Navigation – Plan du site

Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du XXe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934)

Landscape Theory and Physiography Theory in the first half of the 20th century: Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934)
Gaëlle Hallair
p. 319-334

Résumés

L’article s’intéresse à l’une des critiques allemandes de la théorie du relief élaborée par le géomorphologue William Morris Davis (1850-1934), à savoir celle exprimée par Siegfried Passarge (1867-1958) lors du Congrès international de géographie de Rome en 1913. Passarge, géologue de formation devenu géomorphologue, s’oppose à Davis et à ses théories du relief et du cycle de l’érosion. Avec sa théorie du paysage (Landschaftskunde), le géomorphologue allemand prétend ériger une nouvelle définition de la géographie. La réception des idées de Passarge est analysée en France, en Allemagne et aux États-Unis afin d’esquisser les contours d’une circulation des savoirs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 14 juin 2010, accepté le 14 février 2011

Texte intégral

Introduction

1Si les travaux d’épistémologie de la géographie se sont développés depuis une trentaine d’années aussi bien en France (Pinchemel, 1981 ; Pinchemel et al., 1984 ; Robic, 1996 ; Robic et al., 1996 ; Baudelle et al., 2001 ; Robic et al. 2006), en Allemagne (Schultz, 1980 ; Sandner, 1988a ; Wardenga 1995 ; Wardenga et Hönsch, 1995 ; Schelhaas et Hönsch, 2001 ; Wardenga , 2004 ; Brogiato, 2005) qu’aux États-Unis (West, 1990), ils sont moins nombreux et plus récents en histoire de la géomorphologie (Reynaud, 1971 ; Böttcher, 1979 ; Giusti, 2005 ; Broc et Giusti, 2007 ; Calvet et al., 2007). L’histoire de la géomorphologie française ne peut se comprendre sans faire référence à deux « écoles » : la géographie allemande, qui sert de « modèle » en France lors de l’institutionnalisation de la discipline par Paul Vidal de la Blache (1845-1918) à la fin du XIXe siècle (Broc, 1977 ; Claval, 1998 ; Nicolas, 2001), et l’école davisienne (Chorley et al., 1973 ; Giusti, 2004 ; Wardenga, 2004).

2Dans une approche d’histoire des sciences, l’article s’intéresse aux prises de position de deux acteurs importants de la géomorphologie mondiale : l’Allemand Siegfried Passarge (1867-1958), contemporain du géomorphologue français Emmanuel de Martonne (1873-1955) et dont les travaux sur la géographie du paysage (Landschaftskunde), rédigés en allemand, ont constitué une référence mais ne sont plus guère accessibles aujourd’hui. L’autre acteur important est l’Américain William Morris Davis (1850-1934), beaucoup mieux connu et dont les réflexions sur la théorie du relief et le cycle d’érosion alimentent encore les débats actuels.

3Davis est géologue de formation. En 1885, il énonce devant l’American Association for the Advancement of Science le concept de cycle d’érosion ou cycle géographique, et le retravaille sans cesse pendant un quart de siècle en fonction des critiques américaines, françaises et allemandes. Sa théorie du relief « développe une géomorphologie des équilibres dynamiques dans l’espace et le temps » (Giusti, 2004). Elle explique l’évolution générale du relief par une progression en différents stades, de la jeunesse à la maturité, jusqu’à la vieillesse (pénéplaine) puis la sénilité (plaine d’érosion). Comme Davis, et contrairement aux géographes français de la même époque, venus de l’histoire pour la plupart (à la différence de quelques géologues français qui font de la géographie physique une de leurs spécialités comme Charles Vélain et Albert de Lapparent), Passarge (fig. 1) est formé à la géologie, ainsi qu’à la médecine. D’abord explorateur en Afrique à la fin du XIXe siècle, il devient un géomorphologue connu à partir de la publication en 1904 de sa thèse d’habilitation Die Kalahari. Illustrant les rapports complexes et ambigus entre la géographie allemande et l’idéologie nazie, il adhère au parti nazi en 1933 et devient chef de la géographie allemande.

Fig. 1 – Portrait de Passarge.
Fig. 1 – Portrait of Passarge.

Fig. 1 – Portrait de Passarge. Fig. 1 – Portrait of Passarge.

Source : Archives géographiques du Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig.
Source : Geographical archives of Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig.

4L’article s’intéresse à l’une des critiques allemandes de la théorie davisienne : celle exprimée par Passarge lors du Congrès international de géographie de Rome en 1913. Au-delà du contexte de concurrence internationale entre des écoles nationales de géographie différemment structurées, il s’agit d’interroger l’articulation entre théorie du relief et théorie du paysage. L’objectif est de replacer le texte de Passarge et l’élaboration de sa Landschaftskunde dans un contexte de définition disciplinaire. En effet, aujourd’hui, sa théorie du paysage est encore taboue car elle est perçue comme liée au nazisme. Passarge étant nazi et les nazis ayant instrumentalisé la notion de paysage/Landschaft, on conclut rapidement par un syllogisme : la théorie du paysage de Passarge serait nazie. Or, l’article montre que sa Landschaftskunde naît avant la Première Guerre mondiale pour s’opposer à Davis et proposer une définition de la géographie.

5Dans un premier temps, la théorie du paysage de Passarge est analysée notamment à partir de sa communication au congrès de 1913. Née de l’opposition à Davis, la Landschaftskunde se veut une définition de la géographie. Puis la confrontation entre la théorie du relief de Davis et la Landschaftskunde de Passarge montre que toutes les deux s’ancrent dans la géomorphologie. En effet, pour la grande majorité des géographes de cette génération, l’étude du relief des terres émergées est la géographie toute entière. Le paysage est relief, d’abord et avant tout, mais pas uniquement. Il s’avère que pour les géographes allemands, la notion de paysage englobe aussi les potentialités de mise en valeur par l’Homme (peuplement, habitat, économie, communication, etc.). Pour saisir cette globalité, la Landschaftskunde propose une méthode complexe pour diviser la Terre en paysages. Enfin, nous analysons la réception contrastée de la Landschaftskunde de Passarge en Allemagne, en France et aux États-Unis.

La géographie du paysage de Passarge ou Landschaftskunde

6La théorie du paysage de Passarge présente deux caractéristiques : d’abord, elle naît en opposition aux théories davisiennes du relief et du cycle de l’érosion avant la Première Guerre mondiale, puis elle vise à définir la géographie.

7Il semble ici nécessaire de commencer par préciser les notions utilisées et leur traduction. Passarge emploie avant la Première Guerre mondiale, en 1913, le terme de Landschaftsgeographie (géographie du paysage), dans un article qui reprend sa contribution du congrès de Rome. Ensuite, il utilise toujours le terme de Landschaftskunde (littéralement étude du paysage mais que l’on traduit par géographie du paysage pour préciser l’ancrage disciplinaire). Passarge reprend ce terme de Landschaftskunde en lui imprimant sa marque : lorsqu’ils s’y réfèrent, ses collègues précisent qu’il s’agit de « la Landschaftskunde de Passarge », comme le fait par exemple en 1938 Georg Niemeier (1903-1984) au Congrès international de géographie d’Amsterdam dans la section V sur le paysage géographique. L’expression Landschaftskunde n’est pas inventée par Passarge : elle existe déjà à la fin du XIXe siècle et désigne une étude descriptive, proche de l’inventaire et sans problématique. Passarge rénove la Landschaftskunde en lui assignant une problématisation et des objectifs explicatifs, comme par exemple la recherche des liens de causalité entre les phénomènes géographiques. Développée sur les plans à la fois théoriques et empiriques, on considère qu’elle est équivalente aux notions de « Landschaftsgeographie », « géographie du paysage » et de « théorie du paysage ».

8Passarge exprime explicitement son opposition aux théories davisiennes dans sa communication au Congrès International de Géographie de Rome en 1913 (Passarge, 1915). Cette présentation ne rencontre certes pas beaucoup d’échos sur le moment, comme le corroborent à la fois les écrits du géographe lui-même, l’absence de retranscription de discussion dans les actes du Congrès de Rome (ce qui sous-entend une absence de débat) et les comptes-rendus dans la revue allemande Petermanns Geographischen Mitteilungen. Il s’agit en revanche d’un texte programmatique pour toutes ses réflexions futures sur la Landschaftskunde, comme l’attestent ses nombreux et volumineux ouvrages de la série des Grundlagen der Landschaftskunde (Fondements de la géographie du paysage) qu’il écrit à partir de 1919 en parallèle avec sa série des Vergleichende Landschaftskunde (Géographie comparée du paysage). Pour cette raison, le texte de Rome est analysé ici de façon approfondie.

9Pour mieux comprendre l’opposition de Passarge à Davis en 1913, il est nécessaire de rappeler les conceptions de Davis sur la géographie et en particulier sur la géomorphologie. Dans le discours qu’il prononce devant l’Association des géographes américains en décembre 1905, Davis s’interroge sur les possibles définitions de la géographie et de son objet ; il réserve le terme de physiographie (physiography) pour l’étude géographique des éléments inorganiques (géographie physique) et le terme d’ontographie (ontography) pour l’étude géographique des éléments organiques (géographie du monde vivant). Pour lui, la géographie est l’étude des relations entre les phénomènes et processus physiographiques et leurs réponses ontographiques. Il insiste sur les rapports entre la vue d’ensemble et l’étude de terrain, sur les relations explicatives en géographie, sur les relations causales et enfin sur l’importance grandissante de la géographie humaine parmi les sous-disciplines de la géographie. Bref, pour Davis, la géographie se distingue des autres sciences et définit son objet d’étude comme étant la relation entre le milieu et ses habitants, autrement dit entre la géographie physique et la géographie humaine (Davis, 1909). Il semble que dans la décennie suivante, Davis se consacre beaucoup plus à la géographie physique alors même que cette dernière est de plus en plus concurrencée par l’émergence de la géographie humaine (Chorley et al., 1973). Davis développe sa théorie du cycle de l’érosion comme partie intégrante de sa physiographie et cherche à démontrer la supériorité de sa méthode de description explicative sur la description empirique, dans ses écrits et lors des conférences qu’il donne, comme par exemple à Chicago en 1907, ou lors de ses excursions organisées en Europe en 1908, ou bien encore à l’université de Berlin et à la Société de géographie de Londres en 1909.

La Landschaftskunde de Passarge comme réaction à Davis

10En 1913, dès l’introduction de sa communication programmatique au Congrès de Rome, intitulée Physiogeographie und vergleichende Landschaftsgeographie (Géographie physique et géographie comparée du paysage), S. Passarge (1915) critique ouvertement Davis et l’ouvrage que ce dernier a publié en 1911 avec Braun. Certes, Passarge affirme partager le même objectif que Davis, à savoir : concevoir et représenter le paysage comme une unité servant ensuite à élaborer les bases de la géographie humaine. Passarge reconnaît ici l’apport de Davis concernant l’étude des paysages dans les différentes zones climatiques.

