Navigation – Plan du site

L’inventaire des géomorphosites en France et le problème de la complexité scalaire

The inventory of French geomorphosites and the problem of nested scales and landscape complexity
Christian Giusti et Marc Calvet
p. 223-244

Résumés

Posée depuis une vingtaine d’années, la question du patrimoine géomorphologique a abouti à la reconnaissance internationale du concept de géomorphosite. Dans la première partie sont discutées les notions de patrimoine naturel, de patrimoine géologique, de géosite et de géotope telles que les présente le Vade-mecum pour l’Inventaire national du patrimoine géologique (INPG). La discussion aborde également les motivations de l’INPG en terme d’objectifs et en matière de conservation, ainsi que le problème de savoir si tous les acteurs partagent la même échelle de valeurs. Les dimensions spatiales d’un géomorphosite ont fait l’objet de mises au point récentes. Il peut toutefois être fécond de croiser la problématique des échelles spatiales avec le paradigme du paysage développé dans la théorie du géosystème. Au plan des échelles temporelles, tout géomorphosite devrait autant que possible distinguer le temps profond de la géologie, le temps long du Quaternaire, le passé lointain de la Préhistoire et des environnements postglaciaires, le passé plus proche de l’Histoire et des environnements sub-actuels, le temps présent des géotopes actifs et de l’interaction des dynamiques actuelles, internes ou externes, y compris anthropiques. En terme d’échelles de valeurs, la valeur globale d’un géomorphosite est définie par la somme de ses valeurs scientifiques et additionnelles, qui pourraient être subdivisées en valeurs culturelles et valeurs sociétales. Une meilleure prise en compte de leurs spécificités devrait permettre d’inscrire de nombreux géomorphosites à l’INPG.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 9 novembre 2009, accepté le 17 février 2010

Texte intégral

Nous tenons à remercier les collègues qui, par leurs remarques et leurs suggestions, ont bien voulu partager avec nous leur grande expérience et ont permis d’améliorer la version première de cet essai, tout particulièrement E. Reynard et un lecteur ayant souhaité conserver l’anonymat. Merci à M. Panizza pour ses encouragements. Merci à P. Jégouzo qui nous a conduit jusqu’au site de la Marette et nous a fait connaître la géologie de la Bretagne. Et un grand merci, à Y. Gunnell pour la mise au point des textes en anglais, ainsi qu’à F. Bonnaud pour la réalisation de l’illustration cartographique.

Introduction

1Dans l’étude des reliefs de la Terre, la géomorphologie appliquée et le questionnement sur les processus de l’érosion ont précédé de plusieurs siècles le questionnement sur le développement des formes du relief dans le paysage, l’émergence des concepts clés de la discipline et les premiers modèles (Giusti, 2006). C’est aussi au XIXe siècle que sont apparues en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande, les premières préoccupations en matière de conservation et de valorisation du patrimoine naturel (Depraz, 2008 ; Héritier et Laslaz, 2008 ; Gunnell, 2009), par exemple en Suisse dès 1838 avec la protection des blocs erratiques glaciaires (Aubert, 1989) comme la célèbre « Pierre-à-Bot » (Reynard, 2009a), ou encore en France avec la décision prise en 1853 de retirer 624 ha de l’aménagement forestier en forêt de Fontainebleau (Tendron, 1983), prélude à la création de la « série artistique » par décret impérial le 13 avril 1861 (Georgel, 2007). Depuis une vingtaine d’années, le « paysage géomorphologique », i.e. le relief vu ou perçu voire exploité par l’Homme (Reynard, 2004a, 2005a), est l’objet d’un courant de recherches pluridisciplinaires en plein essor qui, fusionnant ou hybridant les études sur le relief et les politiques de médiation du patrimoine (Jonin, 2006 ; Dercourt et Vaslet, 2008), relève d’une application nouvelle de la géomorphologie : la vulgarisation dite « rationaliste », ou vulgarisation « galiléenne » (Gould, 1991).

2Le concept de géomorphosite (Panizza, 2001), contraction de geomorphological site, regroupe sous un seul vocable aujourd’hui internationalement reconnu (Reynard et al., 2009) les nuances d’une terminologie foisonnante : « biens géomorphologiques », « sites géomorphologiques », « géotopes géomorphologiques », « sites d’intérêt géomorphologique » (Reynard, 2005a). Il désigne « des formes du relief ayant acquis une valeur scientifique, culturelle et historique, esthétique et/ou socio-économique, en raison de leur perception ou de leur exploitation par l’Homme » (Reynard et Panizza, 2005). En outre, ce concept est construit à partir de la racine grecque « géo », ce qui le rattache au concept plus englobant de « géosite » et le situe au plan épistémologique à l’interface des champs scientifiques de la géologie et de la géographie, plus largement des sciences de la Terre (Earth sciences) et des sciences de l’Homme (social sciences). Si les propriétés scientifiques d’un géomorphosite définissent sa valeur « centrale » en tant que géosite, y compris en terme d’environnement (Grandgirard, 1997, 1999), les caractères culturels, esthétiques, socio-économiques (Panizza et Piacente, 1993, 2003) constituent autant de valeurs dites « additionnelles » (Reynard, 2004c, 2005a, 2009a). Mais les géomorphosites se distinguent des autres types de géosites par trois caractères spécifiques : la valeur esthétique particulière qui s’attache à certains géomorphosites explique qu’ils seront parfois qualifiés de « monuments naturels » ; d’autres sites, qui permettent d’observer l’action des processus actuels de la géodynamique externe, ont une dimension fonctionnelle éminente ; enfin, la plupart des géomorphosites peuvent se caractériser par des emboîtements d’échelle spatiale spécialement complexes (Reynard, 2009 a et c). Ces caractères fondent la spécificité des géomorphosites en tant que géosites, dans la mesure où les valeurs esthétique et dynamique et les questions spatiales renvoient aux problématiques géographiques du paysage (Giusti, 2008). Cette spécificité a été reconnue dès 1993 lors de la Malvern Conference, en partie consacrée à la conservation du paysage et aux sites d’intérêt géo(morpho)logiques (O’Halloran et al., 1994).

3En France, dans le prolongement des normes internationales préconisées depuis le début des années 1990 par l’UNESCO, l’Union internationale des sciences géologiques (UISG) et l’Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN), l’inventaire du patrimoine géomorphologique s’inscrit de façon logique et légitime dans l’Inventaire national du patrimoine géologique (INPG). Comme le montre l’excellent Vade-mecum pour l’INPG (De Wever et al., 2006), important document normatif décrivant la méthodologie retenue pour la réalisation de cet inventaire lancé en 2007 par la Direction de la nature et des paysages (DNP, intégrée depuis à la DEB, Direction de l’eau et de la biodiversité) du Ministère de l’Écologie (De Wever et al., 2009), l’approche mise en œuvre privilégie le modèle culturel de l’analyse et de la séparation : surmonter la difficulté de l’appréhension d’une réalité complexe par la décomposition de l’objet d’étude en éléments simples. On reconnaît là le second principe exposé par Descartes en 1637 dans le Discours de la méthode. Mais, comme le rappelle l’énoncé du troisième principe, « commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés jusques à la connaissance des plus composés », Descartes n’ignorait pas que la réalité est aussi faite de synthèse et de liaison : recomposer, c’est-à-dire aller du simple au complexe. Or, les milieux naturels sont par excellence des systèmes complexes qu’il faut concevoir et protéger en tant que systèmes et non en tant que collection d’objets déconnectés les uns des autres, sans la moindre relation fonctionnelle. La protection des milieux naturels est au cœur de l’action menée depuis 1976 par le réseau des géologues des Réserves naturelles de France (Jonin et De Wever, 2008). Sur la lancée du « Grenelle de l’environnement » devrait se développer une stratégie « d’aires naturelles protégées terrestres » qui concerne les géomorphologues puisque la quatrième catégorie se rapporte aux « paysages géologiques spectaculaires et particulièrement significatifs » (De Wever et al., 2009).

4Le présent article propose d’apporter un éclairage sur les problèmes géographiques liés aux dimensions (longueurs, surfaces, volumes) des géosites appelés à recevoir le label de géomorphosite (emboîtement et articulation des échelles spatiales), ainsi que sur les immenses difficultés soulevées par la perception, l’explication et la gestion des diverses temporalités que tout spécialiste des systèmes complexes peut être amené à distinguer parmi les formes du relief (vitesses et rythmes d’évolution, seuils d’action, héritages, landscape sensitivity). Transposé à la géomorphologie, les temps de l’historien, de l’archéologue, du quaternariste ou du géologue ne renvoient ni aux mêmes objets, et, dans l’extension propre de ceux-ci, ni aux mêmes discontinuités spatiales. Aussi, après avoir confronté aux spécificités des géomorphosites la logique qui guide l’actuelle politique d’inventaire des géosites en France, l’article précisera les cadres spatiaux et chronologiques dans lesquels s’inscrivent les géomorphosites à travers un certain nombre d’exemples thématiquement variés et géographiquement dispersés par comparaison (fig. 1). Enfin, la troisième partie proposera une échelle hiérarchisée de valeurs, complémentaire des référentiels spatio-temporels, valeurs qui découlent de ce que les usages et les buts d’un géomorphosite ne sont pas tous à mettre sur un même plan.

Fig. 1 – Carte de localisation.
Fig. 1 – Location map.

Fig. 1 – Carte de localisation.Fig. 1 – Location map.

Les géomorphosites et l’expérience française en matière de patrimoine naturel

5Les réflexions qui suivent visent à discuter l’approche officielle de la géologie française et de l’administration de tutelle de l’environnement en matière de géomorphosites. Elles sont inspirées principalement par la lecture de l’ouvrage de P. De Wever et al. (2006) et notre participation à l’inventaire des géosites du Languedoc-Roussillon. En effet, il apparaît à l’usage que les communautés scientifiques impliquées (aménageurs, architectes, géographes, géologues, juristes, pédologues, urbanistes, paysagistes) utilisent les termes de géosite, de géotope, voire de géomorphosite dans des sens plus ou moins différents, tantôt fermés et exclusifs, tantôt ouverts et plus englobants. Les confusions proviennent d’une part de l’absence de réflexion sur les niveaux scalaires des sites examinés, d’autre part du mode et des types de messages transmis par ces sites patrimoniaux, le média étant la plupart du temps le paysage qui est tout à la fois « naturel » (ou objectif) et « culturel » (ou subjectif ; Sauer, 1925 ; Parkes, 2004 ; Reynard, 2004 a et b ; Migoń, 2010).

Le patrimoine naturel et la géomorphologie dans la législation nationale et internationale

6Comme le rappellent l’introduction et l’annexe 1 du Vade-mecum (De Wever et al., 2006), la procédure de l’INPG s’inscrit dans le cadre de la « Loi 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité ». À son article 109, cette loi modifie plusieurs articles du Code de l’environnement, d’une part, l’article L 411-5 qui stipule que « l’inventaire du patrimoine naturel est institué pour l’ensemble du territoire national terrestre, fluvial et marin […], inventaire des richesses écologiques, faunistiques, floristiques, géologiques, minéralogiques et paléontologiques » et, d’autre part, l’article L 332-2 qui précise que « la décision de classement d’une réserve naturelle nationale est prononcée, par décret, pour assurer la conservation d’éléments du milieu naturel d’intérêt national… ». Cette rédaction inspire trois remarques : 1) On peut faire remonter au XIXe siècle, en France, les origines de la notion de patrimoine naturel avec au plan juridique des textes comme le Décret impérial du 13 avril 1861qui crée sur 1097 ha de la forêt de Fontainebleau la « série artistique » (Tendron, 1983), la Loi du 21 avril 1906 « organisant la protection des sites et monuments naturels de caractère artistique », ou la Loi du 2 mai 1930 portant « réorganisation de la protection des monuments naturels et des sites de caractères artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque » (Gorgeu et Jenkins, 1995 ; De Wever et al., 2009). Mais, comme le note F. Choay (1999, 2009), l’expansion des pratiques patrimoniales peut être symbolisée par la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (UNESCO, 1972 ; Actes Symposium Digne, 1994 ; O’Halloran et al., 1994). Parmi les critères de sélection de la Liste du patrimoine mondial (UNESCO, 1972), quatre sont directement liés à la protection de la nature : « la beauté exceptionnelle des phénomènes naturels et des paysages ; l’exemplarité du site pour témoigner de l’histoire de la Terre, de la formation de la vie et des formes du relief ; la valeur du site pour illustrer des processus écologiques en cours ; l’importance du site pour la conservation des habitats naturels les plus représentatifs ou rares et le maintien de leur diversité biologique » (Depraz, 2008). En France, les lois 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature, 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne, 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, et 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages… traitent toutes à des titres divers du patrimoine naturel, même si elles ne le définissent pas toujours ; 2) La hiérarchie implicite, mais très habituelle en ces matières dans l’esprit du grand public comme des administrations en charge de la nature (Gunnell, 2009), place le vivant en tête et en priorité, et d’abord le règne animal, sans que l’on sache pourquoi la faune avant la flore (voir, à titre d’exemple, Comolet-Tirman et al., 2008). Cela rejoint la vision de la convention précitée (UNESCO, 1972) qui, à l’alinéa 2 de son article 2, n’envisage « les formations géologiques et physiographiques » au titre du patrimoine naturel qu’en tant qu’elles constituent « l’habitat d’espèces animales et végétales menacées, qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation » ; 3) La vision proposée dans cette « introduction » relève de l’approche analytique classique des sciences naturelles, qui privilégie l’inventaire et la classification d’objets bien individualisés, les sites, mais laisse assez largement de côté les continuums de grande dimension que sont les paysages, hormis les procédures de classement évoquées à l’article L 332-2 du Code de l’environnement. Par ailleurs, la géomorphologie n’apparaît pas mais est implicitement englobée dans la géologie, alors que la réalité est évidemment plus nuancée (O’Halloran et al., 1994). Nul ne conteste que la géomorphologie ne soit une spécialité géologique, et pas seulement au plan patrimonial. Mais l’étude des reliefs est pour des raisons historiques et scientifiques une spécialité inclassable (Walker et Grabau, 1993). Et l’implication d’un certain nombre de géomorphologues et/ou de géographes dans la connaissance et la valorisation du patrimoine géomorphologique ne peut non plus être ignorée (en France, voir : Sellier, 1995 ; Gauchon, 1997 ; Hobléa, 1999 ; Ambert, 2004 ; Ambert et al., 2004 ; Biot, 2006 ; Giusti, 2007 ; Guichard-Anguis et Héritier, 2008 ; Sellier, 2009 ; Giusti et al., 2009).

