Navigation – Plan du site

Introduction au numéro thématique : « Géomorphologie fluviale en Italie »

Alessandro Fontana
p. 123-130
Cet article est une traduction de :
Introduction to the thematic issue: “Alluvial geomorphology in Italy”

Notes de la rédaction

Article soumis le 22 janvier 2011, accepté le 23 janvier 2012.

Texte intégral

1La variété des paysages, des environnements et des phénomènes géomorphologiques constitue un des facteurs importants de la réputation de la péninsule et des îles italiennes à travers le Monde. Les Dolomites, l’Etna, la presqu’île d’Amalfi, l’île de la Maddalena et les collines du Chianti ne sont que quelques uns des exemples de ce « Livre des Merveilles » dont l’attractivité s’exerce aussi bien sur les touristes que sur les étudiants en sciences de la Terre. A l’exception notable de la lagune de Venise, les paysages des plaines alluviales et littorales italiennes font défaut dans cet inventaire. Le désintérêt du grand public a également touché les géomorphologues qui ont longtemps accordé peu d’attention à ces environnements, étant plus attirés par les morphologies montagnardes ou littorales plus spectaculaires. Dans la deuxième partie du XXe s., malgré l’importance des informations morphologiques, stratigraphiques et pédologiques nécessaires à la gestion des plaines alluviales (sécurité hydraulique, projets géotechniques, hydrologiques et hydrogéologiques), la recherche géomorphologique italienne a continué d’être accaparée par les thématiques classiques. Néanmoins, comme le rappelle G.B. Castiglioni (1995), il y a eu quelques exceptions précoces avec les travaux d’E. Feruglio (1925) et d’A. Comel (1938, 1958), sur les rapports entre géomorphologie, géologie de surface et pédologie dans les plaines de l’Italie du Nord-est, ou avec les études plus récentes conduites par M. Ciabatti (1966) et le géomorphologue français P. Gabert (1962).

2Une étape fondamentale de la recherche italienne sur les plaines alluviales a été franchie avec la publication de la Carta Geomorfologica della Pianura Padana (éditée par G.B. Castiglioni, 1997 a et b) et de sa notice explicative (Castiglioni et Pellegrini, 2001). Cette recherche, issue d’une collaboration de près de 15 ans entre de nombreux chercheurs de plusieurs universités et centres de recherche (CNR et musées), a renforcé significativement l’intérêt de la géomorphologie fluviale en Italie (par exemple, Boenzi et Caldara, 1992 ; Castiglioni et Federici, 1995). En effet, avant la parution de cette carte, seuls quelques exemples isolés de cartographie géomorphologique et morpho-pédologique d’espace de dimension réduite s’appuyant sur des méthodes de représentation et de sémiologie différentes avaient été développés (par exemple, Castiglioni, 1982 ; Cavallin et al., 1987 ; Cremaschi, 1987 ; Gastaldini, 1987 ; Sorbini et al., 1994). Malgré ces progrès, les projets de cartographie géomorphologique détaillée de grandes plaines alluviales sont restés limités (par exemple, Bondesan et al., 2004 ; Fontana, 2006). Aujourd’hui, la carte géomorphologique de la province de Venise, éditée en format numérique à l’échelle du 1/50 000 et du 1/20 000, constitue le résultat le plus avancé. Elle représente un territoire de 3 000 km2 environ dont l’altitude ne dépasse pas 10 m au dessus du niveau de la mer et propose une légende spécifique afin de décrire avec précision les environnements fluviatiles et littoraux. Dans la lignée de ce travail, quelques provinces et régions ont financé d’autres projets de cartographie géomorphologique de plaines alluviales mais ceux-ci n’ont pas encore fait l’objet de publications. Par ailleurs, sur la nouvelle carte géologique d’Italie (Projet CARG ; Pasquarè et Venturini, 2004), la représentation géomorphologique n’est pas toujours détaillée mais quelques basses plaines alluviales ont été cartographiées avec une bonne précision, révélant ainsi les principales morphologies alluviales (paléo-lits, terrasses, deltas de ruptures de levée, bourrelets de rive). A partir de ces informations, certains chercheurs ont développé des cartes géomorphologiques satisfaisantes (par exemple, Stefani et al., 2003).

