Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Piotr Migoń,Geomorphological Landscapes of the World

Springer, Berlin, 375 p.
Christian Giusti
p. 311-313
Référence(s) :

Piotr Migoń, Geomorphological Landscapes of the World, Springer, Berlin, 2010, 375 p.

Texte intégral

1À l’occasion du vingtième anniversaire de l’Association internationale des géomorphologues (IAG) paraissent chez Springer les Geomorphological Landscapes of the World, ouvrage coordonné par le Professeur P. Migoń, dont les lecteurs de Géomorphologie : relief, processus, environnement n’ont pas oublié le remarquable Granite Landscapes of the World, analysé ici même par M.-F. André. Si l’Introduction générale (Migoń) et la Conclusion (37, Badman), consacrée tant à la place de la géomorphologie dans le Patrimoine mondial de l’UNESCO qu’au rôle de l’IUCN en matière de géoconservation et de géoparcs, proposent des pistes de réflexion plus élargies, le lecteur est en première approche convié à un éclatant tour du monde transcontinental qui, en 36 étapes à travers l’Amérique, l’Antarctique, l’Afrique, l’Eurasie et l’Océanie, le mènera des rivages du Mackenzie dans le Grand Nord canadien jusqu’au cœur des atolls de l’immense océan Pacifique. Cependant, pour aborder la riche matière de son livre, l’auteur suggère une autre entrée, plus thématique que singularisante.

2Certains paysages illustrent le jeu parfois spectaculaire des grandes forces de la tectonique globale, par exemple les failles normales actives sur point chaud de la zone en extension du triangle de l’Afar (19, Waltham), ou encore la structure décrochante du fossé de la Mer Morte, à 422 m sous le niveau de la mer (25, Bowman). Les paysages de la région de Wellington en Nouvelle-Zélande sont aussi dominés par une activité tectonique ininterrompue, mais ici liée à la subduction de la plaque Pacifique sous la plaque indo-australienne à une vitesse moyenne de 4 cm/a. Au cours des derniers millions d’années, cette activité a entraîné la fracturation, le débitage en blocs faillés et le soulèvement d’une surface d’aplanissement dont les vestiges basculés s’observent à des altitudes s’étageant jusqu’à plus de 1000 m au-dessus du niveau de la mer. Tout un cortège d’encoches marines résiduelles et de plages perchées, dont cinq niveaux holocènes, permettent de reconstituer en continu le film des variations du niveau marin conjuguées au soulèvement tectonique (35, Crozier et Preston). À l’opposé, le cas emblématique du bassin de Pokhara dans l’Himalaya du Népal rappelle à quel point les effets de la géodynamique externe, en particulier glaciaire, peuvent interférer avec les manifestations de la géodynamique interne pour déclencher des événements catastrophiques brutaux lors des crises sismo-tectoniques : en l’espèce, de gigantesques coulées de débris survenues il y a seulement cinq siècles (27, Fort). La part de la tectonique est sans doute moins immédiate dans le cas des bourrelets marginaux dont les hauts remparts composés bordent la plupart des cratons, notamment ceux de l’hémisphère sud. L’évolution souvent complexe de ces escarpements est retracée à travers deux exemples : l’impressionnante muraille rectiligne du Drakensberg en Afrique du Sud, d’une énergie de l’ordre de 600 m sur près de 300 km de longueur (14, Grab), et, dans le contexte bioclimatique différent du sous-continent indien (mousson), le haut rebord festonné et bastionné des Ghâtes occidentales, avec son asymétrie topographique, hydrographique et morphologique, ligne de partage des eaux riche en captures de différents types, dominant de près de 1000 m l’étroite plaine littorale de la mer d’Arabie (26, Kale). Les laves « basaltiques » de l’Afar et les trapps du Dekkan rappellent que le volcanisme, hier comme aujourd’hui, est inséparable de la tectogenèse. Deux des plus célèbres volcans actifs du monde font ici l’objet d’une présentation détaillée : au Japon, dans la grande île d’Hokkaido, non loin de la jonction de quatre plaques lithosphériques, le jeune Mont Fuji, archétype du strato-volcan symétrique dont les lignes parfaites confinant à l’épure dissimulent une architecture compliquée, élaborée au cours de maints épisodes survenus depuis le milieu du Pléistocène (31, Oguchi et Oguchi) ; au Mexique, le très jeune Parícutin, apparu en 1943, dont le monde entier suit la chronique depuis les tous premiers signes de la volcanogenèse, laboratoire grandeur nature des innombrables interactions entre le volcanisme (formes et dépôts), les sociétés et leur environnement (7, Alcántara-Ayala). À l’échelle de la province volcanique et non plus de l’appareil isolé, l’Islande offre en Atlantique nord à l’aplomb de la dorsale médio-océanique une variété de paysages splendides, les uns classiques (volcans subaériens, coulées, plages), les autres plus originaux (dômes sous-glaciaires à tufs, brèches et basaltes nodulaires : « móberg »), tous dus à la vive interaction des processus magmatiques, glaciaires, fluvio-glaciaires et littoraux (24, Brian Whalley).

