Skip to navigation – Site map

Introduction au numéro spécial : « Des géosites aux géomorphosites : comment décoder le paysage ? Processus géodynamiques, modelés et formes du relief, environnements passés et actuels »

Christian Giusti
p. 123-130

Full text

1Dans l’étude des reliefs de la Terre, la géomorphologie appliquée (digues et canaux, calibrage des berges, rectification des lits fluviaux, drainage, irrigation…) ainsi que le questionnement sur les processus de l’érosion (mécanique et/ou chimique) et leurs effets d’ensemble (arasement des montagnes, cônes alluviaux, deltas…), entrevus dès l’Antiquité (Ellenberger, 1988), ne se développent vraiment qu’à partir de la Renaissance, par exemple avec les aménagements de la plaine du Pô (Baulig, 1950). Ces réflexions générales et ces approches pratiques précèdent donc de très loin l’essor de la cartographie géologique et topographique, ainsi que le questionnement concomitant sur les formes du terrain dans le paysage, l’émergence des concepts clés de la géomorphologie en tant qu’étude des formes couplée à celle des processus géodynamiques, la formulation des premiers modèles et des essais théoriques (Thorn, 1988 ; Beckinsale et Chorley, 1991 ; Giusti, 2006 ; Kennedy, 2006 ; Burt et al., 2008). C’est aussi au XIXe siècle que voient le jour en Europe et en divers lieux du Nouveau Monde les préoccupations au sujet de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler « patrimoine naturel » (Depraz, 2008 ; Guichard-Anguis et Héritier, 2008 ; Héritier et Laslaz, 2008 ; Gunnell, 2009), par exemple en Suisse dès 1838 avec la protection des blocs erratiques glaciaires (Aubert, 1989) comme la célèbre « Pierre-à-Bot » à Neuchâtel (Reynard, 2009). Mais, comme le montrent notamment les travaux de G. Laurent (1987) et de P. Matagne (1999), les études ont été d’abord le fait de naturalistes : paléontologues, biologistes et botanistes.

2Dans les Anecdotes de la Nature, manuscrit du XVIIIe siècle rédigé autour de 1750 (Boutin, 2006), inachevé, non publié, mais qui circula du temps même de sa rédaction dans les cercles scientifiques de Paris, l’ingénieur des Ponts et Chaussées N.-A. Boullanger décrit la sculpture des « pains de sucre isolés » du plateau de Langres (Gohau, 1990) et, pressentant sans la nommer la notion de butte témoin du recul des talus aclinaux ou monoclinaux de type cuesta, suggère dans un passage trop peu connu l’ampleur des dénudations survenues en Champagne crayeuse : ainsi, « le Mont Aimé qui est resté isolé au milieu des craies de la Champagne est un monument frappant ; la nature de ses bancs et de ses roches n’a aucun rapport avec le terrain qui l’environne, mais avec les montagnes situées de l’autre côté de Bergère et des Vertus [i.e., près de Reims]. Il en était une dépendance et y était adhérent avant que la chute de plusieurs torrents particuliers dont on y reconnaît les traces l’en ait détaché comme il est ». On sait comment Buffon a lui-même largement recouru dans les Époques de la Nature au vocabulaire métaphorique des « époques », des « archives », des « documents », des « monuments » de la Nature à l’échelle de l’histoire de la Terre (Roger, 1962, 1995 ; Rudwick, 1997). Humboldt aurait quant à lui formalisé dès 1814 le concept de « monument naturel », Naturdenkmal (Guichard-Anguis et Héritier, 2008). Et, des Discourses de R. Hooke à la Royal Society en 1687-1688 jusqu’au milieu du XIXe siècle environ, les fossiles sont en géologie pour près de deux siècles les « monnaies » et les « médailles » de la stratigraphie (Ellenberger, 1994). Si tous ces « mots empruntés » transfèrent à la Terre leur sens propre de marqueurs historiques, puisque « monument » dérive du latin moneo, faire souvenir (Ellenberger, 1994), ce sont les législations des pays européens qui vont un peu plus tard institutionnaliser la notion de « monument naturel » : création en 1895 du National Trust for Places of Historic Interest or Natural Beauty en Angleterre, Pays de Galles et Irlande ; adoption en 1906 de la Loi sur la protection des sites et monuments naturels de caractère artistique en France ; vote en 1913 de la Lega nazionale per la protezione dei monumenti naturali en Italie (Guichard-Anguis et Héritier, 2008). Cependant, comme le note F. Choay (2009), la dissémination des pratiques patrimoniales est un phénomène plus récent, symbolisé par l’adoption de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (UNESCO, 1972). En France, à l’initiative de géologues travaillant dans le réseau des Réserves naturelles (Jonin et De Wever, 2008) est adoptée à Digne en 1991 la Déclaration internationale des droits de la mémoire de la Terre, qui stipule dans son article 6 que « La Terre conserve la mémoire du passé, une mémoire inscrite dans les profondeurs et sur la surface, dans les roches, les fossiles et les paysages, une mémoire qui peut être lue et traduite » (Actes Symposium Digne, 1994 ; O’Halloran et al., 1994 ; Parkes, 2004 ; Burek et Prosser, 2008 ; Grapes et al., 2008 ; Migoń, 2010).