3Si l’on fait l’inventaire des milieux alluviaux italiens, la plaine du Pô occupe une place privilégiée. L’expression « plaine du Pô » ou « vallée du Pô » correspond à l’espace qui est effectivement formé par les dépôts du système fluvial du Pô (plaine du Pô stricto sensu) ou à celui incluant des zones contigües mais qui n’ont pas été formées par ce système (exemple : partie des plaines vénitienne, du Frioul ou de Romagne ; fig. 1).

Fig. 1 – Modèle numérique de terrain (MNT) de l’Italie déduit des donnés SRTM (Shuttle Radar Topographic Mission) avec indication des principales plaines alluviales

Fig. 1 – Modèle numérique de terrain (MNT) de l’Italie déduit des donnés SRTM (Shuttle Radar Topographic Mission) avec indication des principales plaines alluviales

D’après F. Ferrarese.

4La plaine du Pô couvre une surface d’environ 47 000 km2 et elle est bien plus étendue que les autres plaines alluviales italiennes. Occupé par 20 millions d’habitants, elle représente l’un des espaces fluviaux cumulant le plus d’enjeux à l’échelle européenne. En cela, elle est comparable à la grande plaine hongroise dans le bassin des Carpates et à la vaste plaine deltaïque du Rhin-Meuse. Cette dernière présente d’ailleurs plusieurs similitudes avec la plaine du Pô par sa position littorale et la faible pente de la plateforme continentale (Berendsen et Stouthamer, 2000). Le long de la côte italienne, il y a d’autres basses plaines alluviales importantes qui donnent sur la mer Tyrrhénienne entre la Toscane et la Campanie, comme les plaines de Versilia, de l’Arno, de la Maremma, de l’Agro Romano, de l’Agro Pontino, de Fondi, de Garigliano, de Volturno, de Sarno et du Sele (fig. 2). Il existe également de nombreuses petites plaines littorales d’une extension maximale de quelques centaines de km2, telles les plaines de Sybaris et de Metaponto, qui donnent sur la mer Ionienne, ou celles de Catane, en Sicile, et d’Arboréa et Oristano, dans le secteur plus septentrional du Campidano en Sardaigne.

Fig. 2 – MNT de la plaine du Pô obtenu à partir des données SRTM

Fig. 2 – MNT de la plaine du Pô obtenu à partir des données SRTM

Shuttle Radar Topographic Mission.

D’après F. Ferrarese.

5A cet inventaire des principaux milieux alluviaux italiens, il convient d’ajouter les principales vallées alpines et apennines où les processus fluviaux et, parfois, fluvioglaciaires ont joué un rôle important dans l’évolution des modelés (Nesci et al., ce numéro). Ainsi, dans quelques vallées et bassins intérieurs des Apennins, il est possible de distinguer des séquences de terrasses qui offrent la possibilité de suivre la stratigraphie alluviale depuis le Pliocène et permettent d’analyser en détail les relations existantes entre la morphologie, le climat et les principales étapes de la tectonique.

6Ce volume de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement trouve son origine dans l’invitation stimulante de son rédacteur en chef Gilles Arnaud-Fassetta. Il a été conçu dans le but ambitieux de présenter quelques unes des morphologies alluviales de la péninsule, en montrant la variété des recherches et des méthodologies mises en œuvre. Il ne s’agit que d’un état des lieux partiel de la recherche italienne mais nous pensons que ce volume illustre une grande partie des problématiques de la géomorphologie fluviale inhérentes aux territoires enquêtés de l’Italie d’aujourd’hui. Néanmoins, les recherches présentées ici sont principalement celles qui ont pour objectif de reconstituer les évolutions passées des systèmes fluviaux en s’appuyant sur des approches morphologiques et stratigraphiques plutôt que sur des recherches de géomorphologie fluviale consacrées à la dynamique actuelle et future des cours d’eau. Cette thématique a connu un essor remarquable ces dernières années en Italie (Rinaldi et Surian, 2008 ; Surian et al., 2009) et elle s’est progressivement affirmée comme une branche presque autonome de la géomorphologie.

