Navigation – Plan du site

L’analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application à la Charente-Maritime (France)

Multidimentional analysis of relief and deductive selection of geomorphosites: application to Charente-Maritime (France)
Dominique Sellier
p. 199-214

Résumés

La vulgarisation de la géomorphologie a pour objectif de diffuser des informations sur les reliefs et sur leurs origines. Elle procède de trois étapes fondamentales : l’analyse préalable du relief, la recherche d’une pédagogie adaptée au public concerné, l’application de moyens de vulgarisation appropriés. Elle passe aussi par le choix initial de sites significatifs, qui peut inspirer trois démarches non exclusives. La « démarche sélective » a recours à la notion de géomorphosites et implique des méthodes d’évaluation élaborées, mais n’épargne pas du risque de privilégier les sites les plus spectaculaires. La « démarche généraliste » implique que tous les reliefs, y compris les plus ordinaires, peuvent justifier un commentaire, mais n’évite pas non plus toute sélection. La « démarche déductive », appliquée ici au cas de la Charente-Maritime, part d’une analyse multiscalaire du relief et trouve son principal domaine d’application en amont de l’évaluation des géomorphosites. La première étape de cette démarche consiste à définir les propriétés générales de l’espace considéré (en l’occurrence le département de la Charente-Maritime). La deuxième vise à identifier ses composants géomorphologiques majeurs (ici un espace continental propre à un bassin sédimentaire, le Nord de l’Aquitaine, et un espace littoral témoignant de fluctuations eustatiques, la mer des Pertuis). La troisième consiste à déterminer les unités de relief élémentaires présentes à l’intérieur de ces composants majeurs, en tenant compte de leur représentativité et de leur complémentarité (plateaux aclinaux, cuestas, boutonnières, blocs faillés, d’une part, îles et côtes rocheuses, marais et côtes d’accumulation, d’autre part). La dernière aboutit à une sélection déductive de géomorphosites ponctuels, significatifs de ces reliefs (en l’occurrence une douzaine). Elle intègre les critères de classification usuels de nature scientifique (exemplarité, intérêt didactique) ou touristique (accessibilité, lisibilité). La méthode, fondée sur une analyse géomorphologique intégrée, c’est-à-dire sur une analyse des reliefs à plusieurs niveaux d’échelle, peut déboucher sur des pédagogies adaptées aux publics impliqués. Elle peut aussi contribuer aux études de faisabilité conduites en amont des opérations de vulgarisation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 31 octobre 2009, accepté le 16 février 2010

Texte intégral

Les prospections de terrain qui ont conduit à la sélection des géomorphosites ont été réalisées au cours de recherches menées de le cadre d’une convention entre le Conseil Général de la Charente-Maritime et le laboratoire Géolittomer de Nantes (UMR CNRS 6554) et mentionnées dans cet article. L’auteur tient à remercier Loïc Ménanteau, directeur du laboratoire Géolittomer, pour l’aide qu’il lui a accordée au cours de ces recherches, Bernard Bourgueuil, ingénieur-géologue au Bureau de Recherches Géologiques et Minières et Benoît Poitevin, conservateur de l’Ecomusée des marais salants de l’île de Ré, pour leurs informations et leurs conseils, Andrée Dubois, cartographe à l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’université de Nantes, pour la réalisation des cartes, Maria Kostrowicka et Peter Wilson, reader à l’université d’Ulster à Coleraine, pour les traductions, les relecteurs de la revue, ainsi que Gilles Arnaud-Fassetta, rédacteur en chef de cette revue, pour leurs suggestions et leurs remarques constructives.

Introduction

1La vulgarisation de la géomorphologie a pour objectif de diffuser des informations sur le relief auprès d’un public non-spécialiste par l’intermédiaire de moyens appropriés. Elle procède d’une initiative, de la part d’un géomorphologue ou d’une institution, et répond en principe à une demande, de la part d’un public ou, également, d’une institution. Elle comprend trois étapes fondamentales : l’analyse préalable du relief qui exige une compétence scientifique sans laquelle il n’existe pas de propos vulgarisateur valable, la recherche d’une pédagogie adaptée au public des sites visités, sans laquelle il n’y a pas de transmission de connaissances possible, et la réalisation d’actions grâce auxquelles la vulgarisation connaît une application concrète. Chacune de ces opérations s’inscrit dans des cadres naturels, sociaux, administratifs et pédagogiques qui dépendent du relief ainsi que du public et qui contribuent à déterminer les moyens à mettre en œuvre (fig. 1). La vulgarisation de la géomorphologie se heurte aux mêmes contraintes que celle des autres disciplines scientifiques, le problème récurrent étant d’employer des données rigoureuses et des termes définis en même temps que des raisonnements simples et un langage accessible, donc de trouver un équilibre entre précision et simplification. Elle implique cependant des procédés spécifiques. Le plus souvent conçue en fonction d’un contact direct du public avec le terrain, elle passe, en effet, par le choix préalable de sites. Ces sites constituent des lieux d’observation et d’explication, donc des lieux de transmission de connaissances. Ils correspondent habituellement à des arrêts, effectués au cours d’un trajet, lui-même suivi à l’intérieur d’un espace donné. Dans la pratique, la question soumise à l’appréciation du vulgarisateur reste donc de choisir où s’arrêter, à l’intérieur de quel espace et en fonction de quels principes. Ce choix peut relever de trois démarches principales, non exclusives (Sellier, 2009). La première s’apparente à une démarche sélective et se réfère à la notion bien connue de géomorphosites (Panizza, 2001, 2003). Elle impose des méthodes d’inventaire, qui ont été d’abord appliquées à des régions alpines ou méditerranéennes, à l’intérieur desquelles la densité des sites attractifs, pour des motifs scientifiques ou touristiques, justifie effectivement des choix préalables. La deuxième correspond à une démarche généraliste. Elle repose sur le principe selon lequel tout relief, quel que soit son degré d’intérêt apparent, peut faire l’objet d’un commentaire, au gré des itinéraires, des arrêts, ou des questions du public. Elle s’applique donc, aussi, aux « reliefs ordinaires », mais n’évite pas complètement une part de sélection. La troisième peut être qualifiée de démarche intégrée et fait l’objet de cet article. Elle se fonde sur une analyse préalable du relief à plusieurs niveaux d’échelle, conduit à une sélection de géomorphosites en procédant ainsi d’une méthode déductive et trouve son principal domaine d’application en amont de l’évaluation des géomorphosites.

Fig. 1 – Les étapes de la vulgarisation de la géomorphologie.
Fig. 1 – Stages in the popularisation of geomorphology.

Fig. 1 – Les étapes de la vulgarisation de la géomorphologie.Fig. 1 – Stages in the popularisation of geomorphology.

L’analyse intégrée du relief et de la sélection déductive des géomorphosites : une méthode préparatoire à la vulgarisation de la géomorphologie

2La vulgarisation croissante de la géomorphologie se réfère communément à la notion de géomorphosite. Un géomorphosite est considéré par M. Panizza (2001) comme une forme du relief dont les attributs géomorphologiques particuliers et significatifs en font une composante du patrimoine culturel au sens large d’un territoire donné. Le concept débouche immanquablement sur les notions d’inventaire des sites d’intérêt géomorphologique, sur des procédures d’évaluation et finalement sur une sélection de ces sites (Grandgirard, 1999 ; Reynard, 2005 ; Reynard et Panizza, 2005 ; Pereira et al., 2007 ; Reynard et al., 2007 ; Reynard et al., 2009). Plusieurs systèmes d’évaluation ont été proposés, notamment par V. Grandgirard (1999), puis par E. Reynard et M. Panizza (2005), en fonction de critères scientifiques (exemplarité d’un relief, rareté de ses propriétés, intérêt didactique, représentativité), ou touristiques (accessibilité, lisibilité) et, par conséquent, de critères pédagogiques. Les présentes recherches ont largement porté sur cette étape de la vulgarisation, qui s’apparente à un « diagnostic ». Elles ont moins souvent concerné les opérations situées en amont, qui intéressent des unités de relief de dimensions supérieures, l’espace impliqué par la vulgarisation dans son ensemble et les propriétés des reliefs compris dans cet espace. Ces opérations demandent une étude du relief à plusieurs niveaux d’échelle successifs. Elles peuvent s’appuyer sur les méthodes d’analyse géomorphologique telles qu’elles se pratiquent dans le cadre des enseignements universitaires. Elles se fondent sur les observations de terrain, puisque la vulgarisation s’envisage habituellement à partir d’une découverte du relief par le public. Elles conduisent en tout cas à une présentation des reliefs en fonction de leurs relations morphologiques et dimensionnelles, et non seulement en fonction de leur juxtaposition. L’objectif est donc d’exposer une procédure de sélection de géomorphosites fondée sur l’observation des reliefs à différents niveaux scalaires et sur une logique scientifique, correspondant ainsi à une méthode intégrée.

3Cette méthode comporte au moins quatre étapes et implique la réalisation initiale d’une carte géomorphologique, qui constitue, en l’occurrence, un outil d’analyse indispensable. La première étape concerne la détermination des propriétés géomorphologiques générales de l’espace traité. La vulgarisation géomorphologique s’accomplit en effet à l’intérieur d’un « espace déterminé », visité et commenté, qu’il importe de considérer d’abord dans son ensemble. Cet espace se distingue par des qualités fondamentales : île, massif montagneux, marais, baie, côte, vallée. Il comporte aussi des limites qu’il convient de justifier. Ces limites peuvent être administratives, du fait des conventions de recherche dans le cadre desquelles s’accomplit une partie des opérations de vulgarisation : collectivités territoriales ou parcs naturels, notamment, qui comportent des limites historiques, culturelles ou naturelles. La deuxième étape concerne l’identification des « composants géomorphologiques majeurs »de l’espace considéré. Elle vise à dégager, à l’intérieur de cet espace, plusieurs sous-ensembles de dimensions comparables mais de propriétés complémentaires ou opposées, d’ordres topographique (étagements), structural (lithologie), hydrographique (bassins versants), ou paléogéographique (héritages). La troisième étape procède d’une subdivision de chaque composant géomorphologique majeur en « unités géomorphologiques élémentaires », de niveaux dimensionnels comparables et de significations équivalentes, en tendant à l’équilibre et à l’exhaustivité. L’individualisation de ces unités s’effectue en fonction de leur représentativité morphostructurale, de leurs relations morphologiques, paléogéographiques, ou dynamiques et de leur degré d’évolution. Leur choix et leur répartition relèvent donc en priorité de critères scientifiques. La quatrième et dernière étape concerne la détermination des « géomorphosites ». Chaque unité géomorphologique élémentaire se trouve représentée par un ou plusieurs géomorphosites, justifiés par leurs relations avec les taxons supérieurs et les taxons de même niveau. On passe désormais au niveau ponctuel : arrêt, point de vue, panorama. Le choix précis de chaque géomorphosite parmi différents sites potentiels d’intérêt équivalent est établi sur le terrain. Il tient compte de critères géomorphologiques : exemplarité, intérêt didactique, rareté, intégrité, représentativité, mais aussi, dorénavant, de critères touristiques : accessibilité, lisibilité, conformes aux normes en usage, notamment à celles proposées par V. Grangirard (1999), E. Reynard (2005) et J.-P. Pralong (2005).