3Le groupe de travail Sites géomorphologiques : recherche, évaluation et développement a vu le jour en septembre 2001 lors de la 5e Conférence internationale de géomorphologie, tenue à Tokyo (Reynard et Coratza, 2005). Comme le rappellent E. Reynard et P. Coratza, ce groupe de travail a été créé afin de répondre à trois demandes sociales : la conservation, l’éducation et l’évaluation des sites au plan touristique. 1) En ce qui concerne la conservation des sites, le problème avec la lecture géomorphologique des formes du relief est que souvent elles ne bénéficient pas de protection juridique, à l’instar des sites biologiques, des zones humides ou des éléments du patrimoine culturel. Il est donc nécessaire de mieux développer la conservation des sites géomorphologiques, et en particulier de mettre au point les outils adéquats permettant d’évaluer leur valeur. 2) En ce qui concerne l’éducation, l’expérience montre que la connaissance que la population a de la topographie, des formes du relief et des processus géomorphologiques, internes ou externes, est plutôt faible. Dans la plupart des pays, la géomorphologie ne fait pas partie du cursus obligatoire dans les écoles, les collèges et les lycées. La transmission d’informations géomorphologiques par les médias est en outre très souvent vague, voire déformée. Il existe donc un réel besoin de d’éducation de la population en terme de processus géomorphologiques, de formes du relief et de paysages. 3) Au plan touristique, les paysages naturels sont parmi les principaux facteurs d’attraction des sites touristiques avec les aspects culturels, les éléments du patrimoine des civilisations et les infrastructures de loisirs. Mais la part de la géomorphologie en terme de valeur ajoutée est une donnée trop rarement reconnue au plan touristique. Il importait donc de favoriser une large prise de conscience du fait que la géomorphologie est de façon explicite un facteur clé de l’attraction touristique. Par voie de conséquence, il est apparu nécessaire de développer de plus amples recherches sur les relations existant entre la géomorphologie (au triple sens de topographie, de processus et de formes du relief) et les activités touristiques (Reynard et Coratza, 2005 ; voir aussi : Panizza, 2001 ; Panizza et Piacente, 2003 ; Reynard et Panizza, 2005).

4Étant donné que les géo(morpho)sites, le géotourisme et la géoconservation sont des thèmes de recherche très attractifs au sein de la communauté géoscientifique, le Comité exécutif et l’Assemblée générale de l’Association internationale des géomorphologues (AIG) ont accepté à Saragosse de reconduire le groupe de travail pour un autre mandat de quatre ans, moyennant quelques changements dans l’organisation du groupe qui prend le nom de Géomorphosites : recherche, protection et éducation (Reynard et al., 2009b). Comme le précise le deuxième rapport quadriennal du groupe de travail (Reynard et al., 2009b), cinq objectifs principaux ont été poursuivis pendant la période 2005-2009. 1) En matière d’évaluation et de cartographie, l’accent a été mis sur les études empiriques menées dans des contextes géomorphologiques variés, et sur le développement des méthodes d’évaluation et de cartographie, le tout dans le but de lever des fonds pour la recherche et de publier davantage d’articles dans des revues internationales. 2) L’intensification des relations avec d’autres groupes scientifiques traitant de géosites, de géotourisme et de géoconservation a été recherchée, de façon prioritaire au sein des réseaux institutionnels existants comme l’Union internationale des sciences géologiques, l’UNESCO, le réseau ProGeo... Le renforcement des liens avec les autres groupes de travail de l’AIG a également été une priorité. 3) En matière de géoconservation, on rappelle que dans la plupart des pays, la protection des sites géologiques et des géomorphosites reste peu développée, lors même que ne cesse de croître la pression des activités humaines, partant, l’impact des sociétés sur l’ensemble des objets géomorphologiques, tant dans les pays développés que dans les pays en développement. Il a donc été jugé comme de la plus haute importance de réunir davantage de connaissances au plan de la géoconservation, tant au niveau institutionnel que scientifique. 4) Parce que le secteur des services touristiques est l’un de ceux qui pourrait largement utiliser le résultat de nos recherches, il était prévu de développer diverses activités (par exemple, des conférences scientifiques ou des programmes éducatifs) destinées à mieux ancrer la recherche sur les géomorphosites dans le développement de l’écotourisme et du géotourisme. Dans ce but, une attention particulière a été consacrée à l’essor des activités de recherche au sein des géoparcs. 5) Enfin, l’éducation aux géomorphosites, tant en direction du grand public qu’au niveau universitaire, est restée l’une des priorités de notre programme. En ce sens, il a été proposé par exemple l’organisation d’une école d’été sur les géomorphosites sous les auspices de l’AIG (Reynard et al., 2009 a et b).

