Navigation – Plan du site

Autour du Traité de Géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie

The Traité de Géographie physique by Emmanuel de Martonne : from geographical lexicography to geomorphological theory
Numa Broc et Christian Giusti
p. 125-144

Résumés

Le Traité de De Martonne est l’ouvrage qui a fondé et orienté la géographie physique en France et dans l’aire culturelle francophone, y compris dans le domaine de la géomorphologie. Si l’on tient compte des réactions ultérieures (rejet, critiques, approfondissements), cette œuvre domine directement ou indirectement un siècle de travaux en géographie physique. Les grandes phases de la genèse du Traité sont indiquées, et l’œuvre replacée dans la production scientifique de l’auteur, fort d’une carrière nationale et internationale. Si le vocabulaire du Traité aborde tous les champs de la géographie physique, de la climatologie à la biogéographie et de l’hydrographie à la géomorphologie, le lexique scientifique de De Martonne emprunte tant aux mots savants qu’aux langages vernaculaires. De 1909 à 1925-1927, l’application stricte et la plus grande maîtrise des principes d’étendue, de généralisation et de causalité permettent de compléter la typologie des objets, faits et phénomènes géographiques, qui s’inscrit dans une classification plus précise et plus cohérente. Ainsi le volume consacré au « Relief du sol » est-il un exposé mesuré de la doctrine davisienne où la géomorphologie « normale », i.e. fluviale, est constamment pondérée par la prise en compte des facteurs de diversification introduits par les cadres bioclimatiques, avec de réelles avancées sur les questions de l’aréisme et de l’érosion glaciaire. La théorie du cycle d’érosion est cependant la seule théorie spécifiquement géographique figurant dans le Traité, qui puise dans l’arsenal des sciences connexes, principalement physiques et biologiques, les hypothèses explicatives et les lois qui font défaut à la géographie. Au total, la géographie physique de De Martonne, articulant typologie et classification autour d’une illustration exceptionnelle par son ampleur et son originalité, oscille entre un pôle idiographique nettement affirmé et une dimension nomothétique mise en évidence par les grands planisphères de synthèse.

Haut de page

Errata

Article soumis le 8 décembre 2005, accepté le 7 juin 2007.

Notes de la rédaction

Remerciements
La consultation du texte de la 1e édition du Traité de géographie physique d’Emmanuel de Martonne a été facilitée par l’intervention de B. Lemartinel. M.-H. Auclair, bibliothécaire à la Sorbonne, nous a apporté de nombreuses indications. C. Doublier a bien voulu nous communiquer les premières pages de sa traduction du volume issu des cours professés par Davis à Berlin, Die erklärende Beschreibung der Landformen, entreprise sous le contrôle de C. Klein et poursuivie depuis. Le présent article a bénéficié des échanges et entretiens que les auteurs ont eu depuis plusieurs années avec leurs collègues géographes et géomorphologues, et des relectures critiques successives de J.-J. Dufaure, A. Fischer, Y. Lageat, J.-C. Thouret, J.-L. Tissier et d’un lecteur anonyme. Enfin, tout au long des phases de son élaboration, le manuscrit s’est nourri des observations et des suggestions de M. Calvet et de Y. Gunnell.

Texte intégral

Introduction

1Si, comme le prétend Aristote, nommer les choses est le premier stade de la connaissance, on peut penser que l’étude du vocabulaire est un bon point de départ pour aborder une œuvre scientifique. Pourtant, Baulig (1955) nous rappelle que « la géomorphologie ne se contente pas de décrire, de nommer et de classer ; elle aspire aussi, comme toute science, à expliquer ». Si l’évolution du modelé en grand de la surface des continents est déterminée par l’ajustement dynamique des rythmes tectoniques, bioclimatiques et eustatiques à l’échelle du temps profond ( ≥ 106 ans), le modelé de détail des interfluves n’en est pas moins lui-même conditionné à l’échelle du temps long ( ≤ 106 ans) par le volume et l’énergie des reliefs supports, la nature et le dynamisme des systèmes morphoclimatiques, la succession des séquences morphogénétiques associées (Klein, 1993). Et les choses se compliquent encore à l’échelle historique avec l’essor ou le recul des groupes humains organisés et leur empreinte différentielle sur les milieux (Neboit, 1991 ; Bravard et Magny, 2002 ; Fouache, 2003, 2006 ; Burnouf et Leveau, 2004 ; Allée et Lespez, 2006). Volumes crustaux, formes sculpturales et modelés de revêtement sont les réponses de la surface sensible des continents aux forçages internes ou externes et à leurs variations : mode, fréquence, intensité. Directement ou indirectement, le géomorphologue est donc concerné tant par les sciences humaines (histoire, anthropologie, archéologie…) que par les sciences de la Terre (géodésie, géologie, géophysique…) et par toutes les composantes de la géographie physique (climatologie, hydrologie, biogéographie…). Or, dans les sciences de la nature, auxquelles s’est d’abord adossée la géographie physique, la nomenclature est bien le socle indispensable. Sans elle, pas de classification possible, pas de généralisation et, par conséquent, pas de possibilité de rechercher des causalités et de découvrir des lois.

2La classification est l’opération qui consiste à distribuer par classes de façon hiérarchique, analytique et si possible exhaustive l’ensemble des individus, des objets ou des faits ayant des caractères communs. En revanche, la typologie est une approche synthétique globale, qui choisit un exemple réel dans sa singularité, mais représentatif par la netteté de ses caractères d’un ensemble beaucoup plus vaste. La typologie facilite donc l’analyse d’une réalité complexe à travers l’élaboration de types idéaux, ensemble des caractères organisés en un tout, constituant un instrument de connaissance et permettant de distinguer les catégories d’objet de la classification. Enfin, on entendra par loi toute formule générale énonçant une corrélation vérifiée et tenue pour certaine entre divers phénomènes et, par théorie, toute construction intellectuelle méthodique, organisée, hypothétique et synthétique. Par définition, les lois sont peu nombreuses et durablement acquises, quand les théories ne sont qu’un moment de l’évolution d’une science, dépassé ou pouvant le devenir. Mais la formulation d’une nouvelle théorie peut aussi amener à reconsidérer la signification des lois tenues pour acquises, par exemple le système de Newton par rapport à la relativité générale.

3Sur ces bases, il nous a semblé instructif de suivre, à propos d’un ouvrage phare de la géographie française, le Traité de Géographie physique d’E. de Martonne, les différentes phases de la démarche logique de l’auteur et de repérer les articulations qui lui permettent de passer du particulier au général, de l’observation aux explications, des mots aux théories. Le Traité apparaît comme un livre qui a fondé et orienté pendant plus d’un demi-siècle la géographie physique en France et dans l’aire culturelle francophone, y compris dans le domaine de la géomorphologie. Si l’on tient compte des réactions ultérieures de rejet et de critique, ou d’approfondissement, cet ouvrage domine directement ou indirectement un siècle de travaux en géographie physique. Les citations sont faites, sauf mention contraire, sur le texte de la 2e édition (de Martonne, 1913), de la 6e édition pour les volumes 1 et 2 (de Martonne, 1940), et de la 7e édition pour le volume 3 (de Martonne, 1955).

L’ouvrage d’un scientifique de classe internationale

4Né en 1873, normalien en 1892, agrégé d’histoire et géographie en 1895, Emmanuel de Martonne avait été chargé en 1898 d’un cours de météorologie auprès du laboratoire de Géographie physique de la faculté des Sciences de Paris aux côtés du géologue Vélain. En 1899, De Martonne prend en main l’enseignement de la géographie à la faculté des Lettres de l’université de Rennes, avant de rejoindre Lyon en 1905 puis la Sorbonne en 1909, année où paraît la première édition du Traité. Docteur ès-lettres avec une thèse de géographie régionale sur la Valachie en 1902, puis docteur ès-sciences en 1907 avec une thèse consacrée à la géomorphologie des Alpes de Transylvanie, de Martonne va jouer à partir de 1917 un rôle clé au sein du Comité d’études pour la conférence de la paix (Boulineau, 2001). Instigateur en 1920 de l’Association de géographes français à l’image des sociétés de géographie allemandes et sur le modèle de l’Association of American Geographers mise en place par Davis en 1904, il fonde puis dirige de 1928 à 1944 l’Institut de géographie, inauguré en 1923 au 191 de la rue Saint-Jacques, à Paris. Membre de l’Académie des sciences en 1942, De Martonne a œuvré entre 1941 et 1943 pour l’établissement d’une licence et d’une agrégation de géographie (Cholley, 1956). Lorsqu’il prend sa retraite en 1944, De Martonne aura donc assuré trente-cinq ans d’enseignement à Paris : « Cela confère une influence dont chacun peut mesurer l’importance quand on sait ce que Paris représente en France d’autorité à tous les points de vue, même universitaire, surtout à cette époque » (Dresch, 1975). D’autant que, secrétaire général du Comité national français de géographie de 1920 à 1952, De Martonne est conduit à intervenir dans le fonctionnement de l’Union géographique internationale : secrétaire général (1931 à 1938), il lui incombe d’organiser la XIIIe session du Congrès international de géographie à Paris en 1931. Efficace et pragmatique « tisseur de réseaux internationaux de géographes » (Delfosse, 2001), De Martonne est président de l’UGI de 1938 à 1948, puis, malgré une santé déclinante, président d’honneur en 1949, président de la Société de Géographie de 1947 à 1952, année où l’UGI lui confère le titre de président d’honneur à vie (Robic, 1996a, b ; Baudelle, 2001 ; Nicolas, 2001).

5La première édition du Traité de Géographie physique en un volume (de Martonne, 1909) coïncide avec la parution des Geographical Essays (Davis, 1909). Dans sa version initiale, le Traité forme un fort volume in-8° de 910 pages, 396 figures, cartes et croquis, de 48 planches photographiques, et de deux planisphères en couleur (hypsométrie et bathymétrie, carte des climats) qui donnent la mesure de l’immense apport personnel. Comme le souligne Cvijic (1909), les Leçons de Géographie physique de De Lapparent (1896) étant en fait consacrées à la géomorphologie continentale (Giusti, 2006a), le Traité n’a alors d’équivalent ni en langue anglaise, ni en langue française : dans sa logique et par son ampleur, l’ouvrage ne peut se comparer qu’aux Grundzüge der physischen Erdkunde de Supan (1884, 1896) et au Lehrbuch der Geographie de Wagner (1882, 1903, 1908). Une deuxième édition légèrement revue et augmentée suit en 1913 (tab. 1), puis une troisième à l’identique en 1920. L’ouvrage, cité notamment par Penck (1924), connaît un tel succès que De Martonne publie un Abrégé de géographie physique (1922a) à l’intention du public non spécialisé, réédité en 1928, 1932 et 1939, traduit en anglais (1927a), en polonais (1927b), et en espagnol (1931). Entre temps, afin de tenir compte de l’accroissement ou du renouvellement des connaissances et du développement des idées nouvelles, De Martonne a estimé nécessaire de refondre entièrement le Traité et d’en accroître le contenu. Aussi, à partir de la 4e édition, les matières sont distribuées en trois volumes : « I – Notions générales. Climat. Hydrographie (1925) ; II – Le relief du sol (1926) ; III – Biogéographie (1927) », ce dernier en collaboration avec Chevalier et Cuénot. Dans le premier tome, des passages sont ajoutés sur l’isostasie, le noyau terrestre, les fronts chauds et froids, la géographie de l’enneigement et les types de climats. Le deuxième tome, nouveau en revanche, se présente « à la fois comme une discussion de principes et une présentation d’exemples » (Chabot, 1928). Son unité repose sur la règle selon laquelle, y compris dans les domaines de relief karstique, glaciaire ou désertique, « toutes les formes de dénudation sont subordonnées à l’érosion normale » (la sculpture de la surface terrestre par le travail des eaux courantes), « toutes les autres formes d’érosion étant étroitement limitées dans le temps ou dans l’espace » (Chabot, 1928 ; Beckinsale et al., 1991). Le troisième tome fait aussi l’objet d’ajouts plus que substantiels : doublement de la zoogéographie, géographie botanique passant de 67 à 229 pages, avec deux chapitres entièrement nouveaux consacrés, l’un à l’action de l’homme sur la végétation, l’autre aux régions botaniques continentales (Chabot, 1928). Sous sa forme étendue, le Traité est devenu « the fundamental base of French physical geography for nearly half a century » (Beckinsale et al., 1991) avec sept éditions jusqu’en 1955 pour le tome III, neuf éditions jusqu’en 1957 pour le tome I, et dix éditions jusqu’en 1958 pour le tome II (tab. 1) : au total, « l’acte constitutif de la Géographie physique en France » (Cholley, 1956), un ouvrage « remarkable for its breadth of outlook, clarity of explanation, sanity in choice of examples – despite some pardonable chauvinism – and visual embellishment » (Beckinsale et al., 1991).