3D’autres paysages portent témoignage de leur sensibilité à l’égard des paramètres pétrographiques, mais la lithodépendance peut revêtir bien des aspects suivant le type de roches, les conditions morpho-climatiques, les héritages, ou le contexte structural. Dans les Territoires du nord-ouest du Canada, à la limite du permafrost continu et discontinu, par 61° N, la Nahanni du Sud est un bel exemple de karst des hautes latitudes et de rivière antécédente à méandres encaissés, avec trois canyons ouverts à travers des anticlinaux affectant une puissante série carbonatée, calcaire au sommet, dolomitique pour l’essentiel (2, Ford). Les karsts tropicaux humides et les aspects de leur évolution sont abordés à travers les paysages renommés du « cockpit-karst » de La Jamaïque (8, Lyew-Ayee), du karst à tourelles (« fenglin ») et à pitons coniques (« fengcong ») du Guangxi en Chine du Sud (30, Waltham), ainsi que du Gunung Mulu dans le nord de Sarawak (Jardin d’Eden, Bornéo), dont les grottes très allongées et les dolines géantes d’effondrement (« tiankeng ») comptent au nombre des objets karstiques les plus spectaculaires du monde (32, Gillieson et Clark). Mais le karst n’est pas l’apanage des roches carbonatées. Avec le temps et, semble-t-il, dans des conditions de grande stabilité tectonique, les vastes tables à murs verticaux de la Gran Sabana vénézuélienne (« tepui » ou « tepuy ») ont acquis une physionomie karstique ; mais plus célèbres que connus, ces énigmatiques radeaux de grès et de quartzites précambriens du Groupe de Roraima ne cessent de surgir 1000 m au-dessus des brumes perpétuelles comme autant de points d’interrogation (9, Wray). Les mécanismes de la météorisation des grès dévoniens du karst à cônes et tourelles de Bungle Bungle en Australie occidentale semi-aride ont été davantage étudiés, notamment les spectaculaires bandes alternativement rouges et grises visibles à la surface des grès, dues à l’action conjointe des dépôts d’argile ou de fer, et à la croissance de cyanobactéries, mais aussi le rôle du temps et de la longue durée dans le façonnement des volumes (34, Young). Avec les calcaires, les granites sont l’autre famille de roches incontournables en géomorphologie, pour lesquelles les phénomènes de lithodépendance ont aussi été tôt perçus, et les éléments d’un vocabulaire spécialisé établis. Mais l’on sait que les pays et paysages du granite sont au moins aussi variés que les granites eux-mêmes, et pas seulement à cause des paramètres pétrographiques, magmatologiques ou structuraux. En témoignent : au Brésil, les pains de sucre métropolitains de Rio de Janeiro autour de la baie de Guanabara, liés à l’exploitation sélective du champ de fracture recoupant les gneiss néoprotérozoïques et les granites cambriens des massifs côtiers et de la Serra dos Órgãos (10, Fernandes, Tupinambá, Mello et De Peixoto) ; en Chine, la forêt de pics de Sanqingshan dans la chaîne des Monts Huaiyu (nord-est de la province du Jiangxi), composée de hauts pinacles et de piliers vertigineux issus de la météorisation physico-chimique de granites mésozoïques dilacérés par un dense réseau de failles et dégagés de leur encaissant paléozoïque à la faveur d’abondantes pluies de mousson subtropicales, dont les paysages furent aux fondements du Taoïsme puis de l’inspiration des peintres et philosophes de l’époque classique (29, Thomas) ; le massif du Spitzkoppe dans le désert de Namibie centrale, véritable musée de formes granitiques à toutes les échelles en milieu tropical sec, avec un inselberg principal associé à deux granites (l’un précambrien, l’autre crétacé) surplombant de 700 mètres les pédiments de la surface de piémont (16, Migoń). Au centre de l’Australie, le rouge monolithe d’Uluru (Ayers Rock) et les 36 dômes de Kata Tjuta (The Olgas) sont un exemple universellement connu de paysage à inselbergs, l’un façonné dans une arkose cambrienne à pendage très redressé, les autres dans une masse très fracturée de conglomérats du même âge mais à pendage modéré. La persistance de formes dont l’origine remonte sans doute au Crétacé supérieur (voire aux temps triasiques) et leur énergie toujours croissante résulteraient de phénomènes d’auto-entretien liés à une regradation épisodique de la plaine d’érosion formant leur piédestal (33, Twidale). Non moins étonnantes mais d’un tout autre style sont les citadelles rocheuses de la « Suisse saxo-bohémienne », sculptées dans une puissante masse de sédiments gréseux lacustres, estuariens ou marins d’âge crétacé supérieur, de 600 à 1000 m d’épaisseur, et qui furent entre autres l’un des berceaux du romantisme européen (21, Cílek). Le discret travail de sape des eaux souterraines, la corrasion fluviale et la tectonique salifère sont à l’origine des profonds et étroits canyons ouverts dans les séries à dominante gréseuse de l’Utah (sud-ouest des États-Unis), qui se distinguent par d’élégantes et aériennes arches naturelles issues de la dissolution structuralement contrôlée des ciments calcitiques conjuguée à l’interaction des processus gravitaires, hydriques et éoliens (5, Dixon). Les Dolomites sont un autre laboratoire grandeur nature de l’étude des relations morphogénétiques entre les facteurs litho-structuraux et les dynamiques produites par les processus terrestres au cours du Quaternaire. Mais les actions gravitaires, karstiques, glaciaires ou périglaciaires se sont ici combinées et exercées sur une très puissante série de roches sédimentaires triasiques riches en carbonate double de calcium et de magnésium (la dolomite), plissée et faillée principalement lors de la phase néo-alpine de la fin du Miocène. Il en est résulté une subtile association de murailles verticales et de pâles falaises, un dédale de longues vallées étroites tour à tour grises ou lumineuses, un singulier système de reliefs et une galerie de paysages formant un patrimoine scientifique et culturel unique au monde (20, Soldati).