La notion de « patrimoine géologique »

7Elle est définie dans le chapitre 1 du Vade-mecum (De Wever et al., 2006), qui souligne que « le patrimoine géologique englobe tous les objets et sites qui symbolisent la mémoire de la Terre, de l’infra-microscopique au point de vue : les traces de vie (fossiles, habitats, mines…), les roches et minéraux, les structures, les indices de climat, l’évolution des sols, des sous-sols et des paysages passés ou actuels… ». Plus loin, il est précisé que « l’expression patrimoine géologique inclut des objets et/ou des sites relatifs à l’ensemble des disciplines des sciences de la Terre. Le champ de vision de la géologie doit ici être étendu à la paléontologie, la tectonique, la sédimentologie, la géomorphologie… Ce terme est donc à prendre dans son acception large ». Les « objets géologiques […] correspondent aux collections privées et publiques, aux archives, aux publications, aux cartes, aux documents manuscrits… » et « constituent à terme le patrimoine géologique ex situ ». Quant « aux sites associés aux vocables géosite et/ou géotope, ils représentent le patrimoine in situ ». Ces définitions suggèrent six commentaires : 1) La vision du patrimoine n’est absolument pas globale et synthétique mais elle relève toujours d’une approche analytique et séparative, même si l’expression « point de vue » fait indirectement référence au paysage. L’inventaire proposé illustre aussi la hiérarchie qui place le vivant en tête de liste, mais il n’est pas démontré que l’étude des « traces de vie (fossiles, habitats, mines…) » soit plus porteuse d’information que celle de la transformation des roches, des structures, des sols, des climats et des paysages. Il appartient au scientifique soucieux d’éducation de relativiser la demande sociale et de ne pas valider les hiérarchies de valeurs implicites, qui relèvent de schémas culturels assis sur l’autorité de la tradition, sinon de facteurs irrationnels. Comme le remarque P. De Wever (2009), la loi a « pendant longtemps … assimilé le patrimoine naturel au seul patrimoine biologique » et l’on peut se féliciter de ce que le titre du Livre IV du Code de l’environnement, « Faune et flore », devienne « Patrimoine naturel ». 2) Les notions distinctes de forme du relief (géomorphologie sensu stricto, morphométrie) et de processus morphogéniques (géodynamique externe, glyptogenèse) ne sont évoquées que de façon indirecte à travers les expressions de « point de vue » et « d’évolution des paysages actuels ». Quant aux « paysages passés », ils relèvent de spécialités comme la paléogéographie, qui restitue des paysages disparus à travers des marqueurs sédimentaires, paléontologiques ou pétrographiques. Mais ce n’est pas parce que l’on cartographie avec précision la ligne d’un paléo-rivage, voire les contours d’un continent, que l’on donne pour autant des renseignements sur les formes du relief des terres émergées ainsi délimitées ou sur les systèmes d’érosion qui ont pu piloter les transformations du relief dans le paysage. Qu’il s’agisse de la physique des volumes orographiques et des processus morphogénétiques ou de l’histoire des formes du relief, les diverses branches de la géomorphologie ont toute leur place dans le champ des sciences de la Terre ; 3) Un certain flou semble régner sur le champ de la géologie puisqu’il conviendrait d’en avoir « une acception large » afin d’y inclure des spécialités que l’on pouvait pourtant croire authentiquement géologiques : la tectonique, la sédimentologie et la paléontologie. Les choses sont moins nettes pour ce qui concerne la géomorphologie dont de nombreuses composantes ont été, au moins en France, longtemps développées par des géographes (Beckinsale et Chorley, 1991 ; Burt et al., 2008). Reste cependant le dilemme posé par les auteurs du Vade-mecum (De Wever et al., 2006) : faut-il comprendre qu’il existe une géologie sensu stricto, qui exclurait nombre de ses outils de diagnostic et une géologie sensu lato, mais qui ne se retrouverait pas dans un ensemble cohérent intitulé géosciences ? Une autre façon de voir serait de considérer que l’autonomisation de telle ou telle sous-discipline, voire l’apparition de nouvelles spécialités, entre dans la logique du développement de toute science (Giusti, 2006) ; 4) Si l’on met à part les objets ex situ, la vision du patrimoine in situ telle que la présente le Vade-mecum (De Wever et al., 2006) est totalement a-scalaire, ce qui peut devenir gênant d’un point de vue pratique, lorsque l’on veut procéder à des inventaires exhaustifs de sites allant de l’affleurement au panorama. Toute vue panoramique est nécessairement une collection, à plusieurs niveaux d’échelle, de sites d’intérêt et de signification très différents, dont seuls certains resteront parfaitement discernables à l’échelle qui est celle d’un panorama : parmi tous ces sites, lesquels retenir à fin d’inventaire, et sur quels critères ? La méthodologie par hiérarchie descendante développée dans le « chapitre VI » ne permet pas de répondre à ces questions ; 5) Réserver le vocable « objet » à ce qui est ex situ est un choix qui pose problème car il limite cette notion à des éléments qui ont été déconnectés de leur environnement pour être exposés dans un musée ou rangés dans une collection, alors que des objets in situ de taille réduite, inscrits dans leur environnement, parfaitement isolables de leur cadre, peuvent justifier à eux seuls une mise en exergue et ont au même titre que les objets ex situ toute leur valeur de patrimoine : un faciès pétrographique particulier, une cristallisation, un fossile, une figure sédimentaire dans un affleurement mais aussi des mini/micro formes érosives, des blocs erratiques… 6) Avec la notion d’objet, il devient en outre possible de réintroduire les questions scalaires : comme l’objet in situ est un élément dans le paysage et que l’on ne peut observer en même temps cet objet et le paysage qui l’entoure, il y a nécessairement un va-et-vient du regard, donc un double transfert d’échelle de l’objet in situ au paysage et inversement.

Les notions de « géosite » et de « géotope »

8Dans tout le Vade-mecum (De Wever et al., 2006), ces deux mots sont vus et employés comme équivalents, le choix de l’un ou de l’autre étant « laissé libre à l’appréciation de chacun ». Sur la scène internationale, « le terme géosite (geosite en anglais) est le plus souvent usité, notamment par l’IUGS et l’UNESCO », les usages nationaux s’avérant assez contrastés. Les auteurs citent aussi deux définitions du « géotope », l’une par des auteurs allemands (Grube et Wiedenbein, 1992), qui sera commentée plus loin, l’autre par des auteurs suisses (Strasser et al., 1995) qu’il est utile de reproduire : « des portions de territoire dotées d’une valeur pour les sciences de la Terre. Ce terme comprend donc des montagnes, des collines, des vallées, des vallum morainiques, des ravins, des grottes, des phénomènes karstiques, des berges et rivages, des carrières, des gravières, des mines, des portions de routes ou de chemin ou des blocs erratiques ». Pour conclure, P. De Wever et al. (2006) notent que « les deux termes seront indifféremment utilisés pour désigner un espace délimité qui contient et permet d’observer des éléments et/ou des phénomènes géologiques présentant un intérêt pour la compréhension des sciences de la Terre […] du moindre affleurement dans un fossé au panorama embrassant des dizaines de km² ».

9À la lecture de ces deux définitions et au vu de la synonymie qu’elles suggèrent au niveau de la nomenclature, il semble permis d’avancer l’idée que le débat géosite/géotope recouvre deux dimensions, en partie liées : l’une d’ordre culturelle, en terme d’aire linguistique et d’usage établi (Reynard, 2004b) ; l’autre d’ordre spatiale, en terme d’échelle. Au niveau international, des institutions comme l’UNESCO, l’UISG ou l’UICN recourent à « geosite », très répandu dans la sphère anglophone (De Wever et al., 2006). Le terme « géosite » tend aussi à prévaloir en Espagne (« puntos de interés geológico » ou « geositios »), en France, en Italie (où « geosito » est plus usité que « geotopo »), alors que « géotope » est d’usage courant en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en Europe centrale et en règle générale dans la sphère germanophone (Wiedenbein, 1994 ; Reynard, 2004b, 2009a). Comme l’étymologie de ces deux mots en fait des équivalents parfaits, l’un construit sur le latin (situs [adj.] : placé, posé, situé et [nom] : position, situation), l’autre sur le grec (topos : lieu), il semble logique de considérer les deux termes comme synonymes au plan linguistique et désignant, au même titre que « Earth science sites » ou « geoscience sites » tout site intéressant pour la compréhension et la reconstitution de l’histoire de la Terre (Reynard, 2005a, 2009a). Cependant, il reste qu’en terme d’analyse spatiale, le patrimoine géomorphologique est potentiellement présent à toutes les échelles : le fait a déjà été souligné par plusieurs auteurs, récemment par E. Reynard (2005a) qui propose de distinguer les notions de « sites géomorphologiques » et de « paysages géomorphologiques » selon les critères de l’échelle et de la complexité, les paysages étant toujours des « systèmes géomorphologiques » (Grandgirard, 1997 ; Reynard, 2009a). C’est sur ce point précis que les définitions ci-dessus (Grube et Wiedenbein, 1992 ; Strasser et al., 1995 ; De Wever et al., 2006) appellent le commentaire, l’idée générale étant que le vocable « géosite », de par sa signification générique et sa vocation englobante, serait en quelque sorte a-scalaire, et qu’il conviendrait dès lors de recourir à une autre terminologie pour mieux prendre en compte dans les géomorphosites les emboîtements d’échelles spatiales : 1) Dans le Vade-mecum, le sujet n’est qu’effleuré, traité de façon elliptique dans la définition française (De Wever et al., 2006), de façon implicite dans la définition suisse (Strasser et al., 1995) ; 2) La définition allemande citée dans le Vade-mecum mais non commentée, est en revanche plus explicite dans la mesure où « géotope » possède aussi le sens de « plus petite étendue d’une unité paysagère » (Grube et Wiedenbein, 1992), ce qui renvoie aux travaux des géographes spécialistes des approches géosystémiques, en Europe et en France (Tissier, in Robic et al., 1992 ; Gunnell, 2009). Pour G. Bertrand (1968), il s’agit de « la plus petite unité géographique homogène directement discernable sur le terrain », lors même que « les éléments inférieurs relèvent de l’analyse fractionnée de laboratoire ». D’autre part, G. Bertrand (1968) précise que le mot « géotope » est construit sur le même mode que « biotope », qui renvoie au complexe « biocénose-biotope » des biogéographes. Dans leur acception la plus courante, ces notions impliquent en général des échelles métriques à décamétriques : ce qui est pertinent au niveau stationnel (biotope) peut l’être tout aussi au niveau de l’affleurement (géotope). Cela permettrait de mettre à part le « géofaciès » (quelques centaines de m2) et le « géosystème » (de quelques km2 à quelques centaines de km2), de taille supérieure au géotope (Bertrand et Bertrand, 2002), qui incluent une dimension paysagère, tant en terme d’échelle (vue partielle, générale, panoramique) que de dimension esthétique (gravure, tableau, photographie ou autre), et qui pourraient de ce fait acquérir une signification complexe intégrant plusieurs valeurs additionnelles en complément de leur valeur scientifique centrale (Reynard, 2009 a et b). Dans l’analyse du patrimoine géologique, comme l’ont proposé M. Jonin et P. De Wever (2008), la notion de géotope pourrait servir à individualiser les affleurements (stratotype, segment de stratotype, point fossilifère, gîte minéral, affleurement à figures tectoniques, sédimentaires, ou autres, mais de caractère significatif du point de vue de l’intérêt géologique). Cela dit, le géotope possède aussi son intérêt en terme de patrimoine géomorphologique : il peut s’agir dans ce cas de formes d’érosion (marmites, vasques, taffonis, lapiaz, cannelures, sillons, stries glaciaires, cupules d’arrachement…), de formes de dépôt (bloc erratique, terrasse alluviale, nappe de galets, dune élémentaire, tourbière…) ou de formes mixtes (une poche de terra rossa, un fragment de cuirasse ou de carapace…). Dans ce cas, le concept englobant de géosite inclurait les trois notions de géotope, de géofaciès et de géosystème (voir la deuxième partie de l’article) ; 3) La notion de géotope ainsi entendue recouvre en partie la notion d’objet in situ mais ne se confond pas avec elle : un même site, qu’il soit d’intérêt géologique et/ou géomorphologique, peut offrir un ou plusieurs objets à l’observation ; 4) La distinction entre « éléments » et « phénomènes » semble devoir se lire, d’une part en terme de formes et/ou de formations, d’autre part en terme de processus géodynamique. Or, les processus externes sont rarement visibles en continu ou en permanence, ils se déduisent souvent des formes qu’ils ont laissé à la surface de la Terre : par exemple un lit torrentiel, un cône de scories semé de bombes volcaniques, un couloir d’avalanches… À part la dune qui fume, la houle qui se brise sur une falaise, des fumerolles, une cascade pérenne…, les processus observables en permanence (ou du moins fréquemment) et suffisamment spectaculaires pour receler une charge démonstrative et pédagogique sont exceptionnels. D’ailleurs, les sites géomorphologiques permettant d’observer les mécanismes et les effets de la géodynamique externe posent des problèmes de conservation bien particuliers (Hooke, 1994 ; Schoeneich et al., 2001). Ces géotopes « actifs » sont ceux pour lesquels le processus ayant donné naissance à la forme et/ou à la formation est encore fonctionnel, les géotopes « passifs » étant ceux pour lesquels les conditions de formation ont disparu : par exemple un bloc erratique glaciaire, des strates à empreintes fossiles… (Reynard, 2009a) ; 5) Le géosite est défini comme un « espace délimité » (De Wever et al., 2006), notion qui demande à être explicitée. Si l’action de poser des limites ne présente pas de difficulté particulière en terme de cartographie, une fois effectué tout le travail préalable d’inventaire, de sélection et d’évaluation des sites, la question se pose plus en amont, pendant l’analyse du terrain. Un segment de coupe peut se définir aisément avec précision comme celui qui contient un nombre suffisant d’éléments caractéristiques, significatifs au plan scientifique. Mais certains thèmes géologiques, comme par exemple les stratotypes, peuvent se subdiviser en segments distincts non contigus et séparés par des zones banales et/ou masquées : la délimitation devient alors plus complexe à réaliser, pouvant imposer l’individualisation de plusieurs géosites ou sous-géosites. Et la difficulté est du même ordre au plan géomorphologique, notamment à l’échelle des formes du relief dans le paysage, qui nécessitent la reconnaissance de plusieurs géotopes formant un réseau (disconnected geomorphosites ; Reynard, 2004b, 2009c). Bien que le champ visuel total soit pour l’Homme de l’ordre de 180° latéralement et de 125° verticalement, il n’est pas homogène en termes d’attention et de performance (photosensibilité, polychromie, acuité) : la scrutation active est en effet réservée au centre et la performance décroît par palier vers la périphérie du regard. Par conséquent, à l’échelle du paysage, la délimitation par le regard est toujours floue dans le sens longitudinal, en raison de la perspective et de la confusion des plans dans le lointain (longueur de vue) ; dans le sens latéral (largeur de vue), elle est imposée par l’angle et le point de vue, ainsi que par les masques qui le contraignent (versant, talus, bord de masse boisée, d’élément bâti…), sans négliger le fait que toute vue peut intégrer plusieurs plans successifs (premier plan, second plan, arrière-plan…). En outre, dans le cas des panoramas les plus larges, l’observateur devra soit accomplir un travelling visuel (perception dynamique et continue d’un paysage sur le mode du film ; l’arbitraire vient du sens choisi de déplacement visuel, qui peut modifier la perception de l’ensemble et la hiérarchie des éléments et des plans rencontrés sur le parcours visuel), soit effectuer plusieurs stations (ou vues) successives sur le mode de la photo (perception statique). Enfin, comme l’ont montré notamment les travaux des géographes de Besançon (par exemple, Brossard et Wieber, 1984 in Reynard, 2009b), il faut se garder d’oublier que la « délimitation » sera aussi déterminée par différents filtres perceptifs, les uns anatomiques et physiques (l’œil, le regard, la vue…), les autres psychologiques (l’humeur, l’état d’esprit du moment…), voire surdéterminée par les filtres culturels et sociologiques (habitudes, modes de pensées, archétypes…), ceux-ci d’autant plus puissants qu’ils restent inaperçus (Neuray, 1982), participant au modèle culturel dominant et relevant de l’inconscient collectif en terme jungien ; 6) Le statut de la forme (au sens topographique) est largement posé par ce qui précède. La forme visible dans l’espace du paysage proche ou lointain, voire à l’échelle métrique de l’affleurement, est un média au plan du patrimoine géologique. Média à l’échelle de l’élément car elle porte un sens génétique, substitut obligé de la discontinuité spatio-temporelle très grande des processus, internes ou externes : en effet, les processus sont par essence discrets et/ou très discontinus dans le temps et dans l’espace, donc peu ou pas observables directement. Mais les formes résultantes les révèlent : le scarplet témoigne du dernier séisme, le tas de blocs du dernier écroulement, la marmite d’un creusement fluvio-torrentiel fonctionnel ou hérité, etc. Média, surtout, à l’échelle du paysage, car la géomorphologie est alors l’entrée obligée dans le monde de la géologie sur le terrain, bien avant les coupes et les roches, les tiroirs d’échantillons et les carrières. La forme est ainsi un double média : média des processus et média des structures géologiques, souvent révélées par le relief. Le Vade-mecum (De Wever et al., 2006) le démontre à travers son illustration aussi belle que pertinente, avec 21 photos de grands paysages et 15 photos d’affleurements (dont certains atteignent l’échelle du paysage), contre 17 photos d’objets. On lit sur les formes du terrain et dans les modelés du relief la lithologie, la tectonique, la stratigraphie même : il n’est donc pas exagéré de dire que la plupart des géosites ont une valeur en terme de patrimoine géomorphologique autant que de patrimoine géologique.

