Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage à Jean-Pierre Lautridou (1938-2010)

Yvette Dewolf
p. 109-110

Texte intégral

1Jean-Pierre Lautridou a été l’un de mes premiers étudiants à l’Institut de Géographie de l’université de Caen laquelle, comme le rappelle le Phoenix érigé à l’entrée du campus, renaissait alors de ses cendres. Tout était alors à créer et c’est ainsi qu’en 1956 fut inauguré le Centre de Géographie appliquée et que, dans la foulée débutèrent les premières missions de terrain auxquelles participa Jean-Pierre. Elles répondaient à la demande de nombreux organismes : sociétés d’aménagement, génie rural, comités d’expansion économique… Elles permirent de démontrer l’intérêt des « formations superficielles (FS) » et de dégager leur spécificité par rapport aux « sols » et aux « formations géologiques ». Jean-Pierre en comprit tout de suite leur double intérêt, scientifique et économique. Les techniques de levés de terrain et la nouvelle cartographie furent rodées au contact de terroirs aussi divers que la Côte des Bars, la presqu’île guérandaise, la Sologne bourbonnaise, les Vosges… C’est ainsi que Jean-Pierre, aussi à l’aise sur le terrain qu’au laboratoire, fut recruté par André Journaux et devint en 1965, le premier attaché de recherches dans le cadre du nouveau Centre de Géomorphologie du CNRS de Caen. Il lui sera confié la création et le développement du laboratoire de cryoclastie. Parallèlement, Jean-Pierre menait à bien ses recherches sur les FS du Pays de Caux, recherches qui débouchèrent, en 1965, sur une thèse de 3ème cycle : « Les FS de Saint-Romain de Colbosc ». Il est clair que, dès cette période, deux thèmes majeurs vont le passionner : les FS et le monde du froid. Nous retrouvons la preuve de cette passion  dans sa thèse de doctorat d’Etat soutenue en 1984 : « Le cycle périglaciaire pléistocène en Europe du NW et plus particulièrement en Normandie ». Lui succédèrent deux articles : « Experimental frost shattering: 15 years of research in the Centre de Geomorphology de Caen », paru dans la revue Progress in Physical Geography, et « Recent advances periglacial geomorphology » paru dans le volume « Advances in periglacial geomorphology » qui feront reconnaître Jean-Pierre comme l’un des grands spécialistes du froid. Sa réputation lui ouvrira les portes de la Commission des loess de l’INQUA dont il sera le secrétaire de 1982 à 1986. Il présidera la Commission du périglaciaire de l’Union Géographique Internationale (1986-1996) et le groupe de travail périglaciaire de l’Association internationale du pergélisol (1988-1993). Dans son laboratoire connu de tous les chercheurs français et étrangers intéressés par le gel dans les roches, assisté par J.-C. Ozouf et Y. Delehaye, il recevra et traitera des échantillons du monde entier (je lui ai personnellement apporté une vingtaine d’échantillons de roches du Sahara). Il n’oubliera cependant jamais le terrain. Il organise en 1979 un « Groupe-Seine » multidisciplinaire (géomorphologues, géologues, palynologues, paléontologues, malacologues et préhistoriens) qui centre ses recherches sur le système de nappes et terrasses fluviatiles de la Seine, les formations quaternaires dans le domaine Normandie-Manche (colloque de Rouen 1986). Une synthèse collective est publiée en 1999 dans le Bulletin de la Société Géologique de France sous le titre «  Le  fleuve Seine - le fleuve Manche ». De 2000 à 2008, Jean-Pierre participe à toutes les opérations archéologiques conduites sur les occupations paléolithiques en Normandie. Un projet collectif de recherches « Les premiers Hommes en Normandie », animé par D. Cliquet depuis 2000 et auquel participe Jean-Pierre, débouche sur la publication dans deux numéros de la revue Quaternaire (2003 et 2009). Nommé directeur de recherches en 1984, Jean-Pierre sera amené à diriger ou assumera la co-tutelle d’une quinzaine de thèses. Il enseignera dans le DEA de Préhistoire de Paris dirigé par H. de Lumley, le DEA de Géographie de l’université de Caen et enfin le DESS « Environnement, Sols, Eaux » de Caen-Rouen. Nommé directeur en 1984 du Centre de Géomorphologie du CNRS de Caen, il en assumera pleinement les responsabilités jusqu’en 1992. Jean-Pierre Lautridou était, fondamentalement, un homme de terrain mais il ne jouait pas « solo ». Il aimait l’approche collective, les travaux en équipe, les discussions de groupe. La recherche était toute sa vie. À l’approche de la retraite, alors qu’il avait réuni ses amis pour un « pot » de départ, j’ai saisi, ce jour là, à quel point il était désemparé par la fin « officielle » de sa carrière. Heureusement, le CNRS lui accorda trois ans de sursis. Malheureusement, la maladie s’imposa à lui, nous laissant, nous qui l’avons connu et tant apprécié, à notre tour, désemparés.

Jean-Pierre Lautridou

Jean-Pierre Lautridou

Jean-Pierre Lautridou présentant la grande coupe de la carrière de Saint-Pierre-les-Elbeuf célèbre dans le monde entier pour l’exceptionnelle richesse du site dont la séquence loessique semble couvrir une bonne partie du Pléistocène moyen et supérieur, la séquence Elbeuf IV étant attribué à environ 475000 ans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Pierre Lautridou
Légende Jean-Pierre Lautridou présentant la grande coupe de la carrière de Saint-Pierre-les-Elbeuf célèbre dans le monde entier pour l’exceptionnelle richesse du site dont la séquence loessique semble couvrir une bonne partie du Pléistocène moyen et supérieur, la séquence Elbeuf IV étant attribué à environ 475000 ans.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9301/img-1.png
Fichier image/png, 281k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvette Dewolf, « Hommage à Jean-Pierre Lautridou (1938-2010) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 17 - n° 1 | 2011, 109-110.

Référence électronique

Yvette Dewolf, « Hommage à Jean-Pierre Lautridou (1938-2010) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 17 - n° 1 | 2011, mis en ligne le 18 mai 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/9301 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.9301

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org