7Du fait de son extension, trois des six contributions sont consacrées à la plaine du Pô. La plaine du Pô et celles de la Vénétie et du Frioul diffèrent des autres plaines italiennes non seulement par leurs dimensions mais aussi parce qu’elles ont été directement influencées à l’amont par l’activité des glaciers au Quaternaire. Ainsi, les cônes et les mégacônes alluviaux qui caractérisent le piémont des Alpes ont atteint leur extension maximale pendant le Pléniglaciaire (environ 27-17 ka cal. BP) alors que les fronts glaciaires alimentaient directement les principaux systèmes fluviaux (Castiglioni, 1997a, 1999 ; Fontana et al., 2008). Après cette période, une grande partie de la plaine septentrionale du Pô a été abandonnée par l’activité fluviale et aujourd’hui les sédiments de cette période affleurent du fait de l’encaissement progressif du réseau hydrographique. Cette évolution est expliquée par les recherches de C. Ravazzi et al. (ce numéro) qui, appuyées sur l’examen des séquences stratigraphiques observées le long de terrasses alluviales qui se sont formées à la fin de la dernière période froide, permettent de documenter l’évolution de la sédimentation depuis 40 000 ans. Ainsi, l’analyse des affleurements et de la morphologie et la mise en place d’une chronologie permettent de décrire les principales phases de l’histoire géomorphologique de la partie centrale de la plaine septentrionale du Pô. Le développement parallèle d’une approche interdisciplinaire, appuyée sur des analyses paléobotaniques et minéralogiques (sables), permet de discuter cette évolution en relation avec les changements du climat, des flux sédimentaires et de la végétation.

8Le long du piémont des Apennins, les cônes alluviaux sont plus petits et beaucoup d’entre eux ont subi d’importantes phases de sédimentation au cours de l’Holocène, expliquant ainsi la fossilisation de séquences pédologiques qui permettent de documenter l’évolution des paysages (Cremaschi et Nicosia, ce numéro). Du fait de la longue histoire de l’anthropisation des plaines alluviales italiennes depuis le Néolithique (7 500 dernières années), l’activité humaine a interagi précocement avec les processus géomorphologiques. Cela explique le développement des recherches géoarchéologiques qui placent au centre des travaux les interrelations entre les processus naturels et les processus anthropiques (par exemple, Arnaud-Fassetta et Landuré, 2003 ; Lespez, 2003 ; Ghilardi et al., 2009). Ainsi, toutes les contributions de ce volume ont, d’une façon plus ou moins forte, des liens avec les recherches archéologiques, soit que les vestiges constituent des marqueurs stratigraphiques ou chronologiques, soit que les indicateurs écologiques soient complétés par les sources archéologiques et historiques, suivant les démarches de la géoarchéologie alluviale (Brown, 1997). Ainsi, sur le piémont des Apennins entre Parme et Modène, M. Cremaschi et C. Nicosia (ce numéro) s’appuient sur l’analyse de stratigraphies en contexte archéologique et sur des recherches paléopédologiques (sols fossilisés) afin de mettre en évidence l’impact des sociétés sur les paysages dès la fin de la Préhistoire.

9La capacité humaine à façonner les paysages s’est considérablement accrue au cours des derniers siècles. La lagune de Venise et les espaces continentaux adjacents, où plusieurs rivières ont été détournées artificiellement à partir du Moyen Âge pour éviter l’atterrissement de la lagune, constituent un remarquable observatoire de cette évolution. Alors qu’actuellement se met en place un projet pour sauver Venise des grandes marées par l’emploi de barrières mobiles (Ghezzo et al., 2010), A. Bondesan et P. Furlanetto (ce numéro) s’appuient sur la comparaison d’une abondante cartographie historique avec des investigations géomorphologiques détaillées pour mettre en exergue les conséquences des projets pharaoniques développés par la République de Venise sur la dynamique morphologique de la plaine vénitienne.

