Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La disparition de Bernard Valadas le 26 avril 2010 a plongé la géomorphologie française dans une grande tristesse. C’était un personnage d’une grande modestie qui a su tenir une place centrale dans notre discipline. La qualité de ses travaux, son ouverture scientifique comme l’originalité de sa démarche lui ont conféré un rôle de passeur de frontière et d’animateur scientifique. Les travaux de Bernard Valadas expriment parfaitement les transformations des problématiques qu’a connu la géomorphologie depuis quarante ans. En effet, ses recherches entreprises dans une perspective classique de morphologie dynamique et d’étude des héritages quaternaires ont rapidement évolué vers des questionnements sur les effets des pratiques sociales actuelles ou passées.

Bernard Valadas sur le terrain lors de l’excursion de la Commission des socles du CNFG dans les Cévennes en 1993.

Bernard Valadas sur le terrain lors de l’excursion de la Commission des socles du CNFG dans les Cévennes en 1993.

Photo : M.-F. André.

2Etudiant à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand 2), il a suivi les enseignements d’Alain Godard, qui développait les études sur les moyennes montagnes des régions de socle, le Massif central français constituant un terrain d’application privilégié. C’est ainsi que Bernard Valadas a entrepris une thèse portant sur les dynamiques périglaciaires dans le Massif Central. L’objectif était de confronter les approches d’une géomorphologie structurale moderne et de la géomorphologie dynamique ; le questionnement portait sur l’extension des formations périglaciaires en relation avec les marques d’englacement quaternaire. Le terrain était constitué par des domaines de moyenne montagne aux caractères très différents : le plateau limousin, la Margeride, le Lozère, le Tanargue et les secteurs volcaniques du Haut-Velay et du Cantal. La précision des observations, la rigueur des déductions mais aussi l’ampleur des analyses conduites lui ont permis d’identifier les formations héritées, d’évaluer les dynamiques actuelles associées au froid et de proposer une chronologie des séquences d’évolution. Soutenue à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris 1) en 1983, la thèse d’Etat de Bernard Valadas porte le titre : « Les hautes terres du Massif Central ». Elle traduit l’évolution sensible de ses perspectives de recherche. Les deux premières parties s’articulent autour de la complexité morphostructurale et sur l’organisation des formations périglaciaires. Ensuite, viennent les dynamiques actuelles, évaluées avec une grande finesse dans les relais entre processus. Les mesures permettent d’estimer la faiblesse relative de l’influence de l’Homme. La partie finale s’ouvre sur une approche de la complexité des versants et de leur agencement fonctionnel dans les bassins versants. Il s’agit désormais, pour lui, de rechercher les modalités de gestion des hautes terres. S’ouvre ainsi un parcours de recherche riche et ouvert sur les implications des pratiques sociales sur les versants. Il s’attache à mettre en évidence les marques du passé comme les impacts dans le présent. Bernard Valadas a ainsi dirigé des recherches originales portant sur les héritages quaternaires envisagés comme potentiel agro-forestier, qui l’ont mené à une réflexion en profondeur sur la gestion des forêts et leur intégration dans les espaces ruraux en mutation, sous l’effet de la déprise ou de l’exurbanisation. Il a également multiplié les études des dynamiques actuelles dans les bassins versants de moyenne montagne en réponse aux activités agro-pastorales, à la déprise ou aux nouvelles fonctions rurales. Enfin, il s’est attaché à suivre les impacts des pratiques sociales sur les versants au cours de l’histoire, recherchant dans les archives sédimentaires des marqueurs significatifs de l’évolution des paysages.

3Bernard Valadas a fait l’essentiel de sa carrière universitaire en Limousin : il a été successivement assistant, maître assistant, puis professeur, après un passage à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand 2). Il n’a pas hésité à prendre des responsabilités administratives, comme celles de doyen, de vice-président du Conseil scientifique de l’université de Limoges, et enfin de directeur de l’IUFM, poste qu’il assurait jusqu’à sa retraite récente. Très actif au plan régional, il avait coordonné la réalisation de l’Atlas de la Creuse. Il s’était également beaucoup investi dans les organismes comme le Conseil économique et social du Limousin, le Conservatoire régional des espaces naturels où il développait une réflexion sur la gestion des paysages des hautes terres qu’il connaissait si bien. Tout au long de sa carrière de chercheur, Bernard Valadas a su jouer un rôle d’animateur scientifique dynamique et tolérant d’abord au sein des équipes du Laboratoire de Géographie Physique que dirigeait Alain Godard, puis au Laboratoire de Clermont-Ferrand, le Geolab, qu’il avait contribué à créer et à étendre vers Limoges. Il a également su ouvrir des voies de recherche novatrices alors qu’il présidait la Commission d’étude des phénomènes périglaciaires du CNFG. Plus tard, au jury de l’agrégation, il a pu affirmer la place de la géomorphologie dans une géographie tournée vers les pratiques sociales et l’aménagement. Sa grande culture comme sa finesse d’analyse ont pu être appréciées au cours de fructueuses collaborations menées à l’étranger, en particulier en Pologne mais aussi au Portugal, où il a pu enseigner et diriger des recherches. Sa modestie et sa grande ouverture d’esprit laissaient paraître un chercheur exigeant et rigoureux qui savait convaincre sans rien imposer. Ce sont aussi ces qualités humaines qui l’ont fait apprécier chez les géomorphologues comme parmi l’ensemble des géographes. Les étudiants connaissent ses ouvrages, principalement « Géomorphologie Dynamique », publié dans la collection Campus, et ses contributions à des livres associant les approches géomorphologiques et environnementales.

4Sa disparition suscite une vive émotion. Car Bernard Valadas n’était pas seulement un collègue apprécié, un chercheur d’une grande finesse, c’était un ami véritable qui savait nouer des liens profonds. La communauté des géomorphologues français lui doit beaucoup.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bernard Valadas sur le terrain lors de l’excursion de la Commission des socles du CNFG dans les Cévennes en 1993.
Crédits Photo : M.-F. André.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Le Cœur, « Hommage : décès de Bernard VALADAS », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 2 | 2010, 247-248.

Référence électronique

Charles Le Cœur, « Hommage : décès de Bernard VALADAS », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 2 | 2010, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7951 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.7951

Haut de page

Auteur

Charles Le Cœur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org