Navigation – Plan du site

Evolution 2D de la bande active de la Haute Prahova (Roumanie) durant les 150 dernières années

A 2D active-channel’s evolution of the Upper Prahova River (Romania) during the last 150 years
Gabriela Ioana-Toroimac, Robert Dobre, Florina Grecu et Liliana Zaharia
p. 275-286

Résumés

Cet article traite de l’évolution de la Haute Prahova (Carpates et Subcarpates en Roumanie) durant les 150 dernières années en relation avec les facteurs responsables. L’analyse est basée sur une étude cartographique diachronique réalisée à partir de cinq séries de cartes et orthophotoplans de 1855, 1900, 1955, 1980, 2005. Les paramètres pris en compte ont été la sinuosité et la bande active de tressage, ce qui a permis de déterminer le style fluvial de la Prahova et de quantifier ses variations. Les principaux résultats montrent que la Prahova se caractérise par une contraction importante de la largeur de son chenal fluvial/bande active et par une très faible évolution de sa sinuosité. Cela est dû à l’action conjuguée de plusieurs types de facteurs naturels et anthropiques qu’il est difficile de départager du fait de leurs effets simultanés.  

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 31 octobre 2009, accepté le 5 mars 2010

Texte intégral

Nous souhaitons mentionner notre reconnaissance à Yvonne Battiau-Queney, professeur émérite à l’université Lille 1, aux relecteurs anonymes et à Gilles Arnaud-Fassetta, rédacteur en chef de la Revue, qui ont eu l’amabilité de faire des corrections, qui ont amélioré le fond et la forme de notre article. Ce travail n’aurait pas été possible sans la collaboration des institutions roumaines qui nous ont fourni les documents utilisés et auxquelles nous tenons à remercier : le Fond National Géodésique, le Service Topographique de l’Armée et la Bibliothèque de l’Académie Roumaine. Pour les traductions en anglais, nous souhaitons remercier Gilles Christoph, PRAG d’anglais à l’UFR de Géographie et Aménagement de l’université Lille 1.

Introduction

1Cet article prend pour point de départ l’état des connaissances sur l’évolution des rivières de montagne européennes. Un premier exemple est celui des rivières qui descendent des Alpes françaises et du Massif central français. Certains tronçons des affluents du Rhône se caractérisent par l’incision et la contraction de leurs chenaux depuis la fin du Petit Âge Glaciaire (PAG). Entre 1850 et 1950, la contraction des bandes actives de tressage a été interprétée comme la résultante de la stabilisation des hydrosystèmes après les fortes crues qui les avaient affectés au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle ; ce phénomène a été amplifié par la reforestation des bassins torrentiels à partir de la fin du XIXe siècle, induisant une diminution de la charge alluviale. Entre 1950 et 1970, la contraction des bandes actives s’est intensifiée sous l’influence des activités humaines (reforestation des rives des cours d’eau, abandon des lits d’inondation qui étaient intensément voués à l’agriculture, construction des barrages-réservoirs, exploitation des granulats). Ces résultats reposent sur les travaux de J.-L. Peiry (1988), J.-P. Bravard et al. (1997, 1999), N. Landon et H. Piégay (1994, 1999), N. Landon et al. (1998), C. Miramont et al., 1998 ; G.M. Kondolf et al. (2002), F. Liébault et H. Piégay (2002) et F. Taillefumier et H. Piégay (2002). Un autre exemple est celui des rivières des Alpes italiennes et des Apennins. C’est le cas de la Piave, de la Brenta et des rivières toscanes, qui ont connu une contraction de leur bande active durant le XXe siècle. N. Surian (1999), N. Surian et M. Rinaldi (2003) et N. Surian et A. Cisotto (2007) expliquent que les actions anthropiques (barrages et dérivations d’eau, moyens divers de protection contre l’érosion, aménagement des torrents, exploitation des granulats, reforestation) ont été les principaux facteurs de cette évolution. A travers l’exemple de la Vistule et de ses affluents, on sait aussi que les rivières des Carpates polonaises ont connu les mêmes tendances d’évolution vers la contraction des bandes actives et vers l’incision des chenaux fluviaux depuis le début du XXe siècle. B. Wyzga (1996), J. Lach et B. Wyzga (2002), L. Starkel (2005) et J. Korpak (2007) expliquent que cette évolution est due à la reforestation des bassins versants suite à des phénomènes d’exode durant la Seconde Guerre Mondiale, à l’exploitation intenses des granulats et à la régularisation des cours d’eau.

2Dans ce cadre général de l’évolution des rivières de montagne en Europe, cet article propose d’apporter sa contribution par l’analyse de la dynamique des rivières carpatiques roumaines. Le secteur étudié est celui de la vallée de la Haute Prahova. Dans cette partie de la vallée, la Haute Prahova est considérée une rivière typiquement carpatique en raison des unités de relief qu’elle traverse, formées en relation avec la surrection de la chaîne carpatique, de son régime hydrologique lié, en partie, à la présence des Carpates, des localités qui longent sa vallée (i.e., villes de 10 000 à 50 000 habitants) et de certaines branches socio-économiques qui se sont développées dans cette vallée considérée comme « transcarpatique ». A l’image des travaux effectués sur le Haut Guil, affluent de la Durance dans les Alpes françaises du Sud (Arnaud-Fassetta et Fort, 2004), l’objectif principal de cet article est d’analyser l’évolution en 2D du chenal actif de la Prahova pour la période 1855-2005. En second lieu, il propose de donner un aperçu des facteurs responsables de cette évolution, aussi bien naturels qu’anthropiques.Après avoir présenté brièvement le cadre géographique de la Haute Prahova et la démarche méthodologique, l’article décrit la dynamique récente de la bande active de la Haute Prahova puis les causes responsables de cette évolution.

La Haute Prahova et son bassin-versant

3D’après la classification de H. Gravelius (1914), la Prahova est un affluent de deuxième ordre du Danube. Cette rivière torrentielle descend de la rame méridionale des Carpates avant de traverser les Subcarpates et la Plaine roumaine (piémont de Ploieşti et bassin de subsidence de Gherghiţa-Sărata). L’étude focalise sur la Haute Prahova, dans les Carpates et les Subcarpates jusqu’à la confluence avec son affluent la Doftana (fig. 1 A et C). Le tronçon de rivière étudié fait 56 km de longueur, dans un bassin-versant de 486 km², pour un débit module de 8,2 m3/s et une concentration en matières en suspension de 13,6 kg/s (fig. 1B). Le bassin-versant de la Haute-Prahova reçoit annuellement 1 027 mm de précipitations à Sinaia (1 510 m) et 720 mm de précipitations à Câmpina (461 m). Le régime de la Haute Prahova est de type nivo-pluvial, caractérisé par deux périodes de hautes eaux ordinaires en mai et en décembre, résultant respectivement de la fonte des neiges et de l’action combinée des pluies d’automne et des premières neiges, des basses eaux en janvier, en relation avec le phénomène de gel, et des crues estivales consécutives des fortes pluies d’été.Les facteurs responsables du potentiel hydrogéomorphologique de la Haute Prahova peuvent être classés en deux groupes selon leur temps d’action. A long terme, la lithologie du bassin-versant (conglomérats, grès, marnes, argiles, des roches donc peu résistantes à l’érosion mécanique) et sa morphométrie (fortes pentes et énergie de relief) sont des facteurs potentiellement fournisseurs d’une quantité considérable de débris. Les débris sont entraînés par plusieurs types de processus morphodynamiques : avalanches et torrents dans les Carpates ; glissements de terrain dans les Subcarpates ; apports des affluents vers le cours principal d’eau. A l’échelle des 150 dernières années, l’évolution du chenal torrentiel de la Haute Prahova est déterminée par les variations de ses flux liquides et solides, eux-mêmes dépendants des variations climatiques et des modifications de l’occupation du sol dans le bassin-versant.

