Navigation – Plan du site

Introduction du numéro spécial : « L’utilisation de l’approche géoarchéologique pour évaluer les changements paysagers en Méditerranée au cours de l’Holocène »

Matthieu Ghilardi et Yann Tristant
p. 3-6
Traduction(s) :
Introduction to the special issue: ‘Charting Holocene landscape changes in the Mediterranean using the geoarchaeological approach’

Texte intégral

1Du 19 au 21 septembre 2010, le premier colloque international de géoarchéologie organisé en Égypte et intitulé « Archéologie du paysage. L’Égypte et le monde méditerranéen » a rassemblé plus de 200 chercheurs issus de 25 pays différents. Cet événement scientifique a été conjointement préparé par l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO, Le Caire, Égypte), le Centre Européen de Recherches et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (CEREGE, UMR 6635, CNRS, Aix-en-Provence, France) et le Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak (CFEETK, USR 3172, CNRS, Karnak, Égypte), avec le soutien du Conseil Suprême des Antiquités d’Égypte (CSA) et du Centre Français de Culture et de Coopération du Caire (CFCC, Égypte). Cette manifestation était placée sous le patronage de la Société de Géographie d’Égypte (directeur : Safey Abulezz) et de l’Association Internationale des Géomorphologues (IAG). Le colloque se structurait autour de dix sessions thématiques au cours desquelles 60 communications orales ainsi qu’une quarantaine de posters ont été exposés en français et en anglais.

2L’approche géoarchéologique est relativement récente en Égypte et la nécessaire prise en compte de la reconstitution des dynamiques paysagères dans lesquelles s’inscrivent les sites archéologiques majeurs n’est pas encore systématique. Il était donc important pour les organisateurs de ce colloque international de rassembler les chercheurs travaillant sur le pourtour du bassin méditerranéen et sur ses marges arides afin de pouvoir ainsi présenter des exemples issus des rives méridionales et septentrionales de la Méditerranée. Le but était d’encourager et de développer l’approche pluridisciplinaire pour reconstituer de manière synchrone l’évolution de l’occupation des sites et les modifications paléoenvironnementales, d’origine naturelle (forçages climatiques, tectoniques, etc.) et/ou anthropique (déforestation, déstabilisation des versants par les changements de pratiques agricoles, etc.) qui ont pu les affecter. À l’approche classique encore largement répandue au sein de la communauté égyptologique qui vise à reconstituer les paysages du passé en se livrant à l’exégèse des sources documentaires anciennes, les échanges et les débats des trois journées du colloque ont proposé des perspectives de recherches nouvelles issues des méthodes les plus novatrices de la géoarchéologie.