5Le colloque « Géomorphosites 2009 : imagerie, inventaire, mise en valeur et vulgarisation du patrimoine géomorphologique » s’adressait à tous les praticiens des sciences humaines et des géosciences, pour les inviter à considérer ensemble l’éventail des représentations et des significations que recouvre pour eux la notion de patrimoine géomorphologique. L’un des thèmes majeurs du triennium 2007-2009 pour l’Année internationale de la planète Terre était en effet de jeter un pont entre la communauté scientifique et le grand public : les Géosciences au service de l’Humanité. L’intérêt sociétal d’un tel colloque était triple : 1) Permettre la convergence de diverses spécialités autour d’un événement partagé, dont les problématiques recoupent les sciences de l’Homme et les sciences de la Terre ; 2) Favoriser l’émergence de projets d’inventaire et d’évaluation des géomorphosites au sein des collectivités territoriales afin d’aboutir à la création et à la reconnaissance de géomorphosites certifiés ; 3) Porter à la connaissance du public les aspects fondamentaux et applicables de la géomorphologie, dans la logique d’une démarche globale de développement durable. Le colloque s’est tenu à Paris du 10 au 12 juin 2009, sous les auspices du Groupe Français de Géomorphologie (GFG) et du Groupe de travail « Géomorphosites » de l’AIG. Il a réuni dans les locaux de l’Institut universitaire de formation des maîtres de Paris-Sorbonne plus de 150 participants venus d’une vingtaine de pays, notamment d’Italie, du Portugal et de Roumanie, une centaine de collègues ayant en outre participé à l’excursion à Fontainebleau (fig. 1) et dans les massifs forestiers voisins sous la direction de J.-P. Amat et A. Louchet (univ. Paris-Sorbonne).

Fig. 1 – Quelques participants du colloque « Géomorphosites 2009 » pendant l’excursion en forêt de Fontainebleau (photo M. Calvet).

Fig. 1 – Quelques participants du colloque « Géomorphosites 2009 » pendant l’excursion en forêt de Fontainebleau (photo M. Calvet).

6Cinq conférences plénières ont été prononcées dans le grand auditorium par M. Panizza (univ. Modena), P. De Wever (MNHN, Paris), E. Reynard (univ. Lausanne), P. Migoń et E. Pijet-Migoń (univ. Wroclaw), D. Brugot (PN des Écrins) et R. Lhénaff (univ. Savoie, Chambéry). Au total, 130 communications ont été produites, réparties en deux sessions posters et six sessions thématiques (ST) : Le patrimoine géomorphologique dans l’imagerie populaire (ST 1) ; Le patrimoine géomorphologique dans l’imagerie spécialisée (ST 2) ; Approches théoriques : des géosites aux géomorphosites (ST 3) ; Évaluation et inventaire du patrimoine géomorphologique (ST 4) ; Valorisation et vulgarisation du patrimoine géomorphologique : des itinéraires de découverte aux géoparcs et au géotourisme (ST 5) ; Convergence des champs scientifiques : la position heuristique de la géomorphologie en terme de patrimoine et de développement durable, au carrefour des sciences de l’Homme et des sciences de la Terre (ST 6).

