Navigation – Plan du site

Hommages des géomorphologues et géographes français à Fernand JOLY

Monique Fort, Albert Plet, Gérard Mottet, Marie-Françoise André, Alain Marre, Henri Rougier, Tatiana Muxart, Hervé Regnauld, Pierre-Yves Péchoux et Eric Verrecchia

Texte intégral

Monique Fort et Albert Plet (université Paris 7)

1Le géographe Fernand Joly vient de nous quitter. Notre communauté perd une personnalité d’exception : intellectuel discret, cultivé, plein d’humour et de finesse, solide dans ses convictions, il a inspiré un profond respect de la part de tous ceux qui l’ont connu. Il a formé des générations entières d’étudiants, français, européens et maghrébins, leur apprenant la rigueur scientifique, l’ouverture de la géographie aux applications professionnelles, l’intérêt d’une représentation spatiale et, d’une façon générale, d’une approche intégrée de l’environnement physique. F. Joly débuta sa carrière en 1942 au Maroc. Il y fonda le laboratoire de géographie physique de l’Institut Chérifien de Rabat. Nommé Professeur à la Sorbonne en 1965, F. Joly participa activement dès 1970 à la création de l’université Paris 7, fondée sur une base résolument pluridisciplinaire et pluri-sectorielle, orientation qu’il défendit et pratiqua constamment tout au long de sa carrière. Il fut  le premier directeur de l’ UFR pluridisciplinaire GHSS (Géographie, Histoire, Sciences Sociales). Géomorphologue, il enseigna cette spécialité en l’orientant vers la gestion des milieux et la cartographie. Au sein de l’UFR, il dota la géographie physique d’un laboratoire de recherche et d’apprentissage à la recherche. Dans cet esprit, il a développé une culture de stages de terrain qui fait toujours la force de la formation des étudiants de Paris 7. F. Joly fut un grand directeur de laboratoire, au CNRS et à l’université. Il a encouragé son équipe à passer aux cartes numériques et à intégrer plusieurs types de données dans une démarche qui préfigurait déjà celle des Systèmes d’Information Géographiques. Doté d’une autorité morale incontestée, F. Joly était un homme affable et efficace, intègre et consensuel, très apprécié de tous les personnels (administratifs et enseignants), sachant accepter les responsabilités dont il s’acquittait pour le plus grand bien de la collectivité. Les géographes garderont de Fernand Joly le souvenir d’un scientifique exigeant mais chaleureux, et avant tout d’un humaniste.

Gérard Mottet (Académie des Sciences d’Outre Mer)

2Je m’associe pleinement à ce que vient d’exprimer notre collègue Monique Fort et je la prie de transmettre également mes sentiments attristés et mes condoléances à la famille de notre regretté collègue Fernand Joly dont je garde aussi un grand souvenir et beaucoup d’estime pour son apport à notre discipline.

Marie-Françoise André (université Clermont-Ferrand 2)

3La mort de Fernand Joly est vraiment une triste nouvelle pour notre communauté. Ceux et celles qui l’ont connu ont apprécié son humour, sa bienveillance, son ouverture d’esprit et sa grande culture autant que ses compétences de géomorphologue de terrain.

Alain Marre (université de Reims)

4Je ne fus pas un étudiant de Fernand Joly. Je l’ai connu bien plus tard dans des colloques, des réunions de travail et des sorties de terrain. L’annonce de son décès m’attriste profondément. J’ai un excellent souvenir des séances de travail que nous avons faites avec la commission de cartographie géomorphologique, souvent à Avon. Il avait une très grande expérience qu’il savait transmettre aux jeunes collègues avec gentillesse et conviction. Il m’a beaucoup appris et je cite souvent certaines de ses phrases aux étudiants dans les cours que je fais sur la cartographie. Il est pour moi un modèle. J’ai aussi un excellent souvenir de lui dans les réunions, toujours à Avon de la commission du périglaciaire. Là, associé à René Reynald, il savait animer les discussions avec sympathie et compétence. Enfin, je n’oublierai jamais le voyage que nous avons fait ensemble à Madagascar. Nous avons eu l’occasion de partager la même chambre, souvent dans des conditions de « confort » rocambolesques qu’il prenait toujours avec un humour qui rendait les soirées magnifiques. C’est là que j’ai découvert cet homme qui avait un grand amour pour l’humanité. Il faisait de la géographie physique pour améliorer les conditions de vie des populations qui vivaient dans des conditions difficiles : trouver des terres à cultiver grâce à la cartographie géomorphologique, trouver des sources pour alimenter en eau les villages grâce à la compréhension des processus géomorphologiques et surtout refuser tout abaissement humain. Ensemble, nous avons dû utiliser un pousse-pousse à Madagascar tiré par un jeune homme, moment que nous n’avons pas très bien vécu. Nous devons garder de lui l’image du géomorphologue français qui a fait progresser notre discipline mais aussi celle de l’humaniste qui avait des convictions et qui savait les faire partager.