Les objectifs de l’INPG en terme de conservation

10Inventorier et conserver « des sites et des objets » relève de motivations assez diverses (section 2.4 ; De Wever et al., 2006) : 1) « en tant qu’élément du patrimoine naturel », 2) « pour leur aspect esthétique (rareté, unicité, beauté) », 3) « pour leur intérêt pédagogique », 4) « pour leur contribution à la science » et 5) « à des fins socio-culturelles ». La première raison, très générale, est à la fois politique et théorique, dans la ligne de l’Earth system science : réintégrer la Terre solide et tout le monde minéral en tant que sous-système dans l’écosystème pour retrouver la globalité ; un monde minéral fragile d’ailleurs, car « contrairement aux espèces biologiques, les éléments géologiques ne se reproduisent pas et la détérioration d’un site […] occasionne sa perte définitive ». La deuxième raison est d’ordre purement esthétique et intègre les critères de « rareté, unicité, beauté ». Il ne faut donc pas s’étonner que les inventaires puissent parfois prendre des allures de guide touristique, ni que l’intérêt pratique resurgisse aussitôt puisque ce caractère esthétique appelle précisément « une vocation touristique » et représente « une valeur économique »qui permet aux collectivités territoriales « d’assurer une partie de leur développement économique et social ». L’intérêt pédagogique pour l’enseignement de la géologie et la contribution à la science ne viennent qu’en troisième et quatrième positions, bien que ce soit la vocation première du patrimoine géologique. Enfin, pendant de la première motivation, la cinquième et dernière raison met l’accent sur la nécessité d’intégrer la nature, donc la géologie, à l’ensemble de nos référents culturels, ceci pour une meilleure compréhension de l’anthroposystème, de l’histoire et de la culture, en y incluant d’ailleurs l’histoire des sciences. À première lecture, on n’échappe pas à l’idée que ce discours éminemment politique cherche à coïncider étroitement avec l’opinion publique et celle des décideurs : ce n’est pas l’intérêt scientifique ni même pédagogique des sites qui est mis au premier plan, mais les motivations patrimoniales sensu lato, puis esthétiques et, in fine, encadrant la dimension scientifique, les préoccupations socio-culturelles… Cela dit, la pratique est sans doute différente des motivations affichées : dans les fiches de saisie de l’INPG (voir section 6.2.6 ; De Wever et al., 2006), non seulement les valeurs géologiques, la rareté mais aussi l’intérêt pédagogique du site passent avant l’intérêt touristique et économique, mais au niveau de la grille d’évaluation et des notes attribuées, les plus forts coefficients sont affectés aux valeurs scientifiques des sites considérés. Pour ce que nous avons pu observer en Languedoc-Roussillon, les géologues universitaires insistent sur les valeurs scientifiques, quand le BRGM et la DIREN mettent en avant les aspects « grand public ». Ce qui interpelle, c’est le risque d’instrumentalisation des objets et des sites à travers une politique qui, d’une part, ne jouerait que sur le sensationnel, le spectaculaire, le ludique pour attirer le public et, d’autre part, d’un point de vue géomorphologique, centrerait le discours sur tous les objets à bord franc, faciles à étiqueter et à classer, au détriment de la composante « relief » du paysage naturel. Les parcs naturels contigus d’Ischigualasto et de Talampaya en Argentine sont symptomatiques de ce qu’il convient d’éviter au plan géomorphologique. Comme ces parcs offrent l’ensemble continental le plus complet au monde de fossiles de la période du Trias, il est proposé au visiteur une histoire stratigraphique, sédimentologique et paléontologique, la géomorphologie étant limitée au pittoresque des rochers-champignons (fig. 2) ! Aucun intérêt n’est accordé aux formes du relief (celui-ci est un décor devant lequel les visiteurs prennent la pose) ou aux processus de l’érosion, ce qui est plus surprenant car les sites se prêteraient à une démonstration illustrée du principe d’actualisme, sur le modèle des travaux de J.-C. Gall (1995) sur les Grès vosgiens et le Grès à Voltzia. Le monde du patrimoine doit enseigner la synthèse autant que pratiquer l’analyse, autrement dit être darwinien autant que linnéen.

Fig. 2 – Une géomorphologie de carte postale.
Fig. 2 – Postcard geomorphology.

Fig. 2 – Une géomorphologie de carte postale. Fig. 2 – Postcard geomorphology.

A : Entrée du parc naturel d’Ischigualasto à l’ouest des Sierras Pampeanas, province de San Juan, Argentine centrale. B : Rochers-champignons modelés dans les formations sédimentaires triasiques lithologiquement contrastées, révélateurs de la dynamique éolienne. Clichés : M. Calvet. Plus d’informations via http://whc.unesco.org/​en/​list/​966.
A : Gate of the Ischigualasto Natural Park, West of the Sierras Pampeanas, San Juan Province, Central Argentina. B : Mushroom-shaped rocks in the Triassic sedimentary and lithologically contrasted formations, revealing aeolian features. Photos : M. Calvet. More information under http://whc.unesco.org/​en/​list/​966.

Le cadre spatio-temporel des géomorphosites

11L’histoire de la géomorphologie montre la coexistence de deux grands types de modèles conceptuels. Les uns font référence au temps : la « pénéplaine » de W.M. Davis, la « pédiplaine » de L.C. King sont des états du relief atteints au terme d’une certaine durée. D’autres comme ceux de W. Penck ou de J.T. Hack mettent l’accent, le premier sur la variabilité spatiale des mouvements crustaux (encore que l’Endrumpf soit issue d’une certaine évolution, dite descendante, et que les reliefs actuellement observables puissent porter l’empreinte de déformations passées), le second à travers le modèle des Appalaches sur les contrastes géographiques de systèmes de formes en équilibre avec les conditions présentes (Thorn, 1988 ; Sack, 1992). Tous les géomorphosites relèvent à la fois d’un référentiel spatial et de repères temporels.

Les dimensions spatiales des géomorphosites

12Depuis la forme isolée ou l’association de formes caractérisées par un unique processus, jusqu’au système géomorphologique impliquant plusieurs processus et différents types de formes (Grandgirard, 1997), le thème des dimensions spatiales d’un géomorphosite a fait l’objet de mises au point récentes qui insistent sur la sélection et la cartographie des formes à toutes les échelles, ainsi que sur les problèmes posés par les géosites en réseau, la concentration des géomorphosites dans un même secteur et les géomorphosites souterrains (Reynard, 2009 a et c). Peut-être, simplement, sur ce point, estimons-nous fécond de croiser la problématique des échelles spatiales avec le paradigme du paysage tel qu’il a été développé, en premier lieu par le géographe G. Bertrand dans la théorie du géosystème (synthèse in Bertrand et Bertrand, 2002), ultérieurement par l’agronome et aménageur G. Neuray (1982) dans l’ouvrage « Des paysages : pour qui ? pourquoi ? comment ? ».

13Sur une image satellitaire comme celle de la plaine du Pô, de la chaîne des Alpes et de son avant-pays (fig. 3A), nous ne sommes pas en présence d’un paysage et cette vue de l’espace n’a pas valeur de géomorphosite. En tant que mégaformes du relief, les objets impliqués sont au-delà des possibilités de perception du regard humain : ils représentent une sorte d’hyper-paysage virtuel intégrant une infinité de paysages réels. Il s’agit d’un fichier numérique acquis par une batterie de capteurs, et, grâce aux traitements logiciels, rendu intelligible pour le sujet observant qui le perçoit (ou du moins devrait le percevoir) comme une image de la réalité (et non comme la réalité même). Sur les trois autres photos (fig. 3 B à D), il s’agit en revanche de paysages aux échelles moyennes, locale ou régionale, dans les limites de ce qu’embrasse le regard humain, le plus souvent celui du touriste, citadin en quête de dépaysement (et, pour prendre ce mot à la lettre, de changement de paysage), parfois celui du spécialiste ou de l’observateur averti. Tous ces « spectateurs » (Neuray, 1982) seront, en fonction de la longueur et de la largeur de la vue, de leur position haute ou basse (au sol, en avion, en fond de vallée, au sommet d’une montagne), de leur état (mobile et motorisé ou immobile et contemplatif), de leurs propres filtres perceptifs (sensation instinctive, représentation individuelle du spectateur isolé, perception collective du spectateur en groupe, arrière-plan culturel et social), plus ou moins consciemment sensibles aux différences d’énergie du relief, aux variations de sa rugosité (des paysages à relief vigoureux, accidenté, modéré, doux, jusqu’aux paysages sans relief des plats pays, où la vue porte jusqu’à l’horizon), aux masses et aux espaces ouverts, aux éléments construits, à la texture des paysages (prairie ou champ de blé ? avant la moisson ou après les labours ?) à la présence et aux formes de l’eau (rivières, lac, cascades…), à la lumière, aux couleurs, aux plans successifs : premier plan, paysage proprement dit et arrière-plan (Neuray, 1982).

Fig. 3 – De la vue satellitaire aux paysages réels.
Fig. 3 – From satellite imagery to real landscapes.

Fig. 3 – De la vue satellitaire aux paysages réels. Fig. 3 – From satellite imagery to real landscapes.

A : Les Alpes. Image MODIS-NASA du 26.10.2002 : http://veimages.gsfc.nasa.gov/​4465/​Alps.A2002274.1240.500m.jpg. B, C, D : L’exemple de la vallée de l’Arve, Haute-Savoie, France. B : Le géosystème : vue d’ensemble des plis couchés de l’Arpenaz et de la cascade du même nom, sous le sommet de la Croix de Fer (2337 m). Rebord occidental du massif de Platé dominant la moyenne vallée de l’Arve en aval de Sallanches. C : Le géofaciès : haute-vallée de l’Arve entre Les Houches et Chamonix-Mont-Blanc (dans l’encadré, replat de Merlet). D : Le géotope : roches polies et striées en bordure de la route d’accès au parc animalier de Merlet, Les Houches. Clichés : C. Giusti.
A : The Alps. NASA MODIS Image, 2002.10.26 : http://veimages.gsfc.nasa.gov/​4465/​Alps.A2002274.1240.500m.jpg. B, C, D : The Arve Valley case study, Haute-Savoie, France. B : Geosystem scale : Overview of the Arpenaz waterfall across recumbent folds ; summit of the Croix de Fer (2337 m) in the distance. Western edge of the Platé massif overlooking the middle section of the Arve valley downstream of Sallanches. C : Geofacies scale : Upper section of the Arve Valley between Les Houches and Chamonix-Mont-Blanc (in the box, Merlet shoulder). D : Geotope scale : Polished and striated rocks along the access road to the zoo at Merlet, Les Houches. Photos : C. Giusti.

14Dans le cas de la cluse drainée par l’Arve en direction du Rhône, ouverte entre la chaîne des Aravis à l’ouest et le massif du Haut-Giffre à l’est (fig. 3B), plusieurs niveaux de perception peuvent être individualisés à différentes échelles spatiales : le rebord ouest du massif de Platé en rive droite de la rivière, les corniches sommitales de la Croix de Fer, les barres rocheuses de flanc de versant (Rochers de Vange), les gorges sciées par les torrents, la cascade du Nant d’Arpenaz, les versants structuraux, le méga-cône de déjection à l’apex duquel se localise le hameau de Luzier entre Cluses et Sallanches (Haute-Savoie). Dans la terminologie de G. Bertrand (1974, 1978, 1986) et de G. Bertrand et al. (1978), le massif de Platé et la moyenne vallée de l’Arve correspondent au « géosystème », au même niveau que des unités comme les massifs du Picos de Europa dans les Montagnes Cantabriques ou que le Sidobre dans le sud du Massif Central, pour reprendre les cas étudiés par l’auteur, alors que les Rochers de Vange, la cascade du Nant d’Arpenaz ou le cône de Luzier représenteraient le « géofaciès ». En terme d’échelles spatiales, les éléments du paysage s’ordonnent donc entre un niveau scalaire supérieur, le géosystème, et un niveau scalaire inférieur : le géofaciès. Dans l’exemple de la haute vallée de l’Arve entre Les Houches et Chamonix, encadrée par les massifs des Aiguilles Rouges au nord-ouest et du Mont-Blanc au sud-est (fig. 3C), l’échelle du géofaciès est représentée tant par le fond de vallée à remblaiement fluvio-glaciaire postérieur au Petit Âge Glaciaire, très fortement anthropisé (ballastières, route, autoroute, voie ferrée, habitations…), que par le versant dérivé d’un flanc d’auge glaciaire avec épaulement (replat de Merlet), les marques de l’anthropisation étant là beaucoup plus faibles et discrètes (route, parc animalier, résidences, sentiers). Mais une autre dimension doit ici être prise en compte (fig. 3D), celle de l’élément ou « géotope », par exemple les roches polies et striées que l’on observe ponctuellement le long de la route d’accès au site de Merlet. Nous ne sommes plus dans ce cas à l’échelle du paysage mais de ses éléments, et nous renvoyons sur cette question aux travaux d’E. Reynard (2004b, 2009c) et d’E. Reynard et al. (2009), notamment au concept de « disconnected geomorphosites » ou réseau de géotopes, série d’éléments spatialement disjoints mais scientifiquement articulés et qui constituent un géomorphosite à l’échelle du géofaciès ou du géosystème.

Les dimensions temporelles des géomorphosites

15Laissant de côté le problème des échelles spatiales, il nous a paru plus opportun de développer un thème trop souvent traité de façon implicite, quand il n’est pas purement et simplement ignoré : celui des échelles chronologiques, des temporalités, de l’histoire qu’est susceptible d’illustrer chaque géomorphosite. Un géomorphosite est plus qu’un puzzle, autrement dit plus qu’un ensemble de pièces dont l’assemblage, à condition qu’aucune pièce ne manque à l’appel, donnera une image connue d’avance, un objet plat, intéressant, mais sans grande profondeur. Car l’histoire ne commence qu’avec les lacunes, les silences, les manques, les pièces exotiques, un peu comme si le contenu de plusieurs boîtes de puzzle avait été mélangé, un malin génie ayant auparavant retiré de chaque boîte de façon aléatoire un certain nombre de pièces. Comme le faisait remarquer le géographe P. Birot (1955) il y a plus d’un demi-siècle, tout paysage morphologique est un palimpseste, une sorte de parchemin écrit, gratté, ré-écrit, re-gratté, écrit à nouveau, et ainsi de suite, en un perpétuel processus alternativement égalisateur (le polissage, resurfacing) ou glyptique (la sculpture). Comme palimpseste (mais l’image du patchwork, juxtaposition de pièces solidement assemblées bien que disparates, est une alternative intéressante), le géomorphosite demande à être déchiffré, voire décrypté, et ce, dans toute sa complexité, qui n’est pas seulement spatiale (le patchwork) mais aussi temporelle (le palimpseste), certaines unités d’information ayant été perdues à jamais.

16Le contact entre le Thimerais (revers oriental des collines du Perche) et le coteau de l’Île-de-France (forêt d’Yvelines) est l’image même de la simplicité : un « paysage sans relief » (Neuray, 1982). Le champ de betteraves sub-horizontal du premier plan envahit la presque totalité du paysage, singulièrement atone à l’exception du château d’eau et des masses boisées de faible énergie qui ferment l’horizon à l’arrière-plan (fig. 4A). Mais cette apparente simplicité topographique masque un dispositif plus complexe au plan géomorphologique. Pour quelles raisons ces formes sont-elles planes ? La planéité est-elle un caractère acquis, et, dans l’affirmative, au terme de quels événements ? Et si la planéité est un trait originel, pourquoi a-t-elle persisté, et dans quelles conditions ? Des éléments de réponse sont apportés par un changement d’échelle, avec le passage du géofaciès au géotope (fig. 4B), ainsi que par l’importation d’une large documentation externe (références bibliographiques, épistémologie, historique du problème) et le renvoi aux échelles supérieures du géosystème et de la région naturelle (fig. 4C).