Tableau 1 – Le « Traité de Géographie physique » : un manuel parmi beaucoup d’autres
Table 1 – The « Traité de Géographie physique » : a guide to the textbook and its avatars

Tableau 1 – Le « Traité de Géographie physique » : un manuel parmi beaucoup d’autresTable 1 – The « Traité de Géographie physique » : a guide to the textbook and its avatars

6Car l’importance du dessin dans l’œuvre de Davis (Doublier, 2005) ne doit pas faire oublier que De Martonne était lui-même un illustrateur hors-pair : dessins, mais aussi photos, cartes et blocs diagrammes (Joseph et al., 1987 ; Baudelle et al., 2001), lesquels contribuent aussi à l’unité scientifique du Traité et du tome II en particulier. Il importe de rappeler au préalable qu’une évaluation crédible du Traité ne saurait faire l’impasse sur l’œuvre illustrée, organiquement liée à l’œuvre rédigée.

7De Martonne meurt le 24 juillet 1955. Parmi les ouvrages de synthèse, le seul ouvrage ultérieur qui englobe tous les aspects de la géographie physique est le Précis de géographie physique générale de Birot (1959). Les manuels spécialisés signés par des géographes français font leur apparition à partir du milieu des années 1950 et pendant les années 1960 : en climatologie (Pédelaborde, 1955 ; Péguy, 1961 ; Estienne et Godard, 1970), en hydrologie (Guilcher, 1965), en géomorphologie (Derruau, 1956 ; Birot, 1958 ; Tricart et Cailleux, 1962-1974) et en biogéographie (Birot, 1965 ; Elhaï, 1968). D’où la remarque de Dresch (1975) qui, évoquant De Martonne vingt ans après sa disparition, notait que « rares » sont parmi les géographes « ceux qui se prétendent ses disciples » et « plus rares encore, parmi les jeunes, ceux qui utilisent son Traité ». Après avoir examiné les questions de lexicographie, nous soutiendrons l’idée que la version étendue du Traité peut aussi être regardée comme la première réponse adressée à Penck (1924), bien avant celle des Davis, Baulig, Bowman, Johnson et Leighly.

Le vocabulaire : terminologie savante ou populaire ?

8Discipline encore jeune au début du XXe siècle, la géographie physique a besoin de se forger, comme toute science, un vocabulaire technique précis et accepté par tous. Mais, où trouver ces mots pour désigner la multitude d’objets qu’elle a l’ambition d’embrasser ? « Même à l’heure actuelle », écrit De Martonne (1913, p. 398), « il y a encore beaucoup à faire. Trop souvent, on peut s’apercevoir que les discussions sur telle forme de relief sont singulièrement obscurcies par le manque d’une définition précise. Alors que les sciences naturelles voisines … ont des termes précis pour chaque forme … la géographie physique ne peut encore se vanter de posséder une nomenclature vraiment scientifique ».

9Les raisons de ce retard sont nombreuses. Pour ce qui relève de la géomorphologie par exemple, on peut reconnaître « des formes-types définies à la fois morphologiquement et génétiquement », mais il y a presque toujours des « formes de transition difficiles à classer et à dénommer » (de Martonne, 1913, p. 398). Autre difficulté : comment constituer un vocabulaire assez large pour rendre compte de l’infinie diversité de la terre ? « Tandis que le zoologiste ou le botaniste décrit et dénomme en créant de toutes pièces des expressions sans tenir compte du langage vulgaire, … le géographe ne peut faire abstraction des termes populaires désignant les formes du relief. Malheureusement, ces dénominations manquent souvent de précision et il est difficile d’en établir la synonymie d’une langue à l’autre. La solution de ces difficultés ne doit pas être cherchée dans l’abandon des termes populaires et la création d’un nouveau langage comme on l’a quelque fois essayé, mais au contraire dans une étude plus minutieuse du sens de ces termes souvent plus précis qu’on ne croit » (de Martonne, 1913, p. 399). Notons que, dans l’édition en trois volumes du Traité, ces considérations disparaîtront au profit d’un exposé systématique, voire dogmatique, sur « le modelé continental » et sur « le modelé normal » (de Martonne, 1940, p. 525-528). À travers les éditions successives, le Traité fait ainsi coexister de façon plus ou moins harmonieuse deux grandes familles lexicologiques, l’une savante, l’autre populaire, étant entendu que seront exclus de la présente étude les termes strictement géologiques (charriage, anticlinal, etc.) ainsi que les termes du langage courant (montagne, plaine, île, etc.), sauf quand ils revêtent une importance géographique particulière (vallée, côte, etc.).

Voyage à travers la géographie savante

10Examinons pour commencer un certain nombre de termes généraux qui désignent des disciplines rattachées depuis peu à la géographie physique.

11Si le mot Écologie a été créé par l’Allemand Haeckel (1866) sous la forme Œkologie, on s’accorde à considérer le Danois Warming comme le véritable fondateur de cette science avec le Lehrbuch der ökologischen Pflanzengeographie (1896) ; publié en danois en 1895, l’ouvrage a été traduit en allemand, puis en anglais en 1909, mais pas en français. La nouvelle discipline apparaît dans le Traité sous la forme « œcologie ». De Martonne ne cite pas Haeckel, mais, à plusieurs reprises, Warming, qu’il considère comme un lointain successeur de Humboldt. L’écologie est définie comme « l’étude des conditions physiques » et de « l’habitat des êtres vivants » (de Martonne, 1913, p. 727 et 777). Dans l’édition étendue apparaît la forme actuelle, écologie, mais avec une seule mention (de Martonne, 1955, p. 1090).

12« L’étude des lacs pour laquelle a été créé le mot de limnologie est devenue l’une des branches les plus cultivées de la géographie physique… Nous possédons actuellement des monographies complètes des plus grandes nappes lacustres de l’Europe… La limnologie apparaît comme une sorte de branche accessoire de l’océanographie. Les problèmes et les méthodes sont les mêmes » (de Martonne, 1913, p. 323, 1940, p. 421). Le Suisse Forel publie indifféremment en allemand et en français (1901, 1904). Delebecque, fondateur de la limnologie française (1898) ne semble pas avoir utilisé ce terme, alors que Rabot tient une « Chronique de limnologie » dans la revue La Géographie à partir de 1901.

13Les termes morphométrie et orométrie semblent avoir été créés par l’Autrichien von Sonklar en 1873 avec des travaux remarquables résumés par Penck en 1894 (de Martonne, 1913, p. 398). Néanmoins, « la morphométrie, quelle qu’en puisse être l’utilité, ne saurait être le dernier mot de la science du relief. Mesurer les formes, pas plus que les définir, ne suffit au géographe. Comme ses sœurs aînées les sciences naturelles, la géographie physique ne peut se contenter de décrire, elle doit expliquer » (de Martonne, 1913, p. 401, 1940, p. 520).

14L’étude des sols « a pris dans ces dernières années la valeur d’une discipline particulière touchant à la géologie, à la physique et à la chimie, à la botanique et à l’agronomie pour laquelle on a créé le nom de pédologie » (de Martonne, 1913, p. 759). Le terme pédologie semble peu utilisé au début du XXe siècle. Le nom de Dokuchaev, un des fondateurs de cette science par ses recherches sur le chernozem (1883), n’apparaît que dans l’édition étendue, de même que le nom de Darwin (1881) pour son travail sur les vers de terre (de Martonne, 1932, p. 1152-1158). Les Français nomment science des sols la pédologie et l’Américain Hilgard, considéré comme l’un de ses premiers théoriciens, intitule simplement son grand traité : Soils (1906).

15Lorsqu’il évoque la spéléologie, De Martonne (1913, p. 474) indique que l’on doit à Martel (1894) « d’avoir attiré l’attention sur l’intérêt de l’exploration des cavernes… [Il a] levé le plan d’un nombre considérable de cavités souterraines en Europe. Ces recherches ont été élevées par lui à la dignité d’une science spéciale, la spéléologie ». Martel, qui préférait l’expression « géographie souterraine », a professé à la Sorbonne en 1899 un cours libre portant cette dernière appellation. Le terme spéléologie disparaît dans l’édition étendue du Traité (de Martonne, 1940, p. 650), sans doute en partie à cause de sa connotation trop sportive, un chapitre autonome étant consacré à l’étude du relief calcaire (tab. 2). Mais le malentendu Martel – De Martonne semble dépasser le simple problème du spéléisme (la composante sportive de l’exploration des grottes et des cavernes) pour se placer sur le plan des principes scientifiques (de Martonne, 1922b ; Schut, 2006). Dans ses écrits successifs, Martel s’est toujours rangé dans le domaine de la géologie classique telle qu’elle était pratiquée en France. Il juge à l’évidence ces littéraires que sont les géographes comme des amateurs bien légers, sinon incompétents, sectateurs dogmatiques de l’insane doctrine davisienne (Martel, 1921, 1925, 1936). Dans plusieurs de ses ouvrages, Martel propose des abrégés d’hydrogéologie et de géologie à l’usage du lecteur non spécialiste, très révélateurs de sa position épistémologique et de sa culture scientifique (Martel, 1891, 1925). Si les travaux de Cvijic (1893), rapidement connus dans le monde entier, imposèrent le nom de karst, karstologie, que De Martonne se refusera toujours à employer, est d’usage plus tardif (Nicod, 1972 ; Gèze, 1983).

Tableau 2 – « Traité  de Géographie physique », quatrième partie : le relief du sol.
Table 2 – « Traité de Géographie physique », fourth part : Earth surface landforms.

Tableau 2 – « Traité  de Géographie physique », quatrième partie : le relief du sol.Table 2 – « Traité de Géographie physique », fourth part : Earth surface landforms.

16Par un curieux paradoxe, l’étude du relief terrestre ne possède pas encore, au début du XXe siècle, de nom bien défini. Naumann (1850-1854) avait employé l’expression Morphologie der Erdoberfläche. Penck (1894) emploie à son tour morphologie, mais n’est pas immédiatement suivi. Géomorphogénie a été proposé par Lawson en novembre 1894 à propos d’une étude relative à la Californie et par De Lapparent en janvier 1895 dans un exposé sur la définition de la géographie (1894-1895). Mais De Lapparent (1896) renonce aussitôt à ce néologisme pour ne pas « effaroucher des esprits mal préparés ». Les Américains utilisent physiography et geomorphology, attribué par McGee (1888) au major Powell (Chorley et al., 1964), tandis que le général Berthaut (1909-1910) veut imposer « topologie ». Enfin, dans le compte rendu qu’il consacre au Traité, le géographe serbe Cvijic (1909) emploie tantôt « morphologie terrestre », tantôt « géomorphologie ». Pour sa part, De Martonne, qui se méfie des néologismes (Cholley, 1956), restera fidèle jusqu’au bout à « relief du sol » et peut-être, aussi, parce qu’il paraissait depuis 1890 un Bulletin des services de la carte géologique de la France et des topographies souterraines : le sous-sol aux géologues, la surface du sol aux géographes.

D’un terroir à l’autre

17Ouvrage de géographie générale, le Traité se devait d’emprunter ses exemples et ses illustrations au monde entier. De la même manière, son texte est émaillé d’expressions et de vocables venus de nombreux pays, ce qui lui donne un certain parfum d’exotisme. Nous voyageons de fjords et de rias en ponors et katavothres, tandis que soufflent la bora et le chinook et que le scrub ou la caatinga recouvrent de lointains tropiques. Il est vrai qu’en 1909, nous sommes exactement à la charnière entre la géographie des explorateurs et celle des professeurs. Humboldt n’est mort que depuis un demi-siècle, Nordenskjöld (en 1901) et Richthofen (1905) viennent de disparaître, tandis que Nansen, Sven Hedin, Foureau, Flamand ou Gautier sont en pleine activité. Dans la préface de la 2e édition du Traité, De Martonne (1913) note que « depuis l’apparition de la première édition, les deux pôles ont été découverts » et que « le continent antarctique a définitivement pris sa place sur les Atlas ».

18Comment s’orienter dans cette Babel linguistique ? Notons d’abord que les différentes branches de la géographie physique sont inégalement représentées. Si la description du relief mobilise le plus grand nombre de termes, le climat (noms de vents) ou la végétation (noms de formations végétales), sont beaucoup moins présents. Remarquons ensuite que les divers types de relief n’ont pas également retenu l’attention des populations locales. Les plaines, par leur monotonie, sont moins propices que les régions accidentées à l’élaboration de vocabulaires détaillés. Certaines formes étranges, véritables « caprices de la nature », ont frappé les imaginations et des expressions comme cheminées de fées ou marmites de géant « entraînent le lecteur dans la légende » (Reynaud, 1971). Plus généralement, les formes topographiques grandioses, pouvant provoquer des phénomènes spectaculaires ou dangereux sont particulièrement à l’honneur : éruptions volcaniques, débâcles glaciaires, laves torrentielles, éboulements, gouffres et cavernes. Si les reliefs glaciaires, volcaniques, karstiques, mais aussi désertiques ou littoraux sont bien représentés dans les manuels de géographie, c’est en partie parce que les habitants les ont connus avant les savants. Par suite, les termes locaux « font preuve d’un endémisme très prononcé » (Reynaud, 1971) : les Alpes et la Scandinavie fournissent le vocabulaire des glaciers, les Balkans celui du karst, le Sahara celui des déserts. Au total, pourtant, les langues et dialectes européens l’emportent très largement chez De Martonne sur les idiomes extra-européens.