4La méthode aboutit effectivement à une sélection déductive de géomorphosites, représentatifs de chacune des unités géomorphologiques élémentaires. Elle peut trouver une application, à titre d’exemple, en Charente-Maritime. L’opération mentionnée ici a été conduite dans le cadre d’une convention établie entre le Conseil Général de la Charente-Maritime et le laboratoire Géolittomer (UMR CNRS 6554). Cette convention a eu pour objet de réaliser un document de vulgarisation sur la géomorphologie du département de la Charente-Maritime auprès du grand public (livret didactique sur le patrimoine géomorphologique de la Charente-Maritime). Elle a impliqué la sélection d’une série de sites représentatifs des propriétés géomorphologiques majeures de l’espace concerné, donc de géomorphosites, à valoriser par des commentaires, des documents ou des panneaux éventuels. Cet article traite de la méthode élaborée et appliquée pour accomplir cette sélection. Il se cantonne aux étapes initiales de l’opération, à savoir, dans l’ordre, le dégagement des propriétés générales de l’espace considéré, l’identification des ensembles majeurs du relief, le découpage de chacun de ces ensembles en unités géomorphologiques élémentaires et, finalement, la sélection déductive des géomorphosites significatifs de ces reliefs élémentaires. Ces deux dernières opérations, fondamentales, sont présentées ici conjointement, parce que l’objet de l’article est d’exposer une procédure de sélection de géomorphosites et non de décrire les propriétés détaillées qui ont fourni la matière aux documents de vulgarisation réalisés dans le cadre de la convention précitée. Le contenu de l’article privilégie, conjointement, les faits d’ordre morpho-structural, qui s’imposent dans une première approche du relief de la Charente-maritime. L’espace concerné correspond à un territoire administratif. Il présente d’abord un relief d’apparence monotone et demeure l’objet de références bibliographiques dispersées (Bouhier, 1957 ; Gauthier, 1962 ; Gabet, 1969 ; Barusseau et Martin, 1971 ; Gabilly, 1978 ; Tardy, 1980 ; Bourgueil, 2005 ; Bressolier, 2005), comprenant plusieurs thèses dont le sujet déborde du cadre de la seule géomorphologie de la Charente-Maritime (Papy, 1941 ; Enjalbert, 1960 ; Steinberg, 1967 ; Vanney, 1977 ; Regrain, 1980 ; Weber 2004 ; Verger, 2005). En fait, il s’avère doté d’un relief exemplaire des bassins sédimentaires et d’un domaine côtier, insulaire et maritime, représentatif des types de côtes aquitaines, qui composent ensemble l’un des secteurs les plus touristiques de France.

La caractérisation des propriétés géomorphologiques générales de la Charente-Maritime

5La Charente-Maritime appartient à la marge septentrionale du golfe de Gascogne et s’étend de l’embouchure de la Sèvre niortaise à l’estuaire de la Gironde (fig. 2). Elle présente trois propriétés géomorphologiques fondamentales.

Fig. 2 – Carte géomorphologique de l’Aunis et de la Saintonge (Charente-Maritime).
Fig. 2 – Geomorphological map of Aunis and Saintonge (Charente-Maritime).

Fig. 2 – Carte géomorphologique de l’Aunis et de la Saintonge (Charente-Maritime).Fig. 2 – Geomorphological map of Aunis and Saintonge (Charente-Maritime).

Reliefs continentaux. 1 : plateaux de calcaire jurassique (Aunis) ; 2 : éperons monoclinaux de calcaire jurassique (collines de Matha) ; 3 : buttes-témoins de calcaire jurassique ; 4 : plaine en terrains jurassiques (Pays-Bas charentais) ; 5 : plateaux de calcaire crétacé (Saintonge) ; 6 : fronts de cuesta ou rebords de boutonnière en terrains crétacés (cuesta de Saint-Cézaire, boutonnière de Jonzac) ; 7 : buttes-témoins en calcaire crétacé ; 8 : plaines en calcaire crétacé (boutonnière de Jonzac) ; 9 : volets synclinaux (collines de la Champagne charentaise) ; 10 : escarpements de faille (Aulnay) ; 11 : interfluves dans la couverture de terrains tertiaires de la Double saintongeaise ; 12 : cours d'eau ; 13 : vallées encaissées (Arnoult, Seugne, Boutonne et affluents) ; 14 : percées cataclinales (C) et anaclinales (A) : Charente, Arnoult, Seugne, Boutonne ; 15 : marais et nappes alluviales ; 16 : îles intégrées aux marais maritimes. Reliefs littoraux et maritimes - 17 : trait de côte ; 18 : principaux estrans ; 19 : côtes rocheuses ; 20 : falaises vives ; 21 : falaises mortes ; 22 : plages et cordons littoraux sableux ; 23 : cordons de galets ; 24 : flèches ; 25 : dunes ; 26 : estuaires ; 27 : rias ; 28 : front du delta sous-marin de la Gironde. Données structurales. 29 : contact discordant Crétacé/Jurassique ; 30 : structure aclinale (absence de pendage) ; 31 : structure monoclinale (pendage) ; 32 : charnière anticlinale ; 33 : charnière synclinale ; 34 : Eocène ; 35 : Crétacé ; 36 : Jurassique.
Continental landforms. 1 : Jurassic limestone plateaux (Aunis) ; 2. monoclinal spurs in Jurassic limestone (collines de Matha) ; 3 : outliers in Jurassic limestone ; 4 : plain in Jurassic terrain (Pays-Bas charentais) ; 5 : Cretaceous limestone plateaux (Saintonge) ; 6 : cuesta escarpment or weald ridges in Cretaceous terrain (cuesta de Saint-Cézaire, boutonnière de Jonzac) ; 7 : Outliers in Cretaceous limestone ; 8 : plain in Cretaceous terrain (boutonnière de Jonzac) ; 9 : synclinal hills (collines de la Champagne charentaise) ; 10 : fault scarp (Aulnay) ; 11 : interfluves in Tertiary terrains (Double saintongeaise) ; 12 : rivers ; 13 : incised valleys (Arnoult, Seugne, Boutonne) ; 14 : cataclinal gaps (C) and anaclinal gaps (A) : Charente, Arnoult, Seugne, Boutonne ; 15 : marshes and alluvial terraces ; 16 : islands in coastal wetlands. Coastal and submarine landforms ; 17 : coastline ; 18 : main strands ; 19 : rock coasts ; 20 : cliffs ; 21 : abandoned cliff lines ; 22 : beaches and sandy bars ; 23 : pebble bars ; 24 : spits ; 25 : dunes ; 26 : estuaries ; 27 : rias ; 28 : Gironde submarine delta. Structural features. 29 : Cretaceous-Jurassic unconformity ; 30 : horizontal terrains (no dip) ; 31 : monoclinal terrains ; 32 : anticline ; 33 : syncline ; 34 : Eocene ; 35 : Cretaceous ; 36 : Jurassic.

6Un pays de basses plates-formes calcaires. Le relief de la Charente-Maritime est l’un des plus bas de la façade atlantique européenne. Il culmine à 173 m au nord-est et correspond à un pays de surfaces : bas plateaux et plaines voisines du niveau de la mer, mais aussi précontinent situé dans le prolongement de ces surfaces jusqu’à 180 km du trait de côte actuel. Ce relief s’organise en quatre ensembles topographiques étagés d’est en ouest et comprend ainsi : des plateaux supérieurs à 100 m à l’est (plateau de Saint-Jean-d’Angely et Marche boisée d’Aulnay, plateau de Saint-Césaire, Champagne charentaise et Double saintongeaise), entrecoupés de dépressions (Pays-Bas charentais, confluence de la Charente et de la Seugne, au sud de Saintes) ; des plateaux inférieurs à 100 m au centre (plateaux d’Aunis et de Saintonge, disséqués par les vallées de la Boutonne, de la Charente, de la Seugne et de la Seudre) ; des côtes à falaises basses (La Rochelle, Fouras, Marennes) ou à dunes (presqu’île d’Arvert), alternant avec des marais et des estuaires (marais Poitevin, marais de Rochefort, marais de Brouage, marais de la Seudre, marais de la Gironde) ; des îles (Ré, Aix, Oléron) prolongeant les pointes et alternant avec des baies (pertuis Breton, pertuis d’Antioche), la mer des Pertuis s’étendant elle-même de la baie de l’Aiguillon à l’embouchure de la Gironde.