7Tous les articles qui composent le numéro 2/2010 de Géomorphologie : relief, processus, environnement sont issus de la ST 3. Dans la double perspective de la connaissance des environnements montagnards et du changement climatique, G. Diolaiuti et C. Smiraglia montrent que certains sites alpins comme le glacier Forni et les appareils glaciaires du Val Viola (Haute-Valtelline, Lombardie, Italie) sont d’excellents révélateurs des réponses locales que les milieux apportent aux modifications du signal global : la valeur didactique de ces sites n’a d’égale que leur fragilité et justifie pleinement leur conservation en tant que géomorphosites. Approche comparable dans l’étude conduite par V. Garavaglia, M. Pelfini et I. Bollati sur le glacier Forni (Alpes centrales) et le glacier de Miage dans le massif du Mont-Blanc (Alpes occidentales, Val d’Aoste, Italie), avec élargissement des thèmes du forçage climatique et de la réponse des environnements à celui de la géodiversité mesurée par la dendrochronologie. Le glacier des Évettes en Haute-Maurienne (Alpes occidentales, Savoie, France) entre dans le cadre de ces problématiques, et la comparaison du dessin qu’en fait E. de Martonne en juillet 1909 (fig. 2) avec la photographie panoramique datant de juillet 2007 publiée par M. Moreau donne une idée du recul intervenu ici depuis la fin du Petit Âge Glaciaire.

Fig. 2 – Le glacier des Évettes en juillet 1909, dessiné par le géographe français Emmanuel de Martonne. Carnet 10, 26, Bibliothèque de l’Institut de Géographie, Paris. Voir aussi la communication de M. Moreau, fig. 1B, ce fascicule.

Fig. 2 – Le glacier des Évettes en juillet 1909, dessiné par le géographe français Emmanuel de Martonne. Carnet 10, 26, Bibliothèque de l’Institut de Géographie, Paris. Voir aussi la communication de M. Moreau, fig. 1B, ce fascicule.

8Le thème développé par M. Moreau, certes complémentaire du précédent, est cependant porteur d’un questionnement plus géographique puisqu’il s’agit à la fois des milieux morainiques en tant que marqueurs géomorphologiques, mais aussi de la perception de ces objets complexes par deux groupes de pratiquants de la montagne : les randonneurs et les alpinistes. Pour leur part, E. Wiederkehr, S. Dufour et H. Piégay interrogent à travers l’exemple de la Drôme un autre objet complexe, celui des corridors fluviaux, pour lesquels la mise au point d’une méthodologie géomatique permet de discriminer les gorges, les secteurs mobiles ou les sites à haute valeur écologique comme les secteurs en tresse. Les problèmes de cartographie géomorphologique, d’évaluation du patrimoine et d’échelle spatiale sont discutés de façon approfondie et systématique par M.-L. Rodrigues et A. Fonseca à travers l’exemple de la Fórnia (massif calcaire de l’Estremadura, Portugal). Les paysages du karst sont également présents dans l’article de D. Sellier, pour qui la vulgarisation du savoir géomorphologique doit procéder d’une analyse intégrée du relief et d’une sélection déductive des géomorphosites, appuyée sur une cartographie méso-échelle des reliefs insulaires, littoraux et continentaux à l’échelle du territoire pris comme support de la démonstration : le département de la Charente-Maritime (et quelques communes limitrophes). L’article de P. Pereira et D. Pereira traite de l’évaluation de la valeur des géomorphosites : la première étape de la méthode préconisée repose sur l’identification de géomorphosites, suivie de leur évaluation qualitative puis d’une sélection et d’une caractérisation des sites retenus ; la quantification n’intervient que dans un deuxième temps avec une évaluation numérique basée sur une batterie d’indicateurs, le tout permettant de mettre en place des mesures d’aide aux décisions de gestion (protection et publicité). Enfin, à travers le cas de la politique française en matière d’inventaire national du patrimoine géologique, C. Giusti et M. Calvet rappellent que la notion de géomorphosite renvoie aux problématiques entrecroisées des géosciences, du patrimoine et du paysage, d’où la spécificité des géomorphosites en tant que géosites. Au plan pédagogique, les géomorphosites permettent de sensibiliser les publics de tous niveaux aux difficiles questions d’emboîtement et d’articulation des échelles spatio-temporelles, aux effets de seuil, aux effets d’inertie, aux décalages entre variation d’un signal et réponse du système. Et, en matière d’éducation aux risques, certains dispositifs (réseau de géotopes) offrent même la possibilité de réfléchir à ce que pourrait être un géomorphosite « civique » (ou « citoyen »). L’ensemble des valeurs scientifiques, culturelles et sociétales associées aux géomorphosites incite en effet à les utiliser pour répondre à la demande sociale, exprimée ou non formulée.