Fig. 4 – Géotope, géofaciès, géosystème : le contact Thimerais-Forêt de Rambouillet, départements de l’Eure-et-Loir et des Yvelines (France).
Fig. 4 – Geotope, Geofacies, Geosystem : the contact between Thimerais and Rambouillet Forest, départements of Eure-et-Loir and Yvelines (France).

Fig. 4 – Géotope, géofaciès, géosystème : le contact Thimerais-Forêt de Rambouillet, départements de l’Eure-et-Loir et des Yvelines (France). Fig. 4 – Geotope, Geofacies, Geosystem : the contact between Thimerais and Rambouillet Forest, départements of Eure-et-Loir and Yvelines (France).

A : Échelles du géosystème et du géofaciès. Vue en direction de l’est sur la surface mésotertiaire (à environ 170 m) dominant par l’intermédiaire du talus aclinal de l’Île-de-France un lambeau de la surface de l’argile à silex au premier plan (à environ 130 m). B : Échelles du géofaciès et du géotope. Dans la sablière de Broué, les deux paléosurfaces ne sont plus séparées que par un intervalle d’une dizaine de mètres ; en direction du Perche, à l’ouest, la surface mésotertiaire s’est substituée à la surface de l’argile à silex au terme d’un long processus de regradation acyclique (Klein, 1975). C : Échelle de la région naturelle (mégaforme) avec la vallée de la Seine en aval de Paris et les collines du Perche à l’ouest de Chartres (données SRTM). Dans l’encadré : localisation des fig. 3 A et B, clichés C. Giusti.
A : Geosystem and Geofacies scale. View looking east on the Mid-Cenozoic Surface (about 170 m) separated from the Clay-with-flints Surface in foreground (about 130 m) by the flat-lying caprock topography of the Ile-de-France plateau. B : Geofacies and Geotope scale. In the sand quarry of Broué, the two palaeosurfaces are separated by an interval of only ten meters ; towards the Perche Hills, to the West, the Clay-with-flints Surface has been replaced by the Mid-Cenozoic Surface through a protracted process of regolith stripping and weathering (acyclic regradation sensu Klein, 1975). C : Natural Region Scale (Megaform) focusing on the valley of the Seine downstream from Paris and the Perche Hills west of Chartres (SRTM data). In the box : location of fig. 3 A and B, photos : C. Giusti.

17Au nord de Chartres, les sablières de Broué (Eure-et-Loir) permettent d’observer le contact géologique de la série cénozoïque du centre du Bassin de Paris, ici les Sables de Fontainebleau d’âge rupélien (Stampien), reposant en discordance de stratification sur un substrat composé par les craies à silex de Normandie, ici d’âge sénonien (Ménillet et Crahet, 1971). Un énorme intervalle de temps, de l’ordre de 40 Ma, sépare donc les craies du substrat et les sables surincombants. De surcroît, le contact est bien une discordance, comme le montre la cartographie géologique (Ménillet et Crahet, 1971) : d’une part, l’étude des microfaunes de la craie sénonienne permet la mise en évidence d’une biozonation qui révèle un dispositif monoclinal avec succession des couches du Coniacien au SW de la feuille, au Campanien au NE, selon un pendage inférieur à 1° ; d’autre part, les sables reposent directement sur la craie dans le secteur de Broué (Thimerais) alors que plus à l’est, dans le massif forestier de Rambouillet (Yvelines), une série éocène s’interpose entre craies et sables (Ménillet et Crahet, 1971). La présence d’un épais manteau d’altération au toit des craies sénoniennes, noté RS pour « résidus à silex » (Ménillet et Crahet, 1971), est associée à la « surface de l’argile à silex », un objet géomorphologique particulièrement important et un précieux jalon dans l’histoire morphogénétique du contact entre le Massif armoricain et le Bassin de Paris (Klein, 1975, 1997). La coloration ocre à orangée des sables stampiens (fig. 4B), d’un blanc pur lorsqu’ils sont intacts, signe la présence d’argiles à meulières au toit de la formation sableuse. Noté RM sur la carte géologique pour « formation résiduelle à meulière de Montmorency, meulières, sables argileux rougeâtres » (Ménillet et Crahet, 1971), ce dépôt témoigne lui-même d’un autre objet géomorphologique non moins important et jalon non moins essentiel de la morphogenèse régionale : la « surface fini-oligocène » ou « surface mésotertiaire » (Klein, 1975, 1997). Aux échelles du géosystème et du géofaciès (Bertrand, 1968), il n’est pas facile d’expliquer la planéité de formes du relief comme celles des paysages du Thimerais à l’ouest de Paris (fig. 4A), et encore moins le fait qu’à l’échelle du géotope (fig. 4B), une dénivellation d’une dizaine de mètres puisse séparer deux objets géomorphologiques distants de 40 Ma à l’aune du temps profond, ou deep time (Gould, 1987). Les mécanismes de la regradation et de l’aggradation et le mode d’évolution acyclique sont des concepts qui éclairent un dispositif où la faiblesse des écarts altitudinaux séparant des objets géomorphologiques très différents est la signature d’une suite de séquences géomorphogéniques au cours desquelles des formes planes, les vastes plaines d’érosion apparues au cours des temps post-varisques (Permien et Trias pour l’essentiel), vont le demeurer jusqu’au début du Miocène, étant bien précisé qu’à partir du Néogène, ce sont les mécanismes de la dissection qui l’ont emporté peu à peu (Klein, 1975), aboutissant au démantèlement de la surface mésotertiaire, au dégagement des formes structurales et, plus récemment encore, à la mise en place des modelés climatiques de revêtement étudiés notamment par Y. Dewolf (1982) et J.-P. Lautridou (1985).

18En terme de patrimoine, la carrière de Broué (fig. 4) peut donc être lue à quatre niveaux, seuls les deux premiers concernant le patrimoine géomorphologique : 1) le niveau du géotope, pour ses aspects lithologique, pétrographique, stratigraphique, tectonique, géomorphologique, tant par les formations (craie, sables, altérites) que par les structures (pendage horizontal) et les traces de formes (surfaces d’aplanissement) ; 2) le niveau du géofaciès côté carrière (fig. 4B, droite) avec un front de taille montrant la superposition de formes non triviales, les deux aplanissements ; 3) le niveau du géosystème côté paysage avec, en direction de l’ouest (fig. 4B, à gauche), la convergence en plan des deux aplanissements indiquant la substitution acyclique de la surface mésotertiaire à la surface de l’argile à silex, alors qu’en direction de l’est (fig. 4A), au niveau de la forêt de Rambouillet, les deux formes sont superposées (surface de l’argile à silex au premier plan, surface mésotertiaire au sommet du plateau boisé à l’arrière-plan) et séparées par la masse des Sables de Fontainebleau ; 4) enfin, au niveau de la « région naturelle » et du « domaine » (Bertrand, 1968), donc au-delà des possibilités du regard humain (largeur et longueur de vue), la mégaforme et les relations couplées d’un massif ancien et de ses enveloppes sédimentaires (fig. 4C). Pour l’étude des modelés climatiques, peu perceptibles sur les deux photos (fig. 4 A et B), il faudrait se tourner vers d’autres affleurements, sites de carrières et de talus routiers pour l’essentiel. À Broué même, l’exploitation de la sablière a livré un outillage préhistorique (Martine et al., 1934), et la présence du toponyme « Le Télégraphe » rappelle que ces modestes hauteurs ont porté une des stations de la ligne optique Paris-Brest par Dreux (système des frères Chappe, dit « télégraphe Chappe », fonctionnel de 1793 à 1854). Par rapport à la valeur scientifique du géomorphosite, ces éléments permettent de compléter l’étude en terme de valeurs additionnelles, ce qui nous amène logiquement à la question du sens ou de la signification d’un géomorphosite, de ses fonctions et de ses usages.

Les géomorphosites et la hiérarchie des valeurs

19De nombreuses études ont été consacrées à la définition et à l’évaluation des critères qui fondent la valeur d’un géomorphosite (Reynard, 2004c, 2005a ; Reynard et al., 2009). Certains auteurs comme V. Grandgirard (1997, 1999) insistent sur les critères scientifiques : rareté, exemplarité pour les sciences de la Terre, etc. (Reynard, 2009a). D’autres auteurs ont proposé de tenir compte également des valeurs s’attachant tant à la perception qu’à l’exploitation d’un objet ou d’un site : valeur scientifique mais aussi valeurs esthétique, culturelle, historique et économique (Panizza et Piacente, 1993 ; Panizza, 2001 ; Panizza et Piacente, 2003). Pour E. Reynard (2004b, 2005a, 2009a), il est possible de tenter une synthèse des deux approches précédentes : ainsi, tout ce qui au plan scientifique relève de l’histoire de la Terre et permet d’en comprendre le fonctionnement déterminera la « valeur centrale » d’un géomorphosite, quand les aspects esthétiques, écologiques, culturels ou économiques permettront de définir des valeurs dites « additionnelles ». Or, comme le note lui-même E. Reynard (2005a), ces valeurs débouchent sur des usages et des pratiques diverses qui font que les reliefs et les formes associées constituent « des ressources naturelles, culturelles et économiques ». De notre point de vue, les notions de sens, signification, valeur, fonction, usage, ne sont pas synonymes et il convient en effet d’établir une échelle de valeurs hiérarchisées, complémentaire des échelles spatiales et temporelles évoquées dans les deux premières parties. Si la distinction entre valeur(s) centrale(s) et valeurs additionnelles est absolument fondamentale, on observera, d’une part que le concept de « valeur culturelle » ouvre un domaine presque infini puisque les dimensions historiques et religieuses d’un site sont également à considérer (fig. 1 in Reynard, 2009a) ; d’autre part, que la « valeur scientifique » recouvre deux niveaux : celui du discours premier spécialisé (le géomorphologue, le géologue, le géophysicien…), ou valeur scientifique proprement dite, et celui du discours de l’histoire des sciences et de l’épistémologie, dérivé du précédent (Giusti, 2006). Enfin, il faut tenir compte de ce que le grand public hétérogène auquel est destinée l’action patrimoniale est susceptible de former des sous-ensembles contrastés selon des critères d’éducation (culture de masse, culture spécialisée, world culture), d’âge (enfants, adolescents, adultes, seniors), voire de handicap (cécité, surdité, personnes à mobilité réduite). Ce qui soulève le problème du type de mise en valeur (lourde ou légère) et de son mode (vulgarisation rationnelle versus vulgarisation sensationnelle).

20Toutefois, ce n’est pas la valeur marchande mais la valeur et le discours scientifique qui sont au cœur de la notion de géo(morpho)site et, comme le montre l’exemple du contact entre Thimerais et Forêt d’Yvelines développé dans la deuxième partie (fig. 4), le plus spectaculaire n’est pas toujours le plus signifiant. L’établissement des propriétés scientifiques d’un site relève des discours spécialisés qui, dans l’ordre de la connaissance rationnelle, sont premiers par rapport à tout le reste et permettent d’en définir la valeur centrale, les valeurs additionnelles étant par comparaison de l’ordre des discours dérivés. Nous posons ici les questions de savoir, premièrement si les valeurs épistémologiques et pédagogiques ne pourraient pas être incluses dans un ensemble de valeurs « sociétales » (l’environnement, l’économie, la société, l’enseignement), et deuxièmement, si tout ce qui concerne les aspects esthétiques, religieux, identitaires, historiques, politiques… ne pourrait pas être érigé en un ensemble autonome, celui des « valeurs culturelles » prises dans toute leur diversité et toute leur complexité ? (Panizza et Piacente, 2003). Dans ce cas, la valeur globale d’un géomorphosite serait toujours égale à la somme des valeurs centrales (i.e., scientifiques) et additionnelles (Reynard, 2005a), mais celles-ci seraient appréhendées dans leur double composante sociétale et culturelle (fig. 5).

Fig. 5 – Valeurs centrale et additionnelles d’un géomorphosite (d’après Reynard, 2009a, fig. 1, modifiée).
Fig. 5 – Central and additional values of a geomorphosite (after Reynard, 2009a, fig. 1, modified).

Fig. 5 – Valeurs centrale et additionnelles d’un géomorphosite (d’après Reynard, 2009a, fig. 1, modifiée). Fig. 5 – Central and additional values of a geomorphosite (after Reynard, 2009a, fig. 1, modified).

La valeur globale d’un géomorphosite est déterminée par la somme de sa valeur centrale (discours scientifique : géodynamique externe, géodynamique interne, géographie physique, géologie, géomorphologie, géophysique, géosciences de l’environnement) et de ses valeurs additionnelles, lesquelles peuvent être décomposées en valeurs sociétales (écologique, économique, épistémologique, pédagogique, sociale) et en valeurs culturelles (esthétique, identitaire, historique, politique, religieuse).
The global value of a geomorphosite is determined by the sum of its central value (scientific discourse : Earth Surface Science, Geodynamics, Geology, Geomorphology, Geophysics, Physical geography) and its additional values, which can be decomposed into societal values (ecological, economical, educational, epistemological, social) and cultural values (aesthetic, cultural identity, historical, political, religious).

Les valeurs sociétales

21De nombreux géomorphosites comme le Cervin, Uluru (Ayers Rock), ou le Mont Saint-Michel, cumulent les valeurs additionnelles (Reynard, 2005a, 2009a. Fouache et Rasse, 2009). Parce que les sites de grande notoriété font l’objet de flux touristiques soutenus, ils sont une ressource dont l’économie et la population locale bénéficient plus ou moins. Cependant, l’exploitation de la ressource entraîne un coût environnemental tant à travers l’impact du transport aérien que par les risques de dégradation liés à une fréquentation excessive du milieu, et un coût sociétal lorsque surgissent les conflits d’usage (Reynard, 2005b, 2009a). En même temps, cette fréquentation est un gage de grande visibilité : un géomorphosite peut donc constituer un support idéal pour éveiller l’attention du public aux difficiles questions environnementales, y compris dans leurs probables implications socio-économiques. À titre d’exemple, les politiques de l’eau et l’impact des activités humaines sur les nappes souterraines et les rivières seraient peut-être mieux comprises et plus facilement acceptées si les notions complexes de flux, d’hydrosystème fluvial, de réservoir, de nappe, de bassin-versant… étaient mises en valeur et expliquées à l’aide de matériels appropriés sur des sites-support qui pourraient être des géomorphosites actifs ou passifs. Qu’ils soient célèbres ou moins connus, la plupart des géo(morpho)sites possèdent une valeur pédagogique et épistémologique, qui plus largement renvoie à l’histoire des géosciences et à celle de la Terre. Les départements des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence (les « Basses-Alpes » de jadis) sont historiquement en France depuis le XIXe siècle un terrain d’expériences sur l’érosion torrentielle (Surell, 1841 ; Demontzey, 1882, 1894). Aujourd’hui encore, les quatre bassins versants expérimentaux de Draix, près de Digne, supportent d’actives investigations quantitatives sur les dynamiques érosives ravinantes dans les Terres noires jurassiques (fig. 6A) et forment un Observatoire de recherche en environnement, mais à l’accès réglementé (Ballais, 1996 ; Lecompte et al., 1998 ; Mathys et Poesen, 2005). En revanche, le torrent du Riou Bourdoux, creusé dans les flyschs et les marnes à l’ouest de Barcelonnette, est ouvert au public (fig. 6B).

Fig. 6 – L’érosion torrentielle dans les Terres noires jurassiques des Alpes de Haute-Provence, Alpes du Sud, France.
Fig. 6 – Gully erosion in the Jurassic Black Marls, Alpes de Haute-Provence, Southern Alps, France.