Fig. 1 – Le terrain d’étude.
Fig. 1 – Study area.

Fig. 1 – Le terrain d’étude. Fig. 1 – Study area.

A : Situation géographique du bassin-versant de la Prahova en Roumanie. B : Caractéristiques principales de la Haute Prahova et de son bassin-versant. C : Bassin-versant de la Haute Prahova, altitudes, affluents et villes.
A: Geographical location of the Prahova’s catchment in Romania. B: Main characteristics of the Upper Prahova River and its catchment. C: The Upper Prahova’s catchment, altitudes, tributaries and towns.

Démarche méthodologique

4 L’évolution de la Haute Prahova a été analysée à partir de documents cartographiques et lithographiques dans le cadre d’une étude diachronique réalisée en deux étapes.

La préparation et le traitement des documents

5 Les documents utilisés ont été : la lithographie de Szathmary réalisée à partir des levées de terrain de 1855 ; les cartes roumaines d’Etat Major réalisées à partir des levées de terrain des années 1895-1902 ; les cartes topographiques de 1953-1957 et de 1977-1980 ; les orthophotoplans de 2003-2005 (fig. 2A). Dans un premier temps, les documents cartographiques ont été superposés afin de pouvoir être comparés. Au préalable, ces documents ont été calibrés, géoréférencés et corrigés afin d’avoir le même référentiel géographique et d’éliminer, dans la mesure possible, les distorsions géométriques. Les photographies aériennes ont été géoréférencées et corrigées par l’organisme qui les met à la disposition du public, ici le Fond National Géodésique (FNG). Les cartes topographiques ont été géoréférencées à partir des coordonnées géographiques ; sur chaque carte, 12 points ont été choisis en tant qu’amers. Pour le géoréférencement des cartes d’Etat Major, des points communs ont été cherchés sur ces plans et sur les cartes topographiques ; ils ont été trouvés avec difficulté, étant donné les nombreux changements auxquels la région a été soumise. Finalement, en s’adaptant à la réalité du terrain, les points communs choisis ont été les églises, les coins de rues et/ou les sommets (pics et lignes de crête) dans les régions de montagne. Ainsi, une dizaine de points d’amer ont été utilisés pour chaque carte d’Etat Major. La lithographie de Szathmary n’a pas fait partie de cette étude cartographique mais elle a été utile pour caractériser l’hydrosystème au milieu du XIXe siècle.

Fig. 2 – Démarche méthodologique.
Fig. 2 Methods.

Fig. 2 – Démarche méthodologique. Fig. 2 – Methods.

A : Documents analysés dans l’étude diachronique. B : Récapitulatif des erreurs inhérentes à la méthode.  
A: Documents analysed for the diachronic cartography. B: Summary of inherent errors in the method.

6 Cependant, l’ensemble de  cette méthode de géoréférencement a pu engendrer plusieurs erreurs (fig. 1B) :

  • Erreur liée au repérage des amers. La résolution et le zoom des documents peuvent induire des erreurs d’identification des points d’amer. Sur les cartes topographiques et les plans militaires, le zoom a été de 7 fois par rapport à la taille de l’écran afin de pouvoir travailler à l’échelle du pixel. La résolution de ces images est donc bonne et l’erreur au maximum d’1 pixel ; cela équivaut à ± 3 m sur les cartes topographiques et ± 2,5 m sur les plans militaires. Ce type d’erreur n’a pas concerné les photographies aériennes qui étaient déjà calibrées, georéférencées et corrigées ; le zoom des orthophotoplans a été de 24 fois afin de travailler à l’échelle du pixel, en sachant qu’un pixel correspond à ± 0,5 m sur le terrain.

  • Erreur résiduelle qui subsiste après le calcul des modèles polynomiaux. Cette erreur a été évaluée par le logiciel au niveau de chaque amer : elle correspond à la différence en pixels entre les coordonnées d’un amer déterminé sur le document servant de référence à la correction et les coordonnées de ce même amer sur l’autre document, une fois qu’il a été géoréférencé. Il a été admis qu’un modèle polynomial était de qualité à partir du moment ou l’erreur était inférieure à 0,5 pixel pour tous les amers (Durand, 2000). Le FNG estime qu’après les avoir calées, géoréferencées et corrigées, les orthophotoplans peuvent inclure une erreur d’environ 3 m. Dans le cas des cartes topographiques, l’erreur a été abaissée au-dessous de ce seuil ; comme le pixel est la plus petite parcelle visible à l’écran, il a été convenu de la porter à 1 pixel au niveau de chaque amer, soit ± 3 m. Dans le cas des cartes d’Etat Major, l’erreur a pu aller jusqu’à 5 pixels, soit ± 12,5 m sur le terrain. La projection utilisée peut contribuer à ce type d’erreur et nous avons opté pour un type commun de projection pour tous les documents analysés. La projection commune choisie a été la projection Stéréographique 1970, dite Stéréo 70. C’est la projection officielle de la Roumanie, celle qui remplace la projection Gauss-Krüger depuis 1971. Si cette projection est conforme, en ce sens qu’elle ne déforme pas les angles, elle induit une déformation des superficies en fonction de leur distance par rapport au pôle de la projection. Le bassin de la Prahova se trouvant à l’intérieur du cercle de la déformation nulle, la déformation linéaire négative a pu être estimé à -0,25 cm/km. Ainsi, la déformation linéaire de la projection Stéréo 70 est 2,5 fois plus réduite que celle de la projection de Gauss (Moroşanu, 2008). Cette projection utilise l’ellipsoïde Krasovski 1940 orienté vers Pulkovo, en reprenant toutefois les caractéristiques de la projection de Gauss-Krüger. Le géoréférencement et le calage des cartes topographiques et des plans militaires ont été réalisés au moyen du logiciel ERDAS.

  • Erreur dérivée du fait que les traits digitalisés ne sont pas toujours parfaitement discernables. Lorsque les orthophotoplans n’étaient pas toujours de très bonne qualité, il a pu y avoir un léger flou au niveau de la limite plan d’eau-berge par exemple, d’où une certaine imprécision pour repérer la ligne de rivage. En particulier, cela s’est vérifié sur les orthophotoplans à cause de la turbidité de l’eau ou du masque induit par la présence d’arbres en bordure du cours d’eau. Nous avons estimé cette erreur à 2 pixels (soit ± 1 m) sur les photographies aériennes. Cette erreur a pu être également calculée sur les autres documents ; elle a été estimée à 1 pixel (soit ± 3 m) sur les cartes topographiques et à 1 pixel (soit ± 2,5 m) sur le plan militaires. La digitalisation des documents cartographiques s’est faite au moyen du logiciel Arcview 3.2a.