9À cet égard, on ne taira pas le fait que l’article de D. Sellier prend une couleur singulière au lendemain de la tempête Xynthia et de la catastrophe ayant frappé les personnes et les biens des départements de la Charente-Maritime et de la Vendée : face au nombre des victimes (29 morts pour les deux communes de L’Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer, 12 morts pour la Charente-Maritime), la question est posée de l’utilité du savoir géomorphologique ou, ce qui revient au même, de l’énorme distorsion entre les connaissances accumulées (Verger, 1968 ; Regrain, 1980 ; Verger, 2005) et le déni du risque par l’ignorance systématique des aléas, des processus et des formes. Que les auteurs de ces articles et l’ensemble des relecteurs, rapporteurs ou rédacteurs, soient vivement remerciés pour leur contribution à une meilleure connaissance des géomorphosites.

Top of page

Bibliography

Actes Symposium Digne (1994)Actes du Premier Symposium International sur la protection du patrimoine géologique, Digne-les-Bains, 11-16 juin 1991. Mémoires de la Société géologique France, 165, 276 p.

Aubert D. (1989) – La protection des blocs erratiques dans le canton de Vaud. Bulletin de la Société vaudoise de Sciences naturelles, 79-3, 185-207.

Baulig H. (1950) – Essais de Géomorphologie. Publication Faculté Lettres Université Strasbourg, fasc. 114, Les Belles Lettres, Paris, 162 p.

Beckinsale R.P., Chorley R.J. (1991)The history of the study of landforms, or the development of Geomorphology. Historical and regional geomorphology (1890-1950). Routledge, London, New York, 496 p.

Boutin P. (2006)Œuvres complètes de Nicolas-Antoine Boullanger. Tome II, Anecdotes physiques de l’histoire de la nature. Édition critique. Honoré Champion, Paris, 596 p.

Burek C.V., Prosser C.D. (2008)The history of Geoconservation. Geological Society of London, Sp. Publ. 300, 320 p.

Burt T.P., Chorley R.J., Brunsden D., Cox N.J., Goudie A.S. (2008)The history of the study of landforms, or the development of Geomorphology. Quaternary and Recent Processes and Forms (1890-1965) and the Mid-Century Revolutions. Geological Society, Miscellaneous Special Publications, London, 1027 p.

Choay F. (2009)Le patrimoine en questions. Anthologie pour un combat. Seuil, Paris, 220 p.

Depraz S. (2008)Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux. Armand Colin, Paris, 320 p.

Ellenberger F. (1988)Histoire de la géologie, 1. Des Anciens à la première moitié du XVIIe siècle. Éditions Lavoisier, Paris, 352 p.

Ellenberger F. (1994)Histoire de la géologie, 2. La grande éclosion et ses prémices (1660-1810). Éditions Lavoisier, Paris, 384 p.

Giusti C. (2006) – Pour une archéologie du discours géomorphologique. In Allée P., Lespez L. (Eds.) : L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement. Table-ronde en l’honneur de René Neboit-Guilhot. Presses Universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 109-114.

Gohau G. (1990)Les sciences de la Terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. Naissance de la géologie. Albin Michel, Paris, 422 p.

Grapes R.H., Oldroyd D.R., Grigelis A. (2008)History of geomorphology and Quaternary geology. Geological Society of London, Special Publication 301, 344 p.

Guichard-Anguis S., Héritier S. (2008) – Le patrimoine naturel entre culture et ressource. Géographie et cultures, 66, 143 p.

Gunnell Y. (2009)Écologie et société. Repères pour comprendre les questions d’environnement. Armand Colin, Paris, 416 p.

Héritier S., Laslaz L. (2008)Les parcs nationaux dans le monde. Protection, gestion et développement durable. Ellipses Éditions Marketing, Paris, 312 p.

Jonin M., De Wever P. (2008) – Le patrimoine géologique, mémoire de la Terre. Géosciences, 7-8, 18-25.

Kennedy B.A. (2006)Inventing the Earth. Ideas on landscape development since 1740. Blackwell Publishing, Malden, Oxford, Carlton, 160 p.