19Voici quelques listes, évidemment non exhaustives, de termes empruntés à différentes langues. Pour le français et ses langues régionales ou dialectes : aber, adret, aven, cheire, cirque glaciaire (et son équivalent pyrénéen oule), côte (i.e. cuesta), moraine, névé, sérac, sotch, valleuse… Remarquons que le vocabulaire jurassien (val, mont, cluse, combe, ruz…) a été fixé tôt par Thurmann (1832-1836) à partir du langage populaire. En revanche, malgré les apparences, auge (vallée) et verrou sont des termes savants, traduits de l’allemand Trog et Riegel. Il est fait appel aux langues ibériques (avec détour par le Nouveau Monde –Mexique, États-Unis– pour nombre de ces termes) : barranco, bolson, canyon (cañon), cuesta, malpaïs, mesa, etc. Le castillan et le portugais se sont prolongés en Amérique latine (avec des apports indigènes) par un riche vocabulaire biogéographique : campos, caatinga, chapparal, espinal, llanos, etc. L’allemand donne aussi de nombreux mots : fœhn, lœss, maar, parklandschaft, riedel, riegel, thalweg, etc. Il en va de même pour l’anglo-américain : bad lands, cove, down, dyke, hog back, inlet, neck, sound. Quelques mots sont d’origine italienne comme ferreto, fumerolle, lido, tombolo , etc. Les langues scandinaves ne sont pas absentes avec drumlin, esker, fjeld, fjord, inlandsis, œsar, sandr, skjer, etc. Et les langues slaves sont représentées par le serbo-croate avec doline, poljé, ponor ou par le russe avec liman, tchernoziom, toundra.

20Barkhane, takyr, yardang, etc. viennent du Turkestan russe. Parmi les idiomes extra-européens, nous ne trouvons que deux termes empruntés aux langues indiennes d’Amérique du nord (chinook et monadnock), un terme japonais (tsunami), un mot hindi (doab), un terme inuit (nunatak). La seule exception notable à cet européocentrisme linguistique est l’importance du vocabulaire arabo-berbère introduit par les explorateurs français du Sahara. Les nomades ont su distinguer et dénommer les moindres particularités topographiques et hydrographiques de ce milieu : aïn, chott, daïa, erg, gara, gassi, hamada, sebkha (ou chebka), etc. Aucun mot pourtant n’a connu la fortune de oued, dont De Martonne nous dit qu’il « est devenu un terme géographique international qui n’a pas besoin d’être défini » (1913, p. 672), le pluriel wadi étant cependant la forme la plus usitée dans le monde anglophone. Signalons pour finir quelques absences notables en 1909 (calanque, harmattan, pampa, reg, taïga), rectifiées dans la 6e édition en 3 volumes. Le nombre de pages de l’index des matières est passé de 16 pages pour la 2e édition (1913) à 50 pages pour les dernières (7e édition du tome III en 1955 : voir tab. 1).

Quelques mots emblématiques

21Comment dénommer un plateau à double pente asymétrique ? « Un nom commun doit être cherché pour cette forme de relief très caractéristique. Davis a proposé celui de cuesta » utilisé au Mexique, mais « nous pouvons employer le mot français de côte appliqué dans le Bassin parisien aux hauteurs concentriques de ce genre, signalées depuis longtemps par Élie de Beaumont » (de Martonne, 1909, p. 542).

22Comment appeler ces « dos de terrain » qui, dans des régions faiblement accidentées, séparent des rivières parallèles ? « On a cherché un nom commun pour ces croupes allongées… La généralisation d’un nom local a paru préférable à l’invention d’un nom compliqué. Davis propose le nom de doab [utilisé] dans l’Inde… Penck celui de Riedel utilisé en Bavière » ; mais l’auteur du Traité préfèrerait colline « dont le sens imprécis convient à cette forme de relief peu différenciée », et il donne comme exemple celles de l’Armagnac (de Martonne, 1909, p. 540). Si les deux termes doab et Riedel se retrouvent dans l’édition de 1926 du Traité, Derruau (1956) ne conserve que le premier pour désigner les interfluves. Taillefer (1951) propose « serre » après avoir précisé que « Riedel n’a pas conquis droit de cité », puis d’ajouter : « Nous n’abandonnerons volontiers serre que contre un autre mot du terroir aussi chargé d’évocation pour des esprits latins ». Baulig (1929, 1956) indique cependant que « serre (espagnol sierra, italien serra) ne dérive pas du latin sera, scie », mais que « ces mots désignent des reliefs allongés, dont le sommet peut être plat aussi bien qu’aigu ».

23Karst : le mot apparaît à la fin du xixe siècle (Cvijic, 1893) à la fois comme nom propre pour désigner les plateaux calcaires de l’Istrie et de la Dalmatie (Carso en italien), et comme nom commun pour décrire certaines particularités morphologiques. « Pourtant », écrit De Martonne (1909, p. 464), « dans le sud du Massif central français … ces plateaux sont appelés Causses, terme qui mérite d’être retenu comme un nom commun applicable aux tables calcaires de même origine ». Mais, plus loin, il reconnaît que karst l’a emporté sur causse. Peu de types de relief ont donné naissance à une telle floraison de termes vernaculaires. Pour les seuls gouffres, De Martonne recense une douzaine de mots différents : aven (Grands Causses), igue (Petits Causses), embut (Jura), bétoire ou mardelle (Bassin parisien), goule, pot, scialet (Alpes calcaires françaises), ponor (Balkans), katavothre (Grèce), Karrenbrunnen (Alpes calcaires allemandes), Wetterlöchen (Jura souabe). La victoire de karst tient sans doute à l’autorité de Cvijic et des géographes de langue allemande, ainsi qu’à la facilité de former des adjectifs sur ce mot. Plus tard, De Martonne écrira : « Tout le monde parle maintenant de topographie karstique, d’hydrographie karstique et même de cycle d’érosion karstique » (1940, p. 650).

24Le mot monadnock a été proposé par Davis à la fin du xixe siècle (Davis, 1896). Mais le terme a eu du mal à s’imposer. « Davis a proposé de les appeler (les reliefs résiduels de pénéplaine) des monadnocks, et ce mot indien bizarre a fini par conquérir droit de cité. Pourtant, des mots plus faciles à retenir ne manquaient pas » : ainsi, dans les Carpates parle-t-on de « cornet » et au Maroc de « skrours ». (de Martonne, 1940, p. 605). Mais Davis n’a réussi à imposer ni morvan ni mendip comme nom commun ou type idéal, pour désigner un petit massif ancien, tronqué ou non, puis fossilisé et exhumé, jaillissant au milieu de terrains sédimentaires (de Martonne, 1899 ; Davis, 1912b).

25Vallée est le concept central de la géomorphologie classique. Dans le cadre de l’érosion dite normale, le réseau hydrographique n’est-il pas le principal agent de l’évolution du relief ? « La forme la plus répandue », affirme De Martonne, « celle qui a l’influence la plus décisive sur les autres, est la vallée » (1913, p. 402). Bon exemple, donc, d’un mot du vocabulaire le plus courant investi par les géographes d’un poids scientifique considérable. Ne nous étonnons pas de voir dans l’index des matières du Traité le terme « vallée » prendre une vingtaine d’acceptions différentes grâce à l’adjonction d’autant d’adjectifs : ces dernières peuvent être purement descriptives (vallée en gorge et vallée normale, dissymétrique, à méandres encaissés, des régions calcaires, sèches, longitudinale et transversale, glaciaire, sous-marine) ou « techniques » pour reprendre le mot même de l’auteur au début de l’index (vallée anticlinale, monoclinale, conséquente, subséquente, antécédente, surimposée, épigénique, suspendue, aveugle) (de Martonne, 1913, p. 883). On reconnaît dans ces nomenclatures savantes les termes forgés dans la deuxième moitié du xixe siècle par des géologues et géographes de l’Ouest américain comme Powell (1875, 1876) et Gilbert (1877), les idées de certains géographes explorateurs allemands comme von Richthofen (1886) sur les rapports entre l’érosion et la géologie, les conceptions développées par Davis (1889, 1890, 1899) pour préciser les relations entre le réseau hydrographique, la structure du sous-sol et la pente originelle du relief du sol (Baulig, 1938).

26Au terme principal vallée, il faudrait encore ajouter des expressions complémentaires (profil en long, profil transversal, profil d’équilibre, capture) pour se convaincre que « la vallée est bien la forme topographique maîtresse » (de Martonne, 1913, p. 402), qui conditionne tout. L’idée est exprimée sur un mode encore plus systématique dans l’édition en 3 volumes puisque la multiplication des vallées drainées et l’érosion fluviale sont les caractéristiques qui définissent « le modelé normal » (de Martonne, 1940, p. 525-620 ; cf. tab. 2). Dans l’index, étoffé, de nouvelles associations font leur entrée : une vallée peut être anormale, en auge alluviale, jeune, mûre, morte, alpine, suspendue emboîtée, noyée, surcreusée (de Martonne, 1955, p. 1534). Sur le plan des principes, le cas vallée permet peut-être de résoudre la difficulté évoquée plus haut par De Martonne concernant le manque de précision des dénominations populaires. La solution n’est-elle pas dans l’association d’un mot du langage courant et d’un adjectif (ou d’un nom) qui en précise le sens, ces mots complémentaires étant eux-mêmes d’origine populaire (encaissé) ou savant (épigénique) ? On trouvera dans le Traité de nombreux couples de ce genre : dépression périphérique (inventé par De Martonne en 1899), surface structurale, forêt galerie, lit majeur, etc.

27Nommer les choses n’est donc pas une opération neutre, car les mots se chargent ou se vident de sens au fil du temps. Mais si la constitution et l’enrichissement d’un vocabulaire représentent quelque chose de plus qu’une collection de timbres, s’agit-il pour autant d’une science ?

Construction d’une science

28À plusieurs reprises dans les pages d’ouverture du Traité consacrées à « L’évolution de la géographie », et notamment dans la section V « Définition et avenir de la géographie », De Martonne (1909) remarque que observer et dénommer ne résument pas le travail du savant et que, « purement descriptive, la géographie est inexistante ».

Principes et méthodes

29Une nomenclature, aussi complète soit-elle, ne constitue pas une science. On pourrait même prétendre que la science commence lorsque l’inventaire des objets à étudier est à peu près terminé. Alors se posent les problèmes de méthode. Pour sa part, De Martonne estime que « c’est surtout par sa méthode que la géographie a une individualité » (1909). Ainsi, observant à la suite de von Richthofen qu’il y a « entre la géologie et la géographie une différence de méthode plutôt que d’objet », De Martonne définit au début du Traité la méthode géographique comme celle qui détermine « l’extension des phénomènes à la surface du globe ». Le « principe d’étendue » est l’un des grands trois grands principes qui, avec ceux de « coordination » et de « causalité », constituent pour De Martonne le fondement de toute géographie (1909, p. 21). Le deuxième sera d’ailleurs ultérieurement dénommé « principe de géographie générale » (1940, p. 22).

30Le principe essentiel est, en effet, celui de coordination ou de généralisation : « L’étude d’un phénomène suppose la constante préoccupation des phénomènes analogues … en d’autres parties du globe ». Car, « si consciencieusement que j’étudie l’érosion d’une falaise, les caractères d’un certain vent local, les crues d’une rivière », précise De Martonne, « je resterai géologue, météorologiste ou ingénieur hydrographe, et mon travail n’acquerra une valeur géographique que si je rapproche les faits observés des lois générales de l’érosion marine, du mouvement de l’atmosphère et du régime des fleuves » (1909, p. 22). C’est la démarche inductive qui permet de s’élever des faits (démarche idiographique) aux lois qui les régissent (démarche nomothétique). Cholley (1956) et Dresch (1975) à vingt ans d’intervalle ont rappelé le point de vue de De Martonne : « Ce sont les sciences de la nature et la Physique du Globe qui permettent d’interpréter les phénomènes de la géographie physique. Il reste à la géographie de découvrir les raisons de leur localisation. Et c’est bien là la différence essentielle sur quoi se fonde l’autonomie de la géographie. Si la localisation des phénomènes constitue la préoccupation fondamentale du géographe, c’est parce que les variations d’un même thème dépendent étroitement des rapports que le phénomène considéré présente avec les facteurs dont la position géographique fait varier le jeu. Il en résulte des combinaisons multiples qui rendent compte de la diversité des aspects de la surface du globe, malgré l’identité des facteurs fondamentaux que la science s’efforce de préciser ». On observera cependant que le principe de généralisation ainsi compris ne s’applique pas exclusivement à la géographie, comme le laissait entendre De Martonne, mais à toutes les sciences qui s’occupent de tous les phénomènes dont la répartition est spatiale : dynamique des populations, des flux (d’information, de capitaux, de matière, d’énergie), des météores, etc.