11« Il ne fait là-dessus aucun doute que Davis se trouve sur la bonne voie quand ensuite il tend à concevoir et à représenter le paysage comme une unité, bien qu’il ne soit absolument pas le seul à tenter cela. Déjà von Richthofen, dans son guide pour les voyages de recherche, a indiqué les types de paysages morphologiques après avoir présenté en détail la partie analytique de la géomorphologie. Pour n’en nommer que quelques-uns, messieurs Wagner et Supan ont parfaitement détaillé ces sortes de types de paysages dans leurs célèbres manuels. C’est cependant vraiment Davis qui a mis l’accent de façon particulièrement appuyée sur les différents aspects des paysages dans les différentes zones climatiques ; et, en bref, il ne veut pas s’en tenir aux types de paysages morphologiques, il veut aller plus loin et élaborer les bases de la géographie humaine en prenant en considération le climat, la végétation, la nature du pays. Veut-il aussi considérer le paysage d’un point de vue central ? Comment le paysage agit-il sur l’homme et sa culture ? » (Passarge, 1915, traduit par G. Hallair). Cette citation est intéressante car les deux dernières questions renvoient aux interrogations disciplinaires qui agitent Passarge à cette époque, et à son souci d’envisager le paysage comme une globalité, donc pas uniquement dans le domaine de la géographie physique. Cela met en évidence une première série de différences qui sous-tendent la notion de Landschaft chez Passarge et de Landscape chez Davis.

12Passarge a élaboré sa théorie du paysage dans les années 1910 : le premier article de S. Passarge (1913) concernant la géographie du paysage (Landschaftsgeographie) voit le jour alors que la théorie du cycle d’érosion de Davis est en circulation depuis une vingtaine d’années. Dès le départ, le propos de Passarge concerne une définition disciplinaire : la géographie se définit-elle comme étant une science du paysage ? La Landschaftskunde de Passarge ne se confond donc pas avec les théories völkisch (populiste et national-populaire) qui se développent en Allemagne en réaction à la défaite de la Première Guerre mondiale. Par la suite, pendant la période nazie, cette Landschaftskunde n’est pas réutilisée par les projets de planification et de remodelage paysagers tentés dans les Territoires de l’Est dans le cadre du General Plan Ost. En effet, contrairement aux écrits sur le paysage du géographe universitaire Walter Geisler (1891-1945) qui cherchent à légitimer l’appartenance de territoires polonais à un paysage de type soit-disant germanique, Passarge n’applique pas sa Landschaftskunde en Europe. Il n’écrit rien sur les Territoires de l’Est mais il publie des études de Landschaftskunde sur les pays extra-européens. En outre, la Landschaftskunde de Passarge n’est pas isolée dans un système nazi puisqu’elle est un objet d’attention pour ses contemporains : elle est recensée à l’étranger et notamment en France dans la Bibliographie géographique internationale (tab. 1) et des géographes étrangers s’appuient sur sa théorie du paysage comme par exemple C.O. Sauer (1925), P.E. James (1935) ou R. Hartshorne (1939).

Tab. 1 – Tableau de synthèse des recensions de Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale de 1900 à 1945-46.
Tab. 1 – Synthesis table of Passarge’ bibliographical recensions in the Bibliographie Géographique Internationale from 1900 to 1945-46.

Tab. 1 – Tableau de synthèse des recensions de Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale de 1900 à 1945-46.Tab. 1 – Synthesis table of Passarge’ bibliographical recensions in the Bibliographie Géographique Internationale from 1900 to 1945-46.

L’accueil de Davis en Allemagne

13Passarge expose sa Landschaftskunde à Rome un an après la publication des cours professés par Davis à Berlin en 1908-1909. En effet, Davis est invité par Albrecht Penck (le successeur de Richthofen) à l’université de Berlin pendant le semestre d’hiver 1908-1909, ce qui accroît la notoriété du géographe américain en Allemagne. Davis donne des cours, en allemand, qui paraissent en 1912 sous le titre Die erklärende Beschreibung der Landformen (La description explicative des formes du relief, actuellement en cours de traduction par Caroline Doublier ; Davis, 1912b). Davis soulève l’enthousiasme de son auditoire : il est très pédagogue, écrit des deux mains au tableau et explique les formes du relief terrestre de façon déductive en combinant la description verbale et visuelle. A ce titre, les bloc-diagrammes qu’il réalise avec une grande dextérité représentent pour lui plus qu’une aide pédagogique : il les considère comme un modèle théorique (Chorley et al., 1973). Concernant la réception de Davis en Allemagne, certains commentateurs insistent sur l’opposition des géographes allemands, en particulier Siegfried Passarge, Alfred Hettner, Albrecht et Walther Penck (Chorley et al., 1973) ; mais d’autres sont plus nuancés et distinguent la réserve des quatre géographes nommés ci-dessus de l’enthousiasme des géographes scolaires et des étudiants, sensibles aux grandes qualités pédagogiques de Davis. D’autres géographes universitaires adhèrent à la théorie de Davis, comme l’exprime par exemple Fritz Jäger dans son compte rendu de l’excursion organisée dans le Jura lors du Congrès international de Genève de 1908. En outre, comme l’explique Ute Wardenga, l’influence de Davis sur les géographes allemands est contrastée car elle varie à la fois selon les géographes et au cours de la première moitié du XXsiècle. Même si Penck connaît les travaux de Davis dès les années 1890, ce n’est qu’avec une communication de Davis au Congrès international de géographie de Berlin en 1899 que la théorie du cycle est largement connue. Comme dans la géomorphologie allemande, la structure géologique et l’observation inductive jouent alors un rôle prépondérant, la démarche déductive de Davis se heurte à des réticences. Elle est reconnue à partir des conférences et des cours qu’il donne en 1908 et 1909. Au Congrès des géographes allemands d’Innsbruck en 1911, les critiques des géographes allemands contre Davis éclatent, en particulier de la part de Hettner, Passarge, Supan et Spethmann (Wardenga, 2004). En 1913, au congrès de Rome, Passarge réitère ses critiques à l’encontre de Davis.

Les critiques de Passarge contre Davis

14Passarge affirme dans sa communication que la méthode qu’utilise Davis ne convient pas, car elle est trop schématique : les phénomènes érosifs seraient bien plus complexes que ce qu’explique le géographe américain. Au-delà de la critique du schématisme, cette opposition renvoie à une différence doctrinale plus profonde dans la mesure où Davis travaille sur des formes et des séquences de formes alors que Passarge semble s’intéresser autant aux formes, dont il dresse par ailleurs une classification génétique dans Die Grundlagen der Landschaftskunde (Les fondements de la Landschaftskunde) paru en 1919 et dans Die Oberflächengestaltung der Erde (Le façonnement de surface) paru en 1920, qu’aux processus et aux systèmes de forces dans les domaines arides. Pour ce dernier point, il est considéré comme un des précurseurs des systèmes d’érosion (Reynaud, 1971) et Davis avoue d’ailleurs dans son article de 1905, « Leveling without baseleving », avoir tiré profit des études sur le désert que présente Passarge dans son Kalahari de 1904. C’est en suivant la démarche inductive que Passarge établit sa classification des formes et des processus : il s’appuie sur des études de terrain réalisées notamment en Afrique, en Amérique latine, en Algérie et dans le Reich allemand. Dans un article de 1925, destiné à contrer les idées et travaux de son compatriote Wilhelm Volz sur la « géographie du paysage harmonique et rythmique », Passarge y rappelle que le point de départ de tout travail scientifique, c’est l’action et non la méthode : il préconise de se livrer d’abord à une étude de cas sur le terrain avant d’élaborer une théorie (Passarge, 1925).

15Passarge considère les conceptions de Davis trop schématiques et à ce titre inadéquates à définir la géographie. A l’époque, en Allemagne, l’un des enjeux majeurs porte sur la définition disciplinaire, son objet principal et sa méthode ; certains, comme Hettner, ont le souci aigu de maintenir l’unité de la géographie au sein d’une Länderkunde (géographie régionale, intégrant à la fois les éléments de géographie physique et de géographie humaine). Même s’il n’avait pas l’intention de définir la géographie par la géomorphologie et par sa théorie, Davis est critiqué par Passarge sous cet angle-là. Ce dernier critique l’ouvrage en allemand de Davis et Braun, qui paraît en 1911 sous le nom de Grundzüge der Physiogeographie (Les traits généraux de la géographie physique). Quand on connaît le volume des travaux de Davis, l’accusation de « schématisme » prête à sourire. On rencontre ici la question des phénomènes de réception avec les écarts entre la réalité d’une théorie et les biais qu’implique sa réception par les contemporains nationaux et étrangers.

16Passarge s’intéresse, comme Davis, à l’explication des formes du relief terrestre et aux processus d’érosion. Cette orientation est nouvelle dans la géomorphologie allemande, car avant 1900, l’intérêt portait sur la tectonique et la structure. Mais Passarge, se posant comme tenant de l’induction (i.e., la démarche empirique), s’oppose dans son texte de 1913 à Davis et à sa théorie du cycle qu’il présente comme uniquement déductive (i.e., ne reposant que sur la théorie). Or, Passarge ne tient pas compte de la genèse de la théorie de Davis qui, certes, peut être considérée comme déductive une fois qu’elle est formulée (entre 1889 et 1909) mais qui résulte cependant de l’intégration d’observations accumulées sur le terrain pendant de nombreuses années. Quand il commence à formuler sa théorie du cycle, Davis a presque quarante ans, et quand il écrit en 1899 son premier article présentant la théorie du cycle, il en a cinquante. Par ailleurs, Davis se défend de privilégier uniquement la démarche déductive. Il explique, dans une lettre adressée en français à de Martonne en août 1901, qu’il faut utiliser ensemble l’induction et la déduction : « Je veux que toutes mes facultés mentales fonctionnent et non seulement mes yeux et ma mémoire ! S’abstenir de théoriser dès le commencement d’observation, c’est sauter à un pied (l’induction) au lieu de marcher à la façon normale, sur l’un [sic] pied et l’autre (l’induction et la déduction) à tour de rôle » (Joseph et Robic, 1987).

17L’ambiguïté de l’opposition de Passarge envers Davis mérite d’être relevée car le géographe allemand retravaille les idées de Davis en y apportant des modifications. Dans le chapitre III de son long article « Physiologische Morphologie » (Passarge, 1912), Passarge développe comme Davis un mode d’explication déductive. Il part d’un modèle d’érosion qu’il qualifie de type idéal et le confronte aux données du terrain. Les paysages géographiques conformes au modèle d’érosion sont caractérisés d’ « harmoniques » et de « consonants » alors que les cas éloignés du modèle idéal sont qualifiés de « dysharmoniques » et de « dissonants ». Ainsi, un cours d’eau issu d’une montagne qui coule de façon pérenne au milieu du désert est considéré par Passarge comme un phénomène dissonant.

La Landschaftskunde ou la nouvelle définition de la géographie

18La citation supra de 1915 indique que Passarge, dans sa communication au congrès de Rome, ne critique pas l’objectif de Davis, mais trouve que sa méthode n’est pas la bonne pour construire sa physiography (au sens de géographie physique, principalement la géomorphologie). Passarge veut démontrer que sa théorie de la Landschaftskunde est meilleure et même qu’elle permet de définir la géographie dans sa globalité. Et il l’explique minutieusement pour la première fois dans son article de 1912 et surtout dans sa communication à Rome en 1913 (Passarge, 1912, 1915) : « En effet, l’étude des ‘paysages naturels’ ou en bref la géographie des paysages (Landschaftsgeographie) devrait conduire au but que Davis semble chercher à atteindre avec sa physiogéographie » (Passarge, 1915, traduit par G. Hallair). Non seulement Passarge critique la méthode déductive et trop schématique du cycle de l’érosion de Davis, mais encore, il lui dénie toute prétention à définir la géographie. Or, l’enjeu est d’importance car, dans la première moitié du XXe siècle, le problème majeur pour les géographes allemands est la définition de leur discipline, de ses concepts fondamentaux, de sa méthode, afin de garantir son unité. Passarge élabore sa Landschaftskunde comme une synthèse entre géographie physique et géographie humaine (qui commence à s’affirmer, comme le montre la Geographie des Menschen de Hettner et de Schlüter, après l’Anthropogeographie de Ratzel), et entre géographie générale et géographie régionale. À l’époque, l’école Richthofen dévalorise la géographie régionale, considérée comme un simple inventaire descriptif à tendance exhaustive, dénué de toute problématisation. Passarge prend ses distances avec son maître et intègre la géographie régionale en la problématisant, comme le montre son schéma (fig. 3) présenté lors de sa communication au Congrès des géographes allemands de Leipzig en 1921 (Passarge, 1922). Or, on a indiqué supra que Davis délaisse peu à peu l’ontographie (géographie humaine) au profit de la physiographie (géographie physique).