  • Erreur liée aux variations du niveau de l’eau. Cette erreur concerne les orthophotoplans qui précisent la situation au moment de la prise de vue, mais pour lesquels nous ne disposions pas de la date exacte. En tenant compte des dimensions du cours d’eau, nous avons estimé que cette erreur était inférieure à 1 pixel (soit ± 0,5 m).

7Cependant, cette démarche n’a pu tenir compte des erreurs inhérentes à la prise de vue de la photographie aérienne telles que la distorsion induite par les objectifs, le balancement de l’appareil au moment de réalisation du cliché, le papier photogrammétrique, le relief du terrain qui, à lui seul, peut induire un déplacement des objets sur les clichés de plusieurs dizaines de mètres par rapport à leur position réelle, et l’imprécision planimétrique de la carte (Durand, 2000). A.M. Alexei (2005) a estimé que l’erreur des cartes topographiques à 1/25 000 provenant de la Direction Topographique Militaire pouvait être considéré de 10 m sur le terrain.

Reconstitution du style fluvial

8La reconstitution du style fluvial de la Haute Prahova s’est appuyée essentiellement sur la classification de J.C. Brice (1964), qui a distingué les chenaux rectilignes (sinuosité inférieure à 1,02) des chenaux sinueux (sinuosité entre 1,02 et 1,4) et des chenaux à méandres (sinuosité supérieure à 1,4). Afin de distinguer les styles fluviaux à chenaux multiples, nous avons eu recours à la méthode de J.-L. Peiry (1988) qui a défini la bande active de tressage comme représentant l’emprise de chenaux en eau et des bancs de galets non végétalisés ; l’absence de la végétation sur les bancs est indicatrice d’une inondation active, avec mise en mouvement des galets, dont la fréquence est probablement annuelle. Ainsi, mesurée perpendiculairement à son axe, la largeur de la bande active est corrélée à l’indice de tressage et à la dynamique du style fluvial. Dans cet article, ces mesures ont été effectuées sur des profils en travers levés tous les 250 m le long de la rivière. Sur tous les documents utilisés, la reconstitution du style fluvial s’est basée sur la représentation du chenal torrentiel et de la bande active. Sur la lithographie de Szathmary et sur les autres documents cartographiques, le chenal et la bande active ont été représentés par un trait ou une bande colorée ou hachurée, délimitée par des talus, dont la hauteur minimale n’est pas précisée dans la légende. Sur les photographies aériennes, la détermination des limites du chenal et de la bande active est apparue fortement dépendante de la couleur de l’eau et des alluvions ; la présence de la végétation a rendu de facto moins précise cette délimitation.

Evolution récente de la Haute Prahova

9Les résultats obtenus à partir de cette approche méthodologique ont permis la détermination du style fluvial de la Haute Prahova et des variations 2D (largeur et sinuosité) des chenaux fluviaux.

Détermination du style fluvial de la Prahova pour les 150 dernières années

10La carte de Szathmary a été utilisée pour déterminer le style fluvial de la Haute Prahova vers 1855. Conformément à cette lithographie, la Prahova formait des chenaux tressés en aval de la localité de Comarnic. La lithographie de Szathmary ou la Carte de la Roumanie Méridionale s’arrête à cette limite septentrionale, raison pour laquelle il n’est pas possible de conclure sur le style fluvial de la Prahova carpatique au milieu du XIXe siècle. Les cartes d’Etat Major ont été utilisées pour la détermination du style fluvial de la Prahova vers 1900. La Haute Prahova formait deux tronçons distincts. Le premier était caractérisé par un chenal sinueux, encombré localement par des bancs longitudinaux ; il s’étendait jusqu’à la confluence avec l’Izvoru Dorului. En aval de la confluence avec l’Izvoru Dorului, le deuxième était caractérisé par des tresses. La première série de cartes topographiques a été utilisée pour la détermination du style fluvial vers 1955, quand la Haute Prahova formait deux tronçons distincts : dans les Carpates, un premier tronçon à chenal sinueux, encombré de quelques bancs longitudinaux et un tronçon à tresses dans les Subcarpates. Le style fluvial de ces deux tronçons a été conservé jusqu’en 1980, conformément à la deuxième série de cartes topographiques utilisées. En 2005, sur les orthophotoplans, on a pu observé que la Haute Prahova formait deux tronçons distincts : dans les Carpates, un tronçon à chenal sinueux et bancs longitudinaux locaux et un tronçon présentant des tresses résiduelles dans les Subcarpates. Dans cet article, le phénomène de « tresses résiduelles » représente une alternance de sous-tronçons en tresses peu larges et de sous-tronçons à chenal unique et sinueux. En conséquence, la Prahova a connu une métamorphose fluviale (sensu Schumm, 1977) en aval de la confluence avec l’Izvoru Dorului. La rivière a perdu son style en tresses en deux temps : entre 1900 et 1955, sur le tronçon qui s’étend entre la confluence avec l’Izvoru Dorului et la sortie des Carpates, et entre 1980 et 2005 sur les sous-tronçons subcarpatiques (fig. 3).

Fig. 3 – Evolution du style fluvial de la Haute Prahova entre 1855 et 2005.
Fig. 3 – Evolution of the channel pattern of the Upper Prahova River between 1855 and 2005.

Fig. 3 – Evolution du style fluvial de la Haute Prahova entre 1855 et 2005. Fig. 3 – Evolution of the channel pattern of the Upper Prahova River between 1855 and 2005.

1 : chenal sinueux et bancs alluviaux longitudinaux ; 2 : tressage résiduel ; 3 : chenaux tressés.
1: sinuous channel and longitudinal bars; 2: residual braided channels; 3: braided channels.

Variations de la largeur de la bande active de la Prahova durant les 100 dernières années

11Sur le tronçon carpatique (22 km de longueur), l’étude a été réalisée entre la confluence avec la Valea Cerbului et le débouché des Carpates. Les résultats obtenus doivent être interprétés avec une certaine prudence. En effet, sur les cartes d’Etat Major et sur les cartes topographiques, les sous-tronçons à chenal unique ont été représentés par un trait d’épaisseur constante. C’est pour la même raison que les treize premiers kilomètres de la Haute Prahova n’ont pas été pris en compte dans cette étude.Entre 1900 et 2005, le tronçon analysé se caractérise par une sinuosité quasi-constante (autour de 1,2). Le chenal de la Prahova s’est contracté de 14 % entre 1900 et 1955, de 12 % entre 1955 et 1980 et de 17 % entre 1980 et 2005 (fig. 4). De même, l’affluent l’Izvoru Dorului, au fonctionnement relativement naturel, a connu une contraction de sa bande active d’environ 65 % entre 1900 et 2005.

Fig. 4 – Evolution latérale du chenal fluvial/bande active de la Haute Prahova entre 1900 et 2005.

Fig. 4 – Width adjustments of the Prahova’s active channel between 1900 and 2005.

Fig. 4 – Width adjustments of the Prahova’s active channel between 1900 and 2005.

La largeur est mesurée tous les 250 m perpendiculairement à l’axe du chenal fluvial/bande active. 1 : maximum ; 2 : quartile 3 ; 3 : médiane ; 4 : quartile 1 ; 5 : minimum.
The width is measured every 250 m perpendicularly to the active channel. 1: maximum; 2: quartile 3; 3: median; 4: quartile 1; 5: minimum.  

