Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Clément Mathieu, Les principaux sols du monde. Voyage au centre de l’épiderme de la planète Terre

Lavoisier, éditions Tech & Doc, 2009, 233 p.
Hervé Cubizolle
p. 313-314
Référence(s) :

Clément Mathieu, Les principaux sols du monde. Voyage au centre de l’épiderme de la planète Terre, Lavoisier, éditions Tech & Doc, 2009, 233 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Clément Mathieu est particulièrement bienvenu dans le paysage scientifique français. Avec presque 400 photographies en couleur, il vient en effet combler un manque dans la littérature scientifique française depuis qu’il est impossible d’acquérir l’atlas écologique des sols du monde de P. Duchaufour (1976). Un autre intérêt majeur de ce livre réside dans l’expérience de l’auteur qui a parcouru la planète tout au long de sa carrière et qui connaît très bien les sols qu’il décrit.

2L’ouvrage, qui comporte 233 pages, est divisé en 11 chapitres. Après un premier chapitre introductif très synthétique qui présente le concept de sol, les fonctions, la structure et la répartition géographique des sols, l’auteur décrit la plupart des sols du monde. Pour ce faire, il a dû choisir un système de classification moins complexe que celui proposé par les référentiels actuels et ce afin de ne pas rebuter un public de non spécialistes. C’est pourquoi il s’appuie sur la classification française CPSC de 1967 améliorée à plusieurs reprises par Philippe Duchaufour. C’est une classification hiérarchique et génétique qui accorde beaucoup d’importance au rôle du climat dans la pédogenèse, un héritage de l’école russe. Mais les contextes géologiques, géomorphologiques et anthropiques ne sont pas oubliés. Ainsi, fidèle à ses maîtres et collègues Marcel Jamagne et Alain Ruellan auxquels il rend hommage, Clément Mathieu aborde les sols avec l’œil du géographe, loin des approches strictement physico-chimiques qui ont coupé la pédologie de ses nombreux utilisateurs potentiels et contribué au recul de l’enseignement de la discipline.

3Clément Mathieu présente les sols par grandes régions climatiques : « sols des régions tempérées humides », « sols des régions chaudes et particulièrement tropicales », « sols des régions froides ». Il traite toutefois à part les sols dont la mise en place et le développement sont conditionnés par la géologie ou la géomorphologie (vertisols, andosols, sols salins, etc.). Il n’oublie pas les sols anthropisés qui occupent désormais de vastes surfaces continentales. Néanmoins, à l’intérieur de chaque catégorie de sols qu’il définit, il s’attache à utiliser les horizons diagnostics qui servent de base aux classifications actuelles. Il propose également le classement du sol correspondant dans le système de classification internationale WRB. Certains lecteurs seront peut-être surpris de ne pas trouver trace du référentiel pédologique (RP) de l’Association Française pour l’Etude des Sols (AFES ; Baize et al., 2008) dont Clément Mathieu est pourtant membre. Cela n’a rien de surprenant dans la mesure où, de l’avis même des spécialistes, l’absence de spécificité du RP et sa proximité avec la classification WRB militent pour l’emploi de la classification mondiale, qui apparaît désormais comme le langage commun de la communauté des pédologues.

4Le dernier chapitre aborde les facteurs de la dégradation des sols, une question extrêmement préoccupante pour l’avenir de l’agriculture mondiale mais dont il est très rarement question dans les médias et qui est malheureusement peu connue du grand public. En fin d’ouvrage, une des annexes fait le point sur les correspondances entre la classification CPCS et la classification internationale WRB. Un glossaire, un index et une bibliographie de 5 pages complètent l’ouvrage.

5C’est un réel tour de force que d’avoir réussi à présenter en aussi peu de pages tous les sols de la planète, chaque présentation de sol ou presque étant accompagnée d’une photographie ou/et d’un schéma. Les photographies font chacune l’objet d’un long commentaire avec en particulier des indications précieuses de lieu, d’altitude, de hauteur de précipitations et de température. Le texte est concis, pointu mais clair, sans jargon inutile, ce qui le rend parfaitement accessible à des étudiants, des enseignants et des gestionnaires. C’est à notre connaissance le seul ouvrage en français, avec peut-être celui plus ancien et malheureusement peu connu en dehors du monde de l’université d’A. Ruellan et M. Dosso (1993), qui tente une plus large diffusion des connaissances pédologiques. Il faut ainsi saluer cet effort de Clément Mathieu pour ouvrir la pédologie aux plus grand nombre et recommander sans réserve cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Baize D., Girard M.-C., AFES (2008) – Référentiel pédologique 2008. Éditions Quae, Collection « Savoir Faire », Paris, 406 p.

Duchaufour P. (1976) – Atlas écologique des sols du monde. Masson, Paris, 190 p.

Ruellan A., Dosso M. (1993) – Regards sur le sol. Éditions Foucher-AUPELF, Collection « Universités francophones », Paris, 192 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Cubizolle, « Clément Mathieu, Les principaux sols du monde. Voyage au centre de l’épiderme de la planète Terre », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 3 | 2010, 313-314.

Référence électronique

Hervé Cubizolle, « Clément Mathieu, Les principaux sols du monde. Voyage au centre de l’épiderme de la planète Terre », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 3 | 2010, mis en ligne le 20 octobre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/8029

Haut de page

Auteur

Hervé Cubizolle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org