4Les déserts ont depuis longtemps retenu l’attention de nombreux géomorphologues, attirés par le rôle du vent dans le façonnement des reliefs et par les paysages si particuliers qui caractérisent ces domaines. Situé sur la côte ouest de l’Afrique australe à la surface des grès de Tsondab, les éolianites d’un paléoerg miocène, l’erg du Namib est l’un des plus arides, des plus anciens et des plus beaux déserts de la planète. Les dunes fonctionnelles comprennent des champs de dunes mobiles (barkhanes) et de longs cordons parallèles transverses à la côte, ainsi que de grandes dunes linéaires ou en étoiles en s’éloignant du littoral. Les sables, qui proviennent des rivages de l’océan Atlantique, de fleuves comme l’Orange et de la météorisation du soubassement rocheux, sont de plus en plus rouges à l’intérieur des terres (17, Goudie). L’étude de la région du Djado au nord-est du Niger permet de mieux préciser l’histoire géomorphologique du Sahara au Cénozoïque. Une phase de pédimentation géochimique généralisée (« etchplanation ») réalisée au cours du Paléogène en milieu tropical humide est suivie à l’Oligocène d’une phase de décapage de la couvertures pédologique et de l’induration de la topographie par encroûtement (silcrètes). Le développement d’un karst à poljés aux dépens des croûtes siliceuses, ferrugineuses et des grès de l’isaltérite précède la diminution de l’humidité à la fin du Néogène : la karstification s’atténue tandis qu’apparaît un paysage de pédiments à inselbergs et d’escarpements raides dominant une série de dépressions intercalaires. Une brève récurrence humide au début du Pléistocène provoque des glissements de terrain dont les produits seront ultérieurement disséqués au cours d’au moins trois périodes pluviales marquées par la formation de terrasses alluviales. Mais le phénomène dominant est le remodelage complet du relief pendant les phases arides du Quaternaire, qui façonnent le plus grand paysage de corrasion éolienne de la planète (18, Busche).