12Sur le tronçon subcarpatique (17,25 km de longueur), l’analyse a été conduite sur le tronçon s’étendant de la ville de Comarnic jusqu’en amont de la confluence avec la Doftana. Les premiers kilomètres du tronçon subcarpatique ont été ignorés dans cette étude, étant donné la faible clarté de l’orthophotoplan utilisé. De manière générale, entre 1900 et 2005, ce tronçon se caractérise par une très faible évolution de la sinuosité, qui reste autour de 1,1, et par une réduction de sa largeur moyenne de 77 % (fig. 4, fig. 5 et fig. 6 A et B). Le découpage chronologique suivant met en évidence les principales phases d’évolution de la Prahova :

  • 1900-1955 : la bande active s’est contractée en moyenne de 40 %. Le phénomène a été quasi continu sur l’ensemble du tronçon analysé, exception faite de trois sites (17, 25, 53 ; fig. 5A).

  • 1955-1980 : durant cette période, la bande active de la Prahova s’est contractée en moyenne de 14 %. Cependant, 25 sites sur 69 analysés ont connu un élargissement de la bande active (fig. 5B). C’est le cas des sites 11-12, 18-19, 37-38, 54-55 et 65, qui correspondent aux ponts traversant la Prahova et qui ont été affectés par un processus d’érosion latérale en amont et en aval des structures. Les sites 14-15 correspondent à la confluence de la Prahova avec la Valea Beliei, ce qui indique un apport liquide et solide supplémentaire de cet affluent durant cette période. De même, les sites 27-32, situés à la base du talus de la terrasse située en rive droite, affecté par des glissements de terrain, ont connu un élargissement de la bande active pouvant s’expliquer par une réactivation des processus hydrodynamiques.

  • 1980-2005 : la bande active de la Prahova s’est contractée en moyenne de 55 %. Malgré cette tendance générale à la forte contraction, quelques sites (2-3, 6-10, 12-14, 22-23, 35, 64) se caractérisent par un élargissement de la bande active, ce qui confirme la tendance de la Prahova à éroder ses berges en amont et en aval des ponts (fig. 5C). En effet, ce processus paraît être connu par les gestionnaires qui ont mis en place des gabions sur la berge droite de la Prahova à la sortie du pont du site 53 (fig. 6C). Actuellement, la majeure partie de ces sites se caractérise par l’incision du chenal de la Prahova, qui s’écoule désormais directement sur le substrat géologique, ce qui n’était pas le cas au début des années 1980 lorsque la rivière s’écoulait sur un alluvium de 3-4 m d’épaisseur (Niculescu, 1984 ; Pascu, 1999 ; Armaş et al., 2003). L’incision peut être associée à la diminution de la charge de fond (Peiry et al., 1994), phénomène du reste confirmé par la granularité des berges de la Prahova. Par exemple, d’une hauteur de 120 cm, la berge située en rive droite du site 66 est caractérisée par une succession de couches de galets (base), de galets et de graviers (partie médiane) et de graviers, de sables et de limons d’inondation (sommet ; fig. 6D).

Fig. 5 – Evolution latérale du chenal fluvial/bande active de la Prahova dans les Subcarpates (tronçon Comarnic-Câmpina) en relation avec les changements anthropiques et environnementaux qui ont eu lieu dans le fond de la vallée.
Fig. 5 Width adjustments of Subcarpathians’ Prahova’s active channel (Comarnic-Câmpina reach) as related to human and environmental changes at the bottom of the valley.    

Fig. 5 – Evolution latérale du chenal fluvial/bande active de la Prahova dans les Subcarpates (tronçon Comarnic-Câmpina) en relation avec les changements anthropiques et environnementaux qui ont eu lieu dans le fond de la vallée. Fig. 5 – Width adjustments of Subcarpathians’ Prahova’s active channel (Comarnic-Câmpina reach) as related to human and environmental changes at the bottom of the valley.    

A : Période 1900-1955 ; B : Période 1955-1980 ; C : Période 1980-2005. La largeur est mesurée tous les 250 m perpendiculairement à l’axe du chenal fluvial/bande active. 1 : remblais de la voie routière ; 2 : rectification de la bande active ; 3 : gabions ; 4 : ballastières ; 5 : surface bâtie ; 6 : ripisylve ; 7 : seuils de stabilisation (perpendiculaires à la bande active) ; 8 : pont routier ; 9 : pont ferroviaire ; 10 : C.1 confluence de la Prahova avec la Valea Beliei ; 11 : C.2 confluence de la Prahova avec la Câmpea.
A: Between 1900 and 1955; B: Between 1955 and1980; C: Between 1980 and 2005. The width is measured every 250 m perpendicularly to the active channel. 1: road embankment; 2: regulated active channel; 3: gabions; 4: borrow pits; 5: built up area; 6: riparian forest; 7: low-head dams (perpendicular to the active channel); 8: road bridge; 9: railroad bridge; 10: C.1 confluence of Prahova and Valea Beliei; 11: C.2 confluence of Prahova and Câmpea.

Fig. 6 – Evolution latérale de la Prahova entre 1900 et 2005 sur les derniers huit kilomètres du tronçon subcarpatique.
Fig. 6 Lateral adjustments of the Prahova River between 1900 and 2005.

Fig. 6 – Evolution latérale de la Prahova entre 1900 et 2005 sur les derniers huit kilomètres du tronçon subcarpatique. Fig. 6 – Lateral adjustments of the Prahova River between 1900 and 2005.

A : Contraction de la bande active de la Prahova entre 1900 et 2005. B : Occupation du sol du fond de la vallée subcarpatique de la Prahova en 2005. C : Protection de la berge de rive droite de la Prahova par un gabion. D : Granularité de la berge de rive droite de la Prahova. 1 : limite du lit majeur ; 2 : bande active (1900) ; 3 : bande active (1955) ; 4 : bande active (1980) ; 5 : bande active/chenal (2005) ; 6 : voie ferrée ; 7 : voie routière ; 8 : gabion ; 9 : superficie bâtie ; 10 : ripisylve ; 11 : ballastière.
A: Narrowing of the active channel of the Prahova River between 1900 and 2005. B: Land use at the bottom of the Subcarpathian Prahova valley in 2005. C: Protection of the right bank of the Prahova River by gabions. D: Grain-size characteristics of levee deposits on the right bank of the Prahova River. 1: floodplain’s limits; 2: active channel (1900); 3: active channel (1955); 4: active channel (1980); 5: active channel (2005); 6: railroad; 7: road; 8: gabion; 9: built up area; 10: riparian forest; 11: borrow pits.

Les facteurs responsables de l’évolution de la Prahova

13Les facteurs responsables de l’évolution de la Prahova et leurs effets induits peuvent être périodisées de la façon suivante :

  • 1855-1900 : l’importance du PAG dans le fonctionnement de la bande active ? Cette question reste ouverte, étant donné l’absence d’informations concernant le style fluvial de la Prahova carpatique et l’impossibilité de quantifier son évolution sur la période 1855-1900. Par conséquent, il n’est pas possible de tirer de conclusions robustes sur l’état de l’hydrosystème Prahova à la fin du PAG, que l’on place vers 1840 dans les Carpates roumaines, conformément aux recherches de I. Popa et Z. Kern (2009).