7Un contact entre un bassin sédimentaire et un massif ancien. La Charente-Maritime tient de son appartenance au Bassin aquitain une structure et un relief de bassin sédimentaire. Elle comprend deux séries lithostratigraphiques majeures discordantes. Le nord du département (Aunis) est occupé par des terrains jurassiques, reposant eux-mêmes en discordance sur les terrains métamorphiques et primaires de la marge du Massif armoricain. Le sud (Saintonge) est occupé par des terrains crétacés, masqués par des sédiments éocènes aux abords de la Gironde. La Charente-Maritime comprend surtout des calcaires, dont les contrastes de résistance, bien que réduits, autorisent le dégagement de reliefs d’érosion différentielle exemplaires. Ces roches ont connu des déformations modérées, significatives de la stabilité tectonique des bassins sédimentaires. Les strates présentent un pendage général vers le sud, responsable de l’âge décroissant des affleurements dans la même direction. Localement, elles comportent des annulations du pendage, des ondulations ou des fractures. Ainsi, la Charente-Maritime présente l’intérêt majeur de réunir sur son territoire les quatre catégories de dispositions structurales caractéristiques des bassins sédimentaires : aclinale en Aunis, ondulée en Saintonge, monoclinale et faillée à l’est. Dans la suite, elle fournit des cas simples mais exemplaires de chacun des types de reliefs structuraux présents dans ces bassins : plateaux tabulaires, cuestas, boutonnières et blocs faillés. Par ailleurs, la Charente-Maritime tient de sa proximité du Massif armoricain une organisation générale du relief de direction armoricaine (NW-SE), qui s’exprime par le tracé des affleurements géologiques, des lignes de failles, des ondulations, des grandes vallées, des rebords de plateaux, des îles, des côtes et des reliefs sous-marins. Cette direction s’exprime également à travers des escarpements de faille, des fossés tectoniques et des blocs basculés, qui s’inscrivent dans le prolongement des reliefs de faille mis en place au sud du Massif armoricain. Les failles ont rejoué à partir du Secondaire, notamment sous l’effet des distensions qui se sont accomplies sur la bordure nord du golfe de Gascogne. Elles se manifestent surtout au nord du département, en raison de la minceur des recouvrements sédimentaires et de la proximité du socle sous-jacent, dur et cassant. Elles se trouvent relayées vers le sud du département par des déformations de style ondulé, en fonction de l’épaississement de la couverture sédimentaire.

8L’interpénétration des terres et des mers. Les reliefs de la plateforme continentale sont les prolongements immergés des plateaux charentais. Ils n’atteignent pas 30 m de profondeur en dehors des fosses situées au nord des îles de Ré et d’Oléron, expliquant ainsi les hauts fonds, les brisants, mais aussi les échouages de navires. La Charente-Maritime est drainée par des bassins versants hétérométriques, comme de règle à proximité des côtes, et comprend plusieurs estuaires, associés à des marais littoraux : estuaires de la Sèvre (baie de l’Aiguillon et marais Poitevin), de la Charente (marais de Rochefort), de la Seudre (marais de la Seudre, près de Marennes) et de la Gironde (marais de rive droite à l’aval de Vitrezay). Ces estuaires apportent des eaux douces qui se dispersent à travers une tranche d’eau marine peu profonde et qui réduisent la salinité de la mer des Pertuis. Ils apportent également des sédiments fins, du fait de la prépondérance des calcaires sur le continent et de la faible compétence des cours d’eau. En conséquence, les eaux marines sont abondamment chargées en matières en suspension et en solution. Le tracé découpé du littoral crée des pièges à sédiments et les vases colmatent progressivement les embouchures et les fonds sous-marins. Réciproquement, l’océan exerce une influence indirecte sur le continent. En mer, une branche du Gulf Stream longe les côtes vers le sud, comme l’indique le sens des flèches sableuses, en particulier en presqu’île d’Arvert (Vanney, 1976, 1977). A terre, l’océanité du climat justifie la régularité de l’écoulement des eaux continentales et limite l’agressivité des processus d’érosion. Par ailleurs, la mer des Pertuis est soumise à des marées qui découvrent de vastes estrans, en réponse à un relief sous-marin peu profond et à un marnage qui peut atteindre 6,3 m dans le pertuis Breton. L’eustatisme a joué un rôle fondamental dans des régions littorales au relief aussi peu contrasté. Ainsi, en période de glaciations, les régressions ont provoqué l’encaissement de la Charente jusqu’à -27 m à Rochefort et -13 m à Saintes (Bourgueil, 2005) et ont raviné le précontinent sous forme de paléovallées. A l’inverse, les transgressions ont entraîné l’immersion du précontinent et le recul des côtes, l’installation d’estuaires, la formation de marais et le colmatage des vallées les plus proches de la mer. Ainsi, l’interpénétration de la terre et de la mer se traduit par le profond découpage des côtes et par la juxtaposition d’îles et de presqu’îles, de baies et de pertuis, de marais maritimes et d’estuaires. En effet, elle s’accompagne d’une alternance de côtes d’érosion, à falaises basses, et de côtes de construction, à cordons littoraux, dunes et marais. L’armature du relief littoral s’appuie donc sur une succession de saillants, bordés de falaises et de platiers rocheux, prolongés par des îles, formés de roches résistantes, et de rentrants, à baies, marais et estuaires. Cette interpénétration explique les plateaux sous-marins peu profonds, les estrans immenses, les marais maritimes inondables, les estuaires et les basses vallées à l’intérieur desquelles les influences maritimes pénètrent profondément vers l’intérieur. La marée dynamique remonte, par exemple, le long de la Charente jusqu’en amont de Saintes, à plus de 75 km de l’entrée de l’estuaire.

L’identification des composants géomorphologiques majeurs de la Charente-Maritime

9Les reliefs continentaux de type « charentais » : de vastes surfaces substructurales traversées par des vallées encaissées. L’étendue des surfaces participe à la singularité du relief charentais, continental ou maritime. A terre, ces surfaces forment de vastes plateaux de calcaires résistants dont les déformations, de faible amplitude, suffisent à créer des reliefs différenciés (Enjalbert, 1960). Les versants introduisent des coupures dans ces surfaces : escarpements de faille, ou versants d’érosion différentielle (fronts de cuesta, rebords de boutonnière), mais surtout versants de vallées associés à l’encaissement des réseaux. La Charente décrit ainsi des méandres encaissés d’une cinquantaine de mètres dans les plateaux calcaires, puis des méandres divagants sur des nappes alluviales, bordées de terrasses, après avoir obliqué vers l’ouest, en aval du coude de Saint-Savinien. Son estuaire traverse les marais de Rochefort avant d’atteindre le pertuis d’Antioche. Les processus périglaciaires qui ont fonctionné au cours du Quaternaire, comme la gélifraction des calcaires poreux, la gélifluxion des formations meubles sur les versants, la déflation des matériaux les plus fins sur les plateaux mais aussi les dépôts de limons éoliens, ont contribué à l’atténuation généralisée du relief. Il en résulte des interfluves émoussés, des vallons colmatés et des versants convexo-concaves, feutrés de grèzes (Guillien, 1951).

10Les reliefs littoraux et reliefs « maritimes » : des pointes et des îles entrecoupées de marais et de pertuis. Les côtes de la Charente-Maritime sont d’abord des côtes basses, conformes aux plateaux qu’elles recoupent en falaises. Les plateaux d’Aunis et de Saintonge s’abaissent progressivement jusqu’à moins de 20 m vers l’ouest. Les côtes de la Charente-Maritime sont ensuite des côtes découpées, marquées par une alternance de pointes et de rentrants en proportions comparables. Les côtes à falaises calcaires sont précédées d’estrans rocheux où subsistent des récifs. Les marais maritimes, à remplissage essentiellement vaseux, occupent des dépressions d’origine structurale, traversées par des estuaires (marais Poitevin, marais de la Seudre). Les constructions sableuses forment des cordons littoraux en avant des marais maritimes (fiers d’Ars, marais de Rochefort), des flèches à pointe libre et à crochets (pertuis de Maumusson, pointe de la Coubre) et des plages adossées à des falaises (conches du pays Royannais). Les cordons et massifs dunaires, essentiellement issus du remaniement par le vent de sables marins, surmontent les estrans en position d’abri ou, au contraire, sur les « côtes sauvages », exposées vers l’ouest ou le sud-ouest (Ré, Oléron). Ils fournissent les points culminants des côtes charentaises (59 m en presqu’île d’Arvert). Les côtes de la Charente-Maritime enregistrent aussi les effets d’aménagements multiséculaires. L’exploitation des marais, entreprise dès le Moyen-Age, tient à l’étendue des zones humides littorales. Elle procède d’une volonté de gagner des terres sur les espaces les moins durablement submergés, ainsi que sur les espaces continentaux les plus fréquemment inondés. La construction de digues de front de mer et la formation de prises, comme, dans l’anse de l’Aiguillon et les marais riverains de la Gironde, ainsi que l’établissement de digues dormantes, en amont, se traduisent par la juxtaposition de marais mouillés (lits majeurs de cours d’eau) et de marais desséchés (protégés des inondations par des digues), comme dans le marais Poitevin ou les marais de Rochefort (Bouhier, 1957 ; Regrain, 1980 ; Verger, 2005).

L’individualisation des unités géomorphologiques élémentaires et la sélection déductive des géomorphosites

11 Chacun des deux composants majeurs du relief de la Charente-Maritime : reliefs continentaux de type « charentais » et reliefs littoraux en partie « maritimes », a été subdivisé en unités géomorphologiques élémentaires (quatre dans les deux cas), en fonction de critères géomorphologiques de même niveau et en fonction d’une même entrée. Cette entrée est d’ordre morphostructural dans le cas des reliefs continentaux, qui constituent, avant tout, une série cohérente de formes structurales dérivées. Elle peut se référer au tracé et aux types de côtes dans le cas des reliefs littoraux, qui se caractérisent ici par leur complémentarité. Chacune des huit unités géomorphologiques élémentaires ainsi distinguées est représentée par un ou plusieurs géomorphosites (12 au total), sélectionnés en fonction de trois séries de critères. La première concerne l’exemplarité et la représentativité des sites retenus à l’intérieur de chaque unité, sites dont la répartition tient également compte d’un équilibre géographique au sein de l’ensemble considéré. La deuxième série de critères concerne la valeur pédagogique des sites, leur complémentarité par rapport à des niveaux dimensionnels différents, aux dynamiques et aux séquences évolutives ; ainsi, la sélection du Marais poitevin, de l’ensemble estuaire de la Charente-Marais de Rochefort et de la rive nord de l’estuaire de la Gironde se justifie par la variété des « reliefs rentrants » à zones humides en Charente-Maritime. La troisième série de critères est, plus simplement, d’ordre pratique ; elle concerne les conditions d’accès et d’observation ; elle privilégie les points de vue surélevés et dégagés, naturels ou artificiels, à l’intérieur d’une même unité géomorphologique élémentaire (fig. 3 et fig. 4).

Fig. 3 – Unités géomorphologiques élémentaires et géomorphosites (Charente-Maritime).
Fig. 3 – Fundamental geomorphological units and geomorphosites (Charente-Maritime).

Fig. 3 – Unités géomorphologiques élémentaires et géomorphosites (Charente-Maritime).Fig. 3 – Fundamental geomorphological units and geomorphosites (Charente-Maritime).