Fig. 6 – L’érosion torrentielle dans les Terres noires jurassiques des Alpes de Haute-Provence, Alpes du Sud, France. Fig. 6 – Gully erosion in the Jurassic Black Marls, Alpes de Haute-Provence, Southern Alps, France.

A : Valeur scientifique : les « roubines » ou badlands du site expérimental de Draix, au nord-est de Digne (cliché : C. Giusti). B : Valeur épistémologique : série de barrages étagés d’âges variés perpendiculaires au talweg du Riou Bourdoux, à l’ouest de Barcelonnette (cliché : C. Giusti). C : Valeur pédagogique : couverture du prospectus du Service de Restauration des Terrains en Montagne des Alpes de Haute-Provence édité à l’occasion des « Journées du Patrimoine » (document RTM-ONF).
A : Scientific value : the "roubines" or badlands of the Draix experimental catchment, north-east of Digne (photo : C. Giusti). B : Epistemological value : check-dams of varied ages perpendicular to the talweg of Riou Bourdoux, west of Barcelonnette (photo : C. Giusti). C : Educational value : Front page of the flyer published for the Journées du Patrimoine by the Service de Restauration des Terrains en Montagne, Alpes de Haute-Provence, ONF-RTM.

22Géré par le Service de restauration des terrains en montagne (RTM) des Alpes-de-Haute-Provence, il a servi dès 1832 de terrain d’essai pour la correction torrentielle avec la construction d’environ 2000 ouvrages de type et d’importance variables (Delsigne et al., 2001). Grâce à une route d’accès et aux sentiers aménagés, ce « monstre » en partie maîtrisé sert de support à des manifestations comme les « Journées du Patrimoine » (fig. 6C). Dans le département de la Haute-Savoie, la cascade du Nant d’Arpenaz (fig. 3B) n’est un géomorphosite vraiment actif qu’à la suite de précipitations ou en période de fonte des neiges. Mais la valeur du site réside moins dans ce qu’il nous apprend des processus de l’érosion montagnarde (torrentielle, fluvio-glaciaire, cryo-nivale…), actuelle ou passée, et des formes plissées en structure charriée, que dans ce qu’il représente au plan de l’histoire de la géologie. La chute d’eau commence à scier en gorge un pli synclinal couché et faillé à armature tithonique appartenant à l’unité de la Pointe d’Arreu du domaine delphino-helvétique (Pairis et al., 1992). Or, cette structure fait partie d’un système de plis couchés dysharmoniques observé dès 1760 par H.-B. De Saussure, à l’occasion d’un déplacement de Genève à Chamonix. En 1784-1786, il fait appel dans ses notes (fig. 7A) au concept de « refoulement horizontal », tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre, pour expliquer ces structures en « C » : à ce titre, De Saussure apparaît comme un pionnier de la tectonique moderne (Gohau, 1990 ; Ellenberger, 1994 ; Carozzi, 2005). Il est intéressant, dans ce cas, de comparer les conceptions actuelles en matière de stratigraphie et de tectonique (affectation litho- et chronostratigraphique précise des différentes formations, analyse fine de la structure et découpage de l’empilement des terrains en Autochtone, Parautochtone et nappes superposées) avec les premières observations il y a plus de deux siècles : la stratigraphie est alors rudimentaire, les deux points qui frappent l’observateur étant la géométrie des couches au niveau de la cascade (« couches circulaires » versus « couches horizontales ») et, au plan géomorphologique, l’élargissement de la vallée, interprété selon la théorie alors en vigueur des « angles saillants et rentrants » (Ellenberger, 1994). La cascade du Nant d’Arpenaz dans la vallée de l’Arve n’est pas sans rappeler celle de la Pissevache dans la vallée du Rhône : elles sont toutes deux des exemples de cascade de raccordement postglaciaire creusées par érosion régressive, en roches sédimentaires (nappes du Chablais) ou cristallines (massif des Aiguilles Rouges). Lorsque l’érosion est plus avancée, apparaissent d’étroites gorges, comme celles de la Diosaz en Haute-Savoie ou bien du Dailley, du Trient et du Triège en Valais (Kozlik et al., 2009). Tous ces géo(morpho)sites (vallées principales, vallées affluentes, cascades et gorges de raccordement postglaciaire…) ont en commun leur relative accessibilité et un intérêt particulier du point de vue éducatif. Et l’on rappellera qu’ils ont été avec de nombreux autres au cœur des études de géomorphologie glaciaire (fig. 7B) que le géographe E. De Martonne n’a cessé de conduire tout au long de sa carrière (Giusti, 2009).

Fig. 7 – Tectonique et géomorphologie dans les Alpes du Nord : la valeur épistémologique des objets ex situ.
Fig. 7 – Tectonics and geomorphology in the northern Alps : the epistemological value of ex situ objects.

Fig. 7 – Tectonique et géomorphologie dans les Alpes du Nord : la valeur épistémologique des objets ex situ. Fig. 7 – Tectonics and geomorphology in the northern Alps : the epistemological value of ex situ objects.

A : Partie inférieure du pli en S de la cascade du Nant d’Arpenaz (Haute-Savoie, France), par H.-B. De Saussure ; notes de terrain du 10 juillet 1774, conservées à la Section des Manuscrits de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève (in Carozzi, 2005, fig. 14, p. 38). B : La vallée du Châtelard depuis Finhaut (Valais, Suisse) par E. De Martonne ; carnet D, 1914, conservé dans les archives réservées de la Bibliothèque de l’Institut de Géographie de Paris (in Giusti, 2009).
A : Lower part of the Nant d’Arpenaz waterfall S-fold (Haute-Savoie, France), by H.-B. De Saussure ; field notes of July 10, 1774, preserved in the Manuscripts Section of the Public and University Library, Geneva (in Carozzi, 2005, fig. 14, p. 38). B : The Châtelard Valley from Finhaut (Wallis, Switzerland), by Emmanuel de Martonne ; sketchbook D, 1914, preserved in Paris in a restricted repository at the Geographic Institute library (in Giusti, 2009).

23Outre la géomorphologie et la tectonique, de nombreux géosites possèdent une grande valeur épistémologique en histoire des sciences de la Terre, comme les stratotypes, les discordances, les sites pétrographiques, minéralogiques, paléontologiques…. À ce titre, nous citerons en France le cas de la région Bretagne comme exemple emblématique d’une politique volontariste de mise en valeur systématique (protection, conservation, promotion) du patrimoine géologique, menée depuis 1976 (Jonin, 2008). La Société géologique et minéralogique de Bretagne (SGMB) est très active : elle organise, avec le concours de chercheurs et d’enseignants-chercheurs des établissements universitaires de Brest, Lorient, Nantes et Rennes, des réunions et des sorties annuelles sur le terrain, assure la remise en état de carrières remarquables (Jonin, 2004, 2005) pour la compréhension de l’histoire géologique du Massif armoricain (fig. 8) et anime un site web hébergé par l’université Rennes 1 avec plusieurs pages consacrées à des géosites où les valeurs additionnelles viennent compléter une valeur scientifique éminente (fours à chaux de Lormandière, sentier des kaolins de Ploeumeur, vallée de la Rance, complexe granitique de Ploumanac’h…).

Fig. 8 – Réhabilitation et mise en valeur d’un géotope remarquable pour le patrimoine géologique : la carrière de la Marette, commune de Saint-Malon-sur-Mel, Ille-et-Vilaine (Bretagne, France).
Fig. 8 – Rehabilitation and development of a Geotope of great value to geological heritage : the Marette quarry, Saint-Malon-sur-Mel, Ille-et-Vilaine (Brittany, France).

Fig. 8 – Réhabilitation et mise en valeur d’un géotope remarquable pour le patrimoine géologique : la carrière de la Marette, commune de Saint-Malon-sur-Mel, Ille-et-Vilaine (Bretagne, France). Fig. 8 – Rehabilitation and development of a Geotope of great value to geological heritage : the Marette quarry, Saint-Malon-sur-Mel, Ille-et-Vilaine (Brittany, France).

A : Le front de taille après nettoyage, montrant la discordance angulaire séparant les formations briovériennes (à gauche : schistes et grès verdâtres avec intercalations de niveaux conglomératiques, i.e. Poudingue de Gourin) des formations paléozoïques (à droite : conglomérat à la base, i.e. Poudingue de Montfort, puis schistes et grès fins de teinte violacée de la Formation ordovicienne de Pont-Réan). B : Panneau en lave émaillée du pupitre d’interprétation. Les opérations de réhabilitation (purge et dévégétalisation du front de taille, mise en sécurité, installation du pupitre, diffusion d’un document pédagogique) ont été réalisées en 2003-2004 sous l’égide de la SGMB (Jonin, 2004). Clichés : C. Giusti.
A : Refreshed quarry face showing the angular unconformity between the Brioverian formations (on the left : green shales and sandstones with interbedded conglomeratic levels, i.e. Poudingue de Gourin) and Palaeozoic formations (on the right : conglomerate at the lower level, i.e. Poudingue de Montfort ; then purple shales and sandstones, Ordovician Formation of Pont-Réan). B : Panel of glazed lava with interpretation sketch. Rehabilitation operations (purge and cleaning, security perimeter, installation of the panel, distribution of educational material) were carried out in 2003-2004 under the auspices of the SGMB (Jonin, 2004). Photos : C. Giusti.

24À partir du discours scientifique premier, accompagné ou non de sa mise en perspective épistémologique, une autre application est donc celle de l’éducation du grand public, qui repose sur la valeur pédagogique des géosites et offre la possibilité de réfléchir à ce que pourrait être un géomorphosite « civique » (ou « citoyen »). Pour illustrer cette notion, nous prendrons cette fois non pas le phénomène lui-même (le torrent, le glacier, le plissement, la discordance), mais la façon dont celui-ci est abordé à partir de l’exemple du risque sismique associé au système faillé de San Andreas en Californie. L’objectif de S.E. Hough (2004) dans son livre Finding fault in California est d’offrir une forme d’éducation civique aux risques naturels, mais en dehors du milieu scolaire. Ce guide de terrain pour le grand public ne propose en effet rien de moins au lecteur que de partir à la découverte de l’une des géologies les plus complexes au monde, celle de l’État de Californie (et aussi des États limitrophes), de leurs failles plus ou moins actives, de l’impact des séismes récents ou anciens sur les reliefs à travers la notion de « dynamic landscape », et quel que soit le degré d’anthropisation des territoires considérés (fig. 9). Les sites choisis (rivières détournées, bords de trottoirs déformés, talus tectoniques…) ont évidemment une valeur pédagogique directe, mais la réduction de vulnérabilité qu’ils autorisent leur confère indirectement une valeur socio-économique. Bien que le lien soit moins apparent, les valeurs écologique et épistémologique des géomorphosites ouest-américains ne sauraient être sous-estimées. D’abord parce que les environnements aride ou semi-aride du Far West ont contribué (et contribuent toujours) à la renommée des paysages, ceux-là mêmes qui inspirèrent C.O. Sauer pour son article séminal de 1925, The morphology of landscape. Ensuite parce que du fait de leur luminosité et de leur végétation particulières, ces milieux ont permis (et permettent toujours) une lecture optimale des structures géologiques et des formes du relief de surface, au point que cette partie du monde a sans doute vu naître la plupart des grandes innovations conceptuelles de la géomorphologie, depuis l’époque des J.W. Powell (géomorphologie structurale et fluviale), G.K. Gilbert (process geomorphology), W.M. Davis (cycle d’érosion)… jusqu’à l’essor récent de la Tectonic geomorphology et du concept de « paysage dynamique » (Dufaure, 2007).

Fig. 9 – Valeurs sociétales. Le système faillé de San Andreas et l’éducation au risque sismique selon S.E. Hough (2004) : un possible réseau de géomorphosites à valeur pédagogique.
Fig. 9 – Societal Values. Education to the seismic risk through the San Andreas Fault system, by S.E. Hough (2004) : a possible network of disconnected geomorphosites with educational value.

Fig. 9 – Valeurs sociétales. Le système faillé de San Andreas et l’éducation au risque sismique selon S.E. Hough (2004) : un possible réseau de géomorphosites à valeur pédagogique. Fig. 9 – Societal Values. Education to the seismic risk through the San Andreas Fault system, by S.E. Hough (2004) : a possible network of disconnected geomorphosites with educational value.

A : En couverture, invitation au tourisme scientifique sur fond de scarplet métrique produit par le séisme de Landers (1992). B : En quatrième de couverture, argumentaire et référence à la notion de « dynamic landscape ».
A : Front page, invitation to scientific tourism illustrated by a meter-high scarplet produced during the Landers earthquake (1992). B : Back cover : justification blurb, with special mention of the concept of “dynamic landscape”.

Les valeurs culturelles

25Le grand tremblement de terre de San Francisco (1906) a fait l’objet d’un film en 1936, presqu’entièrement tourné en décors artificiels dans les studios d’Hollywood. Le séisme de Loma Prieta (1989) a bénéficié d’une couverture TV inattendue, car les secousses se sont produites pendant l’échauffement pour le troisième match des World series 1989, qui opposait ce jour là les Athletics d’Oakland et les Giants de San Francisco. Et dans « 2012 », R. Emmerich et H. Kloser font s’effondrer San Francisco dans le Pacifique ! Dans un autre genre que le film-catastrophe, le western, les formes du relief de l’Utah et de l’Arizona représentent peut-être un peu plus qu’un décor pour le cinéaste J. Ford, dans des films comme Stagecoach (1939), My darling Clementine (1946), Fort Apache (1948), She wore a yellow ribbon (1949) ou Rio Grande (1950), avec les paysages de Monument Valley et du canyon du Colorado en toile de fond (Giusti, 2008). En tant que haut lieu de la civilisation Navajo, que paysage emblématique du western hollywoodien (John Ford’s point), qu’élément de la culture nord-américaine (le Septième art), mais aussi comme site d’intérêt géomorphologique doublé d’une valeur épistémologique (un des lieux d’émergence de l’étude des formes du relief au XIXe siècle), Monument Valley cumule les valeurs scientifiques, sociétales et culturelles. Le géomorphosite revêt donc une valeur culturelle dans le cas de territoires qui sont des « lieux de mémoire », pour reprendre la belle expression de l’historien P. Nora (1984-1993). Mais la basilique Sainte-Madeleine de Vézelay, « église immense qui est en elle-même l’effet d’une longue histoire », ne serait pas un de ces « hauts lieux d’Occident » sans la colline dont elle occupe le sommet (Lobrichon, 1993), « Colline éternelle » pour l’historien et homme politique français M. Druon (1968). Le monument et sa colline-support (une butte-témoin du recul de la cuesta bathonienne, entièrement incluse dans l’aire de 183 ha, et dominant de 150 m le fond de la vallée de la Cure) ont été inscrits en 1979 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des critères « i » et « vi » : « représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain », et « être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle » (URL : http://whc.unesco.org/​fr/​list/​84/​). Au chevet, depuis la terrasse, la vue porte en direction du sud-ouest sur la cuesta-double de Tharoiseau, la dépression péri-morvandelle, les hauteurs boisées du Morvan cristallin. Plus à l’est, en Saône-et-Loire, la Roche de Solutré est un autre haut-lieu, « Grand site de France » cumulant les valeurs scientifiques (géologie, archéologie, paléo-environnements, géomorphologie), sociétales (viticulture de qualité, tourisme vert) et culturelles (musée de la Préhistoire, lieu de pèlerinage politique).