  • 1900-1950 : la contraction de la bande active dans un contexte de forts aléas hydroclimatiques. Conformément aux premiers enregistrements météorologiques systématiques, la Roumanie a été confrontée à d’importantes inondations dans le courant de la deuxième moitié du XIXe siècle (Mustăţea, 2005). Dans le bassin de la Prahova, les plus importantes inondations ont été celles de mai-juin 1893, avril 1895 et avril-juillet 1897 (Mustăţea, 2005). Selon le même auteur, en mai 1893, 346 mm de précipitations sont tombés en 18 jours à Câmpina. Or, ces cumuls de précipitations sont supérieurs à ceux connus pour les 45 dernières années. A la station météorologique de Câmpina (période 1961-2005), le cumul mensuel de précipitations en mai est de 87 mm. A la même station météorologique et durant la même période, le cumul maximum de précipitations en 24 h a été enregistré le 19 septembre 2005 (118 mm) et la quantité maximale de précipitations enregistrées durant 18 jours a atteint seulement 260 mm. Conformément aux recherches de A. Mustăţea (2005), la Prahova n’a pas été touchée par d’importants aléas hydroclimatiques au cours de la première moitié du XXe siècle. Ce constat a été confirmé par les habitants de la Basse Prahova, dont les maisons qui datent de cette époque se trouvent aujourd’hui en zone inondable (Ioana-Toroimac, 2009). Par conséquent, il est possible de conclure que la bande active de la Prahova s’est contractée au début du XXe siècle, en récupérant ainsi des aléas hydroclimatiques de la fin du XIXe siècle. Cette évolution confirme celle mise en évidence par A.S. Issar (2003), qui explique que la fin du PAG s’est manifestée dans l’Europe centrale par un changement de régime pluviométrique et hydrologique allant vers l’intensification des pluies et des crues estivales. En revanche, il n’est pas possible de préciser la durée de la période de stabilisation de l’hydrosystème après les aléas hydroclimatiques, étant donné le manque de documents cartographiques. En ce qui concerne le poids du facteur humain durant cette période, nous considérons qu’il a été négligeable car la plupart des aménagements, et en particulier la majorité des remblais des voies de transport qui longent la Prahova, existaient déjà en 1900.  

  • 1955-1980 : la faible contraction de la bande active sous l’action conjuguée des facteurs naturels et anthropiques. A partir des années 1950, une politique de gestion des bassins versants basée sur une approche quantitative des processus a été renforcée (Şerban et Gălie, 2006). Dans le cas du bassin-versant de la Haute Prahova, cette politique a envisagé tout d’abord la rectification des cours d’eau. Par conséquent, entre 1960 et 1980, la Haute Prahova et ses affluents ont été endigués sur 6,8 km au moyen de dalles de béton, conformément aux données publiées dans le cadre du Plan d’Aménagement du Territoire Départemental (Consiliul Judeţean Prahova, 2009). En ce qui concerne le rôle des facteurs naturels, la période 1969-1980 a été particulièrement humide dans le bassin-versant de la Prahova, ce qui pourrait expliquer la réactivation des glissements de terrain dans les Subcarpates (Ioana-Toroimac, 2009). Des précipitations supérieures à 900 mm/an ont été enregistrées à la station de Câmpina en 1970, 1971, 1972, 1975, 1979 et 1980. La Prahova a été affecté par des événements hydrologiques de magnitude modérée : en juillet 1969 à la station de Poiana Ţapului [débit de pointe (Qmax) : 154 m3/s ; période de retour (RI) : 17 ans ; Qmax = RI de 10 ans sur l’affluent Valea Cerbului], en juillet 1971 à la station de Poiana Ţapului (Qmax : 167 m3/s ; RI : 21 ans), en juillet 1975 aux stations de Poiana Ţapului (Qmax : 135 m3/s ; RI : 11 ans) et à Câmpina (Qmax : 340 m3/s, RI : 20 ans). Dans ce contexte, la faible contraction de la bande active du tronçon subcarpatique au cours de la période 1955-1980 peut être expliquée par les événements hydrologiques dont le caractère relativement morphogène a permis de neutraliser les effets des aménagements mis en place, comme le remblai routier sur la rive gauche de la Prahova en 1963-1965, les deux rectifications de chenal opérées à Comarnic et à Câmpina dans les années 1970 pour la protection des zones industrielles des deux villes et la mise en place d’un quartier résidentiel.      

  • 1980-2005 : la contraction importante de la bande active sous le poids des facteurs anthropiques et naturels. Au début des années 1980, un barrage-réservoir de petite dimension (débit liquide pouvant transiter de 4,5 m3/s) a été construit sur la Prahova à Sinaia. Bien que son rôle soit principalement hydroénergétique, le personnel de l’Hidroelectrica, la compagnie en charge de la gestion du barrage-réservoir, a confirmé que ce dernier avait aussi un rôle de régularisation de l’écoulement lors de fortes crues et qu’il était partiellement remblayé par des alluvions, des troncs et des branches d’arbres et des débris divers. De plus, dans le contexte des changements politico-socio-économiques que la Roumanie a connus, l’exploitation des graviers alluviaux s’est intensifiée depuis le début des années 1990. En 1980, deux ballastières fonctionnaient dans les Carpates et dans les Subcarpates, tandis qu’en 2005, sept ballastières étaient fonctionnelles et douze fossés de ballastières avaient été déjà abandonnés.  De plus, plusieurs gabions et seuils de stabilisation ont été mis en place durant cette période. L’ensemble de ces actions anthropiques est susceptible d’entraîner une diminution de la charge alluviale de fond et d’entretenir le phénomène de contraction de la bande active et d’incision du chenal. En ce qui concerne le poids de la contrainte naturelle, deux facteurs peuvent être mis en évidence : la ripisylve et les événements hydrologiques. La ripisylve a colonisé une partie importante de la marge de l’ancienne bande active subcarpatique. La ripisylve fixe l’ancienne bande active, empêche son élargissement et favorise même l’incision du chenal fluvial comme cela a été montré pour l’évolution de l’Ain après 1980 (Bravard et al., 1989). Sur la Loire, B. Leteinturier et al. (2000) ont conclu que le développement de la ripisylve annonçait la fermeture du système fluvial. En même temps, la Haute Prahova a connu seulement quelques crues de moyenne magnitude, permettant ainsi à la ripisylve de grandir et s’étendre. Les plus importantes crues ont été celles de juillet 1988 à la station de Câmpina (Qmax : 369 m3/s ; RI : 27 ans), de mai 1991 à la station de Poiana Ţapului (Qmax : 52 m3/s ; RI : 12 ans), et d’août 1997 à la station de Câmpina (Qmax : 292 m3/s ; RI : 12 ans). L’affluent Valea Cerbului a connu sa crue centennale en juillet 1988. Cela pourrait expliquer, en partie, la contraction moins importante de la Prahova dans les Carpates ; conformément aux observations de G. Arnaud-Fassetta et M. Fort (2004) sur le Haut-Guil, les événements hydrologiques de forte magnitude et de basse fréquence sont susceptibles d’avoir des effets morphogénétiques importants pour les cours d’eau d’altitude. En conclusion, au moment de la prise de vue des orthophotoplans (printemps 2005), la Prahova n’avait pas connu d’événements hydrologiques importants depuis huit ans. C’est pour cette raison que certains chenaux fluviaux subcarpatiques apparaissent comme temporairement abandonnés, mais qu’une prochaine crue pourrait très bien les réactiver.   