19Dans le cadre de la forte concurrence entre les différentes écoles géographiques allemandes, Passarge et sa Landschaftskunde, tout en poursuivant les mêmes objectifs de définition et d’unicité de la discipline géographique, s’opposent fortement à la Länderkunde développée par le géographe Alfred Hettner (1859-1941). Celui-ci, professeur à l’Université de Leipzig, créateur et rédacteur en chef du puissant organe de diffusion qu’est la revue Geographische Zeitschrift, est le promoteur d’une géographie régionale allemande dénommée Länderkunde et en particulier d’un plan régional type du genre « plan à tiroir » (Wardenga, 1995). Pour Passarge, le but de la géographie est de différencier la Terre entière en paysages naturels, comme Davis semble-t-il. Si le géographe allemand aboutit à une théorie du paysage (Landschaftskunde) exposée dans ses articles et ouvrages à partir de 1912, sa réflexion sur le sujet a commencé plus tôt, comme l’atteste son article de 1908 sur les paysages naturels africains (Passarge, 1908b). Dès lors, à partir de 1912 et jusqu’à son autobiographie non éditée (Passarge, 1947), il ne cesse de promouvoir sa théorie du paysage par ses nombreux articles et ouvrages. Tout en la remaniant sans cesse, il tente de la présenter de façon pédagogique. Il recourt ainsi à des schémas, comme celui qui conclut sa présentation au Congrès des géographes allemands de Leipzig en 1921 (Passarge, 1922) et qui est repris ici (fig. 2). Il y donne aussi une définition de la Landschaftskunde : « La Landschaftskunde est l’étude de l’ordonnancement et de l’interpénétration des espaces ainsi que l’étude de leur fusion dans les composants homogènes du paysage » (Passarge, 1922). Il utilise aussi des images : « La Landschaftskunde a une position centrale, elle est en même temps le moyeu de la roue qui fait tenir ensemble les rayons et la roue » (Passarge, 1922). Par ailleurs, Passarge prend soin d’articuler la Landschaftskunde à la tradition géographique existante, en envisageant notamment les liens avec la géographie générale (allgemeine Erdkunde) et la géographie régionale (Länderkunde). Son schéma de 1922 place en effet la géographie du paysage à l’interface entre d’un côté la géographie physique et la géographie humaine (en bas du schéma, et qui servent de bases à la géographie du paysage), et d’un autre côté la géographie régionale (située en haut du schéma). En opérant une comparaison, un tri et une sélection parmi les éléments de géographie générale, la géographie du paysage permet d’appréhender la géographie régionale.

20En développant sa théorie du paysage, Passarge cherche à définir l’objet et la méthode de la géographie, car les propositions de ses prédécesseurs et de ses collègues ne le satisfont pas.

Fig. 2 – Schéma de la Landschaftskunde de Passarge présenté lors du Congrès des géographes allemands de 1921 à Leipzig.
Fig. 2 – Diagram of Passarge’s Landschaftskunde presented at the German geographers Congress of Leipzig in 1921.

Fig. 2 – Schéma de la Landschaftskunde de Passarge présenté lors du Congrès des géographes allemands de 1921 à Leipzig. Fig. 2 – Diagram of Passarge’s Landschaftskunde presented at the German geographers Congress of Leipzig in 1921.

Source : Passarge (1922, p. 180).
Source: Passarge (1922, p. 180).

Théorie du paysage versus théorie du relief ?

21La question est ici de savoir en quoi une théorie du paysage peut s’opposer à une théorie du relief. La théorie du paysage ou Landschaftskunde de Passarge vise à saisir la totalité géographique, c’est-à-dire à réaliser une synthèse entre géographie physique et géographie humaine. C’est en ce sens que Passarge définit l’étude du paysage géographique comme l’objet de la discipline géographique. La théorie du relief ne constitue donc qu’un aspect de la discipline géographique pour Passarge alors que pour Davis, elle devient à partir des années 1910 l’essentiel de la géographie. Les réflexions de Passarge et de Davis évoluent de façon différenciée : au cours des années 1920, Passarge prend de plus en plus en compte la dimension humaine dans sa géographie du paysage, suivant en cela préoccupation de plus en plus grande des géographes allemands pour la géographie humaine et culturelle (Hallair, 2010). Au contraire, Davis semble se consacrer de plus en plus à la description explicative des formes du relief terrestre.

Une Landschaftskunde ancrée dans la géomorphologie

22Dans la première moitié du XXe siècle, en France comme en Allemagne, la géomorphologie est la spécialité reine de la géographie. La Landschaftskunde de Passarge ne s’appuie pas sur des critères politiques ou administratifs de division de l’espace. Sa démarche se rapproche ainsi de celle que suit de Martonne dans sa thèse de doctorat ès lettres quand il délimite des « régions naturelles » de Valachie (de Martonne, 1902). Passarge, dans sa communication au congrès de 1913 (Passarge, 1915), expose sa méthode pour délimiter les paysages naturels. Les critères qu’il retient relèvent d’abord de la géographie physique : orographie, structure géologique, climat, hydrographie, faune, flore. Selon lui, on peut très facilement diviser la surface de la Terre en fonction de chacun de ces facteurs. Il examine ensuite plus rapidement ce que les paysages naturels peuvent apporter à l’homme. Les organisateurs du congrès ont choisi d’insérer sa présentation dans la section II consacrée à la géographie physique. Passarge associe en effet géomorphologie et bio-climatologie dans sa démarche. Son approche est largement consacrée aux formes de la surface de la Terre, qu’il essaie de classer en paysages-types. Sa classification s’inspire de la classification arborescente du naturaliste Linné et tient compte de deux aspects : l’aspect physionomique (les formes du relief) et les processus d’érosion. En accordant plus d’importance à la morphogenèse et aux processus d’érosion qu’aux données structurales et tectoniques, il explore une voie nouvelle par rapport aux autres géographes allemands et s’attire les reproches de ses détracteurs. Il est intéressant de noter que si Passarge s’inspire de la classification de Linné, Davis est considéré comme lamarckien ou néo-lamarckien (Inkpen et Collier, 2007), d’où peut-être l’explication de deux conceptions du monde assez différentes chez Davis et chez Passarge.

La Landschaftskunde ou l’impossible méthode ?

23La méthode de Passarge consiste à distinguer des espaces homogènes caractérisés par les mêmes critères d’ordre géomorphologique, orographique, géologique, climatologique, bio-végétal et faunistique : « Les facteurs dont on doit partir sont, comme nous l’avons vu, l’orographie et la structure géologique, la géomorphologie et le climat, l’hydrographie, la faune et la flore. On peut très facilement diviser la surface de la Terre en fonction de chacun de ces facteurs. À partir des régions orographiques, des zones tectoniques de structure géologique déterminée, des zones morphologico-physiologiques, où les forces érosives agissent en nombre et en intensité identiques, on peut très bien mettre en place des provinces climatiques, des régions géographico-faunistiques et géographico-floristiques » (Passarge, 1915, traduit par G. Hallair).

24Dans sa présentation, Passarge applique cette méthode à l’Afrique du sud pour donner une application sur un terrain qu’il connaît bien (Passarge, 1915). Il s’appuie sur ses données empiriques. En effet, il recommande depuis plusieurs années d’« avoir les yeux du terrain et les yeux de l’intelligence » (Passarge, 1908a), c’est-à-dire de combiner l’apport direct du terrain et les données de seconde main. Il présente en 1913 ses résultats sous forme cartographique. S’inscrivant dans une démarche analytique et en grande partie descriptive, il cherche avant tout à délimiter des espaces. Il présente ainsi la série de cartes thématiques qu’il a réalisées : la carte des zones et des provinces climatiques et la carte des paysages orographiques dont la comparaison donne une carte des paysages orographico-climatiques (fig. 3), puis une carte des paysages pétrographico-tectoniques, une carte des formations végétales, une carte de l’hydrographie fluviale et une carte physiologico-morphologique (sur l’érosion). Une fois toutes ces cartes thématiques présentées et analysées, il fait la synthèse en les comparant toutes entre elles et il obtient la carte des paysages naturels (fig. 5). Pour l’Afrique du sud, il détermine ainsi vingt paysages naturels différenciés et distincts. La superposition des différentes cartes donnent des résultats conformes sauf pour deux cas qui se révèlent illogiques. Ces deux anomalies sont qualifiées de phénomènes dysharmoniques.

25La Landschaftskunde est donc présentée au Congrès sous ses versants théorique et appliqué (Passarge, 1915). Si la clarté de l’exposé et l’effort pédagogique sont indéniables, les limites de la méthode sont à relever. Comme le remarque un compte-rendu allemand, cette analyse systématique du paysage passant par une série de cartes thématiques à comparer et à superposer est lourde. A-t-on vraiment la possibilité de faire autant de cartes à chaque fois pour chaque paysage (Wagner, 1913) ? À ces paysages naturels, Passarge superpose les paysages « humains » qu’il appelle « culturels ». Mais à Rome, il développe beaucoup moins la géographie humaine que la géographie physique. Il retient les critères suivants : les possibilités d’habitat (permanent ou temporaire), les conditions de circulation, la mise en valeur économique. Il explicite peu l’articulation entre paysage naturel et paysages humanisés (Passarge, 1915).

Fig. 3 – Carte orographico-climatique de Passarge présentée au Congrès de Rome de 1913.
Fig. 3 – Climatic and orographic map from Passarge presented at the International Geographical Congress of Rome in 1913.

Fig. 3 – Carte orographico-climatique de Passarge présentée au Congrès de Rome de 1913. Fig. 3 – Climatic and orographic map from Passarge presented at the International Geographical Congress of Rome in 1913.