Henri Rougier (université Lyon 3)

5Merci de transmettre à la famille de Fernand Joly mes condoléances émues. C’est une grande perte pour la géomorphologie française.

Tatiana Muxart (LGP Meudon)

6Je m’associe pleinement aux messages attristés et respectueux de ceux et celles qui se sont exprimés ici. Outre sa très grande compétence et ses dons pédagogiques évidents que mes collègues ont soulignés, F. Joly était aussi un humaniste, un homme de cœur, à la fois, calme, discret et généreux. Maniant avec bonheur la dérision (et l’autodérision) grâce à un sens de l’humour qui ne le quittait jamais, il aimait également s’exprimer en chantant. Et beaucoup d’entre nous se souviennent de son sourire en coin lorsqu’il entamait un chant, tel les 80 chasseurs, avec sa voix de stentor. Que sa famille, ses proches et ses amis trouvent à travers les messages de condoléances et d’amitié de ses collègues un peu de réconfort.

Hervé Regnauld (université Rennes 2)

7Fernand Joly était non seulement compétent et pédagogue c’était aussi un personnage extrêmement sympathique : il était attentif à ce que les relations personnelles entre collègues se mettent en place sur le mode de la gentillesse, de la bonne humeur et du respect de chacun. Je ne me souviens pas d’avoir rencontré beaucoup de géomorphologues aussi chaleureux et savants à la fois. Il avait beaucoup fait pour maintenir des liens avec la maison de la géographie de Montpellier, avait travaillé en voisinage avec Brunet, ce qui était un grand signe de vision politique et d’ouverture d’esprit... pour commencer à faire éditer des cartes géomorphologiques... Il était un bonhomme de grande classe, plein d’humour et de modestie... En ce moment, il est au paradis des géomorphologues : il chevauche une vague de tsunami plus haute que le plus haut des monadnocks et il rigole de tout son cœur.

Pierre-Yves Péchoux (université Toulouse Le Mirail)

8J’avais appris tardivement hier soir, au retour d’une sortie dans les Corbières, Aude, la disparition de Fernand Joly dont je retrouve l’annonce dans un courrier électronique de mes collègues de l’université de Toulouse le Mirail. La tristesse que j’éprouve est empreinte de nostalgie et de reconnaissance. C’est un maître et un grand géographe que nous venons de perdre. Nostalgie : j’avais entendu Fernand Joly sur le terrain, à travers le Maroc, pendant une dizaine de jours, peu de temps avant de m’asseoir à Paris devant les sujets du concours d’agrégation 1960 ; il était clair, énergique dans ses façons de guider les apprentis que nous étions, attentif et cordial quand il s’agissait de répondre à  nos questions : il arrivait que nous l’approchions comme un père. Je dois ajouter aussi que son attitude civique pendant sa présence et son activité universitaire au Maroc de cette époque étaient comme un témoignage de ce que la décolonisation pouvait être pratiquée sans larmes ni acrimonie : nous le regardions comme un frère aîné. Reconnaissance : je l’ai croisé souvent, avec respect, avec beaucoup d’intérêt, dans des excursions, des colloques, quand mon existence de provincial et mes obligations pédagogiques me le permettaient. Ses publications et ses réflexions sur l’expression cartographique m’ont toujours aidé à mieux me diriger sans m’affranchir de beaucoup de mes maladresses... Son enthousiasme et sa clarté m’ont aidé à  confirmer mon attachement pour la géographie et pour mon métier de géographe ; le souvenir de ses leçons ou de son exemple me servent toujours quand il s’agit d’aider les uns ou les autres à  lire une carte, de leur suggérer qu’une carte leur permettrait de mieux étayer leurs suggestions... Car ce que nous pouvions tirer des travaux de F. Joly, c’est la certitude que la cartographie est une façon de penser la géographie.