Conclusions

14A l’échelle des 150 dernières années, la Haute Prahova a connu la même tendance évolutive que celles des rivières des Alpes françaises et italiennes et des Carpates polonaises : contraction de la bande active, disparition du tressage et incision des chenaux fluviaux. Le phénomène de contraction de la Prahova a été plus intense dans les Subcarpates. La différence d’intensité du phénomène de contraction observée entre les Carpates et les Subcarpates s’explique par la nature du style fluvial : le tressage est le style fluvial le plus sensible aux variations des flux liquides et surtout solides de fond. La contraction de la bande active de la Prahova s’explique par l’action conjuguée des facteurs naturels  (fréquence et magnitude des événements hydrologiques, extension de la ripisylve) et anthropiques (construction du barrage-réservoir de Sinaia, extraction des graviers, gabions, seuils de stabilisation). Cependant il reste difficile de distinguer le rôle de chaque facteur dans l’ensemble de cette évolution, surtout à cause de leur action simultanée et des boucles d’action-rétroaction formées dans les hydrosystèmes fluviaux. Reste que les résultats obtenus dans cet article sont fortement dépendants des documents utilisés : leur hétérogénéité a rendu souvent difficile leur comparaison. L’écart temporel, jusqu’à 50 ans entre deux séries de documents, nous a obligé de ne pas tenir compte de possibles variations à l’intérieur d’une période cinquantennale. L’étude a également montré que les cartes n’étaient pas le moyen toujours le plus adéquat pour suivre finement l’évolution de la morphologie fluviale, eu égard à l’échelle des documents et la structuration de leur légende. En dépit de ces facteurs limitants, l’étude aura su montrer le double intérêt de l’analyse de l’évolution de la Prahova durant les 150 dernières années, celui de faire prendre conscience de l’utilité de comprendre les effets des événements hydrologiques et de l’anthropisation sur la dynamique d’un hydrosystème et celui de l’ouverture vers de nouveaux axes de recherche et d’aménagement, comme l’identification des zones d’intérêt écologique en relation avec la dynamique du cours d’eau, et la conservation de la diversité des paysages fluviaux.

Haut de page

Bibliographie

Alexei A.M. (2005)Contribuţii privind culegerea semiautomată a datelor cartografice digitale. Rezumatul tezei de doctorat, Academia Tehnică Militară, Bucureşti, 77 p.

Armaş I., Damian R., Osaci-Costache G. (2003)Vulnerabilitatea versanţilor la alunecări de teren în sectorul subcarpatic al Văii Prahovei. Editura Fundaţiei România de Mâine, Bucureşti, 208 p.

Arnaud-Fassetta G., Fort M. (2004) – La part respective des facteurs hydroclimatiques et anthropiques dans l’évolution récente (1956-2000) de la bande active du Haut Guil, Queyras, Alpes françaises du Sud. Méditerranée, 1-2, 143-156.  

Ashmore P.E. (1991) – How do gravel bed rivers braid ? Canadian Journal of  Earth Sciences 28, 326-341.

Bravard J.-P., Fagot P., Gadiolet P., Magne M. (1989) – Etude de dendrochronologie dans le lit majeur de l’Ain : la forêt alluviale comme descripteur d’une « métamorphose fluviale ». Revue de géographie de Lyon, 64, 213-223.

Bravard J.-P., Amoros C., Pautou G., Bornette G., Bournaud M., Creuzé des Châtelliers M., Gibert J., Peiry J.-L., Perrin F.-J., Tachet H. (1997) – River incision in south-east France: morphological phenomena and ecological effects. Regulated Rivers: Research and Management 13, 75-90.

Bravard J.-P., Landon N., Peiry J.-L., Piégay H. (1999) – Principles of engeneering geomorphology for managing channel erosion and bedload transport, examples from French rivers. Geomorphology 31, 291-311.

Brice J.C. (1964)Channel patterns and terraces of the Loup River in Nebraska. United States Geological Society, Paper 422 D, 41 p.

Consiliul Judeţean Prahova (2009)Planul de amenajare al teritoriului judeţean Prahova. Disponible sur http://www.cjph.ro/index.php?_init=amenajare.patj&.

Durand P. (2000) – Approche méthodologique pour l’analyse de l’évolution des littoraux sableux par photo-interprétation. Exemple des plages situées entre les embouchures de l’Aude et de l’Hérault (Languedoc, France). Photo-Interprétation, 1-2, 3-17.

Gravelius H. (1914)Grundriss der gesamten Gewässerkunde. Band 1 : Flusskunde. Goschën, Berlin, 179.

Ioana-Toroimac G. (2009)La dynamique hydrogéomorphologique de la rivière Prahova (Roumanie): fonctionnement actuel, évolution récente et conséquences géographiques. Thèse de doctorat, université Lille 1, 342 p.

Issar A.S. (2003)Climatic changes during the Holocene and their impact on hydrological systems. Cambridge University Press, Cambridge, 150 p.

Kondolf G.M., Piégay H., Landon N. (2002) – Channel response to increased and decreased bedload supply from land-use change: contrasts between two catchments. Geomorphology 45, 35-51.

Korpak J. (2007) – The influence of river training on mountain channel changes (Polish Carpathian Mountains). Geomorphology 92, 166-181.

Lach J., Wyzga B. (2002) – Channel incision and flow increase of the Upper Wisloka River, Southern Poland, subsequent to the reforestation of its catchment. Earth Surface Processes and Landforms 27, 445-462.

Landon N., Piégay H. (1994) – L’incision de deux affluents subméditerranéen du Rhône : la Drôme et l’Ardèche. Revue de Géographie de Lyon, 1, 63-72.

Landon N., Piégay H. (1999) – Mise en évidence de l’ajustement d’un lit fluvial à partir de documents d’archives : le cas de la rivière Drôme. Revue de Géographie Alpine, 3, 67-86.

Landon N., Piégay H. et Bravard J.-P. (1998) – The Drôme River incision (France): from assessment to management. Landscape and Urban Planning 43, 119-131.

Leopold L.B., Wolman M.G. (1957)River channel patterns: braided, meandering and straight. Technical Report, US Geological Survey, US government printing office, Washington, 76 p.

Leteinturier B., Engels P., Petit F., Chiffaut A., Malaisse F. (2000) – Morphodynamisme d’un tronçon de Loire bourbonnaise depuis le XVIIIe siècle. Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 239-252.

Liébault F., Piégay H. (2002) – Causes of the 20th century channel narrowing in mountain and piedmont rivers of Southeastern France. Earth Surface Processes and Landforms 27, 425-444.

Miramont C., Jorda M., Pichard G. (1998) – Evolution historique de la morphogenèse et de la dynamique fluviale d’une rivière méditerranéenne : l’exemple de la Moyenne Durance (France du sud-est). Géographie physique et Quaternaire, 52-3, 1-13.

Moroşanu B. (2008)Deformaţiile liniare relative în sistemele de proiecţie Stereografic 1970, Gauss-Krüger, UTM şi comparaţii între acestea. Disponible sur http://earth.unibuc.ro/articole/deformatii-liniare-in-sistemele-proiectie.