5Les rivières jouent un rôle clé dans la sculpture du relief partout où prévaut l’écoulement concentré pérenne. Mais des paysages extraordinaires peuvent aussi être associés dans certaines conditions (notamment lithologiques) aux effets du ruissellement élémentaire discontinu, diffus ou concentré, bien avant que les eaux pluviales ne rejoignent les grands fleuves. Les badlands sont connus dans le monde entier et, dès 1877, Gilbert avait analysé en géomorphologue ceux des Henry Mountains. Les « mauvaises terres à traverser » des Grandes Plaines nord-américaines illustrent de façon encore plus exemplaire les effets du ruissellement pluvial optimisé par la raideur de la topographie locale, un substrat rocheux facilement érodable et une végétation clairsemée. Ces terrains recèlent des témoins paléontologiques du dernier âge des dinosaures et de l’essor des mammifères, ainsi que des niveaux d’une brique rouge naturelle (« clinker ») liés à la combustion d’une veine de lignite souterraine. Ce système de collines sillonnées de ravines, conduits et chenaux dilacérés, aux versants hérissés de cheminées de fées, est sujet à des glissements de terrains qui modifient les pentes par l’édification de terrasses, de cônes de déjection et de glacis d’accumulation (4, Gonzalez). Si les lœss recouvrent près de 10% des terres émergées, ceux de Chine, que le fleuve Jaune découpe en plateau dans son cours moyen, forment le plus vaste et le plus épais de tous les affleurements, exceptionnel terrain d’étude pour les changements climatiques du Quaternaire. Les principaux éléments du relief actuel, nommés d’après le parler local, sont des plateformes (« Yuan »), de longues échines (« Liang ») ou des collines arrondies (« Mao »). Dolines et ravines sont des formes secondaires, observables dans toute l’étendue du domaine, dont la formation a accompagné la mise en place des lœss, et ce, peut-être dès avant le début des temps quaternaires. Les processus d’érosion et d’éboulement ont été aggravés au cours de l’histoire du fait de la croissance de la population et de l’impact des activités (28, Yang, Liu et Yuan). Dans le cas particulier des hautes chutes, le grandiose le dispute souvent au spectaculaire. Situées sur la frontière de l’Argentine et du Brésil, les chutes en marches d’escalier d’Iguazú ou Iguaçu sont parmi les plus belles du monde. Elles combinent un dispositif structural original, constitué d’un empilement de trois couches basaltiques, un environnement forestier tropical de grande valeur en terme de biodiversité, et un système fluvial puissant. Au moment des hautes eaux, les 150 à 200 cascades ne forment plus qu’une cataracte unique. Le recul a été estimé de l’ordre de 1,4 à 2,1 cm/a depuis 2 millions d’années (11, Stevaux et Latrubesse). L’étude des artefacts de la Victoria Falls Formation, une série sédimentaire néocénozoïque, a permis de proposer des chiffres plus précis pour l’évolution du Zambèze dans le secteur des chutes de Mosi-oa-Tunya (« la fumée qui gronde »). Au cours du Pléistocène, l’érosion remontante (ou régressive) en direction de l’ouest est passée de 4,2-5,2 à 6,7-8,0 cm/a dans les gorges de Batoka, ouvertes à travers les basaltes jurassiques en aval des chutes : cette accélération de l’érosion aurait permis l’incision de 20 km de gorges en un laps de temps de 250 à 300 ka. Les chutes Victoria marquent la position actuelle d’un knickpoint migrant d’est en ouest, le bassin tectoniquement déprimé du moyen Zambèze ayant bénéficié de captures au détriment du plateau du Kalahari (15, Moore et Cotterill). Les grands deltas donnent des paysages sensiblement différents, mais celui du Mackenzie en Arctique canadien offre en plus la particularité d’être situé dans un domaine où les cours d’eau et les lacs sont couverts de glace plus de la moitié de l’année. Le permafrost est omniprésent dans toute l’immense plaine alluviale, que traverse la limite forêt-toundra. La progression du delta en direction du nord est le résultat d’une charge annuelle de 128 Mt de sédiments transportée par les fleuves Peel et Mackenzie, les deux tiers se déposant sous le niveau de la mer. Des corps tabulaires de glace pure et des réseaux de sols polygonaux s’observent dans toute la région, qui compte aussi la plus grande concentration de pingos du monde. Ces collines coniques à noyau de glace, parfois hautes de 50 m, parsèment les secteurs les plus sableux et illustrent la puissance des forces en jeu lors de l’engel (1, Burn). Quant au Grand canyon du Colorado exploré par Powell en 1869 et 1871-1872, bien qu’il reste l’un des plus célèbres exemples d’ensemble morphostructural et de paysage sculpté par l’érosion fluviale, l’histoire de sa formation fait encore débat et, non sans surprise, plusieurs hypothèses restent discutées concernant son évolution géomorphologique (6, Dexter).