1 : plaine côtière semi-désertique du Namib au nord avec de rares pluies estivales et au sud avec de rares pluies hivernales ; 2 : zone intermédiaire d’Angola avec des pluies estivales éparses ; 3 : zone intermédiaire d’Afrique du sud-ouest avec des pluies estivales ou hivernales éparses ; 4 : zone intermédiaire du Petit Namaland avec pluies éparses d’hiver ; 5 : chaîne plissée du Cap avec des pluies hivernales de médiocres à fortes ; 6 : zone intermédiaire de Grand Karrou avec des pluies d’hiver de médiocres à faibles ; 7 : plaine littorale orientale avec des pluies d’été de faibles à fortes ; 8 : zone intermédiaire orientale du haut plateau des Boers aux étés pluvieux ; 9 : zone intermédiaire du haut plateau de Matabele aux étés pluvieux ; 10 : plateau d’Angola aux pluies estivales de faibles à fortes ; 11 : plateau d’Afrique du sud-ouest avec des pluies d’été de médiocres à faibles ; frontière floue au sud ; 12 : plateau des Boers, à l’Ouest avec de rares pluies d’été et au nord-est aux étés pluvieux ; 13 : plateau de Matabele aux étés pluvieux ; 14 : plateau de Rhodésie du nord aux étés pluvieux ; 15 : bassin de moyenne altitude du nord Kalahari aux étés pluvieux ; 16 : bassin de moyenne altitude du Kalahari méridional et central aux précipitations estivales de médiocres à rares.
1: semi-desertic Namibian coastal plain in the north with rare summer rains and in the south with rare winter rains; 2: transition zone of Angola with sparse summer rains; 3: South-Western African transition zone with summer or winter sparse rains; 4: transition zone of Little Namaland with sparse winter rains; 5: Cap folded mountains with low to strong winter rains; 6: transition zone of Big Karrou with very low to low winter rains; 7: Eastern coastal plain with low to strong summer rains; 8: Eastern transition zone of the Boers high plateau with rainy summers; 9: Matabele high plateau transition zone with rainy summers; 10: Angola plateau with low to strong summer rains; 11: South-western African plateau with very low to low summer rains; fizzy frontier in the South; 12: Boers plateau, with rare summer rains in the West and with rainy summers in the North-East; 13: Matabele plateau with rainy summers; 14: North Rhodesian plateau with rainy summers; 15: middle altitude basin of North Kalahari with rainy summers; 16: middle altitude basin of South and Central Kalahari with very low to rare rainy summers.

Source : Passarge (1915, p. 768).
Source: Passarge (1915, p. 768).

Fig 4 – Carte de synthèse des paysages naturels de Passarge présentée au Congrès de Rome de 1913.
Fig. 4 – Synthetical natural landscapes map from Passarge presented at the International Geographical Congress of Rome in 1913.

Fig 4 – Carte de synthèse des paysages naturels de Passarge présentée au Congrès de Rome de 1913. Fig. 4 – Synthetical natural landscapes map from Passarge presented at the International Geographical Congress of Rome in 1913.

1 : plaine du Namib ; 2 : gradin d’Angola ; 3 : plateau d’Angola ; 4 : gradin de Damara ; 5 : gradin du Grand-Nama ; 6 : plateau du Damara ; 7 : plateau du Grand-Nama ; 8 : gradin du Petit Nama ; 9 : chaîne plissée du Cap ; 10 : gradin du Grand-Karrou ; 11 : gradin oriental du haut plateau des Boers ; 12 : sud du haut plateau des Boers ; 13 : nord du haut plateau des Boers ; 14 : haut plateau du Matabele ; 15 : gradin du Matabele ; 16 : plaine littorale orientale ; 17 : haut plateau de Rhodésie du nord ; 18 : Kalahari septentrional ; 19 : Kalahari des steppes ; 20 : marais de l’Okawango.
1: Namibian plain; 2: Angola step; 3: Angola plateau; 4: Damara step; 5: Big-Nama step; 6: Damara plateau; 7: Big-Nama plateau; 8: little Nama step; 9: Cap folded mountains; 10: Big-Karrou step; 11: Eastern step of Boers high plateau; 12: Southern Boers high plateau; 13: Northern Boers high plateau; 14: Matabele high plateau; 15: Matabele step; 16: Eastern coastal plain; 17: Northern Rhodesian high plateau; 18: Northern Kalahari; 19: steppes of Kalahari; 20: Okawango bog.

Source : Passarge (1915, p. 775).
Source: Passarge (1915, p. 775).

Une division paysagère de la Terre

26Dans la présentation de sa Landschaftskunde au Congrès de 1913, Passarge propose une division paysagère de la Terre à base géomorphologique mais qui ne se restreint pas au seul relief. Il suit un emboîtement spécifique de hiérarchisation en divisant la Terre en zones climatiques puis en zones orographiques afin d’identifier en premier des paysages orographico-climatiques. Dans sa série de cartes thématiques élaborées pour l’Afrique du sud (fig. 3 et 4), il accorde une importance prépondérante aux facteurs climatiques et géomorphologiques. En poursuivant ses réflexions sur la théorie du paysage, notamment dans sa série d’ouvrages des années 1920 (Passarge, 1919, 1923), Passarge cherche à décomposer la Terre en types de paysages. Cette notion renvoie à celle de paysage reproductible, c’est-à-dire que l’on retrouve en plusieurs endroits de la Terre. Passarge passe ainsi de l’étude du cas unique ou de l’individualité (un paysage identifié en tant que tel, avec ses spécificités) à une démarche moins idiographique (des paysages-types, élaborés selon les mêmes critères, les mêmes facteurs) grâce à ce qu’il appelle une géographie comparée des paysages (vergleichende Landschaftskunde). Passarge développe sa Landschaftskunde en ayant élaboré, à partir du terrain, des types idéaux de paysages qu’il confronte ensuite à la réalité d’un autre terrain. Ainsi, travaillant à l’échelle du globe, Passarge présente ses résultats sous forme de cartes mondiales des zones de paysage. Celle de 1927 (Passarge, 1927, Landschaftsgürtel der Erde) présente une division zonale et climatico-végétale de la surface terrestre (fig. 5). La « ceinture » (qu’on traduit par zone) est l’unité la plus grande dans le système de Passarge qui fonctionne selon une hiérarchie emboîtée. En allant de la plus grande à la plus petite unité, Passarge cherche à classer, à ordonner et à différencier l’espace. Il le fait selon des critères naturels et géomorphologiques, ne prenant en compte aucune limite anthropogéographique ou politique. L’homme n’est pour lui qu’un facteur second dans le paysage, il ne centre pas son analyse sur l’aspect humain. Par ailleurs, la carte mondiale des zones de paysages dénote l’aspect novateur de Passarge : si aujourd’hui, la distinction est acceptée entre phénomènes zonaux et azonaux, il faut rappeler qu’à son époque, les réflexions de géographie zonale étaient nouvelles.

27Les critères de différenciation zonale choisis par Passarge mériteraient d’être approfondis. En effet, ils sont climato-biogéographiques pour sa carte de synthèse (Passarge, 1927) alors que la méthode présentée au Congrès de Rome de 1913 (Passarge, 1915) donne la prédominance aux facteurs climato-géomorphologiques.

Fig 5 – Carte mondiale des paysages de la Terre de S. Passarge (1927).
Fig. 5 – Passarge’s world-wide scale map of landscapes of the earth (1927).

Fig 5 – Carte mondiale des paysages de la Terre de S. Passarge (1927).Fig. 5 – Passarge’s world-wide scale map of landscapes of the earth (1927).

1 : steppes et déserts froids ; 2 : zones subpolaires de prairies ; 3 : zones de forêts de conifères de la « ceinture du milieu » (zone intertropicale) ; 4 : zones de forêts de conifères et de forêts mixtes de l’Europe centrale et occidentale ; 5 : zones de forêts mixtes continentales ; 6 : zones de forêts de moussons de l’Asie orientale subtropicale et intertropicale ; 7 : limite méridionale de la forêt de toundra ; 8 : limite entre la Sibérie orientale et la Sibérie occidentale ; 9 : zones de transition subtropicale et tempérée ; 10 : zones de forêts de feuillus ; 11 : forêts pluviales de la « ceinture chaude » (zone tropicale) et forêts océaniques de la « ceinture du milieu » (zone intertropicale) ; 12 : steppes des forêts-galeries dans les steppes arborées de la ceinture du milieu (zone intertropicale) ; 13 : steppes et steppes arborées ; 14 : zones arides.
1: steppes and cold deserts; 2: subpolar prairie zones; 3: coniferous forest of hot zone; 4: Western and central European coniferous and mixed forest zones; 5: continental mixed forest zones; 6: monsoon forest zones of Eastern Asian hot zone; 7: low-level of tundra forest line; 8: boundary between Eastern and Western Siberia; 9: transition between hot and temperate zones; 10: leafy forest zones; 11: rain forest and oceanic forest of hot zone; 12: forest-gallery steppes of hot zone; 13: steppes and forest steppes; 14: arid zones.

Source : Passarge (1927).
Source: Passarge (1927).

La réception de Passarge en Allemagne, en France et aux Etats-Unis

28L’esquisse d’une étude de la réception de la Landschaftskunde de Passarge permet d’appréhender les échos en Allemagne, aux États-Unis et en France d’une nouvelle définition et d’une nouvelle pratique de la géographie. Pour les historiens des sciences, l’étude de la réception d’un auteur et de ses idées consiste à analyser autant les éléments transmis d’une tradition nationale à une autre, que les biais et les malentendus inhérents à la circulation des savoirs, et à en comprendre les enjeux.

En Allemagne, les faux-semblants d’une réception favorable

29En Allemagne, la Landschaftskunde de Passarge s’inscrit dans les débats intenses et souvent houleux sur la définition, la méthode et les concepts fondateurs de la géographie. Les travaux de Passarge sont soigneusement recensés et commentés par ses collègues allemands, notamment dans les principales revues de géographie de l’époque que sont Geographischer Anzeiger, Geographische Zeitschrift, Petermanns geographische Mitteilungen, Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin (Sandner et Rössler, 1998). Les commentateurs les analysent comme une critique des positions davisiennes en soulignant l’originalité du géographe allemand et son apport pour la géomorphologie. La Landschaftskunde est perçue comme une méthode relevant à la fois de l’induction et de la déduction et capable d’incarner une nouvelle définition de la géographie. Les similitudes entre Passarge et Davis sont bien comprises comme le montre le compte-rendu de Wagner à propos de l’ouvrage de Passarge Physiologische Morphologie de 1912 (Wagner, 1913) : l’article de Wagner est intéressant dans la mesure où c’est l’une des toutes premières réactions des géographes allemands à la nouveauté que constitue la Landschaftskunde de Passarge. Tout en précisant que la théorie de Davis s’étend en Allemagne, Wagner salue en Passarge la voix qui s’élève pour se garder du danger de schématisme ; il exprime les points d’accord entre les deux auteurs, d’une part leur ancrage disciplinaire dans la géographie et non dans la géologie, et d’autre part leur démarche combinant déduction et induction. Wagner critique cependant certaines affirmations subjectives de Passarge et la lourdeur de la superposition cartographique utilisée pour délimiter les paysages naturels dans la Landschaftskunde. Cette dernière suscite de nombreux débats par articles interposés. Pour Bode par exemple, Passarge fait la synthèse entre Ratzel et Davis en proposant une nouvelle science de l’espace (Raumwissenschaft) qui représente le lien nécessaire entre géographie physique et géographie humaine (Bode, 1920). Certains, comme M. Friederichsen (1923), critiquent la manie classificatoire et analytique de Passarge.