31Le principe de coordination est complété par celui de causalité, « qu’on a vu successivement vivifier chacune des branches de la science géographique, particulièrement l’étude du relief du sol et l’anthropogéographie » (de Martonne, 1909, p. 22). Dans le cas de la géomorphologie, « la description des formes du terrain », ajoute De Martonne, « nous paraît désormais inséparable de leur explication, et cette explication suppose l’étude de leur passé » (1909 ; voir aussi Davis, 1912a, 1912c). Dans le discours inaugural qu’il prononce dans la salle des fêtes de l’université de Berlin le 4 novembre 1908, Davis rappelle que l’on avait « depuis longtemps l’habitude de donner des descriptions explicatives de certaines formes faciles à comprendre, comme les deltas plats et les gorges étroites », mais que, précise-t-il, « par la méthode de la description explicative systématique on reconnut que, comme toutes les formes du terrain ont été produites par l’action régulière de processus de longue durée, toutes les formes du terrain qu’elles soient simples ou complexes, ne peuvent pas être mieux décrites que lorsque l’on remonte à leur origine » (Davis, 1912c). De la même manière, De Martonne (1909) indiquera que les géographes américains ont « généralisé cette conception historique, qui nous fait envisager tout relief comme un stade transitoire d’une évolution plus ou moins achevée, et transforme en réalités vivantes les formes en apparence figées du relief terrestre ». Du reste, d’une édition à l’autre (tab. 2), la tonalité davisienne du plan de la partie consacrée au relief du sol ne cesse de s’affirmer. Et, en 1934, dans l’hommage qu’il rend au Maître de Harvard, De Martonne aura cette phrase, qui ne saurait mieux condenser le message de Davis : « Le cycle normal, seul, achève les formes ».

32Cela étant précisé, il est essentiel d’ajouter que, en géomorphologie, le davisianisme d’un De Martonne n’est pas celui d’un inconditionnel. Cholley (1956) s’est étonné que De Martonne, instigateur d’une commission de l’Union Géographique Internationale sur les surfaces d’aplanissement, n’ait pas « donné son opinion sur certaines questions de plus en plus discutées », notamment celle d’accorder la conception traditionnelle du cycle d’érosion avec le cas des surfaces polycycliques et des surfaces polygéniques. Au-delà des questions d’âge et de santé, Dresch (1975) estime que De Martonne était moins davisien que Baulig. « Emmanuel de Martonne faisait en effet grief à W.M. Davis de pousser jusqu’aux extrêmes limites l’exploitation d’une méthode ». Dans la notice nécrologique qu’il consacre à Davis, De Martonne (1934) exprime l’idée que le géographe américain « semble parfois accorder au pur raisonnement une importance exagérée, en attribuant aux accidents du relief la valeur de concepts aussi précis que les figures géométriques, et aux démonstrations basées sur des schémas le caractère absolument décisif qu’a la résolution d’une équation ». Tout se passe comme si De Martonne, ayant soumis la théorie du cycle géographique au crible de son immense culture naturaliste puisée chez les auteurs d’outre-Rhin (Broc, 1977 ; Nicolas, 2001), avait été capable de produire une synthèse originale, unique, dont la marque de fabrique spécifique est l’intégration des contraintes que la diversité des milieux bioclimatiques impose à la théorie davisienne, une pondération des prétentions universelles de la géomorphologie dite normale par la prise en compte du poids des facteurs climatiques, hydrographiques et biogéographiques (Giusti, 2004).

Classification ou typologie ?

33Dans la démarche logique qui conduit de l’observation à la loi, s’intercale un processus que De Martonne ne signale pas expressément mais qu’il ne cesse d’utiliser, le rapprochement méthodique des faits : la classification. À la manière d’un botaniste du xixe siècle qui range ses plantes dans des catégories strictement étiquetées, le géographe du début du siècle dernier s’efforce d’ordonner au mieux les objets qu’il rencontre à la surface de la terre. Il les rapproche et les compare, afin de découvrir des analogies, des ressemblances d’ordre formel, fonctionnel ou génétique. Dans le Traité, De Martonne semble employer indifféremment classification et types mais ne recourt pas au terme de typologie, introduit dans les sciences humaines au milieu du xixe siècle. Y a-t-il synonymie entre classification et typologie ?

34La classification doit être exhaustive et embrasser la totalité des individus, objets ou faits à l’intérieur d’un secteur de la connaissance. Elle ne doit négliger ni les formes mal définies, ni les formes de transition, quitte à modifier ses cadres de classement à mesure que la science progresse. La typologie, en revanche, sélectionne des formes caractéristiques pour les ériger en types idéaux. Le type idéal est autant une construction de l’esprit qu’une image de la réalité (par exemple, le Vésuve, volcan alors vu comme typique au moins par ses formes, voire par son dynamisme). La typologie ne retient donc que des formes réputées pures, significatives, sur la base de critères qui ne sont cependant pas toujours clairement exprimés, définissant les autres en termes de ressemblance ou de différence par rapport au modèle. Elle peut négliger les formes aberrantes, étranges, voire bizarres, et ne s’intéresser aux formes de transition que de façon facultative. Par exemple, De Martonne (1913, p. 497-498), étudiant les reliefs d’origine tectonique, après avoir remarqué que « les plissements et les failles ne sont pas toujours dans la nature aussi distincts que nous l’avons supposé », consacre un bref paragraphe aux « Transitions des failles aux plis ». Comme en écho, Baulig (1955) écrit un demi-siècle plus tard : « Les formes du terrain sont souvent mal définies et les types purs sont rares ». Birot (1955) revendique pour le chercheur le droit au choix. Pour ne pas s’égarer « dans la forêt inextricable des faits », il faut « faire des choix et indiquer quels sont les faits à étudier parce qu’ils sont susceptibles d’avoir une signification génétique, en éliminant les simples curiosités, les jeux de la nature ». Croyant déceler dans ces dernières expressions un léger parfum d’anthropocentrisme, Reynaud s’interroge (1971) : Birot « ne porte-t-il pas un jugement de valeur sur les formes du relief ? … En créant certaines formes, la nature obéirait à une démarche rationnelle, en créant d’autres formes, elle se laisserait aller à la fantaisie ». Mais pourquoi le chercheur devrait-il se priver de recourir aux figures de style dans la formulation d’une pensée dont les nuances ne sont parfois que l’expression de la profusion et de la complexité du réel même ? Grand faiseur de métaphores, Darwin avait dans une lettre rédigée en 1861 rappelé que « About thirty years ago there was much talk that geologists ought only to observe and not theorize ; and I well remember someone saying that at this rate a man might as well go into a gravel-pit and count the pebbles and describe the colors. How odd it is that anyone should not see that all observation must be for or against some view if it is to be of any service ! » (Gould, 1995). La comparaison des deux versions du Traité, en un et en trois volumes, montre que au gré d’une matière constamment approfondie et d’une pensée plus achevée, De Martonne articule différemment les deux niveaux d’exposition : classification et typologie.

Les trois premières éditions du Traité : une typologie explicite, une classification plutôt implicite

35De Martonne (1913) propose de regrouper les formes topographiques élémentaires (talwegs, versants, crêtes…) en « familles de formes », influence des sciences naturelles (p. 397-413) Il en distingue quatre principales : formes fluviales, glaciaires, éoliennes, littorales, classées de façon génétique selon l’agent d’érosion dominant. Par ailleurs, ces regroupements obéissent à des critères tantôt logiques, tantôt aléatoires. Par exemple, dans le cas du relief glaciaire (p. 633-645), les formes élémentaires de la vallée alpine (cirque, vallée en auge, amphithéâtre morainique) qui se succèdent de l’amont vers l’aval, s’enchaînent de façon logique, suivant un ordre simple que le géographe suit fidèlement. Au contraire, les formes littorales se disposent dans l’espace de façon plus aléatoire car dans la dépendance d’un nombre de facteurs tel que les combinaisons possibles se multiplient : nature de l’arrière-pays ; influences tectoniques, organiques (récifs), eustatiques ; part respective des formes d’érosion et d’accumulation ; degré de régularisation. D’où l’inévitable distinction de nombreuses catégories de côtes : des pays de plaine, à lido et lagunes, ou à estuaires ; à anses et à chenaux des régions plissées ; à rias des massifs anciens rajeunis ; des régions d’effondrement et des régions volcaniques ; des régions glaciaires, à fjords ou à skjer (p. 707-715) : on est plus proche, ici, de la typologie que de la classification.

36Typologie encore pour les formes volcaniques, bien que la méthode d’exposition diffère. De Martonne (p. 519-526) décrit un volcan qui passe depuis Pline et Lyell pour être l’archétype du volcan, le Vésuve, dont les éruptions « qui ont été suivies depuis longtemps, représentent le type le plus répandu d’activité volcanique ». Toutefois, si De Martonne décrit bien la Montagne Pelée à partir des travaux de Lacroix, il ne reprend pas à son compte la classification fondée non sur les formes mais sur les quatre types de dynamismes (hawaïen, strombolien, vulcanien, péléen) décrits par Haug dans le tome I du Traité de Géologie (1907), et qui seront vulgarisés en géographie par Derruau un demi-siècle plus tard (1956). Pour De Martonne, « le type le plus commun d’appareil volcanique est celui des volcans composés, qui doivent leur formation à la fois à des projections et à des coulées ».

37De Martonne a recours à la typologie dans d’autres secteurs de la géomorphologie. Au sein de la classification des montagnes, le Jura peut être pris comme « type des zones de plis lâches, dans lesquelles la tectonique assez simple détermine directement le relief », les Alpes illustrant le cas des « régions de plis serrés » et de « nappes de charriage » (p. 503-510, 568-577). Il suit pour les glaciers la même méthode d’exposition que pour les volcans, prenant le glacier alpin comme exemple initial, n’abordant la présentation des types de glaciers et de glaciation que dans le corps du chapitre, lequel se termine par l’étude des formes (p. 617-658). Les Alpes donnent le type du glacier de vallée simple, l’Himalaya celui du type composé. Les glaciers de cirque sont communs dans les Pyrénées actuelles, de même, d’ailleurs, que les glaciers de plateau ont dû l’être dans les Pyrénées englacées du Pléistocène. Les calottes glaciaires locales illustrent le type norvégien, les glaciers de piedmont tel le Malaspina le type alaskien. Ces différents types forment la famille des glaciers locaux, par opposition à la famille des glaciers régionaux ou continentaux, de type calotte glaciaire groenlandaise ou antarctique (p. 627-633).

38Des autres branches de la géographie physique où, des types de nuages aux grands groupes d’associations végétales, les essais de mise en ordre de la complexité abondent, nous ne retiendrons que trois exemples riches de connexions avec la géomorphologie. Les climats sont en « variété infinie », que De Martonne répartit en huit groupes, dérivés de « quatre grands groupes » : climats chauds, sans ou avec période sèche (équatoriaux ou tropicaux) ; climats tempérés, sans ou avec saison froide ; climats désertiques, chauds ou froids ; climats froids, avec ou sans saison tempérée. Mais les types sont définis à l’intérieur dans les sous-groupes parce que dans chaque subdivision doivent être distinguées une « variété continentale à oscillations thermiques plus fortes et une variété océanique » Par exemple, les climats équatoriaux comprennent les types « Océanien » (variété océanique), « Nyanzien » (variété continentale) et « Amazonien » (type normal), une place à part étant réservée aux climats de moussons et de montagne (p. 205-256). En biogéographie, les sols sont classés en types au sein de trois grands groupes (sols éluviaux, colluviaux et alluviaux), mais De Martonne tient compte des travaux russes et présente la classification zonale distinguant les sols : de toundra, à podzol, bruns forestiers, à tchernoziom, châtains des steppes, rouges méditerranéens, certains « types zonaux » admettant des variantes locales de plus ou moins grande extension : landes et tourbières (voire rendzines) des secteurs à podzols, sols salins de la zone du tchernoziom et des sols châtains des steppes (p. 767-773). En hydrologie, enfin, les lacs sont classés en fonction de leur régime thermique, mais surtout selon la nature de la dépression fermée à laquelle ils sont associés : lacs permanents d’origine tectonique le long des grands fossés ; lacs temporaires des dolines et poljés des pays calcaires ; lacs circulaires des cratères volcaniques ; lacs des cirques et vallées glaciaires ; lacs de barrage éphémères à l’amont d’un éboulis ou d’un glacier de vallée, plus durables à l’amont d’une moraine ou d’une coulée de lave ; lacs des bras et méandres abandonnés par les grands fleuves (p. 325-329, 332).

Le nouveau Traité : une classification hiérarchisée systématique

39Dans l’édition étendue (de Martonne, 1940, 1955), la classification se fait systématique et la typologie s’étoffe. Ainsi, dans le domaine de la climatologie, deux grandes familles de climats sont distinguées selon les régimes thermiques et hygrométriques : les climats intertropicaux et extra-tropicaux. Mais l’inégale extension des terres et des mers à la surface du globe introduit des anomalies, d’où la distinction des quatre grands groupes (climats chauds, tempérés et froids, désertiques, de moussons) à l’intérieur desquels sont différenciés les types fondamentaux, les types secondaires, les variétés montagnardes ou océaniques. Pour ce qui est de l’hydrographie, des précisions sont apportées à la classification des mers et à l’étude des régimes fluviaux complexes. Enfin, dans le champ de la biogéographie, le contenu des chapitres 2 et 3 de l’édition en un volume est détaillé en cinq chapitres, avec des approfondissements dans l’étude des sols, des associations végétales, et des régions botaniques continentales.