26G. Hugonie (2009) a très clairement montré que de modification en modification, le Mont-Blanc (texte, dessin ou photo) résiste à tous les changements de programme de Seconde. Au delà du fait que les montagnes sont systématiquement privilégiées par rapport aux plaines dans l’inconscient collectif (Moriniaux, 2009), une hypothèse alternative est qu’il plairait aux Français d’exercer la souveraineté sur le supposé « point culminant de l’Europe », partant, de se reconnaître en ce territoire d’altitude immaculé (fig. 10A). Dans cette perspective, le Mont-Blanc acquerrait la valeur d’un géomorphosite identitaire, fonction que des sites comme celui d’Alésia, de Vézelay, de la butte de Sion-Vaudémont, la « Colline inspirée » de M. Barrès, ont rempli à d’autres époques de l’histoire de France (Nora, 1984-1993). Dans un autre contexte, celui des événements de la seconde guerre mondiale, les plages du débarquement de juin 1944 en Normandie, notamment celle d’Omaha avec le cimetière de Colleville-sur-Mer, ainsi que les falaises de la Pointe du Hoc (fig. 10B), pourront aussi être définies comme des géomorphosites à valeur identitaire. La souveraineté des États-Unis d’Amérique s’exerce en divers lieux hautement symboliques, régulièrement visités et périodiquement honorés lors des cérémonies d’anniversaire, le cinéma participant à la fabrique de la conscience collective avec des films comme The longest day (1962) ou Saving private Ryan (1998). Dans certains cas, le statut de géomorphosite n’est pas attribué par un spécialiste en vertu de critères scientifiques, mais semble directement inscrit de façon empirique dans le paysage lui-même à travers la toponymie. C’est ce que tendrait à suggérer un relevé (Planas et al., 2008) portant sur le substrat pré-roman (lurr/lorr) de toponymes basques (lurte, lorte), et indiquant les lieux où se sont produits des glissements de terrains, des coulées de débris (laves torrentielles) ou des avalanches depuis plus de 2000 ans. Dans cette étude, les effets de la géodynamique externe sont pistés à travers l’évolution des racines basques, les sites associés pouvant être définis comme des géomorphosites à valeur vernaculaire. Avec ses grands glissements de terrain, l’Andorre (par exemple, le Forn de Canillo) pourrait constituer un terrain de choix pour préciser le concept. Dans les Dolomites, le toponyme ladin « Roiba » sert de temps immémorial à désigner les frane, ou grands glissements de terrain (Dibona, 2009). Innombrables, enfin, sont les « géomorphosites-miroirs », ces paysages dans lesquels l’artiste ou le scientifique trouveront les chemins de l’universel, ces paysages grâce auxquels chacun se retrouvera en colloque singulier dans le reflet de sa propre culture. Ainsi la Sainte-Victoire est-elle sans doute à jamais « la montagne de Paul Cézanne » (Ballais, 2009), comme les paysages picaresques de la Mancha, des Lagunas da Ruidera et des sources du Guadiana sont à jamais associées à l’œuvre épique de Cervantès.

Fig. 10 – Valeurs culturelles. Éléments pour la définition de géomorphosites à valeur identitaire.
Fig. 10 – Cultural values. Elements for the definition of geomorphosites with cultural identity value.

Fig. 10 – Valeurs culturelles. Éléments pour la définition de géomorphosites à valeur identitaire. Fig. 10 – Cultural values. Elements for the definition of geomorphosites with cultural identity value.

A : Le Mont-Blanc vu depuis les Dômes de Miage : ce paysage évoque l’histoire de l’alpinisme et rappelle qu’à l’aube du troisième millénaire, la question du tracé de la frontière entre la France et l’Italie n’est toujours pas tranchée. B : La Pointe du Hoc vue depuis le mémorial américain : deux jours après le débarquement, seuls 90 des 225 Rangers engagés pour l’assaut étaient encore en vie. En janvier 1979, la France a légué une partie des terrains de la Pointe du Hoc aux États-Unis d’Amérique. Clichés : C. Giusti.
A : The Mont Blanc seen from the Dômes de Miage : the landscape evokes the history of mountaineering and reminds us that at the dawn of the third millennium, the issue of delimitation of the border between France and Italy is still not resolved. B : The Pointe du Hoc view from the American memorial : two days after landing, only 90 of the 225 Rangers committed to the assault were still alive. In January 1979, part of the land around the Pointe du Hoc was given to the United States of America by the French Republic. Photos : C. Giusti.

Conclusion

27En France, le patrimoine géomorphologique relève de l’Inventaire national du patrimoine géologique (INPG), pour lequel une méthodologie a été élaborée au niveau national (De Wever et al., 2006), ceci afin d’assurer l’homogénéité et de garantir la cohérence des opérations sur l’ensemble du territoire. Bien que les milieux naturels soient des systèmes complexes, le Vade-mecum pour l’INPG tend à privilégier une approche analytique (De Wever et al., 2006). En ce qui concerne les notions de patrimoine naturel et de patrimoine géologique, il est clair que les modifications apportées au Code de l’environnement par la Loi « Démocratie et proximité » de 2002 sont le reflet de l’évolution d’un droit national qui remonte au XIXe siècle, mais qui s’adapte peu à peu aux conséquences de textes internationaux comme la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (UNESCO, 1972). Pour les notions jumelles de « géosite » et de « géotope », dont l’usage est essentiellement affaire d’aire culturelle (Reynard et al., 2009), l’idée est émise de reconnaître au concept de « géosite » un sens générique, partant une dimension englobante qui inclurait les notions de géotope, de géofaciès et de géosystème (Bertrand, 1968). D’autres éléments de discussion portent sur des questions de terminologie et sur la relative discrétion du Vade-mecum vis à vis des particularités du patrimoine géomorphologique. Comme le rappelle E. Reynard (2009a), les géomorphosites ne sont que l’un des nombreux types de géosites qui intéressent le vaste champ disciplinaire des sciences de la Terre : les sites géomorphologiques coexistent au sein d’une galaxie de géosites structuraux, paléontologiques, sédimentologiques, stratigraphiques, minéralogiques, géochimiques, pétrographiques, hydrogéologiques, spéléologiques, pédologiques, etc. Mais les sites à valeur géomorphologique, ou géomorphosites (Reynard et al., 2009), possèdent aussi des caractères spécifiques (O’Halloran et al., 1994 ; Reynard, 2009 a et b), pour partie liés à la dimension esthétique ou fonctionnelle de certains d’entre eux, les uns « monuments naturels », les autres « géotopes actifs » (Migoń, 2006, 2010). Plus largement, la notion de géomorphosite renvoie aux problématiques croisées du patrimoine et du paysage, lesquelles ne sont pas du seul ressort des sciences de la Terre. Et la plupart des géomorphosites soulèvent des questions scalaires d’une complexité qui n’a pas été toujours correctement perçue. 1) En ce qui concerne les échelles spatiales, on examine le couplage de l’approche des biogéographes (Bertrand, 1968 ; Bertrand et Bertrand, 2002) avec celle des spécialistes du patrimoine géomorphologique (Grandgirard, 1997 ; Reynard et Panizza, 2005 ; Pralong, 2006 ; Jonin et De Wever, 2008 ; Reynard et al., 2009). 2) En ce qui concerne les échelles temporelles, chaque géomorphosite devrait s’efforcer de distinguer au plan des discours et des représentations quatre ou cinq niveaux distincts de temporalités : le temps profond de la géologie, le temps long du Quaternaire, le passé lointain de la Préhistoire et des environnements postglaciaires, le passé plus proche de l’Histoire et des environnements sub-actuels, le temps présent des géotopes actifs et de l’interaction des dynamiques actuelles (internes ou externes, y compris anthropiques). 3) Enfin, en ce qui concerne l’échelle des valeurs, il est établi que la valeur globale d’un géomorphosite repose sur la somme de ses valeurs scientifiques (définies comme « centrales ») et de ses valeurs additionnelles (Reynard, 2009a). Simplement, on examine la possibilité de scinder les valeurs additionnelles en deux groupes : celui des valeurs sociétales pour tous les phénomènes relevant de l’économie, de l’enseignement, de l’environnement et de la société, celui des valeurs culturelles pour toutes les questions d’ordre esthétique, historique, identitaire, politique, religieux… (critères non limitatifs).

28En 2010, la Liste du patrimoine mondial comporte 890 biens dont 176 « biens naturels » et 25 « biens mixtes » (i.e., culturels et naturels). Dans le cas de la France, 2 biens sur 33 sont classés comme « naturels » (le golfe de Porto en Corse, les lagons de Nouvelle-Calédonie), 1 comme « bien mixte » de surcroît transfrontalier (Pyrénées-Mont Perdu). Le Réseau des grands sites de France comptait pour sa part 35 sites labellisés ou en voie de labellisation en juin 2009, du massif du Canigou aux Caps Blanc-Nez et Gris-Nez, du Cirque de Sixt-Fer-à-Cheval à la Pointe du Raz, de la vallée du Salagou au Puy de Dôme… En outre, il existe 327 réserves naturelles (régionales ou nationales), 46 parcs naturels régionaux et 9 parcs nationaux. La quasi totalité de ces sites et de ces structures sont ou recèlent des géomorphosites potentiels, à valeur globale probablement élevée car cumulant dimensions scientifiques, sociétales et culturelles. Moyennant une meilleure prise en compte de leurs spécificités, de nombreux géomorphosites devraient pouvoir être inscrits à l’INPG.

Haut de page

Bibliographie

Actes Symposium Digne (1994)Actes du Premier Symposium International sur la protection du patrimoine géologique, Digne-les-Bains, 11-16 juin 1991. Mémoires de la Société géologique France, 165, 276 p.

Ambert M. (2004)Contribution à la connaissance du patrimoine naturel languedocien : enjeux, concepts et applications. Géomorphologie et patrimoine. Thèse de doctorat, université Lumière (Lyon 2), 325 p.

Ambert M., Comte H., Bertrand C. (2004)Hérault, miroir de la Terre. Co-édition Les Presses du Languedoc et BRGM Éditions, Orléans, 158 p.

Aubert D. (1989)La protection des blocs erratiques dans le canton de Vaud. Bulletin de la Société vaudoise de Sciences naturelles, 79-3, 185-207.

Ballais J.-L. (1996) – L’âge du modelé de roubines dans les Préalpes du Sud : l’exemple de la région de Digne. Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 61-68.

Ballais J.-L. (2009) – Sainte-Victoire : la montagne de Paul Cézanne ? In Giusti C., Fouache É., Cossart É., Gramond D., Hobléa F., Jacob-Rousseau N. (Eds.) : Geomorphosites 2009 : Raising the Profile of Geomorphological Heritage through Iconography, Inventory and Promotion. Paris, Abstracts volume, 36-37.

Beckinsale R.P., Chorley R.J. (1991)The history of the study of landforms, or the development of Geomorphology. Historical and regional geomorphology (1890-1950). Routledge, London, New York, 496 p.

Bertrand G. (1968) – Paysage et géographie physique globale, esquisse méthodologique. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 93-3, 249-272.

Bertrand G. (1974)Essai sur la systématique du paysage : les montagnes cantabriques centrales (nord-ouest de l’Espagne). Thèse d’État, université de Toulouse, 1160 p.

Bertrand G. (1978)Les Hautes terres du sud-ouest du Massif Central. In Atlas et géographie du Midi toulousain, France. Flammarion, Paris, 211-232.

Bertrand G. (1986)Des rañas aux rasas : remarques sur le système montagne-piémont de la cordillère cantabrique centrale, Espagne du Nord-Ouest. In Montagnes et piémonts : hommage à François Taillefer. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1, 247-260.

Bertrand C., Bertrand G. (2002)Une géographie traversière. L’environnement à travers territoires et temporalités. Éditions Arguments, Paris, 314 p.

Bertrand C., Bertrand G., Raynaud J. (1978) –Le Sidobre (Tarn) : esquisse d’une monographie. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 49-2, 259-314.

Biot V. (2006) – Le tourisme souterrain en France. Karstologia Mémoires, 15, 236 p.

Birot P. (1955)Les méthodes de la morphologie. Presses Universitaires de France, Paris, 177 p.

Brossard T., Wieber J.-C. (1984) – Le paysage : trois définitions, un mode d’analyse et de cartographie. L’Espace géographique, 1, 5-12.

Burt T.P., Chorley R.J., Brunsden D., Cox N.J., Goudie A.S. (2008)The history of the study of landforms, or the development of Geomorphology. Quaternary and Recent Processes and Forms (1890-1965) and the Mid-Century Revolutions. Geological Society, Miscellaneous Special Publications, London, 1027 p.

Carozzi A.V. (2005)Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799) : un pionnier dans les Sciences de la Terre. Éditions Slatkine, Genève, 432 p.

Choay F. (1999)L’allégorie du patrimoine. Seuil, Paris, 276 p.

Choay F. (2009)Le patrimoine en questions. Anthologie pour un combat. Seuil, Paris, 220 p.

Comolet-Tirman J., Grech G., Siblet J.-Ph., Trouvilliez J. (2008) – Le patrimoine naturel protégé grâce aux Arrêtés préfectoraux de Protection de Biotope (APB) : milieux naturels, faune et flore. Un bilan après trente années d’existence d’un outil de protection souvent méconnu et sous-estimé. Rapport SPN 2008/2, MNHN-DEGB-SPN, Paris, 80 p. (http://inpn.mnhn.fr/docs/SyntheseAPB_fevrier2008.pdf).

Delsigne F., Lahousse P., Flez C., Guiter G. (2001) – Le Riou Bourdoux : un « monstre » alpin sous haute surveillance. Revue forestière française, 53-5, 527-541.

Demontzey P. (1882)Traité pratique du reboisement et du gazonnement des montagnes. Rothschild, Paris, XXXI + 528 p.

Demontzey P. (1894)L’extinction des torrents en France par le reboisement. Imprimerie Nationale, Paris, XI + 452 p.

Depraz S. (2008)Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux. Armand Colin, Paris, 320 p.

Dercourt J., Vaslet D. (2008) – Découvrir le patrimoine géologique de la France. Géosciences, 7-8, 252 p.

De Wever P. (2009) – Une nouvelle étape vers la reconnaissance du patrimoine géologique dans la loi. Géochronique, 112, 14.

De Wever P., Le Néchet Y., Cornée A. (2006) – Vade-mecum pour l’inventaire du patrimoine géologique national. Mémoire hors série de la Société géologique de France, 12, 162 p.

De Wever P., Cornée A., Egoroff G. (2009) – Patrimoine géologique : un inventaire et une stratégie d’aire protégée. Géochronique, 111, 22-25.

Dewolf Y. (1982)Le contact Île-de-France – Basse-Normandie. Évolution géodynamique. Thèse d’État, Éditions du CNRS, Paris, 251 p.

Dibona D. (2009) – Pralongià Field-trip. In Bruschi V.M., Coratza P., Corsini A., Marchetti M., Panizza M., Piacentini D., Soldati M. (Eds.) : The Role of Geomorphology in Land Management. Alta Badia Field-trip guide, III National AIGeo Conference, 24-42.

Druon M. (1968)Vézelay, colline éternelle. UGE 10-18, Paris, 220 p.

Dufaure J.-J. (2007) – L’analyse des formes structurales revisitée. Relations entre érosion différentielle, aplanissements et tectonique continentale. Géomorphologie : relief, processus, environnement 2, 159-176.

Ellenberger F. (1994)Histoire de la géologie, 2. La grande éclosion et ses prémices (1660-1810). Éditions Lavoisier, Paris, 384 p.

Fouache E., Rasse M. (2009) – Archaeology, geoarchaeology and geomorphosite management : towards a typology of geoarchaeosites. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) : Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 213-223.

Gall J.-C. (1995)Paléoécologie. Paysages et environnements disparus. Masson, Paris, 239 p.

Gauchon C. (1997) – Des cavernes et des hommes. Géographie souterraine des montagnes françaises. Karstologia Mémoires, 7, 246 p.

Georgel C. (2007)La forêt de Fontainebleau, un atelier grandeur nature. Musée d’Orsay, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 207 p.

Giusti C. (2006) – Pour une archéologie du discours géomorphologique. In Allée P., et Lespez L. (Eds.) : L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement. Table-ronde en l’honneur de René Neboit-Guilhot. Presses Universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 109-114.

