Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage à Pierre ROGNON (1931-2010)

Yann Callot
p. 387-388

Texte intégral

Fig 1 - Pierre Rognon, homme de terrain, se rasant en plein vent dans la Sebkha Mekkheranne, au Sahara Central, en 1989

Fig 1 - Pierre Rognon, homme de terrain, se rasant en plein vent dans la Sebkha Mekkheranne, au Sahara Central, en 1989

(cliché : Y. Callot).

1Décédé en août 2010, Pierre Rognon fut une des grandes figures de la géomorphologie des régions arides durant la seconde moitié du XXe siècle. Son parcours l’y prédisposait. Fils d’un fonctionnaire en poste en Algérie, il fit partie de cette génération qui commença ses études à l’université d’Alger. Agrégé en 1955, il y fut assistant de 1957 à 1962 sous la houlette de Robert Capot-Rey, Professeur de géographie tout court et auteur en 1953 du Sahara Français (P.U.F.). Parmi ses élèves, Pierre Rognon, reprit le flambeau en géographie physique pendant que Jean Bisson poursuivait en géographie humaine.

2L’indépendance de l’Algérie a bouleversé le cheminement de Pierre Rognon. A son retour en France en 1962, il continua à travailler sur les déserts en tant que chercheur au CNRS au Laboratoire de Géographie Physique de Paris durant deux ans, puis comme chargé d’Enseignement à Nancy. Il soutint en 1968 sa thèse d’Etat en géographie sur la géomorphologie du Massif de l’Atakor dans le Hoggar (Rognon, 1967), accompagnée d’une thèse annexe de géographie humaine sur les Touaregs du même massif.

3Dès sa thèse terminée, le parcours de Pierre Rognon devient plus singulier. En effet, il est détaché la même année comme Ingénieur géologue à l’I.F.P. (Institut Français du Pétrole). Il y participe de 1968 à 1970 à une très importante étude pluridisciplinaire sur les grès paléozoïques du Sahara, menée en collaboration avec des spécialistes de disciplines variées. Il en résultera une des premières (et peut-être dernière) thèses d’Etat collectives ayant abouti à une remarquable publication (Beuf et al., 1971). Pierre Rognon a souvent évoqué les conditions de travail extraordinaires de cette recherche, financée par les groupes pétroliers, avec hélicoptères et Land Rover autant qu’il en fallait ; il citait aussi les remarquables astuces pour trouver des conditions équivalentes à celles régnant dans ces milieux il y plusieurs centaines de millions d’années, lorsque l’actualisme ne fonctionne plus. Un des apports les plus étonnant de ce travail fut la démonstration de l’existence d’un gigantesque inlandsis ordovicien sur le Sahara due à la position au Pôle Sud du craton saharien : roches striées et pingos imprimés dans le grès en sont d’étonnants vestiges. Cela ne nous étonne guère mais ce fut une remarquable application de la tectonique des plaques en un temps où la théorie s’imposait progressivement. Pierre Rognon est un des seuls chercheurs et probablement le seul dans notre discipline à avoir ainsi « cumulé » deux doctorats d’Etat, ès lettres et ès sciences.

4Ce parcours assez exceptionnel le conduisit à obtenir en 1970 une chaire de géographie physique à la Sorbonne, puis en 1973 une chaire de sciences de la Terre à l’université Pierre et Marie Curie où il dirigea un département de géodynamique externe des milieux continentaux à la Faculté de géologie, jusqu’à sa retraite en 2000. Cela fut diversement apprécié en son temps, certains géographes y ayant vu une trahison de leur discipline en un temps où les échanges pluridisciplinaires n’étaient pas encore bien vus.

5Est-ce cette position en avance sur son temps, entre deux disciplines, qui lui donna la grande ouverture intellectuelle qui l’amena à créer une équipe autour d’une nouvelle thématique ? Toujours est-il qu’à partir de sa recherche sur les grès sahariens anciens, il se passionna pour les paléoenvironnements récents, pas aussi en vogue que de nos jours. Cela l’amena à diriger de 1976 à 1989 une équipe CNRS Paléoclimats et paléoenvironnements en régions arides qui travailla surtout sur la reconstitution des climats des trente derniers millénaires au Sahara. Son ouvrage de « vulgarisation » : Biographie d’un désert, (Plon, 1989), synthèse de l’ensemble des connaissances sur l’histoire « physique » du Sahara, reste un modèle du genre. Cette ouverture l’a également conduit à être très actif jusqu’à la fin de sa vie, au comité de lecture de la revue Sécheresse, seule revue largement pluridisciplinaire et en langue française sur les régions arides

6Coopérant en Algérie, j’eu la chance de l’avoir pour directeur de Thèse d’Etat sur le Sahara. Pourquoi la chance ? Parce qu’il fut un remarquable encadrant. Lorsque je venais en France, il consacrait beaucoup de temps à de longues séances de travail, pouvant aller jusqu’à une journée entière face à des dizaines de diapositives à tenter d’en comprendre le sens. Et plus encore, parce que faire du terrain avec lui fut une école intellectuelle inoubliable. Il avait un flair étonnant sur le terrain. Face à des dépressions sahariennes emplies de sédiments lacustres d’une grande complexité, il examinait longuement le site, puis disait : « j’irai bien creuser là ». Et un trou de quelques décimètres fournissait souvent l’information complémentaire qui manquait. Plus passionnantes encore, les longues conversations à essayer d’expliquer pourquoi il avait choisi cet endroit. Cela débouchait sur un étonnant constat d’intuition, d’incapacité à exprimer le pourquoi de ce choix, fruit d’années d’expérience. Mais lorsqu’il fut reparti, je constatais avec surprise qu’il était si pédagogue qu’il m’avait « transmis » cette connaissance.

7De même, sa modestie intellectuelle était grande. Lorsqu’un thésard lui exposait un fait qui n’était pas de sa spécialité, il lui suggérait aussitôt d’aller voir un spécialiste du domaine concerné, et en général, il l’envoyait au meilleur. Cette approche préfigurait les actuels comités de thèse et permettait de progresser vite dans la recherche. Enfin, son sens de la synthèse était tout aussi grand. Certains de ses exposés sur la reconstitution de l’histoire environnementale et climatique du Sahara au Pléistocène, restent, à l’oral comme à l’écrit, de grands moments intellectuels.

Haut de page

Bibliographie

Beuf S., Biju-Duval, B, de Charpal O., Rognon P., Gariel O., Bennacef A. (1971) - Les grès du paléozoïque inférieur au Sahara. Sédimentation et discontinuités. Evolution structurale d'un craton. Publications de l’Institut Français du Pétrole, Collection « Science et technique du pétrole », 18, Editions Technip, Paris, 465 p.

Rognon P. (1967)- Le massif de l'Atakor et ses bordures (Sahara Central). Etude géomorphologique. Thèse Doctorat d’Etat ès lettres. Editions du CNRS, in-4 broché, Paris, 559 p.

Rognon P. (1989-1994) - Biographie d’un désert. Plon, Paris, 1989, 240 p. (réédition en 1994, sous le titre : Biographie d’un désert, le Sahara. L’Harmattan, Paris).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 - Pierre Rognon, homme de terrain, se rasant en plein vent dans la Sebkha Mekkheranne, au Sahara Central, en 1989
Crédits (cliché : Y. Callot).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/8114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Callot, « Hommage à Pierre ROGNON (1931-2010) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 16 - n° 4 | 2010, 387-388.

Référence électronique

Yann Callot, « Hommage à Pierre ROGNON (1931-2010) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 16 - n° 4 | 2010, mis en ligne le 29 mars 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/8114

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org