Mustăţea A. (2005)Viituri excepţionale pe teritoriul României, Editura Tipografica S.C. Onesta Com. Prod. 94 S.R.L., Bucureşti, 411 p.

Niculescu G. (1984)Valea Prahovei. Editura Sport-Turism, Bucureşti, 274 p.

Pascu M. (1999)Cercetări privind influenţa regularizării radicale a albiilor de râuri asupra stabilităţii unor construcţii aferente şi a mediului înconjurător-cu referire la bazinul hidrografic al râului Prahova. Rezumatul tezei de doctorat, universitatea Tehnică Gheorghe Asachi, Iaşi, 51 p.

Peiry J.-L. (1988) – Approche géographique de la dynamique spatio-temporelle des sédiments d’un cours d’eau intra-montagnard : l’exemple de la plaine alluviale de l’Arve (Haute-Savoie). Thèse de doctorat en géographie et aménagement, université Lyon 3, 376 p.

Peiry J.-L., Salvador P.-G., Nouguier F. (1994) – L’incision des rivières dans les Alpes du Nord : état de la question. Revue de Géographie de Lyon, 69-1, 47-56.

Popa I., Kern Z. (2009) – Long-term summer temperature reconstruction inferred from tree-ring records from Eastern Carpathians. Climate Dynamics 32, 7-8, 1107-1117.

Schumm S.A. (1977) The fluvial system. John Wiley & Sons, New York, 338 p.

Starkel L. (2005) – Role of climatic and anthropogenic factors accelerating soil erosion and fluvial activity in Central Europe. Studia Quaternaria 22, 27-33.

Surian N. (1999) – Channel changes due to river regulation: the case of the Piave River, Italy. Earth Surface Processes and Landforms 24, 1135-1151.

Surian N., Rinaldi M. (2003) – Morphological response to river engineering and management in alluvial channel in Italy. Geomorphology 50, 307-326.

Surian N., Cisotto A. (2007) – Channel adjustements, bedload transport, and sediment sources in a gravel-bed river, Brenta River, Italy. Earth Surface Processes and Landforms 32, 1641-1656.

Şerban P., Gălie A. (2006)Managementul apelor. Principii şi reglementări europene. Editura Tipored, Bucarest, 302 p.

Taillefumier F., Piégay H. (2002) – Contemporary land use change in prealpine Mediterranean mountains: a multivariate GIS-based approach, Catena 724, 1-30.

Wyzga B. (1996) – Changes in the magnitude and transformation of flood waves subsequent to the channelization of the Raba River, Polish Carpathians. Earth Surface Processes and Landforms 21, 749-763.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

This article starts from the current state of research on the evolution of European mountain rivers. Several rivers coming down the French and Italian Alps and the Polish Carpathians are characterised by the narrowing and incision of their channels. This evolution is due to a decrease of their sediment charge related to climate variations (end of the Little Ice Age, diminishing frequency of hazards) and human activities (reforestation of river banks, abandonment of intensely cultivated floodplains, construction of reservoirs dams, exploitation of grains, embanking) as shown in the works of J.-L. Peiry (1988), J.-P. Bravard et al. (1997, 1999), J. Korpak (2007), J. Lach and B. Wyzga (2002), N. Landon and H. Piégay (1994, 1999), N. Landon et al. (1998), C. Miramont et al., 1998, G.M. Kondolf et al. (2002), F. Liébault and H. Piégay (2002), L. Starkel (2005), N. Surian (1999), N. Surian and M. Rinaldi (2003), N. Surian and A. Cisotto (2007), F. Taillefumier and H. Piégay (2002), and B. Wyzga (1996).
Within this general framework for the evolution of European mountain rivers, this article aims at contributing to the analysis of the dynamics of Romanian Carpathian rivers. The studied area is the Upper Prahova River which comes down the southern side of the Carpathians and goes through the Subcarpathians (56 km in length, with a 486 km² catchment area, and a 8.2 m3/s annual mean discharge). In the same spirit as the research conducted on the Haut-Guil, a tributary of the Durance in the French Southern Alps (Arnaud-Fassetta and Fort, 2004), the main purpose of this article is to analyse the 2D evolution of the Prahova’s channel from 1855 to 2005. A secondary purpose is to provide an overview of the determining factors in this evolution, whether they are natural or human. The evolution of the Upper Prahova is analysed based on cartographic and lithographic sources within the framework of a diachronic study. The documents used here are the following: Szathmary’s lithography designed from 1855 land surveys; Ordnance Survey maps designed from 1895-1902 land surveys; topographic maps from 1953-57 and 1977-1980; aerial photographs from 2003-2005. These documents were calibrated, georeferenced and corrected beforehand, so as to come up with the same geographic referential and, as far as possible, to eliminate geometric distortions. The reconstitution of the Upper Prahova’s channel pattern is essentially modeled after J.C. Brice’s 1964 classification, which distinguishes between straight channels (i.e., channels with a sinuosity inferior to 1.02), sinuous channels (i.e. channels with a sinuosity comprised between 1.02 and 1.4) and meandering channels (i.e., channels with a sinuosity superior to 1.4). So as to distinguish between channel patterns with multiple channels, we used J.-L. Peiry’s method (1988). He defined the active braided channel as representing all channels with water and all non-vegetalised bars; moreover, the absence of vegetation on the bars indicates an active inundation, which moves the grains and has probably an annual frequency. In this article, the measures were taken on transversal profiles, every 250 m along the river.
The results obtained with this methodological approach allowed us to determine the channel pattern of the Upper Prahova River and the 2D variations (in width and sinuosity) of the river channels. The following chronological account shows the main stages in the evolution of the Prahova River. Between 1855 and 1900, the Subcarpathian Prahova formed braided channels. Since there is no information about the channel pattern of the Carpathian Prahova and since it is impossible to quantify its evolution, no solid conclusions can be drawn about the state of the Prahova River at the end of the Little Ice Age, which occurred around 1840 in the Romanian Carpathians, according to I. Popa and Z. Kern’s research (2009). Between 1900 and 1950, the Carpathian Prahova retracted by 14% and the Subcarpathian Prahova by 40%. Consequently, it is possible to say that the active channel of the Prahova contracted at the beginning of the 20th century, thereby recovering from the hydroclimatic hazards of the end of the 19th century. This evolution confirms A. S. Issar’s work (2003); indeed he explains that the end of the Little Ice Age manifested itself, throughout Central Europe, by a change in the rainfall and hydrological regime causing the intensification of summer precipitation and floods. However, due to the lack of cartographic sources, it is not possible to specify the duration of the period during which the hydrosystem stabilised after the hydroclimatic hazards. Concerning this period, we estimate the impact of the human factor to be negligible, since most of the improvements, in particular most of the embankment works of the transportation network along the Prahova River, already existed in 1900. Between 1955 and 1980, the Carpathian Prahova retracted by 12% and the Sucarpathian Prahova by 14%.
The small contraction of the active channel of the Subcarpathian reach during this period can be explained by hydrological events of a relatively morphogenic character which neutralised the effects of the human improvements, like the embankment of the national road on the left bank of the Prahova in 1963-65 and of the Prahova’s active channel in Comarnic and Câmpina during the 1970s, so as to protect the industrial areas of these two towns and to create a residential neighbourhood. Between 1980 and 2005, the Carpathian Prahova retracted by 17% and the Subcarpathian Prahova by 55%. The factors which determined this evolution are the following: the building of the Sinaia reservoir dam on the Prahova River, the extraction of grains, the setting up of gabions and low-head dams, and the extension of the riparian forest in the Subcarpathians. Moreover, when the aerial photographs were taken in the spring of 2005, no significant hydrological events had happened on the Prahova River for eight years. That is why some Subcarpathian channels seem temporarily abandoned, although a flood could reactivate them at any time. Yet it is still difficult to distinguish the role of each factor in the overall evolution, especially because their action was simultaneous and because the river systems generate feedback loops. The differential intensity of the contraction observed in the Carpathians and Subcarpathians is explained by the nature of the channel pattern: braided channels are the most sensitive pattern to variations of liquid discharge and especially bedload sediment discharge.
Despite these limiting factors, this study shows the twin interest of analysing the evolution of the Prahova River over the last 150 years: it demonstrates the usefulness of, first, understanding the effects of hydrological and human factors on the river dynamics, and, second, of opening new avenues for research and planning, such as identifying areas of ecological interest related to river dynamics and conserving the diversity of river landscapes.Image7