Fig. 4 – Analyse multiscalaire du relief et sélection déductive des géomorphosites appliquées à la Charente-Maritime.
Fig. 4 – Multidimentional analysis of relief and deductive selection of geomorphosites as applied to Charente-Maritime.

Fig. 4 – Analyse multiscalaire du relief et sélection déductive des géomorphosites appliquées à la Charente-Maritime.Fig. 4 – Multidimentional analysis of relief and deductive selection of geomorphosites as applied to Charente-Maritime.

Les unités géomorphologiques élémentaires et les géomorphosites significatifs des reliefs continentaux

12L’agencement du relief de la Charente-Maritime résulte d’une structure globalement monoclinale, localement aclinale, ondulée ou faillée.

13Les reliefs en structure aclinale s’étendent pour l’essentiel sur le quart nord-ouest du département, de Saintes au marais Poitevin et de Saint-Savinien à l’océan. Ils fournissent de parfaits exemples de bas plateaux de calcaires durs, inférieurs à 50 m d’altitude en dehors de quelques buttes d’une centaine de mètres, près de Saint-Jean-d’Angely. Le plateau d’Aunis s’étend des marais Poitevin aux marais de Rochefort. Il est formé de calcaires du Jurassique supérieur sur toute son étendue, ce qui révèle l’absence de déformations. Peu raviné et peu boisé, il demeure remarquablement bas (moins de 40 m) et se termine par des falaises de 10-15 m de hauteur, précédées de grands platiers entre Esnande (au sud du marais Poitevin) et la pointe du Chay (au sud de La Rochelle). Le plateau de Saintonge s’étend de Rochefort aux environs de Saintes et correspond, pour sa part, à des calcaires du Crétacé supérieur. Sa partie sud est spécialement représentative des reliefs en structure aclinale, notamment depuis le panorama des Arènes, au sud-est de Saintes, d’où s’observent la surface de calcaires cénomaniens, turoniens et coniaciens, la vallée à méandres encaissés de la Charente, ses versants dissymétriques et ses nappes alluviales étagées (« géomorphosite 1 »).

14Les reliefs en structure monoclinale correspondent à deux séries de cuestas situées à l’est du département (collines de Matha et plateau de Saint-Césaire). Les collines monoclinales de Matha succèdent, vers l’est, au plateau de Saint-Jean d’Angely, entre la vallée de la Boutonne, la Marche boisée d’Aulnay et le Pays-Bas charentais. Elles proviennent d’une augmentation du pendage vers le sud-ouest et d’une multiplication des binômes roches dures-roches tendres parmi les strates du Jurassique supérieur. Elles se réduisent à une double série d’éperons monoclinaux qui ont évolué en relief de downs. Au nord, une première série de collines, précédée de buttes-témoins, culmine vers 120 m dans les calcaires du Kimméridgien supérieur (J8c) et domine une dépression de marnes (J8ab), qui s’étend au nord-est, en contrebas de la Marche boisée d’Aulnay (Bourgeuil et al., 1968 ; Hantzpergue, 1983). Une seconde série de collines, parallèle à l’autre, se trouve plus au sud, dans les calcaires du Portlandien inférieur (J9a2). Leur front s’élève du nord-ouest (85 m) vers le sud-est (185 m), où il devient continu. Leur revers passe, vers le sud-ouest, à des marnes (J9bc) qui déterminent par la suite le Pays-Bas charentais, partout inférieur à 30 m d’altitude et drainé vers le sud-ouest par des cours d’eau cataclinaux. La cuesta de calcaires crétacés de Saint-Césaire-Burie jalonne le contact discordant entre les terrains jurassiques et les terrains crétacés qui les surmontent vers le sud, du Pays-Bas charentais à la vallée de la Charente. Cette cuesta constitue le relief monoclinal le plus remarquable du Bassin aquitain. Son revers de calcaire crétacé, affecté d’un pendage vers le sud-ouest, culmine à 104 m au sud de Burie (Coniacien, C4). Son front, à regard nord-est, est précédé d’éperons, dont celui de Villars-les-Bois et de buttes-témoins ou d’avant-buttes (« géomorphosite 2 »). Il est sectionné par des percées cataclinales, dont celle de la Charente à Cognac et de son affluent, l’Antenne. La dépression orthoclinale (Pays-Bas charentais), évidée dans les argiles du Jurassique supérieur (Portlandien, J9), est plate, humide et basse. Elle constitue un cas exemplaire de plaine, dominée par le front de la cuesta crétacée au sud-ouest et les revers de calcaires jurassiques au nord-est.

15Les reliefs en structure ondulée correspondent à des boutonnières et à des gouttières synclinales de direction armoricaine, principalement situées en Saintonge. L’axe anticlinal de Jonzac (ou de Gémozac) s’étend ainsi de Montguyon au pertuis d’Oléron. Sa terminaison périclinale sud-est culmine à plus de 100 m, dans la région de Montlieu-la-Garde, où les terrains éocènes enserrent les calcaires crétacés. Sa terminaison périclinale nord-ouest se perd sur le plateau continental, au niveau du pertuis d’Antioche. Ainsi, cet axe anticlinal majeur fournit un exemple de boutonnière qui supporte la comparaison avec le pays de Bray, le Boulonnais ou le Weald par ses dimensions (120 km de longueur pour 20 km de largeur), sa structure (affleurements successifs de l’Eocène, du Crétacé et du Jurassique) et son drainage, composé de réseaux longitudinaux, parallèles aux ondulations, et de réseaux transversaux, responsables de percées, comme à Pons. L’ampleur de la forme impose le choix de deux géomorphosites complémentaires. Le premier, au nord-ouest, peut être situé à la tour de Broue (« géomorphosite 3 ») ; il fournit une vue sur les marais de Brouage, au fond desquels affleure le Jurassique, entre deux crêts bordiers de calcaires crétacés, de tracé nord ouest-sud est et de regards convergents, qui se poursuivent jusqu’à l’île Madame et Oléron. Le second, au sud-est, peut correspondre à la tour de guet de Montlieu-la-Garde (« géomorphosite 4 »), construite à 143 m d’altitude, à proximité du centre de dispersion des eaux de la Seugne vers la Charente, du Lary vers la Dordogne et de la Livenne vers la Gironde ; il fournit un panorama sur la terminaison périclinale de la boutonnière de Jonzac, composée de crêts externes de Campanien, qui dépassent 100 m, et de crêts internes de Coniacien, qui culminent vers 80 m. La terminaison disparaît au sud-est sous les formations sablo-caillouteuses éocènes qui déterminent un relief spécifique, composé de collines disséquées et boisées autour de Montguyon (Haute Saintonge, ou Double saintongeaise).

16Les reliefs en structure faillée se traduisent par des blocs dénivelés et par des escarpements de faille. Les failles concernées présentent également des tracés de direction armoricaine, ce qui signale qu’elles ont réutilisé des fractures hercyniennes en place dans le socle sous-jacent. Elles affectent les terrains du Jurassique à l’Eocène, ce qui indique qu’elles peuvent provenir de contraintes associées à l’ouverture du golfe de Gascogne ou à la formation des Pyrénées. Les principales de ces failles sont celles de Blanzay-sur-Boutonne (au nord d’Aulnay) et de Muron-Cognac (au sud-ouest de Saint-Jean-d’Angely), puis les axes d’Oléron et de Royan, bordant la rive nord de la Gironde. Leur rôle dans le relief charentais s’exprime d’une façon statique par des vallées de lignes de faille, de tracé géométrique, caractérisé par des sections coudées, des alignements de cours et de confluences appartenant à des bassins versants différents, notamment au nord-est du département. Il s’exprime d’une façon dynamique par des escarpements rectilignes, de regard sud-ouest et de plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Ces escarpements limitent des compartiments soulevés ou basculés, significatifs d’une tectonique de blocs, elle-même caractéristique de la marge nord du golfe de Gascogne. De tels blocs se retrouvent de part et d’autre du marais Poitevin, à travers l’île de Ré et l’île d’Oléron, ainsi que sous la mer des Pertuis. Le plus étendu et le plus élevé forme la Marche boisée d’Aulnay. Sa surface recoupe des calcaires jurassiques et supporte le point culminant du département (173 m), avant de s’incliner vers le nord-est. Ce grand bloc basculé est bordé par l’escarpement d’Aulnay, aligné sur la faille de Blanzay-sur-Boutonne et franchi par le cours épigénique de la Boutonne, à l’ouest d’Aulnay. L’ensemble apparaît depuis le site du Breuil, au sud de la plaine de Vilmorin (« géomorphosite 5 »).

17Un thème de réflexion plus général pourrait être proposé à un public observateur à l’issue de l’identification des unités géomorphologiques élémentaires et de la présentation des géomorphosites propres aux reliefs continentaux. Ce thème concerne le tracé des réseaux hydrographiques. En effet, quels que soient leurs types (plateaux, cuestas, boutonnières, blocs faillés), les reliefs de la Charente-Maritime s’inscrivent dans un même plan général, d’une centaine de mètres d’altitude, pour un territoire qui s’étend sur 130 km du nord au sud. Les réseaux hydrographiques s’écoulent suivant ce plan, en se dirigeant vers l’ouest, mais en recoupant des strates jurassiques, crétacées, puis éocènes affectées d’un pendage général vers le sud. Les cours d’eau empruntent parfois des contacts géologiques ou des déformations (cours inférieur de la Sèvre et de la Seudre, cours supérieur de l’Antenne et de la Seugne), alors qu’ils franchissent par ailleurs les fronts de cuesta (Antenne et Charente près de Cognac), les bords de boutonnières (percée de la Seugne à Pons), ou les escarpements de faille (cours supérieur de la Boutonne). Ces cours épigéniques sont révélateurs de séquences paléogéographiques dont l’explication trouverait sa place dans le cadre d’une opération de vulgarisation à l’aide de vecteurs pédagogiques appropriés. La situation pourrait être résumée à partir des étapes suivantes : sédimentation au Secondaire et au Tertiaire en périodes d’immersion et pendage des strates vers le sud, en fonction de la subsidence du Bassin aquitain ; aplanissement progressif des terrains secondaires et tertiaires en périodes d’émersion, sur le mode acyclique, et installation des réseaux hydrographiques sur les surfaces ainsi formées, en fonction de leur inclinaison vers le sud ou vers l’ouest ; déformations ultérieures en fonction de l’ouverture du golfe de Gascogne ou de la genèse des Pyrénées (pendage, ondulations, failles) ; érosion différentielle des affleurements et évidement des dépressions en roches tendres (Pays-Bas charentais, marais Poitevin, boutonnière de Brouage...) ; encaissement des cours d’eau, qui recoupent, de ce fait, les fronts de cuesta, les boutonnières et les escarpements de faille.