40Cependant, il n’y a pas lieu de s’attarder sur l’ensemble des trois volumes : le tome 1 n’a subi que des retouches mineures (tab. 1) et, pour l’essentiel, le tome 3 n’est pas dû à De Martonne. Seul le tome 2 compte. Non pas parce qu’il s’agit de géomorphologie, mais parce que « Le relief du sol » a été révisé dans les années qui suivent la parution du maître ouvrage de Penck (1924) et que, par sa culture naturaliste puisée aux sources de l’école géographique allemande, d’une part, et par sa connaissance approfondie des Alpes, de l’Europe centrale, de la géomorphologie générale et de la géographie physique assumée dans sa totalité, d’autre part, l’auteur était l’un des géomorphologues les plus qualifiés et les plus concernés pour réagir à l’audacieuse théorie de Penck. Le Traité n’a évidemment pas été ré-écrit exprès dans le but de répondre à Penck. Mais il serait pour le moins surprenant que De Martonne se soit interdit d’exprimer son point de vue sur le sujet. Parce que cette réaction a été donnée dans un manuel, donc incorporée à un exposé didactique, et n’a pas revêtue la forme d’un article théorique, et aussi parce qu’entre 1932 et 1940, le procès de la première contre théorie du cycle d’érosion allait être instruit et les vues de Penck condamnées (Chorley et al., 1973 ; Klein, 1985), la portée méthodologique et théorique du Traité est peut-être bien passée inaperçue. Le poids des années de guerre, l’effacement progressif de l’auteur après 1944, le changement de paradigme survenu en géomorphologie entre 1945 et 1950 ont sans doute aussi eu leur part dans le brouillage du discours. Du reste, le message est davantage à rechercher dans la structure d’ensemble du Traité, en particulier du tome 2, que dans le détail de tel ou tel passage, notamment les deux pages où l’auteur expose et rejette la doctrine de Penck (1940, p. 614-615). La position adoptée par De Martonne vis à vis de Davis et de Penck est à l’image de ses choix doctrinaux dans le Traité : toute d’équilibre, de mesure, de classicisme. Le rejet de la théorie mobiliste est exprimé par l’omission du nom même de Penck dans la préface de la 4e édition, et par la limitation stricte du champ d’application de la normalité davisienne : « Les progrès réalisés récemment dans l’interprétation des formes du relief d’érosion normale sont dus à la continuité d’efforts suivant la ligne marquée par les Gilbert, les de La Noë et les W.M. Davis ». Cette phrase, écrite en 1925 ou 1926, est tout sauf anodine : en résumé, exit le mobilisme penckien, oui au modèle davisien dans les domaines à sculpture normale (i.e. fluviale), et, pour les formes a-normales, voir le Traité.

41L’auteur a très tôt attiré l’attention sur le rôle du climat comme facteur du relief et consacré des articles substantiels tant aux formes glaciaires qu’aux notions d’aréisme et d’endoréisme (Giusti, 2004). Dans l’édition étendue, De Martonne (1940) modifie le nom des quatre « familles de formes topographiques » antérieurement distinguées : à côté des formes glaciaires, les formes fluviales deviennent les formes normales, les formes éoliennes sont dites désertiques, et les formes littorales sont désormais classées à part car elles ne sont « pas en rapport avec le climat » (p. 538-542). Les deux principes de classification, sur lesquels est organisée toute la quatrième partie du Traité (tab. 2), sont l’affirmation de la prépondérance de l’érosion normale dans le modelé de la surface des continents, et comme le montre la paléogéographie, révélatrice des changements climatiques de l’histoire du globe, l’obligation de prendre en compte la répartition des climats comme facteur premier de diversification. Ni la théorie du cycle d’érosion (évolution des formes), ni les contraintes géologiques, actives ou passives, ne sont ignorées. Mais, par comparaison, il est patent que le stade d’évolution (jeunesse, maturité, vieillesse), les influences lithologiques et tectoniques, et la nature concordante ou discordante du dispositif, n’interviennent chez De Martonne qu’au niveau des variantes, illustrées par de nombreux exemples et par les quatre grands types d’évolution du relief des chapitres 7, 9 et 10. Dans le détail, l’auteur recourt souvent au procédé d’opposition entre érosion et accumulation, par exemple le contraste entre le bassin de réception et le cône de déjection, ou bien dans le cas des reliefs volcaniques pour lesquels l’auteur ne s’appuie pas sur le dynamisme des appareils mais sur les « formes de construction » qui sont distinguées des « formes d’érosion », chaque famille regroupant des types illustrés de reliefs caractéristiques (p. 723-754). Une autre opposition structurante, qui court en filigrane à travers presque tous les chapitres de la quatrième partie du Traité, est la distinction entre régions de montagnes, hautes et moyennes, et les régions de plaines ou de collines. Enfin, partir de ce qui est connu, proche, ou supposé tel, et amener ensuite ce qui est censé être moins connu, plus éloigné, plus difficile d’accès, du moins dans les conditions qui sont celles d’avant 1950, est aussi un procédé d’exposition classique sous la plume de l’auteur.

42Dans le cas particulier des littoraux, le chapitre 16 intitulé « Types de côtes » commence par une section consacrée aux « Principes de classification des types de côtes » (p. 1011-1039), un des tout premiers thèmes étudiés par l’auteur (Giusti, 2006b). Après avoir succinctement évoqué les travaux de Richthofen, de Penck, de De Lapparent, de Gulliver et de Johnson, De Martonne livre le fond de sa pensée et donne la clé de sa méthode : « Si l’on se place en face des faits géographiques, plutôt qu’au point de vue théorique, et si l’on cherche à tenir compte de la variété des formes plutôt que des circonstances géologiques qui ont souvent préoccupé les auteurs, on doit reconnaître que les côtes présentent deux aspects principaux : celui des côtes plates et celui des côtes abruptes ». Puis intervient la comparaison, en application du principe de généralisation : « La distinction des côtes plates et des côtes abruptes a la même portée et la même valeur que la distinction entre les montagnes et les plaines et collines pour la topographie continentale ». Et l’auteur de récuser, non sans courtoisie mais tout de même sans appel, le critère de la théorie eustatique (Suess, 1888 ; Baulig, 1928) : « La distinction entre les côtes de submersion et les côtes d’émersion a surtout une portée théorique. Il ne semble pas qu’elle puisse réellement être le principe d’une classification des types de côtes ». Quant à la théorie du cycle littoral (Gulliver, 1899 ; Johnson, 1919), De Martonne est d’avis qu’elle ne saurait l’emporter sur les données du terrain : « D’une façon générale, la considération de l’évolution des formes doit toujours intervenir, mais plutôt pour expliquer le passage d’un type à un autre, que comme principe général de classification. On constate en effet que les formes littorales tendent vers l’uniformité quand le cycle avance, comme les formes continentales elles-mêmes » (p. 1012-1013).

Hypothèses, lois et théories

43Chez De Martonne, la typologie précède ou accompagne la classification, en permet l’émergence, puis l’achèvement. La classification peut être pratiquée pour elle-même et constituer un apport notable à la science. La classification des plantes de Linné en est un exemple. Non seulement les classifications « offrent un cadre où insérer nos observations » mais, en attirant l’attention sur des ressemblances ou des différences entre phénomènes, elles sont un instrument heuristique « pouvant suggérer des recherches nouvelles » (Cailleux et al., 1956). Car, pas plus que les autres sciences de la nature, la géographie physique ne peut se contenter d’établir des listes de faits. Elle doit dépasser ce stade rassurant pour aller à la recherche des explications et s’aventurer dans le domaine des hypothèses.

44Prenons par exemple l’érosion glaciaire, domaine de prédilection du maître depuis sa thèse sur les Carpates (1907). Comment prendre parti entre les ultraglacialistes comme Hess (1904), qui voient dans le glacier une sorte de formidable soc de charrue capable de creuser de profondes vallées, les antiglacialistes comme Heim (1885), qui considèrent la glace comme une chape protectrice, et les transactionnels comme Brunhes (1906-1907), qui adoptent une solution intermédiaire ? Car, si l’érosion torrentielle est relativement facile à observer directement, comment observer l’érosion glaciaire ? De Martonne (1909, p. 614) reconnaît que « nous sommes loin d’avoir des idées nettes sur la manière dont les glaciers attaquent la roche » : au fond, il faudrait « pénétrer sous la glace » pour faire la part du travail réel de celle-ci et des eaux sous-glaciaires et vérifier certaines hypothèses comme celle du surcreusement de Penck (1899) et Davis (1900). Toutefois, dès 1913, il se fait plus affirmatif : les « lois de l’érosion glaciaire » sont l’objet d’une brève synthèse résumant les idées développées entre les deux premières éditions du Traité (de Martonne, 1910a, b, 1910-1911, 1911, 1912). Dans l’édition étendue, aux 41 pages du chapitre IX répondent les 78 pages des chapitres XII et XIII (tab. 2). La section sur les « lois de l’érosion glaciaire » a été très peu modifiée : l’auteur note que l’on a « constaté des vides entre la glace et la roche notamment au Mauvais Pas de la Mer de Glace », fait essentiel à l’appui de « la théorie physique de l’érosion glaciaire » et souligne que Brunhes « a attiré avec raison l’attention sur les eaux de fonte, formant des torrents, dont il a seulement exagéré le rôle » (de Martonne, 1940, p. 875-878). Pour ce qui relève du « relief glaciaire », il observe que la théorie du surcreusement a été « présentée à peu près en même temps par Davis et Penck, et dans des termes si semblables qu’ils impliquent un échange d’idées préalable », mais que « le défaut de la théorie de Penck était de négliger l’œuvre de rajeunissement du relief, par l’érosion normale préglaciaire » ; et l’auteur de maintenir, en tant que chef de file de l’école de Paris (Cholley, Perret, Chabot, etc.), que « presque tous les travaux récents confirment cette conclusion », les publications de l’école de Grenoble (Blanchard, Blache, Onde, Péguy, etc.) (Broc, 2001) étant discutées dans les pages consacrées aux « types d’évolution du relief des montagnes plissées » (de Martonne, 1940, p. 792-804, 899 et p. 904-914). Pour Penck (1899) et Davis (1900), « les vallées préglaciaires étaient des vallées mûres. Or, la théorie mécanique de l’érosion glaciaire ne devenait pleinement satisfaisante que dans l’hypothèse de vallées jeunes, … d’autant plus crédible qu’elle se trouvait en excellent accord avec l’idée solidement étayée d’un soulèvement fini-pliocène des Alpes » (Klein, 1995). La distinction d’un « type alpin » et d’un « type carpatique » est l’illustration de la dimension polycylique et polygénique du débat sur l’érosion glaciaire : « Une série de vagues d’érosion, déchaînées par le dernier soulèvement des Alpes, a remonté les vallées ; on ne peut expliquer les formes des Alpes sans en tenir compte ; mais la glaciation quaternaire a profondément modifié les formes de rajeunissement… Des constatations analogues ont été faites dans les Carpates, particulièrement dans les Carpates méridionales. Là l’évolution vers la maturité a été beaucoup plus poussée que dans les Alpes, et date de plus loin » (de Martonne, 1940, p. 802-807).

45Très prudent sur la valeur des hypothèses, le maître l’est aussi à l’égard des lois. Comment pourrait-on les établir à partir d’hypothèses ? En limitant l’analyse aux lois mentionnées dans la première édition du Traité, nous observerons que, dans un gros ouvrage de 910 pages, ce terme de loi n’apparaît qu’à six reprises, alors que type ou classification se retrouvent presque à chaque page. De quelles lois s’agit-il ? La première loi dite du réseau pentagonal d’Élie de Beaumont « a dû être abandonnée par suite du progrès des études géologiques » ; mais la multiplication des mesures de variations régionales de la pesanteur permet de confirmer l’hypothèse de Pratt et de définir une « loi de l’isostasie » (de Martonne, 1909, p. 84-85 ; 1940, p. 93-97). La seconde loi dénommée diminution des températures en montagne est de nature purement météorologique : son expression ne subit aucune modification d’une édition à l’autre. La troisième loi dite de Baer voudrait expliquer la dissymétrie de certaines vallées par la rotation terrestre, mais les vallées du plateau de Lannemezan montrent que, toutes conditions climatiques et structurales égales par ailleurs, « la dissymétrie n’est pas toujours de même sens » (Brunhes et al., 1904 ; de Martonne, 1909, p. 426) ; plus tard (1940, p. 585-588), l’auteur approfondit la discussion relative à cette loi et, observant que l’on « devrait vérifier si, dans l’hémisphère Sud, la rive gauche est aussi souvent escarpée que la rive droite dans l’hémisphère Nord », il en intègre les éléments au problème plus général des vallées dissymétriques. La section « Lois de la vie physique des glaciers », où les mouvements de la glace sont expliqués par des principes tirés de la physique (plasticité, pressions, frottements…), et la section « Érosion glaciaire » prennent dès 1913 les titres respectifs de « Condition de mouvement des glaciers » et de « Lois de l’érosion glaciaire », lois dont De Martonne a constamment défendu le principe et auxquelles il s’est soucié de donner une expression mathématique (1909, p.612-615 ; 1910-1911 ; 1940, p. 872-878).