6Les Channeled Scabland (littéralement « ravins des terres croûteuses, pelées ») des régions centrales et orientales de l’État de Washington correspondent à un système complexe de chenaux anastomosés, de chutes et de bassins gravés dans les plateaux de laves basaltiques, ainsi que de collines coiffées de lœss et d’accumulations de graviers en forme de rides de courant géantes. Ce dispositif original est la conséquence de puissants et brutaux phénomènes d’érosion et de dépôt ayant accompagné les crues cataclysmiques du Pléistocène aux marges des glaciers qui recouvraient la plupart des montagnes du nord-ouest de l’Amérique du Nord (3, Baker). De même, le spectaculaire « Labyrinthe » situé à l’amont de la vallée Wright dans les monts Transantarctiques résulterait de vidanges brutales de lacs sous-glaciaires (issues du lac Vostok ?). Mais ce qui fonde l’originalité des Dry Valleys (Taylor, Wright, Victoria…) est la persistance d’un climat polaire froid hyper-aride entraînant des taux d’érosion parmi les plus bas sur Terre et la survivance de glaces fossiles vieilles de 8 Ma dans Beacon Valley (13, Sugden). Le sud de la cordillère des Andes de Patagonie comprend de nombreux pics granitiques comme le fameux Fitz Roy (ou Chaltén) et les spectaculaires Torres del Paine. Les glaciers ont joué par le passé un rôle majeur dans l’évolution géomorphologique de la région, et les deux systèmes glaciaires encore actifs constituent la plus grande réserve d’eau douce d’une contrée où le gradient pluviométrique décroît d’ouest en est, comme le montre l’ensemble des formations végétales dans le paysage (12, Mazzoni, Coronato et Rabassa). Mais le rôle morphogénétique des glaciers ne saurait être mieux mis en évidence qu’en Norvège, le pays des fjords : 200 si l’on s’en tient aux principaux d’entre eux, pour une longueur de côtes d’environ 57.000 km (voire 83.231 pour une résolution plus fine !). La partie occidentale du pays est en effet un puissant bourrelet de marge passive développé sur 13° de latitude et 26° de longitude, aux côtes rocheuses très découpées, comptant d’innombrables archipels (Lofoten), îlots, écueils, détroits… et fjords, dont le Geirangerfjorden et le Nærøyfjorden sont parmi les plus emblématiques, et exemplaires d’une évolution complexe (23, Nesje). La géomorphologie littorale est aussi chez elle en Angleterre, notamment le long des côtes du Dorset et du Devon oriental. Mais ces paysages peints par Constable et Turner ou évoqués dans les œuvres de Jane Austen, Thomas Hardy, John Keats et John Fowles sont le support d’une exceptionnelle collection d’objets, de systèmes et de concepts dans l’ordre de la géologie (les stratotypes du Jurassique), de la géomorphologie (l’approche systémique en géographie physique, la process geomorphology et la landscape sensitivity), des géosciences en général et de leur ouverture récente en direction de la ville et du monde : Earth Sciences for Society (22, Brunsden et Edmonds). Les côtes des latitudes tropicales sont différentes de celles des hautes et moyennes latitudes. Certains États du Pacifique central (Kiribati, les îles Marshall, Tokelau et Tuvalu) ne sont constitués que par des îles : les atolls. En réalité, un atoll est un anneau de corail vivant formant récif, délimitant un lagon bien plus abrité que l’océan. Des passes (« hoa ») ouvertes à travers la barrière sont parcourues par les flux de marée et une île basse (« motu »), à débris de corail et à grès de plage (« beachrock »), lentilles d’eau douce, peuplement de cocotiers, occupe parfois le cœur du dispositif. Du fait de leur modeste altitude et de la faible consolidation de leurs constituants, les atolls sont parmi les systèmes insulaires les plus fragiles de la planète. On ne sait si le mot désigne l’anneau, l’île ou l’ensemble... Mais il est admis que les atolls marqueraient l’emplacement d’anciennes îles volcaniques bordées de récifs frangeants, le développement vertical des récifs et la formation de la couronne sub-circulaire traduisant par compensation la lente subsidence du support lithosphérique. Et il est établi que certains atolls disparaîtront au cours du XXIe siècle en conséquence de la remontée eustatique du niveau de l’océan Global (36, Nunn).