Les unités géomorphologiques élémentaires et les géomorphosites significatifs des reliefs littoraux et maritimes

18Le littoral charentais se caractérise par la succession de secteurs morphologiquement contrastés. Au nord, les côtes de la baie de l’Aiguillon, partout très basses, associent des flèches littorales orientées vers le sud (pointe d’Arçay), des vasières (anse de l’Aiguillon), un marais maritime (marais Poitevin) et un estuaire (celui de la Sèvre). Celles de l’Aunis présentent des falaises de calcaires jurassiques continues, au fond du pertuis Breton, et se prolongent par l’île de Ré, en avant de La Rochelle. Les côtes basses qui se poursuivent ensuite jusqu’à l’île Madame forment une succession de pointes et d’anciennes îles rocheuses (pointe du Chay, pointe de Châtelaillon, rochers d’Yves, pointe de Fouras, île d’Aix, île Madame), reliées par des cordons littoraux. Elles devancent les marais de Rochefort, qui marquent la transition entre les terrains jurassiques, au nord, et crétacés, au sud ; elles sont recoupées par l’estuaire de la Charente, entre Fouras et Port-des-Barques. Les côtes à caps et à baies de Saintonge, de l’île Madame à Ronce-les-Bains, sont formées dans les calcaires crétacés de la boutonnière de Jonzac (marais de Brouage) et de la dépression monoclinale de Marennes (estuaire de la Seudre). Elles se prolongent par l’île d’Oléron, qui s’apparente à l’île de Ré par sa morphologie et par ses types de côtes, mais qui s’en distingue par la juxtaposition de terrains jurassiques et crétacés. Une longue côte de construction, formée d’une succession de cordons et de flèches, s’étend ensuite de l’ouest de l’île d’Oléron à la pointe de la Coubre. Cette côte sableuse est interrompue par le pertuis de Maumusson, qui prolonge l’estuaire de la Seudre. Elle est associée à des massifs dunaires qui s’élèvent d’une trentaine à une soixantaine de mètres vers le sud. Les côtes charentaises deviennent ensuite estuariennes sur la rive droite de la Gironde. De tracé rectiligne, elles s’achèvent par des falaises vives bordées de conches, de Saint-Palais à Talmont, puis de falaises mortes précédées de marais, jusqu’à Vitrezay. Le littoral charentais est donc marqué par une alternance de secteurs saillants, à pointes rocheuses et de secteurs rentrants, à estuaires et à marais littoraux, auxquels s’ajoutent localement des cordons littoraux assortis de massifs dunaires et un espace maritime présenté sous le terme d’îles et de pertuis.

19Les reliefs saillants correspondent aux extrémités de revers monoclinaux, de blocs faillés, ou de boutonnières, recoupées par la mer. Le principal de ces saillants s’étend de la pointe de Saint-Clément à la pointe de Roux et comprend le site de La Rochelle. Il est limité par des falaises de calcaires jurassiques taillées sur le bord du plateau de l’Aunis. Il se poursuit par l’île de Ré. Il est encadré par le marais Poitevin et les marais de Rochefort. A l’autre extrémité du littoral charentais, la presqu’île d’Arvert recoupe, entre l’estuaire de la Seudre et celui de la Gironde, les plateaux du pays Royannais, dont le soubassement de calcaires crétacés disparaît sous le plus grand massif dunaire charentais. Au centre de l’ensemble, c’est-à-dire au fond du pertuis d’Antioche, les reliefs saillants se réduisent à trois pointes étroites, situées en avant des marais. A partir du nord, les pointes du Chay et de Châtelaillon, précédées de grands platiers, sont déterminées par des blocs monoclinaux et faillés de calcaires jurassiques. La pointe de la Fumée à Fouras (prolongée par l’île d’Aix) et celle de Port-des-Barques (prolongée par l’île Madame) encadrent ensuite l’embouchure de la Charente, en jalonnant des affleurements de calcaires crétacés situés de chaque côté du synclinal de Saintes. Plus au sud, la pointe du Chapus participe à l’encadrement de la boutonnière de Brouage et se prolonge par Oléron. Le point commun de tous ces saillants est de comprendre des côtes rocheuses, dont l’élément dynamique fondamental demeure les estrans qui s’emboîtent dans les plateaux en déterminant les falaises. Ces estrans sont extrêmement larges, parce que les strates calcaires qu’ils entaillent sont horizontales ou peu inclinées. Les falaises n’atteignent 30 m que dans l’estuaire de la Gironde (Saint-Georges-de-Didonne, Merschers-sur-Gironde). Elles sont soulignées par des cordons de galets calcaires provenant de l’usure de blocs rocheux éboulés (pointe du Grouin à Ré, pointe de Chassiron à Oléron), ou par des plages de sable redistribué par les courants littoraux. Les falaises de l’Aunis, principalement formées de calcaires jurassiques, sont ordinairement verticales et rectilignes. Celles de Saintonge, principalement constituées de calcaires crétacés, plus hétérogènes et plus déformés, présentent des tracés et des profils plus irréguliers. Celles qui se trouvent à l’entrée de la Gironde, aux environs de Royan, sont entrecoupées par les conches et présentent de multiples criques, récifs, arches et grottes. La pointe du Chay, près de La Rochelle, est représentative de ce type de côte et de son évolution. Ancienne île de calcaires jurassiques, reliée à une presqu’île (pointe des Chirats), elle domine un estran rocheux à dalles structurales, aclinales et disloquées par l’érosion littorale. Elle se signale par des falaises verticales, d’une douzaine de mètres de hauteur, à fissures béantes et à grands blocs éboulés, qui témoignent de son recul actuel (« géomorphosite 6 »).

20Les reliefs rentrants, marais maritimes et estuaires, représentent près de 20 % du territoire de la Charente-Maritime et près de 50 % de son linéaire côtier : marais Poitevin, marais de Rochefort, marais de Brouage et marais de la Seudre, respectivement traversés par les estuaires de la Sèvre, de la Charente, du Hâvre de Brouage et de la Seudre. Il s’y ajoute la rive droite de la Gironde et ses marais bordiers, caractéristiques d’un grand estuaire, de la pointe de la Coubre à Vitrezay, ainsi que les marais de Ré et d’Oléron. Ces marais constituent les reliefs les plus plats et les plus bas de la région, sans correspondre pour autant aux reliefs les plus simples. D’une façon générale, l’existence d’un marais impose en effet la réunion de quatre facteurs : une dépression due à la structure ou à l’érosion, de l’eau provenant d’un réseau hydrographique, un barrage structural ou sédimentaire sans lequel la dépression ne constituerait qu’une vallée, un remblaiement sédimentaire sans lequel le barrage ne retiendrait qu’un lac. Les marais maritimes résultent de circonstances particulières. Les dépressions qu’ils occupent sont nécessairement proches du niveau de la mer et restent soumises à ses fluctuations. L’eau est fournie par les embouchures des réseaux hydrographiques, mais provient aussi de la mer, à certains endroits et à certains moments. Les barrages naturels justifient la présence de marais internes, éventuellement envahis par la mer en aval, et de marais externes, à slikkes et à schorres. Les remblaiements peuvent être d’origine continentale ou marine. Les aménagements ont modifié les contours, l’hydrologie, la morphologie et finalement les paysages de ces marais. Il existe donc plusieurs types de marais littoraux charentais, souvent composites. Ces marais occupent des cuvettes initiales qui expliquent leur forme en coupe et en plan : dépressions de reliefs monoclinaux dans le marais Poitevin et dans le marais de la Seudre, axe de boutonnière dans les marais de Brouage, contact lithologique Crétacé-Jurassique et prolongement du synclinal de Saintes dans les marais de Rochefort. Ils résultent aussi du surcreusement de roches tendres par une érosion différentielle qui a tracé des lits fluviaux jusque sur le plateau continental : marnes calloviennes et oxfordiennes sous le marais Poitevin et le pertuis Breton, marnes kimméridgiennes sous le marais de Rochefort et le pertuis d’Antioche, argiles et sables cénomaniens au fond du marais de Brouage, calcaires crayeux et argileux du Turonien, du Coniacien et du Santonien sous les marais de la Seudre. Ces marais sont encombrés d’anciennes îles, représentant des éléments de cuestas, des horsts ou des blocs basculés. Le marais Poitevin est un ancien golfe traversé par la Sèvre niortaise. Les marais de Rochefort comprennent l’estuaire de la Charente, qui retrouve les terrains jurassiques que cette dernière a abandonnés près de Cognac. Les marais de Brouage sont un golfe drainé par le Hâvre de Brouage et les marais de la Seudre coïncident avec l’estuaire de la Seudre (Gabet, 1969). Les marais maritimes occupent également des milieux abrités, où sont piégés les sédiments marins, mais où aboutissent aussi les sédiments d’origine fluviale ou estuarienne. L’état des marais littoraux résulte donc d’un confrontation permanente entre des processus d’érosion marine associés à la transgression flandrienne, qui tendent à faire reculer le trait de côte en ennoyant les littoraux et la sédimentation continentale ou marine, qui tend à le faire avancer par des remblaiements. Ainsi, les dépressions occupées actuellement par les marais charentais ont été d’abord immergées et transformées en golfes au début de la transgression flandrienne, puis remblayées lorsque cette transgression s’est ralentie au cours des derniers millénaires, en privilégiant les dépôts par rapport à l’évacuation des sédiments. La forteresse de Brouage, associée à un ancien site portuaire, reconstruite au XVIIe siècle et distante actuellement de plus de 2 km de la côte, témoigne de tels atterrissements. Les falaises mortes de Mortagne, éloignées de 1,5 km des rives actuelles de la Gironde, sont pareillement significatives de l’envasement de l’estuaire. Les marais maritimes sont ainsi colmatés par des dépôts dont les plus répandus s’apparentent au bri, sédiment fin, argileux et siliceux, beige, ou gris, à lits de tourbe. Les marais maritimes sont aussi des milieux particulièrement artificialisés, les prises successives et les exploitations intensives, élevage, marais salants, ostréiculture, accentuant leur diversité. Cet état de faits impose le choix de plusieurs géomorphosites. Le premier concerne le marais Poitevin vu des paléofalaises de calcaire jurassique d’Esnande et de la pointe de Saint Clément, où s’observent la baie de l’Aiguillon et l’estuaire de la Sèvre niortaise, le marais desséché et ses buttes rocheuses (« géomorphosite 7 »).Le deuxième concerne les marais de Rochefort, vus de Fouras, d’où la vue s’étend sur les méandres de l’estuaire de la Charente, au contact entre les calcaires jurassiques et crétacés, ainsi que sur la baie d’Yves, l’île d’Aix et l’île Madame (« géomorphosite 8 »). Le troisième et dernier comprend deux points de vue complémentaires sur la rive nord de l’estuaire de la Gironde : la tour de guet de la pointe de Suzac, où débute traditionnellement l’estuaire de la Gironde (« géomorphosite 9 »), et la table d’orientation de Mortagne-sur-Gironde (« géomorphosite 9 bis »). La pointe de Suzac occupe le centre d’un secteur allant de Saint-Palais à Talmont-sur-Gironde et comportant des caps à falaises vives, séparés par des conches et des paléobaies, elles-mêmes occupées par des marais internes et barrées par des cordons littoraux. Le site de Mortagne occupe le centre d’un secteur allant de Talmont à Vitrezay et comprenant des paléofalaises, recoupées par des paléorias précédées de marais externes. L’ensemble fournit un exemple de côte d’ennoyage significative des grands estuaires.