46Deux autres lois ont aussi une dimension géographique par leur expression spatiale. C’est en 1888 qu’avait été établie l’indépendance de la forme du profil d’un cours d’eau tant vis à vis « du poids des matériaux et de leur grosseur » que « de la nature du fond », et la nature évolutive des formes nettement perçue : « les reliefs du sol sont, pour ainsi dire, toujours en voie de modification ; nous les voyons dans un état transitoire, qui est plus ou moins avancé suivant le degré de résistance des roches, l’activité des causes modifiantes, et la durée de leur action » (de La Noë et al., 1888). Pour De Martonne (1909, p. 397), la « grande loi » de l’érosion fluviale due à De La Noë et De Margerie s’énonce ainsi : « Les formes du relief du sol résultent principalement de la sculpture du sol par l’érosion fluviale ». De cette loi, ou postulat, découlent deux « vérités » : que « les formes du relief sont instables et doivent être considérées comme le produits d’une évolution », et que « cette évolution dépend avant tout de celle du réseau hydrographique » (1913, p. 403). Cette première loi a été précédée par la loi de « l’érosion remontante » (i.e. régressive), « révélée » à l’ingénieur Surell (1841) par l’étude des torrents alpestres, loi véritable qui a fait l’objet de l’un des premiers essais de géomorphologie expérimentale en France : « On doit au général de La Noë une expérience qui permet de reproduire en petit les conditions de développement du profil d’équilibre. Une caisse est remplie de plâtre en poudre. Du sable fin versé par un entonnoir vient s’écouler à la partie supérieure de la caisse convenablement inclinée. En s’écoulant, il érode la surface, sans pouvoir l’abaisser au-dessous du bord inférieur de la caisse qui représente le niveau de base, mais en abaissant progressivement le profil » (de Martonne, 1909, p. 415-417). Observons cependant que cette vérification expérimentale n’est fondée que dans la mesure où l’on admet le postulat du réductionnisme qu’implique la mise à l’échelle du modèle réduit, ce qui était possible en 1841, en 1888 et même encore en 1909, compte tenu de l’état général des sciences (Giusti, 2004). Fait intéressant, la description de l’expérience ne figure ni dans le texte de 1913 ni dans celui de 1920. En revanche, l’expérience est à nouveau évoquée dans l’édition étendue et illustrée d’une figure intitulée « explication théorique de la loi de l’érosion remontante », sans doute parce que les limites de l’approche réductionniste avaient été comprises. La loi de l’érosion régressive s’inscrit en réalité dans le cadre de la problématique plus vaste du profil d’équilibre des cours d’eau et des versants (Baulig, 1925, 1940, 1950). De fait, les références aux ingénieurs qui ont essayé de donner à cette loi une expression mathématique en faisant varier divers paramètres (volume des eaux, pente, vitesse de l’écoulement, charge solide, frottements) disparaissent au bénéfice d’une étude qualitative de la question (de Martonne, 1940, p. 551-558).

47En 1909, le jeune professeur ne se fait guère d’illusions sur la valeur des lois qui régissent la géographie. Un quart de siècle plus tard, le ton n’est plus le même : « La préoccupation des lois générales est un principe scientifique ; la recherche des causes est une préoccupation philosophique. Mais le géographe est le seul savant qui s’astreigne à la fois à connaître la répartition des phénomènes superficiels, physiques, biologiques ou économiques, à démêler les causes de cette répartition, en la rattachant à des lois générales, et à en rechercher les effets… La géographie s’est révélée comme une science descriptive et explicative d’une complexité très grande, d’un intérêt philosophique et pratique à la fois » (de Martonne, 1909 et 1940, p. 23-25) : pour l’auteur, « l’horizon du géographe est particulièrement vaste et s’étend à la fois du côté des sciences physiques, biologiques et sociales ». Dans ces conditions, la géographie physique ne peut présenter de grandes théories unitaires au même titre que les sciences dites exactes. Et, pas plus que les lois, les théories invoquées dans le Traité n’appartiennent en propre à la géographie : elles sont empruntées à d’autres disciplines, les sciences dites « auxiliaires » (astronomie, physique, océanographie…). C’est le cas de la théorie de Poisson sur la déviation des courants atmosphériques liés à la rotation de la terre, de la théorie de Newton sur les marées, de celles sur l’origine des courants marins, des théories diverses sur l’origine du lœss (dont l’exposé se dédouble aux sections « Influence des roches sur le modelé » et « Modelé désertique et action éolienne » dans l’édition étendue ; cf. tab. 1).

48En réalité, la seule théorie spécifiquement géographique, qui sous-tend toute la partie géomorphologique du Traité, est celle du cycle d’érosion. Dans les premières éditions est rappelé le rôle des devanciers de Davis dans le développement historique des idées sur l’érosion fluviale : à côté des Surell, Rütimeyer, Philippson, Richthofen, De La Noë et De Margerie, l’auteur note que « Dana avait dès 1850 signalé le rôle des eaux courantes dans le modelé » et que « vers 1875, Powell et Gilbert donnent un exposé très suggestif des lois de l’érosion ». Si De Martonne semble minimiser le rôle du maître de Harvard en affirmant que « la notion de cycle d’érosion est aussi ancienne que celle de pénéplaine, … implicitement contenue dans les écrits des premiers géologues qui ont reconnu le rôle primordial des eaux courantes dans le modelé », c’est aussi pour insister sur le fait que Davis « a créé les termes et introduit les expressions imagées de jeunesse, maturité, sénilité » (1913, p. 419 et 446). De fait, les notions de stade d’évolution, d’âge stadiaire, d’enchaînement systématique des stades, de cycle géographique, de classification génétique des formes du relief appartiennent en propre à Davis et, parce que l’auteur (1940, p. 546) reconnaît à Davis d’avoir « contribué puissamment à donner l’apparence d’un corps de doctrines aux idées dégagées par différents observateurs », il est permis d’avancer que, mutatis mutandis, la théorie davisienne du cycle géographique est à la géomorphologie ce que la théorie darwinienne de l’évolution est à la biologie. D’où le rôle structurant conféré par De Martonne à l’évolution des formes dans le tome 2 du Traité, aux côtés du climat facteur du relief (tab. 2).

49Encore convient-il de distinguer entre l’intérêt historique et la valeur scientifique de la théorie du cycle géographique. Dans le développement historique de la géomorphologie, la notion de pénéplaine avait été entrevue par Powell puis par De la Noë et De Margerie et, à la suite de Penck (1894), les géographes allemands parlaient couramment de Fastebene. Aussi, plus que l’œuvre d’un homme, c’est un effort collectif international qui, en imposant une vision évolutive du relief terrestre, a dissipé les « vieilles erreurs » (de Martonne, 1913, p. 419 ; 1940, p. 545-547). Par conséquent, nul doute que la théorie davisienne a joué historiquement un rôle fondamental à travers la denudation chronology (Chorley et al., 1973). Mais si la théorie darwinienne, modifiée et amendée, continue à régir la réflexion scientifique (Gould, 2002), il en va différemment de la théorie davisienne, bien qu’une ré-évaluation de son statut scientifique soit en train d’émerger (Klein, 1993 ; Phillips, 2002).

50Le principe de développement stadiaire sur lequel s’appuie la théorie du cycle géographique peut-il être appliqué en dehors des aires d’érosion normale au sens davisien ? Au début du xxe siècle, beaucoup d’auteurs le pensent et commencent à parler de cycle d’érosion karstique, littoral, glaciaire et même désertique. Mais, dans ce dernier cas, des incertitudes demeurent et, à propos des « pénéplaines désertiques africaines » (Bornhardt, 1900 ; Passarge, 1904) vues par Davis après le Turkestan en 1903 (Davis, 1905, 1906a, b), De Martonne (1913, p. 679-680) note que « ces théories ingénieuses méritaient d’être signalées, quoique leur exactitude ait encore besoin d’être confirmée par des recherches plus approfondies ». Dans l’édition étendue, après avoir donné un bref exposé du cycle aride avec mention des travaux de Bryan, Johnson et Mackin, mais non de Davis et Lawson (Chorley et al., 1973), l’auteur souligne (1940, p. 964) que « l’enquête sur les reliefs arides est loin d’être assez avancée pour qu’on puisse en raisonner comme des formes d’érosion normale ». Ainsi est marquée la distance qui sépare l’hypothèse, provisoire et sujette à révision, de la théorie acceptée comme opératoire à un moment donné de la recherche, la « science normale » au sens de Kuhn (1962).

Conclusion

51Au début du xxe siècle, la géographie physique du Traité repose sur une très solide base d’observations variées. Elle classe les formes et les phénomènes, décrit des types caractéristiques mais elle peine à dégager des principes généraux. Bien que ce point reste à éclaircir, De Martonne ne semble pas avoir connu l’article d’Auerbach « L’évolution des concepts et de la méthode en géographie » (1908), qui introduit en France les conceptions du géographe allemand Hettner (Broc, 1974, 1977). Il faudra attendre le début des années 1960 pour que les concepts de Hettner apparaissent à nouveau sous la plume d’un géographe français (Claval, 1964). Pour reprendre le vocabulaire de la philosophie des sciences, la géographie physique de martonienne, y compris dans la version étendue du Traité, participe de l’idiographie même si les planisphères de synthèse affirment la dimension nomothétique de l’ouvrage.

52La géographie physique est en effet loin de constituer un bloc monolithique. Quand l’auteur (1909, p. 24) fait état d’un « antagonisme entre la tendance descriptive et la tendance explicative », la remarque cache non seulement l’opposition entre géographie régionale et géographie générale, mais aussi la divergence des écoles alors dominantes, celle des Américains plus attirés par l’esprit de système et celle des Allemands férus de nomenclature. De Lapparent (1907) n’a-t-il pas critiqué la manie classificatrice des Allemands, servis par la capacité de leur langue à forger des mots composés presque à l’infini ? Et comment traduire en bon français les Rumpfschollengebirge ou les Fallenschollengebirge ? De Martonne (1940, p. 24) adopte une position médiane, la géographie ayant « un caractère essentiellement scientifique et philosophique, mais aussi un caractère descriptif et réaliste ». En fait, il s’est toujours efforcé de conserver une position d’équilibre entre description pure, système, et théorie. Plus qu’un théoricien, De Martonne est un réaliste. Il a su graver dans les esprits un certain nombre d’images fortes, d’archétypes comme la cuesta lorraine, le relief jurassien, la vallée alpine, le désert saharien, qui sont à la géographie ce qu’Alceste ou Harpagon sont à la littérature. Mais l’auteur du Traité a aussi su s’élever au plus haut degré de la classification : sa puissante synthèse des climats du monde, sa grande fresque des mers, des océans et des zones biogéographiques, ses pénétrants tableaux du relief calcaire, désertique, glaciaire ou du relief littoral, son exposé mesuré de l’empreinte universelle du modelé fluvial sont les œuvres d’un naturaliste doublé d’un géomètre, entre théorie et observation.

Haut de page

Bibliographie

Allée P., Lespez L. (2006)L’érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement. Actes de la Table Ronde en l’honneur de R. Neboit-Guilhot, Publications de l’université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 484 p.

Auerbach B. (1908) – L’évolution des conceptions et de la méthode en géographie. Journal des Savants, 309-321. Réimpression partielle in Pinchemel P., Robic M.-C., Tissier J.-L., Deux siècles de géographie française. Choix de textes, Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Paris, 1984, 91-99.

Baudelle G. (2001) – L’assise bretonne. Emmanuel de Martonne et la fondation du Laboratoire de géographie de Rennes. In : Baudelle G. et al., (2001), Géographes en pratiques (1870-1945), 37-54.

Baudelle G., Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (2001)Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité. PUR, Rennes, 390 p.

Baulig H. (1925) – La notion de profil d’équilibre. Histoire et critique. Actes du XIe Congrès international de Géographie, Le Caire, t. III, 51-63.

Baulig H. (1928)Le Plateau Central de la France et sa bordure méditerranéenne. Étude morphologique. Thèse. A. Colin, Paris, 591 p.

Baulig H. (1929) – Sur le sens des mots « serre », « serra », « sierra ». Annales de Géographie, 38, 212, 171-173.

Baulig H. (1938) – Questions de terminologie. Conséquent, subséquent, obséquent ; ou cataclinal, monoclinal, anaclinal ? Journal of Geomorphology, 1, 224-229.

Baulig H. (1940) – Le profil d’équilibre des versants. Annales de Géographie, 49, 278-279, 81-97.

Baulig H. (1950) – Essais de Géomorphologie. Publication de la Faculté des Lettres, université de Strasbourg, 114. Les Belles Lettres, Paris, 162 p.

Baulig H. (1955) – Vocabulaire de la géomorphologie. Information géographique, 19, 72-80.

Baulig H. (1956) – Vocabulaire franco-anglo-allemand de Géomorphologie. Publication de la Faculté des Lettres, université de Strasbourg, 130, 230 p.

Beckinsale R. P., Chorley R. J. (1991)The History of the Study of Landforms or the Development of Geomorphology. 3. Historical and Regional Geomorphology, 1890-1950. Methuen, London, 496 p.

Berthaut H. (1909-1910)Topologie. Étude du terrain. Service géographique de l’armée, Paris, 674 p.

Birot P. (1955)Les méthodes de la morphologie. PUF, Paris, 177 p.

Birot P. (1958)Morphologie structurale. PUF, Paris, 464 p.

Birot P. (1959)Précis de géographie physique générale. A. Colin, Paris, 403 p.

Birot P. (1965)Les formations végétales du globe. SEDES, Paris, 508 p.

Bornhardt W. (1900)Zur Oberflächengestaltung Deutsch Ostafrikas. D. Reimer, Berlin, 595 p.

Boulineau E. (2001) – Un géographe traceur de frontières : Emmanuel de Martonne et la Roumanie. L’Espace géographique, 4, 358-369.

Bravard J.-P., Magny M. (2002)Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans. Éditions Errance, Paris, 312 p.