10Les évolutions du niveau marin attestées au cours des derniers siècles n’ont eu que peu d’influence détectable sur les parties aval des systèmes fluviaux. En revanche, si l’on considère l’évolution du niveau marin depuis la fin du Pléniglaciaire, on constate que la position du niveau de la mer a constitué l’un des principaux facteurs de l’évolution géomorphologique des plaines littorales, en influençant la sédimentation et la morphologie des basses plaines alluviales et la dynamique du style fluvial. C’est ce que démontrent les recherches de V. Rossi et al. (ce numéro), qui permettent d’identifier les principales phases d’incision et de remplissage des vallées fluviales en s’appuyant sur l’étude de la morphologie de la plaine alluviale de Pise et sur des investigations menées sur les formations superficielles à l’aide de carottages. Elles soulignent ainsi la nécessité de développer une approche globale afin de relier les connaissances de la morphologie avec l’étude des corps sédimentaires qui constituent les remblaiements des basses plaines.

11Les vallées encaissées constituent également des paysages alluviaux remarquables. Dans les espaces montagnards, les vallées sont souvent caractérisées par des terrasses fluviales qui permettent de documenter la succession de phases d’aggradation et d’incision. Sur l’ensemble de la péninsule italienne, ces systèmes de terrasses, emboîtées ou étagées et souvent complexes, ont fait l’objet de nombreuses recherches. Dans ce volume, O. Nesci et al. présentent une synthèse de l’évolution quaternaire des vallées des Marches qui descendent vers l’Adriatique. Ils mettent en évidence le poids des cycles climatiques de 100 ka et de la tectonique, qui ont joué un rôle fondamental dans l’évolution géomorphologique au cours des deux derniers millions d’années. A la suite de cette recherche est présentée une étude de cas réalisée en Italie du Sud, le long de la vallée de la rivière Basento en Basilicate (Piccarreta et al., ce numéro). Les investigations centrées sur les derniers millénaires montrent le poids des changements climatiques et de l’évolution corrélative de la couverture végétale et de l’utilisation des sols.

12Dans les années 1970 et 1980, l’introduction de la Carte Technique Régionale a permis de réaliser des cartes détaillées du microrelief des plaines italiennes. Les MNT (modèles numériques de terrain) réalisés à cette occasion se sont avérés être des instruments remarquables et désormais indispensables pour les recherches de géomorphologie fluviale (Castiglioni, 1995, 1997b). Ils sont devenus une méthode générique de caractérisation des morphologies peu différenciées. A ce titre, ils constituent également un instrument efficace de représentation graphique permettant d’illustrer pour les spécialistes et le grand public les morphologies peu différenciées des milieux de plaines alluviales (Ravazzi et al., ce numéro). Au cours des dernières années, une nouvelle génération de MNT et de MNS (modèles numériques de surface) a été élaborée du fait du développement de la technologie LIDAR (Ligh Detecting and Ranging). Ils permettent d’apprécier de morphologies à des échelles encore plus fines (Berendsen et Volleberg, 2007 ; fig. 3). Ces nouveaux travaux ne couvrent que quelques portions de plaines alluviales assez limitées mais il est vraisemblable qu’ils soient bientôt disponibles pour tout le territoire national, ouvrant ainsi une nouvelle ère pour les spécialistes de la géomorphologie fluviale italienne.

Fig. 3 – MNT dérivé des données LIDAR des environs du stade de Padoue

Fig. 3 – MNT dérivé des données LIDAR des environs du stade de Padoue

On voit clairement le tracé du chenal méandriforme du fleuve Brenta, abandonné il y a environ 6 500 ans ; l’altitude de la surface topographique naturelle varie entre 9 et 15 m asl.

D’après Ninfo et al., 2011.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud-Fassetta G., Landuré C. (2003) – Hydroclimatic hazards, vulnerability of societies and fluvial risk in the Rhône Delta (Mediterranean France) from the Greek period to the Early Middle Ages. In Fouache E. (Ed.) The Mediterranean World Environment and History. Proceedings of the International Conference “Environmental Dynamics and History in Mediterranean Areas“ held in Paris, 24-26 April 2002. Elsevier, Paris, 51-76.

Berendsen H., Stouthamer E. (2000) – Late Weichselian and Holocene palaeogeography of the Rhine-Meuse delta, The Netherlands. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 161, 311-335.