Giusti C. (2007) – Le « terrain » pour les géomorphologues français aujourd’hui. In Hugonie G. (Ed.) : Le terrain pour les géographes, hier et aujourd’hui. Bulletin de l’Association des Géographes Français, 456-464.

Giusti C. (2008) – Libres regards d’un géomorphologue sur le paysage. Géosciences, 7-8, 34-41.

Giusti C. (2009) – Cultural Geomorphology : the Alps through De Martonne’s sketchbook. In Marchetti M., Soldati M. (Eds) : The Role of Geomorphology in Land Management. III AIGeo Conference in honour of Pr. Mario Panizza, Abstract Volume, DST-Modena, 101.

Giusti C., Fouache É., Cossart É., Gramond D., Hobléa F., Jacob-Rousseau N. (2009)Geomorphosites 2009 : raising the profile of geomorphological heritage through iconography, inventory and promotion. International Symposium, Abstracts Volume, Paris, 192 p.

Gohau G. (1990)Les sciences de la Terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. Naissance de la géologie. Albin Michel, Paris, 422 p.

Gorgeu Y., Jenkins C. (1995)La charte paysagère. Outil d’aménagement de l’espace intercommunal. La Documentation Française, Pratiques de l’intercommunalité, Paris, 188 p.

Gould S.J. (1987)Time’s arrow, time’s cycle. Myth and metaphor in the discovery of geological time. Harvard University Press, Cambridge, 222 p.

Gould S.J. (1991)Bully for Brontosaurus : reflections in natural history, 5. W.W. Norton & Company, New York, 540 p.

Grandgirard V. (1997)Géomorphologie, protection de la nature et gestion du paysage. Thèse de doctorat, université de Fribourg, 210 p.

Grandgirard V. (1999) – L’évaluation des géotopes. Geologia Insubrica 4, 59-66.

Grube A., Wiedenbein F.W. (1992) – Geotopschutz, eine wichtige Aufgabe der Geowissenschaften. Die Geowissenschaften, 8, 215-219.

Guichard-Anguis S., Héritier S. (2008) – Le patrimoine naturel entre culture et ressource. Géographie et cultures, 66, 143 p.

Gunnell Y. (2009)Écologie et société. Repères pour comprendre les questions d’environnement. Armand Colin, Paris, 416 p.

Héritier S., Laslaz L. (2008)Les parcs nationaux dans le monde. Protection, gestion et développement durable. Ellipses Éditions Marketing, Paris, 312 p.

Hobléa F. (1999)Contribution à la connaissance et à la gestion des géosystèmes karstiques montagnards : études savoyardes. Thèse de doctorat, université Lumière (Lyon 2), 995 p.

Hooke J.M. (1994) – Strategies for conserving and sustaining dynamic geomorphological sites. In O’Halloran D., Green C., Harley M., Stanley M, Knill J. (Eds) : Geological and Landscape Conservation. Geological Society, London, 191-195.

Hough S.E. (2004)Finding fault in California : an earthquake tourist’s guide. Mountain Press Publishing Company, Missoula, 263 p.

Hugonie G. (2009) – Les photographies de géomorphosites français dans les manuels de géographie des lycées et collèges des années 1940 à 2007. In Giusti C., Fouache É., Cossart É., Gramond D., Hobléa F., Jacob-Rousseau N. (Eds.) : Geomorphosites 2009 : Raising the Profile of Geomorphological Heritage through Iconography, Inventory and Promotion. Paris, Abstracts volume, 111.

Jonin M. (2004) – Réhabilitation du site géologique remarquable de la carrière de la Marette. Bulletin de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, D-1, 53-56.

Jonin M. (2005) – La carrière des Landes, un affleurement historique retrouvé. Bulletin de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, D-2, 59-63.

Jonin M. (2006)Mémoire de la Terre. Patrimoine géologique français. Delachaux et Niestlé, Paris, 191 p.

Jonin M. (2008) – Géodiversité en Bretagne. Un patrimoine remarquable. Les Cahiers naturalistes de Bretagne, Biotope, Mèze, 160 p.

Jonin M., De Wever P. (2008) – Le patrimoine géologique, mémoire de la Terre. Géosciences, 7-8, 18-25.

Klein C. (1975)Massif armoricain et Bassin Parisien. Contribution à l’étude géologique et géomorphologique d’un massif ancien et de ses enveloppes sédimentaires. Thèse d’État, Éditions Ophrys, Gap, 882 p.

Klein C. (1997)Du polycyclisme à l’acyclisme en géomorphologie. Éditions Ophrys, Gap, 302 p.

Kozlik L., Reynard E., Ehinger J., Fallot J.-M., Marthaler M. (2009) – Le patrimoine géomorphologique des vallées du Trient, de l’Eau Noire et de la Salanfe. Vallis Triensis, hors-série, 41 p.

Lautridou J.-P. (1985)Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du Nord-Ouest et plus particulièrement en Normandie. Thèse d’État, Centre de géomorphologie du CNRS, Caen, 908 p.

Lecompte M., Lhénaff R., Marre A. (1998) – Huit ans de mesures du ravinement des marnes dans les Baronnies méridionales (Préalpes françaises du sud). Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 351-373.

Lobrichon G. (1993) – Vézelay. In Nora N. (Ed.) : Les lieux de mémoire. III – Les France, 3, De l’archive à l’emblème, Hauts lieux. Gallimard, Paris, 4141-4176.

Martine E., Cabrol A., Chayla L. (1934) – Le gisement acheuléo-moustérien de Broué (Eure-et-Loir). Bulletin de la Société préhistorique française, 31-11, 520-524.

Mathys N., Poesen J. (2005) – Ravinement en montagne : processus, mesures, modélisation, régionalisation. Géomorphologie : relief, processus, environnement 1, 3-6.

Ménillet F., Crahet M. (1971)Carte géologique de la France à 1/50 000, feuille Nogent-le-Roi, n° 217. BRGM, Orléans.

Migoń P. (2006)Granite landscapes of the world. Oxford University Press, Oxford, 416 p.

Migoń P. (Ed.) (2010)Geomorphological landscapes of the world. Springer, Heidelberg, 395 p.

Moriniaux V. (2009) – « Les merveilles naturelles de la France ». In Giusti C., Fouache É., Cossart É., Gramond D., Hobléa F., Jacob-Rousseau N. (Eds.) : Geomorphosites 2009 : Raising the Profile of Geomorphological Heritage through Iconography, Inventory and Promotion. Paris, Abstracts volume, 138-139.

Neuray G. (1982)Des paysages. Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Les presses agronomiques de Gembloux, Gembloux, 589 p.

Nora P. (1984-1993)Les lieux de mémoire. Gallimard, Paris, 7 volumes.

O’Halloran D., Green C., Harley M., Stanley M, Knill J. (1994)Geological and Landscape Conservation. Proceedings of the Malvern International Conference 1993. Geological Society, London, 530 p.

Pairis J.-L., Bellière J., Rosset J. (1992)Carte géologique de la France à 1/50 000, feuille Cluses, n° 679. BRGM, Orléans.

Panizza M. (2001) – Geomorphosites : concepts, methods and example of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin 46, Suppl. Bd, 4-6.

Panizza M., Piacente S. (1993) – Geomorphological assets evaluation. Zeitschrift für Geomorphologie, N.F., Suppl. Band 87, 13-18.

Panizza M., Piacente S. (2003)Geomorfologia culturale. Pitagora Editrice, Bologna, 350 p.

Parkes M. (2004)Natural and Cultural Landscapes, The Geological Foundation. Proceedings of a conference and the ProGEO Third General Assembly, 9-11 September 2002, Dublin Castle, Ireland. Royal Irish Academy, Dublin, 329 p.

Planas Batlle X., Ponsa Vidales A., Belmonte Ribas A. (2008) – El substrat preromà en la toponímia relacionada amb inestabilitats de vessant en l’àmbit geogràfic nord-oriental de la Península Ibèrica i zones properes. Fontes Linguæ Vasconum, Studia et Documenta 109, 481-509.

Pralong J.-P. (2006) – Géotourisme et utilisation de sites naturels d’intérêt pour les sciences de la Terre. Les régions de Crans-Montana-Sierre (Valais, Alpes suisses) et Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie, Alpes françaises). Travaux et Recherches de l’Institut de Géographie de Lausanne 32, 224 p.

Reynard E. (2004a) –La géomorphologie et la création des paysages. In Reynard E., Pralong J.-P. (Eds.) : Paysages géomorphologiques. Travaux et Recherches de l’Institut de Géographie de Lausanne 27, 9-20.

Reynard E. (2004b) – Géotopes, géo(morpho)sites et paysages géomorphologiques. In Reynard E., Pralong J.-P. (Eds.) : Paysages géomorphologiques. Travaux et Recherches de l’Institut de Géographie de Lausanne 27, 123-136.

Reynard E. (2004c) – Geosites. In Goudie A. (Ed.) : Encyclopedia of Geomorphology. Routledge, London, 440.

Reynard E. (2005a) – Géomorphosites et paysages. Géomorphologie, relief, processus, environnement 3, 181-188.

Reynard E. (2005b) – Geomorphological sites, public policies and property rights. Conceptualization and examples from Switzerland. Il Quaternario, Volume speciale, 18-1, 321-330.

Reynard E. (2009a) – Geomorphosites : definitions and characteristics. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) : Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 9-20.

Reynard E. (2009b) – Geomorphosites and landscapes. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) : Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 21-34.

Reynard E. (2009c) – The problem of scale in geomorphosites studies. In Giusti C., Fouache É., Cossart É., Gramond D., Hobléa F., Jacob-Rousseau N. (Eds.) : Geomorphosites 2009 : Raising the Profile of Geomorphological Heritage through Iconography, Inventory and Promotion. Paris, Abstracts volume, 156-157.

Reynard E., Panizza M. (2005) – Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie. Une introduction. Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 177-180.

Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) (2009) – Geomorphosites. Verlag Dr. Friedrich Pfeil, München, 240 p.

Sack D. (1992) – New wine in old bottles : the historiography of a paradigm change. Geomorphology 5, 251-263.

Sauer C.O. (1925) – The morphology of landscape. University of California Publications in Geography 2-2, 19-54.

Schoeneich P., Lugon R., Bongard M. (2001)La Nature demain. Rapport de l’étude pour un projet d’inventaire et de protection des géotopes vaudois. Montreux, Hintermann et Weber SA, 50 p.

Sellier D. (1995) – Éléments de reconstitution du paysage pré-mégalithique sur le site des alignements de Kerlescan (Carnac, Morbihan) à partir de critères géomorphologiques. Revue archéologique de l’Ouest, 12, 21-41.

Sellier D. (2009) – Le patrimoine géomorphologique. Bulletin de l’Association des Géographes Français, 66-135.

Strasser A., Heitzmann P., Jordan P., Stapfer A., Sturm B., Vogel A., Weidmann M. (1995)Géotopes et la protection des objets géologiques en Suisse : un rapport stratégique. Groupe de travail suisse pour la protection des géotopes, Fribourg, 24 p.

Surell A. (1841)Étude sur les torrents des Hautes-Alpes. Imprimerie royale, Paris, XIX + 280 p.

Tendron G. (1983)La forêt de Fontainebleau : de l’écologie à la sylviculture. Office National des Forêts, Fontainebleau, 96 p.

Thorn C. (1988)An introduction to theoretical geomorphology. Unwin Hyman, Boston, 248 p.

Tissier J.-L. (1992) – La géographie dans le prisme de l’environnement. In Robic M.-C., Besse J.-M., Luginbuhl Y., Ozouf-Marignier M.-V., Tissier J.-L. (Eds) : Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance. Economica, Paris, 201-236.

UNESCO (1972) – Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel (http://whc.unesco.org/archive/convention-fr.pdf).

Walker H.J., Grabau W.E. (1993)The evolution of geomorphology : a nation-by-nation summary of development. Wiley, New York, 539 p.

Wiedenbein F.W. (1994) – Origin and use of the term “géotope” in German-speaking countries. In O’Halloran D., Green C., Harley M., Stanley M., Knill J. (Eds) : Geological and Landscape Conservation. Geological Society, London, 117-120.