30En Allemagne, la réception de Passarge est à relier à celle de Davis. Cette dernière a évolué d’un accueil plutôt favorable d’une majorité de géographes (excepté Passarge, Hettner, Spethmann) vers une réserve de plus en plus grande, y compris de la part de A. Penck qui avait invité le géographe américain à donner des cours à Berlin en 1908-1909. Prônant une géographie relevant finalement à la fois de l’induction et de la déduction, Passarge et Davis présentent des convergences malgré l’opposition frontale que chacun manifeste dans ses écrits. Par ailleurs, Passarge reste, à l’époque et encore aujourd’hui, tabou en Allemagne, en raison de son adhésion à l’idéologie nazie. Il partage avec la plupart de ses collègues allemands et étrangers l’idée d’un inégal développement culturel selon les « races ». Dans sa biographie, écrite a posteriori, il relate qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale, il accueille favorablement la montée des nazis à l’université de Hambourg (Passarge, 1947). Passarge se revendique ouvertement antisémite, antisocialiste et antipacifiste dans ses écrits non scientifiques, comme l’ont souligné Sandner et Rössler dans leur étude sur les archives Passarge (Sandner et Rössler, 1998). En 1933, à 66 ans, il prend sa carte au parti nazi (NSDAP) et devient, selon le principe hiérarchique (Führerprinzip) mis en place par Hitler dans les organisations scientifiques comme dans toute la société, le « chef » de la géographie allemande. Il est démis de cette responsabilité quatre ans plus tard (en 1937-1938) et mis à la retraite à la suite de l’affaire de Martonne. Cette dernière débute fin 1933 quand de Martonne propose aux géographes allemands, via Fritz Jäger (1881-1966), de collaborer dans le cadre de l’Union géographique internationale à l’élaboration de la carte des surfaces d’érosion. Le refus brutal de Passarge, contraire à la politique du Führer, alerte ses collègues et les autorités allemandes qui l’obligent à démissionner et lui retirent toute responsabilité (Robic et al., 1996). Hitler souhaitait en effet faire de l’Allemagne nazie une puissance respectable, entièrement réintégrée dans le « concert des Nations » d’autant qu’elle avait quitté la Société Des Nations dès octobre 1934.

31Passarge ne constitue cependant pas un cas isolé, car il est vrai que les liens entre les géographes allemands et l’idéologie nazie sont complexes (Rössler 1988 ; Sandner 1988b ; Rössler, 1990). En effet, presque tous ont réagi de façon très conservatrice à la défaite de la Première Guerre mondiale, aux pertes territoriales allemandes en Europe comme dans les colonies. Ces dernières constituaient souvent leurs terrains de recherche (Rössler, 1990). Les réflexions sur l’agrandissement et l’aménagement du territoire (Lebensraum, Raumordnung) développées par le nazisme ont certes bénéficié aux spécialistes de l’espace que sont les géographes. Mais la prudence s’impose pour saisir toutes les nuances des stratégies mises en place par les géographes allemands : de réserve, d’accommodation au régime, de complaisance, jusqu’à l’adhésion. Passarge fait partie de ceux qui ont ouvertement adhéré au nazisme et son engagement politique a été très bien étudié (Sandner, 1989 ; Rössler et Sandner 1990).

En France, une réception positive mais tronquée

32Les controverses intenses qui agitent les différentes écoles allemandes sur les questions de définition de la géographie ne sont guère comprises par les géographes français contemporains (cf. infra). Ce sont les (rares) collaborateurs BGI de langue allemande, comme Wolfgang Hartke (1908-1997) et la tchèque Jana Moscheles, qui rendent compte au public français des débats allemands sur l’essence et la définition de la géographie. Par exemple, Hartke, dans une notice à propos de l’ouvrage Die Geographie vor neuen Angaben de Petersen et Schrepfer paru dans la BGI de 1934, explique qu’il faut : « retenir surtout le deuxième article, sur la base théorique de la Géographie, qui aurait entièrement changé. L’Auteur invoque les opinions de J. C. Granö et H. Spethmann sur le dynamisme en géographie. La géographie régionale dans le sens de la Landschaftskunde (S. Passarge) serait le seul but scientifique de la géographie moderne. Pour cela, il ne faudrait pas rechercher les relations ontologiques, mais plutôt les tendances et principes dynamiques tels qu’ils s’imposeraient par le caractère d’un paysage ».

33La réception de Passarge en France pâtit à partir de 1933 plus de son opposition personnelle avec le « patron » de la géographie française de Martonne que de son adhésion au nazisme, les travaux de Passarge restant en effet recensés dans la BGI. Une étude quantitative (tab. 1) menée sur les notices consacrées à Passarge dans la BGI de 1900 à 1945 montre que si, en tant que géomorphologue et spécialiste de l’Afrique, Passarge est reconnu comme une référence, sa Landschaftskunde n’est guère comprise comme une nouvelle définition de la géographie. La thèse d’habilitation de Passarge sur le Kalahari est très bien reçue en France. Albert Demangeon (1872-1940) en rédige seize pages de compte-rendu très laudatif dans les Annales de Géographie (Demangeon, 1906). Sa recension permet de comprendre en quoi Die Kalahari est reçu comme une œuvre de géomorphologue et non de géologue. Dans cet ouvrage, Passarge s’appuie certes beaucoup sur des données géologiques et essaie de reconstruire « l’histoire physique » (Demangeon, 1906) du Kalahari grâce à des études structurales et stratigraphiques. Mais il va plus loin et tente d’en expliquer les formes et les caractéristiques actuelles en combinant des données géologiques, climatologiques, hydrologiques, astronomiques, botaniques et chimiques ; il prévoit même de traiter les données de géographie humaine dans un autre ouvrage. Demangeon considère le livre comme une étude de géographie physique qui cherche à définir « la personnalité géographique » du Kalahari (Demangeon, 1906), le rapprochant ainsi de la géographie régionale telle qu’elle est pratiquée à la même époque par les géographes français.

34Il est vrai que les Français fonctionnent dans le cadre de la géographie régionale d’essence vidalienne et non dans le cadre de la géographie du paysage, même si les liens entre Lanschaftskunde et géographie régionale française sont finalement assez étroits (Hallair, 2010). Passarge est très bien perçu comme étant opposé à Davis. Les commentateurs privilégiés de Passarge sont Fernand Maurette (1879-1937) et le géologue grenoblois Maurice Gignoux (1881-1955) : ce dernier, dans une longue notice BGI de 1913 sur « Physiographie und Vergleichende Landschaftsgeographie » paru en 1913 dans la revue Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg, ne relève dans la Landschaftskunde que l’aspect analytique et descriptif : « Communication présentée au X° Congrès international de Géographie (Rome, 1913) et développée dans le présent travail. S. Passarge n’apprécie point la méthode déductive et explicative de W.M. Davis ; il préconise au contraire une méthode entièrement analytique et descriptive […]. Pour bien comprendre une région, il faut arriver à la diviser en « paysages naturels » et pour cela on doit d’abord y délimiter : les grandes zones climatiques, les paysages orographiques, les provinces climatiques ; de là résulteront les paysages orographico-climatiques ; puis les paysages pétrographico-tectoniques, les formations végétales, les régimes fluviatiles, les régions physiologico-morphologiques (d’après les forces prédominantes dans le modelé). De tout cela, on pourra déduire les paysages naturels. S. Passarge applique cette méthode à l’Afrique du Sud, sur laquelle il a publié de nombreux travaux […] ».

35En élargissant à l’espace francophone, le géographe belge Paul Michotte (1876-1940), dans une réflexion sur les « nouvelles orientations » de la discipline géographique, s’interroge aussi sur les possibles définitions à donner à la géographie pour l’asseoir comme science. Il fait référence à Passarge et à sa Landschaftskunde, en reprenant son schéma sur le parallèle entre la classification systématique botanique sur le modèle de Linné et la classification systématique morphologique paru dans l’article de Passarge de 1912 (Michotte, 1922). De plus, Michotte s’appuie sur les travaux du géographe allemand et reprend une partie de son argumentaire pour en faire une science des « espaces terrestres ». Dans la BGI, Demangeon approuve la position de Michotte, en estimant que : « C’est une discipline chorologique [du grec choros (aire), la chorologie est la discipline qui s’intéresse à une étendue d’espace], c’est-à-dire que son objet propre consiste à délimiter et décrire les divers espaces terrestres, les diverses régions. […] par là elle se distingue nettement du travail des sciences voisines auxquelles doivent faire appel les géographes » (cité dans Robic, 1992).

36Si les travaux de Passarge comme géomorphologue et africaniste sont en général connus des géomorphologues français d’aujourd’hui, sa théorie du paysage (Landschaftskunde) l’est moins. Cela tient à trois raisons principales :

37- Juste avant la Première Guerre mondiale, Passarge s’oppose à Davis et cherche avec sa théorie du paysage à contrer la théorie du cycle de l’érosion (Davis, 1899, 1909, 1912a, 1912b) ; les recensions publiées dans la BGI en font état (cf. tab. 1). Or les géographes français adhèrent globalement à la théorie de Davis (Broc et Giusti, 2007). Ainsi, de Martonne, qui a prévu, pour le Congrès International de Géographie de Rome de 1913, un exposé intitulé « Le rajeunissement quaternaire des Alpes », reste prudent et mesuré, mais il exprime son adhésion à la théorie du cycle davisien : « un nouveau cycle d’érosion commence pour les Alpes » (de Martonne, 1915). Il est vraisemblable que les géographes français sont peu enclins à travailler sur une théorie opposée à Davis. L’opposition entre Passarge et Davis est frontale, mais elle est à replacer dans le contexte des débats internes parmi les géographes allemands : les controverses, suscitées par l’émulation entre les différentes « écoles » allemandes de géographie, sont particulièrement vives entre Passarge et ses collègues allemands. Mais Passarge et Hettner, opposés sur la question de la définition de la géographie, s’accordent pour combattre les idées de Davis. D’autre part, à l’échelle internationale, les différentes traditions nationales géographiques entrent en concurrence, comme par exemple lors des tentatives pour établir une terminologie commune : Davis impose le terme de « cuesta » face à celui de « côte » utilisé par de Martonne mais doit renoncer à celui de « morvan » pour désigner un massif ancien entouré d’une dépression périphérique. Passarge assoit la notion d’ « inselberg », qu’il reprend de W. Bornhardt. Au contexte de rivalité entre géographes aux échelons national et international s’ajoutent des batailles disciplinaires pour garantir la position de la géographie par rapport aux autres disciplines comme la géologie, la sociologie ou l’économie, et pour éviter son éclatement.

38- La proposition de Passarge concernant la Landschaftskunde ne constitue qu’une des options parmi d’autres pour définir la géographie en Allemagne. Rappelons ici brièvement qu’outre Rhin, plusieurs écoles de géographie, organisées autour d’une chaire universitaire et souvent d’un organe éditorial de diffusion, entrent en concurrence, en développant autant de « programmes » pour la discipline, dont la multiplicité peut dérouter des géographes français peu enclins à la réflexion doctrinale. Bertrand Auerbach (1856-1942) exprime le désintérêt français pour l’approche conceptuelle et méthodologique dans un article synthétique sur la géographie française paru en 1908 dans le Journal des savants sous le titre « L’évolution des conceptions et de la méthode en géographie » : il estime dans sa conclusion que l’école française est « assez insoucieuse des controverses doctrinales ». Bref, les questionnements d’ordre disciplinaire n’agitent guère les géographes français durant la première moitié du XXe siècle.