Berendsen H.J.A., Volleberg V.P. (2007) – New prospects in geomorphological and geological mapping of the Rhine-Meuse Delta – Application of detailed digital elevation maps based on laser altimetry. Netherlands Journal of Geosciences - Geologie en Mijnbouw 86, 15-22.

Boenzi F., Caldara M. (Eds.) (1992)Atti del convegno “Morfogenesi e stratigrafia dell’Olocene, Bari 29-30 maggio 1989. Memorie Società Geologica Italiana, XLII, 391 p.

Bondesan A., Meneghel M. (Eds.) (2004)Geomorfologia della provincia di Venezia. Esedra, Padova, 513 p.

Bondesan A., Meneghel M., Rosselli R., Vitturi A. (Eds.) (2004)Geomorphological Map of the Province of Venice, scale 1 :50,000. LAC, Firenze, 4 sheets, 1 CD-Rom.

Brown A. (1997) Alluvial Geoarchaeology. Floodplain archaeology and environmental change. Cambridge University Press, Cambridge, 377 p.

Castiglioni G.B. (1982)Abbozzo di una carta dell’antica idrografia nella pianura tra Vicenza e Padova. Scritti in Onore di Aldo Sestini. Società Studi Geografici, Firenze, 183-197.

Castiglioni G.B. (1995) – Risultati preliminari del nuovo rilevamento geomorfologico della pianura padana. Memorie Società Geografica Italiana, LIII, 13-72.

Castiglioni G.B. (Ed.) (1997a)Geomorphological Map of Po Plain, scale 1 :250,000. MURST-S.El.Ca, 3 sheets, Firenze.

Castiglioni G.B. (Ed.) (1997b)Map of relief and vertical movements of Po Plain, scale 1 :250,000. MURST-S.El.Ca, 3 sheets, Firenze.

Castiglioni G.B. (1999) – Geomorphology of the Po plain. Geografia Fisica e Dinamica Quaternaria, Suppl. III, 3, 7-20.

Castiglioni G.B., Federici P.R. (Eds.) 1995)Assetto fisico e problemi ambientali delle pianure italiane. Memorie Società Geografica Italiana, LIII, 410 p.

Castiglioni G.B., Pellegrini G.B. (Eds.) (2001) - Illustrative Notes of the Geomorphological Map of the Po Plain. Geografia Fisica e Dinamica Quaternaria, suppl. IV, 207 p.

Cavallin A., Lauzi S., Marchetti M., Padovan N. (1987)Carta geomorfologica della pianura friulana a est del Tagliamento e a sud dell’anfiteatro morenico. Atti convegno Ricercatori in Scienze della Terra. Dipartimento Scienze della Terra, Milano.

Ciabatti M. (1966) – Ricerche sull’evoluzione del delta padano. Giornale di Geologia, II, 2, 2-34.

Comel A. (1950)La bassa pianura del Friuli occidentale tra Tagliamento e Livenza. Annali Stazione chimico-agraria sperimentale di Udine, 18, 81 p.

Come A. (1958)Carta geologica delle Tre Venezia scala 1 :100.000, Foglio 40 Palmanova. Ufficio Idrografico Magistrato Acque di Venezia, Padova, 47 p.

Cremaschi M. (1987)Vetusols and Paleosols in the Central Po Plain (Northern Italy). Studi e ricerche sul territorio, Unicopli, 28, 306 p. Encolsed the Map of Quaternary formations in Central Po Plain, scale 1 :250,000.

Feruglio E. (1925) La zona delle risorgive del basso Friuli tra Tagliamento e Torre. Annali Stazione chimico-agraria sperimentale di Udine, serie III, 1, 343 p.

Fontana A. (2006) – Evoluzione geomorfologica della bassa pianura friulana e sue relazioni con le dinamiche insediative antiche. Monografie Museo Friulano Storia Naturale, 47, Udine, 288 p. Enclosed Geomorphological Map of the Low Friulian Plain scale 1 :50,000.