Eric Verrecchia (université de Lausanne)

9Le professeur Fernand Joly a, comme pour nombre d’entre nous, laissé une trace durable, agréable, chaleureuse dans mon esprit et dans l’exercice de mon métier, de ma passion. J’ai eu la chance de partager des années qui ont énormément compté avec cet homme d’exception. Etudiant en géographie physique en cette merveilleuse école qu’était Paris 7 au début des années 80, et dont il était l’âme, j’ai entrepris un mémoire de maîtrise sous la direction d’Yvette Dewolf et de Roger Fauck. Mais l’essentiel du travail de recherche bibliographique, des discussions scientifiques sur les relations entre sols et formations superficielles s’est déroulé au sein du bureau de Fernand Joly au CERCG rue Saint-Jacques où il m’avait ouvert sa porte (et installé sur la table devant son bureau) en m’invitant à puiser dans sa magnifique bibliothèque. Il était un professeur d’une incroyable modestie, et il était étrange pour nous, les étudiants, de voir ce puits de science nous prêter attention, mieux, nous montrer de l’intérêt. Il fut aussi celui qui m’a conseillé de passer l’agrégation, avec une rare clairvoyance. Avoir été un élève de Fernand Joly est un merveilleux privilège et je lui dois beaucoup (devrais-je dire l’essentiel ?) : la passion des paysages et de leur cartographie (que j’enseigne aujourd’hui en utilisant sa charte cartographique), l’amour des régions arides (mon DEA et ma thèse), et sa vision pluri-disciplinaire de la géodynamique externe (ses conseils de prendre au sérieux l’acquisition de bases en sciences dures ; certains se souviendront de son écriture appliquée d’ancien maître d’école sur les polycopiés où il nous rappelait les notions essentielles de chimie et de minéralogie). Toujours de bonne humeur, souriant, prêt à une plaisanterie, un jeu de mot, il reste pour moi LE modèle du professeur, mettant à l’aise ses étudiant en pratiquant une véritable maïeutique lors des camps de cartographie. Durant quelques années, je suis encore passé le voir dans ces moments où il réalisa la carte géomorphologique de la France (au crayon de couleur sur ses minutes toujours impeccables). On ne peut que rester admiratif face à ses talents de synthèse et d’artiste. Oui, Fernand Joly était aussi un artiste : comment ne pas se souvenir de ses croquis, de ses coupes et schémas au tableau, et de ses cartes, ses uniques cartes dont on arrivait aisément à imaginer le paysage tant l’art avait rejoint la science. Je me joins humblement à la peine de ses proches. Il est clair que Fernand Joly nous a quitté en laissant un héritage intellectuel et humaniste durable, un exemple. Et rares sont les exemples de cette trempe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Fort, Albert Plet, Gérard Mottet, Marie-Françoise André, Alain Marre, Henri Rougier, Tatiana Muxart, Hervé Regnauld, Pierre-Yves Péchoux et Eric Verrecchia, « Hommages des géomorphologues et géographes français à Fernand JOLY », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 2 | 2010, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7953

Haut de page

Auteurs

Monique Fort

université Paris 7

Articles du même auteur

Albert Plet

université Paris 7

Gérard Mottet

Académie des Sciences d’Outre Mer

Marie-Françoise André

université Clermont-Ferrand 2

Articles du même auteur

Alain Marre

université de Reims

Henri Rougier

université Lyon 3

Tatiana Muxart

LGP Meudon

Hervé Regnauld

université Rennes 2

Articles du même auteur

Pierre-Yves Péchoux

université Toulouse Le Mirail

Eric Verrecchia

université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org