39- Par conséquent, ils prêtent peu d’attention aux débats conceptuels internes des géographes allemands, d’autant moins qu’ils sont formés et organisés de façon beaucoup plus homogène. En effet, la structuration et le mode de fonctionnement des géographies allemande et française diffèrent grandement. Les liens étroits existant en France entre la géographie et l’histoire ne trouvent pas d’équivalent en Allemagne. Vidal de la Blache, comme Marcel Dubois (1856-1916) ou encore Lucien Gallois (1857-1941) écrivent des thèses d’histoire, car il s’agit à l’époque d’une géographie historique de cabinet : par exemple, la thèse principale de Vidal de la Blache s’intitule Hérode Atticus, étude critique sur sa vie et sa thèse complémentaire, en épigraphie grecque, De titulis funebribus graecis in Asia. Ce n’est qu’à partir du tournant de 1900 que la géographie française s’autonomise de l’histoire et que les étudiants de Vidal de la Blache rédigent leurs thèses à partir d’études sur le terrain : de Martonne rédige sa thèse de doctorat ès lettres en 1903 sur la Valachie et sa thèse de doctorat ès science en 1907 sur l’évolution morphologique des Alpes de Transylvanie (Karpates méridionales). De plus, l’agrégation de géographie n’est créée en France qu’en 1941-1942, sous le régime de Vichy. En Allemagne, la formation des géographes est très diversifiée : si beaucoup ont été formés aux sciences naturelles et à la géologie, comme Albrecht Penck (1858-1945), d’autres viennent du journalisme, comme Friedrich Ratzel (1844-1904) ou de la diplomatie, comme Ferdinand von Richthofen (1833-1905). A l’inverse, la formation des géographes français de la première moitié du XXsiècle est beaucoup plus uniforme : ce sont pratiquement tous des normaliens, agrégés d’histoire et de géographie, disciples de Vidal de la Blache. L’école française de géographie donne donc dans la première moitié du XXe siècle une impression globale d’homogénéité, même si, dans le détail, on peut relever des dissensions entre le pôle parisien et ce qu’on a appelé l’ « école de Grenoble » animée par Raoul Blanchard (1877-1965).

Aux Etats-Unis, une réception houleuse mais durable

40Passarge ayant développé sa Landschaftskunde à partir d’une critique de la théorie davisienne, la réponse de Davis par articles interposés est particulièrement vive. Davis rédige dans la Geographical Review un compte-rendu de l’ouvrage Beschreibende Landschaftskunde (Passarge, 1919) intitulé « Passarge’s Principles of Landscape Description » (Davis, 1919) et un compte-rendu de Die Oberflächengestaltung der Erde (Passarge, 1920) intitulé « The Shaping of the Earth’s Surface : a Review » (Davis, 1923). A chaque fois, le commentaire de Davis est négatif, même si on peut noter des nuances, et vise à retirer tout caractère scientifique à la théorie du paysage de Passarge : « Ce livre-ci rendra de grands services aux voyageurs qui ne prétendent pas être des géographes mais espèrent rendre compte de leurs voyages » (Davis, 1919).

41Davis présente avec un certain dédain Passarge comme un explorateur et un observateur empirique de terrain, qui décrit d’abord les formes avec une terminologie purement descriptive et qui les explique dans un second temps. En 1919, Davis reproche aux figures de Passarge sur les formes d’être mal dessinées, trop schématiques, pas assez proches de la réalité. Davis tronque le raisonnement de Passarge en omettant de mentionner les types de paysages idéaux qu’élabore le géographe allemand. Pour mieux comprendre les oppositions entre les deux géographes, il faut préciser ici que Passarge étudie des paysages géographiques en fonction de types idéaux, élaborés à partir d’études empiriques et prenant en compte de nombreux paramètres. Davis, quant à lui, étudie la part géomorphologique de chaque paysage en fonction de formes types s’enchaînant de façon systématique au cours d’un cycle idéal non perturbé. Davis critique la forme de la Landschaftskunde sur un ton ironique et parfois méprisant mais ne discute pas vraiment du fond, de ce qu’elle apporte ou non de nouveau à la définition de la discipline géographique. Il affirme sans l’étayer que la Landschaftskunde, comme nouvelle méthode, est inutile. Finalement, Davis ne répond pas aux critiques de fond formulées à son encontre par Passarge.

42En 1923, le compte-rendu de Davis sur l’ouvrage de Passarge est plus nuancé, puisqu’il signale la nouveauté que représente la Landschaftskunde, à la fois comme idée et comme méthode ainsi que l’excellence des chapitres concernant les processus érosifs (Davis, 1923). Mais ensuite, le commentaire de Davis revient à la même critique, celle de ne pas faire référence au cycle de l’érosion pour expliquer les formes actuelles. La conclusion de Davis tombe comme un couperet : « A cet égard, la Landschaftskunde de Passarge, avec toute son érudition analytique, laisse beaucoup à désirer » (Davis, 1923). Les relations entre Passarge et Davis sont donc ambiguës dans la mesure où ils s’opposent par articles interposés mais présentent en même temps des convergences. Des malentendus perdurent à propos de l’induction, de la déduction, du schématisme attribué à l’un ou à l’autre. Néanmoins, c’est au sein de la géographie américaine que la Landschaftskunde de Passarge semble avoir le plus prospéré. Dès le milieu des années 1920, Carl O. Sauer, qui réfléchit à la nature de la géographie, s’appuie beaucoup dans son article « Morphology of Landscape » sur la géographie du paysage de Passarge. Il considère le paysage comme le concept fondamental de la géographie et le garant de son unité (Sauer, 1925 in Leighly, 1963). Même si Sauer trouve la méthode de description excessivement schématique, il reconnaît que c’est la meilleure existant en géographie. De plus, R. Hartshorne (1939), dans son ouvrage sur la géographie intitulé The Nature of Geography et publié à la veille de la Seconde Guerre mondiale (qui sera une « Bible » avant d’être la cible de la new geography), reprend en partie la tradition allemande et se réfère notamment à Passarge et à Hettner. Si les références bibliographiques à ces deux géographes allemands sont nombreuses chez Hartshorne, il faut cependant préciser que l’aspect sélectif des « emprunts » volontairement dégagés de tout lien avec le contexte idéologique, politique et intellectuel de la géographie allemande de cette époque incite à parler d’adaptation plutôt que de véritable influence (Harvey et Wardenga, 2006).

Conclusion

43L’étude de la Landschaftskunde de Passarge a montré dans quel contexte disciplinaire est née la seule théorie allemande du paysage élaborée dans la première moitié du XXe siècle, de quelle tradition elle est issue et ce contre quoi elle s’affirme. D’abord ancrée dans la géomorphologie, cette théorie ambitieuse a pour objectif de définir la géographie en surmontant la dichotomie entre géographie générale et géographie régionale et entre sciences naturelles et sciences sociales. Passarge aboutit à des cartes mondiales de synthèse sur les paysages de la Terre. La Landschaftskunde de Passarge doit sans doute beaucoup à une précoce conception de la géomorphologie climatique zonale. La réception diverse de la Landschaftskunde, de la part des géographes allemands, français et américains, démontre à la fois l’importance des vues de Passarge pour l’histoire de la géographie physique et en particulier de la géomorphologie, ainsi que les liens complexes et ambigus entre Passarge et Davis.

44L’opposition à Davis, exprimée très clairement par Passarge à partir de sa communication au Congrès international de Rome en 1913, n’exclut cependant pas des convergences entre les deux géographes. S’interroger sur les relations entre la théorie du paysage de Passarge et la théorie du relief de Davis renvoie non seulement aux phénomènes de réception et à l’histoire de la géographie physique mais aussi à l’histoire des idées et des échanges. Ces derniers s’inscrivent dans des contextes historiques, dans des stratégies d’acteurs (qui transmettent en déformant ou en ne retenant que ce qui leur est utile), dans des phénomènes de circulation des savoirs, avec des logiques susceptibles d’être différentes entre l’échelle nationale et l’échelle internationale.

45La postérité des idées de Davis est-elle plus grande que celle de Passarge ? La réponse est à nuancer selon les pays et les époques. Certes les conceptions très modélisatrices de Davis, dont la portée intellectuelle n’est pas épuisée, s’opposent à l’ancrage résolument descriptif de Passarge. Au-delà de l’appartenance de Passarge au parti nazi NSDAP et au contexte d’opposition personnelle entre de Martonne et Passarge, se pose entre autres un problème d’échelle. L’excessive complication des découpages à méso-échelle (le Kalahari) peut contribuer à expliquer le relatif insuccès de Passarge comme théoricien en géomorphologie. Mais Passarge est cependant considéré à l’échelle nationale et internationale comme un jalon essentiel pour la géographie du paysage, en France (Tissier, 2003) comme en Allemagne (Brunotte et al., 2002). Par ailleurs, l’approche paysagère de Passarge par superpositions de cartes, dont la lourdeur a souvent été décriée par ses contemporains, apparaît de nos jours comme une intuition novatrice : elle préfigure la démarche utilisée de façon automatisée et informatisée dans les systèmes d’informations géographiques (SIG).

46Sur le plan méthodologique, l’intérêt d’étudier les débats entre un géomorphologue allemand et un géomorphologue américain permet d’opérer un décentrement et d’éviter ainsi un regard unilatéral. En effet, la consultation et la confrontation des sources primaires et secondaires françaises, allemandes et anglo-saxonnes, le nécessaire recadrage dans les différents contextes disciplinaires et historiques, la prise en compte des phénomènes de réception ouvrent à des croisements très riches dans le cadre de l’histoire des sciences entre les géographies française, allemande et anglophone. Le concept méthodologique d’histoire croisée développé par les historiens Michael Werner et Bénédicte Zimmermann (Werner et Zimmermann, 2004) permet d’aborder une histoire relationnelle. Il y aurait par exemple des liens à explorer plus profondément entre la Landschaftskunde de Passarge, la physiography de Davis, la géographie régionale pratiquée par de Martonne et la Morphology of Landscape de Sauer.

Je remercie chaleureusement les relecteurs anonymes et Blandine Gravelin, qui ont contribué à améliorer cet article. Je remercie également Thierry Husberg pour le traitement des images.

Haut de page

Bibliographie

Remarque : les sources primaires (avant 1950) sont précédées d’un astérisque (*).
Remark : primary sources (before 1950) are preceded by an asterisk (*).

Baudelle G., Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (2001) Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la cité. Espace et territoires, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 390 p.

*Bode E. (1920) – Zur « Beschreibenden Landschaftskunde ». Geographischer Anzeiger 21, 4-5, 73-85.

Böttcher H. (1979)Zwischen Naturbeschreibung und Ideologie. Versuch einer Rekonstruktion der Wissenschaftsgeschichte der deutschen Geomorphologie. Geographische Hochschulmanuskripte, 8, Oldenburg, 151 p.

Broc N. (1977) La géographie française face à la science allemande (1870-1914). Annales de Géographie, 86, 473, 71-94.

Broc N., Giusti C. (2007) – Autour du Traité de Géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie. Géomorphologie : relief, processus, environnement 2, 125-144.

Brogiato H.P. (2005) – Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert. Ein Abriss. In Schenk W. Scliephake K. (Eds.) Allgemeine Anthropogeographie. Klett-Perthes Verlag, Gotha, Stuttgart, 41-81.

Brunotte E., Gebhardt H., Meurer M., Meusburger P., Nipper J. (2002)Lexikon der Geographie. Spektrum, Heidelberg, Berlin, 4 volumes, 426 p., 462 p., 462, p. et 224 p.

Calvet M., Giusti C., Gunnell Y. (2007) – Regards croisés sur l’histoire et l’épistémologie de la géomorphologie. Géomorphologie : relief, processus, environnement 2, 107-112.

Chorley R.J., Beckinsale R.P., Dunn A.J. (1973)The History of the Study of Landforms and Development of Geomorphology. 2. The life and work of William Morris Davis. Methuen, London, 874 p.

Claval P. (1998)Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours. Nathan, Paris, 543 p.

*Davis W.M. (1899) – The Geographical Cycle. Geographical Journal 14, 481-504.