Fontana A., Mozzi P., Bondesan A. (2008) – Alluvial megafans in the Veneto-Friuli Plain : evidence of aggrading and erosive phases during Late Pleistocene and Holocene. Quaternary International 189, 71-89.

Gabert P. (1962) – Les plaines occidentales du Pô et leurs piedmonts. Louis-Jean, Gap, 531 p.

Gastaldini D. (1987)F. 75 Mirandola : esempio di cartografia geomorfologica. Atti convegno Ricercatori in Scienze della Terra. Dipartimento Scienze della Terra, Milano.

Ghezzo M., Guerzoni S., Cucco A., Umgiesser G. (2010) - Changes in Venice Lagoon dynamics due to construction of mobile barriers. Coastal Engineering 57, 694-708.

Ghilardi M., Fouache E., Chiverrell R. (2009) – Introduction to special issue on Geoarchaeology : human-environment connectivity. Géomorphologie : relief, processus, environnement 4, 227-228.

Guzzetti F., Marchetti M., Reichenbach P. (1997) – Large alluvial fans in the north-central Po Plain (Northern Italy). Geomorphology 18, 119-136.

Lespez L. (2003) Geomorphic responses to long-term land use changes in Eastern Macedonia (Greece). Catena 51, 3-4, 181-208.

Ninfo A., Ferrarese F., Mozzi P., Fontana A. (2011) - High resolution DEMs for the analysis of fluvial and ancient anthropogenic landforms in the alluvial plain of Padua (Italy). Geografia Fisica e Dimanica Quaternaria 94, 95-104.

Pasquarè G., Venturini C. (Eds.) (2004)Mapping Geology in Italy. SELCA, Firenze, 336 p.

Rinaldi M., Surian N. (Eds.) (2008) – Dinamica recente ed attuale di alvei fluviali in Italia. Il Quaternario, Italian Journal of Quaternary Sciences 21, 1b, 229-353.

Sorbini L., Gndini M., Meneghel M., Rigoni A., Sommaruga M. (1984) – Carta geomorfologica di una porzione della pianura a sud-est di Verona, scala 1 :25.000. Memorie Museo Civico Storia Naturale Verona, Scienze della Terra, 2.

Stefani M., Vincenzi S., Cibın U. (2003)Geological-stratigraphic map of the central portion of the Po Delta system at scale 1 :50,000. Regione Emilia-Romagna. SELCA, Firenze.

Surian N., Rinaldi M., Pellegrini L., Audisio C., Maraga F., Teruggi L., Turitto O., Ziliani L. (2009) – Channel adjustments in northern and central Italy over the last 200 years. In James L.A., Rathburn S.L. (Eds.) Management and Restoration of Fluvial Systems with Broad Historical Changes and Human Impacts. Geological Society of America Special Papers 451, 83-95.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Modèle numérique de terrain (MNT) de l’Italie déduit des donnés SRTM (Shuttle Radar Topographic Mission) avec indication des principales plaines alluviales
Crédits D’après F. Ferrarese.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2 – MNT de la plaine du Pô obtenu à partir des données SRTM
Légende Shuttle Radar Topographic Mission.
Crédits D’après F. Ferrarese.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 – MNT dérivé des données LIDAR des environs du stade de Padoue
Légende On voit clairement le tracé du chenal méandriforme du fleuve Brenta, abandonné il y a environ 6 500 ans ; l’altitude de la surface topographique naturelle varie entre 9 et 15 m asl.
Crédits D’après Ninfo et al., 2011.
URL http://geomorphologie.revues.org/docannexe/image/9793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Fontana, « Introduction au numéro thématique : « Géomorphologie fluviale en Italie » », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 18 - n° 2 | 2012, 123-130.

Référence électronique

Alessandro Fontana, « Introduction au numéro thématique : « Géomorphologie fluviale en Italie » », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 18 - n° 2 | 2012, mis en ligne le 02 novembre 2012, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://geomorphologie.revues.org/9793

Haut de page

Auteur

Alessandro Fontana

Università di Padova - Dipartimento di Geografia “G. Morandini” - Via del Santo, 26 - 35123 Padova - Italy (alessandro.fontana@unipd.it).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • Revues.org