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le terrain d’étude. Fig. 1 – Study area.
Légende A : Situation géographique du bassin-versant de la Prahova en Roumanie. B : Caractéristiques principales de la Haute Prahova et de son bassin-versant. C : Bassin-versant de la Haute Prahova, altitudes, affluents et villes.A: Geographical location of the Prahova’s catchment in Romania. B: Main characteristics of the Upper Prahova River and its catchment. C: The Upper Prahova’s catchment, altitudes, tributaries and towns.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 2 – Démarche méthodologique. Fig. 2 Methods.
Légende A : Documents analysés dans l’étude diachronique. B : Récapitulatif des erreurs inhérentes à la méthode.  A: Documents analysed for the diachronic cartography. B: Summary of inherent errors in the method.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 3 – Evolution du style fluvial de la Haute Prahova entre 1855 et 2005. Fig. 3 – Evolution of the channel pattern of the Upper Prahova River between 1855 and 2005.
Légende 1 : chenal sinueux et bancs alluviaux longitudinaux ; 2 : tressage résiduel ; 3 : chenaux tressés.1: sinuous channel and longitudinal bars; 2: residual braided channels; 3: braided channels.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4 – Width adjustments of the Prahova’s active channel between 1900 and 2005.
Légende La largeur est mesurée tous les 250 m perpendiculairement à l’axe du chenal fluvial/bande active. 1 : maximum ; 2 : quartile 3 ; 3 : médiane ; 4 : quartile 1 ; 5 : minimum.The width is measured every 250 m perpendicularly to the active channel. 1: maximum; 2: quartile 3; 3: median; 4: quartile 1; 5: minimum.  
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 5 – Evolution latérale du chenal fluvial/bande active de la Prahova dans les Subcarpates (tronçon Comarnic-Câmpina) en relation avec les changements anthropiques et environnementaux qui ont eu lieu dans le fond de la vallée. Fig. 5 Width adjustments of Subcarpathians’ Prahova’s active channel (Comarnic-Câmpina reach) as related to human and environmental changes at the bottom of the valley.    
Légende A : Période 1900-1955 ; B : Période 1955-1980 ; C : Période 1980-2005. La largeur est mesurée tous les 250 m perpendiculairement à l’axe du chenal fluvial/bande active. 1 : remblais de la voie routière ; 2 : rectification de la bande active ; 3 : gabions ; 4 : ballastières ; 5 : surface bâtie ; 6 : ripisylve ; 7 : seuils de stabilisation (perpendiculaires à la bande active) ; 8 : pont routier ; 9 : pont ferroviaire ; 10 : C.1 confluence de la Prahova avec la Valea Beliei ; 11 : C.2 confluence de la Prahova avec la Câmpea.A: Between 1900 and 1955; B: Between 1955 and1980; C: Between 1980 and 2005. The width is measured every 250 m perpendicularly to the active channel. 1: road embankment; 2: regulated active channel; 3: gabions; 4: borrow pits; 5: built up area; 6: riparian forest; 7: low-head dams (perpendicular to the active channel); 8: road bridge; 9: railroad bridge; 10: C.1 confluence of Prahova and Valea Beliei; 11: C.2 confluence of Prahova and Câmpea.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 6 – Evolution latérale de la Prahova entre 1900 et 2005 sur les derniers huit kilomètres du tronçon subcarpatique. Fig. 6 Lateral adjustments of the Prahova River between 1900 and 2005.
Légende A : Contraction de la bande active de la Prahova entre 1900 et 2005. B : Occupation du sol du fond de la vallée subcarpatique de la Prahova en 2005. C : Protection de la berge de rive droite de la Prahova par un gabion. D : Granularité de la berge de rive droite de la Prahova. 1 : limite du lit majeur ; 2 : bande active (1900) ; 3 : bande active (1955) ; 4 : bande active (1980) ; 5 : bande active/chenal (2005) ; 6 : voie ferrée ; 7 : voie routière ; 8 : gabion ; 9 : superficie bâtie ; 10 : ripisylve ; 11 : ballastière.A: Narrowing of the active channel of the Prahova River between 1900 and 2005. B: Land use at the bottom of the Subcarpathian Prahova valley in 2005. C: Protection of the right bank of the Prahova River by gabions. D: Grain-size characteristics of levee deposits on the right bank of the Prahova River. 1: floodplain’s limits; 2: active channel (1900); 3: active channel (1955); 4: active channel (1980); 5: active channel (2005); 6: railroad; 7: road; 8: gabion; 9: built up area; 10: riparian forest; 11: borrow pits.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/7988/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriela Ioana-Toroimac, Robert Dobre, Florina Grecu et Liliana Zaharia, « Evolution 2D de la bande active de la Haute Prahova (Roumanie) durant les 150 dernières années », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 3 | 2010, 275-286.

Référence électronique

Gabriela Ioana-Toroimac, Robert Dobre, Florina Grecu et Liliana Zaharia, « Evolution 2D de la bande active de la Haute Prahova (Roumanie) durant les 150 dernières années », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 3 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/7988 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.7988

Haut de page

Auteurs

Gabriela Ioana-Toroimac

Université Lille 1 Sciences et Technologies - UFR de Géographie et Aménagement - Cité Scientifique - Avenue Paul Langevin - 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex - France (gabriela_toroimac@yahoo.com)

Robert Dobre

Université de Bucarest - Faculté de Géographie - 1, boulevard Nicolae Balcescu - Sector 1 - 010074 Bucarest - Roumanie (dobre@geo.unibuc.ro)

Articles du même auteur

Florina Grecu

Université de Bucarest - Faculté de Géographie - 1, boulevard Nicolae Balcescu - Sector 1 - 010074 Bucarest - Roumanie (grecu@geo.unibuc.ro)

Liliana Zaharia

Université de Bucarest - Faculté de Géographie - 1, boulevard Nicolae Balcescu - Sector 1 - 010074 Bucarest - Roumanie (zaharialil@yahoo.com)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org