*Davis W.M. (1905) – Leveling without baseleving. Science 21, 825-828.

*Davis W.M., Johnson D.W. (1909) Geographical Essays. Ginn and Co, Boston, 777 p.

*Davis W.M. (1912a) – L’esprit explicatif dans la géographie moderne. Annales de Géographie, 21, 115, 1-19.

*Davis W.M. (1912b) Die erklärende Beschreibung der Landformen. Teubner, Leipzig, 565 p.

*Davis W.M. (1919) – Passarge’s Principles of Landscape Description. The Geographical Review VIII, 266-273.

*Davis W.M. (1923) – The Shaping of the Earth’s Surface : a Review. The Geographical Review XIII, 599-607.

*Demangeon A. (1906) – Le Kalahari d’après le livre de M. Siegfried Passarge. Annales de Géographie, 15, 79, 43-58.

*Friederichsen M. (1923) – Siegfried Passarges neueste Veröffentlichungen zur « Landschaftskunde ». Petermanns Mitteilungen, Gotha, 162-164.

Giusti C. (2004) – Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909) : retour sur « l’intrusion » de la géomorphologie dans la géographie. Géomorphologie : relief, processus, environnement 3, 241-254.

Giusti C. (2005) – Pour une archéologie du discours géomorphologique. In Allée P., Lespez L. (Eds.) L’Erosion entre société, climat et Paléoenvironnement. Presses Universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 109-114.

Hallair G. (2010)Histoire croisée entre les géographes français et allemands de la première moitié du XXe siècle : la géographie du paysage (Landschaftskunde) en question. Thèse de géographie, co-tutelle universités Panthéon-Sorbonne (Paris 1) et Leipzig, 900 p.

*Hartshorne R. (1939)The Nature of Geography, a critical Survey of current Thought in the light of the past. Association of American Geographers, Lancaster, 482 p.

Harvey F., Wardenga U. (2006) – Richard Hartshorne’s adaptation of Alfred Hettner’s system of Geography. Journal of Historical Geography 32, 422-440.

Inkpen R., Collier P. (2007) – Neo-Lamarckism and the Davisian cycle of erosion. Géomorphologie : relief, processus, environnement 2, 113-124.

*James P.E. (1935)An Outline of Geography. Ginn, Boston, New York, 475 p.

Joseph B., Robic M.-C. (1987) – Exploration d’archives : autour des papiers d’Emmanuel de Martonne. Acta Geographica, 3, 72, 37-65.

*de Martonne E. (1902)La Valachie, essai de monographie géographique, Thèse Lettres, 387 p.

*de Martonne E. (1915) – Le rajeunissement quaternaire des Alpes. Atti del X Congresso internazionale di Geografia, Roma, 1913. Presso la reale Societa Geografia, Roma, 912-920.

*Michotte P. (1922) – L’orientation nouvelle en géographie. Bulletin de la Société Royale Belge de Géographie, 1, 1-39.

Nicolas G. (2001) – Le modèle d’Outre-Rhin ? Emmanuel de Martonne et les universités allemandes à la fin du XIXe siècle. In Baudelle G. Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (Eds.) Géographes en pratiques (1870-1945). Presses universitaires de Rennes, Rennes, 175-187.

*Passarge S. (1904)Die Kalahari, Versuch einer physisch-geographischen Darstellung der Sandfelder des Südafrikanischen Beckens. D. Reimer, Berlin, 814 p.

*Passarge S. (1908a) – Beobachtungs- und Literaturgeographie. Globus 93, 369-370.

*Passarge S. (1908b)Die natürlichen Landschaften Afrikas. Petermann’s Geographischen Mitteilungen 54, 147-160 et 182-188.

*Passarge S. (1912) – Physiologische Morphologie. Mitteilungen der geographischen Gesellschaft in Hamburg 26, 133-337.

*Passarge S. (1913) – Physiogeographie und Vergleichende Landschaftsgeographie. Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg 27, 121-151.

*Passarge S. (1915) – Physiogeographie und vergleichende Landschaftsgeographie . Atti del X. Congresso Internazionale di Geografia, Roma, 1913. Rome, 755-786.

*Passarge S. (1919)Die Grundlagen der Landschaftskunde. Ein Lehrbuch und eine Anleitung zur landschaftskundlichen Forschung und Darstellung, vol. 1 : Beschreibende Landschaftskunde. L. Friederichsen, Hamburg 210 p.

*Passarge S. (1920)Die Grundlagen der Landschaftskunde, vol. 3 : Die Oberflächengestaltung der Erde. L. Friederichsen, Hamburg, 558 p.

*Passarge S. (1922) – Aufgaben und Methoden der Vergleichenden Landschaftskunde und ihre Stellung im System der Erdkunde. Verhandlungen des 20. deutschen Geographentages Leipzig 1921, Berlin, 175-180.

*Passarge S. (1923) Die Landschaftsgürtel der Erde. Natur und Kultur. F. Hirt, Breslau, 144 p.

*Passarge S. (1925) Harmonie und Rhythmus in der Landschaft. Petermann’s Geographischen Mitteilungen, 250-252.

*Passarge S. (1927) Klimat und Landschaftsbild. Monographien zur Erdkunde 36, 119 p.

*Passarge S. (1933) Einführung in die Landschaftskunde. B. G. Teubner, Leipzig, Berlin, 100 p.

*Passarge S. (1939) – Das geographische Seminar des Kolonial-Instituts und der Hansischen Universität. Erinnerungen und Erfahrungen. Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in Hamburg 46, 1-104.

*Passarge S. (1947) Autobiographie. Archives de géographie, Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig (manuscrit non publié).

Pinchemel P. (1981)Histoire et épistémologie de la géographie. Bibliothèque nationale, CTHS, Bulletin de la section de géographie, LXXXIV, Paris, 235 p.

Pinchemel P., Robic M.-C., Tissier J.-L. (1984)Deux siècles de géographie française. Choix de textes. Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, 320 p.

*Ratzel F. (1891) Anthropogeographie. Stuttgart Engelhorn, 2 vol. , 607 et 781 p.

Reynaud A. (1971) Epistémologie de la géomorphologie. Masson, Paris, 128 p.

Robic M.-C. (1991) – La Bibliographie géographique (1891-1991), témoin d’un siècle de géographie : quelques enseignements d’analyses formelles. Annales de Géographie, 561-562, 521-577.

Robic M.-C. (1992) Du milieu à l’environnement : pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance. Economica, 343 p.

Robic M.-C. (1996) – Des vertus de la chaire à la tentation de l’action. In Claval P., Sanguin A.-L. (Eds.) La géographie française à l’époque classique (1918-1968). L’Harmattan, Paris, 27-58.

Robic M.-C., Briend A.-M., Rössler M. (1996) Géographes face au monde. Histoire des Sciences humaines, L’Harmattan, Paris, 464 p.

Robic M.-C., Mendibil D., Gosme C., Orain O., Tissier J.-L. (2006) Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française. Adpf, Ministère des affaires étrangères, Paris, 231 p.

Rössler M. (1988) – Géographie et National-socialisme. Reconstruction d’une relation problématique. L’espace géographique, 1, 4-16.

Rössler M. (1990) « Wissenschaft und Lebensraum », Geographische Ostforschung im National-Sozialismus, Ein beitrag zur Disziplingeschichte der Geographie. Band 8, Dietrich Reimer Verlag, Berlin-Hamburg, 288 p.

Rössler M., Sandner G. (1990) – Zusammenhänge zwischen wissenschaftlichem Dissens, politischem Kontexte und Antisemitischen Tendenzen in der deutschen Geographie : Siegfried Passarge und Alfred Philippson. In Ehlers E. (Ed.) Philippson-Gedächtnis-Kolloqium, 13.11.1989, Kolloqium Geographicum 20, F. Dümmler, Bonn, 35-49.

Sandner G. (1988a) – Recent Advances in the History of German Geography 1918-1945. A progress Report for the Federal Republic of Germany. Geographische Zeitschrift 76, 2, 120-132.

Sandner G. (1988b)In Search for Identity : German nationalism and German geography 1871-1910. Union Géographique Internationale, Commission de la pensée géographique, Symposium W8, Bundanoon, Australia, 15-19 août, 20 p.

Sandner G. (1989) – The Germania Triumphans syndrome and Passarge’s Erdkundliche Weltanschauung : The roots and effects of German political geography beyond Geopolitik. Political Geography Quarterly 8, 4, 341-351.

Sandner G., Rössler M. (1998) Schriftenverzeichnis und Nachlass von Siegfried Passarge. Institut für Geographie, Hamburg, 64 p.

*Sauer C.O. (1925) – The morphology of landscape. In Leighly J. (1963) Land and Life, 315-350.

Tissier J.-L. (2003) – Paysage. In Levy J, Lussault M. (Eds.) Dictionnaire de géographie et de l’espace des sociétés. Belin, Paris, 697-701.

Schelhaas B., Hönsch I. (2001) – History of German Geography. In Dunbar G.S. (Ed.) Geography : Discipline, Profession and Subject since 1870. An international survey. Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 9-44.

Schlüter O. (1906)Die Ziele der Geographie des Menschen. Oldenburg, Berlin, München, 64 p.

Schultz H.D. (1980)Die deutschsprachige Geographie von 1800-1970. Ein Beitrag zur Geschichte ihrer Methodologie. Berlin, Abhandlungen des Geographischen Instituts, Anthropogeographische Reihe 29, 478 p.

*Wagner H. (1913) – « Siegfried Passarges Physiologische Morphologie ». Petermanns Mitteilungen 59, 4, 176-178.

Wardenga U. (1995)Geographie als Chorologie : zur Genese und Struktur von Alfred Hettners Konstrukt der Geographie. Erdkundliches Wissen, F. Steiner, Stuttgart, 255 p.

Wardenga U. (2004) – The influence of William Morris Davis on geographical research in Germany. GeoJournal 59, 1, 23-26.

Wardenga U., Hönsch I. (1995) Kontinuität und Diskontinuität der deutschen Geographie in Umbruchphasen : Studien zur Geschichte der Geographie. Münstersche geographische Arbeiten, 39, Institut für Geographie der Universität, Münster, 176 p.

Werner M., Zimmermann B. (2004) – 2004, De la comparaison à l’histoire croisée. Le genre humain, Seuil, Paris, 239 p.

West R.C. (1990)Pionners of Modern Geography. Translations Pertaining to German Geographers of the Late Nineteenth and Early Twentieth Centuries. Louisiana State University, Geoscience and Man, 28, 188 p.

Haut de page

Annexe

Abridged English version

Landscape Theory and Physiography Theory in the first half of the 20th century : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934).

If a lot of epistemological works have been published for thirty years in France (Pinchemel, 1981; Pinchemel et al., 1984; Robic, 1996; Robic et al., 1996 ; Baudelle et al., 2001; Robic et al., 2006) and in Germany (Schultz, 1980; Sandner, 1988a; Schelhaas and Hönsch, 2001; Brogiato, 2005; Wardenga 1995, 2004), studies in history of geomorphology are still rare (Reynaud, 1971; Böttcher, 1979; Giusti, 2004, 2005; Calvet et al., 2007).