7Dans le Prologue de Bully for Brontosaurus, le regretté Stephen Jay Gould (paléontologue, biologiste évolutionniste et historien des sciences) distingue « deux lignées fondamentales dans l’abord humaniste de l’histoire naturelle » : les œuvres franciscaines, qui « traitent de la nature sur le plan poétique », et les œuvres galiléennes, qui « envisagent les grandes énigmes posées par la nature avant tout sur le plan intellectuel et cherchent à expliquer et à comprendre ». À une époque où les paysages les plus emblématiques de la planète sont souvent accaparés par les médias et la publicité à grands coups de clips vidéos, de slogans fracassants et de photos à grands effets, pratiques aucunement poétiques mais qui flattent l’anti-intellectualisme en stimulant les réactions émotionnelles et irrationnelles, il faut savoir gré à P. Migoń d’avoir réuni plus de 50 géomorphologues éminents représentant une vingtaine de pays pour produire un ouvrage qui s’inscrit totalement dans la lignée des grandes œuvres de vulgarisation scientifique. La qualité des illustrations, des photos belles et instructives, la maîtrise que les auteurs ont du sujet qui leur a été confié font de Geomorphological Landscapes of the World un hommage à la Terre et un vibrant plaidoyer pour les sciences du relief. Un autre mérite de ce livre, et non le moindre, est de rappeler que la géomorphologie est tout autant l’étude des formes et des cas que celle des processus et des lois. Les paysages dont on étudie ici le relief illustrent des mécanismes, internes ou externes, actuels ou passés, qui permettent de définir des lois : ils ont une valeur nomothétique. Mais les 36 cas proposés au lecteur sont aussi des assemblages de formes, des géométries et des distributions spatiales avec leurs régularités (ou l’absence de celles-ci) : en ce sens, ces reliefs sont uniques, ils racontent une certaine histoire et ont une valeur idiographique. Les capacités prédictives et rétrodictives de la géomorphologie en font donc une science complète, complexe, descriptive et explicative, qualitative et quantitative, d’un intérêt pratique certain dans nombre d’applications (de l’érosion des sols et des terres cultivables, à l’aménagement du territoire ou aux risques « naturels »). Il arrive au lecteur pressé de passer outre l’introduction : tout étudiant en géomorphologie devrait être invité à méditer sur les vingt-quatre premières lignes de celle que nous offre P. Migoń.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Giusti, « Piotr Migoń,Geomorphological Landscapes of the World », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 3 | 2010, 311-313.

Référence électronique

Christian Giusti, « Piotr Migoń,Geomorphological Landscapes of the World », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 3 | 2010, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/8027

Haut de page

Auteur

Christian Giusti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org