21Les cordons littoraux, flèches et massifs dunaires qui leur sont associés barrent les marais maritimes vers la mer. Ces reliefs d’accumulation, soumis à des dynamiques propres, déterminées par les courants et par les vents, proviennent du remaniement de stocks de sédiments à partir du plateau continental au cours de la transgression flandrienne ou redistribués le long des côtes par les courants littoraux actuels. Accrochés à des pointes rocheuses à chacune de leurs extrémités, les cordons littoraux sont des constructions parallèles à la côte, formées de sable (La Palmyre) ou de galets (pointe du Grouin). Certains sont adossés à des côtes rocheuses et forment de simples plages à la base de falaises (Marsilly). D’autres sont ancrés sur des pointes ou sur des îles et barrent des baies ou des marais (comme à l’avant des marais de Rochefort et de Brouage et, en partie, du marais Poitevin et du marais de la Seudre). Constructions sableuses, accrochées à un secteur rocheux à l’une de leurs extrémités, mais libres à l’autre, où elles peuvent se terminer par des crochets (pointes de Gatseau et de Boyardville, à Oléron, et surtout pointe de la Coubre), les flèches progressent vers le sud, sous l’effet du courant côtier en provenance du nord sur les côtes aquitaines. Toutes ces constructions s’inscrivent dans une série de cordons d’ampleur croissante depuis le sud de la Bretagne, où elles sont minoritaires et courtes, jusqu’aux Landes de Gascogne, où elles deviennent continues. Ces cordons s’accompagnent de massifs de dunes vives, issues du remaniement des sables d’estran par les vents dominants d’ouest, et surtout de dunes mortes, provenant de sables emportés par le vent à la surface du plateau continental pendant la dernière régression marine, puis poussés à l’avant du trait de côte lors de la transgression flandrienne. Leur largeur augmente également vers le sud : simples cordons dunaires formés à partir des hauts de plages (la Couarde sur la côte sauvage de l’île de Ré), puis massifs de plusieurs kilomètres de largeur (Saint-Trojan au Sud d’Oléron) et presqu’île d’Arvert, séparés par le pertuis de Maumusson, qui préfigurent les grands ensembles dunaires de Gironde et des Landes. Leurs altitudes croissent dans la même direction : 8 m à la pointe d’Arçay en Vendée, 19 m à l’île de Ré, 35 m à Oléron, 59 m en presqu’île d’Arvert, avant les 103 m du Pyla en Gironde. Leurs formes sont variées : barkhanes (La Tremblade), dunes paraboliques (Les Saumonards à Oléron), fronts dunaires à crêtes et caoudeyres. La presqu’île d’Arvert et la pointe de la Coubre, vues des environs du phare de la Coubre (« géomorphosite 10 »), fournissent les meilleurs exemples de telles constructions. Les massifs dunaires comptent à cet endroit parmi les points culminants du département. La flèche à crochets de la Coubre, dirigée vers le Sud protège l’anse de la Palmyre (Bonne Anse) et marque l’entrée de la Gironde.

22Les îles et les pertuis appartiennent à un espace spécifiquement maritime qui s’inscrit entre les côtes de Vendée au nord du pertuis Breton (calcaires jurassiques) et l’îlot de Cordouan à l’entrée de la Gironde (calcaires éocènes). Cet espace se compose de deux îles principales (Ré et Oléron), d’îles plus réduites (île d’Aix et île Madame) et d’îlots, ou îles d’estran, en partie fortifiés (fort Boyard, fort d’Enet, fort du Chapus), en avant des secteurs saillants (Barusseau et Martin, 1971). Il comprend aussi deux golfes (pertuis breton au nord et pertuis d’Antioche au sud), au large des secteurs rentrants. L’ensemble forme un dispositif oblique, de direction armoricaine. Les îles se composent de calcaires datant du Jurassique supérieur (Kimméridgien) à Ré, du Jurassique supérieur (Portlandien) et du Crétacé supérieur (Turonien et Cénomanien) à Oléron. Elles se différencient ainsi de toutes les autres îles du Ponant, composées de roches de socle. Elles forment des îles basses, à estrans rocheux périphériques, qui s’opposent également aux îles hautes, cernées de falaises, comme Ouessant, Groix, Belle-Ile, Houat, ou Yeu. Les îles présentent une synthèse des types de côtes élaborés par ailleurs, sur la terre ferme. Elles résultent de l’assemblage de quatre reliefs inégalement représentés selon les îles et témoignent de l’enchaînement d’autant de dynamiques complémentaires (Tardy, 1980). Les plates-formes rocheuses, qui constituent les armatures, correspondent à des restes d’interfluves isolés en avant des côtes, à quelques mètres seulement au-dessus du niveau de la mer (13 m à Ré, 12 m à Oléron). Elles constituent des surfaces de calcaire insubmersibles prolongées par des estrans, des brisants et le fond des pertuis. Elles recoupent des strates de calcaires d’âge décroissant vers le sud, comme sur le continent et enregistrent en même temps les effets d’une abrasion marine accomplie aux dépens des calcaires en fonction des fluctuations eustatiques. Les cordons littoraux proviennent des produits de cette abrasion, de la dénudation des fonds rocheux situés sur les côtes sauvages, ainsi que de matériaux remontés sur le précontinent au cours des transgressions. Ce sont des dépôts d’origine marine, formés de sables et de galets, là où les calcaires sont capables d’en fournir (Loix, Saint-Martin-de-Ré, la Flotte). Ces dépôts se sont disposés le long des côtes actuelles sous l’effet de transferts sédimentaires latéraux animés par les courants. Ils relient les anciennes îles et îlots (tombolos, flèches), ou en soulignent les contours (plages adossées à des falaises). Les dunes, édifiées sur les côtes les plus exposées aux vents dominants proviennent du remaniement de ces sédiments littoraux. Elles occupent donc les côtes sauvages de Ré et d’Oléron, mais constituent des massifs sur toute la largeur de ces deux îles à leur extrémité méridionale, en raison des transferts de sable par les courants littoraux vers le sud-est. Elles représentent des volumes de sable considérables par leur superficie et par leur hauteur. Les marais occupent les espaces compris entre les plates-formes insubmersibles et les cordons littoraux. Ils correspondent à d’anciennes vallées et à des golfes submergés, colmatés par des vases au cours de la transgression flandrienne. Certains demeurent soumis aux marées (fiers d’Ars, passe de Loix, à Ré). D’autres ont été aménagés en salines, puis en exploitations ostréicoles (Oléron). Les pertuis et les reliefs sous-marins calcaires sont une des particularités géomorphologiques de la Charente-Maritime. L’isobathe -20 m passe très au large de la pointe des Baleines à Ré et de celle de Chassiron à Oléron. Le relief sous-marin du pertuis Breton, du pertuis d’Antioche et de l’entrée de la Gironde est donc peu contrasté, en dehors des fosses, de direction et de dimensions comparables (15-20 km de long pour 2-4 km de large), situées dans le pertuis Breton (fosse de Chevarache : -58 m) et dans le pertuis d’Antioche (fosse d’Antioche : -41 m). Ces fosses, alignées sur des failles, ont été surcreusées par les fleuves côtiers (Sèvre niortaise, Charente) en périodes de régressions (Weber, 2004). Par ailleurs, les sédiments ont formé des bancs de sable à l’entrée des pertuis ou à l’abri des grandes îles et des vasières aux abords des marais maritimes (anse de l’Aiguillon, anse de Fouras). Plus au sud, l’évacuation des alluvions entretient un vaste delta sous-marin à l’embouchure de la Gironde. Les îles doivent leurs principaux reliefs aux actions de la mer : vastes estrans rocheux façonnés par l’abrasion marine, plages, flèches et cordons construits par les sables marins, dunes édifiées par les sables éoliens, marais constitués de vases et de bri, l’ensemble étant de construction récente (Flandrien). Le phare des Baleines et celui de Chassiron, respectivement situés aux extrémités de l’île de Ré (« géomorphosite 11 ») et de l’île d’Oléron (« géomorphosite 12 ») fournissent des points de vue sur l’ensemble de ces reliefs. A une autre échelle, les dalles structurales, aclinales, monoclinales, plissées ou faillées, attaquées par la mer et observables sur les estrans calcaires, comme à la Morelière, à Oléron, reproduisent en miniature les différents types de reliefs structuraux charentais distingués sur le continent.