As a science historian, we would like to study the evolution of the geomorphology disciplin : How is it build? What are the stakes? The history of the French geomorphology in the first half of the 20th century cannot be understood without reference to two 'schools' of geography: on one hand, the German geomorphology which serves as 'framework' when the discipline became institutionalised at the end of the 19th century with Paul Vidal de la Blache (1845-1918), and on the other hand, the 'Davisian school'. It would be interesting to study the debates between the German geomorphologist Siegfried Passarge (1867-1958) and the American geomorphologist William Morris Davis (1850-1934) about Landscape theory and Physiography theory. Davis had a geological academical background. In 1885, he presented at the American Association for the Advancement of Science his concept of erosion cycle or geographical cycle. For a quarter of century, he tried to improve it in response to American, French and German critics. The davisian theory 'develops a geomorphology of dynamical balances in times and space' (Giusti, 2004).

World-wide known thanks to his work about the Kalahari Desert and South Africa (1904), Passarge symbolises both the complex history of the German geography in the first half of the 20th century (Rössler, 1988, 1990 ; Sandner, 1988b) and the history of the world-wide geomorphology. Today Passarge is well-known in France as geomorphologist and expert upon Africa, but his Landscape theory (Landschaftskunde) is forgotten. For sure, Passarge was anti-semitic, antisocialist and antipacifist (Rössler and Sandner, 1990; Sandner and Rössler, 1998). But we would like to outline that his Landscape theory was elaborated in the 1910s and did not seem to have any links to Nazism, even after 1933. In his first articles upon landscape geography and landscape theory (Passarge, 1912, 1913), Passarge thought about a definition of geography : what is its methodology, its main research item and its basis concepts.

Passarge’s communication at the International Geographical Congress of Rome in 1913 (Passarge, 1915) showed first that his landscape theory was based against Davis theory of erosion cycle before World War I. Second Passarge’s landscape theory aimed to define geography discipline. Third, this theory was embedded in geomorphology.

The Landschaftskunde offers a synthesis between general geography and regional geography as well as natural sciences and social sciences. At this time, German geographers hardly debated upon geography as discipline, unlike French geographers. Moreover German geographers were not unified as the French ones are under the ideas of Vidal de la Blache (Robic et al., 2006), so a lot of debates appeared in Germany through articles in geographical reviews. For example, Alfred Hettner (1859-1941), with his Länderkunde (Wardenga, 1995), strongly criticised Passarge’s landscape theory.

The Landschafskunde aims to subdivise the Earth into homogenous spaces with similar criteria in geomorphology, orography, geology, climatology, flora and fauna. In his communication in 1913, Passarge explained a case study upon South Africa as an application of his landscape theory. He showed a set of thematic maps. During the 1920s, Passarge was going deeper in his landscape theory (Passarge, 1919, 1922, 1920, 1923, 1933) and elaborated a world-wide scale map of landscapes of the earth (Passarge, 1927).

Through a lot of discussions (Sandner and Rössler, 1998), Passarge’s Landschaftskunde was well receipt in Germany and his opposition to Davis was understood as well as the ambiguous combinations between induction and deduction. But some colleagues point out that this Landschaftskunde methodology may be difficult to apply because of a lot of maps (Wagner, 1913 ; Bode, 1920). In France, the quantitative study of the Bibliographie géographique internationale (1900 to 1945-46) shows that Passarge as a geomorphologist and Africa expert was very well receipt, but his Landschaftskunde was not understood as an attempt to define geography discipline because French geographers were more embedded in regional geography (Hallair, 2010). In United States, Davis responses to Passarge’s critics are very hard (Davis, 1919, 1923). Nevertheless, American geographers had re-used the Landschaftskunde, in particular Carl Ortwin Sauer in his article upon 'Morphology of Landscape' (Sauer, 1925) and Richard Hartshorne in his book The Nature of Geography (Hartshorne, 1939).

So it would be very interesting to study the history of physical geography and of geomorphology and in particular the history of landscape theory in the frame of 'Histoire croisée' (Werner and Zimmermann, 2004): the study of knowledge circulation, decision making process and the role of Davis as a key-figure leads to a better comprehension of the French-German-American geographical relations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Portrait de Passarge. Fig. 1 – Portrait of Passarge.
Crédits Source : Archives géographiques du Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig.Source : Geographical archives of Leibniz-Institut für Länderkunde, Leipzig.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9520/img-1.png
Fichier image/png, 343k
Titre Tab. 1 – Tableau de synthèse des recensions de Passarge dans la Bibliographie Géographique Internationale de 1900 à 1945-46.Tab. 1 – Synthesis table of Passarge’ bibliographical recensions in the Bibliographie Géographique Internationale from 1900 to 1945-46.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9520/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 2 – Schéma de la Landschaftskunde de Passarge présenté lors du Congrès des géographes allemands de 1921 à Leipzig. Fig. 2 – Diagram of Passarge’s Landschaftskunde presented at the German geographers Congress of Leipzig in 1921.
Crédits Source : Passarge (1922, p. 180).Source: Passarge (1922, p. 180).
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9520/img-3.png
Fichier image/png, 362k
Titre Fig. 3 – Carte orographico-climatique de Passarge présentée au Congrès de Rome de 1913. Fig. 3 – Climatic and orographic map from Passarge presented at the International Geographical Congress of Rome in 1913.
Légende 1 : plaine côtière semi-désertique du Namib au nord avec de rares pluies estivales et au sud avec de rares pluies hivernales ; 2 : zone intermédiaire d’Angola avec des pluies estivales éparses ; 3 : zone intermédiaire d’Afrique du sud-ouest avec des pluies estivales ou hivernales éparses ; 4 : zone intermédiaire du Petit Namaland avec pluies éparses d’hiver ; 5 : chaîne plissée du Cap avec des pluies hivernales de médiocres à fortes ; 6 : zone intermédiaire de Grand Karrou avec des pluies d’hiver de médiocres à faibles ; 7 : plaine littorale orientale avec des pluies d’été de faibles à fortes ; 8 : zone intermédiaire orientale du haut plateau des Boers aux étés pluvieux ; 9 : zone intermédiaire du haut plateau de Matabele aux étés pluvieux ; 10 : plateau d’Angola aux pluies estivales de faibles à fortes ; 11 : plateau d’Afrique du sud-ouest avec des pluies d’été de médiocres à faibles ; frontière floue au sud ; 12 : plateau des Boers, à l’Ouest avec de rares pluies d’été et au nord-est aux étés pluvieux ; 13 : plateau de Matabele aux étés pluvieux ; 14 : plateau de Rhodésie du nord aux étés pluvieux ; 15 : bassin de moyenne altitude du nord Kalahari aux étés pluvieux ; 16 : bassin de moyenne altitude du Kalahari méridional et central aux précipitations estivales de médiocres à rares. 1: semi-desertic Namibian coastal plain in the north with rare summer rains and in the south with rare winter rains; 2: transition zone of Angola with sparse summer rains; 3: South-Western African transition zone with summer or winter sparse rains; 4: transition zone of Little Namaland with sparse winter rains; 5: Cap folded mountains with low to strong winter rains; 6: transition zone of Big Karrou with very low to low winter rains; 7: Eastern coastal plain with low to strong summer rains; 8: Eastern transition zone of the Boers high plateau with rainy summers; 9: Matabele high plateau transition zone with rainy summers; 10: Angola plateau with low to strong summer rains; 11: South-western African plateau with very low to low summer rains; fizzy frontier in the South; 12: Boers plateau, with rare summer rains in the West and with rainy summers in the North-East; 13: Matabele plateau with rainy summers; 14: North Rhodesian plateau with rainy summers; 15: middle altitude basin of North Kalahari with rainy summers; 16: middle altitude basin of South and Central Kalahari with very low to rare rainy summers.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9520/img-4.png
Fichier image/png, 546k
Titre Fig 4 – Carte de synthèse des paysages naturels de Passarge présentée au Congrès de Rome de 1913. Fig. 4 – Synthetical natural landscapes map from Passarge presented at the International Geographical Congress of Rome in 1913.
Légende 1 : plaine du Namib ; 2 : gradin d’Angola ; 3 : plateau d’Angola ; 4 : gradin de Damara ; 5 : gradin du Grand-Nama ; 6 : plateau du Damara ; 7 : plateau du Grand-Nama ; 8 : gradin du Petit Nama ; 9 : chaîne plissée du Cap ; 10 : gradin du Grand-Karrou ; 11 : gradin oriental du haut plateau des Boers ; 12 : sud du haut plateau des Boers ; 13 : nord du haut plateau des Boers ; 14 : haut plateau du Matabele ; 15 : gradin du Matabele ; 16 : plaine littorale orientale ; 17 : haut plateau de Rhodésie du nord ; 18 : Kalahari septentrional ; 19 : Kalahari des steppes ; 20 : marais de l’Okawango.1: Namibian plain; 2: Angola step; 3: Angola plateau; 4: Damara step; 5: Big-Nama step; 6: Damara plateau; 7: Big-Nama plateau; 8: little Nama step; 9: Cap folded mountains; 10: Big-Karrou step; 11: Eastern step of Boers high plateau; 12: Southern Boers high plateau; 13: Northern Boers high plateau; 14: Matabele high plateau; 15: Matabele step; 16: Eastern coastal plain; 17: Northern Rhodesian high plateau; 18: Northern Kalahari; 19: steppes of Kalahari; 20: Okawango bog.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9520/img-5.png
Fichier image/png, 744k
Titre Fig 5 – Carte mondiale des paysages de la Terre de S. Passarge (1927).Fig. 5 – Passarge’s world-wide scale map of landscapes of the earth (1927).
Légende 1 : steppes et déserts froids ; 2 : zones subpolaires de prairies ; 3 : zones de forêts de conifères de la « ceinture du milieu » (zone intertropicale) ; 4 : zones de forêts de conifères et de forêts mixtes de l’Europe centrale et occidentale ; 5 : zones de forêts mixtes continentales ; 6 : zones de forêts de moussons de l’Asie orientale subtropicale et intertropicale ; 7 : limite méridionale de la forêt de toundra ; 8 : limite entre la Sibérie orientale et la Sibérie occidentale ; 9 : zones de transition subtropicale et tempérée ; 10 : zones de forêts de feuillus ; 11 : forêts pluviales de la « ceinture chaude » (zone tropicale) et forêts océaniques de la « ceinture du milieu » (zone intertropicale) ; 12 : steppes des forêts-galeries dans les steppes arborées de la ceinture du milieu (zone intertropicale) ; 13 : steppes et steppes arborées ; 14 : zones arides.1: steppes and cold deserts; 2: subpolar prairie zones; 3: coniferous forest of hot zone; 4: Western and central European coniferous and mixed forest zones; 5: continental mixed forest zones; 6: monsoon forest zones of Eastern Asian hot zone; 7: low-level of tundra forest line; 8: boundary between Eastern and Western Siberia; 9: transition between hot and temperate zones; 10: leafy forest zones; 11: rain forest and oceanic forest of hot zone; 12: forest-gallery steppes of hot zone; 13: steppes and forest steppes; 14: arid zones.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9520/img-6.png
Fichier image/png, 6,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du XXe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 17 - n° 3 | 2011, 319-334.

Référence électronique

Gaëlle Hallair, « Théorie du paysage et théorie du relief dans la première moitié du XXe siècle : Siegfried Passarge (1867-1958) versus William Morris Davis (1850-1934) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 17 - n° 3 | 2011, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/9520 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.9520

Haut de page

Auteur

Gaëlle Hallair

UMR Géographie-Cités, équipe Epistémologie et histoire de la géographie - 13, rue du Four - F-75006 Paris - UMR PRODIG - 2, rue Valette - F-75005 Paris (ghallair@univ-paris1.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org