipaléolithique de MTL 1.Fig. 10 – Silex artefacts from the MTL1 Epipalaeolithic site.
Légende 1 : nucléus à lamelles ; 2, 3, 4, 12 : lamelles ; 5 : lame à bord abattu ; 6, 8, 9, 11 : lames ; 7 : nucléus à lames ; 10 : lame à coche.1: microblade core; 2, 3, 4, 12: bladelets; 5: backed bladelet; 6, 8, 9, 11: blades; 7: blade core; 10: notched blade.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-9.png
Fichier image/png, 189k
Titre Fig. 11 – Structure de combustion néolithique (MTL 5) à galets disposés en foyer et quelques pièces de céramique non décorées.Fig. 11 – Neolithic open-air site (MTL 5) with arranged gravels and some pieces of non-decorated ceramics.
Légende La coupe stratigraphique montre aussi deux paléosols. 1 : dépôt alluvial ; 2 : paléosol ; 3 : foyer.The stratigraphic section also shows two alluvial palaeosoils. 1: alluvial deposit; 2: palaeosoil; 3: fire.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 12 – Basse Moulouya, coupe stratigraphique « Djamila » : synthèse des résultats géoarchéologiques.Fig. 12 – Lower Moulouya, “Djamila” stratigraphic section: synthesis of geoarchaeological findings.
Légende 1 : couches très fines laminées ; 2 : couches très fines hydromorphiques (silt/argile) ; 3 : couches limono-sableuses hydromorphiques ; 4 : couche noire riche en particules charbonneuses ; 5 : foyer anthropique ; 6 : paléosols ; 7 : datation radiocarbone 14C (ka cal. BP) ; 8 : site archéologique.1: laminated overbank fines (clay/silt); 2: overbank deposits (clay/silt) with hydromorphic features; 3: silt and sand layers with hydromorphic features; 4: charcoal layer; 5: buried open-air site; 6: Holocene soils; 7: 14C data (ka cal. BP); 8: archaeological site.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7812/img-11.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hanoun Ibouhouten, Christoph Zielhofer, Rachida Mahjoubi, Saïd Kamel, Jörg Linstädter, Abdeslam Mikdad, Jens Bussmann, Petra Werner, Joachim W. Härtling et Katrin Fenech, « Archives alluviales holocènes et occupation humaine en Basse Moulouya (Maroc nord-oriental) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 1 | 2010, 41-56.

Référence électronique

Hanoun Ibouhouten, Christoph Zielhofer, Rachida Mahjoubi, Saïd Kamel, Jörg Linstädter, Abdeslam Mikdad, Jens Bussmann, Petra Werner, Joachim W. Härtling et Katrin Fenech, « Archives alluviales holocènes et occupation humaine en Basse Moulouya (Maroc nord-oriental) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7812 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.7812

Haut de page

Auteurs

Hanoun Ibouhouten

Faculté des Sciences - Université Moulay Ismaïl - BP 11201 Zitoune - Meknès - Maroc ; Département de Géographie - Université d’Osnabrück - D-49069 Osnabrück - Allemagne

Christoph Zielhofer

Université de Leipzig - Département de Géographie - D-04103 Leipzig - Allemagne (christoph.zielhofer@uni-osnabrueck.de)

Rachida Mahjoubi

Faculté des Sciences - Université Moulay Ismaïl - BP 11201 Zitoune - Meknès - Maroc

Saïd Kamel

Faculté des Sciences - Université Moulay Ismaïl - BP 11201 Zitoune - Meknès - Maroc

Jörg Linstädter

Institut de Pré- et Protohistoire - Université de Cologne - D-50923 Cologne - Allemagne

Abdeslam Mikdad

Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine - Rabat - Maroc

Jens Bussmann

Département de Géographie - Université d’Osnabrück - D-49069 Osnabrück - Allemagne

Petra Werner

Département de Géographie - Université d’Osnabrück - D-49069 Osnabrück - Allemagne

Joachim W. Härtling

Département de Géographie - Université d’Osnabrück - D-49069 Osnabrück - Allemagne

Katrin Fenech

Laboratoire de l’Environnement et de l’Archéologie - Bonn - Allemagne

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org