23Un second thème de réflexion général, concernant cette fois les manifestations de la mobilité du trait de côte actuel, pourrait être présenté en marge des géomorphosites relatifs aux reliefs littoraux. Les faibles contrastes qui caractérisent les reliefs continentaux et sous-marins de la Charente-Maritime justifient l’interpénétration des terres et des mers dans l’espace. Ils favorisent également le déplacement du trait de côte dans le temps. Le littoral, qui a acquis ses principales propriétés actuelles au cours de la transgression flandrienne, continue d’enregistrer des variations du niveau de la mer, des comblements d’origine marine ou continentale et des transferts latéraux de sédiments le long des côtes. Des formes d’érosion témoignent du recul des côtes les plus exposées sous l’effet des fluctuations eustatiques actuelles. Les éboulements de falaises (pointe du Chay, pointe de Suzac) comptent parmi les marques les plus évidentes de l’érosion des littoraux rocheux associée aux déplacements du trait de côte. Le recoupement de la base des dunes par des microfalaises taillées dans les sables est de même signification (la Giraudière à Oléron). La ruine d’ouvrages édifiés près de la côte fournit des marqueurs historiques de l’érosion des sites exposés (fortifications successives à Châtelaillon). Des formes d’accumulation témoignent simultanément de l’avancée des côtes les mieux abritées sous l’effet des colmatages. Les plus récentes concernent la progression locale des marais, comme en baie de l’Aiguillon ou en rive droite de la Gironde. D’autres concernent l’envasement de sites portuaires, dont Brouage constitue le cas emblématique. Des formes de transferts latéraux témoignent par ailleurs de la migration continuelle de sédiments le long du trait de côte sous l’effet des courants littoraux. Les plus remarquables demeurent la croissance des flèches à leur extrémité méridionale (Arçay, Gatseau, la Coubre). La Charente-Maritime continue de fournir un remarquable exemple de côte contraposée, en dépit d’une dynamique actuelle qui tend à réduire saillants et rentrants. Le relief de la Charente-Maritime tire ainsi l’une des ses principales originalités des relations qui s’établissent à son endroit entre le continent et l’océan. Il s’agit d’un relief amphibie, constamment semblable à lui-même, malgré les variations épisodiques du niveau des mers et les déplacements corrélatifs du trait de côte vers l’intérieur ou vers le large, c’est-à-dire d’un relief perpétuellement formé de bas plateaux, de pointes à falaises et à platiers, de marais ponctués d’anciennes îles, l’ensemble étant précédé d’îles et de golfes peu profonds. Une transgression de quelques mètres, comme il s’en est produit en périodes interglaciaires, transformerait à nouveau les vallées en rias, les marais en baies, les buttes isolées dans ces marais en archipels, les coteaux intérieurs en falaises ; le fond de la vallée de la Charente, qui n’est déjà plus qu’à 3 m d’altitude à Saintes, alors qu’il se trouve à une cinquantaine de kilomètres du trait de côte actuel, se transformerait en ria ou en estuaire, sur le modèle du site actuel de Rochefort. En revanche, une régression de 10-20 m assècherait les pertuis, comme cela s’est produit en périodes froides, transformerait les îles en pointes, les hauts-fonds en îles ; le plateau sous-marin de Rochebonne, qui ne se trouve qu’à 3 ou 4 m de profondeur et à une cinquantaine de kilomètres au large des côtes actuelles, se transformerait en île comme celle d’Oléron, ou en saillant comme celui de La Rochelle.

Conclusion

24La méthode déductive appliquée ici à la Charente-Maritime a successivement permis de définir les caractères géomorphologiques généraux de l’espace concerné, d’y reconnaître deux composants géomorphologiques majeurs, puis d’y distinguer huit unités géomorphologiques élémentaires, afin de justifier, finalement, la sélection d’une douzaine de géomorphosites représentatifs des reliefs locaux. Elle peut être appliquée à tous les terrains présentant une identité d’ordre naturel (massif montagneux, île, marais, vallée), sinon administratif (circonscription, parc naturel). Elle est fondée sur une analyse géomorphologique intégrée, c’est-à-dire sur une étude du relief à des niveaux d’échelle complémentaires. Elle implique une cartographie géomorphologique systématique, qui se présente en l’occurrence comme un moyen d’analyse préliminaire du relief, comme un outil objectif de sélection des géomorphosites et comme un instrument de vulgarisation. Par ailleurs, cette méthode peut contribuer aux études de faisabilité menées en amont des opérations de vulgarisation. Elle peut concourir à la transmission d’un savoir universitaire, puisqu’elle s’appuie sur une méthode d’analyse fondamentalement géomorphologique. Elle peut également contribuer au choix des pédagogies adaptées aux types de publics concernés et ainsi constituer un moyen préparatoire à la vulgarisation de la géomorphologie. Par conséquent, elle peut fournir un moyen de valorisation du patrimoine géomorphologique.

Haut de page

Bibliographie

Barusseau J.-P., Martin G. (1971) – Esquisse géologique et structurale des pertuis charentais et de leurs abords (golfe de Gascogne). Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 2-13, 403-412.

Bouhier A. (1957) – Aspects morphologiques de la partie occidentale du Marais Poitevin. Norois, 4-14, 175-207.

Bourgueil B. (2005) – Evolution de la transgression flandrienne et du littoral charentais depuis 8500 BP. Géologie de la France, 1, 75-84.

Bourgueil B., Moreau P., Vouvé J. (1968)Saintes, carte géologique détaillée de la France et notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 19 p. + carte.

Bressolier B. (2005) – Géomorphologie de la pointe de la Coubre en 1973. Photo-Interprétation, 13-3, 32-34.

Enjalbert H. (1960)Le modelé et les sols des Pays aquitains. Thèse d’Etat, Imprimerie Bière, Bordeaux, 618 p.

Gabet C. (1969) – Le marais de Brouage. Bulletin de la Société de Géographie de Rochefort, 2-1, 29-35, 47-63, 81-97.

Gabilly J. (1978)Poitou-Vendée-Charentes. Guides géologiques régionaux, Masson, Paris, 200 p.

Gauthier M. (1962) – Les marais du littoral Atlantique, de la baie des Trépassés à l’estuaire de la Seudre : types morphologiques. Penn Ar Bed, 3, 249-256.

Grandgirard V. (1999) – L’évaluation des géotopes. Geologia Insubrica, 4, 59-66.

Guillien Y. (1951) – Les grèzes litées de Charente. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, XXII, 154-162.

Hantzpergue P. (1983) –Aulnay,carte géologique détaillée de la France et notice explicative. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans, 19 p. + carte.

Panizza M. (2001) – Geomorphosites : concepts, methods and example of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin 46, 2-6.

Panizza M. (2003) – Géomorphologie et tourisme dans un paysage culturel intégré. In Reynard E., Holzmann C., Guex D., Summermatter N. (Eds.) : Géomorphologie et tourisme. Institut de géographie, université de Lausanne, Travaux et recherches, 24, 11-18.

Papy L. (1941)La côte atlantique de la Loire à la Gironde, l’homme et la mer, étude de géographie humaine. Delmas, Bordeaux, 528 p.

Pereira P., Pereira D., Caetano M. I. (2007) – Geomorphosite assessment in Monteshino Natural Park (Portugal). Geographica Helvetica 62-3, 159-168.

Pralong J.-P. (2005) – A method for assessing tourist potential and use of geomorphological sites. Géomorphologie, relief, processus, environnement 3, 189-197.

Regrain R. (1980)Géographie physique et télédétection des marais charentais. Paillard, Abbeville, 512 p.

Reynard E. (2005) – Géomorphosites et paysages. Géomorphologie, relief, processus, environnement 3, 181-188.

Reynard E., Panizza M. (2005) – Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie, une introduction. Géomorphologie, relief, processus, environnement 3, 177-180.

Reynard E., Fontana G., Kozlik L., Scapozza C. (2007) – A method for assessing « scientific » and « additional values » of geomorphosites. Geographica Helvetica 62-3, 148-158.

Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) (2009)Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 240 p.

Sellier D. (2009) – La vulgarisation du patrimoine géomorphologique : objets, moyens et perspectives. Géographies, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 86-1, 67-81.

Steinberg M. (1967)Contribution à l’étude des formations continentales du Poitou (sidérolithiques des auteurs). Thèse d’Etat, Sciences, Orsay, 415 p.

Tardy P. (1980) – Notes et documents sur la formation de l’île de Ré. Revue de la Saintonge et de l’Aunis, VI, 6-36 et 7-43.

Vanney J.-R. (1976)Géomorphologie des plates-formes continentales. Doin, Paris, 300 p.

Vanney J.-R. (1977)Géomorphologie de la marge continentale sud-armoricaine. Sedes, Paris, 473 p.

Verger F. (2005)Marais et estuaires du littoral français. Belin, Paris, 335 p.

Weber N. (2004)Morphologie, architecture des dépôts, évolution séculaire et millénaire du littoral charentais. Thèse, université de La Rochelle, géologie marine, 357 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