Laurent G. (1987)Paléontologie et évolution en France 1800-1860. Une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin. Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Paris, 554 p.

Matagne P. (1999)Aux origines de l’écologie : les naturalistes en France de 1800 à 1914. Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Paris, 302 p.

Migoń P. (Ed.) (2010)Geomorphological landscapes of the world. Springer, Heidelberg, 395 p.

O’Halloran D., Green C., Harley M., Stanley M, Knill J. (1994)Geological and Landscape Conservation. Proceedings of the Malvern International Conference 1993. Geological Society, London, 530 p.

Panizza M. (2001) – Geomorphosites: concepts, methods and example of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin 46, Suppl. Bd, 4-6.

Panizza M., Piacente S. (2003)Geomorfologia culturale. Pitagora Editrice, Bologna, 350 p.

Parkes M. (2004)Natural and Cultural Landscapes, The Geological Foundation. Proceedings of a conference and the ProGEO Third General Assembly, 9-11 September 2002, Dublin Castle, Ireland. Royal Irish Academy, Dublin, 329 p.

Regrain R. (1980)Géographie physique et télédétection des marais charentais. Paillart, Abbeville, 512 p.

Reynard E. (2009) – Geomorphosites: definitions and characteristics. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.): Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 9-20.

Reynard E., Coratza P. (2005) – Geomorphological sites: research, assessment and improvement. A working group of the International Association of Geomorphologists (IAG). Final Report 2001-2005, Lausanne/Modena, 4 p.

Reynard E., Panizza M. (2005) – Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie. Une introduction. Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 177-180.

Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) (2009a)Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 240 p.

Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (2009b) – Geomorphological sites: research, protection and education. A working group of the International Association of Geomorphologists (IAG). Final Report 2005-2009, Lausanne/Modena, 5 p.

Roger J. (1962)Buffon. Les Époques de la nature. Édition critique. Paris, Muséum National Histoire Naturelle, série C, n° 10, CLII + 344 p. (réimprimé en 1988).

Roger J. (1995) – La place de Buffon dans l’histoire des Sciences de la Terre. In Ellenberger F., Gaudant J. (Eds.) : Essais sur l’histoire de la géologie, en hommage à Eugène Wegmann. Paris, Mémoires de la Société Géologique de France, 168, 55-58.

Rudwick M.J.S. (1997) – Smith, Cuvier et Brongniart et la reconstitution de la géohistoire. In G. Gohau (Ed.) : De la géologie à son histoire. Comité des Travaux Historiques Scientifiques, Paris, 119-128.

Thorn C. (1988)An introduction to theoretical geomorphology. Unwin Hyman, Boston, 248 p.

UNESCO (1972) – Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel (http ://whc.unesco.org/archive/convention-fr.pdf).

Verger F. (1968)Marais et wadden du littoral français. Étude de géomorphologie. Biscaye Frères, Bordeaux, 541 p.

Verger F. (2005)Marais et estuaires du littoral français. Belin, Paris, 335 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Quelques participants du colloque « Géomorphosites 2009 » pendant l’excursion en forêt de Fontainebleau (photo M. Calvet).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7880/img-1.jpg
File image/jpeg, 840k
Title Fig. 2 – Le glacier des Évettes en juillet 1909, dessiné par le géographe français Emmanuel de Martonne. Carnet 10, 26, Bibliothèque de l’Institut de Géographie, Paris. Voir aussi la communication de M. Moreau, fig. 1B, ce fascicule.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7880/img-2.jpg
File image/jpeg, 973k
Top of page

References

Bibliographical reference

Christian Giusti, « Introduction au numéro spécial : « Des géosites aux géomorphosites : comment décoder le paysage ? Processus géodynamiques, modelés et formes du relief, environnements passés et actuels » », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 2 | 2010, 123-130.

Electronic reference

Christian Giusti, « Introduction au numéro spécial : « Des géosites aux géomorphosites : comment décoder le paysage ? Processus géodynamiques, modelés et formes du relief, environnements passés et actuels » », Géomorphologie : relief, processus, environnement [Online], vol. 16 - n° 2 | 2010, Online since 07 October 2010, connection on 24 September 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7880

Top of page

About the author

Christian Giusti

UMR 8591 CNRS Meudon - Université Paris-Sorbonne - 191, rue Saint-Jacques - 75005 Paris - France (Christian.Giusti@paris-sorbonne.fr)

By this author

Top of page

Copyright

© Groupe français de géomorphologie

Top of page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org