3Sept articles composent ce numéro spécial (deux autres volumes spéciaux sont en preparation dans Quaternary International (éd. Elsevier) et la Bibliothèque d’Étude (BiÉtud, éd. IFAO) rassemblent en complément une douzaine d’articles en langue française ou anglaise). Les secteurs géographiques couverts concernent d’abord l’Égypte (3 articles) puis la Grèce (2 articles), l’Italie (1 article) et l’Iran (1 article). Les recherches pionnières menées par Matthieu Ghilardi (CEREGE, CNRS, Aix-en-Provence, France) et Yann Tristant (IFAO, Le Caire, Égypte/Macquarie University, Sydney, Australie) sur les sites archéologiques de Haute Égypte (Karnak et Coptos) permettent d’évaluer la mobilité latérale du Nil au cours de la période dynastique et conduisent à formuler une hypothèse originale du contexte environnemental lors de l’installation des premiers monuments cultuels. Grâce à l’étude sédimentologique de forages profonds, de carottages légers et de coupes stratigraphiques, ainsi qu’à l’utilisation de datations par le radiocarbone, une séquence chronostratigraphique totalement inédite a pu être obtenue à l’échelle de la région. La mobilité spatio-temporelle du Nil en contexte archéologique fait également l’objet de travaux menés par Hervé Tronchère (Laboratoire Archéorient, Maison de l’Orient de la Méditerranée, Lyon, France) sur le site d’Avaris. L’utilisation combinée de données sédimentologiques et de prospections géomagnétiques contribue à mieux apprécier la mobilité de la branche Pélusiaque du Nil autour de cet important site fluvial portuaire, capitale de la dynastie des Hyksôs (vers 1600 av. J.-C.). A mi-chemin entre le delta du Nil et la Haute Égypte, Ashraf Mostafa (université d’Assiout, Égypte) présente une typologie des cavités qui apparaissent le long des versants de la vallée du Nil, en Moyenne Égypte, dans les environs de la ville d’Assiout. Les grottes d’origine karstique y côtoient les tombes troglodytes datant de l’Ancien Empire et les carrières d’extraction des blocs de grès et de calcaire. Pour la Grèce, l’article présenté par Antoine Chabrol (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne) et ses collaborateurs propose une étude approfondie des phases de progradation du delta du Thyamis/Kalamas (Épire) à l’Holocène et délivre ainsi des données nouvelles concernant le secteur nord-ouest (frontière gréco-albanaise) de la péninsule hellénique pour lequel aucune recherche géoarchéologique n’avait encore été conduite. Les analyses sédimentologiques et les relevés géophysiques définissent la géométrie des dépôts fluvio-deltaïques holocènes. Le second article portant sur le monde grec, plus particulièrement sur la Crète, présente une étude géoarchéologique développée par Christoph Siart (université d’Heidelberg, Allemagne) et Matthieu Ghilardi (CEREGE, CNRS, Aix-en-Provence, France) dans une doline de Crète orientale, située à proximité du site hellénistique de Latô (secteur d’Aghios Nikolaos, Mirambello). Des relevés géophysiques (tomographie, résistivité électrique et scanner laser terrestre) ont permis d’estimer l’épaisseur totale du remplissage sédimentaire de la dépression karstique étudiée et d’identifier la présence d’aménagements hydrauliques recouverts par d’épaisses argiles rouges. Ces travaux ont été menés dans la continuité de ceux récemment publiés dans le volume spécial de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement (4/2009). Ferréol Salomon (université Lyon 2, France) et al. nous livrent un article qui aborde la question de l’évolution paléoenvironnementale du site de Portus, localisé dans le delta du Tibre (Italie). L’étude sédimentologique de plusieurs carottes amène à reconsidérer la configuration des paysages dans l’ancien bassin portuaire à l’époque romaine. L’étude de la dynamique fluviale est ici appuyée par la réalisation d’une image CM. Le dernier article présenté dans ce volume traite de la gestion de l’eau en Iran pendant la période achéménide (550-330 av. J.-C.) avec l’exemple du barrage de Sad-i-Didegan (région de Fars). Tijs de Schacht (université de Gand, Belgique) et son équipe de chercheurs s’intéressent aux conditions hydroclimatiques qui ont régné dans la région et démontrent l’existence d’un climat plus humide que celui qui prévaut actuellement, avec une gestion efficace des ressources hydriques à des fins d’irrigation.

4Les éditeurs invités souhaitent remercier l’ensemble des 21 relecteurs qui ont pris le temps d’évaluer les articles. Laure Pantalacci (ancienne directrice de l’IFAO), Béatrix Midant-Reynes (directrice de l’IFAO) et Christophe Thiers (directeur du CFEETK) sont chaleureusement remerciés pour leurs encouragements permanents et le soutien financier qu’ils ont su apporter. Marie-Françoise Courel (ancienne directrice du département scientifique InSHS du CNRS), Patrice Bourdelais (directeur du département scientifique InSHS du CNRS), Claudio Galdérisi (CNRS) et Diane Brami (CNRS) sont également remerciés pour leur soutien dans le développement actif de la géoarchéologie en Égypte au cours de ces dernières années. Enfin, nous aimerions exprimer notre profonde gratitude à Gilles Arnaud-Fassetta, rédacteur en chef de la Revue, qui nous a fait confiance et nous a permis de proposer et de publier ce volume spécial dédié à la géoarchéologie.

Fig. 1 – Carte de localisation géographique des sites étudiés

Fig. 1 – Carte de localisation géographique des sites étudiés
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de localisation géographique des sites étudiés
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9682/img-1.png
Fichier image/png, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Ghilardi et Yann Tristant, « Introduction du numéro spécial : « L’utilisation de l’approche géoarchéologique pour évaluer les changements paysagers en Méditerranée au cours de l’Holocène » », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 1 | 2012, 3-6.

Référence électronique

Matthieu Ghilardi et Yann Tristant, « Introduction du numéro spécial : « L’utilisation de l’approche géoarchéologique pour évaluer les changements paysagers en Méditerranée au cours de l’Holocène » », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 1 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://geomorphologie.revues.org/9682

Haut de page

Auteurs

Matthieu Ghilardi

UMR 6635 CEREGE, CNRS - Europôle Méditerranéen de l’Arbois - BP 80 - 13545 Aix-en-Provence Cedex 04 - France, and USR 3172 CFEETK - Karnak - Egypt (ghilardi@cerege.fr).

Articles du même auteur

Yann Tristant

IFAO - Cairo Egypt/Macquarie University - Sydney - Australia (yann.tristant@mq.edu.au).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org