The aim of popularising geomorphology is to make information about relief accessible to a wider public through appropriate means. It follows from an initiative and, in principle, responds to a demand, and is the result of three fundamental stages : (i) the prior analysis of the relief, (ii) the search for an educational method adapted to the public visiting the site, and (iii) carrying out specific popularising activities or projects. In order to popularise geomorphology, through direct contact with the terrain, the sites, which constitute the places of observation, explanation and transmission of knowledge must first be selected. The sites will often coincide with viewing points on a circuit within a given area. The choice of sites involves three non-exclusive processes. The first, the selection process, is based on the concept of geomorphosites, which involves complex methods of evaluation. The second is a general or broad-based approach, which implies that all sites deserve to be mentioned. The third could be described as an integrated approach being based on the prior multi-level analysis of the relief leading to a selection of geomorphosites. Guided by deductive reasoning its place lies mostly in the stages prior to the evaluation of geomorphosites.
This process lies at the heart of the present article. It includes four stages and implies the drafting of a geomorphological map which is an indispensable tool for analysis. In the first stage the geomorphological features of the area to be visited will be defined. The area, whose boundaries should be justified, will comprise fundamental characteristics. In the second stage, the key geomorphological components will be identified with the aim of recognising several sub-sets having similar dimensions but different characteristics on the basis of topographic (relief), structural (lithology), hydrographic (catchment areas) or palaeographic (heritage) features. The third stage is the result of the subdivision of each main geomorphological component into elementary units of analogous dimensions and equivalent geomorphological significance on the basis of their morpho-structural representativeness, their morphological, palaeographic or dynamic relations and the extent of their evolution. Finally, each basic geomorphological unit will be represented by one or more geomorphosites whose selection will be justified on the basis of its relation to taxa of the same or a higher rank. The final choice of geomorphosites is based on geomorphological criteria : their exemplary nature, didactic interest, rarity, integrity, representativeness, as well as tourist-oriented criteria such as ease of access and perception.
The method leads to a deductive selection of geomorphosites that are representative of each of the fundamental geomorphologic units. It could, for example, be applied in the Charente-Maritime on the northern shores of the Bay of Biscay between the mouth of the Sèvre Niortaise and the Gironde. The region presents three general geomorphological characteristics. In the first place it is part of an area of low limestone plateaux, mostly less than 100 m. It lies at the contact between a sedimentary basin and a basement which means it comprises the four structures typical of sedimentary basins (aclinal, monoclinal, undulated and faulted), while the overall organisation of the relief follows the Armorican Northwest-Southeast direction. The region is marked by the interpenetration of land and sea. The Charente-Maritime region comprises two major geomorphological components : “charentais” continental relief (vast structural areas traversed by sunken valleys) and coastal or “maritime” relief (points with relatively low calcareous cliffs and islands interspersed with wetlands and sounds). These two major components can be subdivided into basic geomorphological units (four in each case) in accordance with criteria at the same level and a single entry. In the case of continental relief, which constitutes a coherent series of derived structural forms, the item will be morpho-structural. In the case of coastal relief features, which here are complementary, it refers to the coastline and the types of coast. Each of the eight basic geomorphological units is represented by one or more geomorphosites (five for continental relief and seven in the case of coastal relief) selected in accordance with three series of criteria. The first refers to the exemplary and representative nature of the sites within each unit. The second concerns the educational value and the complementary character of the sites. The third concerns the conditions of access to and observation of these sites.
In educational terms Charente-Maritime is of geomorphological interest because it comprises each of the structural relief types to be found in sedimentary basins : table-top plateaux, cuestas, wealds and fault blocks. Aclinal structure relief is represented by the Plateau de Saintonge, near Saintes (geomorphosite 1). The Cretaceous limestone plateaux, the valley of the Charente with its incised meanders, the asymetrical valley slopes and alluvial terraces can all be observed from this plateau. The Cretaceous limestone cuesta of Saint-Césaire along the discordant contact between Jurassic and the Cretaceous terrains constitutes the most remarkable monoclinal relief in the Northern Aquitaine Basin (geomorphosite 2). The Jonzac weald, observed from the Broue wetlands in the Northwest (geomorphosite 3) or Montlieu-la Garde, to the Southeast (geomorphosite 4), is comparable to that of the pays de Bray, or Boulonnais in terms of its size and structure. Here, the blocks of varying altitude and the fault-scarps are the result of block tectonics typical of the northern continental margin of the Bay of Biscay. The most extensive and the highest (173 m) are found along the wooded Marche d’Aulnay on the eastern boundry of Charente Maritime (geomorphosite 5).
Charente-Maritime has a jagged coastline alternating between promontories with rocky points, extended by islands, and inlets with estuaries and coastal wetlands, sand spits and dune formations behind a set of islands and narrows. The pointe du Chay, South of La Rochelle, representative of projecting sectors with rocky headlands (geomorphosite 6), is noticeable for its vertical Jurassic limestone cliffs, about a dozen metres in altitude, with slumped blocks bearing witness to erosion. The inlet reliefs, coastal marshes and estuaries, represent 20 % of the surface area of Charente-Maritime and about 50 % of its coastline, thus justifying the choice of several geomorphosites. The first of these (geomorphosite 7) is the marais Poitevin as seen from the Jurassic limestone paleocliffs of the pointe de Saint-Clément. The second (geomorphosite 8) is the marais de Rochefort seen from near Fouras. The third includes two complementary views of the northern bank of the estuary of the Gironde : the pointe de Suzac, where the Gironde estuary begins (geomorphosite 9) and the relict cliffs of Mortagne-sur-Gironde (geomorphosite 9 bis). The associated sand-bars, spits and dune ridges create a barrier on the seaward side ; they widen and increase in altitude to the south. The Avert peninsula and the Pointe de la Coubre, seen from the area near the lighthouse (geomorphosite 10), provide the best examples of this type of relief. The dune ridges here are among the highest points (59 m) in the department (i.e., a French territorial division). The southerly hooked spit of La Coubre protects the Anse de la Palmyre at the entrance to the Gironde. The islands and narrows are part of a maritime area stretching between the Vendée and the Gironde. The area comprises two main islands (Ré and Oléron) and several small islands as well as two gulfs (pertuis Breton and pertuis d’Antioche). The islands provide a synthesis of the types of coasts to be found on the mainland. The lighthouses of Baleines (Ile de Ré ; geomorphosite 11) and Chassiron, situated on the Ile d’Oleron (geomorphosite 12) provide good points from which to observe the relief.
In Charente-Maritime the amphibious relief remains true to itself despite the shifts in coastline inland or out to sea, that is to say a relief perpetually formed of low plateaux, cliffs, wetlands, islands and shallow bays. A rise in sea level of a few meters would once again transform the valleys into rias, the wetlands into bays, the isolated hillocks in the wetlands into archipelagos and the inland hillsides into cliffs. A regression of 10-20 m would dry out the narrows ; islands would become capes and shallows would become islands. The method applied here has made it possible to recognise the general geomorphological features of Charente-Maritime, to distinguish two main geomorphological components, eight basic geomorphological units and finally to select a dozen geomorphosites that are representative of the local relief. It can be applied to all areas. It is based on an integrated geomorphological analysis, that is to say a study of the relief at various complementary levels. The method provides a means for selecting geomorphosites through a deductive process. It can also contribute to feasibility studies, preparing programmes designed to popularise geomorphology and help in choosing the best educational strategies adapted to the target public. Based as it is on what is essentially a geomorphological analysis, the method has a role to play in utilising university level knowledge. Finally, it contributes to popularising geomorphology, thus giving the geomorphological heritage its due value.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les étapes de la vulgarisation de la géomorphologie.Fig. 1 – Stages in the popularisation of geomorphology.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2 – Carte géomorphologique de l’Aunis et de la Saintonge (Charente-Maritime).Fig. 2 – Geomorphological map of Aunis and Saintonge (Charente-Maritime).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Reliefs continentaux. 1 : plateaux de calcaire jurassique (Aunis) ; 2 : éperons monoclinaux de calcaire jurassique (collines de Matha) ; 3 : buttes-témoins de calcaire jurassique ; 4 : plaine en terrains jurassiques (Pays-Bas charentais) ; 5 : plateaux de calcaire crétacé (Saintonge) ; 6 : fronts de cuesta ou rebords de boutonnière en terrains crétacés (cuesta de Saint-Cézaire, boutonnière de Jonzac) ; 7 : buttes-témoins en calcaire crétacé ; 8 : plaines en calcaire crétacé (boutonnière de Jonzac) ; 9 : volets synclinaux (collines de la Champagne charentaise) ; 10 : escarpements de faille (Aulnay) ; 11 : interfluves dans la couverture de terrains tertiaires de la Double saintongeaise ; 12 : cours d'eau ; 13 : vallées encaissées (Arnoult, Seugne, Boutonne et affluents) ; 14 : percées cataclinales (C) et anaclinales (A) : Charente, Arnoult, Seugne, Boutonne ; 15 : marais et nappes alluviales ; 16 : îles intégrées aux marais maritimes. Reliefs littoraux et maritimes - 17 : trait de côte ; 18 : principaux estrans ; 19 : côtes rocheuses ; 20 : falaises vives ; 21 : falaises mortes ; 22 : plages et cordons littoraux sableux ; 23 : cordons de galets ; 24 : flèches ; 25 : dunes ; 26 : estuaires ; 27 : rias ; 28 : front du delta sous-marin de la Gironde. Données structurales. 29 : contact discordant Crétacé/Jurassique ; 30 : structure aclinale (absence de pendage) ; 31 : structure monoclinale (pendage) ; 32 : charnière anticlinale ; 33 : charnière synclinale ; 34 : Eocène ; 35 : Crétacé ; 36 : Jurassique.Continental landforms. 1 : Jurassic limestone plateaux (Aunis) ; 2. monoclinal spurs in Jurassic limestone (collines de Matha) ; 3 : outliers in Jurassic limestone ; 4 : plain in Jurassic terrain (Pays-Bas charentais) ; 5 : Cretaceous limestone plateaux (Saintonge) ; 6 : cuesta escarpment or weald ridges in Cretaceous terrain (cuesta de Saint-Cézaire, boutonnière de Jonzac) ; 7 : Outliers in Cretaceous limestone ; 8 : plain in Cretaceous terrain (boutonnière de Jonzac) ; 9 : synclinal hills (collines de la Champagne charentaise) ; 10 : fault scarp (Aulnay) ; 11 : interfluves in Tertiary terrains (Double saintongeaise) ; 12 : rivers ; 13 : incised valleys (Arnoult, Seugne, Boutonne) ; 14 : cataclinal gaps (C) and anaclinal gaps (A) : Charente, Arnoult, Seugne, Boutonne ; 15 : marshes and alluvial terraces ; 16 : islands in coastal wetlands. Coastal and submarine landforms ; 17 : coastline ; 18 : main strands ; 19 : rock coasts ; 20 : cliffs ; 21 : abandoned cliff lines ; 22 : beaches and sandy bars ; 23 : pebble bars ; 24 : spits ; 25 : dunes ; 26 : estuaries ; 27 : rias ; 28 : Gironde submarine delta. Structural features. 29 : Cretaceous-Jurassic unconformity ; 30 : horizontal terrains (no dip) ; 31 : monoclinal terrains ; 32 : anticline ; 33 : syncline ; 34 : Eocene ; 35 : Cretaceous ; 36 : Jurassic.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7931/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 3 – Unités géomorphologiques élémentaires et géomorphosites (Charente-Maritime).Fig. 3 – Fundamental geomorphological units and geomorphosites (Charente-Maritime).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7931/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 4 – Analyse multiscalaire du relief et sélection déductive des géomorphosites appliquées à la Charente-Maritime.Fig. 4 – Multidimentional analysis of relief and deductive selection of geomorphosites as applied to Charente-Maritime.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7931/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Sellier, « L’analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application à la Charente-Maritime (France) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 2 | 2010, 199-214.

Référence électronique

Dominique Sellier, « L’analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application à la Charente-Maritime (France) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 2 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7931 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.7931

Haut de page

Auteur

Dominique Sellier

Institut de Géographie et d’Aménagement régional de l’université de Nantes - Laboratoire Géolittomer UMR 6554 CNRS (dominique.sellier@univ-nantes.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org