Broc N. (1974) – B. Auerbach, un pionnier de la géographie en Lorraine. Revue géographique de l’Est, 411-415.

Broc N. (1977) – La géographie française face à la science allemande (1870-1914). Annales de Géographie, 86, 473, 71-94.

Broc N. (2001) – École de Grenoble contre École de Paris : les Alpes, enjeu scientifique. Revue de Géographie alpine, 4, 95-105.

Brunhes B., Brunhes J. (1904) – Les analogies des tourbillons atmosphériques et des tourbillons des cours d’eau et la question de la déviation des rivières vers la droite. Annales de Géographie, 13, 67, 5-24.

Brunhes J. (1906-1907) – Érosion fluviale, érosion glaciaire. Observations de morphologie comparée. Revue de Géographie annuelle, 1, p. 281-308.

Burnouf J., Leveau P. (2004)Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Paris, 493 p.

Cailleux A., Tricart J. (1956) – Le problème de la classification des faits géomorphologiques. Annales de Géographie, 65, 349, 162-186.

Chabot G. (1928) – Le « Traité de Géographie physique » d’Emmanuel de Martonne. Annales de Géographie, 37, 205, 76-81.

Cholley A. (1956) – Emmanuel de Martonne. Annales de Géographie, 65, 347, 1-14.

Chorley R. J., Dunn A. J., Beckinsale R. P. (1964)The History of the Study of Landforms or the Development of Geomorphology. 1. Geomorphology before Davis. Methuen, London, 678 p.

Chorley R. J., Beckinsale R. P., Dunn A. J. (1973)The History of the Study of Landforms or the Development of Geomorphology. 2. The life and work of William Morris Davis. Methuen, London, 874 p.

Claval P. (1964)Essai sur l’évolution de la géographie humaine. Les Belles Lettres, Paris, 162 p.

Cvijic J. (1893) – Das Karstphänomen. Geographische Abhandlungen, V, 3, 217-330.

Cvijic J. (1909) – Un nouveau traité de géographie physique. Annales de Géographie, 18, 102, 385-389.

Darwin Ch. (1881)The Formation of Vegetable Mould through the Action of Worms, with Observations on their Habits. J. Murray, London, 326 p.

Davis W. M. (1889) – The rivers and valleys of Pennsylvania. National Geographic Magazine, 1, 183-253.

Davis W. M. (1890) – The rivers of northern New Jersey with notes on the classification of rivers in general. National Geographic Magazine, 2, 81-110.

Davis W. M. (1896) – The Seine, the Meuse and the Moselle. National Geographic Magazine, 7, 189-202 et 228-238.

Davis W. M. (1899) – The Geographical Cycle. Geographical Journal, 14, 481-504.

Davis W. M. (1900) – Glacial erosion in France, Switzerland, and Norway. Proceedings of the Boston Society of Natural History, 29, 273-322.

Davis W. M. (1905) – A journey across Turkestan. In : Explorations in Turkestan, R. Pumpelly (ed.), Carnegie Institute, Washington, 23-119.

Davis W. M. (1906a) – The mountains of southernmost Africa. Bulletin of the American Geographical Society, 38, 593-623.

Davis W. M. (1906b) – Observations in South Africa. Bulletin of the Geological Society of America, 17, 377-450.

Davis W. M. (1909)Geographical Essays. Ginn and Co., Boston, 777 p. (Dover Books, New York, 1954).

Davis W. M. (1912a) – L’esprit explicatif dans la géographie moderne. Annales de Géographie, 21, 115, 1-19.

Davis W. M. (1912b) – A geographical pilgrimage from Ireland to Italy. Annals of the Association of American Geographers, 2, 73-100.

Davis W. M. (1912c)Die erklärende Beschreibung der Landformen. Teubner, Leipzig, 565 p.

Delebecque A. (1898)Les lacs français. Chamerot et Renouard, Paris, 436 p.

Delfosse C. (2001) – Emmanuel de Martonne, tisseur de réseaux internationaux de géographes. In Baudelle G. et al., (2001), Géographes en pratiques (1870-1945), 189-206.

Derruau M. (1956)Précis de géomorphologie. Masson, Paris, 393 p.

Dokuchaev V. V. (1883) – Russian Chernozem. In Selected works of V. V. Dokuchaev. Vol. 1, Moscow, 1948, p. 14-419.

Doublier C. (2005)Images de voyages : les dessins et croquis de William Morris Davis dans « Die erklärende Beschreibung der Landformen ». Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Paris, sous presse.

Dresch J. (1975) – Emmanuel de Martonne (1873-1955). In Les géographes français. Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Paris, Bulletin de la Section de Géographie, LXXXI, 35-48.

Elhaï H. (1968)Biogéographie. A. Colin, 406 p.

Estienne P., Godard A. (1970)Climatologie. A. Colin, Paris, 367 p.

Forel F.-A. (1901)Handbuch der Seenkunde. Allgemeine Limnologie. J. Engelhorn, Stuttgart, 249 p.

Forel F.-A. (1904)Le Léman. Monographie limnologique. Lausanne. Vol. 1, Librairie de l’Université, 1892, 538 p. Vol. 2 et 3, F. Rouge, 1895, 651 p., et 1904, 715 p.

Fouache E. (2003)The Mediterranean world : environment and history. Elsevier, Paris, 485 p.

Fouache E. (2006)10000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et en Méditerranée orientale (Géomorphologie, Paléoenvironnements, Histoire). Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, n° 45, Lyon, 232 p.

Gèze B. (1983) – Karstologie et spéléologie. Karstologia, 1, 2-4.

Gilbert G. K. (1877)Report on the geology of the Henry Mountains. United States Geographic and Geologic Survey of the Rocky Mountains Region, 160 p.

Giusti Ch. (2004) – Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur « l’intrusion » de la géomorphologie dans la géographie. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, 241-254.

Giusti Ch. (2006a) – « La Science et le Paysage », ou la dernière « Leçon » d’Albert de Lapparent (1839-1908). Travaux Comité français d’Histoire de la géologie (COFRHIGÉO), 3, 20, sous presse.

Giusti Ch. (2006b) – Un centenaire ambigu : le concept de relief appalachien en géomorphologie continentale. Bulletin de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, D, 3, 1-32.

Gould S. J. (1995)Dinosaur in a Haystack. Harmony Books, New York, 496 p.

Gould S. J. (2002)The Structure of Evolutionary Theory. The Belknap Press of Harvard University Press, Cambridge, Massachusetts, and London, England, 1464 p.

Guilcher A. (1965)Précis d’hydrologie marine et continentale. Masson, Paris, 389 p.

Gulliver F. P. (1899) – Shoreline topography. Proceedings of the American Academy of Arts and Science, 34, 151-258.

Haeckel E. (1866)Generelle Morphologie der Organismen. Georg Reimer, Berlin, 574 p. (De Gruyter, Berlin, 1988).

Haug E. (1907)Traité de géologie. Tome 1, Les phénomènes géologiques. A. Colin, Paris, 538 p.

Heim A. (1885)Handbuch der Gletscherkunde. J. Engelhorn, Stuttgart, 560 p.

Hess H. (1904)Die Gletscher. Friedrich Vieweg und Sohn, Braunschweig, 426 p.

Hilgard E. W. (1906)Soils, their formation, properties, composition and relations to climate and plant growth in the humid and arid regions. Macmillan, London, New York, 593 p.

Johnson D. W. (1919)Shore processes and shoreline development. Wiley, New York, 584 p.

Joseph B., Robic M.-C. (1987) – Exploration d’archives : autour des papiers d’Emmanuel de Martonne, documents inédits. Acta Geographica, 72, 37-65.

Klein C. (1985) –La notion de cycle en géomorphologie. Revue de Géologie dynamique et de Géographie physique, 26, 2, 95-107.

Klein C. (1993)Du dynamisme des processus à la dynamique des formes en géomorphologie. Ophrys, Gap, 188 p.

Klein C. (1995)Le relief des Hautes-Vosges. L’intérêt géomorphologique particulier du dispositif étagé culminant. Ophrys, Gap, 210 p.

Kuhn R. S. (1962)The Structure of Scientific Revolutions. The University of Chicago Press, Chicago, 212 p.

La Noë G. de, Margerie E. de (1888)Les formes du terrain. Service géographique de l’armée, Paris, 206 p.

Lapparent A. de (1894-1895) – Les grandes lignes de la géographie physique. Annales de Géographie, 4, 15, 129-150.

Lapparent A. de (1896)Leçons de géographie physique. Masson, Paris, 590 p.

Lapparent A. de (1907)Leçons de géographie physique. Masson, Paris, 3e éd., 728 p.

Lawson A. C. (1894) – The geomorphogeny of the coast of northern California. University of California Department of Geology Bulletin, 1, p. 241-272.

Martel E.-A. (1891)Les Cévennes et la région des Causses : Lozère, Aveyron, Hérault, Gard, Ardèche. Delagrave, Paris, 3e éd., 406 p.

Martel E.-A. (1894)Les abîmes, les eaux souterraines, les cavernes, les sources, la spélæologie : explorations souterraines effectuées de 1888 à 1893 en France, Belgique, Autriche et Grèce. Delagrave, Paris, 578 p.

Martel E.-A. (1921)Nouveau traité des eaux souterraines. Doin, Paris, 838 p.

Martel E.-A. (1925)Millau, capitale des Causses. Artières et Maury, Millau, 512 p.

Martel E.-A. (1936)Les Causses Majeurs. Artières et Maury, Millau, 511 p.

Martonne E. de (1899) – Une excursion de géographie physique dans le Morvan et l’Auxois. Annales de Géographie, 8, 42, 405-426.

Martonne E. de (1902)La Valachie. Essai de monographie géographique. Thèse Lettres. A. Colin, Paris, 387 p.

Martonne E. de (1907)Recherches sur l’évolution morphologique des Alpes de Transylvanie (Karpates méridionales). Thèse Sciences. Delagrave, Paris, 288 p.

Martonne E. de (1909)Traité de géographie physique. A. Colin, Paris, 910 p.

Martonne E. de (1910a) – Sur la théorie mécanique de l’érosion glaciaire. Comptes Rendus Académie des Sciences, Paris, 150, 135-138.

Martonne E. de (1910b) – Sur la genèse des formes glaciaires alpines. Comptes Rendus Académie des Sciences, Paris, 150, 243-246.

Martonne E. de (1910-1911) – L’érosion glaciaire et la formation des vallées alpines. Annales de Géographie, 19, 106, 289-317 ; 20, 109, 1-29.

Martonne E. de (1911) – Principes de l’analyse morphologique des niveaux d’érosion appliquée aux vallées alpines. Comptes Rendus Académie des Sciences, Paris, 153, 309-312.

Martonne E. de (1912) – L’évolution des vallées glaciaires alpines, en particulier dans les Alpes du Dauphiné. Bulletin de la Société Géologique de France, 4, XII, 516-547.

Martonne E. de (1913)Traité de géographie physique. A. Colin, Paris, 2e édition, 922 p.

Martonne E. de (1922a)Abrégé de géographie physique. A. Colin, Paris, 355 p. (2e édition, 1928 ; 3e édition, 1932 ; 4e édition, 1939).

Martonne E. de (1922b) – Le « Nouveau traité des eaux souterraines » de E.-A. Martel. Annales de Géographie, 31, 171, 260-263.

Martonne E. de (1925-1927)Traité de géographie physique. A. Colin, Paris, 4e édition, 1519 p. (tome 3 avec A. Chevalier et L. Cuénot).

Martonne E. de (1926)Les Alpes. A. Colin, Paris, 217 p.

Martonne E. de (1927a)A Shorter physical geography. Christophers, London, 338 p.

Martonne E. de (1927b)Zarys geografji fizycznej. Ksiaznica-Atlas, Lwów, 312 p.

Martonne E. de (1930-1931)Europe centrale. A. Colin, Paris, 2 vol., 845 p.

Martonne E. de (1931)Compendio de geografia fisica. F. Crespillo, Buenos-Aires, 338 p.

Martonne E. de (1932)Traité de géographie physique. A. Colin, Paris, 5e édition, tome 3, 458 p. (avec A. Chevalier et L. Cuénot).

Martonne E. de (1934) – W. M. Davis. Annales de Géographie, 43, 243, 326-329.

Martonne E. de (1940)Traité de géographie physique. A. Colin, Paris, 6e édition, tome 1, 496 p. ; tome 2, 560 p.

Martonne E. de (1942)La France. 1. France physique. A. Colin, Paris, 464 p.

Martonne E. de (1955)Traité de géographie physique. A. Colin, Paris, 7e édition, tome 3, 480 p. (avec A. Chevalier et L. Cuénot).

McGee W. J. (1888) – The classification of geographic forms by genesis. National Geographic Magazine, 1, 27-36.

Naumann C. F. (1850-1854)Lehrbuch der Geognosie. Engelmann, Leipzig, 1 000 + 1 222 p., atlas en 4 vol. (2e édition, 1858).

Neboit R. (1991)L’Homme et l’érosion. L’érosion des sols dans le monde. PUBP, Clermont-Ferrand, 374 p.

Nicod J. (1972)Pays et paysages du calcaire. PUF, Paris, 244 p.

Nicolas G. (2001) – Le modèle d’Outre-Rhin ? Emmanuel de Martonne et les universités allemandes à la fin du XIXe siècle. In Baudelle G. et al., (2001), Géographes en pratiques (1870-1945), 175-187.