Haut de page

Annexe

Abridged English version 

Although concerns for the conservation and promotion of natural heritage go back to the 19th century, the question of geomorphological heritage has gained prominence in the past twenty years. The internationally recognised concept of geomorphosite refers to landforms that have “acquired scientific, cultural and historical, aesthetic and/or socio-economic value because of their perception or their exploitation by Mankind” (Reynard and Panizza, 2005). The scientific properties of a geomorphosite define its central value, while the cultural, aesthetic and socio-economic values are said to be additional (Reynard et al., 2009). However, geomorphosites are different from other types of geosites not only because of their aesthetic and dynamic values, but also due to complex nesting of spatial scales as expressed in landscape studies and theories (O’Halloran et al., 1994).
In France, geomorphological heritage is managed by the
Inventaire national du patrimoine géologique (INPG). Although natural environments are complex systems and thus much more than a collection of objects lacking functional properties, the INPG emphasises instead an analytical approach (De Wever et al., 2006) that calls for discussion. This paper provides insight into issues relating to the geographical dimensions of geomorphosites (spatial scales) and focuses on the range of time scales that are encapsulated in landforms (rates and tempo of evolution, process thresholds, inherited features, landscape sensitivity). Also proposed here is a hierarchical scale of values, which depends on the fact that the uses and objectives devoted to each geomorphosite are different from one site to another.
The first part of the article is a broad discussion of several notions exposed in the
Vade-mecum such as natural and geological heritage, geological site and geotope, as well as the objectives of the INPG for conservation (De Wever et al., 2006).Regarding the concepts of natural and geological heritage in France, it is clear that changes to the Environmental Code by the Démocratie et voisinage Act of 2002 reflect the evolution of a parliamentary law, initially voted in the 19th century, which has been progressively adjusted to incorporate international guidelines provided in documents such as the Convention for the Protection of World Cultural and Natural Heritage (UNESCO, 1972). In all of these texts, living creatures are systematically top of the list, with fauna always ranking before flora. Here we address issues relating to sites valued for their landscape qualities, to geomorphological heritage, to definitions of geology, to the concept of ex situ objects, and to the absence of any discussion of scale. We discuss the overlapping meanings of the concepts of geological site and geotope in the light of work by geographers such as G. Bertrand (1968), who have specialised in systemic approaches to landscape. Given that the perception of a landscape depends on anatomical, psychological, and socio-cultural filters that are specific to individual observers (Neuray, 1982 ; Brossard and Wieber, 1984 ; Reynard et al., 2009), the delineation of a given portion of space is not a trivial exercise. We emphasise the ambivalent status of landforms, which at the geotope scale contain information about process ; whereas at the geofacies, or geosystem scale, geological objects are often revealed by the topography, as clearly demonstrated by the authoritative photographic illustrations of the Vade-mecum (De Wever et al., 2006). Despite the semantic overlap between the notions of geological site and geotope, in terms of spatial analysis it might therefore be preferable to reserve the term geotope to in situ objects at outcrop scale. The appellation of geological site would be more appropriate for larger landscape units that include several geotopes, the latter often being organised in a network of “disconnected geomorphosites” (Reynard, 2004b). Finally, there is cause for questioning the motives of the INPG in terms of its objectives for conservation, particularly because specialists involved in geosite conservation may not all share the same set of values.
All geomorphosites are defined by both spatial and temporal markers. From the isolated landform or group of landforms characterised by one main process to the geomorphological system involving several dominant processes and several types of landform (Grandgirard, 1997), the spatial dimensions of geomorphosites have recently been reviewed. Emphasis has been laid on the selection and mapping of landforms at all scales, and on the problems of disconnected geomorphosites and of geomorphosites concentrated in one area, including underground karstic geomorphosites (Reynard, 2009 a and c). We suggest it could be advantageous to articulate the problem of spatial scales with the concept of landscape as it was developed by G. Bertrand in his theory of geosystems (Bertrand and Bertrand, 2002), and later by the agronomist G. Neuray (1982).
On a satellite image of the Po plain,
i.e. of the Alps and its foreland, we are not dealing with a landscape and such a view from space is irrelevant to geomorphosites. In the case of the gorge that opens between the Haut-Giffre massif and the Aravis mountains, the Arve valley and the Platé massif correspond to geosystems according to the terminology of G. Bertrand (similar to units such as Picos de Europa in the Cantabrian Mountains, or the Sidobre in the southern Massif Central) ; whereas the Vange cliffs, the Nant d’Arpenaz waterfall and the Luzier alluvial fan correspond to as many geofacies units. In the case of the upper valley of the Arve River between Les Houches and Chamonix, the geofacies scale is represented by the post-glacial valley floor and, on the flanks of the Aiguilles Rouges massif, by the slope derived from a glacial trough with shoulder at Merlet. The polished and striated rocks that are occasionally observed along the access road to the zoo at Merlet represent outcrop-scale geotopes. We refer here to Reynard’s work, particularly the concept of “disconnected geomorphosites”, i.e. a spatially disconnected but scientifically connected group of geotopes each constituting a at geofacies-scale geomorphosite (Reynard, 2004b ; Reynard et al., 2009).
As noted by the French geographer P. Birot (1955), every geomorphological landscape is a palimpsest. At the geosystem and geofacies scales
sensu G. Bertrand (1968), it remains difficult to explain the flatness of landforms such as the landscapes of the Thimerais west of Paris, let alone the fact that at the geotope scale (Broué quarry), a vertical interval of only ten metres separates the Clay-with-flints Surface (below) from the Mid-Cenozoic Surface (top), despite the fact that these two geomorphological objects are set apart by 40 Ma of geological time. In this particular example, geomorphic conditions were conducive to maintaining planar forms between the Jurassic and early Miocene. Fluvial dissection later prevailed, resulting in the incision of the Mid-Cenozoic Surface, in valley widening, and in the development of structural landforms (Klein, 1975). The Thimerais landscape is also interesting for its Quaternary surficial deposits, which have been studied by Y. Dewolf (1982) and J.-P. Lautridou (1985). The corresponding geotopes correspond to a narrower time window in which climatic processes and deposits are the main highlight. Each geomorphosite should specify criteria for identifying four or five nested time windows : the deep time of geology, the long period of the Quaternary, the distant past of prehistory and postglacial environments, the more recent historical and environmental past, and the present day with ongoing dynamic interactions between lithospheric and surface processes, including anthropogenic factors.
The global value of a geomorphosite is defined by the sum of its scientific and additional values (fig. 1,
in Reynard et al., 2009). The scientific or central value is that which arises from specialised discourse, validated by peers. Compared to all additional values accepted today, it is proposed to set apart the group of cultural values (Panizza and Piacente, 2003), i.e. all the values relating to ecology, education, economy, and society which collectively form the group of societal values (fig. 5). The history and study of gully erosion, the dynamics of post-glacial phenomena, the epistemic value of folded structures, the rehabilitation of a geotope showing a major unconformity, and education in earthquake risk are among the examples selected here to discuss the ecological, socio-economic, educational and epistemological value of geo(morpho)sites. Among the range of sites with potential cultural identity value we refer to the film industry (with its range of different genres : western, war movie, disaster movie...), to symbolic mountains or acropolis-like places (Mont Blanc ; Alesia ; the Vézelay and Sion-Vaudémont buttes ; Pointe du Hoc), and to linguistic (names) or artistic phenomena (painting, literature...). In conclusion, we recall that existing heritage structures in France (World Heritage List, Réseau des Grands Sites de France, regional or national nature reserves and parks…) contain potential geomorphosites of high global value due to their scientific, societal and cultural values. Thus, through an improved recognition of their specificities, many French geomorphosites should be listed in the INPG.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation.Fig. 1 – Location map.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 – Une géomorphologie de carte postale. Fig. 2 – Postcard geomorphology.
Légende A : Entrée du parc naturel d’Ischigualasto à l’ouest des Sierras Pampeanas, province de San Juan, Argentine centrale. B : Rochers-champignons modelés dans les formations sédimentaires triasiques lithologiquement contrastées, révélateurs de la dynamique éolienne. Clichés : M. Calvet. Plus d’informations via http://whc.unesco.org/​en/​list/​966.A : Gate of the Ischigualasto Natural Park, West of the Sierras Pampeanas, San Juan Province, Central Argentina. B : Mushroom-shaped rocks in the Triassic sedimentary and lithologically contrasted formations, revealing aeolian features. Photos : M. Calvet. More information under http://whc.unesco.org/​en/​list/​966.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 3 – De la vue satellitaire aux paysages réels. Fig. 3 – From satellite imagery to real landscapes.
Légende A : Les Alpes. Image MODIS-NASA du 26.10.2002 : http://veimages.gsfc.nasa.gov/​4465/​Alps.A2002274.1240.500m.jpg. B, C, D : L’exemple de la vallée de l’Arve, Haute-Savoie, France. B : Le géosystème : vue d’ensemble des plis couchés de l’Arpenaz et de la cascade du même nom, sous le sommet de la Croix de Fer (2337 m). Rebord occidental du massif de Platé dominant la moyenne vallée de l’Arve en aval de Sallanches. C : Le géofaciès : haute-vallée de l’Arve entre Les Houches et Chamonix-Mont-Blanc (dans l’encadré, replat de Merlet). D : Le géotope : roches polies et striées en bordure de la route d’accès au parc animalier de Merlet, Les Houches. Clichés : C. Giusti.A : The Alps. NASA MODIS Image, 2002.10.26 : http://veimages.gsfc.nasa.gov/​4465/​Alps.A2002274.1240.500m.jpg. B, C, D : The Arve Valley case study, Haute-Savoie, France. B : Geosystem scale : Overview of the Arpenaz waterfall across recumbent folds ; summit of the Croix de Fer (2337 m) in the distance. Western edge of the Platé massif overlooking the middle section of the Arve valley downstream of Sallanches. C : Geofacies scale : Upper section of the Arve Valley between Les Houches and Chamonix-Mont-Blanc (in the box, Merlet shoulder). D : Geotope scale : Polished and striated rocks along the access road to the zoo at Merlet, Les Houches. Photos : C. Giusti.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 4 – Géotope, géofaciès, géosystème : le contact Thimerais-Forêt de Rambouillet, départements de l’Eure-et-Loir et des Yvelines (France). Fig. 4 – Geotope, Geofacies, Geosystem : the contact between Thimerais and Rambouillet Forest, départements of Eure-et-Loir and Yvelines (France).
Légende A : Échelles du géosystème et du géofaciès. Vue en direction de l’est sur la surface mésotertiaire (à environ 170 m) dominant par l’intermédiaire du talus aclinal de l’Île-de-France un lambeau de la surface de l’argile à silex au premier plan (à environ 130 m). B : Échelles du géofaciès et du géotope. Dans la sablière de Broué, les deux paléosurfaces ne sont plus séparées que par un intervalle d’une dizaine de mètres ; en direction du Perche, à l’ouest, la surface mésotertiaire s’est substituée à la surface de l’argile à silex au terme d’un long processus de regradation acyclique (Klein, 1975). C : Échelle de la région naturelle (mégaforme) avec la vallée de la Seine en aval de Paris et les collines du Perche à l’ouest de Chartres (données SRTM). Dans l’encadré : localisation des fig. 3 A et B, clichés C. Giusti.A : Geosystem and Geofacies scale. View looking east on the Mid-Cenozoic Surface (about 170 m) separated from the Clay-with-flints Surface in foreground (about 130 m) by the flat-lying caprock topography of the Ile-de-France plateau. B : Geofacies and Geotope scale. In the sand quarry of Broué, the two palaeosurfaces are separated by an interval of only ten meters ; towards the Perche Hills, to the West, the Clay-with-flints Surface has been replaced by the Mid-Cenozoic Surface through a protracted process of regolith stripping and weathering (acyclic regradation sensu Klein, 1975). C : Natural Region Scale (Megaform) focusing on the valley of the Seine downstream from Paris and the Perche Hills west of Chartres (SRTM data). In the box : location of fig. 3 A and B, photos : C. Giusti.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5 – Valeurs centrale et additionnelles d’un géomorphosite (d’après Reynard, 2009a, fig. 1, modifiée). Fig. 5 – Central and additional values of a geomorphosite (after Reynard, 2009a, fig. 1, modified).
Légende La valeur globale d’un géomorphosite est déterminée par la somme de sa valeur centrale (discours scientifique : géodynamique externe, géodynamique interne, géographie physique, géologie, géomorphologie, géophysique, géosciences de l’environnement) et de ses valeurs additionnelles, lesquelles peuvent être décomposées en valeurs sociétales (écologique, économique, épistémologique, pédagogique, sociale) et en valeurs culturelles (esthétique, identitaire, historique, politique, religieuse).The global value of a geomorphosite is determined by the sum of its central value (scientific discourse : Earth Surface Science, Geodynamics, Geology, Geomorphology, Geophysics, Physical geography) and its additional values, which can be decomposed into societal values (ecological, economical, educational, epistemological, social) and cultural values (aesthetic, cultural identity, historical, political, religious).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 6 – L’érosion torrentielle dans les Terres noires jurassiques des Alpes de Haute-Provence, Alpes du Sud, France. Fig. 6 – Gully erosion in the Jurassic Black Marls, Alpes de Haute-Provence, Southern Alps, France.
Légende A : Valeur scientifique : les « roubines » ou badlands du site expérimental de Draix, au nord-est de Digne (cliché : C. Giusti). B : Valeur épistémologique : série de barrages étagés d’âges variés perpendiculaires au talweg du Riou Bourdoux, à l’ouest de Barcelonnette (cliché : C. Giusti). C : Valeur pédagogique : couverture du prospectus du Service de Restauration des Terrains en Montagne des Alpes de Haute-Provence édité à l’occasion des « Journées du Patrimoine » (document RTM-ONF).A : Scientific value : the "roubines" or badlands of the Draix experimental catchment, north-east of Digne (photo : C. Giusti). B : Epistemological value : check-dams of varied ages perpendicular to the talweg of Riou Bourdoux, west of Barcelonnette (photo : C. Giusti). C : Educational value : Front page of the flyer published for the Journées du Patrimoine by the Service de Restauration des Terrains en Montagne, Alpes de Haute-Provence, ONF-RTM.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 7 – Tectonique et géomorphologie dans les Alpes du Nord : la valeur épistémologique des objets ex situ. Fig. 7 – Tectonics and geomorphology in the northern Alps : the epistemological value of ex situ objects.
Légende A : Partie inférieure du pli en S de la cascade du Nant d’Arpenaz (Haute-Savoie, France), par H.-B. De Saussure ; notes de terrain du 10 juillet 1774, conservées à la Section des Manuscrits de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève (in Carozzi, 2005, fig. 14, p. 38). B : La vallée du Châtelard depuis Finhaut (Valais, Suisse) par E. De Martonne ; carnet D, 1914, conservé dans les archives réservées de la Bibliothèque de l’Institut de Géographie de Paris (in Giusti, 2009).A : Lower part of the Nant d’Arpenaz waterfall S-fold (Haute-Savoie, France), by H.-B. De Saussure ; field notes of July 10, 1774, preserved in the Manuscripts Section of the Public and University Library, Geneva (in Carozzi, 2005, fig. 14, p. 38). B : The Châtelard Valley from Finhaut (Wallis, Switzerland), by Emmanuel de Martonne ; sketchbook D, 1914, preserved in Paris in a restricted repository at the Geographic Institute library (in Giusti, 2009).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 8 – Réhabilitation et mise en valeur d’un géotope remarquable pour le patrimoine géologique : la carrière de la Marette, commune de Saint-Malon-sur-Mel, Ille-et-Vilaine (Bretagne, France). Fig. 8 – Rehabilitation and development of a Geotope of great value to geological heritage : the Marette quarry, Saint-Malon-sur-Mel, Ille-et-Vilaine (Brittany, France).
Légende A : Le front de taille après nettoyage, montrant la discordance angulaire séparant les formations briovériennes (à gauche : schistes et grès verdâtres avec intercalations de niveaux conglomératiques, i.e. Poudingue de Gourin) des formations paléozoïques (à droite : conglomérat à la base, i.e. Poudingue de Montfort, puis schistes et grès fins de teinte violacée de la Formation ordovicienne de Pont-Réan). B : Panneau en lave émaillée du pupitre d’interprétation. Les opérations de réhabilitation (purge et dévégétalisation du front de taille, mise en sécurité, installation du pupitre, diffusion d’un document pédagogique) ont été réalisées en 2003-2004 sous l’égide de la SGMB (Jonin, 2004). Clichés : C. Giusti.A : Refreshed quarry face showing the angular unconformity between the Brioverian formations (on the left : green shales and sandstones with interbedded conglomeratic levels, i.e. Poudingue de Gourin) and Palaeozoic formations (on the right : conglomerate at the lower level, i.e. Poudingue de Montfort ; then purple shales and sandstones, Ordovician Formation of Pont-Réan). B : Panel of glazed lava with interpretation sketch. Rehabilitation operations (purge and cleaning, security perimeter, installation of the panel, distribution of educational material) were carried out in 2003-2004 under the auspices of the SGMB (Jonin, 2004). Photos : C. Giusti.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Fig. 9 – Valeurs sociétales. Le système faillé de San Andreas et l’éducation au risque sismique selon S.E. Hough (2004) : un possible réseau de géomorphosites à valeur pédagogique. Fig. 9 – Societal Values. Education to the seismic risk through the San Andreas Fault system, by S.E. Hough (2004) : a possible network of disconnected geomorphosites with educational value.
Légende A : En couverture, invitation au tourisme scientifique sur fond de scarplet métrique produit par le séisme de Landers (1992). B : En quatrième de couverture, argumentaire et référence à la notion de « dynamic landscape ».A : Front page, invitation to scientific tourism illustrated by a meter-high scarplet produced during the Landers earthquake (1992). B : Back cover : justification blurb, with special mention of the concept of “dynamic landscape”.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 10 – Valeurs culturelles. Éléments pour la définition de géomorphosites à valeur identitaire. Fig. 10 – Cultural values. Elements for the definition of geomorphosites with cultural identity value.
Légende A : Le Mont-Blanc vu depuis les Dômes de Miage : ce paysage évoque l’histoire de l’alpinisme et rappelle qu’à l’aube du troisième millénaire, la question du tracé de la frontière entre la France et l’Italie n’est toujours pas tranchée. B : La Pointe du Hoc vue depuis le mémorial américain : deux jours après le débarquement, seuls 90 des 225 Rangers engagés pour l’assaut étaient encore en vie. En janvier 1979, la France a légué une partie des terrains de la Pointe du Hoc aux États-Unis d’Amérique. Clichés : C. Giusti.A : The Mont Blanc seen from the Dômes de Miage : the landscape evokes the history of mountaineering and reminds us that at the dawn of the third millennium, the issue of delimitation of the border between France and Italy is still not resolved. B : The Pointe du Hoc view from the American memorial : two days after landing, only 90 of the 225 Rangers committed to the assault were still alive. In January 1979, part of the land around the Pointe du Hoc was given to the United States of America by the French Republic. Photos : C. Giusti.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7947/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Giusti et Marc Calvet, « L’inventaire des géomorphosites en France et le problème de la complexité scalaire », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 2 | 2010, 223-244.

Référence électronique

Christian Giusti et Marc Calvet, « L’inventaire des géomorphosites en France et le problème de la complexité scalaire », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 2 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7947 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.7947

Haut de page

Auteurs

Christian Giusti

UMR 8591 CNRS Meudon - Université Paris-Sorbonne - 191, rue Saint-Jacques - 75005 Paris - France (christian.Giusti@paris-sorbonne.fr)

Articles du même auteur

Marc Calvet

Médi-Terra - Université de Perpignan - Via Domitia - 52, avenue Paul Alduy - 68660 Perpignan - France (calvet@univ-perp.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org