Passarge S. (1904)Die Kalahari, Versuch einer physisch-geographischen Darstellung der Sandfelder des Südafrikanischen Beckens. D. Reimer, Berlin, 814 p.

Pédelaborde P. (1955)Introduction à l’étude scientifique du climat. CDU, Paris, 150 p.

Péguy Ch.-P. (1961)Précis de climatologie. Masson, Paris, 347 p.

Penck A. (1894)Morphologie der Erdoberfläche. J. Engelhorn, Stuttgart, 2 vol., 693 p.

Penck A. (1899) – Die Uebertiefung der Alpentäler. Actes de la 7e session du Congrès géographique international, Berlin, t. II, 232-240.

Penck W. (1924)Die morphologische Analyse. Ein Kapitel der physikalischen Geologie. Engelhorns Nachfolger, Stuttgart, 283 p. (English translation by H. Czech and K. C. Boswell, Morphological Analysis of Land Forms. A Contribution to physical Geology. Macmillan, London, 1953, 429 p.).

Phillips J. D. (2002) – Erosion, isostatic response, and the missing peneplains. Geomorphology, 45, 225-241.

Powell J. W. (1875)Exploration of the Colorado River of the West (1869-1872). United States Geological Survey, Washington, 291 p.

Powell J. W. (1876)Report on the Geology of the Eastern Portion of the Uinta Mountains. United States Geological Survey, Washington, 218 p.

Reynaud A. (1971)Épistémologie de la géomorphologie. Masson, Paris, 128 p.

Richthofen F. von (1886)Führer für Forschungsreisende, Anleitung zu Beobachtungen über Gegenstände der physischen Geographie und Geologie. R. Oppenheim, Berlin, 746 p.

Robic M.-C. (1996a) – Des vertus de la chaire à la tentation de l’action. In Claval P., Sanguin A.-L. (eds.), La géographie française à l’époque classique (1918-1968). L’Harmattan, Paris, 27-58.

Robic M.-C. (1996b) – La naissance de l’Union géographique internationale. In Robic M.-C., Briend A.-M., Rössler M. (eds.), Géographes face au monde. L’Harmattan, Paris, 23-39.

Schut P.-O. (2006) – E.-A. Martel, the traveler who almost became an academician. Acta Carsologica, 35, 1, 149-157.

Sonklar C.-A. von (1873)Allgemeine Orographie. Die Lehre von den Relief-Formen der Erdoberfläche. W. Braumüller, Wien, 254 p.

Suess E. (1888)Das Antlitz der Erde. F. Tempsky, Prag, Wien, vol. 1, 778 p. ; vol. 2, 703 p.

Supan A. (1884)Grundzüge der physischen Erdkunde. Veit, Leipzig, 492 p. (2e édition, 706 p.).

Surell A. (1841)Étude sur les torrents des Hautes-Alpes. Carilian-Goeury, Paris, 283 p.

Taillefer F. (1951)Le Piémont des Pyrénées françaises. Thèse. Privat, Toulouse, 383 p.

Thurmann J. (1832) – Essai sur les soulèvements jurassiques du Porrentruy. Mémoire de la Société d’Histoire naturelle de Strasbourg, Paris, 84 p. ; Second cahier, 1836, 51 p.

Tricart J., Cailleux, A. (1962-1974)Traité de géomorphologie. SEDES, Paris, 5 volumes : Introduction à la géomorphologie climatique (1965, 306 p.) ; Le modelé des régions périglaciaires (1967, 512 p.) ; Le modelé glaciaire et nival (1962, 508 p.) ; Le modelé des régions sèches (1969, 472 p.) ; Le modelé des régions chaudes : forêts et savanes (1974, 345 p.).

Wagner H. (1882)Lehrbuch der Geographie. Hahn’sche Buchandlung, Hannover, 580 p. et 828 p. (2e édition, 1903 ; 3e édition, 1908).

Warming E. (1896)Lehrbuch der ökologischen Pflanzengeographie. Berlin, Borntraeger, 412 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English Version

Because geomorphology is not just a description of patterns but also an explanation of processes, making the natural world intelligible involves several complementary levels of investigation. Geomorphology has in some ways been the core subject of physical geography because explanation in landform studies calls upon all of its classical components: climatology, biogeography, hydrology and soil science. Understanding the hierarchy of time scales that govern the interactions between these components is also important. Landform development on a continental scale will depend on mutual adjustments between eustatic, tectonic and bioclimatic forcing factors at time scales ≥ 106 years, whereas landform development on a regional scale is more directly related to local relief, morphoclimatic systems and sequencing of morphogenetic agencies at shorter intervals of time, typically ≤ 106 years. Matters become even more complicated when investigation addresses the human impact on landforms during the historic period. Ultimately, the geomorphologist is therefore not only concerned with the explanation of physical patterns in nature but also with the social (e.g., history, archaeology, anthropology, etc.) and Earth sciences (e.g., geodesy, geology, global tectonics, geophysics, etc.).

Like all the other natural sciences during the 19th century, physical geography became initially concerned with nomenclature. This constituted a conceptual foundation on the basis of which classification into categories, generalization, the search for causes and the formulation of scientific laws could be conducted. Classification implies hierarchic, analytic, and ideally exhaustive inventories of all geographical facts, objects or phenomena. In contrast, typology focuses on a selection of examples or templates based on the distinctive characteristics that make each one representative of the larger groups of systems to which it belongs. Typology and classification are therefore complementary. Laws are statements of facts that explain in concise terms (for instance mathematical) an action or set of actions: for instance the laws of gravity, Newton’s laws of motion, or the laws of conservation of mass and energy. Only few simple, universal, robust and unchallenged scientific laws exist. A theory is a much more complex intellectual construction than a law because it purports to explain an entire spectrum of related phenomena.

With this conceptual baggage in mind, it is instructive to examine through a detailed analysis of the Traité de Géographie physique how its author, Emmanuel de Martonne, was able to upscale knowledge from the particular to the general, from observation to explanation, and from exhaustive glossaries designed to describe to scientific theories designed to explain. De Martonne’s Traité undoubtedly established physical geography as a respectable academic subject in France and in the French-speaking world. Because of its abridged translations into English, Polish and Spanish, this magnum opus has directly or indirectly fuelled a full century of studies in physical geography across continental Europe. De Martonne (1873-1955) was the main figurehead of French geography between 1918 and 1944, while also holding high office as head of the International Geographical Union between 1931 and 1948 (Cholley, 1956; Dresch, 1975; Baudelle et al., 2001). The Traité de Géographie physique, first published in 1909 in one volume, became a major textbook with the fourth edition in three volumes (de Martonne, 1925-1927). As recognised by Beckinsale and Chorley (1991) in their History of Geomorphology, “The Traité was remarkable for its breadth of outlook, clarity of explanation, sanity in choice of examples – despite some pardonable chauvinism — and visual embellishment”. Similarly to the works of Davis, any understanding of De Martonne’s outlook and ideas implies that illustrations (drawings, block-diagrams, maps, photographs) cannot be separated from the texts they were embedded in. In this paper, reference to the Traité is made chiefly to the second edition (de Martonne, 1913), the sixth edition for volumes 1 and 2 (de Martonne, 1940), and the seventh edition for volume 3 (de Martonne, 1955). Table 1 provides an overview of technical data on the different editions of the Traité, with indications about other textbooks such as Les Alpes, two volumes on Central Europe, and his Géographie physique de la France (de Martonne, 1926; 1930-1931; 1942).

At the beginning of the 20th century, physical geography was in need of a technical vocabulary and an audience in order to better establish itself as a legitimate academic discipline. However, this task could only be achieved if new words could first be coined to define every fact, object or phenomenon relevant to pattern and process on Earth’s surface. De Martonne’s answer to this challenge was to create and systematize a new lexicographic melting pot involving the admixture of two different levels of language: scientific sources on the one hand, and translated or untranslated vernacular sources on the other. The scientific lexicon either employed or forged words with Greek or Latin roots such as ecology, morphometry, limnology, pedology, speleology; or words imported from a foreign language, for instance auge and verrou, translated from the German Trog and Riegel meaning ‘glacial trough’ and ‘bedrock step’, respectively, in glacial geomorphology. The vernacular lexicon introduced and established words or idioms chosen from European and, secondarily, extra-European languages and dialects, such as down, bad lands, inlet, fjord, ponor, katavothre, chinook, scrub, caatinga, adret, ubac, monadnock, tsunami, cuesta, foehn, loess, tombolo, lido, liman, tundra, takyr, doab, nunatak, etc. Feedback from French explorers in the Sahara explains the importance of Arabic and Berber terms such as aïn, shott, daïa, erg, gara, gassi, hamada, chebka, wadi. A small number of words overlooked in the first single-volume edition were introduced in the three-volume edition: calanque, harmattan, pampa, reg, cuesta, doab, Riedel, ‘serre’ (Spanish: sierra; Italian: serra), karst, monadnock; and ‘valley’, with an ensuing debate around the relative merits of the descriptive (cataclinal, orthoclinal, paraclinal) vs. the genetic (consequent, subsequent, obsequent) terminology for characterising streams. Importantly, De Martonne never used the words geomorphology, physiography or geomorphogeny, always preferring the more tangible (but now outdated) relief du sol.

Naming things, i.e. nomenclature, amounts to more than stamp collecting, but it still is not science. Through a strict adherence to three scientific objectives, De Martonne managed between 1909 and 1925-1927 to work towards both a more precise typology of geographical objects, facts, and phenomena in the natural world, and a more accurate and coherent classification of Earth surface features. The first goal or concern (his “principe d’étendue”) deals with the size and spatial extent of objects and patterns, and underpins much of geography as a discipline. The second concern is the principle of coordination (1909), or principle of geographical generalisation (1925), which appears to be one of De Martonne’s key objectives: “Ce sont les sciences de la nature et la Physique du Globe qui permettent d’interpréter les phénomènes de la géographie physique. Il reste à la géographie de découvrir les raisons de leur localisation. Et c’est bien là la différence essentielle sur quoi se fonde l’autonomie de la géographie (De Martonne’s italics). Si la localisation des phénomènes constitue la préoccupation fondamentale du géographe, c’est parce que les variations d’un même thème dépendent étroitement des rapports que le phénomène considéré présente avec les facteurs dont la position géographique fait varier le jeu. Il en résulte des combinaisons multiples qui rendent compte de la diversité des aspects de la surface du globe, malgré l’identité des facteurs fondamentaux que la science s’efforce de préciser” (quoted in Cholley, 1956, and later by Dresch, 1975). With hindsight, however, the principle of generalisation is by no means the preserve of geography, and seems relevant to all sciences that study spatially distributed phenomena (movements and growth of population; financial flows; transfer of information in computer sciences; flows of matter and energy in geodynamics and meteorology; etc.). The third objective of De Martonne’s Traité is the search for causes, which is of great importance both to human geography (then termed “anthropogéographie”) and geomorphology (de Martonne, 1909, 1913). This objective was in tune with the views of Davis and his own explanatory system of landform description, and should be contrasted with the ‘empirical method’ that was fairly prevalent during that era (Davis, 1912a,c). However, although De Martonne subscribed to Davis’s theory of the geographical cycle, he was not as strictly Davisian as his French contemporary H. Baulig. Throughout the second volume of the Traité, De Martonne’s personal touch finds its expression in a somewhat watered-down adoption of Davisian theory, where ‘normal’ (i.e. fluvial) erosion is always set against the necessity of including both climatic and biogeographical parameters (e.g. in mountain and desert environments) when attempting to explain landform diversity. This important departure from Davisian orthodoxy pervades de Martonne’s vast work but was never given a high profile in the form of a manifesto or combative prose. It nevertheless shows up de Martonne as a noteworthy yet underestimated critic of Davis, in a league to be shared with his contemporary Penck (1924). De Martonne’s concern for radiation-driven rather than gravity-driven processes also sowed the seeds of French climatic geomorphology, soon to be spearheaded in a much more militant style by Cholley and particularly Tricart in the early 1950s.

Whereas in the three first editions of the Traité classificatory efforts remained somewhat overshadowed by an emphasis on typology supported by a large number of drawings, block diagrams and photographs, the extended edition of the Traité in three volumes stands out for its accomplished world classification of climates, river systems, landforms (Tab. 2) and vegetation types. It contains typologies that are more logically linked to the classifications than in previous editions. However, the only specifically geographic theory to be addressed in the Traité is Davis’s ‘geographic cycle’. The physical and biological sciences are otherwise constantly called upon to provide explanatory hypotheses and scientific laws.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Le « Traité de Géographie physique » : un manuel parmi beaucoup d’autresTable 1 – The « Traité de Géographie physique » : a guide to the textbook and its avatars
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/921/img-1.png
Fichier image/png, 180k
Titre Tableau 2 – « Traité  de Géographie physique », quatrième partie : le relief du sol.Table 2 – « Traité de Géographie physique », fourth part : Earth surface landforms.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/921/img-2.png
Fichier image/png, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Numa Broc et Christian Giusti, « Autour du Traité de Géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 13 - n° 2 | 2007, 125-144.

Référence électronique

Numa Broc et Christian Giusti, « Autour du Traité de Géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 13 - n° 2 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/921 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.921

Haut de page

Auteurs

Numa Broc

Christian Giusti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org